Programmation Quick and Dirty


Programmation Quick and Dirty

La programmation Quick and Dirty, en français : rapide et sale, est un style de programmation, rapide à programmer mais mal fichue, qui ne respecte pas les règles de programmation habituelles, celles qui servent à s’y retrouver.

Par exemple : Au lieu de créer une table des taux de TVA, qui permettrait une mise à jour par l’utilisateur lui-même du taux (souvenir du passage de 19.6 à 20.6 %), il est plus rapide de mettre le taux « en dur », c’est-à-dire de le programmer directement dans le programme de calcul.

Ce style de programmation masque le problème. Il permet, certes, de répondre au besoin du client, interne ou externe, selon que le programmeur travaille dans le service informatique de son entreprise (pour combien de temps encore ?) ou en SSII, pour un client. Mais d’une manière telle que le travail, tôt ou tard, sera à refaire.

Alors se pose la question : qui va payer ?

Si c’est vous le client et que vous n’y connaissez rien, alors … contrôlez la qualité !

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Programmation
Introduction à la méthode MERISE
Méthode Jackson de développement

Enregistrement et repérage des modifications apportées dans les programmes
Limites et réalités du partenariat pour un développement informatique spécifique
Qualification de logiciel et qualité informatique de gestion

Autres informatique :

Récapitulatif 5 Informatique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :