Entrevue d’embauche : 4 questions pas si anodines


4 questions loin d’être anodines posées en entretien d’embauche

Durant un entretien de recrutement, il arrive que le recruteur pose des questions, qui, au premier abord, semblent anodines alors qu’elles ne le sont vraiment pas.

Il convient de bien réagir face à ces questions, souvent simples, parfois saugrenues.

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

En plus d’apprendre à mieux vous connaître, vos goûts, en termes de lecture, donnent un aperçu de vos préférences.

livres avec couverture en cuir rouge

romans historiques

Plus intellectuel (le) que manuel (le), vos thèmes de lecture en seront le reflet. De la distraction, pour compenser le stress, ou des lectures sportives, reportage, policier ou encore des ouvrages de cuisine, de tricot ou sur les animaux, dont autant d’indicateurs de votre personnalité.

La même question se décline sur les films, les séries, etc.

Racontez-moi une blague !

Si vous êtes un animateur en soirée ou que vous animez les réunions par des traits d’humour, vous serez à votre aise.

Si, au contraire, vous êtes plutôt celui ou celle qui écoute et qui raconte mal une histoire, soyez bien préparé(e). Apprenez-en une seule, au cas où.

blague carambar une surprise partie

blague carambar

Préférez un thème neutre plutôt d’un thème qui dévalorise une catégorie de population.

La même question se trouve aussi posée sous la forme de « racontez-moi une histoire ». Là, l’humour peut être mis de côté si vous préférez.

Si vous gagnez un million au loto, qu’en feriez-vous ?

Joueur de loto ou pas, difficile d’éviter de répondre car d’autres questions remplaceraient celle-là.

En fait, c’est plus l’usage d’une grosse somme d’argent inattendue que le fait que vous soyez joueur, qui entre en ligne de compte.

Économe, vous placez cet argent. Investisseur, vous achetez des parts dans une entreprise ou vous en créez une. Dépensier, vous dépensez tout en maison, voiture, restaurant, voyages.

affiche lotto au québecToutes les réponses sont correctes, puisque ce sont vos impulsions, vos rêves qui ressortent et vous montrez ainsi comment vous pourriez réagir.

A quel poste seriez-vous dans une équipe de football ?

La meilleure réponse est celle qui correspond à votre tempérament. Fonceur, gagnant ou dans la défense, prêt(e) à encaisser tous les coups, au milieu pour distribuer le jeu.

Rien de nouveau sous le soleil. Encore que vous pouvez aussi vous positionner comme arbitre, le gardien des règles.

Conclusion

Les questions anodines ou inattendues d’un recruteur au cours d’un entretien d’embauche sont posées pour en apprendre plus sur le caractère du candidat ou de la candidate.

Refuser de jouer le jeu et refuser de répondre équivaut à se disqualifier soi-même.

Tant que les questions semblent banales, il est tentant de laisser ses habitudes, ses envies, ses rêves se montrer. C’est un excellent moyen pour confirmer ou pour infirmer l’adéquation entre le poste et votre personnalité.

Rien n’est anodin dans un entretien d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Deuxième entretien d’embauche : Se préparer pour réussir
6 méthodes pour répondre à la question : Je suis capable de quoi ?
De l’importance des centres d’intérêt sur un CV

Entretien d’embauche : Jamais les mêmes questions. Zut alors !
Entretien d’embauche : le mode de questionnement du recruteur
Quelques exemples de questions lors d’un entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Le premier contact téléphonique 


Le premier appel du recruteur au téléphone

Il est rare de se trouver dans une situation de recherche d’emploi sans avoir un premier contact par téléphone avec le recruteur. Par conséquent, soyez préparé(e) pour cette étape délicate du recrutement.

Vous pouvez être contacté par un chasseur de tête ou suite à votre dépôt de candidature à une annonce ou en spontané.

premier contact téléphonique avec un recruteur

premier contact avec un recruteur

Dans le premier cas, vous serez surpris(e) ; d’autant plus si vous êtes en poste que si vous êtes en recherche d’emploi. Dans le second, vous devez impérativement être prêt(e) à répondre puisque vous avez initié la demande de contact.

Pourquoi et pour quoi

Le chasseur de tête a besoin de savoir si vous correspondez à ses critères de qualifications. Il a découvert votre CV sur Internet. La première de ses questions, après avoir parlé de sa démarche, est de savoir si vous êtes à l’écoute du marché du travail. En cas de réponse négative, il tâchera de vous convaincre de réfléchir avant de confirmer votre décision, quelques jours plus tard.

Dans la majorité des cas, le premier contact téléphonique a lieu avec un recruteur dont l’objectif premier est l’élimination des profils qui sont trop éloignés du profil idéal demandé par l’employeur.

écumoire pour filtrer les candidatsComme avec une écumoire, il va filtrer sa liste de candidats au travers de quelques questions, souvent les mêmes que le chasseur de tête.

Le téléphone évite de recevoir un postulant peu intéressé ou trop peu intéressant pour le poste.

Les questions

Parmi les questions au téléphone, la première est toujours : « Êtes-vous à la recherche d’un emploi ? » ou « Êtes-vous à l’écoute du marché de l’emploi ? »

Une fois, la réponse positive, l’échange se poursuit.

Parmi les autres questions :

  1. Êtes-vous mobile ? Accepteriez-vous un déménagement, si nécessaire ?
  2. Quelles sont vos prétentions salariales ?
  3. Que recherchez-vous exactement ?
  4. Pourquoi souhaitez-vous changer d’emploi / de métier ?
  5. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans l’annonce ?
  6. Pourquoi vous intéressez-vous à notre entreprise ?
  7. A partir de quand seriez-vous disponible pour un entretien / pour une prise de poste ?
  8. etc.

Soyez professionnel (le)

Pour éviter une surprise désagréable, commencez par soigner votre annonce d’indisponibilité au téléphone. Il s’agit de ce petit message qui se déclenche après quelques sonneries sans réponse de votre part.
Il doit être court, contenir votre prénom ET votre nom, être poli, neutre, d’une voix ferme et calme.

C’est aussi sur un ton neutre, par un simple « allo » suivi de votre nom et prénom, que vous vous présentez après avoir décroché. Suivi d’un silence, pour laisser votre interlocuteur se présenter à son tour et exposer le motif de son appel.

laissez sonner si pas disponible

répondez seulement quand vous êtes disponible

Laissez sonner et enregistrer le message de votre interlocuteur sur votre boîte vocale lorsque vous êtes dans un environnement défavorable à un échange au calme, sans bruit parasite et sans vos notes.

De cette façon, lorsque vous rappellerez, vous serez, au minimum, préparé (e) mentalement à un entretien d’embauche.

Souriez ! Au téléphone, cela s’entend.

Restez calme ! Évitez de répondre à d’éventuelles provocations.

Pensez à poser vos propres questions. Plus elles sont pertinentes et mieux vous illustrerez votre motivation.

Prenez des notes ! Vous aurez le loisir de vous relire après avoir raccroché.

Prenez congé de votre interlocuteur en terminant votre conversation téléphonique par un remerciement d’avoir été contacté(e), quelle que soit l’issue de l’échange. Vous pouvez toujours croiser à nouveau ce recruteur dans votre carrière, surtout s’il donne une suite à ce premier contact.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Postuler avec une candidature spontanée
Recrutement : Refuser un poste en se préservant
CV astuces 2/2 pour Internet

Des questions difficiles de recruteurs
Les objections au téléphone
Un entretien d’embauche en visio : 5 premières règles pour réussir

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Deuxième entretien d’embauche : Se préparer pour réussir


Quelles questions préparer pour une seconde entrevue de recrutement ?

Vous étiez préparé pour le premier entretien d’embauche et vous avez franchi le cap : Vous êtes sélectionné (e) pour passer un second entretien.

Vous pensiez avoir tout dit et avoir tout appris durant la première entrevue.
Que va-t-il falloir ajouter cette fois-ci ?

1 Vos interlocuteurs

Si l’interlocuteur principal, voire unique, rencontré lors du premier rendez-vous, est issu du milieu des Ressources Humaines, il sera peut-être absent au second.

deuxième entretien d'embaucheCe qui est sûr, c’est la présence de votre futur chef. Celui ou celle avec qui vous allez travailler, qui va vous confier vos missions et superviser votre travail.

Son objectif principal sera de vous imaginer dans son équipe et estimer la réussite de votre intégration potentielle.

Ses questions vont aussi porter sur vos savoir-faire, source initiale du besoin qui a conduit au lancement du recrutement.

De votre côté, repassez-vous le déroulé du dernier entretien pour trouver de nouvelles questions.

2 Vos questions

Même si vous pensez avoir fait le tour des questions durant la première interview, certains sujets méritent d’être éclaircis. Tout flou ou mauvaise compréhension doit s’effacer et vos questions porteront, en partie, sur les sujets déjà traités.

des questions pour nousD’autres questions seront nouvelles.
Voici un échantillon de 10 sujets de questions pour un deuxième entretien d’embauche :

  1. La culture de l’entreprise
  2. La stratégie globale de l’entreprise
  3. Les objectifs à court et moyen terme
  4. La structure de votre future équipe
  5. Les personnalités de vos principaux contacts dans l’entreprise : collègues, supérieurs, collaborateurs
  6. Le périmètre d’autonomie du poste
  7. Les conditions d’accueil et d’intégration
  8. Le contenu du contrat de travail
  9. Les conditions de travail
  10. La protection sociale

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les signes encourageants dans un entretien d’embauche
Candidature : Quelles sont vos motivations
Management : Comment évaluer l’intégration d’un nouveau salarié

Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Contrat de travail : Les droits et obligations
Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Que faut-il connaître sur l’entreprise avant l’entretien d’embauche


Se renseigner sur l’entreprise pour trouver quelles infos pertinentes

Dans tout processus de recrutement, il y a au moins un entretien d’embauche.

Là, vous êtes reçu par un ou plusieurs recruteurs ; futur chef direct, son supérieur, chargé (e) de recrutement interne ou externe, …

Ils s’attendent tous à ce que vous veniez avec un minimum d’informations sur l’entreprise, dans la mesure où vous avez appris, au plus tard lors de la prise de rendez-vous.

stratégie d'entreprisePlus vous êtes motivé (e) et plus vous devrez en savoir plus sur l’entreprise.

Oui, et de quelles informations avez-vous besoin ?

1 Son secteur d’activité

Si vous voulez travailler dans la menuiserie et qu’il s’agit d’une entreprise de charpenterie, irez-vous en entretien ? Attention au secteur d’activité dans les offres d’emploi.

Mieux savoir ce que propose l’entreprise : produits, services…

2 Sa structure et son organisation

Entreprise indépendante ou appartenant à un Groupe ? Établissement unique ou multi-sites ?

Organigramme et emplacement du poste proposé dans l’organigramme.

Création de poste ou remplacement ?

Quel est son style de management ?

organigramme-type pour entreprise

3 Ses chiffres-clés

Le chiffre d’affaire, le nombre de salariés sont deux des chiffres à connaître avant de se rendre au rendez-vous de recrutement.

Plus encore, ce sont leurs évolutions qui montrent si l’entreprise progresse ou régresse.

4 Son actualité et ses projets

Certaines entreprises sont cachotières, d’autres très communicantes.

Ces deux attitudes dépendent de la bonne santé de l’entreprise et de son développement.

La vision du chef d’entreprise et les projets en cours ou à venir sont sources de motivation.

5 Le code vestimentaire et le langage métier

En face-à-face, directement ou par écrans interposés, mieux vaut savoir comment s’habiller pour que l’entretien d’embauche.

De même, le vocabulaire employé sera prépondérant pour la réussite de votre entretien.
Un langage simple face à une personne des RH, plus métier face aux futurs collègues directs.

6 Autres informations utiles

  1. Le positionnement par rapport à la concurrence
  2. La stratégie de l’entreprise, notamment la stratégie numérique
  3. Les outils, techniques et méthodes utilisés ou prévus de l’être
  4. Les distinctions et prix, les fiertés et succès des dirigeants
  5. Les dernières nominations aux postes de responsables
  6. Le parcours du recruteur qui vous reçoit

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie
Contrôle de référence, côté recruteur
Recrutement : Attirer des candidats par la RSE

10 conseils pour réussir son entretien d’embauche par vidéo
La Reformulation : Une technique efficace
Quelques conseils avant un entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

20 gaffes qui ruinent un entretien d’embauche


20 gaffes qui ruinent un entretien d’embauche

Bien des candidats manquent d’expérience lors d’un face à face avec un recruteur. Voici quelques conseils pour éviter de passer à côté d’un poste intéressant.

la gaffe

la gaffe

  1. Avoir mauvaise haleine
  2. Ne pas réussir à se mettre en avant de bonne manière
  3. Être trop sarcastique ou négatif
  4. Être arrogant
  5. Ne pas être au point sur le domaine pour lequel vous postulez
  6. Envoyer trop de pièces-jointes dans vos mails
  7. Porter un T-shirt humoristique en entretien
  8. Ne pas se concentrer lors d’une visioconférence
  9. Essayer de négocier son salaire dès le premier rendez-vous
  10. Utiliser une mauvaise photo de vous sur vos profils Twitter, LinkedIn et Google+
  11. Oublier d’envoyer un e-mail de relance
  12. Mettre des « objectifs » de carrière en haut de votre CV
  13. Essayer d’impressionner avec une créativité sortie de nulle part
  14. Envoyer un CV vidéo
  15. Ne pas fournir de lien vers votre profil LinkedIn
  16. Manger pendant l’entretien
  17. Être nonchalant
  18. Une pilosité faciale mal entretenue
  19. Faire un CV de 3 pages alors que vous n’avez pas d’expérience
  20. Monopoliser la parole

Source : JDN – Business Insider

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

5 erreurs courantes en entretien d’embauche et les solutions
Parlez-moi de vos erreurs en entretien d’embauche
Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage

Entretien d’embauche : Erreurs de look flagrantes
Répondre hors sujet dans un entretien d’embauche
Mail de remerciement : Pourquoi, comment

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Un entretien d’embauche par vidéo : 5 autres règles pour réussir


Un entretien d’embauche par vidéo : 5 autres règles pour réussir

Dans ce premier article, nous avons vu les 5 premières règles à appliquer pour réussir votre entretien d’embauche.
Voici les 5 règles suivantes

6 Fixer la caméra ou webcam

Nous avons tous l’habitude naturelle de regarder nos interlocuteurs dans les yeux.
Avec la visio, c’est la caméra qu’il faut fixer.

webcam externe

webcam externe

C’est un exercice difficile pour qui débute. Il nécessite de s’entraîner.

Minimisez le plus possible les coups d’œil sur les documents que vous avez préparés devant vous, votre bloc-notes ou l’incrustation de vous et de votre interlocuteur.
En bref, regardez uniquement la caméra bien en face de vous.

Durant la préparation, vous aurez placé la caméra à la bonne hauteur, par exemple, en posant votre ordinateur portable sur un support, genre boite d’archive ou livres suffisamment large et solide pour tenir la durée de l’interview.

Un tuyau : coller un post-il qui sourit juste à côté de la camera pour vous rappeler en permanence ce qu’il faut regarder et qu’il vous faut sourire.

7 « Ne pas déranger »

Tout risque d’interruption doit être banni durant votre conversation visiophonique.

C’est ainsi que vous aurez choisi une salle fermée et prévenu vos proches de votre indisponibilité complète, surtout les enfants.

chat sur clavierSortez vos animaux de la salle et faite en sorte qu’ils soient silencieux.
La présence d’un chat à l’écran ou l’aboiement d’un chien sont malvenus durant l’entretien.

Il en est de même de la tondeuse du voisin ou des bruits de la rue. Mieux vaut fermer les fenêtres, éteindre le ventilateur qui fait voler vos cheveux ou fermer un chauffage trop sonore, selon la saison.

Éteignez votre téléphone. Cet entretien doit se dérouler sans interruption, même minime.

8. Décalage son et image

Il arrive qu’un décalage entre ce que votre interlocuteur voir et ce qu’il entend.
Cela est presqu’inévitable sur votre liaison est de faible débit.

Par conséquent, pensez à parler plus lentement que d’habitude.
Articulez permet ce léger ralentissement et une meilleur prononciation, en évitant, toutefois, d’exagérer.

L’idéal est de demander si le son et l’image sont bien synchronisés.
De même, dites-le au recruteur si vous, vous recevez ses « image et son » avec un décalage.

9. Votre communication non verbale

Si tout ce que vous dites est important dans un entretien d’embauche, la façon de le dire et toute votre attitude non verbale est encore plus important.

trop vite devant sa webcam

trop rapide devant sa caméra

Votre position sur le siège, concentré (e) ou relâché (e), dynamique ou en retrait, vos mimiques, les gestes de vos mains, votre regard, sont aussi importants devant sa webcam que devant le recruteur dans son bureau.

10 Saluer

La poignée de main est inexistante devant un écran.

Au début de l’entretien et à la fin de celui-ci, le parcours au travers les couloirs de la porte d’entrée du bureau du recruteur jusqu’à son fauteuil, et retour pour vous raccompagner, a disparu.

Dès que la connexion est établie, vous êtes assis (e) devant le (la) chargé (e) de recrutement ou votre futur N+1 ou encore le futur patron, sans aucune transition.

Exit le contrôle et la conversation pseudo-décontractée pour vous tester à la fin de l’entretien.

Avec la visio, remerciez simplement votre interlocuteur de vous avoir accordé l’entretien.
Puis, fermez le son et l’image avant de clore la fenêtre de connexion.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Positionnement de caméras sur le lieu de travail : Autorisations et Interdictions
Comportements à éviter en cas de stress dans un entretien d’embauche
Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage

6 Facteurs de diminution de la déperdition d’un message
Quatre règles mnémotechniques de Communication
Mail de remerciement : Pourquoi, comment

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Un entretien d’embauche en visio : 5 premières règles pour réussir


5 premières règles pour réussir son entretien d’embauche devant son écran

En ces temps de changement d’habitudes, où les déplacements sont réduits au maximum, les entretiens d’embauche ont lieu au travers d’écrans.

Les outils sont divers : Teams, Zoom ou Skype sont les plus courants.
Il est temps d’apprivoiser ces logiciels pour s’en servir au mieux de votre candidature.

entretien d'embauche par visio

visio ou vidéo-conférence

Voici quelques règles pour réussir son entrevue d’embauche en visio.

1 C’est un entretien d’embauche

Votre interlocuteur est un professionnel du recrutement ou un recruteur occasionnel.
L’objet de votre communication reste un entretien d’embauche.

La préparation est identique à un entretien en face-à-face. Vous devez être « professionnel » dans votre discours et dans votre attitude devant l’écran.
Vous devez convaincre, rassurer, séduire pour être retenu (e).

2 Vérifier matériel et connexion

Votre communication doit être fluide d’un bon débit pour que l’image et le son passent correctement via la Toile.

Encore faut-il que vous ayez une connexion, qui fonctionne, et qui fonctionne bien le jour J ?
C’est pourquoi, il est correct de vérifier que votre matériel et que votre connexion fonctionne.

alerte vous avez de nouveaux messagesFermez toutes les applications inutiles pendant la conversation, surtout celles qui font apparaître une alerte sur l’écran ou qui annoncent une nouveauté par un son.

Testez le lien que le recruteur vous a fourni, après lui avoir demandé l’autorisation de tester la connexion et lui éviter une surprise désagréable.

Pensez aussi à tester votre microphone et vos haut-parleurs.

3 Respecter le code vestimentaire

Habillez-vous exactement comme si l’entretien avait lieu en face-à-face. C’est le plus sûr moyen d’avoir le « look de l’emploi », en l’occurrence celui de futur (e) salarié (e).

Une tenue plus négligée, voire incomplète dans la partie que l’on ne montre pas et c’est l’échec assuré.

4 Un arrière-plan neutre

Durant les vérifications de votre matériel et de la liaison, regardez derrière vous et devant vous. L’image que vous voyez derrière vous à l’écran est l’arrière-plan ou fond d’écran.

Les logiciels vous permettent de flouter ou de changer votre arrière-plan.

Montrez un fond d’écran le plus neutre possible ou flouter-le pour que le regard de votre interlocuteur soit fixé sur vous et non sur ce que vous avez comme meuble, bibelot ou désordre derrière vous.

éclairage par spots

éclairage par spots

5 Un bon éclairage

La lumière est déjà très importante dans un rendez-vous en vis-à-vis dans un bureau, c’est encore plus vrai devant sa caméra.

Votre visage doit être éclairé, de préférence par la lumière du soleil ou par la lumière artificielle fournie par des lampes et même par des projecteurs.

Le recruteur préfère parler à quelqu’un dont il  voit le visage « en entier », plutôt que d’avoir une partie en clair et l’autre sombre.

Évitez d’avoir une fenêtre derrière vous, mieux vaut l’avoir en face de soi.

Et évitez de cligner des yeux, ce qui est plus facile si la luminosité est supportable.

La suite : 5 autres règles pour réussir dans ce second article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les signes révélateurs de vos mensonges
Bonnes pratiques de navigation sur Internet
Les meilleurs mois pour postuler sont

Un exercice pour vous relaxer et diminuer vos tensions
Conseils pour un deuxième entretien d’embauche
Recrutement : La place du numérique

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La photo sur son CV : Mode d’emploi


La photo sur son CV : Mode d’emploi

La question se pose toujours : Faut-il une photo sur son CV ?

Les puristes vous diront que la photo sur son CV n’est pas obligatoire.
Elle peut même vous desservir, dans la mesure où vous n’êtes pas photogénique.

mauvaise photo pour son CV

Mauvais choix !!

En fait, c’est le talent du photographe qui rend le sujet de ses photos, vous en l’occurrence, photogénique ou quelconque.

Pourquoi une photo ?

Le premier intérêt, pour un recruteur, de voir la photo du (de la) candidat (e) est de mémoriser le CV par l’image plus que par les mots.

Le (la) chargé (e) du recrutement va facilement reconnaître le candidat lors de l’entretien d’embauche, parmi les candidats conviés.

L’aspect physique est secondaire. Le plus important est la correspondance entre les besoins de l’entreprise et les compétences du candidat.

nasique

le physique est secondaire

D’ailleurs, lorsqu’un CV intéressant se présente sans photo, le recruteur effectue une recherche sur Internet pour trouver une photo. Pour peu que vous ayez des homonymes, il risque de se faire une fausse idée de votre apparence en se trompant de profils.

Sur les réseaux sociaux, un profil avec photo sera vu 7 fois plus qu’un profil sans photo.

Quand vous êtes à la recherche d’un nouvel emploi, vous devez vous montrer sous votre meilleur jour, donc vous avez mis une photo de vous sur vos profils des réseaux sociaux.

Un candidat dont aucune photo ne serait trouvée par le chargé de recrutement risque donc de passer à côté d’une opportunité d’emploi, bêtement.

Par ailleurs, vous démontrez votre confiance en vous, voire votre estime de soi, en plus de votre bon goût en matière vestimentaire et de coiffure.

La taille et la position de la photo

La taille de la photo peut varier selon la place pris par votre prénom suivi de votre nom.

Elle varie également selon la longueur de votre CV, c’est-à-dire du nombre de lignes occupées par le texte.

place de la photo dans le cvLa photo se met dans l’entête.
Historiquement et traditionnellement à droite du titre.

Seulement, le CV est de moins en moins imprimé, et donc l’intérêt du recruteur de pouvoir faire défiler une liasse de CV imprimés d’un coup de pouce et de voir ainsi les photos toutes au même endroit, dans le coin en haut à droite, comme un livre, est passé.

Désormais la photo se place au-dessus ou au-dessous du nom du candidat et toujours avant ses coordonnées de contact.
C’est pourquoi, la photo doit être cadrée à gauche ou centrée par rapport à la longueur cumulée du prénom et du nom.

La hauteur cumulé de la photo avec le reste des coordonnées, c’est-à-dire de votre nom, numéro de téléphone, adresse mail et postale, doit être identique à celle de la partie droite de l’entête, qui contient le titre du poste, votre accroche, au minimum.

Le format de la photo

Globalement, respectez les proportions d’une photo de style photo d’identité, de façon à éviter de la déformer en hauteur ou en largeur.

Le rectangle est le format le plus courant. C’est celui d’une photo d’identité.

trophee_gagnantToutefois, avec un peu de connaissances, vous pouvez insérer votre photo dans un cercle ou un ovale, comme un trophée sur un mur.

Peu importe que la photo soit en couleur ou en noir et blanc, ce qui compte est d’être reconnu (e).
C’est pourquoi, votre photo sera récente.

Acceptez-vous comme vous êtes ! Les cheveux gris, la calvitie, les rides ou les kilos en trop font partie de votre vie, pour évoquer quelques sujets qui fâchent parfois sur votre apparence.

Toutefois, si vous en avez la possibilité, chassez le naturel avec un logiciel de retouches photos, à utiliser cependant avec parcimonie au risque de vous dénaturer et de donner une impression de faussaire au recruteur.

Quoi et comment photographier ?

Vous et seulement vous.
Votre buste, au ras du haut du sternum ou du bas du sternum.
Le premier plan montre surtout votre visage, le second montre aussi vos épaules.

De trois quarts, vers la droite ou vers la gauche, par rapport à la caméra, le visage souriant tourné vers l’appareil photo.

Le fond doit être neutre, de préférence uni. Évitez le tout noir ou le tout blanc éclatant qui pourraient faire croire à un découpage photo.

Tout votre visage doit être éclairé, pour éviter les zones d’ombre. Il peut s’agir d’un éclairage naturel et alors soyez face au soleil, sans nuage au moment de la prise du cliché, soit d’un éclairage artificiel avec des lampes suffisamment fortes pour faire disparaître les ombres.

photographe professionnel

Si votre photographe amateur de s’en sort par, faites appel à un professionnel. L’enjeu en vaut la chandelle.

S’habiller « comme il faut »

Le plus simple est de porter des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien, de préférence ceux que vous porterez durant le travail dans votre futur emploi.

Bannissez les photos trop décontractées ou trop guindés.
Rappelez-vous qu’à quelques exceptions près, la cravate est passée de mode dans beaucoup de métiers. Quant aux autres, ils choisiront une cravate des plus classiques.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Candidature : Quelles sont vos motivations
Le manque de confiance en soi se voit en entretien d’embauche 2/2
Les meilleurs mois pour postuler sont

CV, lettre de motivation, entretien : La part des choses en pourcentage
De l’importance des centres d’intérêt sur un CV
Prétentions salariales : Quoi répondre en entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature : Quelles sont vos motivations


Motivations de candidature : les bonnes et les mauvaises

La Lettre de motivation est le premier moment où faire part de ses motivations.

Le second moment où vous commencez à en parler, c’est quand le recruteur vous contacte par téléphone pour savoir si ça vaut la peine de vous convoquez.

motivation coloriageLe troisième et le plus important est durant l’entrevue d’embauche. Là, vous avez tout loisir de déclarer votre flamme à l’entreprise et au poste, en longueur et en largeur.

Des ajouts progressifs des signes de motivation

Dans la lettre de candidature, il est plus question de montrer que vous vous intéressez à l’entreprise, que vous avez les qualités et le savoir-faire pour assurer les tâches et assumer les responsabilités liées au poste, et de convaincre le recruteur de vous rencontrer.

Dans l’entretien téléphonique, d’autres éléments interviennent, notamment le son de la voix, les modulations du discours. Tous les éléments sonores montrent votre envie et votre enthousiasme à rencontrer le (la) chargé (e) de recrutement.

Pendant l’entreprise, vous ajoutez les éléments visuels. La communication non verbale vous permet tout un registre de gestes, de postures, de mimiques, qui ajoutent aux mots de l’écrit et aux sons de l’oral, environ 70% de signes de motivation pour le poste

Le rapprochement vous – le poste

L’intérêt du poste de votre côté et celui du recruteur pour vous sont du même ordre : Chacun essaye de savoir si l’autre correspond à ce qu’il attend.

se rapprocherVous apportez votre contribution au développement de l’entreprise, ou aux services de l’administration ou encore, votre soutien à une association. Quel que soit votre futur employeur, il doit y avoir correspondance entre vos savoir-faire, vos qualités personnelles et le poste, et au-delà du poste de l’organisation que vous souhaitez rejoindre.

Des motivations diverses

Le recruteur attend de votre part une démarche qui met en valeur tout ce qui va dans le même sens que l’organisation, à savoir, par exemple :

  • Votre intérêt pour l’entreprise
  • Vos compétences et soft skills, vos traits de caractère
  • Votre capacité à vous adapter à l’équipe en place
  • Le sens que vous donnez à votre travail
  • Votre capacité à vous investir dans les missions confiées
  • L’adéquation entre votre projet professionnel ou/et votre plan de carrière, avec le poste
  • Votre autonomie et votre capacité d’innovation
  • Votre faculté d’apprentissage et votre apport dans les maîtrises d’outils ou de logiciels

oser donner envieA éviter

Pour autant, il existe des motivations qu’il vaut mieux garder pour soi, car elles sont plus pour vous que pour l’employeur.

Quelques exemples :

  • L’argent ; terrain glissant où vous pouvez vous embourber par des questions pièges
  • Votre famille ; laissez votre situation personnelle en dehors de l’entretien professionnel qu’est l’entrevue d’embauche par excellence
  • Votre ancien ou actuel employeur ; vouloir changer d’air à cause d’un conflit ouvert, latent ou attendu, c’est se lancer sur la pente savonneuse d’émotions négatives qui vont à l’encontre de l’effet positif que vous donnez au recruteur
  • Votre engagement pour des idées, dans des actions, des domaines de la religion, du syndicalisme, du militantisme ou de la politique, même si vous savez que l’autre partage votre engagement

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

La communication non verbale : le message total
Embauche : Parti fâché (e), comment l’expliquer en entretien
Les signes révélateurs de vos mensonges

Développement personnel : Le bonheur en 7 règles
Comportements liés à votre personnalité à éviter en entretien d’embauche
Prétentions salariales : Quoi répondre en entretien d’embauche

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le manque de confiance en soi se voit en entretien d’embauche 2/2


Afficher son manque de confiance en soi pendant l’entretien d’embauche

Lire l’article précédent : La confiance en soi se voit en entretien d’embauche

Les signes du manque de confiance en soi sont plus évident à découvrir, lors d’un entretien d’embauche, que la confiance en soi.

Communication non verbale

Malgré une bonne préparation, il existe toujours des impondérables, notamment dans la façon dont vous communiquez avec le recruteur

La communication non verbale

Les gestes et la voix sont des signes de la confiance en soi ou de son absence.

Abandonnez la posture de perdant :

  • Tremblements
  • Transpiration
  • Regard fuyant
  • Rougissement
  • Hésitations
  • Bégaiement, balbutiement
  • Sourire crispé ou mâchoires serrées
  • Dos vouté
  • Épaules en avant
  • Bras croisés
  • Mains fébriles ou cachées
  • Ongles rongés
  • Gestes compulsifs comme jouer avec son stylo ou avec ses cheveux
  • Se mordiller les lèvres
  • Voix faible ou atonale

Cette liste est loin d’être exhaustive.
De plus, il est difficile de s’exprimer tout en contrôlant sa communication non verbale.

manque de confiance en soi

S’exercer, de préférence avec un proche ou un coach, peut vous aider à diminuer le nombre de gestes qui montrent votre manque de confiance en vous.

La communication verbale

Les gestes parasites, ci-dessus, sont plus facile à contrôler dès que vous en prenez conscience.
Cependant, la démonstration de votre confiance en vous passe par le discours et votre capacité à trouver les mots qui conviennent.

C’est là que votre style de communication joue son rôle :

  • Valorisez vos expériences passées pour montrer ce que vous en avez tiré comme enseignement, surtout dans les échecs ou difficultés.
  • Évitez de prendre trop de temps ou pas assez pour parler. Trop de temps donne une impression que vous hésitez, pas assez que vous récitez un discours ou une réponse.
  • Donnez suffisamment de détails pour montrer que vous savez passer un message tout en évitant de vous justifier ou de donner des détails trop nombreux ou inappropriés qui montreraient ainsi que vous êtes mal à l’aise.
  • Vous connaissez votre valeur sur le marché de l’emploi, gardez votre fourchette de prétentions salariales en tête pour la ressortir sans vous dévaloriser ni vous surestimer.
  • Laissez l’autre parler sans l’interrompre. Sachez l’écouter.
  • Montrez votre confiance en vous en vous projetant dans le poste, annoncez ce que vous avez retenu des enjeux et des difficultés, vers la fin de l’entretien.

être soi même en confiance

Restez vous-même pour vous montrer sous votre meilleur jour : confiant (e) sans excès.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

La PNL ou Programmation Neuro-linguistique
Les signes encourageants dans un entretien d’embauche
Communication : La notion de filtre dans la déperdition d’information

Attitude en entretien d’embauche : l’effet miroir
Le timbre de la voix
Marché de l’emploi : La loi de l’offre et de la demande

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La confiance en soi se voit en entretien d’embauche 1/2


Afficher sa confiance en soi pendant l’entretien d’embauche

Se trouver devant le recruteur, cette personne qui va décider de votre avenir professionnel durant les quelques dizaines de minutes que va durer l’entretien d’embauche, est générateur de stress, ou, au minimum d’un inconfort.

Nonobstant ce désagrément, vous vous posez aussi la question de savoir si vos compétences et votre savoir-être sont à la hauteur de l’enjeu du poste pour lequel vous postulez.

confiance en soiVous devez donc convaincre le (la) chargé (e) du recrutement que vous êtes prêt (e) à assumer les responsabilités liées au poste et à exécuter les tâches demandées.

Pour cela, vous devez être vous-même convaincu (e) et montrer votre confiance en soi.

Une bonne préparation

Il est évident que vous allez arriver en entretien après vous êtes préparé (e).
Vous avez une tenue correcte, êtes arrivé suffisamment tôt pour éviter d’être en nage, ou, pour un entretien vidéo, vous avez vérifié que votre matériel fonctionne parfaitement.

Vous avez votre CV sur papier, ainsi que votre lettre de motivation, ainsi que de quoi prendre des notes. De toute façon, vous connaissez les dates par coeur, ainsi que vos réalisations, vos points forts et vos faiblesses.

Vous avez écrit votre pitch de présentation en deux ou trois minutes. Vous l’avez appris et vous savez le réciter avec aisance.

Vous vous êtes renseigné (e) sur l’entreprise, sur ses valeurs, son style de management.
Vous connaissez ses principales activités, ses produits et services, son organisation interne, ou, vous connaissez les questions à poser pour obtenir les réponses à ces questions.

Vous respirez un bon coup avant d’entrer et avez les réponses aux questions les plus courantes des recruteurs dans la tête.

dossier de candidature

Tout va bien.

Votre préparation est incomplète ?

Gardez la tête froide !
Faites-vous confiance pour improviser et pour faire revenir à la surface de votre mémoire ce dont vous avez besoin, en fonction de l’attitude du recruteur et des questions vraiment posées.

Dites-vous que si vous êtes arrivé (e) jusqu’à cette étape du processus de recrutement, c’est que le chargé de recrutement s’intéresse à vous et cherche à déterminer si vous vous intégrerez dans la structure en pleine capacité d’action.

Lire la suite : Le manque de confiance en soi se voit en entretien d’embauche

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Comment reprendre confiance malgré les phrases négatives de notre enfance
Un exercice pour vous relaxer et diminuer vos tensions
Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie

Canevas pour votre présentation en deux minutes
Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi
Peur de ne pas réussir : Comment réagir

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidat : 8 Critères pour choisir votre cabinet de recrutement


Faire appel à un cabinet de recrutement dans sa recherche d’emploi

Dans une recherche d’emploi, le candidat va employer tous les moyens pour (re)trouver un emploi qui lui convient. Du moins, c’est la théorie.

Dans la pratique, TOUS les moyens sont rarement utilisés. La plupart du temps, faute de les connaître ou d’accepter de les mettre en oeuvre.

Parmi ces moyens, faire appel à un cabinet spécialisé dans le recrutement est beaucoup utilisé par les entreprises et très peu par les candidats.
Et encore ! Ce contact est souvent la conséquence de la publication d’une offre d’emploi par le cabinet.

recrutement cv à la loupePourtant, une candidature spontanée adressée à un cabinet de recrutement, bien que différence d’une candidature spontanée adressée directement à une entreprise, permet de multiplier ses chances d’être recruté (e).

Le cabinet de recrutement va pour permettre

  • De connaître les offres d’emploi avant qu’elles soient publiées.
    La publication est payante et le cabinet a tout intérêt à s’en passer s’il a déjà un candidat adéquat pour l’offre qu’il vient de recevoir
  • De vous faire connaître et mettre en relation avec leurs réseaux. En effet, un bon cabinet dispose d’un carnet d’adresses largement plus étoffé que le vôtre et peut vous en faire bénéficier, parfois même sans vous en parler directement.
  • De vous faire part du besoin de ses clients avant même que ceux-ci aient envisagé un recrutement. Ils font votre candidature spontanée à votre place, du moins en partie.

Comment choisir son cabinet RH

D’abord, si vous pouvez en choisir plusieurs, gardez à l’esprit qu’ils peuvent avoir les mêmes clients. S’ils s’en rendent compte, ils peuvent apprécier modérément que vous fassiez aussi appel à leur concurrence.

criteres_reputationVoici quelques critères pour faire votre choix :

1. L’image du cabinet

L’e-réputation et la réputation tout court du cabinet est importante. Une bonne presse, une image positive est nettement plus attirante.

2. La pérennité du cabinet

Bien que ce critère soit subjectif, un cabinet bien établi dans la place depuis longtemps est, a priori, plus compétent, qu’un cabinet susceptible de disparaître à tout moment, faute d’avoir une base solide de clients.

3. Les clients du cabinet

Un bon cabinet va s’appuyer sur ses clients les plus fidèles et les plus prestigieux pour montrer son savoir-faire. Ils approuvent leurs relations durables et les succès de leurs recrutement en acceptant de servir de servir la promotion du cabinet.

secteurs pro4. Les spécialités du cabinet

Rares sont les cabinets spécialistes en tout. Un cabinet spécialisé dans quelques domaines professionnels est un atout pour le candidat qui cherche dans ces domaines.
Les recruteurs du cabinet ont appris le vocabulaire des métiers et les profils types, ce qui leur procure une attention plus axée sur ce qui différencie un (e) candidat (e) d’un (e) autre.

5. Les postes proposés

Le nombre d’offres d’emploi est un critère. Là encore, il faut savoir regarder la fréquence et le nombre de nouvelles offres. Plus ces chiffres sont élevés et plus le cabinet RH a de succès.

A contrario, plus le nombre d’annonces de plusieurs mois est fort et moins le cabinet trouve de profils pour ses clients.
Certains cabinets vont même jusqu’à laisser des offres pourvues ou à en créer de fausses pour augmenter artificiellement le nombre total d’offres.

écouter voir sourire

qualités d’un expert en recrutement

6. Les recruteurs du cabinet

Là encore, plus le nombre de recruteurs travaillant pour le cabinet de recrutement est important et meilleur est le service rendu aux entreprises et aux candidats.

Plus que la quantité, c’est la qualité des recruteurs et leur degré d’expertise qui est important. Il est donc intéressant d’en savoir plus sur eux.

7. Le professionnalisme des recruteurs

Un chargé de recrutement dans un cabinet RH est un professionnel qui passe tout son temps de travail a mené les recrutements d’un bout à l’autre du processus : de la prise de contact avec l’entreprise pour découvrir son besoin à la signature ou à la fin de la période d’essai du (de la) candidat (e) embauché (e).

C’est du moins, ce que vous devez vérifier pour choisir votre cabinet.

accord signé8 La prise en charge

L’organisation, l’implication et la communication du recruteur vis-à-vis de son travail et de ses relations avec le candidat sont aussi des critères de votre choix.
Si vous ressentez de la déception sur la manière dont votre demande est prise en charge, si vous vous sentez mal à l’aise, cela peut provenir autant de vous que du recruteur du cabinet.

Enfin, si le cabinet vous demande de payer tout ou partie de ses prestations, c’est généralement qu’il manque d’argent, alors que ses ressources financières proviennent des clients.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Le coût d’un recrutement et de l’intégration
Recrutement : Palmarès des moyens les plus utilisés par les employeurs
Le chargé de recrutement veut vous imposer

Facteurs Critères Mesure de la Qualité
Emploi : Pourquoi une entreprise recrute
Prise de décision : Comment est-elle prise ?

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : Les nouvelles questions pièges liées à la pandémie


Quand la pandémie provoque de nouvelles questions pièges en entretien d’embauche

2019 L’apparition du corona-virus, appelé COVID-19 s’est répandu dans une pandémie mondiale qui a touché tous les pays et toutes les populations.

L’activité économique a été stoppée ou freinée selon les périodes de l’année depuis 2020.
L’impact sur le travail et la recherche d’emploi a modifié les règles : Déplacements en baisse et télétravail en hausse, entre autres.

Comment bien porter un masqueDe nouvelles questions sont posées durant les entretiens d’embauche. A prendre avec précaution pour répondre correctement.

Comment allez-vous ?

Là où il y avait une banale formule de bienvenue se trouve maintenant une première question piège.

La question de la santé est réservée à la médecine du travail. Cependant, les conséquences sur votre état psychique est le sujet de cette question.

rue déserte pendant le confinementLe recruteur souhaite savoir si vous avez surmonté l’alternance de peur et d’espoir, de confinement et de couvre-feu.

Votre réponse doit montrer que tout va bien, que vous êtes prêt (e) à retourner à l’emploi, tourné (e) vers l’avenir et les nouvelles tâches qui vous attendent.

Pour quelle(s) raison(s) cherchez-vous un emploi ?

Vous pouvez avoir été en recherche d’emploi avant le début de la pandémie.
Dans ce cas, la baisse des recrutements vous a compliqué la recherche. Il est facile d’expliquer pourquoi nous êtes toujours en recherche.

Si vous avez perdu votre emploi durant la crise, parce que votre entreprise a dû se résoudre à vous licencier, alors il est facile de comprendre que vous ayez démarré une nouvelle recherche d’emploi.

perte d'emploi restaurationPlus difficile à motiver est votre départ ou envie de quitter votre employeur actuel.

Est-ce par crainte et anticipation de la perte de votre emploi ou un besoin de changer de mode de management ou d’activité, ou encore de progresser et de développer responsabilités et compétences ?

Dans ce dernier cas, le recruteur cherchera à savoir si votre candidature est liée à la crise sanitaire ou a pour motivation une de celles qui existaient déjà avant la pandémie.

Qu’avez-vous fait durant les confinements ?

En dehors de la première et de la deuxième ligne de front face à la pandémie, nous sommes tous resté chez nous durant les confinements.
Par contre, nos occupations durant ces périodes sont propres à chacun de nous.

Entre un farniente imposé devant la télé ou les jeux de société en famille, le bricolage et le rangement de son logis, ou encore des heures passées à se former en ligne, ou même le sport dans sa chambre ou son salon, le choix des occupations est très large.

rameur chez soi ou dehorsD’autres se sont occupés de l’éducation des enfants alors que certains se sont enfermés pour éviter pleurs et cris en plus de la promiscuité durable.

Le nombre de divorces a augmenté, ainsi que les dépressions et autres symptômes de mal-être.

Votre résistance au stress a été mise à rude épreuve. Votre sens de l’organisation et du dialogue ont fait toute la différence.

Ce sont vos capacités et vos ressources que veut découvrir le recruteur, à l’épreuve du feu.

Qu’avez-vous appris de cette crise sanitaire et économique ?

Vos habitudes de travail ont-elles changées durablement ? Lesquelles ?

Vous avez gardé le moral et passé la période de restrictions sanitaires sans trop vous poser de questions.

A moins que vous avez énormément réfléchi à la suite de votre carrière, avec un déménagement à la clé et un changement d’orientation.

se laver les mainsPeut-être même vous êtes-vous engagé à soutenir les soignants ou vos voisins et développé des actions pour lutter contre la crise.

Quelle que soit votre réflexion sur votre future carrière, il s’agit, pour le recruteur, de déterminer votre degré de réactivité et de résilience face à cette période difficile de pandémie.

Qu’est-ce qui vous a le plus manqué ?

De l’absence de relations avec les autres au manque de papier toilette dans les rayons, le panel de réponse à cette question est immense.

Votre première réponse va déterminer l’impression que vous donnerez au recruteur.

restaurant ToursElle portera sur la vie privée ou sur la vie professionnelle. Elle sera le révélateur de la place de l’une et de l’autre dans votre vie. Trop de l’une ou trop de l’autre et votre vie est déséquilibrée.

Il s’agit d’un état des lieux de vos valeurs prioritaires qui sont rendu plus facile à analyser par le recruteur que pendant la période qui a précédé la pandémie.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Combien de temps pour faire une première impression ?
Quelles motivations dire en entretien d’embauche
Recrutement : « Parlez-moi de vous »

5 conseils efficaces pour montrer sa motivation en entretien d’embauche
Entretien d’embauche : « Pourquoi êtes-vous là ? »
Entretien d’embauche : Jamais les mêmes questions. Zut alors !

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Mail de remerciement : Pourquoi, comment


Un  mail de remerciement ? Pourquoi ?

Toujours délicat, souvent vous restez dans l’expectative, après votre entretien d’embauche, hésitant sur la suite de vos actions.

Pourtant, le processus de recrutement est toujours en cas et vous pouvez encore intervenir.

C’est là qu’intervient le mail de remerciement

Joseph_Marie_Stanislas_Becquey_Beaupré_directeur_remerciement

comment on remerciait il y a 200 ans

 

Si vous refuser le poste

Évidemment, si vous avez décidé de vous retirer de la course parce que le poste vous déplait, vous pouvez être tenté de laisser tomber carrément.

Pourtant, même si vous refusez le poste, vous pouvez transformer le contact en contact de réseau.
Quand il s’agit d’un cabinet de recrutement, c’est indispensable pour demander s’il a d’autres opportunités en cours ou qu’il se rappelle de vous pour une future offre.

refuser le posteQuand il s’agit de l’ex-futur employeur, mieux vaut attendre la fin du processus pour lui demander la même chose.

Si le poste vous intéresse toujours

Envoyer un mail de remerciement, dans les 48 heures qui suivent l’entretien, permet :

  • de remercier sincèrement du temps que le recruteur vous a accordé, sans tomber dans la flatterie
  • de rappeler que vous êtes toujours motivé (e) pour prendre le poste
  • de proposer un résumé des principales informations que vous avez retenues, voire un premier plan d’actions si vous êtes cadre
  • de faire la différence en votre faveur, en espérant que les autres candidats « oublient » de remercier

Plus court que la lettre de motivation

Inutile d’en faire trop. Vous remerciez. Vous ne refaites pas l’entretien. Faites court.
Une bonne jauge est la longueur de sa lettre de motivation qui doit plus longue que le mail de remerciement.

Évitez les fautes d ‘orthographe et un style compliqué. Faites simple.

Quand relancer le recruteur ?

Respectez le délai que le recruteur vous a donné.
Le relancer trop tôt sera vu comme de l’insistance et dérangera.

relancer défibrillateur

relancer… le coeur

La première relance sera le lendemain du délai indiqué à la fin de l’entretien de recrutement, pour demander où en est votre candidature.

Adressez votre mail de remerciement à toutes les personnes que vous avez rencontrées, même si l’entretien était par écrans interposés, ou au recruteur dont vous l’avez l’adresse mail, en demandant poliment de transmettre vos remerciements à vos interlocuteurs.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Question piège du recruteur : Pourquoi vous ?
Boosteremploi : Témoignage et remerciements de Sylvie
Recrutement : Refuser un poste en se préservant

Répondre hors sujet dans un entretien d’embauche
Les 5 dernières minutes de son entretien d’embauche
Candidature : Les délais de réponse

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les signes encourageants dans un entretien d’embauche


Les signes qui montrent que l’entretien d’embauche est positif

Ah ! Si vous pouviez lire dans les pensées des recruteurs en entretien d’embauche, que ce serait facile !

Vous pourriez savoir si le recruteur a lu votre CV, votre lettre de candidature.
Vous sauriez quelle première impression vous avez fait.
Vous connaîtriez les questions qu’il se pose à votre sujet, s’il arrive en entretien avec un préjugé favorable ou défavorable.

Vous pourriez savoir ce qu’il ou elle attend de vous, ses questions et les réponses attendues.
Sauf que…

llire les penséesSauf que cela reste du domaine du rêve, malgré toutes les techniques de synergologie, PNL et autres.
Être acteur de l’entrevue et être observateur en même temps est extrêmement difficile.
Chacun des interlocuteurs parle à son tour.

Le recruteur, surtout s’il s’agit d’un professionnel des Ressources Humaines, a un canevas de présentation de l’entretien et du poste

Vous, le (la) candidat (e), avez aussi préparé votre présentation en deux ou trois minutes, ainsi que les réponses aux questions les plus fréquentes.

C’est le recruteur qui mène l’entretien. Un chef d’entreprise ou le futur N+1 auront une attitude et un discours différents de ceux du DRH ou du chargé de recruteur d’un cabinet externe.

Cependant, certains signes laissent à penser que l’entretien s’est bien passé.

La durée de l’entretien

La durée classique d’un entretien est de 30 minutes pour un non cadre et d’une heure à une heure et demi pour un cadre.
Néanmoins, la plupart des décisions d’élimination sont prises dans les 10 premières minutes de l’entrevue.

A priori, plus le poste à pouvoir est élevé dans la hiérarchie et plus la durée augmente ainsi que le nombre d’entretiens.

Si votre entretien est dans cette fourchette, c’est déjà un premier bon signe

Les questions sur le CV et la lettre de motivation

Il est assez facile de se rendre compte si votre interlocuteur a lu votre CV ou/et votre lettre de candidature. Il suffit d’écouter ses questions.

question CVIl peut même commencer par vous demander un exemplaire de votre CV pour le parcourir pendant l’entrevue. C’est un très mauvais signe, car même s’il a lu vos documents, il est trop désordonné pour avoir préparé correctement votre rencontre.

Un « bon » recruteur va chercher à approfondir ce que vous lui avez transmis : compétences, responsabilités, expériences, traits de caractère.

Les réponses à vos questions

Lorsqu’un recruteur est favorablement impressionné par votre communication, il sera plus ouvert et répondra plus facilement à vos questions.

Il donnera des détails qu’il omettrait dans le cas contraire pour éviter de perdre du temps.

La nature des questions du recruteur

Plus le recruteur s’intéresse à vous et plus les signes sont encourageants.

Plus les questions concernent votre prise de poste et plus il se projette avec vous dans le poste.
Plus les questions sont éloignées des savoir-faire et plus c’est un signe favorable.

Un recruteur évite de poser des questions sur les centres d’intérêt s’il vous a mentalement déjà rejeté(e).

De même, les questions sur vos valeurs pour découvrir si elles sont partagées avec celles de l’entreprise, vos prétentions salariales ou sur le délai de votre préavis sont positives.

Si, en plus la question est posée de savoir s’il est possible de raccourcir le départ de votre actuel emploi, c’est quasiment dans la poche. Quasiment seulement.

je vous embauche

Le recruteur vous veut

Un recruteur tient à garder un « bon » profil pour éviter de vous voir aller ailleurs.
C’est pourquoi, il peut vous demander si vous avez d’autres candidatures en cours.

Si vous répondez oui, il aura tendance à raccourcir le délai de réflexion avec les codécideurs du recrutement.
Il y a de fortes chances qu’il vous informe de la suite du processus sans que vous ayez à poser la question.

Après l’entretien

Plus vite vous serez informé (e), c’est-à-dire du lendemain à la semaine qui suit l’entretien, plus vous saurez que l’entretien s’est plutôt bien déroulé.

Cependant, un silence est avoir d’autres motifs que le désintérêt de votre candidature, notamment la consultation des autres décideurs peut prendre du temps, surtout si l’un d’eux est indisponible, ou si vous êtes en ballotage avec un autre candidat.

Un entretien avec un ou d’autres candidats, planifié après le vôtre, peut également retarder la prochaine prise de contact.

excellentIl se peut aussi que l’entreprise attend la signature du contrat de travail de votre concurrent(e) avant de vous en informer, car vous arrivez en second.
Si l’autre ne vient pas, vous êtes le (la) prochain(e) sur la liste.

Vous pouvez donc avec eu un excellent entretien et laissé le poste à un autre.
Au moins, vous vous êtes préparé(e) pour le prochain entretien.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Question piège du recruteur : Pourquoi vous ?
Pourquoi ces 5 qualités incontournables sont à mettre dans vos points forts
Quelles motivations dire en entretien d’embauche

Entretien d’embauche : l’antisèche est recommandée
Salaire : Critères de variation des salaires
Recherche d’emploi : Pourquoi le poste vous a échappé

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter