Stagnation dans sa recherche d’emploi : se remettre en question


Les réticences au changement

Vous voilà au chômage !

réticence au changement

réticence au changement

Vous y êtes depuis très peu vous y êtes depuis très longtemps. Vous n’avez pas choisi cette situation, ou la subissez.

Vous avez peur du changement que cela implique. C’est tout à fait normal.

Vous aimeriez bien retrouver un poste, de préférence identique, mais en mieux c’est-à-dire un emploi qui vous convienne.

Poursuite ou reconversion ?

Les motifs psychologiques qui vous bloquent :

  • Vous pensez manquer de compétences ou vous ignorez celles que vous possédez
  • Vous refusez de vous mettre en cause, vous campez sur vos positions : formation lointaine ou inadaptée, compétences obsolètes ou transposables
  • Vous avez peur de l’inconnu et des changements qui vous attendent, dans votre vie professionnelle et personnelle : changement de lieu de travail et d’habitation, de comportements professionnels
  • Vous êtes habitués à des comportements dégradés vis-à-vis du comportement que vous aviez lorsque vous travailliez : rythme du lever et du coucher, hygiène, exercice physique, temps passé à travailler ou à rechercher un emploi, ou encore à se former
  • Vous n’avez plus envie de faire d’efforts, et/ou vous vous démoralisez par des efforts sont les résultats positifs attendus
  • Vous vous énervez de l’incompréhension que vous rencontrez au contact de personnes pour qui votre sort les laisse indifférent, ou l’absence de réponse à vos sollicitations
  • Vous craignez de ne plus être à la hauteur, tant dans votre recherche d’emploi elle-même que dans les postes que l’on vous propose
  • Vous vous surestimez ou vous sous-estimez.
  • Vous perdez de vue ce que cherchent les recruteurs pour vous mettre à la hauteur de ce qu’ils attendent.
  • Vous vous contentez de lire les offres d’emploi, alors qu’elle ne représente que 25 % des postes disponibles
  • Vous restez seul (e) ou avec peu d’appui

Il est temps de réagir

  • Fait un point sur votre situation : bilan de compétences et projet professionnel
  • Définissez des objectifs atteignables à court terme puis à moyen terme
  • Préparez-vous :
    • vos outils de communication
    • vos outils de veille sur le marché de l’emploi
    • votre planning quotidien et à la semaine, pour vous concentrer sur votre recherche
  • Envisagez une reconversion
  • Envisagez une formation courte ou diplômante
  • Communiquez :
    • sur le fait que vous êtes à la recherche d’un emploi
    • sur le fait que vous êtes un (e) professionnel (le) en recherche d’emploi
    • sur les réseaux sociaux, dans des clubs ou associations, autour de vous
  • Soyez méthodique et détaillez vos actions à venir, et analysez vos actions passées. Agissez avec méthode et planification plus que par intuition ou opportunité
  • Faites-vous aider : conseils, finances, soutien psychologique, réseaux de contacts

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Chômage : Les droits rechargeables, mode d’emploi
Chômage : Aide à la mobilité
Chômage, argent et restrictions

Les nouveaux chômeurs vous font de l’ombre ? Comment vous motiver
Prise de décision : L’heure du doute et de la remise en question
10 conseils pour décider de poursuivre ou d’abandonner une décision

Prise de décision : D’où vient votre mal-être, votre malaise
Prise de décision : Incertitude quand tu nous tiens !
Méthode d’Analyse de situation comment fixer des priorités

Autres Emploi et Organisation :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Refuser un poste


 » Vous refusez ce poste ! « , s’exclame le recruteur

refus_contrat_travailInterloqué, ce recruteur pensait avoir (enfin) trouvé le mouton à cinq pattes, le candidat idéal. En bref, vous !

Et vous avez l’outrecuidance de refuser ce poste ?

Pourquoi refuser un emploi ?

Il existe de multiples réponses à cette question. En voici quelques unes :

1. Vous n’avez pas les compétences voulues

Soit vous vous êtes empêtré dans le mensonge en indiquant un diplôme, une connaissance ou une expérience que vous n’avez pas ou pas à la hauteur des espérances de l’employeur et vous vous sentez piégé au point que votre seule échappatoire est le refus du poste.

Soit vous avez les compétences, mais les mettre en oeuvre ne vous apporte rien, à vous, dans votre carrière professionnelle.
Vous voulez apprendre autre chose ou compléter celles que vous avez et ce poste ne vous offre pas d’opportunité.

2. Stagnation, aucune progression hiérarchique ou financière

Le poste vous plaît et vous avez les compétences demandées mais vous serez cantonné à stagner.
Aucune promotion en vue. Aucun plan de carrière.
A la question « comment vous voyez-vous dans 5 ans ? », votre réponse est « toujours au même poste ».

Les augmentations de salaire sont individuelles uniquement.
Prendre ce poste va vous faire perdre du pouvoir d’achat dès la première année d’ancienneté.

3. Les conditions de travail sont inférieures aux précédentes

Le lieu de travail est plus loin de votre domicile.
Vous risquez de longs trajets, de prendre un second logement durant la semaine ou plus, aucun loisir ne sera possible, faute de temps.

Vous allez travailler en Open Space alors que vous aviez un bureau pour vous ou en petite équipe.
Trop chaud, trop froid, trop bruyant, trop stressant !

L’ambiance au travail ou à la pause-café, fumée, alcool, autre, vous incite à vous réfugier à votre poste de travail, plutôt qu’à rester discuter avec les autres.

Le discours des autres, chef inclus, vous heurte, vous indispose, vous rend fou, ou folle, de colère.

Le salaire est identique ou inférieur au précédent ou à vos indemnités de chômage (Eh oui, ça arrive, surtout passé un certain âge !)

4. Vous n’êtes pas motivé

Vous sentez un décalage entre les promesses de l’entretien d’embauche et l’idée que vous vous faites du poste.

Le recruteur / employeur vous promet cinq jours par semaine, l’encadrement d’une petite équipe et vous vous retrouvez à travailler le samedi, à faire le travail de base, parce que « vous devez faire vos preuves avant qu’on vous confie le travail pour lequel on vous recrute »

5. La famille, les amis, la maison, le climat, la culture vous poussent à dire non

Vos enfants vous reproche un « déracinement ».
Votre conjoint « doit » quitter son emploi pour vous rejoindre.
Vous risquez de ne plus avoir de temps pour vos amis, vos loisirs.
Vous devriez changer de région. Tout le monde n’apprécie pas d’aller dans le Pas-de-Calais (réf. Le célèbre film qui en parle).
Les gens qui vivent là n’apprécient pas les « étrangers » à la commune ou à la région.

Autres motifs :

Des raisons, il y en a à la pelle ! Cet article pourrait doubler ou tripler en longueur avec tous les motifs possibles. Faites m’en part !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi les propositions, recommandations, nouvelles idées sont-elles souvent refusées?
La prise du nouveau poste, du nouvel emploi
Analyse de mon poste de travail ou mon bureau est-il bien aménagé

Un effet bénéfique de l’Open space
Les raisons de l’échec à l’embauche
CV « arrangé » : Même aux postes les plus importants, ils se font prendre

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :