Perte de poids : bilan intermédiaire


3 mois plus tard

bilan intermédiaireJe voulais cette année
perdre 10 kilos

Le point de situation :
il me manque 14 kilos

Source : Brigitte.de

Traduction par Philippe Garin
phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Aujourd’hui je cuisine
3 régimes en même temps
Règle du dimanche

Mot d’enfant : La porte débutante
Axiome de Cann
Blanc noir piou piou

Autres Humour :

Récapitulatif 17 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Compétences numériques : Résolution de problèmes


Compétences : Résolution de problèmes informatiques

résolution de problèmeHé oui ! Dans un monde parfait, les problèmes liés aux matériels informatiques et à l’usage des applications seraient inexistants.

Seulement voilà, la réalité est autre et les problèmes existent.

Bien sûr, faire appel à des spécialistes est toujours possible, moyennant rémunération.
Toutefois, comme le bricolage par rapport aux professionnels du bâtiment, être capable de résoudre soi-même des problèmes permet de faire gagner du temps, et de l’argent.

C’est d’ailleurs une des compétences numériques demandées dans le CV européen.

Voici une grille pour découvrir comment vous vous en sortez.

Utilisateur élémentaire

  • Je peux trouver soutien et assistance lorsqu’un problème technique se produit ou lorsque j’utilise un nouvel appareil, un nouveau programme ou une nouvelle application.
  • Je sais comment résoudre les problèmes de routine (par ex. fermer un programme, redémarrer un ordinateur, réinstaller ou mettre à jour un programme, vérifier une connexion Internet).
  • Je sais que les outils numériques peuvent m’aider à résoudre certains problèmes.
  • Je suis également conscient de leurs limites.
  • Lorsque je suis confronté à un problème technologique ou non technologique, j’utilise les outils numériques que je connais pour le résoudre.
  • Je sais que je dois actualiser mes compétences numériques régulièrement.

Utilisateur indépendant

  • Je peux résoudre la plupart des problèmes les plus fréquents liés à l’utilisation des technologies numériques.
  • Je peux utiliser les technologies numériques pour résoudre des problèmes non techniques.
  • Je peux choisir un outil numérique adapté à mes besoins et évaluer son efficacité.
  • Je peux résoudre des problèmes technologiques que je rencontre en explorant les paramètres et les options des programmes et des outils.
  • J’actualise régulièrement mes compétences numériques.
  • Je suis conscient de mes limites et cherche à combler mes lacunes.

Utilisateur expérimenté

  • Je peux résoudre presque tous les problèmes auxquels je suis confronté lorsque j’utilise les technologies numériques.
  • Je peux choisir l’outil, l’appareil, l’application, le logiciel ou le service le mieux adapté pour résoudre un problème non technique.
  • Je m’informe sur les progrès technologiques.
  • Je comprends comment les nouveaux outils fonctionnent.
  • J’actualise fréquemment mes compétences numériques.

Source : Europass

Les niveaux de compétences des 5 domaines du numérique :

  1. Traitement de l’information
  2. Création de contenu
  3. Communication
  4. Résolution de problème
  5. Sécurité

Pour vous aider à autoévaluer votre propre niveau, cliquer sur les liens pour accéder aux grilles

Philippe Garin

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées
Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes
Méthodes et outils de résolution de problèmes

Les étapes et les principes de la Méthode d’Analyse de problème
Parefeu : Analyser l’activité du parefeu
Mail bloqué : Explications

Autres Emploi et Informatique :

Récapitulatif 16 Emploi
Récapitulatif 16 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entrevue d’embauche : Parlez-moi d’une de vos erreurs


Raconter une erreur en entretien d’embauche

piège cageAïe, aïe, aïe ! Une question piège, comme il y en a tant.

Avec cette question, vous vous sentiez coincé (e). Et pourtant, vous savez que vous devez répondre, réagir, enfin. Le temps passe et le recruteur vous scrute avec attention. Comment réagir ?

Impossible d’éviter la question

Faire comme si la question n’avait pas été posée est impossible. Faire la sourde oreille ou appliquer le principe de l’autruche est irrecevable.

Répondre que vous n’avez connu aucun échec ou difficulté dans votre travail ou vos études est ridicule. Il faut répondre.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi pose-t-il cette question ?

Le recruteur cherche à savoir comment vous avez réagi à une situation difficile et comment vous avez rebondi.

Vos capacités d’autocritique, d’analyse et de description synthétique d’une situation sont révélées par votre réponse. Votre sens du jugement et de la réparti aussi.

Répondre par l’humour est déplacé, la question est trop sérieuse !

Le recruteur veut savoir si vous avez tiré les leçons de votre erreur pour éviter de les reproduite dans le nouveau poste.

Comment répondre ?

Choisir la « bonne » anecdote, c’est choisir celle qui permet de répondre aux objectifs du recruteur.

Il faut éviter une situation qui vous a échappé complètement.
Mieux vaut retenir et décrire une situation que vous avez trouvée difficile sans en être la cause ou, du moins, involontairement, et dont les conséquences auraient pu être graves si vous n’aviez pas été là pour trouver la solution.

Ce qui compte, c’est être crédible. Inutile de fournir beaucoup de détails. L’accent doit être mis sur votre capacité à réagir positivement, professionnellement, avec succès, de préférence seul (e) ou à votre initiative.

Vous n’en n’avez pas ? Le plus simple est de prendre à son compte une situation que vous avez vue ou que l’on vous a décrite. Sachez l’expliquer, car vous savez aussi tirer parti des expériences des autres et de leurs erreurs.

Philippe Garin

Pour réussir votre entretien d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Points faibles à citer 2/6 : Les échecs professionnels
Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage
Bonnes et mauvaises raisons de vos départs

Le mode de questionnement du recruteur
Entretien d’embauche : 5 conseils pour le préparer
Réussir sa transition entre l’école et le monde du travail

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Productivité : La force de la volonté est limitée


Efficacité: La force de la volonté est limitée

faiblesse de la volontéL’esprit est fort, la chair est faible.

Au quotidien, au travail ou à la maison, les belles résolutions du début d’année sont abandonnées plus ou moins rapidement. Il en est de même pour ceux qui veulent perdre du poids ou se lancer à faire du sport.

Plus ou moins rapidement les efforts consentis avec la volonté de parvenir au but s’émoussent, faiblissent au fur et à mesure que le temps passe.

Pour être productif et efficace, la volonté a besoin de relais pour se relancer. La résistance au changement est plus forte que la volonté lorsque l’objectif que l’on s’est fixé est difficile à atteindre, lorsque les habitudes sont trop confortables ou lorsque la santé est insuffisante pour se sentir bien.

Pour améliorer son efficacité, mieux vaut se fixer des objectifs atteignables dans une durée suffisamment courte, c’est-à-dire avant que la volonté faiblisse avant d’avoir atteint son but.

Plutôt que d’avoir de grandes ambitions, ou de vouloir les atteindre en une seule fois, il est préférable de se fixer des étapes. Chaque étape doit permettre de garder la volonté de poursuivre grâce au résultat atteint.

Par ailleurs, vouloir et pouvoir sont deux notions différentes : il existe tellement de buts que l’on se fixe et pourtant ils seront toujours inaccessibles. C’est un sujet, bien connu, de philosophie à l’école.

Prendre une habitude pour améliorer son efficacité et sa productivité, vient avec le temps. Or, c’est avec le temps que la volonté faiblit. C’est pourquoi, avancer à petits pas permet de conserver sa volonté pour atteindre une étape après l’autre.

C’est ainsi, que l’habitude de se fixer des objectifs à courts termes devient un mode de fonctionnement qui conserve la volonté d’avancer dans son travail… et dans sa vie.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Les habitudes dans la productivité, Sommaire :

  1. Une seule action à la fois
  2. Tenez compte de vos préférences au travail
  3. Travaillez tous les jours, même durant les vacances, sans exception
  4. Il faut 30 jours pour prendre une habitude
  5. Agir régulièrement pour se sentir bien
  6. La force de volonté est limitée, pensez-y quand elle s’épuise
  7. Acceptez un nouveau projet, quand votre esprit et votre cœur vous disent oui, tous les deux
  8. Ignorez les gens qui n’ont rien à faire de votre temps

Pour plus de conseils :

En complément :

9 conseils pour atteindre et tenir ses objectifs
La méthode Coué
Les recettes magiques vers l’échec

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
Objectifs et Priorités Modes d’emploi
Stagnation : se remettre en question

Autres Organisation :

Récapitulatif 14 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le Kaizen : Difficile à mettre en place ?


Le KaizenKaizen

Cela serait une grande satisfaction en ce qui me concerne si j’étais en mesure de donner une seule réponse à la question suivante :

« Pourquoi est-ce si difficile de mettre en place la philosophie de l’amélioration continue (Kaizen en japonais) au sein d’une entreprise ? ».

Nous apprécions tous d’être en mesure d’expliquer simplement des faits complexes.

Mauvaise nouvelle, ce n’est pas aussi simple que cela parait, bonne nouvelle, ce n’est peut-être pas très complexe non plus.

Un point sur lequel nous devons être d’accord dès à présent : pour qu’une personne soit en mesure de réaliser quelque chose, elle a besoin de connaître comment le réaliser et – très important – avoir la volonté de le réaliser. La première partie n’est pas très difficile, en revanche avoir la volonté de le réaliser nécessite que nous portions de l’attention sur les facteurs de motivation.

A considérer

Voici un certain nombre d’éléments qui doivent être impérativement pris en considération lors de la mise en place d’une Philosophie d’Entreprise au sein de l’organisation.

Peu importe l’appellation, résolution de problèmes, amélioration continue, Kaizen, choisissez celle qui exprime le mieux votre projet.

Ces éléments ne sont pas exhaustifs, et très certainement, cette réflexion vous amènera à en considérer d’autres au fil du temps. Néanmoins, cette liste constitue une base raisonnable et solide.

  • Outils et Formation
  • Les Valeurs de l’entreprise
  • La Culture de l’entreprise
  • Les objectifs des collaborateurs
  • Les évaluations des collaborateurs
  • Plus de travail ?
  • Le profil des candidats ; vocabulaire ; construire le consensus ; l’idée du mois
  • Un champion de la philosophie de l’entreprise

C’est en conclusion très loin d’être exhaustif, et sans hiérarchie particulière. Ce sont simplement des éléments à prendre en compte et qui peuvent vous être utiles.

Par Philippe Gaultier

Du même auteur :

Image de Marque personnelle : Définition et concept
Bâtir l’Expérience Client 3/3 : L’ingénierie inversée et Kaizen
L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?

Pour en avoir plus :

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

En complément :

La méthode des 5S
Méthode Six sigma
Méthode Lean ou supprimez l’inutile : Gestion de la qualité

Roue de Deming ou Méthode PDCA
Méthode SCORE ou Chercher les causes profondes
Méthodes et outils de résolution de problèmes

Autres Organisation :

Récapitulatif 11 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

2014 : Vos bonnes résolutions


Vos bonnes résolutions pour 2014

Boosteremploi 2014Une nouvelle année arrive et c’est le moment de prendre de bonnes résolutions.

En voici quelques-unes que vous pouvez sélectionner, pour jouer ou à prendre au sérieux :

Vous trouverez d’autres sondages dans ce blog tout aussi divertissants ou instructifs

Philippe Garin

Si vous souhaitez me voir traiter un sujet particulier parmi les catégories de ce blog, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

2013 en révision
Cap des 500 000 visites de mon blog https://phgarin.wordpress.com

Récapitulatif 10 Bien-être
Récapitulatif 10 Communication
Récapitulatif 10 Emploi

Récapitulatif 10 Humour
Récapitulatif 10 Informatique
Récapitulatif 10 Juridique

Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation
Récapitulatif 10 Science-Fiction

Récapitulatif 10 Sécurité
Récapitulatif 10 Voyage

Amélioration : 10 principes pour être efficace en entreprise et ailleurs


Amélioration : 10 principes pour être efficace en entreprise et ailleurs

AméliorationVous manquez d’efficacité pour améliorer votre situation, professionnelle ou personnelle, dans votre entreprise ou ailleurs ?

Vous vous demandez pourquoi et comment ?

Voici quelques principes pour augmenter l’efficacité de votre processus d’amélioration :

1. Abandonner les idées fixes

Tant que vous vous agrippez à la corde qui vous serre le cou, vous survivrez. Sans résoudre votre problème

2. Au lieu d’expliquer ce qui est impossible à faire, réfléchissez à comment le faire

Vous trouverez toujours une « bonne » raison pour ne pas mettre en oeuvre une solution qui permette d’avancer

3. Refuser l’état actuel des choses

Si vous ne voulez pas voir l’éclat du problème, vous ne pourrez pas voir d’ombre d’une solution

4. Réaliser immédiatement les bonnes propositions d’amélioration

Si vous ne démarrez pas le processus par une première action, vous risquez de vous voir prolonger votre problème.

A attendre le bateau de secours sans prendre place dans le canot de sauvetage, le tsunami de vos problème risque de vous submerger.

5. Ne pas chercher la perfection

La perfection n’existe pas. Les solutions miracles non plus. A chercher LA perfection, vous risquez de passer à côté de solutions qui vous permettraient de franchir les étapes vers la résolution de votre problème, pas à pas.

6. Corriger l’erreur immédiatement sur le terrain

La mise en oeuvre d’une solution se fait sur le terrain. Elle permet d’avancer vers l’amélioration ET de détecter d’éventuels dysfonctionnements ou problèmes cachés jusque là par le problème désormais résolu.

7. Trouver des idées novatrices

Le Monde bouge en permanence. Ce qui était valable hier, peut être devenu obsolète aujourd’hui. Les vieilles idées ne marchent pas toujours. De nouvelles idées résoudront les nouveaux problèmes.

8. Identifier en premier lieu la cause réelle afin de chercher ensuite la solution

Mieux vaut savoir où se trouve l’incendie avant d’appeler les pompiers. Une cause apparente peut cacher un problème plus important. L’amélioration de la situation passe par la source réelle des problèmes. N’endiguez pas une rivière en aval, si elle peut changer son cours en amont.

9. Enregistrer les idées de 10 personnes au lieu d’attendre l’idée géniale d’une seule

Une idée en amène une autre. Chacun apporte sa pierre à l’édifice de la réflexion. L’union fait la force tant dans la recherche des causes que dans celle des solutions et encore plus dans leurs mises en oeuvre.

10. Rendre l’amélioration permanente

En permanence, des évènements, intérieurs ou extérieurs, influencent sur une situation, même les plus optimisées. C’est pourquoi, l’amélioration est un processus qualité, lui aussi, permanent.

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Méthode des 5 M pour la résolution de problème
Méthode SCORE ou Chercher les causes profondes
Carences dans une organisation décelées par son informatisation

Les causes des dysfonctionnements
Actions d’amélioration au sein d’une entreprise
Les 10 clés du changement
Les 6 défis de la modernité

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 6 Management
Récapitulatif 6 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont regroupés dans les pages Management et  Organisation

%d blogueurs aiment cette page :