Management, Déléguer : Rectifier, sanctionner, féliciter


Déléguer implique de rectifier, sanctionner, féliciter

féliciter et sanctionnerLe manager, qui a délégué une partie de son travail, se doit d’informer son collaborateur de son avis sur le travail de celui-ci.

L’avantage d’avoir délégué est la capacité de recul que le collaborateur n’a pas toujours. Le manager peut mettre les actions dans le cadre, ce qu’on appelle « recadrer ».

Le responsable hiérarchique peut sanctionner, en faisant la part entre la responsabilité de la personne à qui il a fait confiance pour la délégation et lui-même. Si un collaborateur a pris trop ou pas assez d’initiatives à l’intérieur du cadre, est-ce de l’incompétence ou un cadre donnée trop contraignant ?

C’est au manager de rectifier le cadre, si besoin, et de sanctionner ou de féliciter son collaborateur pour le travail effectué.

Féliciter son collaborateur permet de lui confirmer la confiance que le manager a en lui ou lui redonner confiance dans les moments de doute.

Sanctions ou avis défavorable, remontrances vont de pair avec félicitations, encouragements et conseils. Les uns comme les autres sont à utiliser avec parcimonie pour garder la stabilité de la relation avec la personne à qui le manager à déléguer.

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Surmenage au travail : Comment s’organiser pour déléguer
Déléguer au travail : Entre craintes et promotions (prochainement)

Génération Y : Comment les recadrer au travail
Génération Y : Comment la motiver au travail
Ce que doit faire un responsable hiérarchique, tâches du manager

Critères de jugement du personnel
Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Je contrôle à bon escient

Autres Management :

Récapitulatif 12 Management

Surmenage au travail, comment s’organiser pour déléguer


Il est temps de déléguer !

impossible de déléguer

là : impossible de déléguer

Que signifie déléguer ?

Déléguer, c’est demander à un (e) subordonné (e) d’effectuer une tâche ou une série de tâches, appelée mission ou projet, qui se trouve dans son propre périmètre de responsabilité.

Cela implique de confier une partie de ses responsabilités pour la bonne exécution de la tâche déléguée. En tant que responsable hiérarchique, la responsabilité finale vis-à-vis de sa propre hiérarchie, voire de ses actionnaires, reste. Celle qui est déléguée, c’est celle de l’exécution de la mission.

Cela suppose que le responsable va confier à son collaborateur aussi la responsabilité de cette mission, en lui fournissant un pouvoir de décision à l’intérieur du périmètre de la mission.

Le cadre de la délégation

Le manager donne à son collaborateur les moyens de la mission déléguée. Un cadre doit lui être donné pour son projet :

  • Objectif (s) à atteindre
  • Documents ou résultats à produire, appelés aussi « délivrables »
  • Budget
  • Durée ou date de fin

Contrôle et supervision de la délégation

Il est exclu que le manager se frotte les mains pour s’être débarrasser d’une tâche ingrate ou trop chronophage, sans qu’il contrôle que la tâche soit bien exécutée.

D’un côté, il doit accepter de ne pas être « ;sur le dos » du collaborateur et donc lui laisser la bride sur le cou. D’un autre côté, il doit éviter que son collaborateur assume cette délégation en étant loin du cadre fixé.

C’est pourquoi, il est indispensable qu’un contrôle se fasse sur

  • Les actions menées,
  • Les dépenses effectuées,
  • Les résultats intermédiaires,
  • Le planning
  • Les difficultés rencontrées et les solutions mises en œuvre

En fonction de l’ampleur de la mission, le superviseur reçoit de la part de son collaborateur des comptes-rendus d’activités, écrits et oraux et le rencontre pour se tenir informer de l’avancement du projet.

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Management, Déléguer : Rectifier, sanctionner
Déléguer au travail : Entre craintes et promotions (prochainement)

Déléguer ET contrôler, sinon gare aux conséquences !
Workaholic ou Bourreau de travail : du burnout au karōshi mortel
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel

Je délègue à bon escient
Comment s’assurer que toutes les tâches prévues ont bien été menées
Motiver un individu, une équipe

Autres Management :

Récapitulatif 12 Management

Jeunes diplômés et premier emploi : Lâchez la pression


Les jeunes diplômés sont soumis à une double pression sociale

si jeune et déjà sous pression ?La première pression sociale est celle d’avoir abouti à un cycle d’études qui leur fourni un diplôme avec lequel ils voient les portes se fermer devant eux ou qui laissent seulement des opportunités de travail au-dessous de leurs capacités.

D’autre part, ils sont aussi soumis à la pression qu’ils se mettent eux-mêmes ou que leurs familles leur mettent, dans la mesure où ils viennent d’aboutir à la réalisation de leur succès scolaires et cherchent à concrétiser ce succès dans leur démarrage dans la vie professionnelle

Divergence entre jeunes

Même dans une même classe, les uns ont des appuis et des connaissances qui leur permettent de trouver un travail à leur mesure.

Les autres se retrouvent seuls, la tête pleine de leurs connaissances, parmi lesquelles, celles qui sont indispensables pour mener une recherche d’emploi efficace, sont absentes.

L’école

Certaines écoles proposent une « information » sur la création de CV ou la lettre de motivation. Une recherche d’emploi est bien plus vaste que ces deux documents.

Les jeunes reçoivent parfois des conseils de leurs professeurs, c’est-à-dire de personnes qui ont, eux-mêmes, besoin d’apprendre les techniques du recrutement et de la recherche d’emploi. Ils sont restés à l’école. Que savent-ils du monde du travail ?

Pôle emploi et APEC

Pôle emploi a une vision de l’aide à apporter aux jeunes diplômés déformée en raison des contacts, beaucoup plus nombreux, qu’ils ont avec d’autres jeunes moins diplômés ou sans diplôme.

La situation est un peu meilleure avec l’APEC. Elle est ouverte aux jeunes diplômés, sous réserve qu’ils cherchent leur premier emploi, car, dès qu’ils en ont trouvé un et qu’il s’agit d’un poste de non-cadre, ils perdent le droit aux prestations de l’APEC. Celles-ci sont, comme avec Pôle emploi, limitées en raison du nombre très important de personnes qu’ils accompagnent.

Comment voulez-vous que les uns et les autres s’en sortent quand ils ont, en moyenne, une centaine de personnes à s’occuper. C’est impossible de le faire avec suffisamment de qualité et d’écoute pour être efficace.

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.
Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour être à l’aise et efficace dans votre recherche d’emploi, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 
 

Voir aussi :

Tests de réaction au stress et aux tensions
Recrutement : La mise en situation
Recrutement : Les clichés sur les femmes et sur les hommes

Point faible ou point fort : Le narcissisme
Génération Y : Les bases
Salaire : Comment chercher son salaire

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

Candidature spontanée : 6 pièges à éviter


Pièges et solutions pour une bonne lettre de candidature spontanée

piège à candidature spontanée

piège à candidature spontanée

Rédiger une lettre de candidature spontanée est un exercice compliqué dans la mesure où une offre d’emploi est absente. Les critères de sélection sur les savoir-faire, les savoir-être, les diplômes, les compétences, ainsi que la description du poste sont totalement absents.

Comme aurait pu dire Monsieur de la Palisse : quand une entreprise publie une annonce, c’est qu’elle recrute. Et en l’absence d’une annonce, cela voudrait-il dire que l’entreprise n’a pas de besoin ?

C’est une erreur, bien sûr !

1er piège : croire que l’entreprise n’embauche pas

Si vous vous retenez d’envoyer une lettre de candidature spontanée à l’entreprise qui vous plaît, vous risquez de passer à côté. L’entreprise s’apprête justement à recruter. Avec votre candidature, elle aurait fait des économies sur l’annonce et vous n’auriez pas eu de concurrent sur le poste.

  • Renseignez-vous sur les perspectives d’embauche de l’entreprise

2ème piège : mal rédiger sa lettre de candidature

Toutes les règles qui s’appliquent à une lettre de candidature en réponse à annonce s’appliquent aussi à une lettre de candidature spontanée.

Il faut réfléchir à ce que la lettre doit contenir, aux choix des mots, au vocabulaire employé par l’entreprise et par soi, au rapprochement à exposer entre ses expériences et les besoins de l’entreprise.

  • Pensez votre lettre avant de la rédiger
  • Lisez et relisez votre lettre
  • Supprimez toutes les fautes de français, avant de l’envoyer

3ème piège : confondre lettre spontanée et mailing

Un mailing, c’est le même texte envoyé à plusieurs destinataires. Or chaque entreprise est unique, ne serait-ce que par la personne qui va recevoir la lettre de candidature.

  • La candidature spontanée est à personnaliser :
    • Nom de la personne destinataire
    • Informations sur l’entreprise
    • Rapprochement entre savoir-faire et entreprise
    • Description des savoir-être avec l’image et la politique de l’entreprise

4ème piège : Demander un job sans savoir lequel

Lorsque les compétences du candidat sont multiples au point de pouvoir postuler à plusieurs postes dans une entreprise, se pose alors la question du choix du poste à mettre dans la lettre de candidature spontanée.

Ce n’est pas à l’employeur de décider à quel poste vos compétences seraient le mieux utilisées. Il n’en a ni le temps ni l’envie.

  • Imaginez votre poste idéal dans cette entreprise et proposez vos services en conséquence

5ème piège : Oublier le but de la lettre spontanée : demander un rendez-vous

Quelle soit spontanée ou en réponse à annonce, une lettre de candidature a pour objet d’intéresser suffisamment le recruteur, en l’occurrence, l’entreprise directement, pour qu’il vous contacte, en retour, pour vous fixer un rendez-vous. Téléphonique ou en face-à-face, selon le degré d’intérêt suscité par vos propos dans le courrier.

  • Proposez une date et une heure pour appeler l’entreprise au sujet de votre candidature en laissant la possibilité à celle-ci d’en changer. À mettre juste avant la formule de politesse

6ème piège : Laisser tomber trop vite ou harceler l’entreprise

À moins de tomber juste au moment où l’entreprise se prépare à publier une annonce, le candidat doit s’attendre à ce que le délai de réponse à sa lettre de motivation spontanée soit plus long que pour une candidature en réponse à annonce.

C’est pourquoi, le découragement est fortement déconseillé.

A l’opposé, le harcèlement avec une relance systématique tous les deux jours ou toutes les semaines est contre-productif.

  • Relancer l’entreprise, une première fois, pour savoir si le courrier est bien arrivé et s’il a été lu
  • Relancer une seconde fois, pour connaître la position de l’entreprise sur la candidature et de la date d’un prochain contact
  • Rappeler l’entreprise à la date convenue, parfois plusieurs semaines ou mois plus tard, pour savoir si les besoins de l’entreprise ont changés et si ses compétences peuvent à nouveau intéresser l’entreprise

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.

Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour préparer votre entretien d’embauche, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 
 

Voir aussi :

Parler anglais dans un entretien d’embauche : How goude is ior english ?
Emploi Entretien de recrutement : Des trous dans son CV
Entretien de recrutement : Gardez votre calme !

Risques et moyens dans un entretien d’embauche
Entretien d’embauche : Soyez vous-même !
Entrevue de recrutement : Faute avouée à demi pardonnée

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

Premier emploi : Méthode de recherche d’emploi


La saison des examens est terminée

Trouver son premier emploiAvec ou sans le diplôme, vous vous lancez à la recherche de votre premier emploi.

Premières pistes

Votre école vous a, peut-être, fourni une liste d’entreprises, dans lesquelles vous avez effectué des stages. Elles sont intéressées par des stagiaires, uniquement des stagiaires. Néanmoins, contactez-les : Qu’elles vous permettent de vous faire la main, en matière de présentation et d’entretien d’embauche. Et puis, on ne sait jamais.

Une fois, ce filon de postes potentiels épuisé, vous vous retrouvez seul(e) dans votre recherche du premier emploi. C’est un moment désagréable de surprise et de prise de conscience que la vie est plus dure que celle que vous avez vécue jusque-là.

Comme toute personne en recherche d’emploi, vous allez sentir une période de découragement, tout en ayant conscience de votre potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer.

Bienvenue dans le monde des adultes

Les pistes d’emploi sont les mêmes pour tout le monde. Ah, évidemment, les offres d’emploi demandent toujours des personnes ayant une première expérience. Or, c’est justement ce qu’il vous manque.

Qu’à cela ne tienne, comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.

Rassemblez toutes vos expériences, si minimes soient elles. Rappelez-vous vos vacances, les rencontres dans des clubs sportifs ou culturels, les personnes de votre famille et les amis de vos parents ou grands-parents. Toutes les personnes que vous connaissez directement ou indirectement forment votre réseau personnel.

Sélectionnez et renseignez-vous

Sélectionnez toutes les connaissances que vous avez acquises durant toutes les années passées sur les bancs de l’école et à côté et retenez celles qui vous parait les plus intéressantes pour un futur patron.

Renseignez-vous pour combler vos lacunes et définir les connaissances qui vous manquent, auprès de personnes qui exercent le métier que vous souhaitez exercer, même si elles n’ont pas de poste à vous proposer

Multipliez les contacts

Visitez des salons professionnels, pas seulement les salons d’emploi. Rencontrez le maximum de personnes. Écoutez-les et apprenez comment elles présentent leur métier, leur projet, leur produit.

Plus vous multipliez vos contacts, et plus vous aurez la chance de tomber sur LA personne qui vous indiquera où vous pouvez postuler.

Très important : Jeunes ou pas jeunes, premier emploi ou reconversion, ces quelques conseils sont valables pour tous.

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.
Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour bien démarrer votre recherche d’emploi, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 
 

Voir aussi :

Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas
Premier poste de manager : L’angoisse du premier jour
Pré-embauche : LES périodes d’essai, mode d’emploi

Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises
La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité
Les étapes et les principes de la Méthode d’Analyse de problème

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

Carrière : Plus on vieilli et moins on fait de concession


Y a-t-il une courbe de concessions avec le temps, lorsqu’on cherche un nouvel emploi ?

courbe des concessionsEn début de carrière

Lorsque vous êtes jeune, débutant et inexpérimenté, la principale difficulté, avec ou sans diplôme, est de trouver le premier emploi. Alors, quand une véritable opportunité se présente, vous la saisissez car la seule chose importante est de gagner enfin sa vie et ainsi devenir autonome financièrement.

Que ce soit un travail d’été ou avec un CDI, les conditions de travail viennent au deuxième plan. Vous faites des concessions dans la mesure où vous acceptez plus facilement de supporter certaines contraintes.

Au cours de sa carrière

Puis, fort de cette première expérience, vous vous rendez compte que vous avez un malaise dans votre travail et envisagez de le quitter pour en trouver un autre, dont les conditions de travail, la rémunération, le contenu, vous donneront plus de satisfaction. Vous êtes déjà moins enclin(e) et réduisez le nombre de concessions que vous êtes prêt(e) à faire pour obtenir le poste.

Ce phénomène peut se répéter plusieurs fois jusqu’à ce que vous trouviez un emploi qui vous convienne avec des conditions les plus optimales possibles. Vous avez alors atteint une maturité certaine.

Plus vous accumulez de succès dans votre travail, plus vous vous affirmez. Vous êtes conforté par vos réussites et votre parcours.

Vers la fin de carrière

Puis, vient le temps où le regard de votre hiérarchie se porte sur des personnes plus jeunes que vous, plus formées, plus enthousiaste, en meilleure santé. C’est alors le début de la fin de votre carrière. L’angoisse de perdre son emploi au profit de plus jeunes collègues est là, dès les premiers échecs professionnels ou les premiers ennuis de santé.

Là, vous faites à nouveau des concessions. Elles deviennent de plus en plus importantes pour conserver le niveau de vie que vous avez atteint. Surtout si vous perdez votre emploi, passée la cinquantaine, voire plus tôt selon les métiers.

Vous êtes alors prêt à baisser votre salaire, de 15% à 25%, à accepter des contraintes sur les horaires, puisque les enfants, si vous en avez, ont quitté le foyer, à travailler en horaires décalés et à partager votre savoir avec les plus jeunes, en espérant qu’ils ne vont pas prendre votre place avant votre départ à la retraire.

Quelle aubaine pour les recruteurs !

Débutants ou seniors, ce sont vos meilleurs candidats. Choisissez-les au début et à la fin de cette courbe de concessions. Les uns pour leur enthousiasme et les autres pour leur expérience.

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.
Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 
 

Voir aussi :

Poste de travail vacant : Les causes
Partir pour travailler chez le concurrent
Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas

Entretien de départ : Vous quittez votre poste ?
Motifs de départ : papillon ou pas de bol
Recrutement : Refuser un poste

Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
Chômage : Aide à la mobilité
Liste d’exemples de points forts et de points faibles

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

Le Pacte Défense Cyber : 550 postes créés


Le gouvernement français opte pour le Pacte Défense Cyber

La cybersécurité se renforce en FrancePacte Défense Cyber

550 postes d’ingénieur dont 200 à la DGA, Délégation Générale de l’Armement, seront créés entre 2014 et 2019, au fur et à mesure de la mise en place du Plan Défense Cyber.

Les budgets de la cyberdéfense militaire française seront multipliés par trois, ainsi que ceux consacrés aux programmes d’études menés par la DGA, en coopération avec l’État-major des armées et l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Ces budgets vont servir à soutenir des initiatives et actions pour lutter contre les menaces et les attaques qui visent les intérêts français.

Les objectifs du Livre Blanc

Les attaques contre les administrations et les entreprises françaises se font de plus en plus nombreuses et de plus en plus difficiles à contrer.

Le Plan Défense Cyber est le document qui décline les actions prévues dans les objectifs fixés dans le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale  :

  • Recherche systématiquement un haut niveau de sécurité et de résilience des systèmes critiques de l’État  et des entreprises d’importance vitale,
  • Développer une capacité globale de réponse aux crises cybernétiques
  • Mettre en place une organisation bien coordonnée de tous les acteurs publics sous l’autorité du Premier Ministre, par l’implication du secteur privé dans la posture globale de sécurité, par la maîtrise des équipements critiques des réseaux et par le soutien au développement d’une industrie nationale et européenne de la cybersécurité

Six axes et cinquante mesures constituent ce pacte

  • Axe 1 : Durcir le niveau de sécurité des systèmes d’information et les moyens de défense et d’intervention du ministère et de ses grands partenaires de confiance.
  • Axe 2 : Préparer l’avenir en intensifiant l’effort de recherche tant technique et académique qu’opérationnel, tout en soutenant la base industrielle.
  • Axe 3 : Renforcer les ressources humaines dédiées à la cyberdéfense et construire les parcours professionnels associés.
  • Axe 4 : Développer le Pôle d’excellence en cyberdéfense en Bretagne au profit du ministère de la défense et de la communauté nationale de cyberdéfense.
  • Axe 5 : Cultiver un réseau de partenaires étrangers, tant en Europe qu’au sein de l’Alliance Atlantique et dans les zones d’intérêt stratégique.
  • Axe 6 : Favoriser l’émergence d’une communauté nationale défense de cyberdéfense en s’appuyant sur un cercle de partenaires et les réseaux de la réserve .

Source : Ministère de la Défense

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Signalez un mail frauduleux
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie

4 acteurs de la sécurité informatique
Services de lutte contre la cybercriminalité
Botnet et machines zombies

Autres Sécurité et Informatique :

Récapitulatif 12 Sécurité
Récapitulatif 12 Informatique

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 83 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :