Contrôle de référence, côté recruteur


La vérification des références est prioritaire

Quand contacter les référents ?contrôle de référence dans un recrutement

Plus le poste proposé est élevé dans la hiérarchie et plus la vérification des références devient indispensable pour un recruteur, professionnel ou employeur direct.

Lorsque vous contactez un candidat ou une candidate pour un poste de cadre, et à plus forte raison, pour un poste de cadre supérieur, il est préférable d’annoncer la couleur tout de suite : Vous voulez des références.

Vous pouvez l’annoncer dès le premier appel téléphonique, celui qui vous permet de vous assurer que la personne contactée est vraiment intéressée par votre proposition de poste.
Procéder ainsi vous permettra d’éviter de perdre votre temps à rencontrer le (la) candidat (e), si elle ou il refuse de vous donner des noms et des coordonnées de personnes à contacter.
il en est de même en cas d’hésitation ou tout autre réaction de sa part qui provoquerait un doute.

Vous pouvez aussi attendre le premier entretien d’embauche, celui qui va vous permettre de retenir les candidats intéressants et perdre moins de temps à contacter les référents.

Pas de décision hâtive

Souvent, le contrôle de référence a pour objet de confirmer la décision que vous avez prise sur le choix du futur collaborateur ou future collaboratrice.

En fait, le contrôle de référence fait partie du processus de recrutement au même niveau de l’entretien d’embauche ou l’examen du CV et de la lettre de motivation, quand elle existe.

C’est pourquoi, il vaut mieux réserver son choix pour après le contrôle de référence de tous les candidat (e) s.

Téléphone ou mail

L’avantage du téléphone est d’avoir un échange direct avec le référent.
L’inconvénient est de parvenir à la joindre, ce qui est toujours compliqué car les référents sont souvent des cadres supérieurs peu disponibles.
De plus, La durée d’une conversation téléphonique reste limitée.

L’avantage du mail est que vous pouvez écrire, tout de suite et en quelques mots, le motif de votre prise de contact, en signalant que vous souhaitez évoquer l’expérience de celle ou celui qui vous envisagez de recruter, pour quel poste et avec quelles responsabilités.

L’autre avantage du mail est que la réponse est également, généralement, donné par écrit en retour de mail.
Elle est souvent courte et vous permet de savoir si un appel téléphonique vaut la peine pour en savoir plus.

Sur quels points insister ?

Le pire pour un employeur est de se tromper sur son futur collaborateur, celui ou celle, avec qui il va travailler au quotidien et qui va le représenter auprès des autres salariés de l’entreprise ou de l’organisation.

C’est pourquoi, après s’être assuré de l’expérience du candidat, il faut poser la question de ses points faibles à la personne de référence, avec délicatesse.

Il est préférable de demander conseil sur les améliorations à apporter au comportement ou aux savoir-faire du candidat (e), plutôt que de foncer tête baissée dans la demande d’une liste de faiblesses à compenser.

Recoupez vos informations

Plusieurs référents sont nécessaires pour se faire une idée précise de votre futur (e) collaborateur (trice).

Il y a ceux qui sont cités par le candidat lui-même et les autres.
Les autres sont ceux que vous trouvez dans les réseaux sociaux, anciens chefs ou collègues, voire anciens collaborateurs, ou ceux qui continuent de travailler avec elle ou lui.

Foin de complaisance, vous aurez ainsi confirmation des avis des personnes de référence citées par le (la) candidat (e), ou sujet à réflexion, dans le cas contraire.

Dans les louanges ou les critiques, il vous reste à faire la part des choses, car les unes et les autres sont soumis à l’appréciation du référent et à ses relations personnelles avec le candidat.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi
Les sources de stress du recruteur

Les 6 raisons principales des recrutements difficiles
Recrutement : Difficile de choisir entre les 2 finalistes
Le coût d’un recrutement et de l’intégration

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les prémices d’un plan stratégique informatique


Plan stratégique informatique : par quoi commencer ?

plan stratégique informatiqueUn plan stratégique informatique est une déclinaison d’un plan stratégique d’entreprise.

Si vous faites partie des plus proches collaborateurs du dirigeant de l’entreprise, alors vous devez connaître sa vision pour assurer la pérennité et de développement de l’entreprise. Sinon, vous devez attendre qu’il vous soit communiquer ou que vous le demandiez.

En fonction de cela, vous pouvez décliner ce plan global dans le domaine de l’informatique et des télécommunications.

Cependant, avant de vous lancer, il convient de savoir où en est la situation actuelle.

Commencez par établir un état des lieux :

Matériels et logiciels

Faites un inventaire de tous les ordinateurs, écrans, imprimantes, serveurs, et des équipements annexes, c’est-à-dire switchs, armoires, systèmes de sécurité, climatisation, câblage, caméras, etc.

Dès que l’organisation possède plusieurs établissements ou que le nombre d’utilisateurs commence à être important, il est possible de se procurer un logiciel qui permet un inventaire de tous les programmes et systèmes présents dans les réseaux locaux de l’entreprise, voire à distance aussi. Sinon, il faut le faire « à la main ».

Cela permet d’avoir, en détail, les versions de logiciels et de déterminer les mises à jour nécessaires, ainsi que d’éventuelles failles de sécurité et les besoins en puissance ou/et en place disponible sur des disques durs.

Cartes des réseaux

Dessinez une carte des télécommunications si vous avez plusieurs établissements à gérer ou s’il y a des ordinateurs portables de votre organisation qui se promènent en dehors de vos murs.

Vous y ajoutez la carte de chacun des réseaux locaux.

Vous décelez ainsi les besoins de clarification de la nomenclature des matériels, le débit des lignes et les besoins d’extension, surtout s’il y a des déplacements à l’étranger, toujours coûteux à l’utilisation

Les contrats

C’est souvent parmi les contrats que l’on a des surprises. Par exemple, un contrat de maintenance sur un matériel qui a été supprimé, ou des clauses d’exclusivité ou encore des pratiques qui n’existent plus chez les fournisseurs.

Tous les contrats, spécifiques pour le service informatique sont à vérifier :

  • Contrats de maintenance de matériels ou/et de logiciels
  • Licences et mises à jour
  • Location ou financement
  • Prestations externes

Les factures sont également à vérifier en fonction du budget autorisé en interne.

Une liste de contrats à renégocier peut ainsi être établie pour les dépenses les plus importantes.

Les projets informatiques

Listez tous les projets en cours ou prévus et leur état d’avancement que ce soit pour des développements spécifiques ou la mise en oeuvre de progiciels.

Rencontrez les différents responsables : Directeurs, chefs de service.
Rédigez un compte-rendu de ces entretiens, avec la liste d’améliorations ou de nouveautés qu’ils demandent et mettez-y une priorité pour chacune

Estimez la durée prévue pour chacun des projets, ceux en cours et ceux à venir

Une fois tous ces renseignements rassemblés, vous aurez une idée plus précise de la situation actuelle et éventuellement des principaux projets futurs.

Plan stratégique informatique

Tous les éléments ci-dessus serviront de base à votre plan stratégique informatique.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Objectifs pour définir un plan stratégique informatique
RGPD : Le registre des activités de traitement
PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?

Sommaire d’une charte informatique
Évolution de l’informatique dans l’entreprise
Liste des Coûts et Produits des projets informatiques

Autres Informatique et Management :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Palmarès des moyens les plus utilisés par les employeurs


Les moyens les plus utilisés par les employeurs dans le processus de recrutement

employeur ou employéLes entreprises ont des besoins de personnels pour assurer la bonne marche et le développement.

L’augmentation du Chiffre d’affaires va de pair avec le recrutement. Embaucher permet de déléguer des tâches qui nécessitent des compétences que le chef d’entreprise maîtrise mal ou qui lui prennent trop de temps.

De leur côté, les chercheurs d’emploi multiplient les sources de diffusion de leurs CV et leur présence sur la toile pour se faire voir, montrer leur savoir-faire dans l’espoir d’intéresser un chasseur de tête ou directement un employeur.

Une étude réalisée à la demande de Pôle emploi, en 2017, donne le palmarès des moyens utilisés pour trouver des profils qui correspondent aux critères de recherche de l’employeur.

Les entreprises utilisent plusieurs canaux pour trouver leur futur (e) employé (e)

67% Le réseau ou bouche-à-oreille

64% Les candidatures spontanées

45% Le contact avec d’anciens salariés

40% Les offres d’emploi diffusés en ligne sur Internet

40% Les services d’un organisme tel Pôle emploi ou cabinet de recrutement

17% Les CV présents dans des CVthèques autres que sur les jobboards

14% Les réseaux sociaux, LinkedIn en tête

12% Les offres d’emploi sur un site carrière

 9% Les salons et forums de l’emploi

 7% Les offres diffusées dans la Presse écrite

Les sites incontournables pour les entreprises

Pour trouver des profils, les employeurs ont le réflexe de s’adresser, dans l’ordre aux sites suivants :

1. Pôle emploi

2. Les sites emploi spécialisés

3. Les sites emploi généraliste

Vous trouverez plus de 1000 liens vers des sites d’emploi sur le site de Boosteremploi.

Les moyens pour choisir le futur collaborateur

Aucune surprise, le contact humain direct est le mode de choix principal. Cependant les outils internet présentent l’avantage de faire gagner du temps.

97%  L’entretien d’embauche

23%  Le téléphone

 4%  La visioconférence

Source : Studyrama Emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les sources de stress du recruteur
Recrutement : Attirer les talents façon 21ème siècle
Les étapes du recrutement côté entrepreneur

Employeur : Les Aides à la Préparation Opérationnelle à l’Emploi ou POE
Les missions de Pôle emploi
Fiche de poste : Que doit-elle contenir ?

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 17 Emploi
Récapitulatif 17 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises


Trouver des talents dont une entreprise a besoin passe aussi par le web 2.0.

comparaison web 2.0 et web 1.0Le recrutement social, ou recrutement conversationnel est un mélange de deux orientations qu’une entreprise doit suivre pour attirer les compétences qui lui manquent.

Attirer les futurs collaborateurs

Pour attirer les futurs collaborateurs, l’entreprise doit être irréprochable dans son image numérique, c’est-à-dire l’image qu’elle donne d’elle-même sur Internet, mais encore elle doit être en mesure d’échanger des propos avec ses clients et tous ceux qui travaillent ou travailleront pour elle.

Elle doit avoir un site web, pour se présenter et présenter ses produits et/ou services. Faire en sorte que celui-ci soit attractif.
Les services marketing ou de communication interne ou des sociétés spécialisées sont là pour ça, avec l’aide des informaticiens.

L’entreprise doit aussi être présente sur les principaux réseaux sociaux : Facebook, Google+, Twitter.

Elle peut aussi ouvrir un ou des blogs, selon le besoin.

Et surtout, il faut qu’elle affecte un gestionnaire de communauté ou community manager pour s’en occuper, pour animer les échanges avec les lecteurs.
C’est le point focal pour le service RH qui va alors demander d’agir pour la recherche de talents à intégrer à l’entreprise dans la deuxième orientation.

Chercher, trouver, séduire

Après avoir défini clairement et d’une manière exhaustive la liste des critères du recrutement, l’entreprise va commencer par utiliser les méthodes classiques pour recruter : sa propre CVthèque ou celles sur Internet, le bouche-à-oreille, la publication d’annonces.

Certaines de ces méthodes impliquent de disposer d’un budget de recrutement, lequel n’est pas extensible.
Les directions demandent d’en faire plus avec moins. Cela touche aussi les services RH.

C’est alors que la recherche de talent se porte sur l’utilisation des moteurs de recherche sur Internet et à l’intérieur des réseaux sociaux. Plus un réseau social contient de profils, plus l’entreprise a des chances de trouver des candidats potentiels pour pourvoir le poste en son sein.

Elle utilise les mots-clés et leurs synonymes, tels que défini dans le profil idéal et se met à surfer.

Quand une personne affiche un profil qui correspond à un ensemble suffisant de mots-clés, donc de compétences recherchées, l’entreprise contacte le potentiel collaborateur et engage une conversation.

Le contact est établi par échange de messages, puis, si le potentiel collaborateur est intéressé alors

le processus de recrutement repart plus classiquement,

par un contact téléphonique, une convocation à un entretien en face-à-face ou par vidéo.

Le CV classique, sur deux pages maximum, est moins utile que dans un processus de recrutement entièrement classique, dans la mesure où l’essentiel des compétences qui intéressent l’entreprise ont déjà été découvert par l’entreprise.

Il n’empêche que le CV est néanmoins demandé, car il permet à l’entreprise d’avoir en peu de lecture le parcours du futur collaborateur et de classer les CV dans sa propre CVthèque.

Quant à la lettre de candidature, elle est inutile puisque c’est l’entreprise qui a « chassée », à moindre frais, le candidat.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Préparation à un entretien de Réseau Social
Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Génération W ou babyboomers

Comment favoriser le renouvellement et le dynamisme des organisations
Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Utiliser Twitter pour trouver un emploi, un candidat

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Management

D’autres articles vous attendent dans ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le sourcing dans le recrutement 2.0


Une technique récente dans la recherche d’emploi est le sourcing 2.0

Bref historique des moyens utilisés dans le recrutement

baguette de sourcierAuparavant, lorsqu’une entreprise cherchait à embaucher, elle passait une annonce dans le journal local ou affichait son offre d’emploi sur sa vitrine. Techniques simples et toujours efficaces, bien que limitées dans le nombre de personnes atteintes.

Ensuite, l’annonce s’est informatisée et se trouve désormais sur Internet, dans le site de l’entreprise ou/et dans des sites spécialisés de diffusion d’offres d’emploi.

En parallèle et selon le poste à pourvoir, l’entreprise fait appel à aux services d’un cabinet, spécialisé dans les Ressources Humaines, pour se charger de filtrer les candidatures et lui proposer les candidats qui répondent le mieux au cahier des charges du poste.

De même, l’entreprise informe ses différents contacts de l’existence du recrutement, en passant par le bouche à oreille, des salons de l’emploi.

Une technique récente, apparue avec l’Internet est la possibilité de trouver un candidat parmi les CVthèques, réservoir de CV que les chercheurs d’emploi remplissent, avec plus ou moins de succès selon les mots-clés employés dans le texte du CV

Le sourcing 2.0 va plus loin

C’est l’utilisation des moyens modernes d’accès aux milliards de pages d’Internet dans le recrutement et la recherche d’emploi.

Les réseaux sociaux, Facebook en tête avec ces centaines de millions de profils de candidats potentiels et qui ne le savent pas toujours, sont une source d’informations quasi inépuisable.

Les moteurs de recherche sont de plus en plus sophistiqués et permettent une sélection de plus en plus pointue de pages contenant les informations qui correspondent aux mots-clés recherchés.

Devant le nombre considérable de milliards de pages accessibles par Internet, les internautes utilisent de plus en plus des expressions ou une association de plusieurs mots pour affiner leurs recherches.

Les réseaux sociaux sont nombreux et diversifiés. Certains, comme Viadeo et LinkedIn, sont des sites de professionnels. D’autres sont plus généralistes, comme Twitter, tout en étant beaucoup utilisés par des professionnels qui font part de leurs expertises.

Blogs et réseaux sociaux contiennent donc toutes les informations utiles et nécessaires à un recruteur pour trouver des profils, des CV, des compétences, qui correspondent aux besoins de l’entreprise qui cherche à embaucher.

Ça marche dans les deux sens !

Pour se faire connaître, pour avoir l’avis des consommateurs, les entreprises utilisent les mêmes canaux de diffusion de l’information : le fameux net 2.0. C’est-à-dire les réseaux sociaux avec des pages d’entreprise et les blogs. Les deux permettent le dialogue avec les consommateurs, les clients, les prospects. Non seulement, l’entreprise peut vendre ses produits et ses services via Internet, mais aussi échanger avec les internautes.

Les gens n’hésitent plus à donner leur avis, en faveur ou à l’encontre d’un produit, d’un service, d’une entreprise.

Toutes ces données constituent aussi une source d’informations pour les personnes en recherche d’emploi.

La rencontre

Le recrutement trouve les profils qui conviennent au poste à pourvoir et le recruteur prend contact avec les candidats potentiels. C’est ce qu’on appelle aussi le chasseur de tête.

De l’autre, les candidats ont toutes les informations nécessaires pour rédiger une lettre de candidature spontanée qu’ils adressent aux entreprises qui les intéressent.

D’un côté comme de l’autre, à un moment, la rencontre se fait. L’entretien d’embauche est, à nouveau, le point convergent des différentes techniques précédentes et le processus de recrutement se poursuit, plus classiquement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un accompagnement adapté à votre cas, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Changement : Dix conseils pratiques pour en gérer la conduite
Embauche conseils pratiques
Utiliser Twitter pour trouver un emploi, un candidat

Quiz sur la recherche d’emploi
Préparation à un entretien de Réseau Social
Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise

Autres Emploi, Informatique et management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Informatique
Récapitulatif 10 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise


Comment savoir si vous avez une bonne ou une mauvaise réputation sur Internet ?

le choc de la découverte de sa réputationPour Vous ou pour celle de votre entreprise ou future entreprise, il est important de savoir ce que les internautes peuvent lire de vous.

Ces internautes peuvent être vos amis ou vos détracteurs, de simples curieux, des voisins, et aussi votre patron, votre chef, vos collègues, un recruteur ou un futur employeur.

Pour connaître votre e-réputation, il faut faire comme eux et chercher des informations vous concernant.

Moteurs de recherche

Bien qu’il y en ait un de très dominant, chaque moteur de recherche donne des résultats différents.

Vous pouvez vous contenter de plus utilisé.
Pensez aux autres, surtout si vous trouvez des informations négatives à votre égard.

Dans une recherche d’emploi, cherchez des informations sur votre futur employeur : son site Web, des articles de Presse, ses propres annonces, ses offres d’emploi.

Échangez sur l’entreprise avec des anciens ou actuels employés, sur les réseaux sociaux.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont plus nombreux que les moteurs de recherche.

Néanmoins, même si vous n’en faites partie d’aucun, d’autres peuvent parler de vous.

Il est donc important que vous alliez y faire un tout, ne serait-ce que pour utiliser la recherche des articles, tweets, billets, et autres images qui évoquent votre nom ou montre des images ou photos de vous, seul(e) ou en groupe.

Ayez du bon sens

Internet est une place publique où tout ce qui s’y trouve est exposé à tout le monde.

Même lorsque vous utilisez un paramétrage qui est censé assuré la confidentialité de vos informations.
A partir du moment où vous autorisez une seule de vos amis à voir ce que vous publiez, vos informations peuvent être reprise et transférées à d’autres.

Un secret partagé n’est plus un secret.

Ne donnez jamais des informations bancaires, vos mots de passe ou toute autre information qui permettrait d’usurper votre identité, au risque de vous voir sali(e) de réputation et même dépouillé(e) de votre argent.

Écrivez bien et correctement

Premier aspect : votre style d’écriture

Votre style d’écriture va vous faire une bonne ou une mauvaise réputation, selon que vous utilisez

  • un langage ordurier ou vulgaire,
  • des abréviations à la SMS,
  • des fautes de grammaire ou de conjugaison
  • ou un peu de tout ça,

ou alors que

  • vous faites de belles phrases,
  • vous vouvoyez les gens au lieu de les tutoyer,
  • lire ce que vous écrivez est bien rédigé,

votre message passera plus ou moins facilement.

Deuxième aspect : vos propos

Là encore, si vous rédigez un contenu amical, professionnel, passionné sur des sujets intéressants ou
si dénigrez, insultez, répéter des propos diffamants ou qui portent atteinte à la vie privée,
ceux qui vous liront se feront une idée de votre personne positive ou négative

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Même mot de passe partout Une mauvaise idée
Internet : Les femmes ne surfent pas comme les hommes
Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook

Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie
Services de lutte contre la cybercriminalité

Autres Informatique et Sécurité:

Récapitulatif 6 Sécurité
Récapitulatif 8 Sécurité
Récapitulatif 8 Informatique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook


Une pratique de plus en plus dénoncée : des employeurs demandent les codes d’accès à Facebook

Facebook merci d'être passéUne pratique née aux États-Unis

Jusqu’ici, la e-réputation permettait aux (futurs) employeurs de vous connaître au travers des informations que vous diffusez sur les réseaux sociaux, Facebook en tête

De nombreuses mises en garde contre le contenu de votre blog, votre page Facebook ou votre site Web ont permis à nombre d’entre vous de mettre en place des mesures de protection sur les droits, les autorisations de consultation de vos informations à vos « amis ». L’arrivée de Google+ a introduit la notion de regroupement d’amis dans des cercles pour lesquels, vous pouvez gérer des autorisations différentes.

Oui, seulement voilà, cela ne suffit plus !

En effet, lors des entretiens d’embauche, frustrés, trop curieux et sans-gêne, des employeurs ont trouvé la parade : ils demandent carrément les codes d’accès (pseudo, compte, mots de passe) à vos informations présentes, personnelles ou non, à la liste de vos amis, à vos photos, privées, confidentielles ou non, présentes sur les réseaux sociaux.

Fini la vie privée, aussi en Europe ?

Une loi est proposée aux Etats-Unis, avec pour objectif d’interdire cette pratique et de sanctionner les employeurs qui la poursuivrait, et même qui seraient dénoncés par des employés ou candidats qui auraient fait l’objet de pression en vue de devoir fournir leurs codes d’accès

Ma proposition de solution

Que les réseaux sociaux mettent en place un système qui permet d’utiliser le même pseudo avec un deuxième mot de passe.

Ainsi, l’employeur ou/et le recruteur qui utiliserait ce second mot de passe, aurait un accès limité à des informations non confidentielles, qu’il considérerait comme confidentielle : un faux en quelque sorte.

Non seulement, il serait pris au piège de fausses informations, mais, en plus, une alerte automatique et secrète, avertirait directement un service de police de l’intrusion frauduleuse, de façon à ce que la trace numérique (ordinateur qui accéderait aux informations des fausses pages, adresse IP, voire identification de celui qui accéderait par utilisation de ce second mot de passe) soit diffusée ou/et transmise.

Bien sûr, ce système serait rapidement détourné par les contrevenants. Du moins, il permettrait de freiner ceux qui hésiteraient à se lancer à vous réclamer vos codes d’accès.

Que pensez-vous de ma proposition ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour répondre ou avoir plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment se protéger sur Facebook
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide
Même mot de passe partout : Une mauvaise idée

Recrutement en ligne : attention cheval de Troie
Google + : Le réseau social de Google
Votre e-réputation sur le Web 2.0

Autre Informatique, Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 8 Informatique
Récapitulatif 8 Juridique
Récapitulatif 8 Sécurité

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Informatique et dans les pages Juridique et Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :