TCO, LCC et MTBF expliqués pour les nuls


TCO, LCC et MTBF expliqués pour les nuls

assistance_informatique Ça y est, les gros mots sont lâchés. Bon ! Commençons par savoir ce que c’est

TCO = Total Cost of Ownership ou Coût Total de Possession

LCC = Life Cost Cycle ou Coût du Cycle de Vie

MTBF = Mean Time Between Failures ou Temps Moyen Entre deux pannes

–    Euh ! Moi pas comprendre

–   OK ! J’explique :

TCO, LCC et MTBF sont trois indicateurs qui permettent de savoir combien coûte un produit dans le temps. Ils permettent de savoir quand il faut en changer.
Quand on achète un produit, on dépense l’argent pour s’en procurer. C’est le coût initial et le début de vie du produit, pour soi.
Ce coût est différent si le produit est neuf ou d’occasion, bien sûr

–    Là, je comprends. Une voiture par exemple perd de sa valeur avec le temps et je l’achète moins cher quand elle est plus vieille.

–    Très bien ! Mais achèterais-tu une voiture de 15 ans d’âge avec 300 000 kilomètres au compteur ?

–    Sûrement pas ! Les réparations me coûteraient plus cher que la voiture elle-même

–    Ça, c’est la notion de LCC : le coût évolue dans le temps. Tu entretiens bien ta voiture, tu fais réviser régulièrement ta voiture, donc plus tu l’entretiens, plus elle te coûte

–   C’est vrai, Mais, je ne change pas de voiture quand je change mes pneus hiver ou quand mon cendrier est plein

–    Bien sûr ; ces dépenses sont des coûts faibles par rapport à la valeur de ta voiture. Pourtant, plus tu as de pannes avec ta voiture et plus vite tu chercheras à la remplacer. C’est le MTBF, la durée entre deux pannes qui va te faire anticiper le changement de ta voiture

–    Oui. A un moment donné, la réparation coûtera plus que ma voiture

–    De plus, tu ne peux pas t’en débarrasser comme ça : il faudra aussi payer pour l’amener au ferrailleur

–   Ouais ! Mais comment je sais quand il faut changer ?

–    Il faut d’abord répertorier tous les coûts directs et indirects liés à l’achat, à l’utilisation et à la fin de vie du produit.
Ensuite, il faut faire une estimation des coûts au fur et à mesure que le temps passe. Par exemple, la première panne va, vraisemblablement, arriver après une plus ou moins longue période sans panne, si tu as un produit neuf, alors qu’avec un produit d’occasion, elle va se produire plus tôt. Sauf si tu tombes sur une mauvaise série, dont la qualité est insuffisante, et alors la période de garantie est là pour ça, quand une garantie est proposée par ton fournisseur.
Quand tu arrives à un montant que tu estimes trop élevé, en cumulant tous les coûts, tu as calculé le TCO et alors tu changes ton produit

–    C’est pour ça que je paye une voiture plus chère à l’achat. Je veux de la qualité. J’en veux pour mon argent

–   Au fait ! C’est pareil quand tu commercialises un produit

–    Comment ça ?

–    Facile, le calcul est le même, sauf que tu compares ce que te coûte un produit, sa conception, son stockage, ses coûts de publicité et de commercialisation, la part des frais généraux inclus dans son prix de revient, etc., et ce qu’il te rapporte. Moins de personnes l’achètent, ou plus cher il te coûte, et plus vite tu remplaceras ce produit par un autre dans ton offre de vente

–    Alors, TCO, LCC et MTBF, c’est facile à comprendre !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le TCO ne suffit pas pour changer de logiciel en entreprise
TCO : Les éléments à prendre en compte pour le calcul
Crise : pistes pour une réduction des coûts informatiques

TCO : Les coûts de logiciels dans le Coût total de possession
Liste des Coûts et Produits des projets informatiques
Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes : second critère de choix après le TCO ou coût total de possession

Autres Informatique et Management :

Récapitulatif 1 Informatique
Récapitulatif 5 Informatique
Récapitulatif 7 Informatique

Récapitulatif 5 Management
Récapitulatif 6 Management
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans les pages Informatique et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Convaincre par les mots


Convaincre par les mots

convaincre par les motsQuelques conseils pour pouvoir convaincre par le choix des mots :

Éviter

Préférer

Être rationnel Les mots négatifs ou réducteurs Logique et normalité
Être direct Les mots à double sens Clarté et précision
Être actif Les verbes passifs Les verbes actifs
Être positif Les tournures négatives Les tournures positives
Être affirmatif Le doute La certitude
Être factuel Les généralisations Les faits précis
Identifier Les pronoms neutres Implication personnelle
Conforter Les mots faiblissent Être direct et précis

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre

Les trois savoir-faire de la communication selon la PNL
Devise 048 : Plus grand est le sourire, plus aiguisé est le couteau
Communication : Convention et référentiel commun indispensables

Autres Communications :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Trois formes d’entretien d’embauche


Trois formes d’entretien d’embauche

une forme d'entretien d'embaucheLe but de l’entretien d’embauche est le rassurer le recruteur.

On se place dans le cadre de relations humaines

On parle de « se vendre », ce qui veut dire combler un besoin contre une rémunération.

Trois grandes formes d’entretien d’embauche, en face-à-face :

L’entretien non directif

Le recruteur ne dit rien ou presque.

C’est à vous de mener l’entretien :

  • Présentez-vous en deux ou trois minutes
  • Passez la parole, en posant la question : qu’attendez-vous du candidat ?
  • Taisez-vous jusqu’à ce que votre interlocuteur reprenne la parole
  • Répondez à ses questions. Posez les vôtres, que vous avez préalablement bien préparées

L’entretien semi directif

  • Saluez : « Bonjour, content de vous rencontrer »
  • Étudiez le comportement de la personne qui vous reçoit
  • Prenez soin aux types de questions posées : questions fermées ou ouvertes où les secondes vous laissent le choix de la réponse, au risque de répondre à côté de la demande

L’entretien direct, fermé

Le recruteur a préparé de 10 à 20 questions, qu’il pose systématiquement à tous les candidats. En général, son visage et ses gestes sont fermés, aucune expression sur la satisfaction ou non des réponses obtenues.

  • Faites attention au recoupement de vos réponses, qu’il faut avoir préalablement préparés, en sachant pertinemment il est impossible de tout prévoir.
    Il y aura donc des « imprévus » et donc de l’improvisation.

A la question : « Pourquoi est-ce vous que nous devrions choisir ? »,
répondez :      « Je suis celui qui convient le mieux au poste, parce que… »
et surtout pas « Je suis le meilleur pour le poste ». Nuance !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs
Risques et moyens dans un entretien d’embauche
PENDANT l’entretien d’embauche

A retenir pour le déroulement de l’entretien d’embauche
Communiquer correctement pendant un entretien d’embauche
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 3 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Préparation à un entretien de Réseau Social


Dans votre Préparation à un entretien de Réseau social,

entretien dans un réseau socialsachez que

75% des emplois sont trouvés hors petites annonces

Il convient donc de solliciter son réseau pour découvrir, dénicher les opportunités qui font l’objet aucune annonce.

Un réseau est l’ensemble des personnes que vous connaissez ou qui connaissent les personnes que vous connaissez, etc. Bref ! Le monde entier !

Votre réseau direct

Il est parfois difficile d’interroger

  • sa famille,
  • ses amis,
  • ses anciens clients ou fournisseurs,
  • ses anciens camarades de classe,
  • les membres de clubs ou associations dont vous êtes membres,
  • le responsable religieux de votre quartier.

Votre réseau à proximité

Vous avez aussi d’autres sources d’informations, comme

  • votre maire ou vos conseillers municipaux,
  • la chambre des métiers et la chambre de commerce et d’industrie,
  • les associations, groupements ou syndicats professionnels (salariés et employeurs),
  • les salons de tous types et pas seulement les salons d’emplois qui ne sont que des moments pour les entreprises d’engranger de nombreux CV sans entretien, par manque de temps.

Votre réseau sur la Toile

Vous avez, depuis qu’Internet est disponible, les réseaux sociaux.

Il s’agit de sites qui permettent à des personnes qui ne se connaissent pas de se contacter sur quelque sujet qu’il soit. Ils sont donc sources potentiels d’emplois.

Ils sont aussi sources d’informations sur les entreprises dont vous avez retenu des offres d’emplois.

Réseauter

Quel que soit le type de réseau que vous allez solliciter, comment aborder le sujet de la recherche d’emploi, sans effrayer ou rebouter votre interlocuteur qui ne s’intéresse pas, a priori, à votre cas ?

Voici un canevas pour préparer un premier contact.
Pour chaque étape, rédigez plusieurs phrases, de façon à ressortir celles qui seront la plus appropriée en fonction de la réaction que vous obtiendrez.

Introduction :

  • Qui je suis
  • Ma décision
  • Comment je vous ai joint

Sujet :

  • Pourquoi vous
  • Quelle est ma démarche
  • Mes compétences
  • Mes doutes
  • Mon rendez-vous avec vous
  • Mon rendez-vous avec un autre

Conclusion :

  • Merci. Je vous tiens au courant des suites de ma démarche.

Dans tous les cas : Restez positif !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment décrypter une petite annonce 1/2
Quelques conseils avant un entretien d’embauche
AVANT l’entretien d’embauche

Préparation à l’entretien d’embauche
A relire la veille de l’entrevue de recrutement
Soyez positif ! Ne dites pas, dites

Autres Emploi et Communication

Récapitulatif 4 emploi
Récapitulatif 1 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :