Migrer un parc informatique sur une nouvelle version de système d’exploitation


Changer de version de système dans une entreprise

système informatiqueL’informatique fait partie de ses technologies qui évoluent rapidement.

A peine une version de système d’exploitation est-elle installée dans les serveurs qu’il faut préparer la prochaine migration.

Les performances de l’entreprise sont liées aux performances de son système d’information et donc de toute son infrastructure informatique.

Les coûts induits par un changement imposé par les fabricants d’ordinateur et autres matériels représentent une part importante des dépenses d’une entreprise, surtout lorsqu’il s’agit d’une entreprise de services, comme une banque ou une assurance.

Comment gérer un tel grand projet, sur des lieux multiples, pour que tout se passe bien ?

Première étape : un inventaire

il convient tout d’abord d’avoir un inventaire complet de toutes les machines concernées : matériels et logiciels.
Comme elles ne vont pas être changées ou évoluées en même temps, il va falloir travailler par lieux et par lots, ce qui est la bonne démarche.

L’objectif premier est la continuité du service.
Une fois la procédure rodée, de préférence sur un petit nombre de machines dans un lieu le moins critique possible, elle pourra être étendue et améliorée au fur et à mesure des changements.

L’équipe de projet étendue

L’équipe de projet sera composée de personnels locaux et d’une équipe mobile (ou plusieurs selon le nombre de lieux).

L’équipe locale sera en charge de l’installation de la nouvelle version.
A elle de préparer le personnel utilisateur des éventuelles perturbations et de préparer un plan de secours en cas d’incident en cours de migration.

L’équipe mobile devra être capable de conseiller l’équipe locale dans la procédure et en cas d’incident pour trouver le plus vite possible une solution aux problèmes éventuels.

Changer ou garder le matériel

Deux cas se présentent :

    • Remplacement des ordinateurs incapables de supporter le nouveau système
    • Conserver les ordinateurs, quitte à les faire évoluer, par exemple en ajoutant de la mémoire

Les vérifications de bon fonctionnement

La migration en tant que telle est techniquement de la routine.

Par contre, il y a des tests de bon fonctionnement à faire après réinstallation de tous les logiciels utilisés.
Plus ils sont nombreux et plus le contrôle du bon fonctionnement des logiciels sera long.

De plus, les logiciels doivent être compatibles avec la nouvelle version.
Généralement, c’est le cas, mais parfois le fournisseur du logiciel ou vos développeurs devront mettre en place une nouvelle version du logiciel, compatible.

Mieux vaut avoir prévu suffisamment de temps, de disponibilité des compétences et un budget pour cette partie du grand projet.

Documentation et communication

Il est impératif de rédiger une documentation pour les techniciens, par l’équipe mobile pour pallier à toute erreur dans la migration.

Par ailleurs, il faut une communication à destination des responsables et des utilisateurs avec dates précises des interventions.
Lire la suite dans ce second article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Système d’exploitation
UNIX
Salle informatique : Quelle surface faut-il prévoir ?

DSI RSI Mieux communiquer en interne en cinq conseils
Windows propre ou le nettoyage physique se confond avec le virtuel
Loi de Heare des grands programmes

Autres  Informatique et Management :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Qu’est-ce qu’un livrable, dans un projet ?


Un livrable, c’est quoi ?

cycle en v d'un projet informatiqueDans un projet informatique, il s’agit de l’état d’avancement des différentes tâches.

Un projet est un ensemble de tâches à réaliser au plus tard à la date de fin prévue.

Pour des raisons de gestion, le projet est découpé en phases qui regroupent, chacune des tâches cohérentes entre elles.

Ce découpage en phase permet également la facturation du projet au client, à raison d’une facturation partielle à chaque fin de phase ; le solde est versé à la fin de la dernière phase donc du projet.

Seulement, le client ne paye pas les yeux fermés. Il exige la preuve de l’avancement du projet sous forme de livrables.

Le livrable

D’un manière générale, un livrable est ce que le client attend, soit sous la forme physique soit sous la forme papier, des tableaux de bord par exemple.

Pour cela, l’idéal est d’utiliser un logiciel qui va produire des rapports automatiques, sur

  • le temps prévu et le temps réellement passé,
  • le nombre de programmes développés,
  • des tableaux de coûts prévus, réalisés,
  • un diagramme de Gantt pour suivre l’évolution du planning

D’autres livrables sont

  • les programmes proprement dit,
  • la documentation technique,
  • la documentation utilisateur,
  • les résultats des tests

Un rapport d’audit ou un rapport d’étonnement d’une personne extérieur au projet peut aussi servir de livrable.

Dans un projet immobilier, c’est un peu la même chose, sauf qu’à la place de programmes à livrer, ils s’agit de la construction ou de la rénovation du bâtiment.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Limites et réalités du partenariat pour un développement informatique spécifique
Phase dans un projet informatique
Rôles des acteurs majeurs dans un projet

Méthode de rédaction de la documentation utilisateur
Rédiger un rapport d’activité dans une entreprise pour la première fois
Comment construire un tableau de bord

Autres Informatique :

Récapitulatif 19 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

1500 articles dans mon blog https://phgarin.wordpress.com


1500 articles sur mon blog !

1500 articles

Le 1500ème article s’intitule : Recrutement : Attirer des candidats par la RSE, à destination principale des recruteurs, et aussi des chercheurs d’emploi, en poste ou au chômage.

Historique

Grâce aux encouragements de mes lecteurs, j’ai persévéré dans la transmission de savoir au travers de ce nombre important d’articles, publiés sur mon blog https://phgarin.wordpress.com.

Si, au départ, mon idée était de conserver ma documentation personnelle sur Internet, c’était pour l’avoir sous la main sans avoir besoin de fouiller dans mes archives papier. L’idée m’est venue spontanément de partager cette documentation sous forme d’articles.

Une fois la copie de ma documentation effectuée, s’est posée la question de savoir si j’allais poursuivre et comment. C’est alors que je me suis dit que j’avais aussi des connaissances à partager à partir de mon expérience personnelle et professionnelle. C’est encore le cas aujourd’hui.

À cela, s’ajoutent des articles issus d’interrogations de mes lecteurs. Certains d’entre eux ont même écrit quelques articles dans mon blog, dans la mesure où les sujets m’intéressaient.

Plus loin encore

Depuis plusieurs mois, je publie deux fois par mois une newsletter, qui permet

  • une lecture groupée de mes derniers articles,
  • le partage d’articles par leurs auteurs sur le Web,
  • la mise en avant d’un site à la Une, et
  • une sélection de liens vers des sites d’emploi et d’informations sur l’emploi, issue de mon site www.boosteremploi.com

Pour en profiter (gratuitement) :

Quelques chiffres

Ce blog contient 1501 articles, billets, posts, au 01/05/2015, répartis dans les catégories suivantes :

Bien-être
106
Blog
55
Communication
105
Emploi
374
Humour
52
Informatique
246
Juridique
108
Management
148
Organisation
126
Science-Fiction
39
Sécurité
62
Voyages
80

Chacune de ces catégories a sa propre page qui regroupe l’ensemble des articles (voir à la fin de cet article).

Pour des questions de lisibilité, je les ai regroupés en sous-catégories, lesquelles changent, de temps en temps, au gré du nombre d’articles sur un sujet.

Fréquentation du blog

Bien que la fréquentation ait tendance à remonter après quelques mois de ralentissement, mon blog reçoit beaucoup de visiteurs. Bientôt le cap des 800 000 visites sera dépassé.

Les périodes de congés et les jours fériés ainsi que les samedis ont tendance à servir à d’autres occupations que le surf sur le Web. Pourtant, ce sont 170 000 visites en 1 an.

L’emploi avant tout

Le top 20 des articles les plus lus change peu. Sans surprise, ce sont les articles sur l’emploi qui se taillent la part du lion :

   
Points faibles entretien d’embauche ou Liste 1 des points forts et points faibles Emploi
Liste d’exemples de points forts et de points faibles Emploi
Liste 2: Points forts points faibles entretien d’embauche Emploi
Exemples de points faibles présentés comme des points forts Emploi
Liste 6 d’atouts en tant que point fort ou point faible à dire en entretien d’embauche Emploi
   
Comment minimiser un point faible ou Liste 3 des points forts et points faibles en entretien d’embauche Emploi
Définition Points faibles Points forts Emploi
Critères quantitatifs et qualitatifs de primes pour les commerciaux Management
Conseils pour un deuxième entretien d’embauche Emploi
Management participatif : comment ça marche, points forts, points faibles Management
   
Liste 5 exemples de points forts pour une entrevue ou entretien Emploi
Points forts points faibles : les connaître, pourquoi ? Emploi
Méthode des 5 M pour la résolution de problème Organisations
Méthode SBAM pour booster sa relation client Organisations
L’entretien individuel annuel : conseils pour le salarié pour déstresser Management
   
Entretien Qualités personnelles recherchées ou points forts pour un recrutement Emploi
Congruent Définition Communication verbale et non verbale Communication
Schéma de la déperdition de l’information Communication
CSG et CRDS : calcul changé au 01 01 2012 Management
Calendrier scolaire 2014 2015 Bien-être
   

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Voir aussi les pages  par catégorie :

Bien-être
Communication
Emploi

Humour
Informatique
Juridique

Management
Organisation
Science-Fiction

Sécurité
Voyage
Sans oublier les Sondages

Parefeu : Documenter les responsabilités et les procédures


Parefeu : Documenter les responsabilités et les procédures

Cet article est le huitième d’une série de huit

Les règles de gestion du parefeu doivent impérativement être rédigées et contenir les responsabilités.

La chaîne des responsables et les actions à mener doivent aussi figurer dans le document.

Les lois et jurisprudence doivent être respectées. Les représentants du personnel informés.

Ces règles doivent être imprimées et le document papier protégé, de préférence dans un coffre ignifuge.

Deux grandes catégories d’événements peuvent amener à utiliser cette indispensable documentation :

  • En cas de besoin technique
  • En cas de besoin juridique

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Parefeu ou firewall : Définition
Parefeu : Segmenter le réseau
Parefeu : Filtrage par le parefeu : Tout ou rien

Parefeu : Optimisation des règles
Parefeu : Analyser l’activité du parefeu
Parefeu : Utilité et risques
Parefeu : Protéger le parefeu

La charte informatique
Durée d’archivage des documents
Méthode de rédaction de la documentation utilisateur
Schéma général d’un Plan de Reprise d’Activité

Autres Informatique, Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 6 Informatique
Récapitulatif 6 Juridique
Récapitulatif 6 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et dans les pages Juridique et Sécurité de la page Autres catégories

Organisation de la qualification en développement informatique


Organisation de la qualification en développement informatique

organisation de la qualification en développement informatiqueLa qualification fait appel le plus souvent aux trois rôles suivants :

  1. Un modérateur qui coordonne et assure des actions d’audit et de revue
  2. Des inspecteurs qui procèdent à l’audit ou aux revues
  3. Des auditeurs du logiciel

Documentation de la qualification

On réunira les documents internes ou externes qui définissent les normes, standards, usages et conventions applicables à la conception du système d’informations, à la programmation, à la documentation, etc. :

  • Standards liés à la méthode de conception
  • Standards de la documentation
  • Standards de structuration
  • Standards de codage
  • Standards d’écriture des commentaires
  • Normes externes pertinentes

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Qualification de logiciel et qualité informatique de gestion
Facteurs Critères Mesure de la Qualité
Étapes de la qualification d’un logiciel

Quelles sont les caractéristiques de la Qualité
Méthode de rédaction de la documentation utilisateur
Le typosquatting condamné par la cour d’appel de Paris

Autres Informatique :

Récapitulatif 5 Informatique

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Informatique de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Fonction de développeur


Fonction de développeur

développeur ou programmeurLe développeur est la nouvelle désignation pour la notion d’Analyste Programmeur.

Il donne l’illusion d’être plus complet bien qu’en fait, c’est la même chose.

Voici une description de la fonction de développeur informatique :

Fonction générale

  • Assure le bon fonctionnement et le développement de l’informatique avec, pour le développement, un accent prononcé sur
    • la progression,
    • la simplification au maximum des systèmes déjà existants,
    • la banalisation de l’informatique au niveau utilisateur et leur permettre une utilisation parfaite de l’instrument informatique

Fonctions détaillées

A – Prise en compte des demandes

  • Voir avec l’utilisateur le degré d’urgence de sa demande et contacter d’autres utilisateurs pour la leur soumettre
  • Effectue l’analyse préliminaire avec la collecte d’informations : modèles d’états, modes de calculs, etc.
  • Recherche éventuelle d’un progiciel auprès des éditeurs ou des distributeurs : coûts, délais, modalités
  • Propose un délai (approximatif) pour la mise en place

B – Rôle d’information

  • Informe les utilisateurs des possibilités des systèmes d’information et lui suggérer des améliorations
  • Informe la hiérarchie sur les travaux en cours

C – Autres responsabilités

  • Assure la sécurité informatique avec les sauvegardes et le caractère confidentiel de l’informatique
  • Assure les contacts avec les fournisseurs
  • Établi l’inventaire des supports externes et du parc
  • Gère les fournitures informatiques
  • S’informe continuellement des développements à venir des matériels et des versions logicielles

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les rôles du manager Que fait un manager
Critères quantitatifs et qualitatifs de primes pour les commerciaux
Méthode d’aide à la conception des nouveaux métiers informatiques ou pas

Composition d’une équipe de projet : juniors et seniors
Développement ou Programmation base de l’informatique
Enregistrement et repérage des modifications apportées dans les programmes

Autres Informatique :

Récapitulatif 5 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Exemple de cahier des charges 2


Exemple de cahier des charges 2

Tramway Rennes Convention Cahier des Charges 1897Voici un deuxième exemple de cahier des charges pour un projet informatique et qui peut s’appliquer à d’autres domaines

1   Analyse du processus technique

  1. Enregistrement de la situation actuelle
  2. Structure du processus
  3. Philosophie de service pour le processus

2   Solutions pour les installations des ordinateurs

  1. Objectifs généraux de l’installation d’ordinateurs
  2. Mise en place de référentiel et veille concurrentielle
  3. Tendances technologiques

3   Définition du système pour l’utilisateur

  1. Description des tâches
  2. Description et délimitation des interfaces d’entrée / sortie
  3. Comportement du système en cas de panne
  4. Documentation

4   Données techniques informatiques

  1. Limites de la programmation
  2. Système d’exploitation
  3. Conception de matériels

5   Informations sur le projet

  1. Calendrier / Budget prévisionnel
  2. Modalités de réception de fin de travaux
  3. Aide pour les tests
  4. Les personnes responsables, la juridiction

Là aussi, il ne vous reste plus qu’à remplir les cases.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Exemple 1 de cahier des charges
Quelles sont les techniques utilisées pour un cahier des charges
Un Cahier des charges pour éviter des conflits entre client et fournisseur

Management de projet informatique : Neuf erreurs les plus courantes du Chef de projet
Pas de précipitation au début d’un projet pour respecter les délais
Évolution du besoin en cours de projet

Autres Informatique :

Récapitulatif 2 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Enregistrement et repérage des modifications apportées dans les programmes


Enregistrement et repérage des modifications apportées dans les programmes

rechercher les mises à jour documentation technique pour programmeurUne difficulté majeure lors des développements informatiques est la documentation technique.

Il faut, en effet, prévoir que le programmeur ne soit plus disponible lorsque le besoin de modifier le programme arrive.

Un des moyens d’assurer la pérennité est de définir une NORME, appliquée par tous les programmeurs, pour ajouter dans les programmes eux-mêmes les informations nécessaires.

Au début du programme

Tout d’abord, le développeur va écrire des lignes de commentaires au début du programme, avec :

Des informations initiales :

  • Une brève description de l’objet du programme,
  • Le nom du programme précédent et celui du programme suivant lorsque le programme fait partie d’une chaîne de programmes,
  • La date de début ou de fin de la création du programme
  • Le nom du programmeur (et surtout pas son acronyme), auteur du programme

Des informations itératives,

à chaque modification du programme, et qui s’ajoutent aux commentaires déjà présents :

  • Un code identifiant la modification, l’ajout ou la suppression de lignes
  • Une brève description de l’objet de la modification du programme,
  • La date de début ou de fin de la modification du programme, (selon le même principe que celui choisi pour les commentaires en entête du programme)
  • Le nom du programmeur ET son acronyme (généralement, ses initiales), auteur de la modification
  • La version du programme et/ou de la chaîne de programmes à laquelle il appartient

Dans le corps du programme

Ligne ou bloc de ligne

Ensuite, le développeur va écrire des lignes de commentaires en entête de la ligne ou du bloc de lignes concernées par la suppression ou la modification, avec :

  • Le code identifiant la modification
  • L’acronyme de l’auteur de la modification

Sur chaque ligne

Enfin, selon le langage utilisé, il est possible d’ajouter ces mêmes informations en commentaire sur chaque ligne. Dans ce cas, on ajoute :

  • D=ligne supprimée, ou
  • M=ligne modifiée ou
  • A=ligne ajoutée.

En AUCUN cas, les lignes initiales disparaissent, elles sont seulement neutralisées, c’est-à-dire qu’elles sont modifiées par le programmeur pour les transformer en commentaires.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les étapes du développement d’application
Fonction de développeur
Développement ou Programmation base de l’informatique

Programmation
Lois de programmation des ordinateurs
Développement ou Programmation base de l’informatique

Autres Informatique :

Récapitulatif 1 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Méthode de rédaction de la documentation utilisateur


Méthode de rédaction de la documentation utilisateur

mode d'emploi des toiletts japonaisesEn informatique, c’est souvent le développeur qui est chargé de rédiger la documentation à l’usage des utilisateurs.

C’est une ERREUR fondamentale.

Documentation passive

En effet, par exemple, le programmeur à tendance à indiquer que dans telle zone, il est possible de saisir tel ou tel code, paramètre ou information.

Parfois, il ajoute la compatibilité entre les zones à saisir dans un écran. C’est la DOCUMENTATION PASSIVE.

Il ne faut cependant pas supprimer entièrement ce type de documentation car il est ainsi possible de créer une table des fonctions informatisées par ordre alphabétique, avec l’indication des domaines fonctionnels où elles sont utilisées.
Cette table permet de retrouver rapidement les documentations utilisateurs actives pour les modifier lorsqu’un processus ou un programme est modifié.

Documentation active

La documentation utilisateur doit être rédigée par un utilisateur, un organisateur ou une personne du service qualité. Bref, par une personne qui connaît bien le fonctionnement de l’entreprise ou du service où le programme sera utilisé.

C’est cette personne qui sera à même de positionner le nouveau programme à l’intérieur du processus fonctionnel.

C’est pourquoi, la documentation sera rédigée pour décrire les PROCESSUS.

C’est la DOCUMENTATION ACTIVE

Le sommaire, ou table des matières, de la documentation, comprendra des phrases avec un verbe d’action, en utilisant le vocabulaire fonctionnel, de telle façon que l’utilisateur sache COMMENT faire.

Exemple de table des matières d’une documentation utilisateur

Pour chacune des fonctions du processus, un texte explicatif indiquera à l’utilisateur de qu’il doit faire et comment le faire, que la fonction soit informatisée ou pas.

Dans un magasin :
A)      Le client se présente (ou téléphone) pour un besoin de marchandises

A1)     Vous savez exactement quel est le produit à remettre ainsi que la quantité

A11)   Le client veut enlever la marchandise immédiatement

A12)   Le client veut être livré ou passera enlever la marchandise plus tard

A2)     Vous ne pouvez pas définir exactement l’article que cherche le client

A21)   L’article et la quantité peuvent être précisés au magasin

A22)   Le client veut une remise de prix, un devis

A221)  Création d’un devis

A222)  Copie d’un devis en commande

A23)   Le commercial va prendre en charge le client à l’écart de la réception

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Durée d’archivage des documents
Modes de pilotage en entreprise
Texte dans un site Web : 20 Questions à se poser avant de rédiger

Processus
Méthode ACTE : Les deux définitions
Affinement pas à pas ou effet de loupe

Autres Organisation :

Récapitulatif 1 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Formulaires Qualité


Formulaires Qualité

zone de non-conformitéQu’un Service Qualité existe ou non dans une entreprise, il est indispensable d’avoir de la documentation à disposition pour effectuer son travail.

Lorsqu’il s’agit d’informations en provenance de l’extérieur de l’entreprise, cela s’appelle de la veille. Souvent associée à un qualificatif, comme une veille technologique ou veille concurrentielle.

Nous parlerons ici des informations en provenance de l’intérieur de l’entreprise.

En effet, chacun produit de l’information, dont l’origine est son propre travail ou le travail des autres.

Voici 3 exemples de Formulaires Qualité avec les informations qu’il faut récolter au MINIMUM :

Anomalie de fonctionnement, appelée aussi Non conformité :

Produit ou Fonction,

Description de l’anomalie,

Détectée le     /    /     par ……………….,

Analysée par ………………,

Description de(s) la(les) mesure(s) corrective(s), par……………….

Documentation ou Complément à la documentation standard :

Domaine (marketing, bureau d’études, production, informatique, etc.),

Fonction ou Processus,

Description,

Rédigée ou modifiée le     /    /     par ……………….,

Visée par……………….

Demande de développement spécifique :

Domaine (marketing, bureau d’études, production, informatique, etc.),

Fonction ou Processus,

Description,

Rédigée le     /    /     par ……………….,

Visée par……………….

Analysée par ………………,

Description de(s) la(les) réponse(s), par……………….

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quelles sont les caractéristiques de la Qualité
La Qualité vue par Juran et Crosby
Présentation 1 Modèles

Le Kaizen : Difficile à mettre en place ?
Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Échelles de notations financières

Autres Organisation :

Récapitulatif 1 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Du découpage d’un projet en tâches


Du découpage d’un projet en tâches

Toute tâche doit être documentée

decoupageC’est en fonction de l’ampleur de la tâche que la description est plus ou moins importante.
Les contraintes dans les interfaces avec les autres tâches doivent figurer dans les spécifications, qu’il s’agisse d’une tâche de développement, de tests, d’une installation de matériel ou d’une réunion d’étape.

Le découpage d’un projet en étapes, puis en phases, puis en tâches élémentaires, est du ressort de l’expérience du chef de projet.

Plus on divise le temps et plus la prévision et les volumes augmentent dans le temps.

La meilleure méthode d’estimation est donc l’analogie

avec d’autres projets, qu’ils aient été effectués par le chef de projet ou par un de ses collègues.

Une étape dans un projet est un tout : spécifications, documentation, livraison des programmes.

Une étape fait partie d’une phase pour laquelle il y a une étude préalable.

La méthode d’estimation COCOMO

donne un aperçu des facteurs critiques en fonction de la taille du projet :

  • Petits projets : Aspects techniques
  • Moyens projets : Gestion de projet
  • Grands projets : Assurance qualité

Lorsqu’un chef de projet procède au découpage de son projet en tâches, il doit faire en sorte que les tâches du chemin critique aient le moins d’imprécision dans l’estimation de la durée.

Autres conseils sur les tâches :

Au début d’un projet, exigez un diagramme de charge, c’est-à-dire l’occupation des personnes sur le temps.

La complexité augmente de façon exponentielle avec le temps.

4 programmes de 5 000 lignes sont moins complexes qu’un programme de 20 000 lignes. Privilégiez le découpage des gros programmes en plus petits.

La codification d’un programme contient le texte de la spécification à programmer, la documentation technique validée et la documentation fonctionnelle validée pour les utilisateurs et le code proprement dit.

Si un seul de ces composants manque alors la tâche de codification n’est pas terminée.

Philippe Garin

Pour booster votre management de projet, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

De la planification d’un projet
Mesures à prendre en cas d’écart dans le planning d’un projet
Ajouter des ressources en cours de projet ou le principe chinois

Composition d’une équipe de projet : juniors et seniors
Règles et axiomes d’un chef de projet
Lois de programmation des ordinateurs

Autres Informatique :

Récapitulatif 1 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Méthode Jackson de développement


Méthode Jackson de développement

Jackson a inventé tout un système qui a servi pour le développement informatique.

Andrew Jackson

Andrew Jackson

I. Etude technique

A. Introduction

B. Modèle physique des données

C. Conception détaillée du logiciel

1. Conception de l’architecture du logiciel

a) Typologie des fonctions types
(1) Spécifications utilisateurs
    • Fonctions du logiciel
    • Description de l’écran
    • Description du traitement
    • Diagramme de répartition des tâches homme / machine
    • Caractéristiques de fonctionnement
      • (i) Facteurs relatifs à l’environnement d’exploitation
      • Confidentialité, couplabilité, maniabilité, robustesse
      • (ii) Facteurs liés à l’environnement de maintenance et de suivi
      • Maintenabilité, adaptibilité, portabilité
(2) Contraintes techniques
b) Définition de composantes types

Primitives technologiques, fonctionnelles

(1) Niveaux d’abstraction

Couche conceptuelle, logique, physique

(2) Couplage / Cohésion
    • (a) Couplage
      • (i) 1er niveau de couplage – data coupling
      • (ii) 2ème niveau de couplage – stamp coupling
      • (iii) 3ème niveau de couplage – control coupling
      • (iv) 4ème niveau de couplage – content coupling
    • (b)Cohésion
      • (i) 1er niveau de cohésion – functionnaly cohesion
      • (ii) 2ème niveau de cohésion – séquential cohesion
      • (iii) 3ème niveau de cohésion – communicational cohesion
      • (iv) 4ème niveau de cohésion – procedural conhesion
      • (v) 5ème niveau de cohésion – temporal cohesion
      • (vi) 6ème niveau de cohésion logical cohesion
c) Modèles de logiciel

Modèle logique, physique

d) Directive d’utilisation
e) Directive d’exploitation
f) Directives de développement

2. Analyse du logiciel

Type traitement, entrée / sortie

D. Stratégie de production du logiciel

1. Planification de la production du logiciel

Définition des tâches, ordonnancement, affectation du personnel, charge de réalisation, réservation des moyens matériels.

2. Stratégie / planning de qualification du logiciel

Intégration descendante, ascendante

II. Production du logiciel

A. Introduction

B. Codage et documentation interne

C. Analyse des modules par inspection structurée

D. Conception des jeux d’essais internes

E. Intégration et tests internes

F. Coordination avec la confection des jeux d’essais

G. Etablissement de la documentation

III. Tests

A. Introduction

Objectifs, objets, participants, tests effectués tout au long du cycle de vue du produit

B. Qui exécute les tests

Analyste-programmeur, utilisateur, centre de calcul, centre de contrôle

C. Définition des procédés de tests

Moniteur de test

1. Analyse statique

a) Inspection

Préparation, exécution, correction

2. Analyse symbolique

3. Analyse dynamique

a) Approche boite noire – tests fonctionnels

Tests aléatoires, d’incidents simulés, de domaine

b) Approche boite blanche – tests structurels

Taux de couverture, branche de programme, de chemin, de décision, contrôleur de déroulement (débugger)
Couverture des instructions, des branchements, des circuits

D. Stratégie de test

1. Méthode globale

2. Méthode descendante

3. Méthode ascendante

4. Méthode mixte

E. Phases de test

1. Test d’élément

2. Test d’intégration

Test d’intégration pure, étendu

3. Test du système

4. Test d’acceptation

a) Test en laboratoire
b) Test d’installation pilote
c) Test d’exploitation en parallèle

5. Test de sécurité / de panne

6. Autres tests

IV. Méthode de structuration Jackson

A. Introduction

B. Formalisme

Structogramme

C. Principes de base

Structurer les données, le programme, lister et attribuer les opérations, écrire le teste structurel / pseudo-code / programme

1. Introduction

2. Structure des données

3. Structure du programme

4. Liste / attribution des opérations

5. Ecriture du texte structurel / pseudo-code / programme

D. Types de programmes

1. Programme de base

2. Traitement de groupes

3. Traitement des concordances / matching

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les étapes du développement d’application
Organisation de la qualification en développement informatique
Fonction de développeur

Fonction Analyste Programmeur
Java un langage et non une danse
Limites et réalités du partenariat pour un développement informatique spécifique

Autres Informatiques :

Récapitulatif 1 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Questions à poser à un client de référence


Questions à poser à un client de référence

Questions_a_poser_a_un_client _de_referenceVous avez un projet informatique.

Votre fournisseur potentiel vous propose de contacter un client de référence. En général, il lui a demandé son autorisation auparavant.

Oui, mais voilà, vous ne savez pas quoi commencer, alors voici une liste de questions à poser à un client de référence.

Questions sur le contrat

1. Quelles applications ont été installées et depuis quand ?

2. Quels modules ont été installés ?

3. Depuis quand ces modules ont été installés ?

4. Quand le contrat a été signé ?

5. Quel type de support a été prévu dans le contrat ?

6. Est-il prévu d’installer d’autres modules ?

7. Si oui, lesquels et à quelle échéance ?

Questions sur l’organisation

1. Combien de temps le projet a-t-il duré ?

2. Combien de temps est-il prévu qu’il dure ?

3. Combien de personnes extérieures ont-elles participé au projet ?

4. Qui et pour quelles parties du projet ?

5. Combien de personnes ont participé au projet ?

6. Quel est le pourcentage de temps que ces personnes ont investi dans le projet ?

7. Combien de personnes du service informatique ont participé au projet ?

8. Qui a effectué l’analyse et la programmation ?

9. Quelles ont été les difficultés rencontrées lors de la mise en place de l’équipe de projet ?

10. Quelle forme a pris le soutien de la direction ?

11. Combien de personnes ont participé à la conception et au prototypage ?

12. Quelles difficultés ont-elles été rencontrées à chaque phase du projet ?

13. Quels sont les moyens mis en œuvre par la direction du projet ? Pour l’analyse et la programmation ?

14. Comment les rapports d’activité de chacun ont-ils été effectués ?

15. Comment le problème de la disponibilité des personnes a-t-il été réglé ?

16. Comment le choix des membres de l’équipe a-t-il été fait ?

17. Qui a fait partie du comité de direction du projet ?

18. D’autres sociétés extérieures ont-elles été impliquées dans le projet ?

19. A combien se monte le dépassement des coûts par rapport au budget initial ?

20. Quels ont été les coûts annexes les plus importants (non prévus) ?

21. Quelle est la part des besoins couverts à la fin du projet ?

22. D’autres projets pour compléter les besoins ont-ils été nécessaires ?

23. Le standard d’installation préconisé par le fournisseur a-t-il été suivi à la lettre ? Quelles en ont été les différences?

24. Quelles méthodes de contrôle de projet ont-elles été employées ?

25. Quelle part de travail, phase par phase, est restée à la charge de la société ?
Comment s’est déroulé chaque phase ? En particulier, celles des tests ?

Questions techniques

1. Sur quel ordinateur le progiciel a-t-il été installé ?

2. Quelles modifications ont été nécessaires par rapport à la version originale du progiciel ?

3. La télémaintenance a-t-elle été employée ? Pourquoi ?

4. Comment les données de base, historiques et les en-cours ont été repris à partir des applications précédentes, si le cas se présentait ?

5. Quelles interfaces avec d’autres applications ont été nécessaires ?

6. Comment se sont-elles développées ?

7. Comment le contrôle de la qualité a-t-il été effectué ?

8. Comment de personnes travaillent avec le nouveau logiciel ?

9. Comment les différents états (éditions papier) ont été définis ?

10. Quels ont été les moyens techniques mis en œuvre pendant le projet ?

11. Des données extérieures sont-elles combinées avec les données du progiciel ? Dans quels modules ?

12. Des sites extérieurs sont-ils reliés au site central pour l’utilisation du logiciel ?

Questions de communication

1. Comment les utilisateurs ont pris l’arrivée du progiciel ?

2. Comment l’encadrement a pris l’arrivée du progiciel ?

3. Quels ont été les moyens d’informations des utilisateurs ?

4. Quel est le degré de satisfaction des utilisateurs ?

Questions de formations et de documentations

1. Comment la formation a-t-elle été assurée ?

2. Où et par qui la formation a été assurée ?

3. Qui a reçu quelle formation ?

4. Comment la documentation des modifications a-t-elle été assurée ?

5. Qui s’est chargé de la documentation des modifications du progiciel ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Questions préliminaires liées au Management de projet
Guide d’observation d’une visite d’entreprise
Un Cahier des charges pour éviter des conflits entre client et fournisseur

A vérifier et à savoir sur les contrats informatiques
Quelles lois et règles juridiques sont à respecter
Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi

Autres Informatique

Récapitulatif 1 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les objections au téléphone


Les objections au téléphone

objection

objection

Lorsque vous demandez un rendez-vous par téléphone, vous pouvez être confronté à des objections, dont voici les plus fréquentes, ainsi que quelques parades :

1. Cela ne m’intéresse pas

Argumentez sur une autre motivation que celle du coût.
Faites référence au gain de temps, au confort d’utilisation, à la rapidité d’exécution, à la compétence, selon le sujet.

Parlez à votre interlocuteur en lui montrant le bénéfice qu’il peut en tirer.
Puis, avant une nouvelle objection, proposez-lui à nouveau le rendez-vous.

2. Je n’ai pas le temps

Faites-lui part de votre compréhension et proposer un autre moment, date et/ou heure, à choisir parmi les deux choisies par vous, pour le rappeler.
N’insistez pas !

3. Envoyez-moi de la documentation

Lorsque vous sentez que l’entretien ne peut déboucher, proposez-lui de lui envoyer de la documentation, tout en lui proposant de le rappeler plus tard, après qu’il ait pris connaissance de la documentation, en lui indiquant une date et une heure à choisir parmi celles que vous lui proposez.

Envoyez-lui un courriel de confirmation lui annonçant la prochaine arrivée de la documentation si elle part par courrier papier, ou envoyez-lui la documentation en pièce jointe à votre courriel rapidement après la conversation téléphonique.

4. A quel coût ?

Pas de prix au téléphone ! Le but est de prendre rendez-vous.
Vous préférez le rencontrer pour prendre en compte son cas particulier et ses besoins desquels va dépendre le coût que vous allez lui proposer, après l’entretien.

5. J’ai déjà ce qu’il me faut

Bien sûr qu’il n’a pas attendu votre appel pour avoir ce qu’il lui faut.

Toutefois, en général il n’est pas obligatoirement satisfait de ce qu’il a.

Il recherche peut-être des informations sur les évolutions en cours ou à venir.
Donc vous lui proposez un rendez-vous pour lui exposer ce qui est différent et mieux que sa situation actuelle.

6. C’est trop cher

A la clé, des économies sont à faire, des affaires sont à développer, c’est pourquoi il est intéressant de se rencontrer pour exposer les avantages financiers potentiels.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quatre règles mnémotechniques de Communication
Faire face à un contact agressif au téléphone
Mieux téléphoner c’est possible : Des tuyaux pour m’aider

Conseils pour l’utilisation du téléphone fixe au travail
Efficacité : Laissez le téléphone sonner
Arnaques téléphoniques ou pas SMS

Autres Communication et Organisation :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 3 Communication
Récapitulatif 3 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter