Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises


Trouver des talents dont une entreprise a besoin passe aussi par le web 2.0.

comparaison web 2.0 et web 1.0Le recrutement social, ou recrutement conversationnel est un mélange de deux orientations qu’une entreprise doit suivre pour attirer les compétences qui lui manquent.

Attirer les futurs collaborateurs

Pour attirer les futurs collaborateurs, l’entreprise doit être irréprochable dans son image numérique, c’est-à-dire l’image qu’elle donne d’elle-même sur Internet, mais encore elle doit être en mesure d’échanger des propos avec ses clients et tous ceux qui travaillent ou travailleront pour elle.

Elle doit avoir un site web, pour se présenter et présenter ses produits et/ou services. Faire en sorte que celui-ci soit attractif.
Les services marketing ou de communication interne ou des sociétés spécialisées sont là pour ça, avec l’aide des informaticiens.

L’entreprise doit aussi être présente sur les principaux réseaux sociaux : Facebook, Google+, Twitter.

Elle peut aussi ouvrir un ou des blogs, selon le besoin.

Et surtout, il faut qu’elle affecte un gestionnaire de communauté ou community manager pour s’en occuper, pour animer les échanges avec les lecteurs.
C’est le point focal pour le service RH qui va alors demander d’agir pour la recherche de talents à intégrer à l’entreprise dans la deuxième orientation.

Chercher, trouver, séduire

Après avoir défini clairement et d’une manière exhaustive la liste des critères du recrutement, l’entreprise va commencer par utiliser les méthodes classiques pour recruter : sa propre CVthèque ou celles sur Internet, le bouche-à-oreille, la publication d’annonces.

Certaines de ces méthodes impliquent de disposer d’un budget de recrutement, lequel n’est pas extensible.
Les directions demandent d’en faire plus avec moins. Cela touche aussi les services RH.

C’est alors que la recherche de talent se porte sur l’utilisation des moteurs de recherche sur Internet et à l’intérieur des réseaux sociaux. Plus un réseau social contient de profils, plus l’entreprise a des chances de trouver des candidats potentiels pour pourvoir le poste en son sein.

Elle utilise les mots-clés et leurs synonymes, tels que défini dans le profil idéal et se met à surfer.

Quand une personne affiche un profil qui correspond à un ensemble suffisant de mots-clés, donc de compétences recherchées, l’entreprise contacte le potentiel collaborateur et engage une conversation.

Le contact est établi par échange de messages, puis, si le potentiel collaborateur est intéressé alors

le processus de recrutement repart plus classiquement,

par un contact téléphonique, une convocation à un entretien en face-à-face ou par vidéo.

Le CV classique, sur deux pages maximum, est moins utile que dans un processus de recrutement entièrement classique, dans la mesure où l’essentiel des compétences qui intéressent l’entreprise ont déjà été découvert par l’entreprise.

Il n’empêche que le CV est néanmoins demandé, car il permet à l’entreprise d’avoir en peu de lecture le parcours du futur collaborateur et de classer les CV dans sa propre CVthèque.

Quant à la lettre de candidature, elle est inutile puisque c’est l’entreprise qui a « chassée », à moindre frais, le candidat.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Préparation à un entretien de Réseau Social
Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Génération W ou babyboomers

Comment favoriser le renouvellement et le dynamisme des organisations
Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Utiliser Twitter pour trouver un emploi, un candidat

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Management

D’autres articles vous attendent dans ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le sourcing dans le recrutement 2.0


Une technique récente dans la recherche d’emploi est le sourcing 2.0

Bref historique des moyens utilisés dans le recrutement

baguette de sourcierAuparavant, lorsqu’une entreprise cherchait à embaucher, elle passait une annonce dans le journal local ou affichait son offre d’emploi sur sa vitrine. Techniques simples et toujours efficaces, bien que limitées dans le nombre de personnes atteintes.

Ensuite, l’annonce s’est informatisée et se trouve désormais sur Internet, dans le site de l’entreprise ou/et dans des sites spécialisés de diffusion d’offres d’emploi.

En parallèle et selon le poste à pourvoir, l’entreprise fait appel à aux services d’un cabinet, spécialisé dans les Ressources Humaines, pour se charger de filtrer les candidatures et lui proposer les candidats qui répondent le mieux au cahier des charges du poste.

De même, l’entreprise informe ses différents contacts de l’existence du recrutement, en passant par le bouche à oreille, des salons de l’emploi.

Une technique récente, apparue avec l’Internet est la possibilité de trouver un candidat parmi les CVthèques, réservoir de CV que les chercheurs d’emploi remplissent, avec plus ou moins de succès selon les mots-clés employés dans le texte du CV

Le sourcing 2.0 va plus loin

C’est l’utilisation des moyens modernes d’accès aux milliards de pages d’Internet dans le recrutement et la recherche d’emploi.

Les réseaux sociaux, Facebook en tête avec ces centaines de millions de profils de candidats potentiels et qui ne le savent pas toujours, sont une source d’informations quasi inépuisable.

Les moteurs de recherche sont de plus en plus sophistiqués et permettent une sélection de plus en plus pointue de pages contenant les informations qui correspondent aux mots-clés recherchés.

Devant le nombre considérable de milliards de pages accessibles par Internet, les internautes utilisent de plus en plus des expressions ou une association de plusieurs mots pour affiner leurs recherches.

Les réseaux sociaux sont nombreux et diversifiés. Certains, comme Viadeo et LinkedIn, sont des sites de professionnels. D’autres sont plus généralistes, comme Twitter, tout en étant beaucoup utilisés par des professionnels qui font part de leurs expertises.

Blogs et réseaux sociaux contiennent donc toutes les informations utiles et nécessaires à un recruteur pour trouver des profils, des CV, des compétences, qui correspondent aux besoins de l’entreprise qui cherche à embaucher.

Ça marche dans les deux sens !

Pour se faire connaître, pour avoir l’avis des consommateurs, les entreprises utilisent les mêmes canaux de diffusion de l’information : le fameux net 2.0. C’est-à-dire les réseaux sociaux avec des pages d’entreprise et les blogs. Les deux permettent le dialogue avec les consommateurs, les clients, les prospects. Non seulement, l’entreprise peut vendre ses produits et ses services via Internet, mais aussi échanger avec les internautes.

Les gens n’hésitent plus à donner leur avis, en faveur ou à l’encontre d’un produit, d’un service, d’une entreprise.

Toutes ces données constituent aussi une source d’informations pour les personnes en recherche d’emploi.

La rencontre

Le recrutement trouve les profils qui conviennent au poste à pourvoir et le recruteur prend contact avec les candidats potentiels. C’est ce qu’on appelle aussi le chasseur de tête.

De l’autre, les candidats ont toutes les informations nécessaires pour rédiger une lettre de candidature spontanée qu’ils adressent aux entreprises qui les intéressent.

D’un côté comme de l’autre, à un moment, la rencontre se fait. L’entretien d’embauche est, à nouveau, le point convergent des différentes techniques précédentes et le processus de recrutement se poursuit, plus classiquement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un accompagnement adapté à votre cas, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Changement : Dix conseils pratiques pour en gérer la conduite
Embauche conseils pratiques
Utiliser Twitter pour trouver un emploi, un candidat

Quiz sur la recherche d’emploi
Préparation à un entretien de Réseau Social
Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise

Autres Emploi, Informatique et management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Informatique
Récapitulatif 10 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook


Une pratique de plus en plus dénoncée : des employeurs demandent les codes d’accès à Facebook

Facebook merci d'être passéUne pratique née aux États-Unis

Jusqu’ici, la e-réputation permettait aux (futurs) employeurs de vous connaître au travers des informations que vous diffusez sur les réseaux sociaux, Facebook en tête

De nombreuses mises en garde contre le contenu de votre blog, votre page Facebook ou votre site Web ont permis à nombre d’entre vous de mettre en place des mesures de protection sur les droits, les autorisations de consultation de vos informations à vos « amis ». L’arrivée de Google+ a introduit la notion de regroupement d’amis dans des cercles pour lesquels, vous pouvez gérer des autorisations différentes.

Oui, seulement voilà, cela ne suffit plus !

En effet, lors des entretiens d’embauche, frustrés, trop curieux et sans-gêne, des employeurs ont trouvé la parade : ils demandent carrément les codes d’accès (pseudo, compte, mots de passe) à vos informations présentes, personnelles ou non, à la liste de vos amis, à vos photos, privées, confidentielles ou non, présentes sur les réseaux sociaux.

Fini la vie privée, aussi en Europe ?

Une loi est proposée aux Etats-Unis, avec pour objectif d’interdire cette pratique et de sanctionner les employeurs qui la poursuivrait, et même qui seraient dénoncés par des employés ou candidats qui auraient fait l’objet de pression en vue de devoir fournir leurs codes d’accès

Ma proposition de solution

Que les réseaux sociaux mettent en place un système qui permet d’utiliser le même pseudo avec un deuxième mot de passe.

Ainsi, l’employeur ou/et le recruteur qui utiliserait ce second mot de passe, aurait un accès limité à des informations non confidentielles, qu’il considérerait comme confidentielle : un faux en quelque sorte.

Non seulement, il serait pris au piège de fausses informations, mais, en plus, une alerte automatique et secrète, avertirait directement un service de police de l’intrusion frauduleuse, de façon à ce que la trace numérique (ordinateur qui accéderait aux informations des fausses pages, adresse IP, voire identification de celui qui accéderait par utilisation de ce second mot de passe) soit diffusée ou/et transmise.

Bien sûr, ce système serait rapidement détourné par les contrevenants. Du moins, il permettrait de freiner ceux qui hésiteraient à se lancer à vous réclamer vos codes d’accès.

Que pensez-vous de ma proposition ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour répondre ou avoir plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment se protéger sur Facebook
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide
Même mot de passe partout : Une mauvaise idée

Recrutement en ligne : attention cheval de Troie
Google + : Le réseau social de Google
Votre e-réputation sur le Web 2.0

Autre Informatique, Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 8 Informatique
Récapitulatif 8 Juridique
Récapitulatif 8 Sécurité

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Informatique et dans les pages Juridique et Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : 5 facteurs qui favorisent votre candidature


Les 5 facteurs qui favorisent le candidat

favoriser un candidatÀ compétences égales, les employeurs vont accorder plus d’attention aux candidatures sur d’autres facteurs que les savoir-faire

Voici les 5 réponses les plus fréquentes d’une enquête :

Le candidat qui sera favorisé sera celui ou celle…

  • 50 %   … qui a des responsabilités associatives
  • 44 %   … qui est bilingue
  • 18 %   … qui est en forme physiquement
  • 17 %   … qui est mieux habillé(e)
  • 11 %   … qui est présent(e) sur les médias sociaux

Source : CareerBuilder® Agence Noir sur Blanc

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entrevue ou entretien d’embauche : Pour laisser une mauvaise impression
Les rubriques du bas de page du CV pour ne pas se louper
A savoir sur le recruteur et le CV

A relire la veille de l’entretien d‘embauche
Les 4 facteurs influençant les comportements
Facteurs perturbants dans un bureau

Autres Emploi :

Récapitulatif 4 Emploi
Récapitulatif 7 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Votre e-réputation sur le Web 2.0


Votre e-réputation sur le Web 2.0

bonne ou mauvaise e-réputationSi votre entreprise possède une ou plusieurs marques alors il est important de la ou les surveiller sur les réseaux sociaux. Il en est de même pour le nom de votre société et votre nom à vous.

Le Web 2.0 est devenu incontournable pour les entreprises.

Même si vous ne souhaitez pas apparaître en tant qu’entreprise ou en tant que marque sur un réseau social quelconque, votre marque, votre société et les personnes qui y travaillent peuvent être non seulement citées sur Internet, mais aussi avoir une mauvaise réputation, jusqu’à faire l’objet d’attaques en règle.

C’est ainsi que sur les forums, les chats, les blogs, les sites de réseaux sociaux, type Facebook ou Twitter pour n’en citer que deux parmi les plus connus, et aussi sur des sites privés ou d’entreprise, dans les moteurs de recherche ou les sites de partage de photos ou de vidéos, votre marque, le nom de votre société ou votre nom font votre e-réputation.

Bonne ou mauvaise ? Telle est la question

Pour détecter tout cela, utiliser la recherche sur Internet, à commencer par la plus simple : la recherche sur un moteur de recherche.

Que ce soit sur Google, Bing, Yahoo ou un autre, tous proposent des recherches générales et spécialisées, sur le nom des sites, le contenu des pages, des images, des vidéos, des recherches sur des blogs, etc.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

e-réputation : modèle de lettre pour réclamer (CNIL)
Investigations ou la preuve électronique
Comment réclamer en Europe : un même formulaire pour tous les Européens

Forum de discussion Règles ou charte d’utilisation
Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook
Piratage du nom (username spotting) en plus de l’e-réputation

Autres Juridique :

Récapitulatif 6 Juridique
Récapitulatif 6 informatique
Récapitulatif 6 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Juridique de la page Autres catégories et dans les pages Informatique et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Employeur : Recrutement difficile ?


Employeurs : Recrutement difficile

recrutement difficile candidat pas emballéDepuis quelques mois, un phénomène, de plus en plus fréquent, rend le recrutement difficile pour une entreprise.

Lorsqu’une entreprise décide d’embaucher, elle a le choix entre trois alternatives :

  1. Passer par le Pôle emploi, uniquement
  2. Passer par un cabinet de Ressources humaines, spécialisé dans le recrutement
  3. Se débrouiller seule pour trouver l’employé qui lui convient

1. Passer par le Pôle emploi, uniquement

Ce passage par le Pôle emploi a l’avantage d’être le moins onéreux possible.

Il a aussi le gros inconvénient, que le poste proposé doit « rentrer dans les clous », c’est-à-dire, être catégorisé avec un seul code ROME. Ce référentiel des métiers est, certes, exhaustif et il existe plusieurs moyens de parvenir à trouver le code qui correspond.

Mais, quand les tâches à accomplir par le futur employé sont diverses et répartis entre plusieurs codes ROME, il faut bien en choisir un.

Ensuite, il va falloir expliquer aux candidats que le poste est plus large que la description du code ROME et plus restreint puisque toute la description ne correspond pas au travail à effectuer.

2. Passer par un cabinet de Ressources humaines, spécialisé dans le recrutement

Les cabinets de recrutement procèdent de plusieurs façons :

  • Chercher, parmi les CV déjà à leur disposition, un ou plusieurs candidats pourraient faire l’affaire
  • Chercher sur Internet, dans les sites d’emploi, dans les réseaux sociaux et autres sites professionnels, de nouveaux CV en ligne. C’est le principal outil des chasseurs de têtes
  • Passer une annonce. De moins en moins dans la presse écrite, de plus en plus sur Internet, dans des sites d’emploi, généralistes et/ou spécialisés, et/ou dans des sites de réseaux sociaux, Facebook, Viadeo et LinkedIn en tête.

Le phénomène signalé au début de cet article provient justement de la manière de rédiger une petite annonce.

D’un côté la concurrence est rude entre les cabinets de recrutement, de l’autre les candidats sont de plus en plus avertis et habiles sur Internet.

Le risque, pour un cabinet de recrutement, est de se faire souffler l’affaire.
Il doit faire vite pour trouver les candidats qu’il va présenter à son client, avant que ce dernier trouve par lui-même ou qu’un autre cabinet de recrutement le double en proposant des candidats à sa place, s’il n’a pas de contrat d’exclusivité.

De plus, les candidats, eux-mêmes, cherchent à éviter les cabinets de recrutement, pour s’adresser en pseudo candidature spontanée, directement, à l’entreprise.

C’est la raison pour laquelle, les annonces sur Internet sont vagues, très vagues. Nombreuses sont maintenant les annonces qui indiquent « société leader sur son marché », ou/et « En Ile-de-France » ou « Est de la France ».
C’est-à-dire que les indications qui permettraient de découvrir le nom, la branche professionnelle ou la situation géographique de l’entreprise cliente, sont absentes ou inutilisables.

En conséquence de quoi,

  1. le cabinet reçoit des candidatures superflues car ne correspondant pas aux critères
  2. des candidats hésitent à postuler, ne sachant pas où la galère pourrait les amener
  3. l’employeur a des difficultés à trouver le candidat ou la candidate qui occupera le poste qu’il propose

3. Se débrouiller seule pour trouver l’employé qui lui convient

Lorsqu’une entreprise décide de se débrouiller seule, c’est principalement pour économiser sur les prestations des cabinets de recrutement, pas sur le prix des annonces.

Si l’employeur dispose d’un service RH ou service du personnel, c’est son responsable qui rédigera une annonce, sinon il l’a rédigera lui-même.

Auparavant, il aura sollicité son réseau professionnel, des collègues, des voisins, pour savoir s’ils auraient reçu des CVs qui pourraient convenir.

Il consultera aussi les CVs dans les sites d’emploi et dans les réseaux sociaux, sous réserve de savoir s’y prendre et de passer relativement peu de temps, en fonction du poste à pourvoir.

  • Il « ratissera » court
  • Il aura moins de candidatures
  • Les candidatures seront peut-être moins qualifiées
  • Il devra passer du temps à analyser les CVs et les lettres de motivation ainsi qu’à recevoir les candidats
  • Il retiendra la personne qui lui conviendra sans avis d’un professionnel

Comme il se nommera dans l’annonce ou contactera des candidats potentiels, le recrutement sera moins coûteux et globalement plus court.

Le recrutement direct par un employeur est souvent utilisé pour des postes de non cadres, et/ou avec une proximité géographique très proche.

Si vous êtes employeur, racontez-nous vos difficultés de recrutement ?

Si vous êtes candidat (e), que mettez-vous dans votre lettre de motivation, en l’absence d’indication sur l’entreprise ?

Venez visiter notre site dédié à la recherche d’emploi,

où vous trouverez plus de 1000 liens vers des sites d’emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Offre d’emploi et petites annonces ne pas confondre
Quiz sur la recherche d’emploi
Embauche conseils pratiques

Préparation à un entretien de réseau social
La prise du nouveau poste, du nouvel emploi
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 6 Emploi

Tous les articles de la catégorie se trouvent regroupés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La pyramide de Maslow


La pyramide de Maslow

La pyramide de Maslow

Le psychologue Abraham Maslow, après étude sur le comportement humain de 1939 à 1943, définit une hiérarchisation des besoins humains, dans le but de définir les leviers de la motivation.
Son raisonnement est qu’un besoin supérieur ne peut apparaitre que quand les besoins inférieurs sont comblés.

  1. Sa pyramide part des besoins physiologiques, primaires voire « animaux » de survie, tels que nourriture, eau, air, sommeil…
     
  2. Vient ensuite le besoin de sécurité physique; vêtements, toit, foyer…
     
  3. Les besoins sociaux ou de reconnaissance; l’humain au sein de ses semblables a besoin d’échanges et de savoir qu’il est utile, qu’il compte pour les autres.
     
  4. Le besoin d’estime est le besoin de signes d’appréciations positifs que les autres émettent vers lui.
     
  5. Finalement la réalisation de soi est l’affirmation de son individualité, la touche tout à fait personnelle ou ce qui identifie l’individu de manière « unique » au sein des autres.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron
Ne passe pas de temps à la recherche d’un obstacle
Règles pour être un humain

Les 10 principes du Pacte Mondial des Nations-Unies
Paix Mondiale : Les 23 indices
Les 7 systèmes de valeurs personnelles

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 5 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :