Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »


Choisir sa voie professionnelle est-il un choix pour toute sa vie ?choisir sa voie

« Informaticien ? Alors tu peux m’aider avec mon PC qui bogue ! »

« Désolé ! Je sais décliner les objectifs stratégiques d’une grosse PME en un plan d’actions d’informatisation complète et sécurisée de l’entreprise, pas dépanner un PC. Et pourtant, je suis informaticien »

« Ah ! Même pas un peu ? »

« Je sais diriger une équipe d’ingénieurs et de techniciens informatiques dans des projets de développements de programmes pour répondre aux besoins de croissance de l’entreprise »

« Dans ce cas, peux-tu m’aider à mieux utiliser sa messagerie sur Internet »

« Je sais planifier des projets de mise en place de progiciels de gestion intégrée qui couvre tout le processus du marketing à la comptabilité, en passant par les achats, le stockage, la vente, la fabrication, la logistique »

« Tu ne sais donc rien faire d’autre que de l’informatique ? »

« A ton avis, mes compétences de manager avec une vision stratégique et organisationnelle d’une entreprise peuvent-elles servir uniquement que pour chercher le meilleur PC connecté à Internet avec un progiciel de bureautique ? »

Ce dialogue est une fiction… avec un goût de déjà-vu !

De nombreuses professions sont soumises à des clichés, à des sous-entendus culturels.

En voici quelques-unes :

Juriste : « Ah, tu es avocat ? » … « Non, je rédige les contrats à l’international de mon entreprise avec ses clients ou ses fournisseurs »

Banquier : « Ah, tu proposes des prêts ? » … « Non, j’établis des statistiques sur le marché des biens immobiliers »

Chercheur : « Ah, tu travailles dans la médecine ? »  … « Non, je cherche de nouveaux algorithmes de calcul des prévisions météorologiques»

Et même des métiers moins connus

Tailleur de pierres : « Ah, tu travailles à la restauration des cathédrales ou des châteaux »

Eh ben non. Un tailleur de pierre travaille

  • pour les pierres tombales,
  • pour les dessus de plans de travail dans les cuisines,
  • pour la construction neuve ou la restauration de tous types de bâtiments,
  • pour tailler, polir, sculpter des pierres dures ou poreuse,
  • pour la décoration,
  • etc.

Revenons à l’informaticien, il est :

  • acheteur,
  • acteur de la sécurité,
  • communiquant,
  • concepteur,
  • développeur,
  • formateur,
  • gestionnaire,
  • installateur,
  • mainteneur,
  • manager,
  • organisateur,
  • réparateur,
  • représentant,
  • stratège,
  • vendeur,
N’y a-t-il que dans l’informatique que l’on retrouve ces métiers ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience
Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un
Définition des points forts et des points faibles

Critères de jugement du personnel
Le projet d’entreprise
Méthode d’aide à la conception des nouveaux métiers informatiques ou pas

Autres Emploi, Informatique, Management, Organisation :

Récapitulatif 8 Emploi
Récapitulatif 8 Informatique
Récapitulatif 8 Management
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi, Informatique, Management et Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :