TPE, PME : Comment préparer votre prochain recrutement


Pas l’habitude de recruter, voici quelques conseils

ici on recruteDur, dur de recruter ?

C’est le lot de la plupart des petites et moyennes entreprises, celles qui n’ont pas les moyens financiers de faire appel à un cabinet spécialisé.

Que vous faut-il pour trouver les talents dont vous avez besoin ?

Quelques conseils pour vous en sortir :

La description de poste

Avant de commencer à rédiger une annonce, vous devez écrire les tâches majeures que votre futur (e) salarié (e) va exécuter et quelles vont être les responsabilités que vous lui confier.

Plus le poste sera complexe par la multiplicité des tâches et plus il faut être précis sur ce que vous attendez d’un (e) futur (e) collaborateur (trice).

Réfléchissez d’abord par grand thème avant de détailler :

  • Fonctions supports : Comptabilité, Paye, Qualité, Informatique, etc.
  • Fonctions commerciales : Commercial, Vente, Administration des ventes, etc.
  • Fonctions de production : Fabrication, Stockage, Livraison, etc.

Les compétences

En face de chaque tâche détaillée à exécuter, écrivez les compétences que vous attendez.

Il s’agit de :

  • connaissances, voire de diplôme (s),
  • de profession (s) déjà exercée (s) et de la durée minimum d’expérience requise,
  • de résultat (s) obtenu (s),
  • de la qualité du travail effectué,
  • etc.

Vous pouvez vous inspirer des descriptions des fiches métiers mis à disposition sur le site de Pôle emploi, par exemple, pour compléter votre imagination.

Les attitudes comportementales ou softs skills

Les traits de caractère des candidats varient de l’un à l’autre.

Vous envisagez de travailler pendant un certain temps avec votre futur (e) salarié (e), il est donc très important de bien s’entendre avec lui ou elle.
De plus, si vous avez déjà des salariés, il convient que le nouvel arrivant s’entende également bien avec l’équipe en place.

Plus l’équipe est petite et plus les attitudes comportementales prennent de l’importance.

Listez-les.

Les aspects administratifs et financiers

La convention collective dont vous dépendez, quand c’est le cas, vous donne des indications sur le statut, le niveau, la grille de salaire selon les diplômes et l’ancienneté de vos salariés.

Elle doit s’appliquer également à celle ou à celui qui va vous rejoindre.

Vous devez donc définir le statut, cadre ou employé (e), par exemple, ainsi que la composition de la rémunération, fixe et éventuellement variable.

Fixez-vous deux limites :

  1. Le salaire que vous ne dépasserez jamais car trop important au regard de vos moyens financiers,
  2. Le salaire, inférieur au précédent, qui vous paraît raisonnable pour attirer le talent que vous attendez.

Les conditions de travail

De plus en plus, les nouvelles générations de salariés, Y ou millénials, tendent à privilégier les conditions de travail à salaire égal.

Vous devez donc définir ces conditions, car vous en aurez besoin, surtout si vous avez des particularités comme la pénibilité, la mobilité, le travail en extérieur, des horaires décalés, etc.

Vous en aurez besoin aussi pour la rédaction de votre offre d’emploi

Les critères de sélection

À priori, le (la) salarié (e) idéal (e) doit correspondre à 100% de vos critères de sélection.

Cependant, le mouton à 5 pattes, celui ou celle qui sait tout faire, bien, pour un salaire bas, sans rechigner, et qui restera fidèle, est une utopie.

Il faut donc définir vos critères de sélection des candidats en 2 groupes :

  • Les critères indispensables, qui permettent l’élimination immédiate ; Par exemple, le salaire, la formation de base
  • Les critères nécessaires, parmi lesquels l’un ou l’autre devra être compensé, par une formation, par exemple, ou un apprentissage au contact d’un membre de votre équipe ou de vous-même

Attention, ces critères doivent être légaux.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi les recruteurs s’intéressent-ils aux soft skills ou savoir-être ?
Les sources de stress du recruteur
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

Recrutement : 21 raisons illégales de refuser un candidat
Le coût d’un recrutement et de l’intégration
Réussir son premier recrutement

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Génération W ou babyboomers


Pourquoi ne pas appeler les babyboomers, la génération W ?

Les générations W X Y Z
source de la pyramide : INSEE

La génération Y

Entre 20 ans et 30 ans, on les appelle la génération Y. Ils sont nés dans les années 80.

Ils mettent leurs priorités sur la famille et les amis, puis sur le travail.

Le travail est un moyen de gagner de l’argent et de s’épanouir tant que l’équilibre est préservé par une vie familiale et sociale.

C’est la génération des 80% de bacheliers, du langage texto, du tutoiement, de l’Internet.

La génération X

Entre 30 et 50 ans, on les appelle la génération X. Ils sont nés dans les années 60 à 80.

Leurs priorités sont d’abord le travail, puis la famille et les amis.

Ils travaillent pour gagner de l’argent, avoir une position sociale par une position professionnelle.

Leur travail est porté par la fierté du travail bien fait, de qualité.

Ils sont méthodiques, connaissent bien leur métier, même s’il ne correspond pas toujours à leurs aspirations profondes et à leurs envies professionnelles.

Les baby-boomers

Ils ont plus de 50 ans et moins de l’âge de la retraite. Nés dans les années après-guerre jusqu’aux années 60, leurs priorités est aussi le travail, la famille et les amis.

Cependant, seulement un peu plus de la moitié d’entre eux sont en activité professionnelle.

Ils fréquentent chez eux la génération Y plus que la génération X.

Ils ont laissé derrière eux leurs dents longues et cherchent la stabilité de l’emploi.

Ils ont un rôle de modérateur entre la génération X et la génération Y au travail.

On les appelle papy- ou mamy-boomers pour les plus vieux, et aussi seniors dès qu’ils dépassent 45 ans, ce qui les fait se confondre avec les seniors qui ont plus de 60 ans.
Ce sont les plus résistants au stress et les plus disponibles !

Alors pourquoi ne pas les appeler la génération W ?

C’est bien elle qui vient avant la X qui vient elle-même avant la Y, n’est-ce pas ?

50 ans et plus : Comment voulez-vous être appelé ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

3 métiers dans sa vie ?
ATS ou Allocation transitoire de solidarité pour les chômeurs touchés par le recul de l’âge de la retraite
Les discriminations à l’embauche

Reconversion professionnelle ou évolution de carrière
Seniors Vos points forts auprès des recruteurs
Comment favoriser le renouvellement et le dynamisme des organisations

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi et Management de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :