Postuler : 6 freins dans votre tête Partie 1 sur 2


Les 3 premiers freins à lever pour postuler

Contrairement à ce que de nombreuses personnes croient, être chômeur est une situation subie. Si elle pouvait être tout le temps éviter, ce serait mieux pour tout le monde.

Seulement voilà, quand ça vous arrive, il faut accuser le coup et faire le deuil de son ancienne vie professionnelle et rebondir vers une prochaine.

Le moral est bas. La perspective de revenus qui baissent, brusquement, au début, puis progressivement au fur et à mesure que les mois de chômage passent, renforcent déprime ou/ stress.

Alors il est courant que vous vous mettiez des freins au moment d’envoyer votre candidature.

Voyons lesquels.

rue de l'humilité à Lyon

rue de Lyon

1/ Votre humilité ou votre honte

Dans nos sociétés, nous sommes éduqués avec idée que nous devons être humbles, jusqu’à cacher toutes nos qualités.

Cette situation, désagréable à souhait, est vue par ceux qui sont passé à travers, vous fait honte, comme si vous étiez coupable, comme si vous aviez une maladie honteuse, comme si le jugement des autres est plus important que votre propre jugement.

Or, dans une recherche d’emploi, vous devez montrer, au contraire, toutes vos compétences, vos savoirs, vos savoir-faire, votre capacité à vous intégrer dans une nouvelle équipe.

Vous avez beaucoup plus de qualités et de compétences que vous le pensez.

2/ Votre peur d’échouer

Les éloges sont donnés aux meilleurs. C’est, du moins, ce que vous apprenez en allant à l’école. Pourtant, bons et mauvais à l’école ont leur place dans la société. Chacun y contribue à la hauteur de ses capacités. Le chômage frappe toutes les catégories de salariés : du PDG au niveau le plus bas dans la hiérarchie.

anxiété peur d'échouer

peur d’échouer

Chacun a peur d’échouer dans sa recherche d’emploi, comme chacun craignait d’avoir une mauvaise note à l’école.

Pourtant, c’est différent.

Dans une recherche d’emploi, vous avez, avant même de postuler, une réponse négative. Tout ce qui peut vous arriver en envoyant votre candidature, c’est une réponse positive. Une réponse négative laisserait votre situation inchangée alors qu’elle sera améliorée.

Comme dit un slogan publicitaire bien connu :

100% des gagnants ont tenté leur chance.

3/ Vous êtes loin du profil idéal

Les descriptions de poste sont parfois longues et très complètes dans les offres d’emploi. Cela apparaît dans la longue liste des principales tâches ou dans celles des savoir-faire et savoir-être demandées.

Les recruteurs savent parfaitement que la description du candidat idéal est celle de la perfection, celle du candidat impossible à trouver.

Parmi tous les critères de sélection, certains sont incontournables, d’autres le sont beaucoup moins.

profil de l'homme idéal

l’homme idéal ?

S’il est très difficile de les classer dans l’une ou l’autre de ces deux catégories, ce qui compte est plus le pourcentage de critères que votre profil possède.

Bien découper l’offre pour y attacher vos compétences à chaque critère vous permet de définir celles demandées et qui vous manquent ou que vous avez.

Votre personnalité, votre éloquence, votre prestance sont autant d’éléments qui jouent en votre faveur, une fois le premier rendez-vous pris.

Vous pouvez compenser les savoir-faire manquants par des formations, à évoquer sur la lettre de candidature, durant l’entretien ou/et négocier à l’embauche.

La suite dans ce second article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Décrivez-vous en un mot : Comment répondre en entretien d’embauche
Emploi : Les murs et les ponts
Efficacité : Oubliez la perfection

Zone de confort et Chômage : Évolution obligatoire
Faut-il avoir peur des tests de personnalité informatisés ?
Emploi : Les 20 compétences du candidat idéal

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : 5 conseils supplémentaires pour réussir l’entrevue


5 conseils supplémentaires pour réussir votre entretien d’embauche

Le précédent article vous propose 5 premiers conseils pour débuter votre entretien d’embauche.

Mettez toutes les chances de votre côté pour que ce passage obligé vers votre prochain poste se déroule au mieux pour vous.

6/ Être clair sur son parcours

De nos jours, tout le monde a des trous dans son CV.
Un candidat qui cherche à les cacher se rendre suspect, alors que si vous les assumez en expliquant ce que vous avez fait durant la période entre deux emplois, vous serez mieux juger sur votre capacité à rebondir et à faire face aux responsabilités du poste à pourvoir.

Refuser de répondre à des questions légitimes ou tout faire pour éviter que le recruteur appelle votre ancien employeur parce que vous êtes parti fâché est une très mauvaise idée.

des trous dans son parcours

des trous dans son parcours

Mieux vaut jouer cartes sur tables et expliquer pourquoi vos relations se sont dégradées.

De toute façon, il vous est impossible d’éviter le contrôle de référence par le futur employeur.

7/ Rester professionnel

Votre vie privée peut faire l’objet de questions de la part du recruteur. Certaines questions interdites mises à part, il est important de faire connaître certaines implications personnelles pour l’exercice du poste à pourvoir. C’est le cas du lieu d’habitation, par exemple.

Cependant, vos préoccupations d’ordre privé, sont à exclure totalement de l’entretien d’embauche. Celui-ci concerne et doit concerner uniquement le domaine professionnel.
Gardez à l’esprit que vous devez garder une attitude professionnelle, même lorsque vous parlerez de vos centres d’intérêt.

8/ Garder certaines questions pour la fin de l’entretien

Vous devez, avant tout, convaincre le futur employeur que vous êtes le candidat qu’il attend pour renforcer son équipe. Par conséquent, si vous montrez plus d’intérêt à savoir s’il propose des tickets restaurants ou un téléphone portable, il y aura un écart de motivation bien trop important pour qu’il vous embauche.

reste calme c'est presque finiRéservez vos questions sur les conditions de travail, les avantages divers pour la fin de l’entretien, comme il le fera aussi sur le montant de la rémunération ou la date à partir de laquelle vous serez disponible pour démarrer.

Ces informations sont secondaires aux yeux de l’entreprise et vous devez vous mettre en phase avec elle.

9/ Poser des questions sur la suite

Il est indispensable de se renseigner sur la suite que compte donner le recruteur à votre candidature.

A minima, vous devez savoir, si vous êtes le dernier candidat interviewé, et quand vous aurez une réponse.

Si la réponse est immédiate et négative, alors transformez immédiatement l’entretien en entretien de réseau. Demandez ce qui a déplu et si votre interlocuteur connaît d’autres entreprises susceptibles d’être intéressées par votre profil.

Si la réponse est positive ou qu’un délai vous est donné, gardez votre calme, souriez et patienter. C’est au futur employeur de vous informer de la suite, même si cela prend plus de temps que celui qu’il vous a indiqué à la fin de votre entretien.

Un second entretien, même inattendu, est toujours possible.

heureux au travail10/

Le poste avant l’entreprise

Lorsqu’une entreprise vous intéresse, il est contreproductif, de répondre à toutes les annonces qu’elle publie. Cela montre que vos candidatures sont peu sérieuses car il est impossible d’être motivé et d’avoir les compétences nécessaires pour tous ces postes.

Mieux vaut montrer votre intérêt pour l’entreprise en envoyant une candidature spontanée. Ce sera alors, dans l’entretien qui, peut-être, suivra, l’occasion de voir, ensemble, quel est le poste qui vous correspondra le mieux au sein de l’organisation.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Comment traiter des trous dans votre CV
Contrôle de référence : Peur du référent ?
Attention aux Centres d’intérêt sur un CV

Embauche : 20 Questions sur la culture d’entreprise pour prendre le poste ou pas
Embauche : Pourquoi voulez-vous ce poste ?
Comment se déroule une entrevue ou entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : 5 premiers conseils pour bien débuter l’entrevue


5 premiers conseils pour réussir votre entretien d’embauche

Réussir son entretien d’embauche demande de la concentration, une attitude positive, la maîtrise de son stress durant toute la conversation.

C’est l’épreuve par laquelle tous les candidats passent pour avoir une chance de faire la différence, pour rassurer et convaincre l’entreprise de vous embaucher.

Voici les cinq premiers des 10 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté :

1/ Arriver à l’heure

Arriver pile à l’heure est preuve de ponctualité.

Cinq minutes à l’avance est un maximum pour laisser à la personne qui vous reçoit de venir jusqu’à l’entrée du bureau ou devant son ordinateur s’il s’agit d’une entrevue via écrans interposés.

arrivé cinq minutes avant ou après l'heure du rendez-vous

bon : 5 min avant ; mauvais : 5 min après

Si vous êtes plus tôt, restez dans la rue ou dans le plus proche café, à l’abri du regard de la fenêtre du recruteur. Prenez soin de garder votre tenue propre. Évitez tâches et miettes et les mains moites.

Si vous sentez que vous aurez du retard, prévenez au plus tôt votre interlocuteur. C’est très désagréable d’attendre un candidat en retard et met le recruteur dans une mauvaise disposition à votre égard.

2/ Être modéré dans sa communication non verbale

D’un côté, il y a les nerveux, ceux qui sont mal à l’aise à cause de l’enjeu ou d’un manque de qualification, voire d’un mensonge sur le CV, ou, au contraire, sont très enthousiastes et cherchent à convaincre par une attitude, hélas excessive.
Ils bougent sans arrêt, la jambe tremblotte, les mains sont incapables de tenir en place, les lèvres tremblent.

D’un autre côté, il y a les paralysés, ceux qui sont immobiles, qui donnent l’impression de ne pas respirer, d’être coincés sur le bout de la chaise, le dos droit, les mains cachées ou crispées.

les 3 singes de la sagesse

les 3 singes de la sagesse

Et puis, il y a la grande majorité, ceux qui s’assoient bien calés dans le siège, le buste en avant, les mains ouvertes qui appuient le discours, sans grands gestes avec les bras.
Le regard se pose 10 cm derrière l’œil gauche de son vis-à-vis. L ’attitude est sereine, la voix posée, le sourire aux lèvres.

3/ Poser des questions

Il se peut que le recruteur vous fournisse tellement d’informations que vous ayez l’impression de tout savoir sur l’entreprise et le poste.

L’entretien d’embauche est un échange pendant lequel le recruteur parle environ un tiers du temps, habituellement, et vous fait parler de vous, de vos forces et de l’apport que représente votre candidature pour l’entreprise.

Un échange comprend aussi des questions, de part et d’autre. Il y a toujours des questions à poser, sur des sujets comme la personnalité des collaborateurs et des collègues.

Venir sans question, c’est comme se déplacer sans argent sur soi.

4/ Prendre des notes

Dans le même ordre d’esprit que les questions à poser, prendre des notes, avec l’accord de votre interlocuteur, est une démonstration de votre intérêt pour le poste et l’organisation.

prendre des notes en entretien d'embauche

prendre des notes

Montrer son intérêt fait partie de la motivation. S’en abstenir, c’est donner l’impression que vous êtes là pour passer un moment sans rien retenir de la conversation. Outre un sentiment désagréable que vous laisseriez, un candidat plus motivé, même moins compétent aura la préférence du recruteur.

5/ Apporter vos documents

En plus de votre bloc-notes, de crayons taillés ou de stylo qui marche, vous aurez besoin d’apporter des documents avec vous.
Indispensables sont votre CV en deux exemplaires, dont l’un pour le recruteur s’il l’a oublié ou feint de l’avoir oublié, votre Lettre de motivation et l’annonce à laquelle vous avez répondu, si tel est le cas.

Vous pouvez aussi, amener avec vous, vos diplômes ou certificats de qualification, habilitation, certifications.

De même, toutes les notes que vous avez prises, préalablement sur l’entreprise, ce qui montrera, mine de rien, que vous êtes motivé suffisamment pour vous êtes renseigné avant l’entretien.

Votre antisèche, c’est-à-dire les réponses préparées aux questions les plus fréquentes, vos questions à poser, etc.

Le prochain article vous propose 5 conseils supplémentaires pour réussir votre entretien d’embauche

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

4 conseils pratiques pour réussir sa période d’essai
Question piège du recruteur : Pourquoi vous ?
20 gaffes qui ruinent un entretien d’embauche

Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi
12 conseils pour convaincre
Comment traiter des trous dans votre CV

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

40 Soft skills classés à mettre dans son CV


Le classement des soft skills est encore en cours d’élaboration.

Les responsables des Ressources Humaines, les psychologues et autres sociologues ont encore du mal à faire le tri et à déterminer ce qui est du ressort des compétences comportementales et du savoir-être.

Déjà en établir une liste est difficile dans la mesure où, en français du moins, de nombreux synonymes pour une notion existent.

relations entre aptitudes et compétences

relations entre aptitudes et compétences (wikipedia)

Voici donc un classement, sans doute remis en question, qui reprend les principales compétences recherchées par les entreprises.

Pensez bien, lorsque vous faites votre choix pour en mettre quelques-unes sur votre CV, que vous devrez être en capacité de citer les circonstances qui démontrent que vous les possédez vraiment.

Cognitives

  1. Résolution de problèmes
  2. Jugement et Prise de décisions
  3. Créativité
  4. Analyse et synthèse
  5. Intelligence émotionnelle
  6. Esprit critique
  7. Réception de la critique
  8. Sens des responsabilités
  9. Sensibilisation
  10. Dépassement
  11. Implication

Relations

  1. Facilité à communiquer
  2. Résolution de conflits
  3. Prise de parole en public
  4. Animation de groupe et de réunions
  5. Leadership
  6. Négociation
  7. Fidélité
  8. Sociabilité
  9. Pédagogie
  10. Esprit d’équipe
classement soft skills

classement soft skills

Organisation

  1. Sens de l’organisation
  2. Service client
  3. Management de projet
  4. Fixer des objectifs
  5. Planification
  6. Contrôle
  7. Gérer son temps
  8. Axé sur le résultat
  9. Prise de recul

Personnel

  1. Gestion du stress
  2. Capacité d’adaptation
  3. Autonomie
  4. Motivation
  5. Rigueur
  6. Enthousiasme
  7. Persévérance
  8. Confiance
  9. Assiduité
  10. Curiosité

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Comment minimiser un point faible ou Liste 3 des points forts et points faibles en entretien d’embauche
6 comportements des personnes mentalement fortes
Les 4 facteurs influençant les comportements

Les soft skills : c’est quoi ?
Qu’est-ce que le code RIASEC sur les Fiches métier de Pôle emploi ?
CV : 5 critères éliminatoires

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Guide d’observation en entretien de recrutement


Ce qu’un recruteur observe durant un entretien d’embauche

Lors d’un entretien de recrutement, le recruteur a besoin de confirmer ou d’infirmer les compétences du candidat en face de lui.
Cela commence par sa motivation jusqu’à son éventuelle intégration à l’équipe en place.

Voici les points à observer par le recruteur durant un entretien :

entretien de recrutementLe fond

  1. Le candidat cite des informations qu’il (elle) a recueillies sur la société avant de venir. S’est renseigné (e) sur la place et les responsabilités de son interlocuteur
  2. N’hésite pas à poser des questions pour montrer son intérêt pour le poste et l’entreprise
  3. Sait démontrer comment son expérience passée et ses capacités correspondent au poste, et peuvent contribuer à résoudre les problèmes qui se posent à l’entreprise
  4. Met en avant ses qualités, sa motivation, son professionnalisme
  5. Illustre ses arguments par des exemples précis, si possible chiffrés, de sa vie personnelle ou professionnelle
  6. Sait répondre aux objections, aux questions potentiellement déstabilisantes
  7. Ne cache pas ses autres pistes professionnelles pour mieux mettre ses compétences en valeur
  8. Sait aborder la question de la rémunération (questionnement, prétentions, argumentation)
  9. Se renseigne à la fin de l’entretien sur la suite à donner
la forme recrutement

attitude durant l’entretien de recrutement

La forme

  1. Son image est en adéquation avec celle de l’entreprise (présentation, look…)
  2. La voix, le ton, le registre de langage, le vocabulaire, sont adaptés
  3. Écoute son interlocuteur. Se concentre sur le contenu des échanges plutôt que sur l’enjeu de l’entretien
  4. Regarde son interlocuteur dans les yeux. Si plusieurs interlocuteurs, leur accorde une égale attention même si certains s’expriment plus que d’autres
  5. Adopte une attitude ouverte et avenante
  6. Utilise le langage corporel : ponctue son discours et illustre ses propos par des gestes adaptés
  7. Montre une bonne gestion du stress

Source : Pôle emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Recruteur : 5 questions indispensables à poser aux candidats
12 signes qui agacent le recruteur en entretien d’embauche
Recrutement : Les sources de stress du recruteur

Recruteurs : 7 conseils pour évaluer les candidats
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Salon Emploi : Tout l’intérêt pour l’employeur

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : Pourquoi quittez-vous votre ancien employeur


Motifs de départ

Que vous soyez encore en poste ou que vous n’en ayez plus, vous êtes en recherche active d’un nouvel emploi. Dans une telle situation, comment répondre à la question « Qu’est-ce qui vous pousse/a poussé à quitter votre employeur ? ».

Pire ! Vous devez répondre à une telle question pour chaque employeur que vous avez quitté.

motif rupture conventionnelle

Les mauvaises réponses

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire

Évidemment, toutes les réponses qui sont en votre défaveur sont à garder pour soi.

Même si vos relations étaient de mauvaises à exécrables avec votre hiérarchie ou vos collègues, il est, de principe, indispensable d’éviter de parler en mal de son ancien employeur, même si cela vous démange de profiter de l’occasion pour lister toute une série de reproches.
Vous montreriez ainsi une incapacité à s’entendre avec d’autres personnes.

Toutes les causes de licenciement sauf une sont à taire. Seul un licenciement pour raison économique, un PSE touchant plusieurs salariés dont vous, est acceptable, car indépendant de votre volonté. C’est une conséquence d’une restructuration dont vous êtes une victime.

mauvaise réponse

mauvaise réponse

L’opportunisme, le fait de suivre une intuition ou les sirènes d’une proposition d’un chasseur de têtes, sans avoir vraiment réfléchi à la nouvelle situation par rapport à celle que vous avez/aviez, est à double tranchant. Soit vous êtes instable, une girouette qui change au gré du sens du vent, soit vous profitez d’une opportunité unique à ne pas manquer.

Avoir un projet de création d’entreprise ou pour parcourir le monde sont deux motifs à éviter.
Le premier parce que si vous recherchez un emploi de salarié, vous risquez de repartir dès que les conditions de mener votre projet deviennent favorables.
Le second parce que, là aussi, vous pouvez partir à tout moment.

Les meilleures réponses

La rémunération

Le salaire et autres éléments de la rémunération, avantages, primes, etc. sont le premier critère qui vous fait quitter votre entreprise. Encore faut-il que vous ayez une rémunération au-dessous du revenu moyen du poste que vous occupez/occupiez.

Vouloir plus d’argent est un bon motif.

état des lieux de l'égalité hommes femmes en Europe en 2019L’intérêt du travail

Il faut dire que si vous vous ennuyez dans votre poste, si vous aviez des activités routinières peu intéressantes, si seule la rémunération était votre motivation pour rester, la perspective de découvrir et d’apprendre d’autres façons de faire, outils et techniques, d’être au contact d’un autre public, peut vous redonner l’envie de changer.

Le plan de carrière

Avoir envie de progresser dans la hiérarchie ou/et avoir plus de responsabilités correspond mieux à votre ambition, à votre sens des responsabilités, à un besoin de démontrer tout votre potentiel.

L’équilibre vie personnelle / vie professionnelle

Quand vous avez l’esprit et le corps accaparé par un emploi très prenant, certes intéressant, ou pas, le stress, le ras-le-bol de faire passer son travail avant sa vie personnelle est de plus en plus fréquent.

Moins d’heures supplémentaires, moins de temps de trajet, des horaires fixes sont des motivations respectables.

équilibre vie pro vie persoLe respect de ses valeurs

L’interruption forcée des confinements durant la pandémie de Covid-19 a permis de remettre en question le respect de votre valeurs en les comparant avec celles de votre employeur.

Évidemment, si votre prochain employeur et vous avez des valeurs différentes, voire incompatibles, alors éviter ce motif de départ, sous réserve que vous vous en êtes rendu compte, au plus tard, durant votre entretien.

Déménager loin

Changer de ville, pour rejoindre votre conjoint ou se rapprocher de votre famille, est également un motif valable pour quitter son emploi.

D’une manière générale, un évènement ou une raison du domaine du privé, qui vous amène à prendre la décision de quitter votre emploi, est une des bonnes raisons acceptées.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Employeur : Le bouleversement de la valeur travail
Entretien de départ : Vous quittez votre poste ?
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question

Prud’hommes : Le barème des indemnités en cas de licenciement abusif
Productivité : Relaxez-vous autant que vous travaillez
Être mobile pour trouver un emploi = déménager ?

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi : Envie de quitter votre poste, 20 signes


Quelles sont les signes qui font penser que vous avez envie de quitter votre poste ?

Dans tout processus de travail, il y a plusieurs phases qui passe de l’enthousiasme, plus ou moins fort au début, jusqu’à la décision de quitter votre poste, annoncée à votre employeur.

Certains restent longtemps dans la même entreprise, avec ou sans évolution de carrière, en montant dans la hiérarchie ou en changeant d’activité. Chacun de ces changements remet la pendule à zéro et un nouveau cycle redémarre.

Toutefois, les entreprises constatent qu’avec le renouveau qui suit cette période de restrictions à cause de la pandémie de la Covid-19, autant que le rapport au travail de la plus jeune des classes d’âge à l’emploi, que la durée de vie dans l’entreprise est de plus en plus courte.

ennui_au_travailLe marché du travail est, en ce moment, plus favorable aux départs et aux recrutements, comme si chacun cherchait, avec frénésie sa place parce qu’il se sent mal là où il est.

Volontairement ou involontairement, le salarié émet des signes. Volontairement, parce qu’il a déjà décidé de partir, ou involontairement parce qu’il ne s’en est pas encore rendu compte qu’il a envie de changer.

20  signes

  1. Disparition du sourire, des plaisanteries, du bonjour ou du au-revoir
  2. Diminution de la participation aux discussions « machine à café »
  3. Absences répétées ou augmentation d’arrêts de travail
  4. Moindre participation à de nouveaux projets

  5. Argumentaire négatif, mise en avant pessimiste
  6. Refus de s’engager, surtout dans des actions de longue durée
  7. Investissement personnel réduit
  8. Augmentation de l’utilisation d’Internet à des fins privées

  9. Activité de réseautage multipliée, réactivée
  10. Mise à jour du profil personnel sur LinkedIn et autres réseaux sociaux
  11. Demande forte de télétravail, pour disposer de plus de temps pour soi
  12. Caméra coupée durant les échanges en visioconférence

  13. Comportement effacé, discret, isolé, repli sur soi
  14. Manque d’esprit d’équipe
  15. Respecte les horaires à la minute près
  16. Travail en mode « zombi » ou « pilotage automatique »

  17. Manque d’appétit, suppression des repas entre collègues
  18. Ouverture de discussion contre les conditions de travail
  19. Manque d’initiative
  20. Activité ralentie ou retards dans les résultats d’activité

Plus vous cumulez de signes et plus vous attirer l’attention sur un mal-être au travail.

Vos managers doivent vous redonner goût, pour vous garder, ou prévoir de se séparer de vous, à moins qu’ils doivent se résoudre à vous remplacer dès que vous aurez donné votre démission.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les 6 catégories de facteurs de risques psychosociaux
Manager à distance : Mode d’emploi en 10 points
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question

Employeur : Le bouleversement de la valeur travail
Être en phase avec la Culture d’Entreprise en 5 critères
Bien rédiger sa lettre de démission

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les soft skills : c’est quoi ?


La définition des soft skills évolue toujours

Depuis 2014, le terme de « Soft skills » est entré dans le vocabulaire des Ressources Humaines.

L’idée est que recruter un nouveau collaborateur sur ses savoir-faire serait une mauvaise idée si elle n’est pas complétée par son savoir-être.
Plus encore, le comportement du candidat sera facteur de progrès de l’entreprise ou facteur de trouble.

C’est ainsi qu’est née la notion de compétences humaines et comportementales appelée soft skills.

compétences comportementales alias soft skills

compétences comportementales alias soft skills

Avec le temps et l’esprit cartésien la partie compétences humaines est représentée par les savoir-être et la partie compétences comportementales forme les soft skills, d’une manière plus restrictives.

La différence entre les deux est floue. Néanmoins, nous pouvons dire que :

  • le savoir-être correspond à ses qualités propres à soi, ce qui est invariable et existe depuis sa plus tendre enfance
  • les soft skills sont des qualités, personnelles, acquises au cours du temps, notamment dans les relations avec les autres, dans un cadre privé ou professionnelle.

Les savoir-faire, appelés aussi hard skills, sont les savoirs appris et les connaissances mises en pratique.

C’est la synergie des individus qui fait que l’organisation pour laquelle ils travaillent augmente son efficience et ses résultats :

« Quand tout le monde pousse et tire dans le même sens alors on avance plus vite »

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Erreur de recrutement : Comment l’éviter 
20 atouts à mettre en avant dans une candidature ou liste 8 de points forts
Emploi : Exprimez vos talents

Pourquoi les recruteurs s’intéressent-ils aux soft skills ou savoir-être
Compétence, Habilité, Aptitude : Définitions
Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : Pourquoi voulez-vous ce poste ?


Comment répondre à la question des motivations du candidat

Dans tout processus de recrutement, vous devez vous poser la question de ce qui vous attire pour le poste. Outre le fait que cela vous permet de vous jauger et de vérifier que vous avez les capacités de prendre la responsabilité du poste, vous aurez, aussi, à répondre au recruteur qui vous posera la question de vos motivations.

D’accord, il y a la lettre de motivation, censée répondre à cela. Seulement, la lettre de candidature est faite pour montrer l’adéquation entre votre profil et le poste plus que vos véritables motivations, celles qui font que vous vous sentirez bien dans ces nouvelles fonctions.

motivations diverses

chacun ses motivations

Les mots positifs

L’usage des mots positifs est de mise. C’est le moment de les prononcer. Voici quelques exemples :

  1. Intéressé (e), Intérêt, m’intéresse
  2. Passion, passionné (e), passionnant
  3. M’impliquer, rejoindre
  4. Correspondre, Me correspond
  5. Répondre, donner
  6. Rejoindre, participer
  7. Opportunité, Mission
  8. Progression, carrière, étape
  9. Ravi (e), heureux (se)
  10.  

L’attitude positive

L’enthousiasme passe par le sourire, alors souriez, c’est une excellente nouvelle que d’être là pour présenter tout l’intérêt de votre profil pour le futur employeur.

Soyez légèrement penché (e) vers l’avant, le dos décollé de la chaise.

Ayez les mains ouvertes, paumes vers le haut, en guise d’offrande, pour donner ou recevoir.

Et aussi

Vos motivations vont souvent au-delà du poste en lui-même.

autre motivation

autre motivation ?

C’est l’entreprise, sa réputation, sa solidité, ses valeurs qui vous attirent.

Vous avez droit d’être fier (ère) de faire partie de ses effectifs, de rejoindre une équipe et le mode de fonctionnement, à la fois de l’équipe et du management de l’entreprise.

Les technologies, les méthodes, les machines utilisées vous font baver d’envie ou vous permettre d’être au goût du jour, de rester compétitif (ve) dans votre métier.

Votre créativité, votre autonomie, votre esprit d’innovation s’exprimeront davantage dans ce nouveau milieu professionnel, à votre portée.

Votre projet de carrière passe par cette entreprise, ou par ses concurrents, et votre progression dans la hiérarchie en sera facilitée.

Votre besoin de sécurité, de stabilité, de durabilité dans un poste sera comblé.

A éviter

Cependant, évitez d’évoquer la rémunération, les avantages sociaux, la place de parking ou la voiture de fonction. Ce sont des motivations trop centrées sur vous, qui peuvent sembler trop égoïstes.

coeur brisé

motivation trop personnelle

Évitez aussi les motivations extra-professionnelles, comme une rupture familiale, le besoin d’échapper à une routine, ou diminuer le temps de trajet.

Parmi les mauvais motifs à exprimer se trouvent les difficultés ou même les rancœurs envers l’ancienne entreprise, votre hiérarchie ou anciens collègues.
Dénigrer son ancien employeur, même si vous avez raison de vous en plaindre, fait toujours un effet très négatif.

Votre interlocuteur n’est pas un exutoire à votre colère ni à vos frustrations.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les 5 plus puissantes motivations au Monde
Valeurs et motivations : Le portrait chinois
Ex-chef d’entreprise : 8 conseils pour rassurer le recruteur

Motifs de départ : papillon ou pas de bol
Lettre de motivation : 3 conseils de base
Se reconvertir ou changer d’employeur ?

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment traiter des trous dans votre CV


De plus en plus de CV montrent des trous dans la carrière

Une carrière est loin d’être un long fleuve tranquille.

Si dans les 30 années qui ont suivies la fin de la seconde guerre mondiale, il y a longtemps qu’un salarié fait sa carrière dans plus d’une entreprise, voire exerce plusieurs métiers dans sa vie professionnelle.

Plus le temps passe, c’est-à-dire de nos jours, plus il faut être réactif et acteur de sa carrière.

Les conditions de travail difficiles à accepter pour les salariés les plus âgés, elles le sont encore plus par les salariés les plus jeunes, ceux qui débutent dans la vie active.

j'ai des trous dans mon CVC’est pourquoi, les « trous » dans un CV deviennent de plus en plus fréquents. Il convient, pour un recruteur, de faire la part des choses, entre une période sans emploi choisie et une telle période imposée, entre un candidat qui s’est laissé aller durant son chômage et celui qui a eu peu d’occasions de retrouver un emploi.

Les dates des expériences

Dans un CV, les dates des expériences sont généralement exprimées en mois et année. Cependant, pour des expériences de plus de cinq ans avant la date du jour, il est possible de mettre uniquement les années. Ainsi, un trou de quelques mois peut disparaître sur le CV.

Toutefois, le recruteur peut être amené à vous poser la question des mois ou des durées d’occupation des postes. Mieux vaut s’y préparer.

Microentreprenariat

Durant une période sans emploi, vous pouvez avoir décidé de créer votre propre entreprise, sous la forme d’une autoentreprise ou micro-entreprise.

Conçu au départ pour réduire le travail au noir, la microentreprise est le premier jalon pour tester une activité d’indépendant avant de créer une entreprise plus conséquente ou de revenir parmi les salariés.

Cette période sans emploi est donc un motif que vous pouvez donner si le recruteur vous pose la question de votre activité pendant un trou dans le CV.

Attention, n’inventez pas, le mensonge discrédite votre candidature.

définition de MOOCFormation et autoformation

De nombreuses possibilités de formation et d’autoformation existent grâce, notamment, à Internet.

Les MOOC sont là pour combler le temps passé entre deux emplois.

Vous pouvez en faire part dans la rubrique Formation de votre CV, à défaut d’avoir un poste, vous vous êtes formé.

Concurrence

Postuler après la publication d’une offre d’emploi, c’est s’engager dans une course où un seul est vainqueur et les nombreux autres sont perdants.

Postuler en candidature spontanée, c’est faire preuve de patience car, a priori, un recrutement peut faire son apparition bien des mois après avoir postuler.

Dans le premier cas, la concurrence est très forte. Dans le second, attendre et relancer régulièrement demande aussi du temps.

Dans les deux cas, il y a de quoi expliquer un trou dans votre CV.

être accompagné(e) dans sa recherche d'emploi

être accompagné(e) dans sa recherche d’emploi

Accompagné

Après la perte de son emploi, la période de deuil est plus ou moins longue. Rebondir le plus vite possible réduit la période entre deux emplois.

Une personne accompagnée par une association d’aide aux chômeurs peut l’indiquer au recruteur. Souvent, cet accompagnement réduit la période sans emploi et permet de reprendre un travail plus rapidement qu’en restant seul.

Motivations

Quand la carrière comprend des périodes sans emploi, il est de bon aloi de détourner l’attention du recruteur vers d’autres éléments du CV, plus en adéquation avec le poste.

Mettez le focus sur vos compétences, toujours présentes aujourd’hui, permet d’éviter d’indiquer de quand elles datent.

Vos actions et les résultats de vos actions sont plus importants pour le futur employeur si vous êtes en mesure de les reproduire pour lui, et cela peu importe quand vos réalisations ont eu lieu.

Les motivations de départ sont également très importantes à citer.

Si la recherche d’un environnement de travail, d’une éthique ou des valeurs en entreprise, est primordiale pour vous, alors l’explication de votre période sans emploi est toute trouvée. Attention, cependant, à adresser votre candidature à une organisation en phase avec vos critères.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Motifs de départ : papillon ou pas de bol
Embauche : Parti fâché (e), comment l’expliquer en entretien
Un trou dans le CV fait-il disparaître des compétences ?

La résilience : Définition et principes
Quelles motivations dire en entretien d’embauche
Stagnation dans sa recherche d’emploi : se remettre en question

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature spontanée : Mode d’emploi 2 sur 2


Candidature spontanée : Mode d’emploi 2 sur 2

Article précédent : Candidature spontanée : Mode d’emploi 1 sur 2

Préparez vos documents

Pour éviter de se griller auprès d’une entreprise, vos documents et votre approche doivent être les meilleurs.

Le meilleur CV est un CV dans lequel vous allez mettre vos compétences en avant.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, choisissez, parmi vos compétences, celles que vous allez proposer à votre futur employeur.

cv dsur machine à écrireÉliminez tout ce qui pourrait nuire à votre candidature et retenir, parmi vos réalisations, celles qui apportent un plus,  un bénéfice quelconque, à l’entreprise : une spécialisation, des connaissances, des faits et des résultats qui attirent son attention.

La Lettre de motivation sert à expliquer pourquoi vous proposez vos services. Elle illustre certaines des compétences que vous mettez en avant car elles correspondent le mieux à celles qui manquent, peut-être, pour le développement de l’entreprise.

CV et Lettre de motivation sont des instruments de marketing, alors ils doivent être rédigés sans faute de français, être clairs et lisibles, intéressants, percutants, facile à lire et à comprendre.

Patience et relance

Trois cas de figure se présentent à la réception de votre candidature spontanée.

  1. L’entreprise envisageait un recrutement et vous arrivez au beau moment
  2. Vos compétences manquent à l’entreprise qui s’en rend compte en vous lisant
  3. Rien pour le moment, l’entreprise n’est pas intéressée, du moins pas pour les mois à venir
patience du pêcheur à la ligne

prenez patience, relancez, ça va mordre !

L’idéal est le premier cas, car vous êtes le seul candidat.
Recruter coûte cher et quand un bon candidat se présente, il est bon de commencer son recrutement par lui/elle, voire de l’embaucher dans la foulée.

Le second cas est également intéressant. Généralement, il vous permet d’obtenir un rendez-vous, ne serait-ce que par téléphone, vous échanger sur ce que vous pourriez apporter, que ce soit en tant que salarié ou comme prestataire externe, première étape d’une intégration.

En ce qui concerne le troisième cas de figure, il est le plus fréquent.
Votre CV va rejoindre la pile des CV reçus. C’est dans cette pile, que piochera le chargé de recrutement, lorsqu’une embauche sera envisagée avant même de publier une annonce.

Faute d’avoir une réponse sous quinzaine, il est bon de se rappeler au souvenir de la personne à qui vous avez adressé votre courrier de candidature : Chef d’établissement, chef de service, service des Ressources Humaines.

relancer par téléphoneUn appel téléphonique vous permet de savoir si votre offre de services est bien arrivée et l’accueil qui lui a été fait, c’est-à-dire dans lequel des trois cas précédemment évoqués elle se trouve.

Comme, généralement, il vous faut patienter, relancer une fois par mois ou tous les deux mois, par mail ou par téléphone suffit à rester dans la mémoire de votre interlocuteur.

Le jour J, il ressortira votre CV, voire votre lettre, puis vous demandera si vous êtes toujours à la recherche d’un emploi.

Bien sûr, si entre temps, vous avez été embauché dans une autre entreprise, vous signalerez que vous retirez votre candidature.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Le mystère des 30 secondes de lecture d’un CV dévoilé : Partie 2/2
Lettre de motivation : 8 conseils pour réussir
Critère d’embauche : L’orthographe

Refuser un candidat : 10 réponses motivées et légales
Recrutement : Refuser un poste en se préservant
Les 10 règles d’Or pour vos mails

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature spontanée : Mode d’emploi 1 sur 2


Le marché caché de l’emploi

Dans une recherche d’emploi, plus le poste visé est élevé dans la hiérarchie et plus la concurrence est rude pour les obtenir.

Le réseautage, la recommandation sont des techniques qui augmentent considérablement les chances des candidats d’approcher le décisionnaire.

A l’autre bout de la hiérarchie, pour les postes les moins qualifiés, la candidature spontanée peut prendre la forme d’un déplacement directement sur place, à l’entreprise, avec ou sans CV. Vous frappez à la porte

  • Bonjour, je cherche un travail, en avez-vous pour moi ?

porte-à-porteÇa peut surprendre. Le porte-à-porte amène parfois de belle surprise.

Pour les cadres, la candidature spontanée est plus compliquée à mettre en œuvre.

Au contraire du « petit bonheur la chance » et de la multiplication des rencontres par le porte-à-porte, le cadre doit bien choisir les entreprises auxquelles il va s’adresser.

Trouver les entreprises

Les chambres consulaires, c’est-à-dire Chambres des Métiers et de l’Artisanat, CMA, Chambres de l’Agriculture, Chambres du Commerce et de l’Industrie, CCI, disposent de listes des entreprises qui s’y rattachent.

Certaines d’entre elles mettent gratuitement ces listes à disposition, d’autres demandent une contribution pour cela.

Les pages jaunes enregistrent les nouvelles entreprises et les incluent dans la liste des numéros de téléphone et vous pouvez retrouver les établissements de la zone géographique ou vous voulez travailler.

Des sites se sont spécialisés dans des listes d’entreprises, avec des informations issues des bilans annuels déposés et qui fournissent des indications sur la bonne santé des entreprises.

alumni ou ancien élève

alumni ou ancien élève

Pour les jeunes diplômés, les réseaux d’anciens élèves listent les entreprises dans lesquelles ils travaillent pour leurs adhérents.

Et puis, il y a Internet, le bouche-à-oreille et toutes autres sources comme la Presse pour découvrir l’existence de l’organisation qui sera votre futur employeur.

Par ailleurs, vos anciens collègues partis avant vous, les clients, les fournisseurs et les concurrents de l’entreprise pour laquelle vous avez travaillé ou pour laquelle vous travaillez encore, sont aussi des sources d’informations, des intermédiaires voire de futurs collègues ou futurs employeurs.

Renseignez-vous

Une fois la liste des entreprises qui vous intéressent établie, vous passez à la sélection, parmi elles, de celles potentiellement pourraient vous embaucher.

Pour cela, vous devez prendre un maximum d’informations sur les activités et les projets des entreprises.

Un recrutement arrive soit pour remplacer une personne qui s’en va, de son plein gré, démission, retraite, ou pas, fin de période d’essai anticipée, licenciement.

Si ce genre d’informations est difficile à trouver, il est plus facile d’en découvrir d’autres :

sites internetLes sites Internet des entreprises contiennent une description de ses activités, ses produits, ses services, ainsi que ses valeurs, son mode de recrutement, son organigramme, et parfois ses offres d’emploi.

Les sites d’emploi permettent de savoir si une entreprise recrute ou ont recruté et pour quels postes.

La Presse, et plus particulièrement, la Presse spécialisée ou la Presse économique, vous donne, à la fois, les projets des entreprises mais aussi un moyen de rédiger le premier paragraphe de votre lettre de candidature spontanée.

Toute nouveauté, positive, comme la création d’un établissement, le lancement d’un produit ou d’un service, la publicité, un événement sponsorisé, vous apporte de quoi comprendre les besoins potentiels de ressources humaines et de compétences de l’entreprise.

Suite de l’article : Candidature spontanée : Mode d’emploi 2 sur 2

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Pourquoi une candidature spontanée a plus de succès qu’une réponse à annonce ?
Convaincre après une reconversion
Que faut-il connaître sur l’entreprise avant l’entretien d’embauche

Lettre de motivation : Adresser la lettre à …
Envie de changer de boîte : 20 critères pour décider
Recherche d’emploi efficace 2/2 : Se lancer dans l’action

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Employeur : Le bouleversement de la valeur travail


Prendre en compte les motivations des salariés

S’il y a bien un bouleversement occasionné par la pandémie mondiale, c’est dans le monde du travail qu’’on le trouve.

Avant cette crise sanitaire qui a immobilisé des dizaines de millions de travailleurs, une tendance avait commencé à voir le jour dans les pays économiquement fort.
Il s’agit du changement des motivations initié par la jeune génération face au travail.

Alors que la règle était de travailler pour subvenir à ses besoins impliquait une adaptation de la personne aux organisations et modes de fonctionnement plus ou moins directifs d’une entreprise, la nouvelle génération à développer l’idée d’un bien-être au travail, d’un partage plus équilibré entre vie professionnel et vie privée fait son chemin.

travail hybride : présentiel et distanciel

travail hybride : présentiel et distanciel

Les chefs d’entreprise et l’ensemble de l’encadrement doivent en tenir compte pour la survie de leurs entreprises.

Quelques chiffres

61% des demandeurs d’emploi accepteraient le télétravail

73% des salariés pensent à quitter leur poste actuel

33% des travailleurs de moins de 30 ans ont déjà quitté leur premier emploi

Source : joblist (site de recherche d’emploi)

Le regard de l’employeur

Pour séduire les futurs salariés et retenir son personnel, un employeur doit commencer par en informer l’ensemble de ses cadres, à commencer par le haut.

voir loin : le regard de votre employeur

voir loin : le regard de votre employeur

L’adhésion de l’encadrement est indispensable pour l’harmonisation des nouvelles pratiques à mettre en place. Puis, celle de l’ensemble du personnel.

Un salarié heureux dans son travail aura un meilleur rendement. La satisfaction du client augmentera.
Les pertes pour absentéisme ou par une mauvaise qualité des produits ou des services diminueront.

Des conseils pour intégrer les motivations des salariés

1 Ouvrir le dialogue montant autant que descendant, avec des possibilités de contourner la voix hiérarchique.

2 Créer un sentiment d’appartenance à une équipe, notamment pour les nouveaux embauchés

confiance encouragement3 Faire confiance aux salariés pour obtenir leur confiance

4 Mettre en place les outils de travail collaboratif, principalement numériques, et les utiliser à bon escient, c’est-à-dire par le soutien et non par la surveillance, ni l’intrusion dans la vie privée

5 Encourager le travail hybride, présentiel et distanciel, qui facilité l’intégration, l’égalité et l’inclusion

6 Écouter, prendre en compte les idées et récompenser son personnel

La pérennité d’une entreprise passe par sa place sur son marché, par un investissement dans des méthodes et des outils modernes, et surtout par son personnel, heureux, motivé, impliqué et rentable.

Et dans votre travail, quel changement voudriez-vous voir ?

Faites-le moi savoir par un commentaire

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

La résilience : Définition et principes
Recrutement : Attirer les talents façon 21ème siècle
Le Projet de Transition Professionnelle : Mode d’emploi

Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir
Ces phrases qui tuent le dialogue
Être en phase avec la Culture d’Entreprise en 5 critères

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Conséquences de votre seule motivation au travail : L’argent


Et si l’argent était votre seule motivation au travail

« Vivre d’amour et d’eau fraîche ». Qui y croit encore ?

« Tout travail mérite salaire » est plus proche de la réalité depuis des milliers d’années, périodes d’esclavage exclues.

Nous avons besoin d’argent pour vivre. C’est-à-dire pour nous nourrir et nourrir notre famille, se loger, s’habiller, etc.

La pyramide de MaslowGagner plus que le minimum vital, commence déjà à créer quelques difficultés. Certains y parviennent.

Le travail est le moyen légal de gagner de l’argent. Cependant, ceux dont c’est la seule motivation sont bien à plaindre ; voici pourquoi.

Insatiable

Quand l’argent est devenu une obsession, il est à craindre que la rémunération est toujours insatisfaisante. Il vous en faut toujours plus.

Vous avez l’impression que vous êtes payé au-dessous de votre qualification ou que les autres sont mieux payés que vous.

Vous est insatisfait en permanence et vous êtes déçu que votre hiérarchie refuse vos multiples demandes d’augmentation.

Instable

Insatisfait de votre revenu, vous changez fréquemment d’emploi, moyen d’augmenter votre salaire à chaque changement.

changer d’emploi

Cependant, plus le temps passe et plus la différence de rentrées d’argent diminue, puis stagne ou – pire – les autres entreprises vous proposent moins.

Niveau de vie précaire

Chaque nouvelle période d’essai est une période d’incertitude, surtout après une démission.

De plus, vos dépenses évoluent avec le temps.
Vous avez besoin d’argent pour rembourser des prêts pour le logement, ou pour aider vos enfants à faire des études.
Puis, une fois les emprunts remboursés et les enfants autonomes financièrement, vous voulez garder votre niveau de vie.

Cela passe par d’autres emprunts, à la consommation, pour des biens par exemple une automobile d’un standing qui montre votre réussite, ou des loisirs plutôt coûteux comme des voyages pour épater vos amis.

Plus de dettes, plus de besoin d’argent.

Coincé dans un emploi avec un revenu à vos yeux insuffisants, vous le garder pour payer vos dettes et conserver votre niveau de vie « quoi qu’il en coûte ».

Sainte Pélagie Prison pour dettes

Sainte Pélagie Prison pour dettes

Comme vous êtes devenu moins sensible à l’intérêt du travail, votre employeur vous remplace par quelqu’un dont la motivation est différente.

Un juste milieu

Prendre un emploi uniquement pour l’argent conduit à le perdre, plus ou moins rapidement.

Par contre, vous serez plus productif, plus performant dans un poste qui vous plait, où vous pourrez donner la mesure de vos talents.

En plus de votre plaisir, vous pouvez gagner plus en grimpant dans la hiérarchie, donc vous gagnez plus d’argent… aussi.

L’argent devient alors une conséquence et non plus un but. Le cercle devient vertueux.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Entretien d’embauche : bonnes et mauvaises raisons de vos départs
En poste ET en recherche d’emploi : Les risques
Le contrat de génération : L’argent n’est pas la seule motivation

Quelles motivations dire en entretien d’embauche
5 conseils efficaces pour montrer sa motivation en entretien d’embauche
Rupture du contrat de travail : Les documents officiels

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recruteur : 5 questions indispensables à poser aux candidats


5 questions indispensables pour réussir son recrutement

Que ce soit votre métier ou que vous participez occasionnellement à un processus de recrutement, vous faites partie des recruteurs.

Le risque le plus important que vous devez assumer, c’est de vous tromper et de choisir un candidat qui va vous décevoir.

se tromper

se tromper de candidat ?

En entretien d’embauche, un des moyens de mieux connaître les candidats est de leur poser des questions et de jauger leurs réponses, tant orales que non verbales.

1. Pourquoi êtes-vous ici ?

Une question directe amène une réponse directe.

La réaction du candidat va être à la hauteur de sa motivation et de sa préparation à l’entretien.

Elle sera centrée sur lui-même ou orientée vers le poste et l’entreprise.
Elle vous permettra de voir si le candidat s’est intéressé à son éventuel futur environnement de travail.

2. Pourquoi pensez-vous être compétent (e) pour ce poste ?

La réponse vous permettra de savoir si le candidat se connaît bien, s’il connaît ses points forts et ses axes d’amélioration.

compareDe même, vous déterminez le degré d’adéquation entre les besoins de l’entreprise et le profil du candidat.

3. Comment vous voyez-vous ce poste ?

Cette question est déterminante pour esquisser les éventuelles difficultés ou la facilité d’intégration du candidat à l’équipe en place.

La réponse portera sur ses traits de caractère, ses compétences comportementales, ou sur ses savoir-faire, ou encore sur son plan de carrière, ses motivations.

C’est aussi une question pour estimer la durée de présence dans l’organisation. Un candidat bien intégré aura moins envie de repartir rapidement et sera plus productif.

4. Pourquoi voulez-vous quitter/avez-vous quitté votre emploi ?

La réponse sera différente si le candidat est encore en poste ou s’il est en repositionnement professionnel.

au revoir les collègues

au revoir les « ex-« collègues

Néanmoins, le ton qu’il emploiera montrera le contrôle de ses émotions, ainsi que la façon positive ou négative de s’exprimer indiqueront sa façon de décrire sa situation, de l’analyser.

Vous déterminez ainsi s’il est « prêt » à rejoindre la structure ou s’il a encore besoin de faire son deuil de son ancien emploi.

5. Décrivez-nous une situation difficile que vous avez maîtrisée

C’est la même question que « parlez-moi de vos échecs » ou « comment gérez-vous votre stress ? ».

La capacité de réaction, l’inventivité, la communication, employées par le candidat ainsi que le choix de la situation sont autant d’indications qui permettent de déterminer si le candidat a su tirer des enseignements de la situation maîtrisée.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Recruteur : Que faire après la publication d’une offre d’emploi
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
ATS ou Logiciel de recrutement : Les 12 fonctionnalités indispensables

Comment l’IA analyse l’entretien vidéo
5 méthodes pour optimiser son recrutement
Contrôle de référence, côté recruteur

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter