Productivité : Travaillez tous les jours, sans exception


Productivité : Travaillez tous les jours, sans exception

planning de la semaineLe principe de Jost est qu’il est plus facile d’apprendre en morcelant l’apprentissage et en l’étalant dans le temps.
C’est efficace sous réserve de conserver le rythme d’apprentissage et de répéter les leçons apprises précédemment.

Sommaire :

Les habitudes dans la productivité

  1. Une seule action à la fois
  2. Tenez compte de vos préférences au travail
  3. Travaillez tous les jours, même durant les vacances, sans exception
  4. Il faut 30 jours pour prendre une habitude
  5. Agir régulièrement pour se sentir bien
  6. La force de volonté est limitée, pensez-y quand elle s’épuise
  7. Acceptez un nouveau projet, quand votre esprit et votre cœur vous disent oui, tous les deux
  8. Ignorez les gens qui n’ont rien à faire de votre temps

Pour le travail, ou n’importe quelle habitude, il est plus facile, donc plus efficace de travailler tous les jours.
Bien sûr, durant les congés de fin de semaine ou les périodes de vacances, le rythme de travail est ralenti et le travail même différent.

Arrêter une habitude pour quelques jours ou quelques semaines et l’habitude devient plus difficile à reprendre quand on retourne travailler.

Pour conserver sa productivité, mieux vaut « garder la main », ralentir certes, sans abandonner son activité. En faire, un peu, chaque jour, permet de conserver l’habitude de travailler.

C’est un point que certaines personnes malades ou au chômage, ou encore à la retraite, oublient parfois. Ne plus rien avoir à faire, perdre, forcé ou non, ses habitudes et c’est le désœuvrement, l’ennui ou/et la dépression à la clé.

L’objectif devient alors de reprendre une activité et donc des habitudes le plus vite possible.

« L’humanité se divise en trois catégories :

ceux qui ne peuvent pas bouger,
ceux qui peuvent bouger, et
ceux qui bougent. »

Benjamin Franklin

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour plus de conseils :

En complément :

Management participatif : Votre plus grande satisfaction
Réflexions pour une orientation professionnelle
Productivité : Un résultat rapidement

Le Kaizen : Difficile à mettre en place ?
Dégradation de la relation personnelle avec le responsable hiérarchique
Le grizzly affamé

Autres Organisation :

Récapitulatif 14 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le bore-out : « Quel ennui ! »


Le bore-out, c’est quoi ?

bore-out et burn-outSur le lieu de travail, nombreuses sont les situations où l’ennui s’installe.

Vous arrivez au travail et vous vous sentez fatigué (e) avant même de commencer et cela se poursuit toute la journée.

Ce qu’on appelle l’ennui au travail s’exprime par un nouveau mot : le bore-out. C’est un syndrome d’épuisement professionnel, au même titre que le burn-out.

Cette théorie a été présentée dans un livre écrit par deux consultants d’affaires suisses, Peter Werder et Philippe Rothlin, dans lequel ils émettent l’hypothèse que le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui se caractérise par trois éléments :

  • l’ennui,
  • l’absence de défis
  • le désintérêt

C’est important ?

Plus de 30 % des salariés seraient concernés, selon l’étude de Christian Bourion et Stéphane Trebucq, « Le bore-out-syndrom ».

Le phénomène de l’ennui au travail est ancien. On l’appelle aussi démotivation au travail.

Il est du rôle du manager de traiter ce phénomène avant que la frustration du salarié le conduise à des arrêts de travail, à un étalement de son travail dans le temps ou à aller voir si les tâches proposées par d’autres entreprises ou organisations lui conviennent mieux.

Qui est concerné ?

Tous les métiers et toutes les entreprises sont concernés. Ce syndrome touche toutes les catégories socio-professionnelles.

Il s’agit de l’adéquation entre les aspirations personnelles de chaque salarié avec ses tâches au travail. Ce syndrome apparaît plus fréquemment chez des stagiaires lorsqu’ils sont sollicités pour faire des photocopies ou apporter du café, alors qu’ils sont là pour apprendre leur futur métier.

On le retrouve aussi chez les apprentis. Lorsqu’un employeur lui confit des tâches qui sont différentes et peu intéressantes pour celui ou celle qui doit les exécuter.

Quant aux autres salariés, de multiples causes peuvent les conduire au bore-out :

  • Avoir fait le tour de son métier.
    Les seniors sont les plus concernés, ainsi que les ambitieux (on peut cumuler les deux !) qui veulent toujours progresser et qui ne voit aucune perspective.
  • Se retrouver seul (e) ou « au placard ».
    Pas ou peu de contact avec les autres, aucune tâche particulière ou des tâches ennuyeuses, avec des moyens insuffisants, vont générer un stress par l’ennui
  • Avoir une routine qui rend le temps qui passe très long.
    La répétition des gestes ou des tâches n’apportent aucune satisfaction. L’esprit est libéré pour des pensées sans rapport avec le travail, la frustration s’installe.
  • Être trop qualifié (e).
    Les tâches semblent trop faciles, sont trop rapides à exécuter, grâce à ses connaissances ou son expérience. L’ennui s’installe très rapidement et l’envie d’avoir un poste à sa mesure se fait fortement ressentir
  • Manquer d’activité.
    Avec la baisse d’activité dans certaines entreprises, il y a de moins en moins de choses à faire, de dossiers ou de demandes à traiter, de produits à fabriquer, de clients à servir, etc.

Le bore-out touche aussi :

  • les chômeurs
  • les retraités
  • les invalides
  • les handicapés
  • les femmes à la maison
  • les jeunes en formation ou scolarisés

Le désoeuvrement, consenti ou volontaire, est également générateur d’ennui. Les occupations peut valorisantes ou sans rapport avec ses centres d’intérêt, l’incompréhension des autres à sa situation, etc. mènent au bore out.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : La passion et l’enthousiasme
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
Loi de Fraisse (Paul) : La perception du temps est subjective

Je peux le faire !  ou motivation personnelle en 8 étapes
Au travail : Motivation et Démotivation vues par les employés
Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Motivation

Autre Bien-être et Management :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : La passion et l’enthousiasme


1/7 La passion et l’enthousiasme du candidat

Débloquer le candidat

fruits de la passion
Lorsqu’un recruteur reste sur sa faim en raison d’un contrôle absolu du candidat, ou, au contraire quand la prestation du candidat jusque-là est favorable, alors il pose des questions sur les rubriques de la fin de page du CV.

Sommaire :

1 La passion et l’enthousiasme

2 La richesse de la personnalité

3 La curiosité de bon aloi
4 Tout est dans le détail

5 La lumière intérieure et extérieure
6 Audace, ambition ou provocation
7 Les bonnes questions

Que ce soit une langue, une compétence particulière sur un logiciel, ou un centre d’intérêt, un sport, un loisir, le recruteur a le choix.

C’est alors que le candidat va se relâcher et s’exprimer plus facilement et avec enthousiasme sur une passion. Le recruteur va être encore plus attentif que précédemment et entré dans le jeu du candidat.

Motivation et Qualités

Plus le recruteur s’intéressera à la passion du candidat et plus celui-ci va approfondir et donner des détails. Plus que les détails en eux-mêmes, c’est la manière de les exprimer qui compte.

C’est aussi une méthode pour le recruteur de déceler l’absence de passion et l’intérêt du candidat pour un poste qui contient des contraintes ou qui risque de provoquer l’ennui du candidat.

De même, le chargé du recrutement peut déceler des qualités d’expression orale, de synthèse, de conteur, de transmission de son enthousiasme, de débrouillardise, de persévérance, d’agilité mentale, et autres qualités nécessaires pour tenir le poste et assumer ses responsabilités.

Le temps compte

La durée de l’entretien s’en trouve allongée. Le recruteur doit prévoir suffisamment de temps ou accepter de décaler ses autres rendez-vous de la journée pour permettre au candidat de s’exprimer. Il peut aussi, avec de l’expérience, raccourcir la première partie de son entretien d’embauche pour passer à cette partie de la conversation plus rapidement et ainsi parvenir à tenir la durée totale de l’entrevue qu’il s’est fixée.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Faute du recruteur : 1. Considérer que la timidité signifie incapacité à
Connaître ses limites face à un recruteur en entretien d’embauche
Être timide et réservé : point faible ou point fort

Soyez positif – Ne dites pas, dites
Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs
Parler salaire durant un entretien d’embauche : Les risques

Autres emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quitter son emploi ou rester : Telle est la question


Évolution professionnelle ou Recherche d’emploi

évolution professionnelle ou recherche d'emploiQuand vous ressentez un malaise dans l’entreprise pour laquelle vous travailler. De multiples raisons sont la cause de ce mal-être au travail. Il est alors temps de se poser la question de l’évolution de sa carrière.

Envie de progresser

Rester : Une mutation, une nomination, une promotion, sont autant de facteurs qui incitent à rester, surtout quand une promesse vous a été faite.

Partir : Quand, avec ou sans promesse, vous trouvez que c’est trop long ou que d’autres passent avant vous.

Doute sur votre employabilité

Rester : Quand vous êtes frileux et bien content de votre travail, sans vous poser trop de questions

Partir : Pour éviter de perdre du savoir et de sa valeur sur le marché du travail, faute de mises à jour de vos connaissances

Routine et ennui

Rester : Tout va bien, la routine est reposante et l’ennui est un mot qui vous est inconnu

Partir : Si aller au travail se fait à reculons et que vous attendez le week-end avec une impatience certaine

Stress et charge de travail

Rester : Quand vous finissez votre journée à l’heure et sans soucis, satisfait (e) du travail accompli dans la journée et sans crainte du lendemain.

Partir : Quand vous ne savez plus où donner de la tête, que vos pauses sont un souvenir lointain et que vous vous énervez de ne pas avancer dans votre travail autant que vous le voudriez.

Valeurs éthiques et ambiance

Rester : Quand vos collègues sont devenus (es) des amis (es). L’ambiance est superbe et le travail se fait en accord avec vos valeurs, vous êtes en accord avec les objectifs et les moyens mis en œuvre par votre direction.

Partir : Quand l’ambiance est détestable ou que vous vous sentez à l’écart. Quand vous désapprouvez les choix et les conséquences attendues des décisions de votre direction, parce qu’ils sont à l’encontre de vos valeurs.

Salaire et revenu

Rester : Quand votre salaire et vos primes vous conviennent et que vous pouvez assurer le train de vie auquel vous pensez avoir droit

Partir : Quand des augmentations vous sont refusées alors que vous en avez besoin pour vivre dans de meilleures conditions

Facteurs extérieurs

Rester : Quand vous êtes satisfait de votre environnement de vie, pour vous et votre famille

Partir : Quand vous ou/et votre famille a envie de changer de lieu et de cadre de vie, par obligation ou par choix

Alors rester ou partir ?

Si vous décidez de rester, alors nous parlons d’évolution professionnelle, d’amélioration d’une situation par des formations et des conseils en efficacité personnelle.

Si vous décidez de partir, alors nous parlons de recherche d’emploi, de techniques de communication pour trouver un travail qui va mieux vous convenir et où vous pourrez vous épanouir.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
La rupture conventionnelle : Mode d’emploi
Points faibles en entretien d’embauche : Pourquoi et comment ?

Liste d’exemples de points forts et de points faibles
Reconversion professionnelle ou évolution de carrière
Se reconvertir ou changer d’employeur ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :