Être en retraite et se déclarer auto-entrepreneur : Possible


Augmenter sa retraite en devenant auto-entrepreneur

travaille en retraiteToute personne bénéficiant d’une retraite peut se déclarer auto-entrepreneur.

Les conséquences sont différentes selon votre situation vis-à-vis du régime de retraite.

Taux plein : Possible

Si vous êtes retraité (e) à taux plein, tous les revenus de l’activité de votre auto-entreprise s’ajoutent, sans restriction à votre pension de retraite.

Taux partiel: Ça dépend

Si votre retraite est à taux partiel, des restrictions existent lorsque votre activité d’autoentrepreneur dépend du même régime de retraite que celui qui vous verse votre pension.

Dans ce cas, des plafonds sont définis chaque année.

Attention : Ces plafonds sont différents des plafonds pour une activité en auto-entreprise des actifs.

Si votre chiffre d’affaires dépasse le plafond qui vous est imposé alors le versement de votre pension de retraite de base et de votre ou vos pensions complémentaires est suspendu

Des trimestres supplémentaires ?

Aucun trimestre supplémentaire si vous êtes déjà en retraite à taux plein.
Vous avez déjà atteint le maximum.

Pour générer de droit à des trimestres supplémentaires, il faut que l’activité de votre auto-entreprise se situe dans un régime différent du régime de retraite où vous êtes.

Par exemple, si vous exercez dans une activité commerciale ou artisanale et que votre pension de retraite dépend du régime d’une activité libérale, ou inversement, vous avez droit à des trimestres supplémentaires.

Pour augmenter votre retraite grâce à ces trimestres supplémentaires, vous devez fermer votre autoentreprise.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Retraite : Il faut la demander
Comment valider ses stages pour sa retraite
ATS ou Allocation transitoire de solidarité pour les chômeurs touchés par le recul de l’âge de la retraite

Créer son propre emploi : oui, non, peut-être
Exonérations pour les Salariés créateurs d’une entreprise
PEPITE et Statut d’étudiant entrepreneur

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Chômeur en France, Salarié(e) en Belgique : Fraude ou Légalité


Triche à la frontière ?

vitesses réglementées en belgiqueUn frontalier, inscrit comme demandeur d’emploi en France, peut-il travailler à l’étranger, sans le déclarer ?

Est-ce légal ou une fraude ?

Faut-il le dénoncer à Pôle emploi ?

Voilà trois questions auxquelles cet article va vous éclairer

L’Union européenne

Pôle emploi prend en compte uniquement les activités des demandeurs d’emploi qui se trouvent en France.

Les entreprises belges déclarent leurs salariés en Belgique uniquement, donc Pôle emploi n’a aucune connaissance ni aucun pouvoir contre les salariés qui travaillent en Belgique, mis à part les frontaliers déclarés.

L’Union européenne autorise la libre circulation de ses ressortissants dans tous les pays européens membres ainsi que le droit d’y travailler.

Il est donc légal de travailler en Belgique et de vivre en France. Comme il est légal d’être inscrit à Pôle emploi quand on est sans travail en France.

Dénoncer un faux chômeur

La loi française oblige les personnes inscrites à Pôle emploi d’effectuer des démarches actives de recherche d’emploi.
Les contrôles sont de plus en plus fréquents.

Si un demandeur d’emploi n’effectue aucune démarche, surtout s’il travaille hors de France, alors il pourrait être radié.

Pour dénoncer ce qui n’est pas une fraude en soi, mais qui est une non-application des règles auxquelles sont soumises les personnes inscrites à Pôle emploi, vous devez vous rendre à n’importe quelle agence de Pôle emploi, de préférence celle dont dépend la personne fautive, avec toutes les preuves qui prouvent le travail en Belgique.

Attention aux dénonciations sans preuve : Si la personne concernée apprend que vous êtes à l’origine de la plainte auprès de Pôle emploi, alors elle peut déposer plainte pour calomnie. C’est pourquoi, en vous rendant à l’agence de Pôle emploi, apportez suffisamment de preuves.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Dénonciation d’une fraude à Pôle emploi par mail : impossible
Contrat de travail : Les droits et obligations
Arnaques à l’emploi : Recevoir des loyers

Belgique : Conséquences pratiques de la disparition de la période d’essai
Autoroutes en Belgique et Pays-Bas
Emploi : Apprenez l’allemand ou le néerlandais plutôt que l’espagnol

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment démarrer une lettre de motivation ?


Par quoi commencer une lettre de motivation ?

madame monsieurC’est toujours plus simple d’en parler que de se mettre devant sa page blanche ou son écran et d’écrire.

Bien sûr, il y a les préliminaires qui respectent le formalisme de rédaction d’une lettre ou d’un mail de motivation

Qui

Une fois que vous vous êtes échauffé (e) par ce petit exercice, il faut connaître le nom de la personne à qui l’on s’adresse.

Ceci permet d’écrire « Monsieur Y » ou « Madame X », dans la toute première phrase, ainsi que dans la formule de politesse, présente uniquement dans une lettre de motivation.

Si vous ne connaissez pas le nom de la personne, « X » ou « Y » alors il est possible de téléphoner au standard de l’entreprise pour dire que vous souhaitez vous adresser au chargé du recrutement car vous souhaitez indiquer son nom dans votre lettre. C’est tout simple.

Quoi

Ensuite, vient le paragraphe d’introduction proprement dit.
C’est celui qui vous sert à montrer que vous vous êtes intéressé (e) à l’entreprise en parlant d’elle.

A éviter : les banalités.
Ne dites pas à l’entreprise qu’elle est la meilleure de son marché ou toute autre information qu’elle connaît déjà ou qui est trop ancienne.
Pire, évitez de dire que vous avez lu l’annonce et que vous y répondez.

L’idéal est d’avoir un fait récent de l’actualité de l’entreprise à écrire.

Pour cela, effectuez une recherche sur le site de l’entreprise ou directement dans un moteur de recherche pour découvrir ce qui s’y est passé ou ce qui va se passer prochainement.
Ce peut être l’ouverture d’un nouvel établissement ou l’anniversaire de son patron.

Tout ce qui montre que vous vous êtes intéressé à l’entreprise ou à son dirigeant est bon à prendre.

Cela suppose que vous connaissez le nom de l’entreprise.
Quand ce n’est pas le cas, le domaine d’activité est généralement indiqué dans une annonce. Dans ce cas, vous mettrez une actualité du secteur professionnel, par exemple une statistique du marché ou touts autre information qui montre votre intérêt.

Le premier paragraphe peut être réduit à une seule phrase.
Les autres paragraphes vont parler de vous et de ce que vous pouvez proposer à l’entreprise pour convaincre le recruteur de décrocher son téléphone pour vous appeler.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Niveaux de langue européens : Écrire
Convaincre par les mots
Recherche d’emploi : Atout et qualité

Lettre de motivation : 8 conseils pour réussir
Les entreprises pourront avoir leur propre suffixe dans leur nom de domaine
Lettre de motivation : Adresser la lettre à …

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entête d’une lettre de motivation ou d’un mail de motivation


Les préliminaires et formalisation d’une lettre de candidature

lettre du 17ème siècleRien de pire que de rater sa candidature par une lettre de motivation ou un mail de motivation qui ne respecte pas les règles et le formalisme que le recruteur attend.

Plus vous facilitez la tâche du recruteur et plus vous mettez de chances de votre côté.
Les candidatures échouent parfois sur du détail. Alors, autant éviter d’indisposer le futur employeur par un début de courrier mal fait.

Prénom, nom et coordonnées

Ecrire une lettre de motivation, c’est d’abord écrire une lettre, donc respectez les normes habituelles d’une entête de lettre.

Un lettre de motivation peut aussi être un mail de motivation.
Dans ce cas, l’entête sera différente.

Dans une lettre, on écrit son prénom, son nom et ses coordonnées, en haut à gauche.
Oon écrit le nom de la personne et de l’entreprise ou organisation destinataire ainsi que ses coordonnées postales, en haut à droite, même si la lettre sera envoyée sous forme d’une pièce jointe à un mail.

Dans un mail de motivation, l’identité de l’auteur et ses coordonnées sont à mettre en fin de mail en guise de signature. L’adresse du destinataire est inutile car remplacée par son adresse mail à qui on envoie sa lettre de candidature

La commune du candidat et la date du jour sont à écrire, à droite en laissant une ligne blanche entre l’adresse du destinataire et cette ligne.

Dans le cas d’un mail, c’est inutile.

Référence, Objet, Pièces jointes

La référence est le code de l’annonce lorsque vous répondez. Utilisez le nom « Réf. : » devant la référence, à mettre dans la lettre de motivation, après la ligne avec la date du jour ou à mettre dans l’objet du mail.

L’objet est du texte qui contient l’intitulé du poste à pourvoir. Il commence par « OBJET : Candidature pour le poste de« . La référence est à mettre comme indiqué ci-dessus, le mot OBJET lui est à mettre en majuscules, dans une lettre de motivation.

Pour un mail, l’objet se trouve dans la zone objet du mail avec la référence. Les deux informations sont collées l’une à côté de l’autre dans l’objet du mail.

Dans une candidature par mail, le destinataire sait tout de suite qu’il y a des pièces jointes, par exemple le CV ou la lettre de candidature, une lettre de recommandation ou un justificatif de diplôme. Donc inutile d’écrire quoi ce que soit dans le mail proprement dit.

Dans une lettre de candidature, c’est différent.
Il est préférable d’indiquer, sur la ligne dessous OBJET ou Réf., selon l’ordre dans lequel vous les avez écrit, le nombre de pièces jointes. Le formalisme est le suivant : « PJ :  » et le nombre de pièces jointes.

Une fois les préliminaires de l’entête d’une lettre ou d’un mail de motivations rédigés et formalisés, le courrier peut vraiment démarrer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quels points faibles mettre dans une lettre de motivation ?
Lettre de motivation : Canada vs Europe
Lettre de motivation : Votre stock de paragraphes

Compréhension dans la communication
Vidéoconférence : Entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication
Communication : Convention et référentiel commun indispensables

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Dénonciation d’une fraude à Pôle emploi par mail : Impossible


A quelle adresse mail envoyer une dénonciation de fraude à Pôle emploi ?

L'homme et la puce de Jean de La Fontaine Pour dénoncer une fraude à Pôle emploi, il faut apporter des preuves tangibles. C’est-à-dire des documents qui prouvent la fraude.

Dans l’impossibilité de vous déplacer, vous pouvez transmettre votre dénonciation avec les preuves par courrier à l’adresse de l’agence de Pôle emploi la plus proche de chez vous.

Vous pouvez autant que vous le voulez, il n’y a pas d’adresse mail pour dénoncer une fraude à Pôle emploi.

C’est volontaire de la part de Pôle emploi qui ne pourrait traiter toutes les dénonciations, fausses ou calomnieuses en plus des « vraies » dénonciations de fraude, sans ces preuves matérielles et reconnues par la justice et la jurisprudence.

Par contre, chaque conseiller ou conseillère de Pôle emploi a sa propre adresse mail qui se termine par @pole-emploi.fr. Vous pouvez donc rechercher le nom d’un conseiller – ils sont très nombreux sur les réseaux sociaux – et lui demander son adresse professionnelle.

Cela ne servira à pas grand-chose dans la mesure où alerter sans preuve signifie que la dénonciation sera sans suite.
Tout au moins, vous aurez déjà mis la puce à l’oreille de ce conseiller et selon l’attention qu’il peut prêter à votre dénonciation, il peut transmettre votre message au conseiller qui s’occupe de la personne que vous souhaitez dénoncer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Dénoncer une fraude
Pôle emploi : Trop-perçu et surendettement. Que faire ?
Fausse déclaration à Pôle emploi : Les sanctions

Démission : Les cas où les indemnités chômage sont versées
Pôle emploi connecté à l’URSSAF
Emploi : à savoir pour un entretien d’embauche en Suisse

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Période d’essai : Les débuts comme chef de service


Chef de service : Comment réussir sa période d’essai ?

chef de service sculté dans du sableAprès un processus de recrutement externe, vous voici, pour la première fois, nommé à la tête d’un service : Votre service.

Avant que la routine arrive, il va falloir faire vos preuves. Jusqu’ici vous aviez d’autres responsabilités et, peut-être même, est-ce votre premier poste après des études supérieures.

A quoi allez-vous passer vos premiers mois pour démontrer que vous étiez le meilleur choix pour ce poste ?

Environnement de travail

La première chose à faire est de faire connaissance avec son environnement de travail : les lieux, les personnes.

Les lieux

Les lieux pour éviter de se perdre, pour connaître ceux qu’il faut éviter et les zones de détente.

Les lieux à éviter le sont pour des raisons de sécurité physique et les lieux fréquentés par des personnes dont la réputation est négative.

La hiérarchie

Les personnes sont sa hiérarchie, ses collaborateurs et ses collègues.

Il faut connaître, le plus vite possible, les habitudes et les petites manies ainsi que les centres d’intérêt et les sujets à éviter avec son supérieur hiérarchique et avoir, dès les premières heures, une idée des objectifs qu’il va fixer et ceux qui sont prioritaires.

S’il ne prend pas l’initiative, il faut alors lui demander quand vous aurez ce premier entretien, dès la première ou la seconde journée.

Les collaborateurs

Il faut connaître aussi ses collaborateurs, au cours d’entretiens informels et formels, individuels ou collectifs selon leur nombre.

Il est important de connaître les domaines de compétences pour déterminer à qui s’adresser pour obtenir des informations et distribuer le travail.

Ils doivent apprendre à vous connaître, ce qui suppose une réunion de présentation et la mise en place d’une organisation, avec quelques « rituels », comme les pauses, le langage et les manières de s’adresser à vous et réciproquement (tutoiement, vouvoiement, respect, etc.), le planning des réunions, les compte-rendus, etc.

De plus, il faut connaître les objectifs en cours qu’ils ont reçus de votre prédécesseur, et les projets et actions en cours.
Bientôt, vous aurez à donner du travail suite à celui qu’ils vont terminer.

Les collègues

Il faut connaître les collègues.
Cela se fait plutôt devant la machine à café ou lieu de détente, et pendant les réunions auxquels ils participent avec vous.

Au départ, écoutez plus et attendez avant de prendre des décisions et donner votre avis sur des sujets que vous découvrez.
Il faut se mouiller mais peut-être pas les premiers jours.

Objectifs et Actions

Les objectifs

Une fois l’environnement de travail reconnu. Le reste vient tout seul.
Vous recevez des objectifs à atteindre, à vous de faire ce qu’il faut pour cela.

Un boulot de responsable, c’est 50% de relations humaines, 50% d’administratif, 50% de tâches à exécuter soi-même.
Oui, je sais, ça fait 150 %. Veuillez donc à préserver votre vie privée.

Premières actions

Faites un audit de la situation. Soit par vous-même ou par vos collaborateurs, soit par un fournisseur habilité.

La hiérarchie voit toujours d’un mauvais oeil, un nouveau responsable qui demande un budget pour cela, sauf si cela fait partie des objectifs que vous recevez.
Ce sera à vous de convaincre de sa nécessité si c’est votre initiative.

Vous allez rencontrer des difficultés car votre supérieur hiérarchique, surtout, vous comparera avec votre prédécesseur et soit cherchera la continuité, soit la rupture d’avec les habitudes de l’autre.
C’est surtout durant l’entretien d’embauche qu’il aura fallu s’en rendre compte.

Et le management

Côté collaborateur, il faut surtout éviter de taper du poing sur la table, en criant « c’est moi le chef« .

Vous avez le poste, donc l’autorité qui va avec. C’est vous qui décidez, qui donnez les ordres en distribuant le travail.

Pour le reste, c’est votre style de management qui fera en sorte que votre équipe vous respectera.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Malade pendant la période d’essai : Conséquence
Employabilité : Les 8 compétences que les entreprises attendent d’un cadre
Origine et Prévention des risques sur un site industriel

Aménager son bureau : Pas si simple
Influence et charisme personnel vs autorité liée au poste
Intégration en entreprise : Plus ou moins formalisée

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Contrat de travail : Les clauses obligatoires … et les autres


Le contrat de travail

signature du contrat de travailDu travail contre une rémunération, c’est la règle universelle, sur toute la planète.

Deux exceptions de taille : L’esclavage et le bénévolat.
Dans ces deux cas, le travail est effectué sans rémunération. Dans le premier, c’est un travail forcé, dans le second il est volontaire.

Une troisième exception est la condamnation, par la Justice, à un travail. Parfois, rémunéré, parfois seulement en compensation d’un crime ou d’un délit.

Dans l’immense majorité de l’exercice d’un travail, il faut un contrat.
Dans nos pays, le contrat de travail est la preuve juridique de l’exercice du droit à travailler, pour le salarié, et à faire travailler, pour l’employeur.

Pour qu’un contrat de travail soit valide, il doit comporter plusieurs mentions écrites, appelées clauses.

Les principales clauses du contrat de travail

En France, un contrat de travail peut être de plusieurs types : CDI ou contrat à durée illimitée, CDD ou contrat à durée déterminée, ou autres, tels que le contrat de professionnalisation, par exemple.

Les clauses indispensables dans un contrat de travail sont les suivantes :

1. L’engagement du salarié dans la société et le lien de subordination

C’est ce qui permet à l’employeur d’indiquer le nom du salarié et le titre de son poste dans l’organigramme de son entreprise.

Pour le salarié, cela lui permet d’inscrire ce poste dans son CV, entre autres.

2. La nature du poste à pourvoir et les missions principales attachées

Chaque poste de travail est décrit. Cette description donne les limites d’actions et de responsabilité attachées au poste.

Le salarié doit agir dans ce cadre et interagir avec les autres salariés et personnes extérieures à l’entreprise selon ces limites.

3. Le lieu de travail

Le lieu de travail est l’établissement de rattachement juridique du salarié.

Le lieu de travail effectif peut être différent selon les missions confiées au salarié.
C’est le cas de commerciaux itinérants ou de salariés détachés chez un client de l’entreprise.

4. Le nombre d’heures

Le nombre d’heures de travail est indiqué par semaine, par mois ou par an, selon le poste.

Il permet de limiter les abus dans un sens ou dans l’autre, ainsi que de déterminer la limite au-delà de laquelle les heures supplémentaires sont comptées, lorsque cette notion est appliquée.

5. La rémunération

Toute peine mérite salaire. La rémunération est une somme forfaitaire ou composée d’un ou de plusieurs éléments variables.

Si le salaire est soumis à cotisations salariales et patronales, d’autres éléments variables peuvent être ôtés du calcul des cotisations. C’est le cas des primes.

6. La présence de congés payés

Depuis 1936 en France, les contrats de travail contiennent la clause de congés payés, qui permet au salarié de cesser toute activité sans interruption du contrat de travail et sans rupture de sa rémunération.

7. La durée de la période d’essai

La durée de la période d’essai varie en fonction de la nature du poste.
Elle peut être exceptionnellement nulle ou atteindre le maximum légal, ce qui est le cas général.

Les règles de rupture anticipée de la période d’essai ou de rupture du contrat de travail après la période d’essai sont différentes.

Les clauses optionnelles

Plusieurs clauses légales peuvent être ajoutées au travail de travail.
Les plus fréquentes sont la clause de non-concurrence et la clause de mobilité.

La clause de non-concurrence

L’employeur limite par cette clause de non-concurrence le droit du salarié à aller travailler chez un concurrent de l’employeur, à l’issue du contrat de travail le reliant à son employeur.

La savoir-faire acquis par le salarié partant profiterait sans cette clause à l’entreprise concurrente, ce qui pourrait mettre à mal la première entreprise.

Cette interdiction est également valable si l’ex-salarié créé lui-même une entreprise en concurrence directe avec son ancien employeur.

La clause de mobilité

L’employeur mentionne cette clause de mobilité dans le contrat de travail, lorsque le lieu de travail du salarié est amené à changer au cours du contrat.

Le salarié est alors obligé d’accepter tous les changements de lieu de travail décidés par l’entreprise.

Les droits et obligations

Les droits et obligations induits par le contrat de travail sont décrits dans cet autre article.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Auto-entrepreneur : Lien de subordination pour requalifier un contrat de travail
Contrat de travail : Définition
Nouvel emploi : A chacun son intégration

Entreprise : 14 motifs légaux pour proposer un CDD
10 obligations de l’entreprise à partir de 50 salariés
Emploi : 22 millions de DPAE, et moi, et moi, et moi ?

Autres Emploi, Juridique et Management :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :