Emploi : Se renseigner sur l’entreprise qui recrute


Se renseigner sur l’entreprise qui recrute

recherche de renseignements sur l'entreprise qui embaucheQue vous souhaitez répondre à une annonce ou envoyer une candidature spontanée, vous devez vous renseigner sur l’entreprise.

Lorsqu’une offre d’emploi est publiée, vous avez un bon nombre de renseignements sur l’entreprise qui recrute.
Le nombre d’informations est réduit lorsque l’annonce est passée par un intermédiaire, cabinet de recrutement ou autres entreprises d’intérim, par exemple.

Les informations sont plus nombreuses lorsque c’est l’employeur lui-même qui publie une offre d’emploi.

A l’inverse, en l’absence d’annonce, pour une candidature spontanée, aucune information préalable n’est disponible immédiatement.

De quelles informations avez-vous besoin ?

  • Le nom de l’entreprise
  • Son secteur d’activité
  • Sa taille, c’est-à-dire le nombre d’employés
  • Son appartenance à un Groupe
  • Le nombre et la position géographique de son siège et de ses éventuels établissements
  • Ses coordonnées, plus précisément l’adresse de l’établissement où envoyer sa candidature C’est-à-dire son adresse postale, son numéro de téléphone
  • La santé financière de l’entreprise, notamment son chiffre d’affaires et son évolution à la hausse ou à la baisse
  • Les produits ou/et les services qu’elle propose
  • Sa zone de chalandise : locale, régionale, nationale, internationale
  • Son historique, son âge
  • Son actualité du moment
  • La structure interne à l’entreprise, son organigramme
  • Le nom de ses dirigeants
  • Le nom de la personne à qui envoyer sa lettre de candidature, ainsi que son adresse mail
  • Son mode de fonctionnement interne, style de management, communication interne et externe
  • Ses besoins en personnel, principalement sur le poste que vous souhaitez occuper
  • Son mode de recrutement

Où chercher les informations dont vous avez besoin ?

En dehors de l’annonce, quand il y a une offre d’emploi, vous allez trouver des informations par les canaux suivants :

  • Auprès d’une ou plusieurs personnes qui connaissent l’entreprise, de préférence celles qui y travaillent ou qui y ont travaillé récemment. C’est ce qu’on appel son réseau.
  • Dans la Presse, surtout la Presse locale, qui relate des évènements liées à ou organisées par l’entreprise ou sur ses dirigeants
  • Par l’intermédiaire de la communication externe de l’entreprise, sa publicité, son activité évènementielle, ses produits et services, surtout quand il s’agit d’une entreprise qui possède un ou des établissements ouverts au public, magasin, administration, association, etc.
  • Sur Internet, devenu la première source d’information, en dehors de votre propre réseau de contacts personnels

La suite de cet article se trouve dans ce prochain article : La recherche d’information sur Internet.

Philippe Garin

Pour vous faciliter le recrutement, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 007 : Garde toujours les oreilles ouvertes
Être informé à temps pour agir
Emploi chauffeur ou une belle arnaque

Start-up : 10 clés du succès
Créer son propre emploi : oui, non, peut-être
Reconversion : Motivation et décision, le mode d’emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Critiquer sans blesser : Mode d’emploi


Comment critiquer tout en évitant de blesser

critiquer sans blesserVous voulez ménager la susceptibilité de la personne à qui vous avez des reproches à faire, tout en lui faisant part de votre critique.

Un préalable à une critique est qu’elle soit basée sur une absence ou une déviation d’une consigne ou d’une règle, implicite ou explicite, connue des deux protagonistes.

Voici 7 règles pour critiquer sans blesser

1/ Entre 4 yeux

Éloignez tout spectateur ou auditeur à proximité. Si la conversation a un témoin, la personne critiquée se sentira plus vulnérable que dans une conversation strictement privée.

2/ Un mot gentil

Commencez par un mot gentil, histoire de mettre votre interlocuteur dans un état d’esprit réceptif plus positif que si la personne s’attend à des reproches.

3/ Des faits

La critique doit porter sur des faits, un acte fait ou absent, la qualité d’une action, etc. C’est l’acte ou son résultat que vous critiquez, pas son auteur.

4/ Des précisions

Il est facile d’expliquer ce qui aurait fallu faire ou comment le faire à la personne que l’on critique, sous réserve qu’elle soit prête à comprendre les explications et qu’elle comprenne ce qu’elle aurait dû faire.

5/ Demande

Il est plus facile, quand on est critiqué, de répondre à une demande, surtout quand il s’agit de corriger ou de reprendre ce qui a été mal fait ou absent. Remettre la personne critiquée dans l’action en lui demandant de se corriger, c’est donner une chance supplémentaire de rectifier l’erreur.

6/ Maintenant

Une accumulation de reproches, surtout lorsque d’anciennes critiques reviennent dans la conversation, c’est augmenter le stress, l’énervement et les blessures. La critique doit porter uniquement sur l’acte qui vient de se produire ou qui est absent, en faisant abstraction d’autres événements passés. Ceci implique de critiquer au fur et à mesure sans accumuler des reproches qui sortiront tous à la fois.

7/ Conclure positivement

Un geste, un mot d’encouragement va relancer la personne critiquée vers le bon chemin. Elle se mettre d’autant plus facilement à corriger son erreur ou à faire ce qu’elle a omis de faire, dans la mesure où la possibilité de correction existe, sinon elle tiendra compte de la critique pour éviter de reproduire son erreur.

Philippe Garin

Pour améliorer votre style de management, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Management participatif : Les critiques
Licenciement pour insuffisance professionnelle

Entrevue d’embauche : Parlez-moi d’une de vos erreurs
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Nouvel emploi : une réprimande met-elle l’intégration en danger ?

Autres Communication et Management :

Récapitulatif 17 Communication
Récapitulatif 17 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Niveaux de langue européens : Écrire


Grille d’autoévaluation du référentiel européen des langues 3/3

écrireDernière des 3 grilles d’autoévaluation, celle-ci porte sur la capacité à s’exprimer par écrit dans une langue autre que sa langue maternelle.

À chacun de se faire sa propre opinion de son niveau réel de connaissances d’une langue étrangère

Les autres volets sont : COMPRENDRE et PARLER.

Écrire

Niveau A1

Je peux écrire une courte carte postale simple, par exemple de vacances.
Je peux porter des détails personnels dans un questionnaire, inscrire par exemple mon nom, ma nationalité et mon adresse sur une fiche d’hôtel.

Niveau A2

Je peux écrire des notes et messages simples et courts.
Je peux écrire une lettre personnelle très simple, par exemple de remerciements.

Niveau B1

Je peux écrire un texte simple et cohérent sur des sujets familiers ou qui m’intéressent personnellement.
Je peux écrire des lettres personnelles pour décrire expériences et impressions.

Niveau B2

Je peux écrire des textes clairs et détaillés sur une grande gamme de sujets relatifs à mes intérêts.
Je peux écrire un essai ou un rapport en transmettant une information ou en exposant des raisons pour ou contre une opinion donnée.
Je peux écrire des lettres qui mettent en valeur le sens que j’attribue personnellement aux événements et aux expériences.

Niveau C1

Je peux m’exprimer dans un texte clair et bien structuré et développer mon point de vue.
Je peux écrire sur des sujets complexes dans une lettre, un essai ou un rapport, en soulignant les points que je juge importants.
Je peux adopter un style adapté au destinataire.

Niveau C2

Je peux écrire un texte clair, fluide et stylistiquement adapté aux circonstances.
Je peux rédiger des lettres, rapports ou articles complexes, avec une construction claire permettant au lecteur d’en saisir et de mémoriser les points importants.
Je peux résumer et critiquer par écrit un ouvrage professionnel ou une oeuvre littéraire.

Source : Europass

Philippe Garin

Pour une lettre de motivation efficace, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lettre de motivation : 3 conseils de base
Rédiger un rapport d’activité dans une entreprise pour la première fois
Orthographe, grammaire, conjugaison … ; Points forts ou points faibles

Fautes de français : dur dur, pas glop, nase, grave !
Méthode de rédaction de la documentation utilisateur
Texte dans un site Web : 20 questions à se poser avant de rédiger

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 16 Communication
Récapitulatif 16 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Management participatif : Le chef décide après


 

La prise de décision est TOUJOURS l’apanage du chef

Les décisions les plus importantes nécessitent une réflexion.Ne pas déranger équipe au travail

Un bon chef va réunir ses collaborateurs, leur exposer la problématique, sans fournir de piste initiale de réflexion.
Il va les inciter à ce qu’ils fassent part, ouvertement et sans critique sur la personne, de leurs réflexions au groupe et à lui-même.

C’est parmi ses proches collaborateurs, réunis ensemble pour réfléchir, que le chef écoute et alimente sa propre réflexion avec celles des autres.

L’émulation de groupe peut, certes, générer des tensions entre les collaborateurs. Son rôle est de faire baisser cette tension. C’est d’autant plus facile lorsque le style de management est participatif, car les collaborateurs savent alors ce que leur chef attend d’eux.

Le plus important est de faire avancer la réflexion, surtout lorsque les décisions à prendre sont les plus importantes, en particulier celles qui sollicitent du manager, son intelligence, sa sagesse, ses compétences et sa compassion.

De telles réunions servent lors de questions qui demandent l’assentiment de tous les proches collaborateurs. Plus l’enjeu est important et plus le manager a besoin de prendre une décision qui ne fasse pas appel à sa seule intuition, bonne ou mauvaise.

La prise de décision appartient entièrement au manager. Le devoir de ses collaborateurs est de lui apporter toutes les informations dont il a besoin pour se décider.

Pour que cela fonctionne,

il faut que les collaborateurs n’hésitent pas à lui faire part de leurs doutes, et même de leurs analyses, surtout si elles sont contradictoires.

Un bon manager n’attend pas de ses subordonnés qu’ils soient des béni oui-oui et disent toujours comme lui. A quoi serviraient-ils alors ?

Le rôle d’un bon subordonné est de critiquer les idées des uns et des autres, en premier celles de leur chef, lorsque c’est nécessaire. C’est à eux que revient le devoir de lui exposer tous les points de vue possibles sur la situation. La libre discussion est une des composantes majeures du management participatif.

Le respect du chef envers ses collaborateurs s’exprime par une grande qualité d’écoute et par une expression de neutralité sereine.

Le chef laisse ses collaborateurs discuter entre eux comme s’il n’est pas là.

Ses interventions visent à définir les prémices d’un éventuel consensus ou à guider la conversation vers une décision finale. Il prendra partie uniquement à la fin de la réunion et des échanges entre participants.

Généralement, au moment où tout le monde semble d’accord sur la solution à mettre en oeuvre, ou la définition de l’objectif à atteindre ou un ensemble de réponses à apporter à la question du débat, la décision à prendre semble si évidente que toute autre prise de décision unilatérale par le chef en devient inutile.

Il est étonnant de constater la facilité avec laquelle certaines solutions sont trouvées lorsque le manager laisse les choses évoluer autour de lui.

La meilleure façon d’évaluer les compétences d’un manager est de voir comment son service fonctionne sans lui. Non seulement, il fait appel à l’intelligence et aux compétences de ses collaborateurs, mais, en plus, ceux-ci savent ce que le manager attend d’eux, qu’il soit présent ou non. En cas d’absence, ils lui feront un compte-rendu.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour en savoir plus, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Prise de décisions
Manager une équipe, c’est en être le coordinateur
Manager une équipe : L’équipe est composée de…

Management participatif : comment ça marche, points forts, points faibles
Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage
Une bonne méthode de conduite de réunion

Autres Management :

Récapitulatif 7 Management
Récapitulatif 10 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pratiquez-vous le management participatif ? Les réponses


Vous reconnaissez vous dans les quelques caractéristiques de management suivantes ?

Management participatifVous êtes, ou vous serez, à la tête d’une équipe, d’un service, d’une association, d’un groupe de personnes amenées à œuvrer ensemble sur un projet.

Votre style de management est de type participatif si vous avez une majorité de bonnes réponses aux questions du sondage

Réponses aux questions :

1) On vous annonce que vous devez diriger une équipe sur un nouveau projet. Que faites-vous en premier ?

2) Vous avez la plus grande satisfaction lorsque…

3) Votre style de management provoque des critiques parce que…

4) Pour une décision non cruciale pour la réussite du projet…

5) Dans les réunions de travail, vous êtes irrité par…

6) Un membre de l’équipe vous préviens peu avant la fin de la journée de travail qu’il ne sera pas prêt pour le lendemain matin

7) En réunion, votre but principal est de…

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les sondages de ce blog
Composition d’une équipe de projet : juniors et seniors
Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Pour être un manager performant
10 conseils pour gérer les premiers jours de manager 1/2

Autres Management :

Récapitulatif 9 Management
Récapitulatif 1-1 Management
Récapitulatif 1-2 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage


Vous reconnaissez vous dans les quelques caractéristiques de management suivantes ?

Management participatifVous êtes, ou vous serez, à la tête d’une équipe, d’un service, d’une association, d’un groupe de personnes amenées à œuvrer ensemble sur un projet.

Pour savoir si votre style de management est de type participatif, répondez aux questions suivantes.

.

Nouveau projet, que faites-vous ?

Votre plus grande satisfaction

Les critiques

Prise de décision

Votre communication

Tenir ses objectifs

Votre but principal

Alors ? Participatif ?
Pour le savoir, lisez les réponses commentées

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les sondages de ce blog
Déléguer ET contrôler, sinon gare aux conséquences !

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Management participatif : comment ça marche, points forts, points faibles
Être manager de nos jours : Entre sa hiérarchie et ses collaborateurs
Motiver un individu, une équipe

Autres Management :

Récapitulatif 6 Management
Récapitulatif 9 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise


Comment savoir si vous avez une bonne ou une mauvaise réputation sur Internet ?

le choc de la découverte de sa réputationPour Vous ou pour celle de votre entreprise ou future entreprise, il est important de savoir ce que les internautes peuvent lire de vous.

Ces internautes peuvent être vos amis ou vos détracteurs, de simples curieux, des voisins, et aussi votre patron, votre chef, vos collègues, un recruteur ou un futur employeur.

Pour connaître votre e-réputation, il faut faire comme eux et chercher des informations vous concernant.

Moteurs de recherche

Bien qu’il y en ait un de très dominant, chaque moteur de recherche donne des résultats différents.

Vous pouvez vous contenter de plus utilisé.
Pensez aux autres, surtout si vous trouvez des informations négatives à votre égard.

Dans une recherche d’emploi, cherchez des informations sur votre futur employeur : son site Web, des articles de Presse, ses propres annonces, ses offres d’emploi.

Échangez sur l’entreprise avec des anciens ou actuels employés, sur les réseaux sociaux.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont plus nombreux que les moteurs de recherche.

Néanmoins, même si vous n’en faites partie d’aucun, d’autres peuvent parler de vous.

Il est donc important que vous alliez y faire un tout, ne serait-ce que pour utiliser la recherche des articles, tweets, billets, et autres images qui évoquent votre nom ou montre des images ou photos de vous, seul(e) ou en groupe.

Ayez du bon sens

Internet est une place publique où tout ce qui s’y trouve est exposé à tout le monde.

Même lorsque vous utilisez un paramétrage qui est censé assuré la confidentialité de vos informations.
A partir du moment où vous autorisez une seule de vos amis à voir ce que vous publiez, vos informations peuvent être reprise et transférées à d’autres.

Un secret partagé n’est plus un secret.

Ne donnez jamais des informations bancaires, vos mots de passe ou toute autre information qui permettrait d’usurper votre identité, au risque de vous voir sali(e) de réputation et même dépouillé(e) de votre argent.

Écrivez bien et correctement

Premier aspect : votre style d’écriture

Votre style d’écriture va vous faire une bonne ou une mauvaise réputation, selon que vous utilisez

  • un langage ordurier ou vulgaire,
  • des abréviations à la SMS,
  • des fautes de grammaire ou de conjugaison
  • ou un peu de tout ça,

ou alors que

  • vous faites de belles phrases,
  • vous vouvoyez les gens au lieu de les tutoyer,
  • lire ce que vous écrivez est bien rédigé,

votre message passera plus ou moins facilement.

Deuxième aspect : vos propos

Là encore, si vous rédigez un contenu amical, professionnel, passionné sur des sujets intéressants ou
si dénigrez, insultez, répéter des propos diffamants ou qui portent atteinte à la vie privée,
ceux qui vous liront se feront une idée de votre personne positive ou négative

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Même mot de passe partout Une mauvaise idée
Internet : Les femmes ne surfent pas comme les hommes
Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook

Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie
Services de lutte contre la cybercriminalité

Autres Informatique et Sécurité:

Récapitulatif 6 Sécurité
Récapitulatif 8 Sécurité
Récapitulatif 8 Informatique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Puis-je prendre des notes en entretien d’embauche ?


Risques et avantages de prendre des notes pendant un entretien d’embauche

Vous savez que vous devez être souriant (e), regarder le recruteur dans les yeux ou juste à côté pour éviter un regard trop rigide.

Seulement voilà, vous hésitez à sortir votre carnet ou votre cahier pour prendre des notes.

Vous risquez de perdre le contact des yeux. Aîe aïe aïe !
A moins, de prendre des notes sans regarder ce que vous écrivez, au risque de ne pas pouvoir vous relire après. Vous donneriez ainsi une image d’une personne pas suffisamment attentionnée aux propos du recruteur. Oufff !

Cela va augmenter votre stress. Brr !

Vous pensez perdre vraiment le fil de la conversation, de donner une image d’un scribe qui note tout pour éviter de perdre ou d’oublier une information. Euhh !

Prendre des notes

Cessez de paniquer !

Ce scénario est purement dans votre tête.

Ce que vous devez faire :

  • préparez papier et crayon ou stylo, attention à la panne d’encre ou au crayon dont la mine casse. Prévoyez du matériel de remplacement.
  • demandez l’autorisation de prendre des notes, par politesse
  • écrivez vos notes en style télégraphique, utilisez des mots-clés au lieu de phrases construites, de façon à pourvoir comprendre vos notes au calme, après l’entretien
  • écrivez sur votre jambe si vous avez un support solide ou sur la table, sans être ni envahissant(e) ni trop timide
  • notez les informations chiffrées, les noms nouveaux : service, personnes et leurs rôles, produits, etc.
  • notez les autres informations vraiment pertinentes et que vous pensez pouvoir oublier, celles qui sont importantes et seulement celles-là
  • écrivez proprement

Aucun recruteur ne vous refusera de prendre des notes. Au contraire, cela montre votre intérêt pour le poste et l’entreprise.

Votre attitude,

pendant la prise de note fournie des renseignements précieux sur votre comportement au travail, au recruteur observateur.

Vous devez écrire calmement, sans casser le rythme de l’entretien, au risque de mettre l’interlocuteur mal à l’aise, quitte à laisser passer quelques informations.

Par contre, si vous les considérez comme importantes, alors demander de « répétez, s’il vous plaît« , et éviter de le faire trop souvent, sinon le recruteur se posera des questions sur votre capacité à prendre des notes au travail.

La part du temps consacré à la conversation doit être supérieure à celle de la prise de notes.

Votre style d’écriture,

la forme de vos lettres sont autant d’indicateurs pour le recruteur. Avec une belle écriture, vous augmentez vos chances.

Mieux vaut éviter d’utiliser un stylo qui bave !

Une autre langue ?

Si vous la possibilité d’utiliser une autre langue européenne, en rapport avec votre origine, vous avez le droit de prendre vos notes dans votre langue.

Les autres langues sont un pari sur la curiosité ou/et la tolérance du recruteur.

Si vous utilisez le chinois ou le thaïlandais, l’impact sera différent que l’hébreu ou l’arabe. C’est un constat, pas une critique. En cas d’hésitation, restez au français. Bien sûr, s’il s’agit d’un poste avec des relations dans les pays qui utilisent ces langues, l’effet sera bénéfique.

Pouvoir écrire dans une langue demandée par l’emploi est un plus très positif : anglais, russe, allemand, italien, espagnol, sont des exemples qui font mouche.

Philippe Garin
Pour booster votre recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

En complément :

Langues : Le référentiel européen commun
Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Congruent Définition Communication verbale et non verbale

Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole
Entretien d’embauche : Erreurs de look flagrantes
PENDANT l’entretien d’embauche

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 5 Communication
Récapitulatif 8 Communication
Récapitulatif 3 Emploi
Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment s’habiller pour un entretien d’embauche


Comment s’habiller pour un entretien d’embauche

costume noir cravate rouge avec motifTout d’abord, ce que vous allez porter pour votre entretien d’embauche, dépend du poste pour lequel vous postulez.

Chaque profession a ses codes vestimentaires et il est impératif de s’y conformer pour avoir une chance de décrocher le job.

Ensuite, ce que vous allez porter dépend de vous. Inutile de vous déguiser, de vous habiller avec des vêtements qui ne vous vont pas. Vous serez déjà suffisamment stressé (e) par l’entretien lui-même qu’il est inutile de lui ajouter un désagrément lié au vêtement.

Le style de l’entreprise joue aussi un rôle.
Il vaut mieux savoir si la cravate, pour un homme, est bannie dans l’entreprise ou obligatoire.
Le pantalon, pour une femme, est-t-il proscrit ou est-ce la jupe ou rien du tout (=aucune restriction) ?

Voici quelques exemples de codes professionnels pour l’habillement :

  • Banque, Finance, Justice : tenue classique, sérieux, rigueur, costume – cravate, chemise blanche pour les hommes, tailleur pour les femmes, couleurs sombres imposées ; bijoux discrets, sobres
  • Social, Médical, Enfance, Informatique : ni trop classique, ni trop original, plutôt confortable et tons pastels
  • Communication, Publicité, Artistique : tenue plutôt originale, colorée, attirante, sans faire dans la démesure. C’est quand même un entretien d’embauche !

La combinaison entre le métier et la branche professionnelle joue aussi un rôle dans le choix de la tenue à porter :

  • Commercial pour une Assurance ou une compagnie Automobile : classique, couleur foncée
  • Commercial dans l’Agro-alimentaire : classique, tons pastels

A éviter impérativement :

  • Fautes de goût, mélange de couleurs entre T-shirt et chemise, entre chemise et cravate, entre tailleur et sac à main
  • Parfum ou eau de toilette trop odorant
  • Vêtements trop aguichants, minijupes, décolletés, bas résille
  • Être décoiffé (e) ou avoir utilisé un gel, accroche-cœur, cheveux en partie rasés, mèches de couleur (rouge, vert, jaune, bleu, etc. sauf dans les milieux artistiques
  • Chaussures sales, talons hauts ou espadrilles
  • Sac à dos, objet encombrant, sac de course (mieux vaut faire ses emplettes après l’entretien d’embauche)
  • Se rendre au rendez-vous la vessie pleine ou autre, ou avoir couru et être en nage

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un conseil personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Trois formes d’entretien d’embauche
Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs
Risques et moyens dans un entretien d’embauche

A retenir pour le déroulement de l’entretien d’embauche
Communiquer correctement pendant un entretien d’embauche
Soyez positif ! Ne dites pas, dites…

Autres Emploi :

Récapitulatif 3 Emploi
Récapitulatif 4 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Trois formes d’entretien d’embauche


Trois formes d’entretien d’embauche

une forme d'entretien d'embaucheLe but de l’entretien d’embauche est le rassurer le recruteur.

On se place dans le cadre de relations humaines

On parle de « se vendre », ce qui veut dire combler un besoin contre une rémunération.

Trois grandes formes d’entretien d’embauche, en face-à-face :

L’entretien non directif

Le recruteur ne dit rien ou presque.

C’est à vous de mener l’entretien :

  • Présentez-vous en deux ou trois minutes
  • Passez la parole, en posant la question : qu’attendez-vous du candidat ?
  • Taisez-vous jusqu’à ce que votre interlocuteur reprenne la parole
  • Répondez à ses questions. Posez les vôtres, que vous avez préalablement bien préparées

L’entretien semi directif

  • Saluez : « Bonjour, content de vous rencontrer »
  • Étudiez le comportement de la personne qui vous reçoit
  • Prenez soin aux types de questions posées : questions fermées ou ouvertes où les secondes vous laissent le choix de la réponse, au risque de répondre à côté de la demande

L’entretien direct, fermé

Le recruteur a préparé de 10 à 20 questions, qu’il pose systématiquement à tous les candidats. En général, son visage et ses gestes sont fermés, aucune expression sur la satisfaction ou non des réponses obtenues.

  • Faites attention au recoupement de vos réponses, qu’il faut avoir préalablement préparés, en sachant pertinemment il est impossible de tout prévoir.
    Il y aura donc des « imprévus » et donc de l’improvisation.

A la question : « Pourquoi est-ce vous que nous devrions choisir ? »,
répondez :      « Je suis celui qui convient le mieux au poste, parce que… »
et surtout pas « Je suis le meilleur pour le poste ». Nuance !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs
Risques et moyens dans un entretien d’embauche
PENDANT l’entretien d’embauche

A retenir pour le déroulement de l’entretien d’embauche
Communiquer correctement pendant un entretien d’embauche
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 3 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Caractéristiques typiques de styles d’organisation et de management


Caractéristiques typiques de styles d’organisation et de management
Frederick Winslow Taylor fondateur du taylorisme

Taylor – Taylorisme

Que vous soyez dans une entreprise, une administration ou une association, vous êtes confronté à un des trois styles d’organisation et de management suivants :


Organisation patriarcale

Organisation bureaucratique

Organisation développée

…..
1. Oppression
.
…..
Tutelle
…..
Développement    personnel
…..
2. Pensée au Pouvoir
.
…..
Pensée au Statut
…..
Objectivité
…..
3. Surveillance
.
…..
Contrôle
…..
Autonomie
…..
4. Mépris
.
…..
Méfiance
…..
Ouverture
…..
5. Obéissance forcée
.
…..
Discipline
…..
Spontanéité
…..
6. Peur
.
…..
Frustration
…..
Satisfaction
…..
7. Motivation par les    sanctions
.
…..
Motivation par l’argent
…..
Motivation par le travail
…..
8. Apathie
.
…..
Indifférence
…..
Engagement
…..
9. Aucune initiative
.
…..
Routine
…..
Créativité
…..
10. Égocentrisme
.
…..
Concurrence
…..
Coopération

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Les différentes sources du pouvoir
La structure des potentialités d’une entreprise
Le projet d’entreprise

Le POUVOIR en entreprise : oui, mais lequel
Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise
Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées

Autres Management :

Récapitulatif 1-1 Management
Récapitulatif 1-2 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quelques exemples de questions lors d’un entretien d’embauche


Quelques exemples de questions lors d’un entretien d’embauche

pour le recruteur et pour le candidatentrevue de sélection embauche

Voici quelques exemples de questions que vous pouvez poser lorsque vous recrutez si vous n’êtes pas à l’aise dans un tel entretien d’évaluation du candidat convoqué pour un entretien.

Ces mêmes questions peuvent servir aux candidats pour se préparer à ce fameux entretien, passage obligé pour décrocher le job souhaité

Sur son passé :

  • Quelle est votre formation ?
  • Quel est votre niveau d’études ?
  • Dans quelles matières étiez-vous le (la) meilleur(e) ? Pourquoi ?
  • Avez-vous gagné de l’argent pendant vos études ? Comment ?
  • Avez-vous participé à des activités extrascolaires ? Lesquelles ?
  • Pensez-vous avoir fait des études dont vous vous sentiez le plus capable ?
  • Si vous deviez recommencer des études, referiez vous les mêmes, ou que feriez-vous ?
  • Quels métiers ont exercé vos parents ?
  • Comment passiez-vous vos vacances ?
  • Que faisiez-vous à la maison étant enfant ?

Sur le présent :

  • Êtes-vous libre actuellement ?
  • Acceptez-vous de vous déplacer fréquemment ?
  • Acceptez-vous de déménager pour ce poste ?
  • Quelle est votre situation de famille ?
  • Que fait votre conjoint ?
  • Quel âge avez-vous ?
  • Depuis quand recherchez-vous du travail ?
  • Avez-vous contacté d’autres entreprises ?
  • Avez-vous d’autres propositions ?
  • Comment avez-vous organisé votre recherche d’emploi ?
  • Avez-vous parlé à votre conjoint de votre candidature ? Qu’en pense-il ?
  • Combien désirez-vous gagner ?
  • Quel était votre précédent salaire ?

Sur son futur:

  • Quel est votre objectif professionnel ?
  • Où vous voyez-vous dans cinq ans ?
  • Que voulez-vous devenir dans notre entreprise ?
  • Quels sont vos objectifs à courts, moyens et longs termes ?
  • Combien espérez-vous gagner à 30, 40, 50 ans ?
  • Quel est votre plan de carrière ?

Sur l’entreprise :

  • Pourquoi voulez-vous travailler dans notre entreprise ?
  • Que savez-vous de notre entreprise ?
  • Pourquoi souhaitez-vous travailler dans une grande (petite) entreprise ?
  • Que pensez-vous pouvoir nous apporter ?
  • Pourquoi et comment pensez-vous participer au développement de notre entreprise ?

Sur le poste :

  • Qu’est-ce qui vous attire dans cet emploi ?
  • Pourquoi pensez-vous vous plaire dans ce genre d’emploi ?
  • Comment imaginez-vous le poste que nous proposons ?
  • Quels peuvent être les désavantages de ce poste ?
  • Si vous étiez totalement libre de choisir votre emploi, quel est celui que vous souhaiteriez occuper de notre société ?

Sur son expérience :

  • Qu’avez-vous principalement apporté à votre précédente entreprise ?
  • Quelles fonctions avez-vous occupées ?
  • Parmi tout ce que vous avez fait, qu’avez-vous le mieux réussi ?
  • Qu’avez-vous le plus aimé, pourquoi ?
  • Parlez-moi de votre expérience professionnelle.
  • Parlez-moi de vos anciens employeurs.
  • Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?

Sur ses aptitudes :

  • Dans le domaine sentez-vous le plus compétent ?
  • Expliquez-moi pourquoi c’est vous que je devrai choisir.
  • Quelles sont, parmi vos aptitudes et expériences, celles qui vous font penser que vous réussirez dans ce poste ?
  • Parlez-vous des langues étrangères ? Lesquelles et avec quelle aisance ?
  • Avez-vous dirigé une équipe ?

Sur sa personnalité :

  • Quels sont vos loisirs ?
  • Quel(s) domaine( s) vous attire (nt) le plus ?
  • Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?
  • Comment vous entendiez-vous avec vos camarades d’école ?
  • Comment vous jugez-vous ?
  • Quelles sont vos qualités et défauts ?
  • Parlez-moi de vous ! Décrivez-vous.
  • Comment acceptez-vous la hiérarchie ?
  • Aimez-vous les responsabilités ?
  • Quelles ont été vos plus grandes responsabilités ?
  • Quelles expériences ont le plus contribué à la formation de votre personnalité ?
  • Quelles ont été vos plus grandes difficultés ?
  • Quel est votre style de travail ?
  • Quel type de patron aimeriez-vous avoir ?
  • Aimez-vous les travaux routiniers ?
  • Admettez-vous les gens qui n’ont pas les mêmes intérêts et la même formation que vous ?
  • Allez-vous jusqu’au bout de ce que vous commencez ?
  • Citez-moi une occasion dans laquelle vous avez fait preuve d’initiative ! (du dynamisme, de la persuasion…)

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Questionnaire recrutement
Des questions difficiles de recruteurs
Questions de recruteurs et exemples de réponses

Plus de questions à poser à un recruteur
A savoir sur le recruteur et le CV
Recrutement : 8 réponses à la question « qu’emporteriez-vous sur une île déserte ? »

Autres Emploi :

Récapitulatif 1 Emploi
Récapitulatif 3 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter