Survie de l’entreprise : Se former, former son personnel


Survie de l’entreprise, survie de l’emploi

Une évolution permanente

mondialisationLe Monde va de plus en plus vite. Il devient de plus en plus complexe aussi.

La mondialisation a permis la distribution d’innombrables innovations techniques.
Elles facilitent le travail et les emplois sans valeur ajouté ont tendance à être remplacés par des machines, voire par des intelligences artificielles, les fameuses IA.

Les métiers évoluent. Les tâches sont exécutées de plus en plus rapidement grâce à de multiples outils numériques.

Les organisations du travail changent aussi. Avec la quantité toujours croissante d’informations à trouver, à manipuler, à restituer, l’organisation verticale, bien rigide, devient horizontale, voire matricielle.

Le responsable hiérarchique existe toujours ; Ses responsabilités sont étendues à d’autres salariés, d’autres services, et à des prestataires extérieurs, pour la durée d’un projet.

Ses propres ressources humaines sont, de même, utilisées par d’autres managers pour d’autres projets.

La durée de vie des compétences diminue fortement, au point que celles-ci deviennent obsolètes très rapidement.

Contre la perte de compétences

Contre la perte de compétences, les entreprises ont le choix entre former son personnel ou chercher les compétences à l’extérieur de l’entreprise.

La formation

Former son personnel commence pour le chef d’entreprise par se former soi-même.

Les règlements, le marché, la législation changent. L’entreprise doit s’adapter. Par conséquent, le chef d’entreprise, en premier, doit acquérir de nouvelles connaissances.

Former son personnel permet de conserver un haut niveau de compétences à l’intérieur de l’entreprise.

Les personnels sont d’ailleurs toujours partants pour éviter de stagner et pour être à jour dans leurs connaissances.

Les compétences externes

Malgré la formation interne, il arrive que la durée des formations ou la complexité des savoirs à acquérir décourage ou empêche la formation en interne.

C’est là que le chef d’entreprise va faire appel à des compétences extérieures.

Les contrats de travail courts permettent d’effectuer un travail avec un investissement minimum, sous réserve d’un niveau de compétences suffisant chez l’intérimaire et le salarié en CDD.

Même constat pour les contrats de sous-traitance où de partenariat entre client et fournisseur.

Pour pérenniser sa relation client, le fournisseur devra être, lui aussi, à jour et proposer des compétences à son client.

Le suivi d’informations

Troisième volet pour entretenir ses compétences, suivre l’actualité générale et surtout de son métier.

Être bien informé, c’est être en capacité de prévoir et d’anticiper, rôle primordial du chef d’entreprise pour la survie de son activité.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le Compte Prévention Pénibilité ou CPP sert aussi pour se former
Évolution professionnelle : Reconversion et réorientation
Auto-entrepreneur : Lien de subordination pour requalifier un contrat de travail

Conduire le changement
Formation présentielle vs serious game vs e-learning
VAE : Le processus de la Validation des Acquis de l’Expérience

Autres Management :

Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Refuser un poste


 » Vous refusez ce poste ! « , s’exclame le recruteur

refus_contrat_travailInterloqué, ce recruteur pensait avoir (enfin) trouvé le mouton à cinq pattes, le candidat idéal. En bref, vous !

Et vous avez l’outrecuidance de refuser ce poste ?

Pourquoi refuser un emploi ?

Il existe de multiples réponses à cette question. En voici quelques unes :

1. Vous n’avez pas les compétences voulues

Soit vous vous êtes empêtré dans le mensonge en indiquant un diplôme, une connaissance ou une expérience que vous n’avez pas ou pas à la hauteur des espérances de l’employeur et vous vous sentez piégé au point que votre seule échappatoire est le refus du poste.

Soit vous avez les compétences, mais les mettre en oeuvre ne vous apporte rien, à vous, dans votre carrière professionnelle.
Vous voulez apprendre autre chose ou compléter celles que vous avez et ce poste ne vous offre pas d’opportunité.

2. Stagnation, aucune progression hiérarchique ou financière

Le poste vous plaît et vous avez les compétences demandées mais vous serez cantonné à stagner.
Aucune promotion en vue. Aucun plan de carrière.
A la question « comment vous voyez-vous dans 5 ans ? », votre réponse est « toujours au même poste ».

Les augmentations de salaire sont individuelles uniquement.
Prendre ce poste va vous faire perdre du pouvoir d’achat dès la première année d’ancienneté.

3. Les conditions de travail sont inférieures aux précédentes

Le lieu de travail est plus loin de votre domicile.
Vous risquez de longs trajets, de prendre un second logement durant la semaine ou plus, aucun loisir ne sera possible, faute de temps.

Vous allez travailler en Open Space alors que vous aviez un bureau pour vous ou en petite équipe.
Trop chaud, trop froid, trop bruyant, trop stressant !

L’ambiance au travail ou à la pause-café, fumée, alcool, autre, vous incite à vous réfugier à votre poste de travail, plutôt qu’à rester discuter avec les autres.

Le discours des autres, chef inclus, vous heurte, vous indispose, vous rend fou, ou folle, de colère.

Le salaire est identique ou inférieur au précédent ou à vos indemnités de chômage (Eh oui, ça arrive, surtout passé un certain âge !)

4. Vous n’êtes pas motivé

Vous sentez un décalage entre les promesses de l’entretien d’embauche et l’idée que vous vous faites du poste.

Le recruteur / employeur vous promet cinq jours par semaine, l’encadrement d’une petite équipe et vous vous retrouvez à travailler le samedi, à faire le travail de base, parce que « vous devez faire vos preuves avant qu’on vous confie le travail pour lequel on vous recrute »

5. La famille, les amis, la maison, le climat, la culture vous poussent à dire non

Vos enfants vous reproche un « déracinement ».
Votre conjoint « doit » quitter son emploi pour vous rejoindre.
Vous risquez de ne plus avoir de temps pour vos amis, vos loisirs.
Vous devriez changer de région. Tout le monde n’apprécie pas d’aller dans le Pas-de-Calais (réf. Le célèbre film qui en parle).
Les gens qui vivent là n’apprécient pas les « étrangers » à la commune ou à la région.

Autres motifs :

Des raisons, il y en a à la pelle ! Cet article pourrait doubler ou tripler en longueur avec tous les motifs possibles. Faites m’en part !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi les propositions, recommandations, nouvelles idées sont-elles souvent refusées?
La prise du nouveau poste, du nouvel emploi
Analyse de mon poste de travail ou mon bureau est-il bien aménagé

Un effet bénéfique de l’Open space
Les raisons de l’échec à l’embauche
CV « arrangé » : Même aux postes les plus importants, ils se font prendre

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

3 métiers dans sa vie ?


3 métiers dans sa vie ?

Charles_de_gaulle_carlton_gardens

Lui : 3 métiers

Dans les années 70, un instituteur nous disait :

« Vous, les jeunes, dans votre vie, vous allez changer de métier au moins 3 fois dans votre vie »

Cette affirmation m’avait laissé sans voix.
Je me suis fait alors cette réflexion :

« Quoi ? Faire des études pour exercer le métier que j’aurais choisi, seulement pour une partie de ma vie professionnelle ! Il doit s’agir de métier proche du premier ! »

Pendant des années, j’ai progressé dans l’échelle sociale et j’ai gravi tous les échelons correspondant à mon métier. J’ai effectivement évolué et exercé des activités différentes, tout en restant cohérent dans cette progression.

De l’échelon le plus bas de la hiérarchie au plus haut possible, avec quelques variantes selon les employeurs, je pensais que

cela faisait plus de 3 métiers différents dans ma vie

Que nenni ! Mon professeur d’alors exprimait une opinion basé sur un constat : l’évolution de la société s’accélère de plus en plus, les techniques et les découvertes scientifiques font encore s’accélérer les choses.

Bien sûr, il ne s’imaginait pas à quel point les certitudes du moment allaient passer d’un état à un autre.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Par exemple, le telex

Outil très largement utilisé par les entreprises, surtout pour tous les aspects de logistique, le telex a été remplacé en très peu de temps par le fax, ou fac-similé. Le fax avait l’immense avantage qu’il permettait de transmettre n’importe quelle image, des plans par exemple, alors que le telex n’autorisait que des caractères, un peu comme un télégramme.

Quand Internet s’est démocratisé, et cela s’est fait en un temps record, le fax a quasi disparu. Pourquoi, en effet, s’embêter à passer des feuilles de papier dans un appareil alors que l’on peut joindre n’importe quel document en tant que pièce jointe à un courriel, y compris du son et des vidéos ?

Il est donc évident que les concepteurs, les fabricants, les mainteneurs de ces différents appareils ont vu leur métier évolué et les entreprises qui n’ont pas su s’adapter ont disparues.

Un autre exemple, encore plus flagrant :

L’apparition des appareils photos numériques, puis des smartphones, a fait disparaître les fabricants des pellicules argentiques et les entreprises de développement des photos. Celles qui sont encore présentes, développent à partir des supports électroniques et via Internet ou des appareils à l’entrée des grands magasins.

De très nombreux exemples peuvent être cités et cela dans tous les domaines de l’agriculture, de l’industrie et même des services.

A cela, s’ajoute les évolutions induites par la mondialisation.

On conçoit dans un pays, on fabrique dans un autre, on distribue dans le reste des pays. Là, l’évolution des métiers tend vers une spécialisation.

Dans le premier cas, une technique en remplace une autre. Les professionnels sont remplacés ou s’adaptent grâce à des formations continues.

Dans le deuxième cas, à part s’expatrier ou devenir les premiers, les experts dans son domaine, l’évolution dans sa carrière passe toujours par des formations continues de plus en plus pointues. Quand cela ne suffit plus, alors que faire ?

L’évolution dans sa carrière passe alors par un changement de métier.

Trois changements de métiers seulement dans sa vie professionnelle, comme le disait mon ancien instituteur ?… Ou plus ?

Qu’en pensez-vous ?

Sondage :

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Vous êtes tenté par autre chose que le chômage, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?
Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »
Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un

Axe de qualification des collaborateurs
VAE : Tout le monde a droit à la Validation des Acquis de l’Expérience
Formations continues pour donner un second souffle à votre carrière

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 6 Emploi
Récapitulatif 9 Emploi
Récapitulatif 5 Management
Récapitulatif 6 Management
Récapitulatif 9 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Formations continues pour donner un second souffle à votre carrière


Formations continues pour donner un second souffle à votre carrière

formation continueIl arrive un moment dans sa vie professionnelle où l’on atteint son seuil de compétences.

Pour donner un second souffre à sa carrière, des formations continues peuvent vous ouvrir des portes et vous permettre de progresser encore plus.

En voici quelques pistes :

  • Apprendre le chinois
  • Suivre un training sur les médias
     
  • Mettre en place une cellule de veille
  • Savoir lire les comptes anglo-saxons
     
  • Devenir médiateur
  • Cibler son marketing sur les seniors
     
  • Savoir bien communiquer ses chiffres
  • Adopter une démarche qualité
     
  • Manager à distance
  • Investir dans les produits écologiques

NB : Si vous regardez bien, vous remarquerez que toutes ces pistes démarrent avec un verbe d’action !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Modes de pilotage en entreprise
Le projet d’entreprise
Quels sont les bons critères pour des indicateurs de tableaux de bord

Comment est-on un mauvais manager
Formation présentielle vs serious game vs e-learning
CV Formations Conseils pour les présenter

Autres Management et Emploi :

Récapitulatif 5 Management
Récapitulatif 5 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :