Confiance en soi : 5 signes que vous en avez plus que vous ne le pensez


Vous êtes plus confiant en vous

Vous pensez que votre confiance en vous est faible parce que vous êtes plutôt introverti ? C’est faux !

Pour estimer votre confiance en vous, analysez ces cinq signes, beaucoup plus importants pour reconnaître à quel point une personne est confiante.

Qu’est-ce qui rend réellement une personne sûre d’elle ?

Pouvoir prononcer un discours devant des centaines de personnes sans aucun problème ?
Vous vendre parfaitement lors d’un entretien d’embauche ou lors d’un rendez-vous ?

confiance en soi

jusqu’à quel point être sûr de soi ?

En réalité, d’autres qualités sont beaucoup plus importantes.

1. Vous demandez facilement de l’aide aux autres

Vous pensez que demander de l’aide est un signe de faiblesse ? Au contraire !

Souvent, seules les personnes qui ont vraiment confiance en elles osent demander de l’aide quand elles ne peuvent pas se débrouiller seules.
Être incapable de faire quelque chose, seul (e), est tout sauf gênant. C’est plutôt un signe de force que d’admettre que vous avez besoin d’aide pour quelque chose. Peu importe qu’il s’agisse de demander son chemin, de faire la cuisine ou d’un sujet émotionnel.

2. Vous savez être seul (e)

Les humains sont des êtres sociaux – nous avons besoin de soignants et d’autres personnes autour de nous. Et il est tout aussi important de pouvoir passer du temps avec soi-même.

du temps pour soi

du temps pour soi

Si vous avez du mal à supporter votre propre compagnie, alors vous êtes généralement moins aussi sûr (e) de vous que vous pourriez l’être. Donc, si vous pouvez gérer, voire avoir besoin de temps pour vous de manière régulière, c’est un signe clair de votre confiance en vous.

3. Vous admettez vos erreurs

La confiance est sans rapport avec la perfection. Quiconque croit que les personnes sûres d’elles font et disent toujours ce qui est bien est une erreur.

Nous faisons tous des erreurs. Si vous pouvez réfléchir sur vous-même et admettre que vous avez fait quelque chose de mal, vous êtes probablement assez fort dans votre tête.

Il faut beaucoup de confiance en soi pour, d’abord, admettre ses erreurs, et ensuite, s’excuser devant les autres.

4. Vous définissez des limites claires

Pouvoir dire non est un trait de santé mentale important.
Donc, si vous parvenez à vous démarquer et à dire clairement quand vous ne voulez pas ou ne pouvez pas faire quelque chose, vous êtes probablement plus confiant en vous que vous ne le pensez.

Respecter vos propres besoins est un signe clair de la vraie force, car cela n’a rien à voir avec la persévérance, peu importe ce que vous en pensez.

sous le feu des projecteurs

sous le feu des projecteurs

5. Vous ne cherchez pas la vedette

Il n’y a rien de mal à profiter de l’attention des autres. Mais si vous voulez être le centre d’attention tout le temps et que vous avez besoin d’une validation de l’extérieur, vous êtes probablement aux prises avec une assez faible estime de soi.

Ceux qui ont vraiment confiance en eux n’ont pas besoin d’être sous les projecteurs (tout le temps), mais sachez que la valeur d’une personne réside à l’intérieur – et non sur la façon dont elle est perçue de l’extérieur. 

Sources : psychologietoday.com, forbes.com.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Entretien d’embauche ou grand oral du bac : 7 Conseils pour le réussir 1/2
Les 5 plus puissantes motivations au Monde
25 excuses pour une absence au travail

Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron
Être à l’aise avec soi pour bien parler
Surmenage au travail, comment s’organiser pour déléguer

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

5 Conseils pour mieux se concentrer


5 Conseils pour mieux se concentrer

La fatigue ou le manque d’intérêt sont deux des facteurs qui font que nous sommes distraits ou que nous ayons du mal à nous concentrer sur ce que nous écoutons, écrivons, disons, faisons.

De tout temps et en tout lieux, le manque d’attention est souvent lié à notre esprit. Il vagabonde, il imagine, se soustrait à la tâche ingrate que l’on s’impose et qui nous est imposée.

Selon une étude américaine en 2020,

  1. 28% du temps de travail d’un employé est perdu en bavardages, vagabondages des idées et plus généralement à la déconcentration au travail,
  2. 34% des distractions serait dû aux interruptions d’autres employés ;
  3. 29% viennent de la lecture de mails,
  4. 23% de discussions entre collègues
  5. 21% de réunions
soyez attentif

soyez attentif

Pour se (re)concentrer sur son travail, voici quelques conseils de non aloi :

1/ Se concentrer sur une autre activité

Afin de discipliner son esprit, autant le faire sur une distraction qui demande de la concentration : le jeu en solitaire : Mots croisés et équivalent, sudokus, et autres jeux de mémoire qui font appel à la réflexion et oblige à se concentrer exclusivement sur le jeu.

Ceci a pour conséquence, d’apprendre au cerveau à se concentrer sur la tâche du moment, tout en créant les connexions synaptiques nécessaires qui aident, par la suite, à se concentrer sur son travail.

2/ Faire des pauses

Quand le cerveau surchauffe, il « décroche » sans nous prévenir. On s’acharne à poursuivre au risque de faire des erreurs par manque de concentration. Plus on veut poursuivre et plus la concentration se perd.

C’est pourquoi, faire des pauses régulières permet au cerveau de décompresser. La tension artérielle baisse et le sang circule mieux. Le cerveau est mieux irrigué.

pause chocolat

pause chocolat

Reprendre un travail après une pause où l’on a agi par de simples actes comme se désaltérer, manger un en-cas, aller aux toilettes, se laver les mains, permet une déconnexion rapide et une meilleure concentration.

3/ Dormir

La qualité du sommeil influence grandement la concentration et l’efficacité au travail.
La quantité de sommeil entre aussi en jeu. Selon chacun d’entre nous, le nombre d’heures de sommeil est différent, néanmoins, il se situe généralement autour de 7 à 8 heures au quotidien. Dans le silence, le noir et sans interruption.

4/ Avoir une activité physique

Outre le fait d’améliorer la circulation sanguine par une pratique du sport, il est toujours possible de trouver des moments pour avoir une activité physique.

Elle permet d’éliminer les déchets toxiques pour notre organisme. Il s’agit le plus souvent de la marche. Une bonne marche, vive, sans flâner, monter les escaliers, laisser la voiture plus loin ou descendre une station de bus, de tram ou de métro avant sa destination.

méditer, respirer

méditer, respirer

5/ Respirer consciemment

Une pause relax, une séance de sophrologie, ou un moment de méditation, sont autant de techniques qui aident à se concentrer.

Prendre conscience de sa respiration, respirer lentement en faisant attention à l’inspiration et à l’expiration, permet de se concentrer, sur soi d’abord, puis sur son travail ensuite..

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Manque de repos : Causes, erreurs et risques
Efficacité personnelle : Savoir se concentrer, comment faire
Productivité : Relaxez-vous autant que vous travaillez

6 comportements des personnes mentalement fortes
Concentrez vous sur les choses importantes plutôt que de rester concentré
Gestion du temps : Concentré de tomates ou la technique Pomodoro

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La mise en situation et les soft skills


La mise en situation en entretien d’embauche

De tout temps, les employeurs cherchent des salariés compétents, capables d’utiliser leurs savoir-faire dans leur travail.
De plus en plus, les recruteurs s’intéressent aussi aux fameux soft skills, mot anglais que les francophones ont du mal à appréhender et à comprendre.

Ce sont les soft skills qui sont testés lors des mises en situation durant un entretien d’embauche.

Qu’est-ce que la mise en situation ?

Les modalités vont de la simple question posée par le recruteur au jeu de rôles.

ikea entretien de recrutement

Il s’agit pour le recruteur de confirmer ou de déceler certaines aptitudes comportementales, appelées aussi soft skills, lors d’un scénario proposé au candidat.

Exemple de question posée par un recruteur :

« Vous êtes responsable informatique. Vous recevez un commercial en vue d’en faire un fournisseur. Votre patron vous appelle car son imprimante vient de tomber en panne et exige votre présence immédiate puisqu’il préfère faire appel au responsable plutôt qu’au technicien. En même temps, on vous prévient de l’immobilisation d’une chaîne de montage visiblement à cause d’un dysfonctionnement informatique. Que faites-vous ? »

On voit bien qu’ici, c’est le sens des priorités et la diplomatie qui est en jeu, ainsi que le sens des responsabilités, la prise de décision, la gestion du stress. Autant de soft skills en un seul scénario.

Chacun peut donner la réponse qui lui parait la plus appropriée. Certains vont répondre que les ordres du patron priment sur tout le reste et que l’équipe informatique va s’occuper de la panne à la production. Quid alors du fournisseur potentiel ?

La réponse la plus correcte est :

« Je préviens le commercial, en face de moi, que des urgences m’empêchent de poursuivre la conversation et lui demande de se retirer. J’appelle le patron pour lui dire que je vais m’occuper de son imprimante dès que j’en aurai terminé avec la panne sur la chaîne de production. »

mise en situation dans un entretien d'embaucheLa mise en situation de groupe

Dans le jeu de rôle, la question se transforme en saynète de théâtre. Une fois le scénario expliqué au candidat, il se retrouve face à une troisième personne qui va être son partenaire de jeu. Il s’agit aussi d’un recruteur. Pendant que vous et votre partenaire échangez, le recruteur principal écoute et note vos réactions, votre discours, votre maîtrise.

Par exemple, vous jouez le rôle d’un vendeur de magasin et votre partenaire celui d’un client irascible qui va tout faire pour vous faire perdre votre sang-froid en utilisant une mauvaise foi évidente, voire une attitude provocante et un langage très désagréable.

Pire, la mise en condition à plusieurs.

Certains recrutements font que plusieurs candidats sont convoqués en même temps.

A tour de rôle, chacun va devoir intervenir selon plusieurs scenarii dans un jeu de rôle, où les acteurs intervertissent leurs places ou changent d’attitude.

Ce sont le leadership, l’aisance relationnelle, la réactivité, la gestion du stress, qui sont le plus analysés.

Conclusion

Chaque poste et chaque métier fait l’objet d’une mise en situation. Néanmoins, les plus fréquemment soumis au test de mise en situation sont les commerciaux et les postes de cadres.

La mise en situation est une des méthodes utilisées, au même titre que les tests psychologiques qui servent à déterminer le profil, côté savoir-être, du candidat.

Pour vous y préparer, mieux vaut se connaître, savoir ce dont on est capable. Remémorez-vous les situations de crise auxquelles vous avez fait face et les enseignements que vous en avez tiré.

Consultez vos anciens collègues, pour avoir leurs avis sur vous et votre comportement, ainsi que des personnes ayant un profil proche du vôtre pour savoir à quelles mises en situation elles ont été soumises avant vous. Ça peut toujours servir.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

40 Soft skills classés à mettre dans son CV
Moyens de recrutement utilisés par les employeurs
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie

Vos priorités dans la vie
Prise de décision 10 méthodes
2020 : Le nouveau statut « cadre »

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : 5 premiers conseils pour bien débuter l’entrevue


5 premiers conseils pour réussir votre entretien d’embauche

Réussir son entretien d’embauche demande de la concentration, une attitude positive, la maîtrise de son stress durant toute la conversation.

C’est l’épreuve par laquelle tous les candidats passent pour avoir une chance de faire la différence, pour rassurer et convaincre l’entreprise de vous embaucher.

Voici les cinq premiers des 10 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté :

1/ Arriver à l’heure

Arriver pile à l’heure est preuve de ponctualité.

Cinq minutes à l’avance est un maximum pour laisser à la personne qui vous reçoit de venir jusqu’à l’entrée du bureau ou devant son ordinateur s’il s’agit d’une entrevue via écrans interposés.

arrivé cinq minutes avant ou après l'heure du rendez-vous

bon : 5 min avant ; mauvais : 5 min après

Si vous êtes plus tôt, restez dans la rue ou dans le plus proche café, à l’abri du regard de la fenêtre du recruteur. Prenez soin de garder votre tenue propre. Évitez tâches et miettes et les mains moites.

Si vous sentez que vous aurez du retard, prévenez au plus tôt votre interlocuteur. C’est très désagréable d’attendre un candidat en retard et met le recruteur dans une mauvaise disposition à votre égard.

2/ Être modéré dans sa communication non verbale

D’un côté, il y a les nerveux, ceux qui sont mal à l’aise à cause de l’enjeu ou d’un manque de qualification, voire d’un mensonge sur le CV, ou, au contraire, sont très enthousiastes et cherchent à convaincre par une attitude, hélas excessive.
Ils bougent sans arrêt, la jambe tremblotte, les mains sont incapables de tenir en place, les lèvres tremblent.

D’un autre côté, il y a les paralysés, ceux qui sont immobiles, qui donnent l’impression de ne pas respirer, d’être coincés sur le bout de la chaise, le dos droit, les mains cachées ou crispées.

les 3 singes de la sagesse

les 3 singes de la sagesse

Et puis, il y a la grande majorité, ceux qui s’assoient bien calés dans le siège, le buste en avant, les mains ouvertes qui appuient le discours, sans grands gestes avec les bras.
Le regard se pose 10 cm derrière l’œil gauche de son vis-à-vis. L ’attitude est sereine, la voix posée, le sourire aux lèvres.

3/ Poser des questions

Il se peut que le recruteur vous fournisse tellement d’informations que vous ayez l’impression de tout savoir sur l’entreprise et le poste.

L’entretien d’embauche est un échange pendant lequel le recruteur parle environ un tiers du temps, habituellement, et vous fait parler de vous, de vos forces et de l’apport que représente votre candidature pour l’entreprise.

Un échange comprend aussi des questions, de part et d’autre. Il y a toujours des questions à poser, sur des sujets comme la personnalité des collaborateurs et des collègues.

Venir sans question, c’est comme se déplacer sans argent sur soi.

4/ Prendre des notes

Dans le même ordre d’esprit que les questions à poser, prendre des notes, avec l’accord de votre interlocuteur, est une démonstration de votre intérêt pour le poste et l’organisation.

prendre des notes en entretien d'embauche

prendre des notes

Montrer son intérêt fait partie de la motivation. S’en abstenir, c’est donner l’impression que vous êtes là pour passer un moment sans rien retenir de la conversation. Outre un sentiment désagréable que vous laisseriez, un candidat plus motivé, même moins compétent aura la préférence du recruteur.

5/ Apporter vos documents

En plus de votre bloc-notes, de crayons taillés ou de stylo qui marche, vous aurez besoin d’apporter des documents avec vous.
Indispensables sont votre CV en deux exemplaires, dont l’un pour le recruteur s’il l’a oublié ou feint de l’avoir oublié, votre Lettre de motivation et l’annonce à laquelle vous avez répondu, si tel est le cas.

Vous pouvez aussi, amener avec vous, vos diplômes ou certificats de qualification, habilitation, certifications.

De même, toutes les notes que vous avez prises, préalablement sur l’entreprise, ce qui montrera, mine de rien, que vous êtes motivé suffisamment pour vous êtes renseigné avant l’entretien.

Votre antisèche, c’est-à-dire les réponses préparées aux questions les plus fréquentes, vos questions à poser, etc.

Le prochain article vous propose 5 conseils supplémentaires pour réussir votre entretien d’embauche

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

4 conseils pratiques pour réussir sa période d’essai
Question piège du recruteur : Pourquoi vous ?
20 gaffes qui ruinent un entretien d’embauche

Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi
12 conseils pour convaincre
Comment traiter des trous dans votre CV

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche ou grand oral du bac : 7 Conseils pour le réussir 1/2


Comment s’en sortir lors d’une présentation à l’oral

Depuis 2022, l’épreuve du grand oral a été mise en œuvre pour décrocher le baccalauréat.

Dans la suite de sa vie professionnelle, vous êtes confronté à l’exercice de l’entretien d’embauche.

Dans deux cas, vous êtes confronté à prendre la parole en public, à convaincre que vous maîtrisez votre sujet, à répondre aux questions des interrogateurs, à les rassurer sur vos capacités à aller plus loin, dans les études ou la carrière.

le grand oralC’est là que l’art oratoire vous sert pour passer l’épreuve avec succès.

1/ Préparation mentale

C’est un moment de partage. Un moment où vous levez le voile sur vos connaissances et votre personnalité.

L’entrainement des sportifs de haut niveau – et les autres – passe par une phase de concentration mentale, de répétition de la situation. Plus vous aurez répéter votre rôle, comme au théâtre, et plus vous serez à l’aise lors de la rencontre.

2/ Respirez pour vous calmer

La respiration est un élément-clé pour faire baisser les tensions.
Inspirez puis expirez lentement par le nez.

Vous calmerez aussi votre cœur. Vous ferez baisser votre tension et calmerez votre stress, en diminuant l’apport d’adrénaline et en augmentant l’oxygénation des cellules de votre corps, notamment celles de votre cerveau.

position pour bien respirer et destresser

position pour bien respirer

3/ Pitch et mots-clés

Le pitch est la partie de l’entretien où vous devez vous présenter en 2 à 3 minutes chrono.

Pour le réussir, écrivez-le et apprenez-le par cœur. Entrainez-vous à le réciter en y mettant le ton qui convient.

Pour le reste de votre discours, mieux vaut connaître son sujet par des mots-clés.

Chaque mot-clé représente une partie de ce que vous avez prévu d’évoquer ou/et des réponses aux questions attendues et peut-être moins attendues.

4/ Synthèse et détails

Moins vous avez de connaissances et plus vous avez tendance à vouloir détailler.

A l’inverse, mieux vous connaissez vos savoirs et savoir-faire et plus vous êtes en mesure de synthétiser.

Dans un oral, il faut, à la fois, faire des phrases courtes et déceler si votre ou vos interlocuteurs attendent que vous détailliez vos propos. Comme vous avez un temps limité, avec des phrases courtes, vous vous donnez plus de temps pour fournir du détail là où ça en vaut la peine.

La suite dans l’article suivant

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Guide d’observation en entretien de recrutement
6 comportements des personnes mentalement fortes
Lettre de motivation et entretien : Mots et expressions à éviter

Recherche d’emploi : Des clés pour construire votre pitch
Entretien de recrutement : Gardez votre calme !
Approche Bottom-up

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recruteur : 5 questions indispensables à poser aux candidats


5 questions indispensables pour réussir son recrutement

Que ce soit votre métier ou que vous participez occasionnellement à un processus de recrutement, vous faites partie des recruteurs.

Le risque le plus important que vous devez assumer, c’est de vous tromper et de choisir un candidat qui va vous décevoir.

se tromper

se tromper de candidat ?

En entretien d’embauche, un des moyens de mieux connaître les candidats est de leur poser des questions et de jauger leurs réponses, tant orales que non verbales.

1. Pourquoi êtes-vous ici ?

Une question directe amène une réponse directe.

La réaction du candidat va être à la hauteur de sa motivation et de sa préparation à l’entretien.

Elle sera centrée sur lui-même ou orientée vers le poste et l’entreprise.
Elle vous permettra de voir si le candidat s’est intéressé à son éventuel futur environnement de travail.

2. Pourquoi pensez-vous être compétent (e) pour ce poste ?

La réponse vous permettra de savoir si le candidat se connaît bien, s’il connaît ses points forts et ses axes d’amélioration.

compareDe même, vous déterminez le degré d’adéquation entre les besoins de l’entreprise et le profil du candidat.

3. Comment vous voyez-vous ce poste ?

Cette question est déterminante pour esquisser les éventuelles difficultés ou la facilité d’intégration du candidat à l’équipe en place.

La réponse portera sur ses traits de caractère, ses compétences comportementales, ou sur ses savoir-faire, ou encore sur son plan de carrière, ses motivations.

C’est aussi une question pour estimer la durée de présence dans l’organisation. Un candidat bien intégré aura moins envie de repartir rapidement et sera plus productif.

4. Pourquoi voulez-vous quitter/avez-vous quitté votre emploi ?

La réponse sera différente si le candidat est encore en poste ou s’il est en repositionnement professionnel.

au revoir les collègues

au revoir les « ex-« collègues

Néanmoins, le ton qu’il emploiera montrera le contrôle de ses émotions, ainsi que la façon positive ou négative de s’exprimer indiqueront sa façon de décrire sa situation, de l’analyser.

Vous déterminez ainsi s’il est « prêt » à rejoindre la structure ou s’il a encore besoin de faire son deuil de son ancien emploi.

5. Décrivez-nous une situation difficile que vous avez maîtrisée

C’est la même question que « parlez-moi de vos échecs » ou « comment gérez-vous votre stress ? ».

La capacité de réaction, l’inventivité, la communication, employées par le candidat ainsi que le choix de la situation sont autant d’indications qui permettent de déterminer si le candidat a su tirer des enseignements de la situation maîtrisée.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Recruteur : Que faire après la publication d’une offre d’emploi
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
ATS ou Logiciel de recrutement : Les 12 fonctionnalités indispensables

Comment l’IA analyse l’entretien vidéo
5 méthodes pour optimiser son recrutement
Contrôle de référence, côté recruteur

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Agression verbale 2/2 : Les Accords Toltèques


Application concrète des Accords Toltèques

Lire le premier article : Agression verbale : La CNV, Communication non violente

Lors d’une agression verbale, la Communication non violente est une partie de la réaction positive à avoir.
agression verbaleLes accords toltèques s’appliquent dans toutes les relations entre personnes, bien que ce soit plus des recommandations qu’un constat, car les relations sont toujours très complexes.

1. « Que votre parole soit impeccable »

2. « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle »

3. « Ne faites pas de suppositions »

4. « Faites toujours de votre mieux »

5. « Soyez sceptique, mais apprenez à écouter »

Réagir selon les Accords toltèques

Le premier accord est l’application de la CNV.

Le point 2 s’applique, puisque c’est ce que vous représentez qui était visée.

Le point 3 rappelle qu’il faut se fier aux faits, rester dans le concret et éviter de s’imaginer des choses qui ne sont pas ou qui ne seront pas. L’imagination est une bonne chose pour la créativité, moins pour un travail aussi concret que les soins médicaux.

Le point 4 vous permet de relativiser.

Vous appliquez le point 5 pour vous perfectionner. Il est évident que nous devons tous encore acquérir des réflexes des personnes expérimentées.

Traumatisme ?

Il vous est sûrement arrivé, dans votre vie personnelle, de vous énerver, à tord ou à raison, peu importe.

traumatisme psychologiqueC’est pareil. Si l’agression avait été physique et avec des séquelles, alors vous pourriez parler d’un traumatisme.
Là, il s’agit d’un incident de parcours qui va vous permettre d’avoir une meilleure approche pour le futur.
Autrement dit, considérez cela comme une opportunité d’amélioration et non un échec.

Que cela vous est marqué, probable. Que vous en tiriez des leçons est encore meilleur.
On apprend de ses erreurs, jamais de ses succès

Prévention du stress

Quand vous évoquez cet événement avec vos collègues, ils vous répondent, chacun à sa manière, sur leur gestion du stress.

stress relaxLa plupart du temps, de l’exercice physique, notamment la marche, permet au corps de consommer le surplus d’adrénaline et autres substances dont la production est déclenchée par le stress : les fameuses hormones du stress.

De plus, la marche permet d’activer les senseurs (réflexomètrie) que nous avons sous nos pieds et qui font du bien au corps et à l’esprit.

Quant aux pensées, les accords toltèques sont de bons conseils.

L’empathie a ses limites

L’empathie dans le milieu de la santé doit restée limitée.
Les problèmes des patients sont les leurs, pas les vôtres.

Si vous vous impliquez trop, vous vous perdriez.

mur capitoné

mur capitonné

Imaginez qu’un psy soit empathe alors sa vie serait un enfer avec tout ce que ses patients lui racontent.
Imaginez un chirurgien qui serait trop impliqué dans ses opérations au point de perdre de vue qu’il risque de perdre un patient à chaque fois, il cesserait d’exercer. Etc.

C’est pourquoi, la perfection n’existe pas et il faut seulement tenter de faire de son mieux.

Philippe Garin, plus de 20 manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Choisir son métier en fonction de ses valeurs
La Reformulation : Une technique efficace
Personne toxique, relation toxique : Définition et exemples

Comportements liés à votre personnalité à éviter en entretien d’embauche
Se connaître, trouver son mode de fonctionnement
Méthode : ACP ou Approche centrée sur la personne

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les signes révélateurs de vos mensonges


20 signes pour repérer un menteur

Comme le répète un célèbre médecin d’une série télévisée :

« Tout le monde ment ».

Le mensonge fait partie des outils qui, consciemment ou inconsciemment, nous permet de vivre en société.
C’est un moyen de se protéger, d’obtenir satisfaction ou de se mettre en valeur ou mettre l’autre en valeur.

conjurer son mensonge

conjurer son mensonge

Quelle que soit la raison pour laquelle nous détournons la vérité, il existe des signes qui permettent de remarquer que notre interlocuteur ment ou invente un mensonge.

Stress et rythme cardiaque

Mentir provoque un stress, lié à la peur que son mensonge soit détecté.
Le rythme cardiaque change à cause d’une hausse de la production d’adrénaline.
La respiration augmente pour suivre l’accélération du coeur.

Ces trois premiers symptômes sont utilisés par les détecteurs de mensonge.

Pour s’assurer d’avoir affaire à un (e) menteur (se), même le détecteur de mensonge est insuffisant face aux personnes habituées à mentir.

Elles peuvent s’auto-suggérer d’augmenter son stress pour générer de faux signes et perturber le calibrage de l’appareil lors des premières questions posées.

polygraphe détecteur de mensongeVoici d’autres signent. Leur accumulation créé un faisceau de présomption assez grand pour laisser à penser que ce qui est dit est un mensonge.

Le menteur ou la menteuse

    1. cache ses lèvres, ou pose un doigt devant sa bouche
    2. va « inventer » pour combler le silence et donner plus d’informations que demandé
    3. se répète et donne trop de détails, souvent inventés au fur et à mesure
    4. va utiliser plus de mots pour répondre
    5. debout, va s’approcher doucement vers la sortie
    1. assis, va se crisper sur sa chaise
    2. va détourner la conversation et changer de sujet
    3. va rougir durant son mensonge, à différencier de la timidité
    4. va fuir le regard de son interlocuteur
    5. baisse les yeux
    1. devient agressif pour brouiller la conversation
    2. s’agite, devient nerveux
    3. se touche les cheveux, les oreilles ou bouge les pieds, se caresse le nez
    4. tire ses sourcils vers le haut et le milieu du front
    5. fait de petits mouvements de tête
  1. change de voix, souvent vers les aigus
  2. respire plus fort
  3. sue. La sueur est provoquée l’augmentation de chaleur créée par le stress
  4. met jusqu’à 10% plus de temps pour répondre
  5. relâche ses muscles, quand il (elle) pense avoir été convaincant (e)

Et vous

Êtes-vous un bon « détecteur de mensonge » ?

Source : étude américaine parue dans Medisite

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

25 excuses pour une absence au travail
CV : Les 3 mensonges sur les diplômes
Entretien d’embauche : Bonnes et mauvaises raisons de vos départs

Quand répondre à une question provoque des regrets
Entretien de recrutement : Mentir en entrevue ou se sentir mal à l’aise
Canular : Les dangers de la rumeur sur Internet

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Citez-moi 3 points forts et 3 points faibles


Citez-moi 3 forces et 3 faiblesses ou axes d’amélioration

L’entretien d’embauche est toujours stressant. Vous vous sentez comme devant un officier de police ou devant le proviseur de votre lycée, comme un élève ou un citoyen pris en faute.

En fait, votre faute est d’être au chômage ou d’avoir envie de quitter votre poste actuel.

En cette période difficile où les employeurs ont le choix parmi de trop nombreux demandeurs d’emploi, faire la différence et être choisi (e) s’avère compliqué.

demandeur d'emploi épinay-sur-seineC’est toujours plus facile, quand on sait, que lorsqu’on doit deviner ce qui l’autre attend comme réponse.

Parmi les nombreuses questions des recruteurs, il y a celle des 3 forces et des 3 faiblesses.

Pourquoi le recruteur pose la question ?

Pour le poste à pourvoir, il faut des compétences, du savoir-faire, de la pratique. Il faut aussi avoir certaines qualités et comportements pour agir et réagir dans le sens de l’entreprise.

Le futur employeur a donc besoin de savoir si ce que vous avez écrit dans votre CV et dans votre lettre de motivation correspond à la réalité.

les 16 compétences indispensables source le figaroIl y a bien la période d’essai pour faire ses preuves. Seulement avant d’arriver à ce stade, vous devez convaincre que vous êtes le (la) mieux placé (e) pour réussir.
Une erreur de casting lui coûterait trop cher.

Vos points forts

Atouts ou simples points forts, vous en avez beaucoup.

Pour avoir exercé ce métier auparavant ou suivi une formation dans le domaine, vous savez qu’elles sont les tâches qui vous attendent.

Or, pour exécuter ces tâches, vous mettez en œuvre vos savoir-faire.
En choisir 3 parmi toutes vos qualités et vos savoirs, vous avez l’embarras du choix.

Rappelez-vous de l’offre d’emploi !

nous_recrutonsLa description du poste figurant dans l’annonce vous donne toutes indications nécessaires pour définir parmi vos savoir-faire, les trois à annoncer, en lien direct avec le poste.

Vous pouvez aussi donner un mixte de vos qualités personnelles en plus des compétences. C’est le mélange des deux qui donnera une meilleure idée de ce que vous êtes et vous permettra de vous distinguer.

Évitez les évidences.
Si vous postulez pour être comptable, il est évident que tous les candidats sont des comptables et connaissent la comptabilité.
Ce savoir-faire est donc à exclure de votre liste.

Par contre, si vous avez une spécialité ou des connaissances dans ce domaine ou un domaine annexe alors c’est intéressant pour l’employeur.

Par exemple, comptabilité, trésorerie, finance et RH.
Ce genre de poste à multiples facettes est très recherché dans de petites structures.

Vos points faibles

Là, le risque de passer à côté est grand.

Évitez de sortir, là aussi, des banalités, du genre « je suis perfectionniste ».
Même si le recruteur est un patron qui embauche très peu, il n’a que faire de cette information. Les autres l’ont trop entendue.

citation chef avisé force faiblesse sophocleComme vous vous connaissez, vous avez tendance à mettre l’accent sur des faiblesses parmi vos traits de caractère.
Vous pensez que évoquer des manques dans vos savoir-faire vous pénaliserait.

Hum ! Si vous connaissez les bases de votre métier, vous savez où sont vos lacunes.
Faut-il en nommer trois ? Pas sûr

Ce qui est important dans le choix des points faibles, c’est choisir ceux qui vous pénaliseraient le moins dans votre nouveau job.

Une connaissance absente ou lacunaire s’acquiert, par une formation ou/et le soutien des collègues. Un plan de formation peut être mis en place pour combler vos lacunes, si tant est que vos points forts vous ont rendus plus attrayant (e) que les autres candidats.

Une qualité qui manque est moins gênante si elle est sans rapport avec le poste. Exemple : la gourmandise. Défaut peu utilisé, sauf avec le sourire, juste ce qu’il faut pour montrer que vous savez détourner la question.

Dans tous les cas, quand vous annoncez une faiblesse, ajoutez toujours une force ou un moyen de compenser cette faiblesse.

En annonçant que vous êtes sujet à la dépression, vous vous pénalisez.
En annonçant que vous êtes sensible, vous vous valorisez.
En effet, la sensibilité est bon pour les relations avec les autres, car elle implique le respect, l’écoute, et aussi renforce votre capacité à dire « non » ou à faire comprendre que vous existez en tant qu’être humain.

force ou faiblesseVous hésitez encore ?

Je vous propose, dans ce blog, plusieurs listes de points qui sont forts ou faibles selon ce que vous en ferez.

Consultez-les et faire votre choix.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Exemples de points faibles présentés comme des points forts
6 comportements des personnes mentalement fortes
Convaincre après une reconversion

Comment reprendre confiance malgré les phrases négatives de notre enfance
Points faibles à citer en entretien 3/6 : Un défaut, et alors ?
Les tests de recrutement : Lesquels ?

LES ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts


Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts

Anticiper les réponses aux questions du recruteur fait partie du processus de recherche d’emploi.

Comme la question des points forts est toujours évoquée en entretien d’embauche, il est intéressant de citer des qualités parmi celles qui font de vous un futur collaborateur précieux et incontournable.

incontournable pont des soupirsDe plus en plus, l’anticipation à cette question se traduit par une liste de softs skills et de savoir-être dans une rubrique à part sur le CV. Les mots sont variables, les idées demeurent.

Chacune de ses 5 qualités principales en amènent d’autres. Le choix des mots est donc plus étendu et de loin. Voici de quoi les comprendre.

1. L’adaptation

L’adaptation est une qualité qui vous permet de vous intégrer rapidement à l’équipe en place.

adaptation incontournableElle implique l’usage d’autres qualités :

L’écoute, qui est la capacité de laisser l’autre parler

L’attention ou la concentration, pour fixer son esprit sur ce que vous faites, dites, écouter

La mémorisation, qui permet de retenir les nouvelles notions, les noms, les méthodes, les outils, etc.

La capacité à faire face à l’imprévu et proposer des solutions

L’apprentissage, la remise en question d’anciens savoirs au profit de nouveaux acquis par des nouvelles formations ou autoformations

2 La fidélité

La fidélité est une forme de confiance mutuelle entre le (la) salarié (e) et le chef d’entreprise.

La durée d’occupation d’un poste est indépendante de la fidélité dans la mesure où l’on peut rester pour d’autres raisons. Cependant, c’est un signe de stabilité, toujours recherchée par les responsables.

fidélité à son entrepriseC’est l’intégrité, l’honnêteté et la fiabilité du collaborateur qui amènent le chef à faire confiance. Réciproquement, le (la) salarié (e) sera d’autant plus fidèle que les marques d’appréciation positives et de confiance lui sont données par ses chefs.

La parole et les actes des uns et des autres rendent la collaboration fructueuse pour chacun.

Une recommandation positive de son ancien employeur lors d’une séparation sera toujours d’un bon effet auprès du futur employeur.

3. L’esprit d’équipe

Bien que souvent évoquer sur un CV ou dans un entretien d’embauche, l’esprit d’équipe est une qualité qui se démontre par les actes.

Sur un CV, l’esprit d’équipe se traduit dans les réalisations et dans les centres d’intérêt.

esprit d'équipeLe succès obtenu à plusieurs permet de valoriser sa participation au groupe. Un faux-pas d’un membre de l’équipe est rattrapé par les autres. L’efficacité et la qualité au travail s’en trouve renforcées et le collaborateur corrige ses faiblesses.

De même, faire partie d’un groupe sportif ou musical ou avoir un engagement de bénévole dans une association sont des marques de l’esprit d’équipe.

La bonne ambiance au sein d’une équipe, l’harmonie et le respect mutuel sont des facteurs favorables aux yeux dans une candidature

4. Le dépassement

Quand l’employeur définit les savoir-faire qu’il attend de son (sa) futur (e) collaborateur (trice), il cherche aussi quelqu’un qui puisse compléter une équipe et pallier à ses propres lacunes.

C’est pourquoi, s’il reste le décideur, il attend des propositions d’améliorations ou de développement de la part de ses collaborateurs.

dépassement de soiAvoir le sens de l’initiative et la confiance en un responsable à l’écoute des propositions entraîne une plus grande autonomie du collaborateur. Cette autonomie lui permet de gagner en influence au sein de son équipe.

La réactivité et l’anticipation sont deux qualités bien appréciées.

La curiosité et la recherche de progression personnelles du futur salarié sont aussi des atouts pour l’employeur, le prochain autant que l’actuel.

Le dépassement du cadre strict de la description de poste par les réalisations bien décrites dans un CV et bien expliquées sur sa lettre de motivation et dans le discours en entretien d’embauche va fortement et positivement impressionné le recruteur.

5. L’implication

L’implication du salarié pour son entreprise va au-delà de la motivation attendue par le futur employeur.

Montrer par ses actes, son sourire, son discours positif rend le collaborateur plus sympathique.

implication motivéeS’impliquer, c’est s’engager avec enthousiasme. La passion pour un projet amène le collaborateur à vouloir la réussite de ce qu’il entreprend au sein de l’organisation.

L’implication pour son entreprise amène à améliorer les conditions de travail, l’efficacité des autres collaborateurs, la reconnaissance du travail effectué, l’amélioration des pratiques au sein de l’organisation.

Un salarié impliqué dans le succès de son entreprise sera précieux pour son futur patron.

Conclusion

Dans une recherche d’emploi, il est important de démontrer au futur employeur les avantages et les bénéfices qu’il peut tirer d’une collaboration avec son (sa) futur (e) salarié (e)

Le savoir-faire et le savoir sont indispensables lors d’un recrutement.

Les qualités personnelles et comportementales peuvent pallier à certains manques du (de la) candidat (e). Les 5 qualités décrites ici sont bien des incontournables à prouver pour se distinguer des autres candidats et être retenu par le recruteur.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Exemples de points faibles présentés comme des points forts
Quels Points faibles mettre dans une lettre de motivation ?
Points faibles et points forts : Pourquoi le recruteur pose la question en entretien d’embauche

Exemples de points faibles présentés comme des points forts
Et vos points faibles ?
Pourquoi les recruteurs intéressent-ils aux soft skills ou savoir-être

LES ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

7 conseils pour agir sans stress


Comment agir sans stresser

Au travail, à la maison, dans la rue, Il y a de nombreuses occasions de stresser.
Vivez-vous dans le stress permanent ou seulement à l’occasion ?

L’adrénaline est une hormone sécrétée en réponse à un état de stress.
Elle répond à un besoin d’énergie, par exemple pour faire face au danger.

Encore faut-il que le danger soit réel.

formule chimique de l'adrénalinePour éviter de stresser au quotidien, dans ses actions, voici 7 règles d’organisation :

1. Menez votre action la plus désagréable en premier

Plus vite vous aurez cette tâche qui vous rebute ou qui est pénible, derrière vous et mieux vous vous sentirez.

Procrastiner en laissant de côté une tâche peu enrichissante, obligatoire et pourtant qui est la plus lointaine dans votre échelle de satisfaction, c’est prolonger son stress.

expression visage devant quelque chose de désagréableAlors que commencer sa journée en se débarrassant de cette action qui vous embête, c’est vous libérez de ce stress.

Ce qui est fait, n’est plus à faire

 

2. Oubliez la perfection

Outre que chercher la perfection fait perdre un temps fou, cela use vos nerfs.

L’effort produit pour atteindre la perfection est-il à la hauteur des attentes des autres ?

Tableau de Pablo Picasso au MOMA de New-YorkSouvent, vous êtes stressé (e) à l’idée de montrer que vous êtes parfait (e), alors que les autres se contentent facilement que vous agissez simplement bien.

Le mieux est l’ennemi du bien

 

3. Laissez faire votre instinct

Que vous notez tout ce qui vous passe par la tête et agissez selon votre to-do-list ou que vous agissez sur une idée à peine ébauchée, peu importe.

instinct du joueur de pétanqueSi vos actions et votre nature sont en harmonie, vous éviterez d’autant plus facilement de stresser.

Faites-vous confiance !

 

4. Cessez de vous plaindre

Les autres font toujours moins bien que vous ou différemment de vous ?
Vous vous lâchez en le leur disant, ou vous ronchonnez dans votre coin.

se plaindre stresser et perdre son tempsDans les deux cas, vous perdez du temps et de l’énergie. Vous stressez pour rien.

Take it easy, Akuna matata, Sois cool !

 

5. Faites des vraies pauses

Du genre, déconnexion le temps d’une pause-café ou d’une micro-sieste.
Ou même plus long.

pause-café une tasse pleine de café et une mainUne pause qui va vous permettre de vous régénérer, l’esprit et le corps.

Prendre soin de soi passe par se faire du bien

 

6. Faites-le maintenant

Et maintenant, avec ou sans méthode, agir maintenant est toujours de bon moment.

Vous respirez un bon coup, inspirez, expirez et allez-y.

Se lancer dans l’action permet d’avancer. Quel que soit le moment, il y a toujours quelque chose à faire ou à commencer de faire.
saut en parachute go go goPrêt (e) ou pas, agir dissipe l’énergie accumulée et fait disparaître le stress.

Trois, deux, un, partez !

 

7. Réjouissez-vous des petites victoires

Chaque étape franchie, chaque cap dépassé, chaque objectif atteint, si petit soit-il, doit être l’occasion de se réjouir.

Se dire que tout va bien, fêtez votre victoire, c’est autant de bons moments qui vont chassez le stress de votre esprit.

Thibaut après le YES de SuzanIl sera plus facile de repartir, plein (e) d’énergie, sur la prochaine tâche.

Yes !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Comportements à éviter en cas de stress dans un entretien d’embauche
17 causes de stress au travail
Maîtriser son stress en entrevue d’embauche 1/2 : Préparez-vous

Stress : Utilisez votre intuition 1/2
Recrutement : Les sources de stress du recruteur
L’entretien individuel annuel : conseils pour le salarié pour déstresser

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Violences conjugales : Comment aider


Comment aider une personne victime de violences conjugales ?

sos femmes accueilTout autour de nous se trouvent des personnes en danger pour leur santé et même leur vie.

Ce sont des femmes, des enfants et, plus rarement, des hommes. Tous victimes de violences conjugales, par leur conjoint ou compagnon/compagne, ex-mari, ex-petit ami,etc.

Vous avez appris, deviné ou avez été témoin de coups, de blessures ou de menaces contre ces victimes.

L’indifférence est mortelle. Chaque jour, plus d’une femme meure.
Tous les jours, des femmes et/ou des enfants tremblent de peur, sont tiraillés entre amour et haine, se taisent et souffrent.

Pourtant, il existe des moyens de leur venir en aide, sans mettre sa propre sécurité en danger : Appelez à l’aide pour elles et pour eux.

Les adresses et les numéros qu’il faut connaître

  • SOS Femme Violence Conjugale 39.19 : des écoutantes qualifiées soutiennent sans jugement, renseignent, conseillent … Tarif : appel local.
     
  • Les Centres d’Informations aux Droits des Femmes : des juristes accueillent, renseignent, conseillent et orientent. Spécialisés dans le domaine juridique, certains CIDF ont parfois développé d’autres compétences (aide à l’emploi, groupes de paroles). Classés par département, les adresses et les renseignements sont ici.
     
  • Les Centres d’Hébergement ont pour vocation d’accueillir toute personne en difficultés. Le plus grand nombre accueillent les femmes comme les hommes et certains sont spécialisés dans l’accueil de femmes et de femmes victimes de violences. Classées par département, les adresses sont ici.
     
  • Le numéro d’urgence 115, gratuit, peut être appelé en cas de besoin d’hébergement urgent : le correspondant indiquera où se rendre en fonction du département où la demande est faite.
    Dans certains départements, des associations ont développé des accueils de proximité pour femmes victimes de violences, parfois en lien avec un centre d’accueil et d’hébergement. Classées par département, les adresses sont ici.
     
  • Le Mouvement du Planning Familial est bien connu du grand public pour ses actions en faveur de la maîtrise de la fécondité … mais c’est aussi un formidable réseau de militantes des droits des femmes prêtes à se mobiliser pour venir en aide aux femmes en difficulté. A ne pas négliger, donc. Classées par départements, les adresses sont ici.
     
  • Les associations et services d’aide aux victimes peuvent renseigner, conseiller et orienter. Classées par département, les adresses sont ici. Numéro d’appel national : 08.842.846.37.

Source : SOS femmes

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Esclavage de nos jours
Personne toxique, relation toxique : Définition et exemples
Comment dénoncer un harcèlement au travail

Les conseils d’un avocat gratuits : C’est possible
Sécurité : 7 astuces pour rentrer seule dans le noir
Pièces à présenter pour déposer plainte

Autres Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 20 juridique
Récapitulatif 20 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comportements à éviter en cas de stress dans un entretien d’embauche


Comportements à éviter en cas de stress

Sommaire :

  1. Comportements à éviter, les deux premiers
  2. Comportements à éviter en cas de stress
  3. Comportements liés à votre personnalité à éviter

Déception et agressivité

En entrevue de recrutement, vous pouvez être très stressé (e), à tel point que vous perdez le contrôle pour peu de chose.

comportement en cas de stress

Ce peut être une question qui vous dérange, une grimace ou une mimique de votre interlocuteur, un dérangement, une mauvaise lumière.

La moindre contrariété vous plonge dans une sorte de dépression où vous pensez avoir perdu toute chance de poursuivre le processus.
C’est alors que vous devenez agressif (ve).

Remettez-vous dans une attitude positive.
Faites la part de votre interprétation et de l’intention du recruteur.

Il y a peu de chance qu’il vous ait volontairement provoqué (e), à moins que ce soit pour étudier votre réponse et votre attitude en situation de stress, telles que vous pourriez en rencontrer dans le poste proposé.

Étourderie ou confusion

Le recruteur a l’expérience nécessaire pour séparer une attitude générée par un fort stress, par exemple le bafouillement, d’une attitude plus ancrée en vous comme l’étourderie ou la confusion.

Si vous avez la mémoire courte, si vous mélangez des dates, des noms, des actions, des résultats, vous risquez de montrer des faiblesses incompatibles avec le poste.

Au mieux, vous indisposerez votre interlocuteur en lui laissant une impression négative, très difficile à renverser.

Demandez un court moment pour vous reprendre et pour parler avec calme et une bonne diction si vous commencez à perdre les pédales.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

12 signes qui agacent le recruteur en entretien d’embauche
Période d’essai : quand le nouveau collaborateur est déçu
L’impact des couleurs sur le subconscient

Déstresser autrement
Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole
Recrutement : Les sources de stress du recruteur

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 6 catégories de facteurs de risques psychosociaux


Les 6 catégories de facteurs de risques psychosociaux

INRS santé et sécurité au travailLes risques psychosociaux ont un impact

  • sur les salariés au travail
    • trouble de la concentration
    • trouble du sommeil
    • irritabilité, nervosité
    • fatigue importante
  • sur le fonctionnement de l’entreprise

1. Intensité et temps de travail

  1. Surcharge de travail
  2. Existence d’objectifs irréalistes ou flous
  3. Longues journées de travail
  4. Instructions contradictoires
  5. Travail en horaires atypiques
  6. Imprévisibilité des horaires de travail
  7. etc.

2. Exigences émotionnelles

  1. Tensions avec le public
  2. Contact avec la souffrance ou la détresse humaine
  3. Exigence de devoir cacher ses émotions
  4. etc.

3. Manque d’autonomie

  1. Faibles marges de manœuvre pour faire son travail
  2. Rythme de travail imposé
  3. Ne pas pouvoir développer ses compétences
  4. Ne pas participer aux décisions
  5. etc.

4. Rapports sociaux au travail dégradés

  1. Relations conflictuelles avec les collègues ou avec la hiérarchie
  2. Aucune perspective de carrière
  3. Harcèlement moral
  4. etc.

5. Conflits de valeurs

  1. Ne pas être fier de son travail
  2. Ne pas pouvoir faire un travail de qualité
  3. etc.

6. Insécurité de la situation de travail

  1. Peur de perdre son emploi
  2. Non maintien du niveau de salaire
  3. Contrat de travail précaire
  4. Restructurations
  5. Incertitude sur l’avenir de son métier
  6. etc.

Source : Rapport Bodler et Goliac 2011 pour INRS, Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Manque de repose : Causes, erreurs et risques
Les accords toltèques : Explications
Risques cardiovasculaires : Les facteurs du risque

Critères pour quitter son emploi
Origine et Prévention des risques sur un site industriel
Une productivité d’enfer par la méthode des 2 listes de Warren Buffet

Autres Bien-être et Management :

Récapitulatif 20 Bien-être
Récapitulatif 20 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Maîtriser son stress en entrevue d’embauche 2/2 : Lancez-vous


Maîtriser son stress pendant l’entrevue d’embauche

le stress te poursuit

quand le stress te poursuit

Le stress vous reprend.

Vous vous êtes bien préparé, en suivant les 4 premiers conseils de cette série dans l’article précédent, et pourtant, l’angoisse vous tord le ventre, vos mains deviennent moites.

Dans quelques minutes, vous rencontrez le recruteur : votre futur employeur, votre N+1, le DRH ou chargé de recrutement de l’entreprise, ou encore un recruteur professionnel d’un cabinet extérieur.

C’est le moment de suivre ces 4 conseils.

5 Res-pi-rez et sou-ri-ez

Prenez de longues inspirations et expirations avant de rencontrer votre interlocuteur.
Vous alimentez ainsi votre cerveau en oxygène et serez au mieux pour votre voix.

La respiration calme le stress.

Le sourire permet de montrer une image positive de vous et recevra un sourire en retour. Deux sourires réciproques mettent en confiance candidat et recruteur pour un meilleur dialogue.

6 Prenez votre temps et articulez

Si vous répondez trop rapidement à une question, parce que vous avez bien préparé la réponse, alors le recruteur vous posera d’autres questions jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il en tient une que vous n’avez pas préparée.

Vous avez le temps de répondre, de réfléchir aux réponses.
Laissez les blancs sans vous précipitez pour les combler, le silence est d’or.

Attention, néanmoins à ne pas tomber dans l’excès inverse.
Le recruteur s’attend, quand même, à un maximum de préparation de votre part, ne serait-ce que pour montrer votre intérêt pour le poste et l’entreprise

7 Échangez, posez des questions

Un entretien d’embauche sert au recruteur à faire le rapprochement avec les besoins de l’entreprise et le candidat en face de lui.

L’entrevue sert aussi au candidat à se faire une idée la plus précise possible de ce qui l’attend s’il est choisi.

Il est donc très important d’échanger et donc de préparer des questions à poser au recruteur sur les conditions de travail, le chef et les collègues, les attentes et la suite du processus de recrutement

Soyez curieux (se) sans être inquisiteur (trice).

8 Soyez honnête

Avec vous-même d’abord. Restez le plus naturel possible et agissez en vous projetant dans le poste.

Ne « surjouez » surtout pas un rôle qui n’est pas le vôtre.
Si vous êtes introverti, n’essayez pas de faire comme si vous étiez extraverti, ou l’inverse.

Avec le recruteur, le mensonge est interdit.
Les qualités et les savoir-faire que vous exposez doivent être les vôtres.

La moindre suspicion sur la véracité de vos propos met le doute sur la totalité de vos propos.

Séparez bien ce que vous avez fait de ce que vous avez vu ou entendu durant vos expériences. Un contrôle de référence est vite arrivé.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour préparer votre entretien d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Les 5 dernières minutes de son entretien d’embauche
Questions pour temporiser et briser la glace

Mentir en entrevue ou se sentir mal à l’aise
La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
Conseils stratégiques pour votre recherche d’emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter