Recrutement : Mensonges et réalité


Comment détecter les mensonges du candidat ?

mentir en entretien d'embaucheLors d’un entretien d’embauche, le chargé de recrutement doit vérifier les dires du candidat. Pour cela, il pose des questions sur le contenu du CV et de la lettre de motivation.

L’un comme l’autre peuvent avoir été arrangés, soit pour une meilleure présentation visuelle, soit pour donner une meilleure image du candidat.

Le CV

La forme est importante, car c’est elle qui permet une lecture fluide et de se concentrer sur le contenu.

Le fond est toujours plus douteux. Le candidat peut avoir enjolivé son rôle ou/et ses compétences, quand il n’a pas menti sur son diplôme.

Pour le diplôme, selon l’âge du candidat, le recruteur se met, de plus en plus souvent, en contact avec l’organisme de formation, pour vérifier l’exactitude du cursus et du résultat des examens.

Un mensonge à ce niveau-là jette une ombre sur le reste du CV et un doute sur la véracité du reste.

Ce que l’on attend du candidat, c’est la capacité à exécuter les actions à mener pour tenir le poste.

Si des compétences sont issues de formation que le candidat n’a pas suivi ou qui n’a donné lieu à aucun diplôme alors le candidat sera éliminé.

Il en est de même pour ses réalisations, c’est-à-dire ce qu’il a fait dans ses postes précédents, notamment chez son dernier employeur ou/et durant les 5 dernières années.

Il est fréquent que les réalisations soient celles d’un groupe, il s’agit donc, pour le recruteur, de définir le rôle exact personnel du candidat.
Participer à une décision est différent de proposer une solution ou prendre une décision.

Le niveau de responsabilité et d’implication sont différents. Or, c’est cela que le recruteur souhaite.

La lettre de motivation

Le mensonge dans une lettre de motivation est très difficile à déceler, pour peu que le candidat soit un beau parleur.

Certains candidats sont tellement bons que ce qu’ils racontent paraient plausible, logique, réel. Mais est-ce une histoire inventée, lue, entendue ou est-elle vraiment arrivée ?

C’est en faisant raconter son histoire que le recruteur va sentir le mensonge en entretien d’embauche.

L’entretien d’embauche

L’entretien d’embauche est l’exercice indispensable pour détecter toute anomalie dans le discours et le parcours du candidat.

Le degré de préparation de celui-ci sera apprécié à son expression.
Le choix de ses mots, ses hésitations et son langage non-verbal sont de bons indicateurs de l’adéquation entre le CV et la lettre de motivation d’un côté, et de l’autre, la réalité du terrain telle qu’elle a été dans les précédents emplois.

Que faire en cas de doute ?

Les techniques sont multiples :

« C’est au pied du mur… »

Si, malgré toutes les précautions et évaluation, le candidat réussit à passer quelques mensonges à travers les filtres du recruteur, il lui reste à réussir sa période d’essai.

Si le travail est exécuté selon les attentes de l’employeur alors les mensonges passeront à la trappe.

S’ils sont détectés après la période d’essai, ils peuvent être motifs d’un licenciement pour abus de confiance ou insuffisance professionnelle.
L’employeur peut même se retourner contre son salarié, surtout s’il s’agit d’un cadre.

Si, au contraire, des lacunes apparaissent dans le savoir-faire du nouvel embauché alors des vérifications supplémentaires risquent de démontrer des mensonges de celle ou celui qui va devenir un ex-salarié (e) très rapidement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien de recrutement : Mentir en entrevue ou se sentir mal à l’aise
Devise 060 : Garde tes mensonges cohérents
Entretien d’embauche : Bonnes et mauvaises raisons de vos départs

Quand répondre à une question provoque des regrets
Entrevue de recrutement : Faute avouée à demi pardonnée
Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : L’écoute pour se mettre au diapason


2 techniques de préparation à l’entrevue d’embauche

techniques de préparationDans un entretien d’embauche, vous pouvez rencontrer un ou plusieurs interlocuteurs, en une seule fois ou en plusieurs entretiens.

Le style d’entretien dépend de chaque recruteur, professionnel ou occasionnel.

Néanmoins, vous avez deux techniques à maîtriser qui vous permettront d’être énormément plus à l’aise dans vos entretiens d’embauche.

Se présenter et prouver

Il existe beaucoup de recruteurs qui commencent l’entretien par « présentez-vous« .

Vous devez donc être en mesure de présenter votre parcours professionnel en quelques minutes, en mettant l’accent sur vos points forts,les plus par rapport au poste à pourvoir.

De plus, cherchez dans votre expérience, des anecdotes, des faits, circonstances, actions et résultats, que vous allez raconter en guise de réponses aux questions du recruteur.

Plus vous illustrerez par ces exemples ce que vous dites et plus vous serez crédible.

Observer et s’adapter

L’adaptation passe par une première phase d’observation et d’écoute de votre interlocuteur.

Essayez de retenir le vocabulaire qu’il utilise. Pas les mots eux-mêmes, mais la catégorie auxquelles ils appartiennent.

  • Si votre interlocuteur utilise des mots comment sentir, ressentir, toucher, etc. C’est qu’il est un sensitif.
  • S’il (ou elle) utilise des mots comme vu, voir, vision. C’est un visuel.
  • S’il utilise entendre, écouter, etc. C’est un auditif.

Restez alors dans le même registre. Évitez de dire, « je vois », quand il dit, « j’entends bien ». Ou réciproquement.

C’est ce qu’on appelle aussi « les atomes crochus ».

Sans l’imiter complètement, plus vous lui renverrez son image, par les mots, et plus il prêtera de l’attention à votre discours.

Je sais que cela semble très difficile à faire. Détrompez-vous. C’est au contraire très facile.

Observez vos proches et écoutez-les. Repérez le registre des mots qu’ils utilisent et répondez, une fois avec le même registre, une fois avec un autre.
Vous verrez la différence. Dans le premier cas, la relation sera plus facile que dans la seconde.

Ça marche à tous les coups.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entrevue d’embauche : Trac et patatras
Le bronzage du candidat en entretien d’embauche
Parlez-moi de vos erreurs

Entretien d’embauche : Jamais les mêmes questions. Zut alors !
Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Peur de ne pas réussir : Comment réagir

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PNL : Découvrez votre dominante par ce test


Un test pour se découvrir

visuel auditif kinesthétiqueChacun d’entre nous a un registre de vocabulaire qui domine sur les autres. C’est ce qu’enseigne la PNL ou Programmation Neuro-Linguistique.

Les mots que nous utilisons dans la communication avec les autres, surtout lors d’entretiens comme un entretien d’embauche, appartiennent à trois grandes catégories, appelées registres. Il s’agit d’un registre visuel, d’un registre auditif et d’une registre kinesthésique ou sensitif.

Nous avons tous une préférence, des habitudes de langage et d’expressions, issues de l’une ou l’autre de ces catégories de mots.

Le test

Le test suivant doit vous permettre de comprendre ce mécanisme de regroupement de mots dans ces trois registres.

De même, là où vous avez le plus de facilité à regrouper les mots, et là où vous avez le plus de mots que vous utilisez, vous trouverez votre dominante.

Attribuez, à chaque mot, le registre auquel il appartient. Exemple : Entendre est du registre auditif.

Mots

Visuel

Auditif

Kinesthésique

Accord
Blessé
Brillant
Cacophonie
Chargé
Clair
Coloré
Concret
Déchargé
Désaccord
Dire
Écouter
Ferme
Flash
Harmonieux
Horizon
Insensible
Lumineux
Mélodieux
Net
Parler
Photographique
Pression
Rythme
Sensible
Sentir
Symphonie
Tendre
Vague
Voir

Quelle est Votre dominante ?

Si vous jouez le jeu correctement, vous devez avoir trouvé autant de mots dans l’une des catégories que dans les deux autres : 10 par registre.
Ce n’est pas le cas, c’est que le registre qui en contient plus que les autres est vraisemblablement votre registre dominant, celui qui vous donne la majorité des mots que vous employez plus volontiers.

Refaites alors le test jusqu’à ce que vous répartissiez 10 mots par colonne.

Repérez les mots que vous utilisez de préférence et la colonne où ils se trouvent.
Si vous choisissez autant de mots dans une catégorie que dans une autre, c’est que vous avez manqué de spontanéité, car un registre domine toujours les deux autres.

Philippe Garin

Pour vous aider à vous découvrir, contactez-moi : phgarin@gmail.com

En complément :


En complément :

Les mot dans le CV
100 mots pour OSER
Différence entre Question fermée et Question ouverte

Communication : convention et référentiel commun indispensables
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

Autres Communication :

Récapitulatif 16 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’écoute active : mode d’emploi


La pratique de l’écoute active

je t'aime  - moi non plusParmi les techniques qui permettent de réussir un entretien, qu’il soit d’embauche, de promotion, pour demander une augmentation de salaire ou faire valoir ses atouts pour obtenir une mission, figure l’écoute active.

L’écoute active, c’est se concentrer sur les propos de l’autre sans perdre le fil ni de son discours ni du sien propre.

Inutile de déballer l’ensemble de vos arguments si votre interlocuteur montre des signes de lassitude, s’il veut en placer une et que votre débit l’empêche de le faire, sauf quand vous prenez une respiration.

Pour parvenir à convaincre l’autre que ce que vous dites est intéressant, il convient aussi de faire attention à ce qu’il dit, ainsi qu’à son langage non verbal.

C’est l’approche centrée sur la personne qui fera de vous un « bon » interlocuteur.

S’entraîner

Pour utiliser l’écoute active, il va falloir vous entraîner, car cette technique est loin d’être naturelle.

Le naturel est d’être concentré sur soi, de faire preuve d’égoïsme dans le discours et de le ramener à soi, de discourir en émettant ses idées et en utilisant son propre vocabulaire et tics de langage.

Il est très difficile au début de l’apprentissage de la méthode, d’écouter sans perdre le fil de la conversation, de répondre aux questions de l’autre et donner une réponse, tout en observant la réaction de son interlocuteur.

C’est comme une partie de ping-pong où vous devez à la fois suivre la balle des yeux pour la renvoyer sur la table sans faire de faute et de regarder son adversaire pour savoir où il se place, comment il tient sa raquette et quel est son prochain geste, de façon à envoyer la balle là où il faut pour gagner le point.

Trois outils pour la mise en pratique

Poser des questions

Un très bon moyen de savoir ce que l’autre pense et le faire parler et de lui poser des questions, tout simplement.

Il s’agit, bien sûr, de questions ouvertes, c’est-à-dire des questions qui nécessitent une réponse avec plusieurs phrases ou plusieurs mots. Il faut que l’autre puisse exprimer avec son propre vocabulaire suffisamment longtemps pour pouvoir l’observer et réagir.

Reformuler

Reformuler, c’est tout simplement répété ce que l’autre vient de dire, de préférence sous une autre forme, soit avec son propre vocabulaire soit en le mélangeant avec le sien. La langue française à ce gros avantage d’avoir à sa disposition un nombre important de synonymes.

En même temps reformuler permet de réfléchir la réponse que l’on va donner.

Résumé ou faire une synthèse

Reprendre les propos de l’autre, en utilisant moins de mots que lui, tout en conservant l’idée qu’il aimait, s’appelle faire une synthèse. C’est un résumé qui reprend l’idée maîtresse sans la dénaturer.

Comme dans la formulation, la synthèse permet de voir comment l’autre réagit, et en cas de désaccord sur un point détail, la réaction de votre interlocuteur permettra de savoir si vous allez dans le même sens que lui, ou si vous avez mal compris ses propos.

Se mettre au diapason

En combinant l’écoute active, la concentration sur l’autre, et la PNL, vous allez vous mettre au diapason, être en phase avec votre interlocuteur, et transmettre plus d’informations et de meilleure qualité au travers de ses filtres naturels et augmenter ainsi la qualité de votre discours et diminuer la déperdition de l’information.

Autre avantage, le choix de ce que vous allez dire, c’est-à-dire le fond de votre pensée correspondra aux attentes votre interlocuteur. Vous ne le lasserez pas avec de longs discours, avec des propos dont il n’a rien à faire. Ce conseil est particulièrement important lorsqu’il s’agit d’un entretien d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Comment bien mener un entretien efficace
Comment faire passer mes idées en 8 étapes
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

PNL visuel, auditif ou kinesthésique
Schéma de la déperdition de l’information
Ces phrases qui tuent le dialogue

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 12 Communication
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Attitude en entretien d’embauche : l’effet miroir


L’effet miroir est comparable à l’imitation

effet miroir tout va bienSans être une singerie, lorsqu’on est en entretien d’embauche ou avec son chef, en poste dans une entreprise, l’effet miroir est un mécanisme qui consiste à reprendre l’attitude, les gestes, voire le vocabulaire de son interlocuteur.

Quand il se penche en avant ou s’adosse sur son siège, vous vous penchez en avant ou vous vous adossez sur votre siège.

Là où cela peut être embêtant, c’est quand votre interlocuteur bouge et fait des gestes inhabituels ou incongrus. Qu’il se gratte les cheveux et les vôtres vous démangent. Qu’il baille ou croise les doigts et vous avez envie de bailler ou d’appuyer vos coudes sur la table pour croiser vos doigts ou rapprocher vos mains.

Ce peut être ennuyeux si les gestes que vous imitez inconsciemment sont remarqués par l’autre. Il (Elle) peut prendre la mouche et penser que vous vous moquez de lui (d’elle).

L’inverse est aussi vrai

Au contraire de l’effet miroir dans un entretien, vous pouvez agir dans le sens inverse ou en décalage dans le temps.

C’est ainsi que lorsque votre interlocuteur s’adosse à son siège, vous avancez le buste vers lui. Et quand c’est lui qui avance le visage vers vous, vous vous reculez au fond de votre siège.

Tant que cela se limite à cela, ça va. Plus ennuyeux est l’imitation inconsciente avec un léger décalage dans le temps. Si votre interlocuteur se passe le doigt sous le nez et le vôtre vous démange à tel point que vous répétez son geste au moment où il s’est arrêté, c’est-à-dire au moment où il en prend conscience lui-même.

Contrecarrer l’effet miroir

Oui et non.

Il est préférable de prendre conscience que l’effet miroir en quasi simultané ou en décalage existe. Contrôler son attitude et son langage corporel est indispensable pour éviter de laisser une mauvaise impression.

Par contre, il est intéressant d’être en phase en ce qui concerne le vocabulaire employé.

D’une part, le langage professionnel permet au recruteur de déterminer vos connaissances et le degré de familiarité que vous avez dans le jargon. Par contre, cela suppose qu’il le maîtrise aussi bien que vous.

D’autre part, les tics de langage sont surtout à éviter. Nous avons chacun des tics de langage. Généralement, il s’agit de mots ou de petits groupes de mots que l’on répète et qui peuvent irriter l’autre. Là encore, la maîtrise de ses expressions linguistiques est importante pour s’assurer de bien comprendre et d’être bien compris

Visitez notre site www.boosteremploi.com

Philippe Garin

Pour préparer vos entretiens d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Vidéoconférence : entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication
La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
Parler anglais dans un entretien d’embauche : How goude is ior english ?

Check-list pour la préparation d’un entretien réussi
A retenir pour le déroulement de l’entretien d’embauche
La communication non verbale : le message total

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 12 Communication
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : Votre corps parle


Votre corps parle au recruteur

le_corps_parleLe bon détecteur de mensonges d’un recruteur est ses yeux.

Dans un entretien d’embauche, le recruteur va observer attentivement toutes vos réactions physiques.

Il va regarder votre visage et particulièrement vos yeux, et aussi tout le positionnement de votre corps et de vos gestes.

Si vos gestes ne sont pas congruents, c’est-à-dire ne sont pas en accord avec vos paroles, le recruteur va en tirer la conclusion que vous n’êtes pas fiable ou que vous mentez.

Philippe Garin

Pour réussir votre entretien d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mentir en entrevue ou se sentir mal à l’aise
Panique à bord
Pourquoi cacher les trous de son parcours professionnel ?

Soyez vous-même
Surtout gardez votre calme
Entretien d’embauche : Erreurs de look flagrantes

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
PNL 3 exemples
Entretien d’embauche : 10 bons gestes = 10 bons atouts

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 8 Communication
Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Convaincre par les mots


Convaincre par les mots

convaincre par les motsQuelques conseils pour pouvoir convaincre par le choix des mots :

Éviter

Préférer

Être rationnel Les mots négatifs ou réducteurs Logique et normalité
Être direct Les mots à double sens Clarté et précision
Être actif Les verbes passifs Les verbes actifs
Être positif Les tournures négatives Les tournures positives
Être affirmatif Le doute La certitude
Être factuel Les généralisations Les faits précis
Identifier Les pronoms neutres Implication personnelle
Conforter Les mots faiblissent Être direct et précis

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre

Les trois savoir-faire de la communication selon la PNL
Devise 048 : Plus grand est le sourire, plus aiguisé est le couteau
Communication : Convention et référentiel commun indispensables

Autres Communications :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :