Tolérance de pannes : En plus du RAID


Tolérance de pannes : En plus du RAID

disque dur endommagé

en panne

Avec les types de RAID décrits précédemment, RAID par duplication et RAID par parité, le risque de perte d’informations est réduit, bien qu’il existe toujours.

En effet, un disque défectueux doit toujours être remplacé.

Le RAID 1 et le RAID 5 ont le gros avantage de permettre la continuité du fonctionnement de l’ordinateur en cas de panne d’un disque dur.

Ils sont cependant suspendus jusqu’au remplacement du disque inutilisable.

C’est pourquoi, il existe une possibilité supplémentaire dans les ordinateurs à tolérance de pannes qui s’appelle disque de rechange, ou spare ou hotspare en anglais.

Disque en spare

Il s’agit d’avoir déjà un disque de remplacement dans l’ordinateur.

Il attend une défaillance sans être utilisé, ni par le fonctionnement ordinaire ni par le stockage par un type de RAID.

C’est du matériel qui va servir uniquement dans le cas où l’un des disques durs tombe en panne.

À ce moment-là, le RAID reconstitue le disque défaillant en utilisant les informations issues du ou des autres disques et les place dans le disque de rechange.

De cette manière, aucune perte de temps. Le RAID continue de fonctionner avec très peu d’interruption, ce qui accorde une plus grande fiabilité de l’ordinateur.

Bien entendu, le disque défectueux reste à remplacer quand même.

Les autres RAID

Malgré toutes les précautions et les avantages qu’apportent les types de RAID 0, 1 ou 5, la sécurité du stockage des informations reste liée au nombre de disques durs qui tombent en panne en même temps.

Cela arrive lorsque les disques durs ont été installés en même temps, car ils s’oxydent à la même vitesse, bien qu’il existe d’autres causes de pannes.

C’est pourquoi, plusieurs autres types de RAID ont été mis en place.

Les articles de ce blog se veulent une vulgarisation pour comprendre le fonctionnement de la tolérance de pannes par les systèmes RAID, la description des autres types de RAID est laissée aux spécialistes.

De toute façon, la tolérance de panne est différente de panne zéro.

Sauvegarde

Il existe toujours la nécessité d’effectuer des sauvegardes des systèmes d’informations sur des supports informatiques qui seront éloignés de l’ordinateur.

La sauvegarde permet de minimiser l’impact d’une surtension électrique ou magnétique, de la présence d’un virus ou des malversations d’un être humain.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Protection de la salle informatique : Les mesures
PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Point de restauration sur votre PC

Le Petit Chaperon Rouge raconté par un informaticien
Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites
Démission d’un salarié : Fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

RAID 5 contre les pannes de disques durs


RAID 5 contre les pannes de disques durs

Après l’introduction à la tolérance de pannes et la description des types de RAID par duplication, voici la présentation du RAID 5 qui utilise la Parité.

La parité consiste à retenir comment les informations sont stockées.

C’est une question de bit à 0 et de bit à 1, qui sont la base même de l’informatique.

Prenons un exemple : dans une photo, vous allez avoir une zone de 5 pixels de la même couleur.
Le stockage classique consiste à enregistrer 5 pixels de cette couleur.
Le système de parité permet de stocker un seul pixel de cette couleur et d’indiquer qu’il y en a 5 pareils.
Dans cet exemple, la place de stockage de ces 5 pixels est réduite à 2.

Partant de ce principe, le RAID 5 a été inventé.

RAID 5 ou volume agrégé par bandes à parité répartie.

Tolérance de panne le RAID 5Pour mettre en place le RAID 5, il faut 4 disques.
3 vont contenir les données d’un autre disque et le 4ème va contenir la parité.

Comme il y a 4 disques, chacun va contenir une partie de chacun des autres disques et une des parités, comme indiqué dans le schéma.

En cas de défaillance d’un seul disque dur, le RAID 5 permet à l’ordinateur de continuer à fonctionner.

Dans qu’il est remplacé, le RAID 5 reconstruit les informations à partir des autres disques durs restés en bon état.

Dans la notion de tolérance de panne, d’autres éléments que le RAID existent :
À découvrir dans le prochain article.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Salle informatique : Quelle surface faut-il prévoir ?
PCA et PRA : L’analyse des enjeux et des besoins
Messagerie professionnelle : Gagner de la place

Parefeu ou firewall : Définition
10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique
Les risques du téléchargement et quelques principes utiles

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

RAID 1 et RAID 0 contre les pannes de disques durs


RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs

Après l’introduction que ce qu’est la tolérance de panne, voici la description des types de RAID de duplication des informations stockées.

Le RAID 1 ou disques en mémoire

Ce type de RAID est le plus facile à comprendre.

Il s’agit de dupliquer les données d’un disque sur un autre.

RAID 1En cas de panne d’un disque, l’ordinateur continue de fonctionner en puisant sur le disque en bon état les données du disque défectueux.

Le système RAID est interrompu jusqu’à ce que le disque inutilisable soit remplacé.

Le RAID 0 ou disques entrelacés

Plus qu’un système de redondance d’informations, ce type de RAID permet d’augmenter la rapidité d’accès aux données en les répartissant sur des disques durs différents.

RAID 0L’inconvénient majeur est qu’en cas de panne d’un seul disque, les informations sont perdues.

RAID 0+1 et 1+0

C’est pourquoi, il existe deux combinaisons de ces types de RAID 1 et 0 appelées RAID 0+1 et RAID 1+0. Elles nécessitent la présence de 4 disques.

RAID 0+1 et RAID 1+0

Tous les types de RAID précédents impliquent une duplication des données et donc d’avoir suffisamment de place pour le stockage.

Bien que le prix des disques durs ait fortement baissé, ces solutions restent coûteuses.

C’est pourquoi, il existe une autre codification de stockage appelée Parité.
À découvrir dans le prochain article.

source photos : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Stockage : 100 To sur un disque de 1 To
Arnaque : Clé USB sur un disque dur
Sécurités des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Réseau LAN ou WAN ralenti : Causes et parades 2/2
PCA Plan de Continuité d’Activités : Des besoins très différents
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Tolérance de pannes : Introduction au RAID


Quand un disque dur devient inutilisable

schéma de lecture de 4 disques dursVous est-il déjà arrivé de perdre des données à cause d’un disque dur en panne ?

Avec le temps, la poussière, les ondes électromagnétiques, la chaleur, la surface d’un disque dur, celle sur laquelle sont enregistrés les données et les programmes, s’abime.

De temps en temps, le système d’exploitation vérifie l’état des disques durs, emplacement par emplacement.

Il note ceux qui sont endommagés et les note comme devenu inutilisables afin d’éviter de s’en servir.

Seulement voilà, lorsque l’emplacement contient une information importante d’un fichier de données, un programme ou même un élément du système d’exploitation, l’ordinateur ne sait plus où il en est. Le disque dur devient inutilisable et les données sont inaccessibles.

Panne

Ce scénario devient, avec le temps, de plus en plus probable.

En effet, la couche superficielle du disque dur s’oxyde et le nombre de zones inutilisables augmente très fort.

Un disque dur interne est mieux protégé de l’oxydation à l’air qu’un disque dur externe, néanmoins il est soumis au même processus.

C’est ainsi que la durée de vie sans problème d’un disque dur dépasse rarement quelques années : 3 à 5 environ.

Il convient de changer régulièrement les disques durs ou, du moins, de dupliquer ses données sur de nouveaux disques durs.

Autant, c’est relativement facile pour un particulier, autant c’est parfois très compliqué pour une entreprise dont l’activité est dépendante de la fiabilité de son système d’information, surtout si l’ordinateur en question est un serveur et contient des informations centralisées pour plusieurs utilisateurs à la fois.

La sauvegarde des données consiste à recopier, régulièrement les données sur un autre support de stockage.

L’inconvénient principal de la sauvegarde, c’est le décalage dans le temps entre les informations de la sauvegarde et celles qui sont perdues en cas de crash disque, c’est-à-dire les informations créées ou modifiées depuis la dernière sauvegarde.

RAID

Pour toutes ces raisons, le système RAID a été inventé. Ou, pour être plus précis, LES systèmes RAID ont été inventés.

Il en existe de nombreux. Dans cette série d’articles, nous évoquerons les plus courants.

La tolérance de panne est appelée ainsi lorsqu’un ordinateur peut continuer à travailler malgré un disque dur devenu inutilisable.

Le principe du RAID, ou Redundant Array of Independant Disks, consiste à écrire les mêmes informations sur des disques différents en les codant d’une façon différente selon le type de RAID.

Pour y parvenir une partie du disque dur est réservé au stockage des informations en provenance du ou des autres disques de l’ordinateur. La codification de ces informations permet de stocker les informations en prenant moins de place dans la zone réservée au RAID que dans la zone « normale » du ou des autres disques.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées
Sécurité informatique : Supprimer les « faux positifs »
Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes : second critère de choix après le TCO ou coût total de possession

Réseau LAN ou WAN : Comprendre 1/2
Définitions de PRA et de PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités
Les règles d’or de la sauvegarde

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Météo : Les modèles de prévision Arpège et Arome


Les secrets des prévisions météorologiques

grille de prévisions météoVous vous êtes peut-être demandé comment les prévisionnistes pouvaient annoncer le temps qu’il allait faire.

Soulevons un coin du voile de ce métier compliqué et pourtant tellement utile à tous.

De très nombreuses professions dépendent des meilleures prévisions : l’agriculture,  la pêche, le tourisme, la sécurité civile, l’aviation, etc.

Les 4 étapes d’une prévision météorologique

Une prévision se déroule en 4 étapes :

  1. L’observation,
  2. L’assimilation des données observées,
  3. La simulation de l’évolution de l’atmosphère au moyen de modèles numériques,
  4. L’analyse des résultats par les prévisionnistes.

Outils et données

De multiples méthodes et instruments sont utilisés

  • ballons-sondes,
  • mesures des avions, des bateaux, des bouées, des stations terrestres, etc.
  • sondeurs infra-rouges à milliers de canaux sur satellites,
  • sondeurs et imageurs micro-ondes sur satellites,
  • températures et humidités déduites du signal GPS satellite-satellite,
  • vents de surface depuis satellites,
  • humidités déduites du signal GPS satellite-sol,
  • vents déduits d’images satellites,
  • radars-vents à tir vertical,
  • etc.

pour recueillir les données d’observation :

Pour les enregistrer d’une façon cohérente et compréhensible par tous, elles sont placées dans une grille en 3D qui découpe la Terre entière.

Au sol, d’une manière horizontale en carrés de tailles identiques, à l’intérieur d’un même modèle, appelés « mailles« .

L’atmosphère est découpée d’une manière verticale en niveaux, en fonction des lois physiques que l’on rencontre : changements d’état de l’eau (condensation, évaporation, formation des précipitations), de turbulence, de rayonnement ou encore les lois décrivant les nombreuses interactions avec la surface terrestre et même l’espace.

Le modèle de prévision Arpège

Le système Arpège est utilisé mondialement pour les prévisions jusqu’à 4 jours.

La résolution horizontale du modèle Arpège est de 7.5 km environ sur la France et de 35 km aux antipodes.
Le modèle découpe l’atmosphère en 105 niveaux verticaux, avec un premier niveau à 10 mètres au dessus de la surface et un niveau supérieur à 70 km environ.
Le pas de temps est de 360 secondes.

Les données traitées par ce modèle sont, entre autres :

  • le vent,
  • la température,
  • les humidités : vapeur d’eau, eau liquide, cristaux de glace, pluie, neige,
  • l’ozone et les aérosols,
  • les processus physiques : rayonnement, microphysique, processus de surface,
  • les phénomènes sous-mailles : turbulence, convection, ondes de gravité

Le modèle de prévision Arome

Les mailles sont de 1,3 km et il y a 90 niveaux verticaux avec un premier niveau à 5 m au-dessus de la surface.
Le pas de temps est de 50 secondes.

Arome fournit des prévisions très détaillées sur la France et les pays limitrophes, dont :

  • les fortes pluies méditerranéennes (épisodes Cévenols),
  • les orages violents,
  • le brouillard,
  • la chaleur en période de canicule,
  • la température,
  • l’humidité,
  • l’état du ciel.

Chaque maille est caractérisée par un type de surface avec environ 250 écosystèmes : lacs, mers et océans, surfaces urbanisées (villes, aéroports) et surfaces naturelles (végétation).
12 classes de végétation sont également définies : sol nu, rochers, neige permanente, arbres à feuilles caduques, forêt de conifères, parcs et jardins …

Source : Météo France

Philippe Garin, plus 6 ans de vie dans un autre pays

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 002 : Le sage entend le profit dans le vent
Pays et territoires : 10 questions pour les « forts » en géographie
Les réponses aux 10 questions pour les « forts » en géographie

Échelle de Beaufort et tailles des vagues
Poissons, coquillages et crustacés : Les tailles à respecter
Les académies françaises

Autres Voyage :

Récapitulatif 17 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La compatibilité en informatique, c’est quoi ?


La compatibilité des programmes et des données

compatibilités sanguines

compatibilités sanguines

On parle de compatibilité entre deux choses lorsqu’elles vont bien ensemble.

Les logiciels que l’on utilise sont :

  • issus d’un développement spécifique réalisé par le service informatique de l’entreprise ou par soi-même, ou
  • disponibles sur le marché sous forme de licences que l’on peut installer par un simple téléchargement ou directement dans son navigateur Internet.

Les versions de progiciels

Ces derniers sont aussi appelés progiciels, pour « produits logiciels ». L’exemple le plus connu et le plus répandu est la bureautique, c’est-à-dire le traitement de texte en premier et quelques autres : tableur, etc.

Les progiciels sont aussi plus complexes, comme la messagerie, la comptabilité, la paie ou les progiciels de gestion intégré ou PGI, ERP en anglais.

Les fournissent de ces progiciels ajoutent des fonctionnalités dans leurs programmes, corrigent les anomalies et comblent des failles de sécurité, au travers de nouvelles versions de leurs produits.

La compatibilité permet de travailler sur des fichiers créés dans d’anciennes versions, ce qui permet d’utiliser la dernière version sans perdre d’informations, sauf pour les informations créées uniquement grâce à la dernière version.

Ceci implique que le retour à une version précédente est impossible sauf à perdre les nouveautés et avec le risque de perdre des données.

Les changements de progiciels

Dès qu’un changement de logiciel a lieu, il faut que l’entreprise reprenne les informations et les rende « compatibles » avec le nouveau logiciel.

Pour cela, des programmes de transfert sont développés pour effectuer les transformations des données pour les rendre utilisables par le nouveau progiciel.

Ces programmes doivent reprendre tous les fichiers de l’ancien logiciel, un par un, vers le nouveau.

C’est indispensable lorsqu’une entreprise décide de passer d’un développement spécifique vers un progiciel ou l’inverse ou, lorsque les deux logiciels utilisent des systèmes différents ou encore des codifications différentes.

Par exemple, une date avec l’année sur 2 positions va devenir une date avec l’année sur 4 positions. Selon le cas « 30 » va devenir « 1930 » ou « 2030 ».

Autre exemple, les données d’un fichier accessible sous Unix sont inaccessibles ou incompatibles avec celles d’un fichier accessible sous Windows 10 ou SAP, et réciproquement. Impossibles à lire et à stocker, donc à utiliser.

Les changements dans les développements spécifiques.

Lorsqu’une activité dans une entreprise est unique dans son domaine, il est très difficile de trouver un progiciel sur le marché ou d’en trouver un qui prenne en compte le fonctionnement de l’entreprise.

Là, soit l’entreprise s’adapte au progiciel, soit elle adapte le progiciel à ses façons de faire, soit elle développe tous ses programmes-maison.

Les données sont, par définition, toujours compatibles, puisqu’il n’y a pas de versions issues du marché et en provenance d’un fournisseur externe.

Lorsque le logiciel fait l’objet d’améliorations, celles-ci sont intégrées au fur et à mesure des besoins, au rythme de l’entreprise.
Les modifications mineures sont intégrées directement.
Les modifications majeures se font de telle façon que les données restent compatibles avec les nouveautés.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Etapes de la qualification d’un logiciel
Limites et réalités du partenariat pour un développement informatique spécifique
Lois de programmation des ordinateurs

Check-list pour l’achat de progiciel
Les étapes du développement d’application
Enregistrement et repérage des modifications apportées dans les programmes

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 17 Informatique
Récapitulatif 17 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PCA et PRA : L’analyse des enjeux et des besoins


PCA et PRA : L’analyse des enjeux et des besoins

analyse des enjeux et des besoinsPour mettre en place un PCA, Plan de Continuité d’Activité ou un PRA, Plan de Reprise d’Activité, il faut décrire les besoins et les enjeux pour l’entreprise.

Chaque entreprise, même au sein d’une même branche, a des besoins et des enjeux différents des autres entreprises.

Certes, elles ont des points communs : par exemple, les entreprises de distribution alimentaire ont besoin d’avoir au moins une caisse enregistreuse en bon état de marche en permanence. Toutefois les enjeux sont différents selon qu’il s’agisse d’une boulangerie ou d’une épicerie, sans parler des grandes surfaces qui disposent de nombreuses caisses.

L’analyse des besoins et l’analyse des enjeux sont deux analyses qui vont de pair pour définir la criticité et l’impact d’un dysfonctionnement du système d’information sur le fonctionnement de l’organisation.

L’analyse des besoins

L’analyse des besoins permet de découper l’organisation en plusieurs principaux processus métiers, par exemple vente au comptoir, stockage, fabrication, comptabilité, site internet de e-commerce, etc.

Pour chacun d’eux, l’analyse des besoins informatiques par la méthode DIC, permet de lister les éléments de l’infrastructure informatique et les besoins en informatisation des processus fonctionnels, selon les critères de disponibilité, d’intégrité et de confidentialité du système d’information.

L’analyse des enjeux

L’analyse des enjeux permet de :

Définir les scénarii de risques. Par exemple : épidémie de grippe parmi le personnel, impossibilité de connexion à Internet, piratage de données clients,

D’évaluer l’impact de chaque scénario sur le fonctionnement de l’entreprise. Par exemple : Production en baisse, perte du CA ou non conversion d’un prospect en client.

Besoins et enjeux ensemble

La convergence des besoins en informatique (physique) et informatisation (données et programmes) avec les enjeux pour les dirigeants de l’entreprise et les responsables de service, va associer :

Chaque besoin DIC aux éléments concernés de l’infrastructure informatique et des applications

Chaque enjeu pour l’organisation à des besoins de sécurisation de ces mêmes éléments du système d’information

En résultat, on obtient pour chaque élément de l’infrastructure informatique et de télécommunication, un degré de criticité, plus ou moins important selon les enjeux pour le bon fonctionnement de l’organisation.

C’est alors que la phase suivante de la définition d’un PCA ou/et d’un PRA peut démarrer : L’audit des vulnérabilités

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour des conseils en sécurisation de votre système d’informations, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Identification Exigence de conservation des données
Choix par évaluation de projet

Vérification des comptabilités informatisées (code des impôts)
Open space : des solutions matérielles
Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique, Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Management
Récapitulatif 14 Organisation
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :