Attention aux Centres d’intérêt sur un CV


Les centres d’intérêt sur un CV 2/2piège sur ce que vous aimez

Lire l’article précédent

Les pièges des Centres d’intérêt

Les côtés négatifs des centres d’intérêts sont multiples, aussi est-il très important de faire un choix parmi eux.

  1. Esprit d’équipe ou individuel : Il est plus difficile de trouver une équipe de rugby qu’un partenaire au tennis. Cependant, vous pouvez avoir un fort esprit d’équipe en entreprise et vouloir vous ressourcer seul (e) ou presque durant vos temps libres. Évitez de montrer votre incohérence apparente.
     
  2. Activités dangereuses : Pratiquer un sport de combat, sauter en parachute ou faire de la plongée sous-marine, peuvent effrayer le futur employeur qui va se demander si vous serez encore là le lundi.
     
  3. Être membre d’une association : Vos activités tournées vers les autres vont-t-elles « empiéter » sur votre travail ? Votre esprit sera-t-il disponible pour travailler ? Passerez-vous trop de temps au téléphone ou à écrire des mails pour régler des problèmes extra-professionnels ? Voilà quelques questions que risque de se poser le recruteur.
     
  4. Engagement trop fort : Un engagement militant dans la politique, le syndicalisme ou religieux est impérativement à supprimer de son CV, ainsi que dans des valeurs non partagées avec l’entreprise, son personnel ou/et le recruteur, comme la défense de…

Bien préparer sa rubrique

Dans tous les cas, lorsqu’un recruteur délaisse cette rubrique et évite de vous poser des questions sur vos centres d’intérêt, c’est mauvais signe.
Il a déjà choisi de gagner du temps puisque, dans sa tête, vous êtes éliminé (e).

Quand il pose des questions, ce peut aussi être de la simple curiosité.

Il se peut également que la rubrique Centres d’intérêt soit absente de votre CV, soit parce que vous avez uniquement des loisirs qu’il vaut mieux éviter d’indiquer, soit vous préférez rester tranquillement à vous reposer chez vous.

Que vous ayez bien choisi vos centres d’intérêt ou que vous les avez supprimés, attendez-vous à des questions sur ces sujets.
Par conséquent, mettez uniquement la vérité, car un simple mensonge ou une invention d’un centre d’intérêt produit un doute sur la véracité de tout ce que contient votre CV.

Lire l’article précédent

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Un trou dans le CV fait-il disparaître des compétences ?
CV papier vs Profil sur les réseaux sociaux
CV rejeté : Pourquoi ?

A savoir sur le recruteur et le CV
Pourquoi une candidature spontanée a plus de succès qu’une réponse à annonce ?
Recrutement : Mensonges et réalité

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le ghosting ou quand le candidat est aux abonnés absents


Où sont passés les candidats ?

ghosting dans le recrutementIl existe un phénomène qui entre dans le cadre des recrutements difficiles.

Il fait perdre du temps et de l’argent aux entreprises qui cherchent à recruter et qui peinent à pourvoir à leurs besoins.

Il s’agit de la disparition du candidat en cours du processus de recrutement.

C’est la loi du marché et quand le marché est inversé ce sont les entreprises qui payent les pots cassés.

Depuis des dizaines d’année, le nombre d’offres d’emploi est bien inférieur au nombre de candidats.
La conséquence à ce phénomène est qu’un nombre important de candidats postulent pour le même poste.

Tous sont loin de répondre aux critères demandés par le recruteur.
Cependant, le candidat tente sa chance, en espérant que, sur un malentendu ou sur sa force de conviction, il puisse être embauché.

Il y a tellement de candidats que les organisations font, parfois, appel à des cabinets spécialisés dans le recrutement pour éliminer la plupart des candidats et pour recevoir uniquement les trois derniers finalistes.

Le ghosting

Seulement voilà, quand le job est peu attrayant ou quand il est très spécialisé, les candidats sont peu nombreux, voire absents.

Il faut alors de gros efforts pour recruter et pour conserver les nouveaux embauchés.

Entre les deux, le candidat se sent comme une diva.

Ce phénomène est accru avec la génération des millénials, ceux qui arrivent sur le marché du travail.
Ils ont l’habitude de zapper à toute vitesse. Ils se font désirer.

Les candidats disparaissent comme des fantômes (ghost en anglais)

En plus du manque de candidats ou d’un nombre trop faible, l’entreprise se trouve confrontée aux candidats qui :

  • décrochent le téléphone, confirment leur intérêt et s’arrêtent là ;
  • envoient un CV et s’arrêtent là ;
  • sont convoqués à un rendez-vous pour un entretien d’embauche et s’arrêtent là ;
  • reçoivent une proposition d’embauche et s’arrêtent là ;
  • ont signés un contrat de travail et sont absents dès le premier jour de travail

Sans compter ceux qui démarrent puis disparaissent durant la période d’essai sans respecter le délai de prévenance.

De plus, après un, deux ou trois ans, ils quittent l’entreprise pour aller voir ailleurs.

À vous dégoûter de recruter, n’est-ce pas ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Employeur : Réussir Accueil et Intégration du nouvel embauché
Recrutement : Mensonges et réalité
Les valeurs d’entreprise : Pourquoi ?

Les 6 raisons principales des recrutements difficiles
Un trou dans le CV fait-il disparaître des compétences ?
Attirer des candidats par la RSE

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Contrôle de référence, côté recruteur


La vérification des références est prioritaire

Quand contacter les référents ?contrôle de référence dans un recrutement

Plus le poste proposé est élevé dans la hiérarchie et plus la vérification des références devient indispensable pour un recruteur, professionnel ou employeur direct.

Lorsque vous contactez un candidat ou une candidate pour un poste de cadre, et à plus forte raison, pour un poste de cadre supérieur, il est préférable d’annoncer la couleur tout de suite : Vous voulez des références.

Vous pouvez l’annoncer dès le premier appel téléphonique, celui qui vous permet de vous assurer que la personne contactée est vraiment intéressée par votre proposition de poste.
Procéder ainsi vous permettra d’éviter de perdre votre temps à rencontrer le (la) candidat (e), si elle ou il refuse de vous donner des noms et des coordonnées de personnes à contacter.
il en est de même en cas d’hésitation ou tout autre réaction de sa part qui provoquerait un doute.

Vous pouvez aussi attendre le premier entretien d’embauche, celui qui va vous permettre de retenir les candidats intéressants et perdre moins de temps à contacter les référents.

Pas de décision hâtive

Souvent, le contrôle de référence a pour objet de confirmer la décision que vous avez prise sur le choix du futur collaborateur ou future collaboratrice.

En fait, le contrôle de référence fait partie du processus de recrutement au même niveau de l’entretien d’embauche ou l’examen du CV et de la lettre de motivation, quand elle existe.

C’est pourquoi, il vaut mieux réserver son choix pour après le contrôle de référence de tous les candidat (e) s.

Téléphone ou mail

L’avantage du téléphone est d’avoir un échange direct avec le référent.
L’inconvénient est de parvenir à la joindre, ce qui est toujours compliqué car les référents sont souvent des cadres supérieurs peu disponibles.
De plus, La durée d’une conversation téléphonique reste limitée.

L’avantage du mail est que vous pouvez écrire, tout de suite et en quelques mots, le motif de votre prise de contact, en signalant que vous souhaitez évoquer l’expérience de celle ou celui qui vous envisagez de recruter, pour quel poste et avec quelles responsabilités.

L’autre avantage du mail est que la réponse est également, généralement, donné par écrit en retour de mail.
Elle est souvent courte et vous permet de savoir si un appel téléphonique vaut la peine pour en savoir plus.

Sur quels points insister ?

Le pire pour un employeur est de se tromper sur son futur collaborateur, celui ou celle, avec qui il va travailler au quotidien et qui va le représenter auprès des autres salariés de l’entreprise ou de l’organisation.

C’est pourquoi, après s’être assuré de l’expérience du candidat, il faut poser la question de ses points faibles à la personne de référence, avec délicatesse.

Il est préférable de demander conseil sur les améliorations à apporter au comportement ou aux savoir-faire du candidat (e), plutôt que de foncer tête baissée dans la demande d’une liste de faiblesses à compenser.

Recoupez vos informations

Plusieurs référents sont nécessaires pour se faire une idée précise de votre futur (e) collaborateur (trice).

Il y a ceux qui sont cités par le candidat lui-même et les autres.
Les autres sont ceux que vous trouvez dans les réseaux sociaux, anciens chefs ou collègues, voire anciens collaborateurs, ou ceux qui continuent de travailler avec elle ou lui.

Foin de complaisance, vous aurez ainsi confirmation des avis des personnes de référence citées par le (la) candidat (e), ou sujet à réflexion, dans le cas contraire.

Dans les louanges ou les critiques, il vous reste à faire la part des choses, car les unes et les autres sont soumis à l’appréciation du référent et à ses relations personnelles avec le candidat.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi
Les sources de stress du recruteur

Les 6 raisons principales des recrutements difficiles
Recrutement : Difficile de choisir entre les 2 finalistes
Le coût d’un recrutement et de l’intégration

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Employeur : Réussir Accueil et intégration du nouvel embauché


Réussir accueil et intégration au travail

livret accueil nouvelle collaboratriceUn recrutement sera considéré comme réussi quand le nouveau collaborateur ou la nouvelle salariée sera correctement intégré (e) dans l’équipe en place.

C’est à la fois une marque du style de management, de la culture d’entreprise et de l’image de l’organisation qui est en jeu.

Bien accueillir sa dernière recrue, car se donner les moyens de la retenir, tout en donnant une image positive à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise.

Rappel sur l’accueil et l’intégration

L’accueil est la façon dont la première journée se déroule, ou les premières journées voire seulement les premières heures, à l’arrivée de la nouvelle personne.

L’intégration est la période pendant laquelle le (la) nouvel (le) arrivant (e) va passer du statut d’arrivant à celui d’équipier (ère) à part entière.

Avant l’arrivée

La réussite de l’accueil et de l’intégration commence avant même l’arrivée du (de la) prochain (e) salarié (e).

D’abord, le recrutement aura été annoncé.
Puis, la date d’arrivée est donnée à l’intérieur de l’équipe, parfois même de l’établissement ou/et de l’entreprise, selon la taille.

Une brève description du profil retenu est fournie par le chef à son équipe au cours d’une réunion où tous les membres sont présents.

Le kit d’arrivée

Le « kit d’arrivée » est un ensemble d’objets et de documents, qui permet au nouveau collaborateur de travailler et de se sentir bien accueilli.

Il va comprendre, entre autres :

  • Le livret d’accueil, avec le règlement interne et autres papiers d’informations administratives, le plan de l’établissement, les consignes de sécurité, etc.
  • Une liste avec le nom, parfois avec photo, et titre de la Direction et des services, avec numéros de téléphones internes.
  • Des objets indispensables, comme badge ou clé, code d’accès, carte de restaurant d’entreprise.
  • Des objets pratiques et de la culture de l’entreprise : crayons/stylos et autres fournitures de bureau, uniforme, premiers jetons de la machine à café, accessoires publicitaires ou/et aux couleurs de l’organisation.

À l’arrivée

Le contact humain et le respect de tous sont les deux forces de la réussite de l’accueil et de l’intégration.

Quand il arrive, le nouvel équipier est perdu. Il ignore généralement

  • avec qui il va travailler,
  • sa place de travail et autres lieux,
  • le détail de ce qu’on attend de lui,
  • les habitudes de la maison.

Avant tout, le planning de l’accueil va le mener à reconnaître les lieux et les principales personnes avec qui il aura affaire, à l’extérieur de l’équipe en premier, puis à l’intérieur de l’équipe.

Une visite guidée comprendra deux phases, en séparant les lieux et les personnes essentielles d’une visite exhaustive, avec entre temps un bref séjour au sein de l’équipe pour dire bonjour et mettre son manteau sur une patère.

Le déjeuner permet de faire connaissance entre manager et nouvel arrivant, seuls ou avec le reste de l’équipe.

Les obligations administratives avec les RH, le service informatique qui va lui donner le matériel et les codes d’accès ou/et le chef d’équipe ou un autre collègue qui montrera le casier pour ranger ses affaires et se changer en cas de vêtements de travail obligatoires.

Les premiers temps

Le nombre d’informations que le dernier arrivé doit retenir est très important. Aussi faut-il lui laisser le temps de les assimiler et pardonner erreurs et oublis.

Rencontres et échanges formels et informels alternent. Des affinités se découvrent.

Les méthodes, les outils, sont expliqués.
Peut-être un parcours aura été prévu pour découvrir aussi les autres services, le métier, le milieu professionnel, voire clients ou/et fournisseurs principaux.

L’intégration se passe bien. Le (la) nouvel (le) arrivant (e) sera à l’aise pour donner le meilleur de lui-même (elle-même).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Livret d’accueil : Sommaire
Management : Comment évaluer l’intégration d’un nouveau salarié
Nouvel emploi : Accueil et intégration

Aménager son bureau : Pas si simple
Malade pendant la période d’essai : Conséquence
Intégration en entreprise : Plus ou moins formalisée

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Postuler avec une candidature spontanée


Une candidature spontanée a plus de succès qu’une réponse à annonce

postuler directementLa candidature spontanée consiste à écrire à une entreprise pour lui proposer une rencontre dont le but est d’obtenir un emploi dans cette entreprise.

Troisième volet de cette série sur la candidature spontanée, l’envoi de sa candidature et l’attente de la réponse.

La candidature directe est aussi efficace, sur le principe du pied dans la porte, en se déplaçant et en rencontrant directement le décideur de l’entreprise.

Quant à la réponse, parfois il faut insister un peu. Et attendre, car un poste peut être créé ou libéré… plus tard.

Sommaire :

Avantages et inconvénients d’une candidature spontanée

Se renseigner

Postuler

Postuler

Rédiger son CV ou son offre de services, écrire sa lettre de motivation sont plus compliqués que lorsque vous répondez à une offre d’emploi publiée.

Dans votre lettre de motivation, vous allez demander un rendez-vous pour présenter votre « offre de service ».

Si vous indiquez que vous souhaitez un rendez-vous en vue d’une embauche ou que votre courrier est une lettre de motivation, le circuit interne va passer par le service des ressources humaines, comme une candidature en réponse à une annonce.

Par contre, si vous indiquez ou laissez entendre, que vous avez des services à proposer à l’entreprise, alors votre demande ressemblera à une démarche commerciale, comme si vous étiez le représentant d’une autre entreprise, c’est-à-dire vous-même.

La réponse

Rappel : Le marché caché de l’emploi est celui qui fournit le plus d’emploi.
Selon les statistiques, seuls ¼ à 1/3 des emplois sont trouvés grâce à des offres d’emploi.

Que vous vous adressez à une organisation, en partant de zéro ou après avoir obtenu des informations pertinentes par quelqu’une de votre réseau de connaissances, la candidature spontanée est le seul vrai passage pour rencontrer celle ou celui qui vous donnera votre chance de trouver ou retrouver un emploi.

Même en l’absence de réponse ou avec une réponse négative, vous aurez fait un pas.
Peut-être que votre candidature est arrivée trop tôt.

Vous pourrez donc relancer, par téléphone, après une semaine d’absence, puis tous les mois ou tous les deux mois.

Pensez que la personne que vous avez au téléphone a aussi un réseau de connaissances dont un de ses contacts peut avoir besoin de vos services.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Marché de l’emploi : la loi de l’offre et de la demande
Quel niveau de langue pour postuler
Les 3 éléments d’une bonne candidature

Relancer le recruteur, mode d’emploi
Recherche d’emploi : « Avez-vous d’autres pistes ? »
Candidature : Les délais de réponse

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sécurité : 7 astuces pour rentrer seule dans le noir


7 astuces pour rentrer chez soi sans être importunée

se protéger quand on rentre seule la nuitPresque toutes les femmes ont connu ce sentiment désagréable sur le chemin du retour chez soi le soir ou la nuit.

Dès que quelqu’un arrive en face, ou pire quand des pas retentissent derrière soi, le cœur commence à battre fortement.
La crainte d’être attaquée devient très forte.

Voici 7 trucs pour vous permettre de vous sentir plus en confiance et vous protéger sur le chemin.

Source : Brigitte, magazine allemand

1 Ne sortez pas votre téléphone

Si vous pouvez avoir l’impression que de simuler une conversation va vous sauver, c’est l’inverse qui risque de se produire.

En effet, un agresseur potentiel sera attiré par la lumière de l’écran. Il pensera que votre attention est attirée par l’écran et que vous prêtez, ainsi, moins d’attention à votre entourage, donc à son approche.

De plus, le passage de la lumière de l’écran au noir de l’environnement nécessite un bref instant d’adaptation pendant lequel l’agresseur potentiel s’est approché.

2 Portez un casque en ayant coupé le son

Le fait de porter un casque permet d’atténuer les sons de la rue.

En ayant coupé le son, vous entendez seulement les sons qui ont un certain niveau sans devoir sursauter à chaque petit bruit qui parait toujours plus inquiétant la nuit que le jour

3 Changez votre trajet

Quand on rentre chez soi, on passe généralement par le chemin le plus court, ou, du moins, par un chemin habituel bien connu.

Changer de trajet pour passer par les rues éclairées ou devant des boutiques, etc. permet de retarder le passage sombre avant votre lieu d’habitation (ou de rendez-vous).

De plus, varier le trajet, en passant par un chemin ou un autre, d’une manière aléatoire diminue le risque d’être suivie par un prédateur à la cherche du meilleur endroit pour vous agresser.

À l’inverse, il est toujours possible de s’arrêter dans un endroit repéré à l’avance en cas où vous vous sentez suivie : boutique, station-service, ou chez une connaissance qui habite sur votre trajet.

4 Emportez un sifflet à roulette ou criez au feu

Le genre de sifflet utilisé par les arbitres des rencontres de football (soccer) est idéal dans son sac-à-main.

En cas de sentiment d’insécurité sur le chemin, vous le tenez dans la main.
Si un agresseur se présente, soufflez fort dans le sifflet pour lui couper son envie et attirer le voisinage.

Une autre astuce est de hurler « au feu ».

Crier « au secours » produit une réaction de paralysie chez la plus grande majorité des gens, qui préfèrent se préserver plutôt que de venir à l’aide.

Par contre, quand ils entendent qu’il y a un incendie près de chez eux, ils ouvrent fenêtres et portes, ou/et sortent pour voir ce qui se passe.

Dérangé, l’agresseur s’enfuit immédiatement. Du moins, vous pouvez l’espérer.

5 Avertissez un proche

Il est très facile d’envoyer un message à un prochain, avec son smartphone, pour le prévenir de l’endroit où l’on se trouve.

Tout retard peut être causé par un empêchement quelconque, et aussi par une agression.

C’est pourquoi, la personne prévenue peut vous rappeler dès le dépassement de l’heure prévue d’arrivée pour s’inquiéter de votre sort.

Si besoin, et en l’absence de réponse, elle peut déclencher une recherche pour vous retrouver.

6 Photographiez les plaques numérologiques

Le chemin à pied vous dérange et vous préférez y aller en taxi ou vous faire raccompagner.

Parfois, il est plus prudent de photographier la plaque numérologique du taxi ou de la voiture.

Mieux vaut éviter de monter dans une voiture d’un inconnu, même s’il vous propose de vous raccompagner jusque chez vous.

En prenant une photo, vous signalisez au chauffeur que vous prenez vos précautions et qu’en cas d’incident, vous aurez la possibilité de les retrouver.
Grâce à cela, certaines personnes mal intentionnées abandonneront leur idée d’agression, si c’était leur intention.

7 Ayez une lampe de poche

Avec le même type de lampe de poche dont dispose les policiers, vous avez la possibilité d’éclairer votre chemin, en premier.

Si nécessaire, vous pourriez aussi éclairer le visage de votre agresseur en plein dans les yeux pour vous laisser quelques instants pour vous enfuir.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment dénoncer un harcèlement au travail
Pièces à présenter pour déposer plainte
Personne toxique, relation toxique : Définition et exemples

Enlèvement d’enfant : Des mesures simples de protection
Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade
Travailler la nuit, travailler le soir : Que dit la Loi ?

Autres Sécurité :

Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

12 signes qui agacent le recruteur en entretien d’embauche


Agacer le recruteur = échec assuré

agacé irritéS’il y a bien une chose qui vous met hors course dans la recherche d’emploi, c’est agacer le recruteur.

Celui-ci ou celle-ci a l’habitude d’avoir, devant lui, un (e) candidat(e)s, qui cherche un emploi et qui est prêt (e) à « presque » tout pour le (la) « séduire » et le convaincre qu’il (elle) est le (la) meilleur (e) pour le poste.

Seulement voilà ! Même avec les meilleures qualités possibles et les capacités suffisantes pour obtenir le poste, vous le voyez vous passer sous le nez, sans comprendre pourquoi.

Ce ne sont ni vos savoir-faire ni vos savoir-être qui en sont responsables mais vous avez déçu par votre comportement durant l’entrevue d’embauche.

Vous l’avez agacé parce que

  1. Vous êtes arrivé en retard, sans prendre la peine de vous en excuser ni d’avoir prévenu
  2. Vous avez les mains moites ou avez une poignée de main molle
  3. Votre voix est trop haute ou trop basse
  4. Vous utilisez des mots qui se répètent ou d’autres tics de langage
  5. Vous zozotez ou balbutiez ou avez un fort accent
  6. Vous avez déballé vos affaires sur le bureau du recruteur sans autorisation
  7. Vous êtes mal assis (e)
  8. Vous avez votre smartphone qui sonne ou, pire, vous téléphonez
  9. Vous mâchez quelque chose : gomme ou autre
  10. Vous avez croisé les bras, signe de refus
  11. Vous avez occupé vos mains avec un objet ou un tapotement
  12. Vous avez fait la tête (presque) tout le temps

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour allonger la liste, n’hésitez pas et contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment rater son entretien d’embauche
Entrevue d’embauche : Trac et patatras
Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi

30 minutes en entretien d’embauche : Suffisant ?
Comment interrompre poliment un entretien d’embauche ?
Communication : Convention et référentiel commun indispensables

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 19 Communication
Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :