Que faut-il connaître sur l’entreprise avant l’entretien d’embauche


Se renseigner sur l’entreprise pour trouver quelles infos pertinentes

Dans tout processus de recrutement, il y a au moins un entretien d’embauche.

Là, vous êtes reçu par un ou plusieurs recruteurs ; futur chef direct, son supérieur, chargé (e) de recrutement interne ou externe, …

Ils s’attendent tous à ce que vous veniez avec un minimum d’informations sur l’entreprise, dans la mesure où vous avez appris, au plus tard lors de la prise de rendez-vous.

stratégie d'entreprisePlus vous êtes motivé (e) et plus vous devrez en savoir plus sur l’entreprise.

Oui, et de quelles informations avez-vous besoin ?

1 Son secteur d’activité

Si vous voulez travailler dans la menuiserie et qu’il s’agit d’une entreprise de charpenterie, irez-vous en entretien ? Attention au secteur d’activité dans les offres d’emploi.

Mieux savoir ce que propose l’entreprise : produits, services…

2 Sa structure et son organisation

Entreprise indépendante ou appartenant à un Groupe ? Établissement unique ou multi-sites ?

Organigramme et emplacement du poste proposé dans l’organigramme.

Création de poste ou remplacement ?

Quel est son style de management ?

organigramme-type pour entreprise

3 Ses chiffres-clés

Le chiffre d’affaire, le nombre de salariés sont deux des chiffres à connaître avant de se rendre au rendez-vous de recrutement.

Plus encore, ce sont leurs évolutions qui montrent si l’entreprise progresse ou régresse.

4 Son actualité et ses projets

Certaines entreprises sont cachotières, d’autres très communicantes.

Ces deux attitudes dépendent de la bonne santé de l’entreprise et de son développement.

La vision du chef d’entreprise et les projets en cours ou à venir sont sources de motivation.

5 Le code vestimentaire et le langage métier

En face-à-face, directement ou par écrans interposés, mieux vaut savoir comment s’habiller pour que l’entretien d’embauche.

De même, le vocabulaire employé sera prépondérant pour la réussite de votre entretien.
Un langage simple face à une personne des RH, plus métier face aux futurs collègues directs.

6 Autres informations utiles

  1. Le positionnement par rapport à la concurrence
  2. La stratégie de l’entreprise, notamment la stratégie numérique
  3. Les outils, techniques et méthodes utilisés ou prévus de l’être
  4. Les distinctions et prix, les fiertés et succès des dirigeants
  5. Les dernières nominations aux postes de responsables
  6. Le parcours du recruteur qui vous reçoit

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
Contrôle de référence, côté recruteur
Recrutement : Attirer des candidats par la RSE

10 conseils pour réussir son entretien d’embauche par vidéo
La Reformulation : Une technique efficace
Quelques conseils avant un entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Muse, inspire-moi !


Allo lecteur, que souhaites-tu lire ?

Après plus de 2400 articles dont environ 650 sur l’Emploi, 700 sur le Management et 200 sur la Communication, il y a de quoi manquer l’inspiration.
C’est le cas en ce moment.

C’est pourquoi, je lance un appel à toute suggestion d’articles.
Indiquez-moi les sujets qui vous intéressent et qui sont susceptibles de figurer dans ce blog.

Voici les thèmes abordés parmi les 3 catégories :

EMPLOI

Du départ de l’entreprise à l’intégration dans la prochaine, tout pour (re)trouver un emploi.

emploi job

A. Préparer sa recherche d’emploi

B. Une recherche active

C. En poste

MANAGEMENT

Du l’accueil en entreprise au départ de celle-ci, tout dans le monde du travail.

Management

A. Généralités sur l’entreprise et le management

B. Le travail organisé et efficace

C. Superviser et aviser

COMMUNICATION

Parce que nous communiquons, tout le temps.

communication

A Généralités sur la Communication

B La Communication professionnelle

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Laissez un commentaire ou envoyez-moi vos suggestions : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément : Les deux derniers articles de chaque catégorie

Recherche d’emploi : 6 questions indispensables à poser en entretien de réseau
Recruteur : 5 questions indispensables à poser aux candidats

Les clés de la réussite selon Steve Jobs
Licenciement : 20 signes qui vous alertent

Agression verbale 2/2 : Les Accords Toltèques
Agression verbale 1/2 : CNV Communication non Violente

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recherche d’emploi : 6 questions indispensables à poser en entretien de réseau


De quelles informations avez-vous besoin avant de postuler ?

Les réseaux sociaux sont un outil très utile pour prendre des renseignements sur une entreprise avant de postuler.
Encore faut-il savoir quelles questions poser.

Quand vous connaissez l’entreprise au travers d’une offre d’emploi ou que vous ayez l’intention d’envoyer une lettre de candidature spontanée, ce sont toujours les bons côtés qui sont présentés :

  • Le site de l’entreprise est impeccable et regorge de bonnes nouvelles.
  • L’offre d’emploi donne envie d’y aller.
  • L’entretien d’embauche vous présente la structure sous son meilleur jour.

bons et mauvais côtésSoit. C’est bien.

Et les mauvais côtés alors ? Faut-il attendre l’entretien pour tenter de les découvrir ?

Se renseigner avant

Évidemment, il est préférable de se renseigner avant même de postuler.

L’idéal est de trouver sur les réseaux sociaux deux catégories de personnes : les salariés et les anciens salariés de l’entreprise.

Les anciens salariés vont vous informer sur les pratiques au moment où ils étaient dans l’organisation.
Les salariés vont vous donner les informations plus actuelles.

Si les premiers sont partis fâchés, ils auront tendance à noircir le tableau, car ils ne risquent rien, professionnellement parlant, les seconds compenseront la mauvaise impression laissée par les premiers, surtout s’ils voient en vous un (e) futur (e) collègue.

Pour découvrir la vérité, voici des questions à poser à ces contacts de réseau

faire un bout de chemin sur les réseaux sociaux1 Qu’est-ce qui vous plait (vous a plu) dans cette entreprise ?

Une entreprise, un service, une équipe. A tous ces niveaux, c’est un microcosme dans lequel vous allez être amené (e) à travailler, dans une bonne ambiance ou dans une ambiance détestable, solidaires ou chacun pour soi.

2 Quels sont les horaires de travail ? Les vrais !

C’est l’équilibre vie pro et vie perso qui est en cause.
Le respect des horaires ou non, donne une idée sur le management, l’organisation et le respect de la hiérarchie, ainsi que sur la charge de travail.

3 Quelles qualités ont manqué à la personne qui a quitté le poste ?

C’est le motif du départ du prédécesseur dont il est question.

Les qualités absentes ou insuffisantes permettent de savoir celles, parmi les vôtres,  que vous allez mettre en avant.

De plus, si votre contact de réseau est encore dans l’entreprise, vous saurez comment il (elle) parle des anciens collaborateurs.

comment est l'ambiance en entreprise

comment est l’ambiance en entreprise ?

4 Qu’avez-vous, vous-même, découvert sur cette structure, après y être entré ?

L’accueil et l’intégration sont les clés qui permettent de bien débuter. C’est aussi le moment de la découverte de la culture de l’entreprise, avec ses bons et ses moins bons côtés.

Certains restent, d’autres partent. Pourquoi ?

5. Quelles sont les priorités de l’entreprise ?

La gamme est vaste. La place de l’humain, les valeurs de l’entreprise, la stratégie de la Direction, la vision des salariés sur leur futur.

Tous ces thèmes vous permettent d’avoir une idée plus claire du type de management et des challenges à relever.

6 Quelles seraient, de votre point de vue, les améliorations à apporter ?

Plus que des axes d’amélioration, ce sont les points faibles de l’organisation qui vont ressortir.

Les réponses porteront sur la structure de la hiérarchie et le mode de management ou sur des points de détails purement anecdotiques.

Ça, c’est votre contact de réseau qui vous le dira.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Pourquoi une candidature spontanée a plus de succès qu’une réponse à annonce ?
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
Les signes encourageants dans un entretien d’embauche

20 gaffes qui ruinent un entretien d’embauche
Embauche : Parti fâché (e), comment l’expliquer en entretien
Candidature : Quelles sont vos motivations

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recruteur : 5 questions indispensables à poser aux candidats


5 questions indispensables pour réussir son recrutement

Que ce soit votre métier ou que vous participez occasionnellement à un processus de recrutement, vous faites partie des recruteurs.

Le risque le plus important que vous devez assumer, c’est de vous tromper et de choisir un candidat qui va vous décevoir.

se tromper

se tromper de candidat ?

En entretien d’embauche, un des moyens de mieux connaître les candidats est de leur poser des questions et de jauger leurs réponses, tant orales que non verbales.

1. Pourquoi êtes-vous ici ?

Une question directe amène une réponse directe.

La réaction du candidat va être à la hauteur de sa motivation et de sa préparation à l’entretien.

Elle sera centrée sur lui-même ou orientée vers le poste et l’entreprise.
Elle vous permettra de voir si le candidat s’est intéressé à son éventuel futur environnement de travail.

2. Pourquoi pensez-vous être compétent (e) pour ce poste ?

La réponse vous permettra de savoir si le candidat se connaît bien, s’il connaît ses points forts et ses axes d’amélioration.

compareDe même, vous déterminez le degré d’adéquation entre les besoins de l’entreprise et le profil du candidat.

3. Comment vous voyez-vous ce poste ?

Cette question est déterminante pour esquisser les éventuelles difficultés ou la facilité d’intégration du candidat à l’équipe en place.

La réponse portera sur ses traits de caractère, ses compétences comportementales, ou sur ses savoir-faire, ou encore sur son plan de carrière, ses motivations.

C’est aussi une question pour estimer la durée de présence dans l’organisation. Un candidat bien intégré aura moins envie de repartir rapidement et sera plus productif.

4. Pourquoi voulez-vous quitter/avez-vous quitté votre emploi ?

La réponse sera différente si le candidat est encore en poste ou s’il est en repositionnement professionnel.

au revoir les collègues

au revoir les « ex-« collègues

Néanmoins, le ton qu’il emploiera montrera le contrôle de ses émotions, ainsi que la façon positive ou négative de s’exprimer indiqueront sa façon de décrire sa situation, de l’analyser.

Vous déterminez ainsi s’il est « prêt » à rejoindre la structure ou s’il a encore besoin de faire son deuil de son ancien emploi.

5. Décrivez-nous une situation difficile que vous avez maîtrisée

C’est la même question que « parlez-moi de vos échecs » ou « comment gérez-vous votre stress ? ».

La capacité de réaction, l’inventivité, la communication, employées par le candidat ainsi que le choix de la situation sont autant d’indications qui permettent de déterminer si le candidat a su tirer des enseignements de la situation maîtrisée.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Recruteur : Que faire après la publication d’une offre d’emploi
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
ATS ou Logiciel de recrutement : Les 12 fonctionnalités indispensables

Comment l’IA analyse l’entretien vidéo
5 méthodes pour optimiser son recrutement
Contrôle de référence, côté recruteur

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

6 méthodes pour répondre à la question : Je suis capable de quoi ?


Je voudrais savoir de quoi je suis capable

Jeune et inexpérimenté (e), ou moins jeune et plus expérimenté (e), ou encore handicapé (e) vous vous posez des questions sur vos capacités et votre avenir.

Devant votre page blanche, commencez par la partager en deux colonnes, la première va contenir des mots-clés représentants un thème et la partie droite sera tout ce qui vous viendra à l’esprit.

Voyons 6 méthodes pour vous guider.

1. Méthode des envies

Le premier point est de partir de ce que vous aimez faire, de vos envies.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme thème, je vous suggère de faire appel à votre imagination.
Mettez tout ce qui vous passe par la tête, notamment ce qui vous fait plaisir, vos envies, vos passions.

En face, mettez ce dont vous êtes capable, tant en savoir-faire qu’en qualités, pour chaque envie.

2. Méthode des actions passées ou bilan de compétences

Dans votre vie, vous avez effectué un certain nombre d’actions, à la maison, à l’école, dans vos loisirs, pendant les vacances, etc.

Listez-les. Les premières qui vous viendront à l’esprit seront facile à trouver, puis petit à petit creusez-vous la tête pour noter les faits marquants, parfois simples de votre passé, personnels ou qui se sont passés autour de vous.

Écrivez alors, dans la colonne de droite, les savoir-faire, savoir ou traits de caractères, ce que vous avez appris, retenu, ce qui va permettre de vous connaître mieux.

3. Méthode des secteurs d’activités

Recherchez sur internet la liste des conventions collectives ou encore les secteurs d’activité officiels donnés par le code NAF. Il y en plus de 700 regroupés en grande catégories que vous trouverez dans mon article Les secteurs professionnels officiels : code NAF

Projet de loi sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, le 7 février 1968

Projet de loi sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, le 7 février 1968

Vous choisissez celles qui vous inspirent le plus pour noter dans la colonne de gauche, celles qui vous interpellent le plus, celles avec lesquelles vous sentez une affinité.

Sur la droite, listez les métiers que vous connaissez dans le secteur d’activité.

Retour sur internet, allez sur le site de Pôle emploi et accéder à la page des fiches métiers.
Saisissez, un par un, les métiers que vous avez notés.

Vous trouverez alors plusieurs éléments très intéressants :

  • D’autres titres utilisés pour le même métier
  • Une liste de métiers approchant
  • et surtout une liste de compétences

Écrivez toutes les compétences indiquées et que vous pensez avoir.

En recommençant cet exercice plusieurs fois, vous obtiendrez une très longue liste de ce que vous êtes capable de faire !

Dans les fiches métiers, vous trouverez aussi les formations à suivre pour exercer ces différents métiers.

4. Méthode : les fiches du Centre d’Informations et d’Orientation

Il y a un CIO dans chaque département, parfois plusieurs dans les grandes villes.

cio centre d'information et d'orientationLà, vous pourrez consulter toutes les fiches métiers et rencontrer un conseiller ou une conseillère qui vous guidera.

5. Méthode des tests.

Internet contient d’énormes quantités de tests divers et variés, notamment des tests de compétences, des tests cognitifs, d’intelligence, de logique, de connaissances, etc.

Ces derniers vous permettent de connaître votre niveau dans telle ou telle matière, scolaires ou professionnels, ou encore divers comme pour apprendre le code de la route.

6. Méthode des comparaisons.

Dans la colonne de gauche, vous écrivez le nom de personnes que vous connaissez, de votre entourage ou le nom de personnes qui représentent un intérêt pour vous, mortes ou vivantes.

idole des jeunes

de quoi était-il capable ?

Notez alors en face, ce que ces personnes savent faire, puis choisissez parmi les savoir-faire ou qualités personnelles, celles que vous pensez posséder.

Conclusion

Toutes ces méthodes peuvent être utilisées à la fois, ce qui vous permet de varier votre recherche sur vous-même.

Quand on se connaît, qu’on sait de quoi on est capable, et quand on sait ce qui nous manque, on peut déterminer des objectifs, des objectifs intermédiaires plus faciles à atteindre.

Vous pourrez même déterminer un plan d’actions, c’est-à-dire une liste d’actions à mener, par exemple des formations, ou une participation à des clubs ou associations, ce qui, en rencontrant d’autres personnes, vous permettront d’acquérir de nouvelles compétences et d’enrichir votre personnalité.

C’est l’ensemble de tous ces éléments qui vous permettent de reprendre confiance en vous.

Bon courage !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Orientation professionnelle : Les classements de métiers
Les 5 plus puissantes motivations au Monde
Les niveaux de qualification et de diplômes

Les tests de recrutement : Lesquels ?
Qu’est-ce qu’un objectif concret, smart ?
Comment reprendre confiance malgré les phrases négatives de notre enfance

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature : Quelles sont vos motivations


Motivations de candidature : les bonnes et les mauvaises

La Lettre de motivation est le premier moment où faire part de ses motivations.

Le second moment où vous commencez à en parler, c’est quand le recruteur vous contacte par téléphone pour savoir si ça vaut la peine de vous convoquez.

motivation coloriageLe troisième et le plus important est durant l’entrevue d’embauche. Là, vous avez tout loisir de déclarer votre flamme à l’entreprise et au poste, en longueur et en largeur.

Des ajouts progressifs des signes de motivation

Dans la lettre de candidature, il est plus question de montrer que vous vous intéressez à l’entreprise, que vous avez les qualités et le savoir-faire pour assurer les tâches et assumer les responsabilités liées au poste, et de convaincre le recruteur de vous rencontrer.

Dans l’entretien téléphonique, d’autres éléments interviennent, notamment le son de la voix, les modulations du discours. Tous les éléments sonores montrent votre envie et votre enthousiasme à rencontrer le (la) chargé (e) de recrutement.

Pendant l’entreprise, vous ajoutez les éléments visuels. La communication non verbale vous permet tout un registre de gestes, de postures, de mimiques, qui ajoutent aux mots de l’écrit et aux sons de l’oral, environ 70% de signes de motivation pour le poste

Le rapprochement vous – le poste

L’intérêt du poste de votre côté et celui du recruteur pour vous sont du même ordre : Chacun essaye de savoir si l’autre correspond à ce qu’il attend.

se rapprocherVous apportez votre contribution au développement de l’entreprise, ou aux services de l’administration ou encore, votre soutien à une association. Quel que soit votre futur employeur, il doit y avoir correspondance entre vos savoir-faire, vos qualités personnelles et le poste, et au-delà du poste de l’organisation que vous souhaitez rejoindre.

Des motivations diverses

Le recruteur attend de votre part une démarche qui met en valeur tout ce qui va dans le même sens que l’organisation, à savoir, par exemple :

  • Votre intérêt pour l’entreprise
  • Vos compétences et soft skills, vos traits de caractère
  • Votre capacité à vous adapter à l’équipe en place
  • Le sens que vous donnez à votre travail
  • Votre capacité à vous investir dans les missions confiées
  • L’adéquation entre votre projet professionnel ou/et votre plan de carrière, avec le poste
  • Votre autonomie et votre capacité d’innovation
  • Votre faculté d’apprentissage et votre apport dans les maîtrises d’outils ou de logiciels

oser donner envieA éviter

Pour autant, il existe des motivations qu’il vaut mieux garder pour soi, car elles sont plus pour vous que pour l’employeur.

Quelques exemples :

  • L’argent ; terrain glissant où vous pouvez vous embourber par des questions pièges
  • Votre famille ; laissez votre situation personnelle en dehors de l’entretien professionnel qu’est l’entrevue d’embauche par excellence
  • Votre ancien ou actuel employeur ; vouloir changer d’air à cause d’un conflit ouvert, latent ou attendu, c’est se lancer sur la pente savonneuse d’émotions négatives qui vont à l’encontre de l’effet positif que vous donnez au recruteur
  • Votre engagement pour des idées, dans des actions, des domaines de la religion, du syndicalisme, du militantisme ou de la politique, même si vous savez que l’autre partage votre engagement

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

La communication non verbale : le message total
Embauche : Parti fâché (e), comment l’expliquer en entretien
Les signes révélateurs de vos mensonges

Développement personnel : Le bonheur en 7 règles
Comportements liés à votre personnalité à éviter en entretien d’embauche
Prétentions salariales : Quoi répondre en entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Récapitulatif 2020 Management


Récapitulatif 2020 Management

Management

Avec le changement d’orientation de mon blog pour se concentrer vers trois catégories d’articles, viennent de nouvelles listes récapitulatives.

La fréquence de publication est passée de 3 à 1 article par semaine, depuis le 1er juillet 2020.
Depuis le 1er janvier 2020, 16 nouveaux articles ont été publiés dans cette catégorie.

Si vous souhaitez me faire part de sujets à traiter, que vous désirez voir développer, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Tous les liens sont regroupés dans la page : Management

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Les articles :

Conditions de travail
Différences entre Voiture de fonction et Voiture de service
Une baie de serveurs dans l’Open space : Cohabitation difficile
Juridique : La pause déjeuner
7 conseils pour agir sans stress
Baisse du salaire pour cause de crise économique

Diriger
Les 12 caractéristiques du meneur et du suiveur
2020 : Le nouveau statut « cadre »

Encadrer
Les accords toltèques : Explications

Entreprise
Le rôle de la commission départementale de conciliation

Motiver
Le syndrome de l’imposteur ou Suis-je à ma place

Planification
4 Principes de base pour planifier ses actions
Calendrier scolaire 2020 2021
Calendrier 2021 : Les jours fériés et les ponts

Productivité
Une productivité d’enfer par la méthode des 2 listes de Warren Buffet
Comment mesurer l’efficacité des mesures prises contre les non-conformités ?

Sécurité
Les 6 catégories de facteurs de risques psychosociaux

Pour en savoir plus :

Tous les billets de cette catégorie sont listés dans la page Management

Sans oublier les sondages

Des milliers et des milliers d’offres d’emploi via l’annuaire de ce blog

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 12 caractéristiques du meneur et du suiveur


Êtes-vous meneur ou suiveur ?

Dans toute organisation, deux grandes catégories d’individus se côtoient : Les meneurs et les suiveurs.

Les premiers occupent les premiers rangs dans la hiérarchie ou, lorsqu’ils se trouvent à un rang inférieur, ils se font suffisamment remarquer et progressent plus vite.

Les suiveurs préfèrent vivre en exécutant leur travail de leur mieux et en suivant les directives fixées par les meneurs.

meneur suiveur Francis BlancheEt vous, êtes-vous plus meneur que suiveur ou plus suiveur que meneur ?

Voyons ensemble les caractéristiques de l’un et de l’autre pour vous aiguiller.

1. « Jusqu’à » ou « À partir de »

Le suiveur travaille à l’intérieur du cadre de ses responsabilités et de ses horaires, sans jamais aller au-delà.

Le meneur voit son poste comme un tremplin pour montrer sa valeur et son potentiel.

2. « Perso » ou « Équipier »

Le suiveur craint celles et ceux qui sont meilleur(e)s que lui.

Le meneur s’appuie sur le travail de collègues compétents.

3. « Limites » et « Possibilités »

Le suiveur voit d’abord les limites et les problèmes

Le meneur voit les possibilités et les solutions.

4. « Statu quo » ou « Progrès »

Le suiveur préfère son cadre familier avec le moins de changement possible.

Le meneur cherche à progresser, lui et les autres.

5. « Pas d’initiative » ou « Décide et agit »

Le suiveur a craint de prendre des initiatives et de se tromper.

Le meneur accepte les risques et les succès de ses initiatives.

vol d'oies en V un meneur des suiveurs6. « Pas moi » ou « moi »

Le suiveur se dédouane des erreurs, surtout des siennes.

Le meneur assume ses erreurs et en tire les enseignements pour éviter de les reproduire.

7. « Abandon » ou « Persévérance »

Le suiveur préfère tout abandonner dès le premier obstacle.

Le meneur considère l’obstacle comme un défi et persévère jusqu’à sa disparition.

8. « Ambition » ou  « Humilité »

Le suiveur est un ambitieux frustré.

Le meneur fait preuve d’humilité.

9. « Motivation externe » ou « Motivation interne »

Le suiveur a besoin d’être motivé par des perspectives d’une promotion ou d’une augmentation.

Le meneur est motivé par son travail et continue sans attendre de récompenses.

10. « Paraître » ou « Être »

Le suiveur aime son titre qu’il considère comme un dû.

Le meneur sait ce qu’il vaut et prend en compte ce que valent les autres.

11. « Moi » ou « Nous »

Le suiveur fait son travail avant tout, sans trop se préoccuper de celui des autres.

Le meneur contribue au travail en équipe à la mesure de ses compétences.

12. « Je sais » ou « J’apprends »

Le suiveur reste au niveau de ce qu’il sait. Il se considère comme infaillible et compétent

Le meneur apprend des autres pour s’améliorer et progresser.

Conclusion

Après de très court panorama des caractéristiques du suiveur et du meneur, sur les 12 points, combien vous ressemblent ?

Les deux profils ont leur place dans la société. Si tout le monde était suiveur ou meneur, la vie serait impossible.

Les meneurs tirent et les suiveurs poussent.
Chacun contribue au succès raisonné au travail.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Manager une équipe, c’est en être le coordinateur
Celui qui ne change pas …
Les 10 clés du changement

Psychologie positive, Pensée positive, Parler positif
Carrière : Cinq conseils pour booster votre carrière
Bien diriger : Les recettes de six grands patrons

LES ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi je préfère le mail au téléphone


Communication écrite vs Communication téléphonique

Au travail, la communication individuelle avec l’extérieur de sa structure se fait de deux manières  principales :

  1. Le téléphone
  2. La messagerie

Comme la très grande majorité d’entre nous, je dispose d’un smartphone, objet multifonctions, héritage ou précurseur du tricordeur, appareil omniprésent dans les séries et les films de Star Trek, et qui sert à tout, lui aussi, puisqu’il sert, en plus, à des fins d’analyse et de détection.

tricordeur starfleet Star Trek

Tricordeur Starfleet

Parmi les fonctions de ce sublime appareil, se trouvent le téléphone et la messagerie.

Ces deux fonctions S’il est possible d’envoyer et de recevoir des messages via une tablette ou un ordinateur, tout aussi facilement que sur son smartphone, il aussi possible de communiquer par le son et l’image.

Le smartphone a cet avantage d’être petit, facilement transportable dans une poche ou un sac-à-main. Il nous accompagne partout où l’on va.

Certains y sont tellement accros qu’ils ont activé une sonnerie qui retentit à chaque arrivée d’une nouvelle, en plus de la sonnerie du téléphone, laquelle peut être différente selon l’interlocuteur qui appelle.

D’autres ont décidé de taire cette fonctionnalité, pour ne laisser que la sonnerie d’un appel téléphonique. J’en fais partie.

Je préfère communiquer par courriel.

Synchrone vs asynchrone

Le téléphone est une forme de communication synchrone : Les deux interlocuteurs doivent être disponibles en même temps.
C’est loin d’être toujours le cas, surtout au travail.

La messagerie est une forme de communication asynchrone : L’émetteur envoie son message quand il veut. Le récepteur aussi et c’est souvent avec un décalage dans le temps.
communication synchrone versus asynchroneDe cette façon, je reste concentré sur mon activité, puis je regarde les messages de ma boîte de réception entre deux tâches, sans perturbation.

Bien sûr, il est possible d’interagir via l’écrit en direct, et de communiquer par la voix en différé.

Dans le premier cas, je réponds tout de suite aux mails, SMS, à un forum ou durant une web-conférence.

Dans le second, je laisse des messages vocaux sur un répondeur et j’écoute ceux que je reçois, bien qu’il m’arrive d’écouter avec un décalage de plusieurs heures à plusieurs jours.

Je laisse le téléphone sonner

En voiture, quand je conduis, je laisse le téléphone sonner. Le correspondant choisit alors de laisser un message ou non. Dans les deux cas, je sais facilement qui a appelé.

Au bureau et dans la vie privée, je regarde aussi qui appelle, d’un simple coup d’œil.
Comme tout le monde sait que son nom va apparaître, il est d’usage de répondre immédiatement, à tel point que, soit vous n’avez pas envie de répondre à cet interlocuteur-là, soit vous finissez la tâche que vous avez commencée.

téléphone sonne

ta-daa

Parfois, la mention « numéro inconnu » apparait. C’est à la fois irritant et normal en entreprise.

Par exemple, les conseillers de Pôle emploi appellent avec cette mention, car le seul numéro, qu’ils sont autorisés à communiquer, est le 3949, qui sert à centraliser les appels. Sinon ils passeraient leur temps à répondre aux sollicitations des centaines de demandeurs d’emploi dont ils ont la charge.

C’est irritant, parce qu’on ne peut savoir qui appelle. La peur de l’inconnu se réveille et l’on craint toujours de mal répondre à la demande.
Et normal quand beaucoup d’inconnus cherchent à joindre l’organisation pour laquelle on travaille.

Les paroles s’envolent, les écrits restent

Écrire un message, SMS ou courriel, oblige à réfléchir à ce que l’on veut communiquer.
Il est possible de se relire avec d’envoyer son message, de corriger les fautes d’orthographe et de style, de le compléter ou d’effacer des mots.

Recevoir un mail fixe le contenu de la communication, je peux y revenir autant de fois que je veux, même des mois plus tard, sous réserve de l’avoir conservé, bien sûr.

testament je soussignéToute une conservation, tous les échanges par « répondre » sont regroupés pour faciliter le processus de mémoire et se remettre dans la conversation. Ceci est particulièrement pratique quand plusieurs conversations existent en parallèle, avec les mêmes ou avec des interlocuteurs différents.

De plus, avec un mail, je peux joindre des fichiers, impossible par principe avec une conversation téléphonique. Encore plus d’écrits, et aussi des images et même du son.

Je lis et j’écris quand je veux et où je veux. Vive la liberté !

Je peux le faire le jour ou la nuit, sans me préoccuper de savoir si je vais déranger l’autre.

Téléphoner est, par contre, le gros avantage pour toutes les personnes qui écrivent mal, qui ne savent pas écrire, ou qui tapent avec difficulté sur un clavier, avec deux doigts par exemple. Rien, cependant, d’irrémédiable. Elles peuvent apprendre.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Faire face à un contact agressif au téléphone
Mieux téléphoner c’est possible : Des tuyaux pour m’aider
Écrivez des mails de moins de 5 lignes

Les 10 règles d’Or pour vos mails
Quels sont les avantages de téléphoner, d’une conversation téléphonique
Comment reconnaître un mail de phishing ou frauduleux

LES ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts


Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts

Anticiper les réponses aux questions du recruteur fait partie du processus de recherche d’emploi.

Comme la question des points forts est toujours évoquée en entretien d’embauche, il est intéressant de citer des qualités parmi celles qui font de vous un futur collaborateur précieux et incontournable.

incontournable pont des soupirsDe plus en plus, l’anticipation à cette question se traduit par une liste de softs skills et de savoir-être dans une rubrique à part sur le CV. Les mots sont variables, les idées demeurent.

Chacune de ses 5 qualités principales en amènent d’autres. Le choix des mots est donc plus étendu et de loin. Voici de quoi les comprendre.

1. L’adaptation

L’adaptation est une qualité qui vous permet de vous intégrer rapidement à l’équipe en place.

adaptation incontournableElle implique l’usage d’autres qualités :

L’écoute, qui est la capacité de laisser l’autre parler

L’attention ou la concentration, pour fixer son esprit sur ce que vous faites, dites, écouter

La mémorisation, qui permet de retenir les nouvelles notions, les noms, les méthodes, les outils, etc.

La capacité à faire face à l’imprévu et proposer des solutions

L’apprentissage, la remise en question d’anciens savoirs au profit de nouveaux acquis par des nouvelles formations ou autoformations

2 La fidélité

La fidélité est une forme de confiance mutuelle entre le (la) salarié (e) et le chef d’entreprise.

La durée d’occupation d’un poste est indépendante de la fidélité dans la mesure où l’on peut rester pour d’autres raisons. Cependant, c’est un signe de stabilité, toujours recherchée par les responsables.

fidélité à son entrepriseC’est l’intégrité, l’honnêteté et la fiabilité du collaborateur qui amènent le chef à faire confiance. Réciproquement, le (la) salarié (e) sera d’autant plus fidèle que les marques d’appréciation positives et de confiance lui sont données par ses chefs.

La parole et les actes des uns et des autres rendent la collaboration fructueuse pour chacun.

Une recommandation positive de son ancien employeur lors d’une séparation sera toujours d’un bon effet auprès du futur employeur.

3. L’esprit d’équipe

Bien que souvent évoquer sur un CV ou dans un entretien d’embauche, l’esprit d’équipe est une qualité qui se démontre par les actes.

Sur un CV, l’esprit d’équipe se traduit dans les réalisations et dans les centres d’intérêt.

esprit d'équipeLe succès obtenu à plusieurs permet de valoriser sa participation au groupe. Un faux-pas d’un membre de l’équipe est rattrapé par les autres. L’efficacité et la qualité au travail s’en trouve renforcées et le collaborateur corrige ses faiblesses.

De même, faire partie d’un groupe sportif ou musical ou avoir un engagement de bénévole dans une association sont des marques de l’esprit d’équipe.

La bonne ambiance au sein d’une équipe, l’harmonie et le respect mutuel sont des facteurs favorables aux yeux dans une candidature

4. Le dépassement

Quand l’employeur définit les savoir-faire qu’il attend de son (sa) futur (e) collaborateur (trice), il cherche aussi quelqu’un qui puisse compléter une équipe et pallier à ses propres lacunes.

C’est pourquoi, s’il reste le décideur, il attend des propositions d’améliorations ou de développement de la part de ses collaborateurs.

dépassement de soiAvoir le sens de l’initiative et la confiance en un responsable à l’écoute des propositions entraîne une plus grande autonomie du collaborateur. Cette autonomie lui permet de gagner en influence au sein de son équipe.

La réactivité et l’anticipation sont deux qualités bien appréciées.

La curiosité et la recherche de progression personnelles du futur salarié sont aussi des atouts pour l’employeur, le prochain autant que l’actuel.

Le dépassement du cadre strict de la description de poste par les réalisations bien décrites dans un CV et bien expliquées sur sa lettre de motivation et dans le discours en entretien d’embauche va fortement et positivement impressionné le recruteur.

5. L’implication

L’implication du salarié pour son entreprise va au-delà de la motivation attendue par le futur employeur.

Montrer par ses actes, son sourire, son discours positif rend le collaborateur plus sympathique.

implication motivéeS’impliquer, c’est s’engager avec enthousiasme. La passion pour un projet amène le collaborateur à vouloir la réussite de ce qu’il entreprend au sein de l’organisation.

L’implication pour son entreprise amène à améliorer les conditions de travail, l’efficacité des autres collaborateurs, la reconnaissance du travail effectué, l’amélioration des pratiques au sein de l’organisation.

Un salarié impliqué dans le succès de son entreprise sera précieux pour son futur patron.

Conclusion

Dans une recherche d’emploi, il est important de démontrer au futur employeur les avantages et les bénéfices qu’il peut tirer d’une collaboration avec son (sa) futur (e) salarié (e)

Le savoir-faire et le savoir sont indispensables lors d’un recrutement.

Les qualités personnelles et comportementales peuvent pallier à certains manques du (de la) candidat (e). Les 5 qualités décrites ici sont bien des incontournables à prouver pour se distinguer des autres candidats et être retenu par le recruteur.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Exemples de points faibles présentés comme des points forts
Quels Points faibles mettre dans une lettre de motivation ?
Points faibles et points forts : Pourquoi le recruteur pose la question en entretien d’embauche

Exemples de points faibles présentés comme des points forts
Et vos points faibles ?
Pourquoi les recruteurs intéressent-ils aux soft skills ou savoir-être

LES ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment mesurer l’efficacité des mesures prises contre les non-conformités ?


Indicateurs de qualité des solutions anti-non-conformités

Cet article a été rédigé en réponse à une question d’organisation posée par l’un de mes lecteurs.

Si vous aussi, vous avez à poser une question intéressante, ou si vous souhaitez partager vos réflexions,  je me ferais une joie de les publier ou simplement d’échanger entre nous.

Toutes vos suggestions sont les bienvenues. Contact en bas de l’article

comparaison des deux marques CEQu’est-ce qu’une non-conformité ?

Une non-conformité est le résultat d’une comparaison entre un produit fabriqué et la norme suivi selon les spécificités imposées par un organisme de normalisation ou une procédure interne.

Une non-conformité concerne également toute la documentation qui doit respecter des normes rédactionnelles et des processus de création et de mise à jour.

La correction de la non-conformité

Quand une non-conformité est détectée, c’est généralement au cours de la fabrication du produit ou d’un défaut dans le résultat, vérifié après coup.

La prise en charge de la ou des solutions à apporter est de la responsabilité d’un ou de plusieurs acteurs internes à l’organisation :

  • Le service Qualité en est le principal
  • Le service Maintenance
  • La Production, en usine
  • Le Bureau des Méthodes
  • Le Bureau d’Études
  • Le Service R&D
  • ou tout autre service selon l’organisation interne.

La non-conformité est enregistrée, puis corrigée pour éviter qu’elle ne se reproduire.

Trouver une solution en posant des questions

Comment contrôler la qualité de la solution

1. L’intervalle entre deux non-conformités

Une fois la mesure correctrice décidée et mise en place, le seul moyen de vérifier l’efficacité de cette mesure est d’attendre qu’une nouvelle non-conformité identique ou proche de la première non -conformité se produise.

Le temps entre les deux non-conformités est un indicateur.
Plus il est long et plus la mesure a joué son rôle.

Si, bien sûr, aucune non-conformité ne revient, c’est que la mesure était idéale.

2. Le nombre de non-conformité

Le nombre de non-conformités sur une certaine durée est également un indicateur.

Si la fréquence de l’apparition des non-conformités augmente alors c’est que la mesure a été efficace, bien qu’incomplète.

3. La norme

La ou les mesures à mettre en place dépendent des moyens à déployer après l’analyse des causes de la non-conformité.

Pour être conforme, il y a la mesure de la déviation par rapport à une norme.

Comme la norme ne peut être modifiée, ce sont donc les processus et les outils du respect des normes qui sont donc à améliorer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Origine et Prévention des risques sur un site industriel
La gestion de la réclamation
Insatisfactions et suggestions des clients : Les objectifs

Étapes de la qualification d’un logiciel
Vérification des comptabilités informatisées
Formulaires Qualité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

7 conseils pour agir sans stress


Comment agir sans stresser

Au travail, à la maison, dans la rue, Il y a de nombreuses occasions de stresser.
Vivez-vous dans le stress permanent ou seulement à l’occasion ?

L’adrénaline est une hormone sécrétée en réponse à un état de stress.
Elle répond à un besoin d’énergie, par exemple pour faire face au danger.

Encore faut-il que le danger soit réel.

formule chimique de l'adrénalinePour éviter de stresser au quotidien, dans ses actions, voici 7 règles d’organisation :

1. Menez votre action la plus désagréable en premier

Plus vite vous aurez cette tâche qui vous rebute ou qui est pénible, derrière vous et mieux vous vous sentirez.

Procrastiner en laissant de côté une tâche peu enrichissante, obligatoire et pourtant qui est la plus lointaine dans votre échelle de satisfaction, c’est prolonger son stress.

expression visage devant quelque chose de désagréableAlors que commencer sa journée en se débarrassant de cette action qui vous embête, c’est vous libérez de ce stress.

Ce qui est fait, n’est plus à faire

 

2. Oubliez la perfection

Outre que chercher la perfection fait perdre un temps fou, cela use vos nerfs.

L’effort produit pour atteindre la perfection est-il à la hauteur des attentes des autres ?

Tableau de Pablo Picasso au MOMA de New-YorkSouvent, vous êtes stressé (e) à l’idée de montrer que vous êtes parfait (e), alors que les autres se contentent facilement que vous agissez simplement bien.

Le mieux est l’ennemi du bien

 

3. Laissez faire votre instinct

Que vous notez tout ce qui vous passe par la tête et agissez selon votre to-do-list ou que vous agissez sur une idée à peine ébauchée, peu importe.

instinct du joueur de pétanqueSi vos actions et votre nature sont en harmonie, vous éviterez d’autant plus facilement de stresser.

Faites-vous confiance !

 

4. Cessez de vous plaindre

Les autres font toujours moins bien que vous ou différemment de vous ?
Vous vous lâchez en le leur disant, ou vous ronchonnez dans votre coin.

se plaindre stresser et perdre son tempsDans les deux cas, vous perdez du temps et de l’énergie. Vous stressez pour rien.

Take it easy, Akuna matata, Sois cool !

 

5. Faites des vraies pauses

Du genre, déconnexion le temps d’une pause-café ou d’une micro-sieste.
Ou même plus long.

pause-café une tasse pleine de café et une mainUne pause qui va vous permettre de vous régénérer, l’esprit et le corps.

Prendre soin de soi passe par se faire du bien

 

6. Faites-le maintenant

Et maintenant, avec ou sans méthode, agir maintenant est toujours de bon moment.

Vous respirez un bon coup, inspirez, expirez et allez-y.

Se lancer dans l’action permet d’avancer. Quel que soit le moment, il y a toujours quelque chose à faire ou à commencer de faire.
saut en parachute go go goPrêt (e) ou pas, agir dissipe l’énergie accumulée et fait disparaître le stress.

Trois, deux, un, partez !

 

7. Réjouissez-vous des petites victoires

Chaque étape franchie, chaque cap dépassé, chaque objectif atteint, si petit soit-il, doit être l’occasion de se réjouir.

Se dire que tout va bien, fêtez votre victoire, c’est autant de bons moments qui vont chassez le stress de votre esprit.

Thibaut après le YES de SuzanIl sera plus facile de repartir, plein (e) d’énergie, sur la prochaine tâche.

Yes !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Comportements à éviter en cas de stress dans un entretien d’embauche
17 causes de stress au travail
Maîtriser son stress en entrevue d’embauche 1/2 : Préparez-vous

Stress : Utilisez votre intuition 1/2
Recrutement : Les sources de stress du recruteur
L’entretien individuel annuel : conseils pour le salarié pour déstresser

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Juridique : La pause déjeuner


La pause déjeuner est encadrée par la loi en France

Ancré dans les mœurs en France, le repas entre le matin et l’après-midi, le déjeuner, est un élément incontournable et réglementé par des lois, du moins dans le cadre du travail.

Même si un salarié sur 5 a choisi de « sauter » ce repas, 30% le prennent au restaurant, durant les jours de travail.

assiettes pour un déjeuner français

Se restaurer dans un lieu séparé

Obligation de prendre son repas en dehors des locaux affectés au travail, Article R4228-19 du Code du Travail. Donc, pas de repas devant son ordinateur.

Depuis le 1er janvier 2020, la loi différencie les entreprises selon le nombre de salariés :

  • Mois de 50 salariés : l’employeur doit mettre un emplacement à disposition des salariés pour la restauration, dans de bonnes conditions de santé et de sécurité.
  • 50 salariés et plus, un local de restauration est obligatoire.

L’équipement de la « cantine »

Cantine, réfectoire, ou local de restauration, il doit comporter certains équipements obligatoires :

  1. Robinet d’eau potable
  2. Installation pour réchauffer les plats
  3. Moyen de conservation ou de réfrigération des aliments et des boissons

Le temps de la pause déjeuner

Pour une journée de travail, d’au moins 6 heures pour un salarié majeur, 4h30 pour les moins de 18 ans, le temps de la pause est, respectivement, de 20 minutes ou de 30 minutes consécutives.

De nombreux accords de branche ont passé ce temps à 45 minutes.

Durant ce temps de pause, le salarié peut vaquer à ses occupations personnelles : Se restaurer ou autres.

La rémunération

Seule la période travaillée est payée par l’employeur.

Le temps de la pause déjeuner est donc exclu de la rémunération du salarié.

L’exception vient lorsque l’employeur demande au salarié un travail, par exemple d’être de permanence téléphonique.

Et la sieste alors !

La durée de la pause déjeuner sert aussi à faire la sieste si tel est son bon plaisir, jusqu’à la reprise du travail.

C’est pourquoi, l’article R4228-25 prévoit que les sièges mis à disposition des salariés pour prendre leur repas doivent comporter un dossier, à défaut d’avoir un local où ils puissent s’allonger.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Pause cigarette encadrée
Quelles sont les pauses raisonnables qui m’aident dans mon travail
Efficacité personnelle : Savoir se concentrer, comment faire

Travailler la nuit, travailler le soir : Que dit la Loi ?
Coupez tous vos appareils électroniques
Productivité : Relaxez-vous autant que vous travaillez

Autres Juridique, Management et Organisation:

Récapitulatif 20 Juridique
Récapitulatif 20 Management
Récapitulatif 20 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

2300 articles dont 600 sur l’emploi dans le blog de Philippe Garin


Preuves de dynamisme dans ce blog !

Nombre total d’articles

2300 en rougearticles publiés dans le Blog de Philippe Garin.

Le cap a été franchi le 18 avril 2020 avec l’article dans la catégorie Bien-être intitulé
Migraine : 10 phrases à ne jamais prononcer, dans la sous-catégorie Santé.

Nombre d’articles par catégorie

Vous pouvez accéder aux pages regroupant tous les articles en cliquant sur ces liens

600 vertarticles dans la catégorie Emploi depuis le 29 avril 2020.

Le dernier est un sondage sur Les priorités des fonctions RH à court terme, qui demande aux lecteurs leur avis sur les sujets à aborder concernant les Ressources Humaines.

Auxquels s’ajoutent 102 articles de la catégorie Juridique des sous-catégories qui concernent le juridique de l’emploi :

Autres chiffres

Plus de 2 500 000 visites !
Ce cap a été dépassé le 14 mars 2020.

Certains articles sont de vrais succès avec des dizaines de milliers de visites :
40 articles de plus de 10 000 vues.
Plus de 250 articles ont plus de 1000 vues et moins de 10 000 vues.
Près de 1000 articles ont entre 100 et 1000 vues.

A très bientôt !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en (s)avoir plus :


En complément :

Récapitulatif 20 Bien-être
Récapitulatif 20 Communication
Récapitulatif 20 Emploi

Récapitulatif 20 Humour
Récapitulatif 20 Informatique
Récapitulatif 20 Juridique

Récapitulatif 20 Management
Récapitulatif 20 Organisation
Récapitulatif 20 Science-Fiction

Récapitulatif 20 Sécurité
Récapitulatif 20 Voyage
Sans oublier les Sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

4 Principes de base pour planifier ses actions


4 Principes de base pour planifier ses actions

Pour bien planifier de ce que l’on a à faire, voici quatre principes de base à respecter.

exemple de planification avec le diagramme de gannt

1. Ceux qui planifient pensent à l’avance.
    Si vous ne prévoyez pas, vous devez improviser dans l’exécution

2. La planification consiste à définir les étapes de travail
    et les procédures de flux de travail

3. Le pilotage consiste à organiser et coordonner les étapes
    et les processus de travail à des dates fixes

4. Il est impossible de contrôler ce qui n’a pas été planifié au préalable

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :
La première mission du dirigeant : Planifier
De la planification d’un projet
Si vous pouvez le faire en 2 minutes, faites-le maintenant

Quelques Règles pour bien planifier ses actions dans le temps
Le matin, dessinez une carte des actions à mener
40 pièges pour perdre du temps

Autres Organisation :

Récapitulatif 20 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter