L’Alphabet Radio International


L’Alphabet Radio International

union internationale des télécommunicationsDepuis 1959, l’alphabet radio international est utilisé dans le monde entier, pour les communications radiotéléphoniques, notamment dans l’aviation.

Cette norme a été définie par l’Union internationale des télécommunications.

Cet alphabet est composé de mots, reconnus dans toutes les langues.

Pour chaque lettre de l’alphabet latin existe un seul mot qui commence par la même lettre.

Ainsi en prononçant le mot, on sait quelle est la lettre qu’il représente.

Cet alphabet est utilisé pour épeler un identifiant, un acronyme ou un mot pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur la façon dont on écrit ce mot.

Il a fallu choisir des mots courts, dont la prononciation est la même partout.

A ALPHA
B BRAVO
C CHARLIE
D DELTA
E ECHO
F FOX
G GOLF
H HOTEL
I INDIA
J JULIET
K KILO
L LIMA
M MIKE
N NOVEMBER
O OSCAR
P PAPA
Q QUEBEC
R ROMEO
S SIERRA
T TANGO
U UNIFORM
V VICTOR
W WISKEY
X X-RAY
Y YANKEE
Z ZOULOU

Mike Echo Romeo Charlie India

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Communication ; Convention et référentiel commun indispensables
Télécommunication, facteur déterminant des infrastructures
Compréhension dans la communication

Sémaphore : Des signes pour se parler
Le langage des fleurs
Comment interpréter la phrase : « Qu’est-ce que tu bois ? »

Autres Communication :

Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Exercices de diction : le crayon dans la bouche


Exercez-vous avec exigence et sans soucis

crayon dans la bouche
La langue française est riche d’un vocabulaire plein de nuances, qui en fait la langue préférées des diplomates. C’est aussi une langue qui demande une certaine dextérité dans la prononciation des mots.

Les jeux de mots existent bien sûr dans d’autres langues. Néanmoins, ils sont particulièrement nombreux dans le français. Pour comprendre une phrase, il faut connaître le contexte de la phrase prononcée ou lue.

Dans la vie courante, il est nécessaire de bien se faire comprendre pour éviter de répéter, éviter les malentendus, quiproquos et éviter de provoquer des réactions d’incompréhension, de rires ou de colère. Les comédiens ont appris à articuler avant de pouvoir prétendre monter sur une scène de théâtre.

Des exercices de diction

Prenez un crayon, calez-le bien au travers de votre bouche et prononcez ces phrases à haute voix. Quand vous les lirez sans hésiter et de façon compréhensible alors vous aurez réussi l’exercice.

  1. Ciel, si ceci se sait, ces soins sont sans succès
  2. Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archisèches ?
  3. Tu as tort de tout taire à ta tante, car le tort tue
  4. Si six cents scies scient six cents cigares, six cents six scies scient six cents six cigares
  5. Je veux et j’exige d’exquises excuses
  6. Le fisc fixe exprès chaque taxe excessive exclusivement au luxe et à l’exquis
  7. J’examine cet axiome de Xénophon sur les exigences, les excès et l’expiation
  8. L’énorme orme morne orne la morne vallée
  9. Son sage chat, son sage chien, son sage singe
  10. Le magique moujik mugit gémissant sans génie s’ingéniant à gêner la muse. amusé, le moujik a misé et la muse au musée a osé
  11. Suis-je chez ce cher Serge ?
  12. Six slips chics, six chics slips

Amusez-vous bien !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler
Un peu de détente et buvons un coup
Chez les papous

Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
L’origine du français et de son orthographe
Comment interpréter la phrase : » Qu’est-ce que tu bois ? «

Autres Communication et Humour :

Récapitulatif 12 Communication
Récapitulatif 11 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement


La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement

ARTICULER

l'appareil à enregistrer la parole de l'abbé Jean-Pierre Rousselot
Cela semble évident et, pourtant, nombre d’orateurs articulent mal. Ils « mangent » les mots.

Il est difficile de les comprendre et l’agacement prend le pas sur le contenu du discours.

Le bégaiement est la difficulté de prononcer un grand nombre de syllabes, et des convulsions du débit qui en résultent

Le balbutiement est le fait que la parole hésitante, interrompue. Il correspond le plus souvent à une faiblesse ou une torpeur intellectuelle.

Le bredouillement est le fait des orateurs nerveux, vifs, à l’esprit prompt.

Quel que soit le défaut de prononciation, et même si vous n’en avez pas, ralentissez le débit de votre voix et prononcez distinctement.

Entraînez-vous à la lecture à haute voix. Et respirez !

  • Lisez chaque texte, c’est-à-dire un poème complet ou tout un article, ou un discours in-extenso, etc.
    Faites-le devant un miroir, débout et observez vos gestes, regardez votre expression.
    Ecoutez aussi votre voix.
  • Lisez un texte le plus vite possible, puis le plus lentement possible. Pour finir lisez vite certains passages, lentement d’autres.
    Apprenez à modifier le rythme de la lecture suivant le contenu du texte.
  • Variez les textes pour ne pas les apprendre par cœur.
  • Recommencez jusqu’à ce que vous soyez satisfait (e).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le timbre de la voix
La monotonie du débit de la voix
Etre à l’aise avec soi pour bien parler

La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs
La mémoire pour une meilleure efficacité personnelle
Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)

Autres Communication ;

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers


Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers

Une raison pour laquelle les étrangers éprouvent certaines difficultés avec le français est la reconnaissance des mots prononcés.

En effet, les français lient les mots d’une phrase entre eux et prononcent les liaisons entre ces mots.une oie deux oies

Un exemple est celui de l’oie [lua] dont la prononciation dépend du mot qui le précède :

Une oie [nua], deux oies [zua], quatre oies [tua], cinq oies [kua], neuf oies [vua] ou [fua]

Plus difficile encore est d’écrire ce que l’on entend.

Exemple 1 : « comme un vieil hareng saur » = « comme un vieillard en sort« 

Si la personne qui parle ne détache pas les syllabes, il est alors quasi impossible d’écrire ce que l’on entend, surtout lorsque l’on n’a pas le contexte global dans lequel s’insère la phrase que l’on a à écrire

Exemple 2 : [sètométénormémenbèt]

Encore plus flagrant est cet exemple, où si l’on prononce toutes les syllabes sans pause entre elles, de multiples possibilités de transcriptions écrites sont possibles. Cet exemple est issu d’une lecture dont j’ai oublié l’origine. Si un lecteur de cet article pouvait me la transmettre, je lui serais reconnaissant .

Cet homme est énormément bête

Cet homme est énorme et m’embête

Cet homme est ténor, mais m’embête

Cet Ohm est énorme et m’embête

Cette eau m’est énorme et m’embête

« Sept Ohm » est énorme et m’embête

C’est tôt ! Mettez Nord. Mais, ment, bête !

C’est « tomette » et nord m’aime en bête

Cet « Oh mais », ténor, m’aime en bête

Cette eau, mes ténors, m’aime en bête

Cet tôt, Mets « ténor », mais ment, bête !

Cette eau, met tes nords, mais m’embête

C’est tôt, les ténors, même en bête !

Sept ! Oh mes ténors ! Mais ment, bête !

C’est taux m’étaient normes, et ment, bête !

Etc.

Et la lecture n’est pas mieux servie

Comment un étranger peut-il savoir que les deux syllabes du mot « chercher » ne prononcent différemment ?

D’ailleurs, le mot « différemment » se prononce [diférament] alors qu’il n’y a aucune lettre « a » dans l’orthographe de ce mot.

Ou encore que « couvent » et « couvent » se prononcent différemment selon qu’il s’agisse du cloître pour femmes ou de la troisième personne du pluriel du verbe couver ?
Le second se prononce [kuv] et le premier [kuvan]

Bon courage aux non francophones !

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Des mots pour se définir
Lire pour bien converser
Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole

Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile

Autres Voyage et Communication :

Récapitulatif 3 Voyage
Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :