Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone


éviter les intoxications au monoxyde de carboneLes intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde

Contrôle des installations

Avant l’hiver, faites systématiquement intervenir un professionnel qualifié pour contrôler vos installations  :

  • Faites vérifier et entretien chaudières, chauffe-eau, chauffe-bains, inserts et poêles ;
  • Faites vérifier et entretenir vos conduits de fumée (par ramonage mécanique)

Bonne ventilation

Veillez toute l’année à une bonne ventilation de votre logement, tout particulièrement pendant la période de chauffage :

  • Aérez votre logement tous les jours pendant au moins 10 minutes, même quand il fait froid :
  • N’obstruez jamais les entrées et sorties d’air (grilles d’aération dans cuisines, salles d’eau et chaufferies principalement)

Utilisation correct des appareils

Veillez à une utilisation appropriée des appareils à combustion :

  • Ne faites jamais fonctionner les chauffages d’appoint en continu : ils sont conçus pour une utilisation pour une utilisation brève et par intermittence uniquement.
  • Respectez scrupuleusement les consignes d’utilisation des appareils à combustion (se référer au mode d’emploi du fabricant), en particulier les utilisations proscrites en lieux fermés (barbecues, ponceuses, …)
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, etc.

 Les nouveaux appareils à combustion

Si vous devez installer de nouveaux appareils à combustion (groupes électrogènes et appareils à gaz notamment) :

  • Ne placez jamais des groupes électrogènes dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : ils doivent impérativement être installés à l’extérieur des bâtiments.
  • Assurez-vous de la bonne installation et du bon fonctionnement de tout nouvel appareil avant sa mise en service, et, pour les appareils à gaz, exigez un certificat de conformité auprès de votre installateur.

Les détecteurs de monoxyde de carbone

Il existe sur le marché des détecteurs de monoxyde de carbone, pour lesquelles des procédures d’évaluation sont en cours.

Ces détecteurs ne suffisent pas pour éviter les intoxications.

La prévention des intoxications passe donc prioritairement par l’entretien et la vérification réguliers des appareils à combustion est conduit de fumée, une bonne ventilation, l’utilisation appropriée des groupes électrogènes et chauffage d’appoint, etc.

Source : inpes, institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


Sommaire :

Le monoxyde de carbone : Quoi, où, les dangers
Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Voir aussi :

Pause cigarette encadrée
Europe : Liste d’associations de consommateurs
TMS troubles musculo-squelettiques comment les éviter

Menace – Vulnérabilité – Risque
Parefeu ou firewall : Définition
Faux courriels de Hadopi

Autres Bien-être et Sécurité :

Récapitulatif 14 Bien-être
Récapitulatif 14 Sécurité
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les cartes du bruit


Une directive européenne

Cartes du bruitLa directive européenne 2002/49/CE relative à l’évaluation du bruit dans l’environnement demande aux agglomérations de plus de 250 000 habitants d’établir une carte des bruits ferroviaires, routiers, aériens ou encore industriels.

Les communes, le Conseil général et les services de l’État, Réseau Ferré de France, gestionnaires d’établissement industriels, etc. devront prendre en compte ces cartes du bruit dans leurs futures décisions, pour créer des documents d’urbanisation et de planification à venir

Pour les entreprises, comme pour les salariés, les cartes du bruit peuvent servir à définir le lieu de travail, l’implantation d’un établissement, les conditions d’aménagements internes, les conditions de travail et de transport.

Cartographier le bruit, pour quoi faire ?

  • Disposer de données homogènes et d’un état de référence,
  • Visualiser l’exposition du bruit,
  • Sensibiliser et informer le public et l’ensemble des acteurs,
  • Mettre en place des actions pour améliorer la qualité de l’environnement sonore dans l’avenir

Les différents types de bruit et la réglementation

Bruit routier

Les articles 12 et 13 de la loi n°92-1444 du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit imposent la prise en compte des nuisances sonores issues du trafic routier dans tout projet neuf, et lors de la transformation significative d’une voie existante.

Bruit industriel

L’arrêté du 23 janvier 1997, vise à limiter les bruits émis dans l’environnement par les ICPE, ou Installations Classées pour la Protection de l’Environnement, afin de protéger l’environnement et les personnes exposées à ses nuisances. Ces installations industrielles ne doivent pas dépasser les 70 dB(A) en limite de propriété le jour et 60 dB(A) la nuit.

Bruit ferré

La réglementation des nuisances sonores issues d’infrastructures de transports ferroviaires est similaire à la réglementation des nuisances issues d’infrastructures de transports routières

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le baromètre de la consommation 2014 de Google
Détecteurs de fumée : les obligations de la loi 2010-238
Décès : Démarches à effectuer

Protection des données personnelles : Un projet de la Commission européenne
Caution solidaire en cas de non paiement du loyer : les devoirs et les limites
Loi Chatel pour le développement de la concurrence au service des consommateurs

Autres Bien-être et Juridique :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique


Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique

Parce qu’aujourd’hui maîtriser ses dépenses est devenu pour les entreprises un leitmotiv implacable, les DSI se doivent de satisfaire les objectifs de leurs dirigeants en proposant des stratégies et des méthodes pour réduire les coûts, tout en améliorant le fonctionnement de l’entreprise. Afin d’obtenir un bon équilibre entre coûts et performances, les entreprises utilisent donc des méthodes telle que le Total Cost of Ownership (TCO Coût Total de Propriété) qui permet de déterminer les coûts directs et indirects d’un produit ou d’un système

Voyons ensemble ce que recouvre cette notion, et dans quelles mesures il est aujourd’hui possible d’envisager une réduction de ce TCO en utilisant les dernières technologies sur le marché.

Qu’est-ce que le TCO informatique ?

Le Cloud Computing pour réduire le TCO informatiqueLe concept du TCO a été utilisé dans une multitude de domaines, notamment pour les systèmes d’information et les systèmes informatiques depuis la fin des années quatre-vingt. De nombreuses méthodologies et outils informatiques ont ainsi été développés afin de quantifier l’impact financier du déploiement d’un produit tout au long de son cycle de vie : achat, installation, maintenance et évolutions.

Le TCO informatique comprendra donc les coûts tels que les coûts des logiciels et matériels informatiques, nécessaires au déploiement et à l’utilisation d’une application (réseau, serveurs, stations de travail, installation et intégration des outils, frais de licences et de garanties, migration ou risques), les dépenses opérationnelles y afférant (surfaces pour les infrastructures, énergie électrique, tests, indisponibilités ou dégradations des performances, sécurité et moyens de sauvegardes, formation, audit, assurance, temps de gestion des services dédiés), et les dépenses à long terme (remplacement, dépenses pour mises à jour (upgrades) ou changements d’échelle).

Il comprendra également tout ce qui concerne les coûts de formation et de support utilisateur, les coûts liés à une mauvaise utilisation des outils ou encore, les coûts liés aux indisponibilités du service.

Comment réduire le TCO ?

Parmi les technologies les plus attendues par les DSI, il en est une qui se prête particulièrement à la réduction du TCO, le Cloud Computing. En effet, le Cloud Computing permet de ne plus avoir à assumer la propriété d’une partie, plus ou moins importante, de l’infrastructure et de sa maintenance.

On distingue actuellement trois types de services de Cloud : L’Infrastructure en tant que Service (IaaS – Infrastructure as a Service), les Plateformes comme Service (PaaS – Platform as a Service) et les Applications en tant que Service (SaaS – Software as a Service)

Quelles réductions du TCO informatique peut-on espérer avec le Cloud ?

Dans le cas d’un service de type IaaS, le fournisseur de service Cloud prend à sa charge la virtualisation, les matériels serveurs, le matériel de stockage et de préservation des données et l’ensemble de l’infrastructure réseau. Autant de postes sur lesquels le client pourra réaliser de sérieuses économies (surfaces, maintenance, etc.).

Dans le cas d’un service PaaS, le fournisseur « Cloud » prendra, en sus, à sa charge, les logiciels serveurs, le gestionnaire de bases de données, l’intégration de l’architecture orientée services (SOA) et les runtimes (logiciel de lancement, en français).

Enfin, pour un service de type SaaS, le fournisseur se chargera aussi des applications, qui tourneront à distance pour le client et dont les mises à jour et tests seront réalisés par le fournisseur du service lui-même.

Dans le cas du déploiement d’une application en tant que service, les facteurs de diminution du TCO atteignent jusqu’à 40%, selon l’institut de recherche IDC (International Data Corporation). Et, lorsque le client tient à conserver la maîtrise de ses applications et souhaite alléger sa facture sur la seule infrastructure, le facteur de diminution peut aller jusqu’à 44%. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par la ville de Bergheim, en Allemagne, qui a analysé les coûts annuels engendrés par les postes de travail, sur une durée de sept ans. Il en a été ainsi conclu que les coûts annuels pour un poste de travail de type client léger (=sans disque dur local) s’élèvent à 44% de moins que pour un poste de travail PC décentralisé.

Avec un marché qui devrait atteindre 1 milliard de dollars en 2014, le Cloud est en phase d’adoption par les entreprises. S’agit-il d’un effet de mode, où les bénéfices sont-ils bien réels ? En attendant la confirmation de cette tendance, il faut savoir que les grandes institutions cautionnent déjà le Cloud. C’est, par exemple, le cas de la Commission Européenne, qui a réalisé une étude sur le sujet en 2011, et qui voit dans le Cloud le moyen de rendre les PME européennes plus compétitives et de faire baisser la facture énergétique. Il semblerait donc que le Cloud soit un nouvel eldorado capable de faire réaliser aux entreprises de réelles économies !

Auteurs : Nathalie Gonzalves et Jérôme Chapeau, Ivision

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

TCO : Les coûts de logiciels dans le Coût total de possession
Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes : second critère de choix après le TCO ou coût total de possession
TCO : Les éléments à prendre en compte pour le calcul

Le TCO ne suffit pas pour changer de logiciel en entreprise
TCO, LCC et MTBF expliqués pour les nuls
Un sourire ne coûte rien

Autres Informatique :

Récapitulatif 8 Informatique

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Informatique de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les étapes pour acheter votre informatique


Les étapes pour acheter votre informatique

signature contratAcheter son informatique est une décision importante, surtout pour les TPE et PME/PMI de taille réduite, qui ne peuvent se permettent de disposer d’un service informatique interne.

C’est aussi une décision importante pour les entreprises plus importantes, qui dispose du personnel qualifié.

12 étapes pour bien acheter

1. Le cahier des charges

Bien définir ce que l’on veut, ce dont on a besoin

2. La négociation

Prix selon le volume, l’ajout de services

3. Le financement

Cash, crédit, location

4. L’amortissement

Immobilisation de trois à cinq ans

5. La formation

Bien planifier les stages

6. L’installation

Mise en route, reprise des données

7. Le développement

Adaptation, make or buy, gestion de projet

8. L’assistance

Consultant, conseils, paramétrage

9. Le renouvellement

Trois fois plus souvent le matériel que le logiciel

10. La maintenance

Extension de garantie, correction de bogues, prochaine version

11. L’assurance

Multirisques environnement, indemnisation, franchise

12. La sécurité

Détérioration, perte ou vol de matériels, de données, dénis de service

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Checkliste pour l’achat de progiciel
Analyse de dysfonctionnements et réduction de coûts cachés en 10 étapes
Les 6 défis de la modernité

Le projet d’entreprise
Conduire le changement
Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique

Autres informatique et Management :

Récapitulatif 1 Informatique
Récapitulatif 3 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Exemple de cahier des charges 2


Exemple de cahier des charges 2

Tramway Rennes Convention Cahier des Charges 1897Voici un deuxième exemple de cahier des charges pour un projet informatique et qui peut s’appliquer à d’autres domaines

1   Analyse du processus technique

  1. Enregistrement de la situation actuelle
  2. Structure du processus
  3. Philosophie de service pour le processus

2   Solutions pour les installations des ordinateurs

  1. Objectifs généraux de l’installation d’ordinateurs
  2. Mise en place de référentiel et veille concurrentielle
  3. Tendances technologiques

3   Définition du système pour l’utilisateur

  1. Description des tâches
  2. Description et délimitation des interfaces d’entrée / sortie
  3. Comportement du système en cas de panne
  4. Documentation

4   Données techniques informatiques

  1. Limites de la programmation
  2. Système d’exploitation
  3. Conception de matériels

5   Informations sur le projet

  1. Calendrier / Budget prévisionnel
  2. Modalités de réception de fin de travaux
  3. Aide pour les tests
  4. Les personnes responsables, la juridiction

Là aussi, il ne vous reste plus qu’à remplir les cases.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Exemple 1 de cahier des charges
Quelles sont les techniques utilisées pour un cahier des charges
Un Cahier des charges pour éviter des conflits entre client et fournisseur

Management de projet informatique : Neuf erreurs les plus courantes du Chef de projet
Pas de précipitation au début d’un projet pour respecter les délais
Évolution du besoin en cours de projet

Autres Informatique :

Récapitulatif 2 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :