Les trois grandes catégories d’organisations : Sources d’emplois


Il existe trois grandes catégories d’organisationsLes 3 grandes catégories d'organisations

  • L’Administration
  • L’Entreprise
  • L’Association

En réalité chacune de ces catégories se divisent en plusieurs sous-catégories.

Pour Administration

Il y a :

  • Les ministères et les établissements étatiques, comme le Fisc ou les Rectorats, ou encore les Armées, la Douane, etc.
  • Les collectivités locales ont aussi leurs administrations : Mairies, Conseils généraux et régionaux, et aussi Pompiers volontaires, Assistantes sociales, etc.
  • Les établissements à caractère administratif : La CAF, la Sécurité Sociale, etc.

Pour l’Entreprise

On trouve :

  • Une classification par taille : TPE (Très petite entreprise), PME, Grands groupes, etc.
  • Une classification par origine du capital ; familiale, international, en bourse, etc.
  • Une classification par statut : Auto-entreprise, Agricole, SCI, SARL, SAS, etc.
  • Les entreprises d’État, par exemple Renault ou ayant un service public à assurer, ex : La Poste, SNCF

Pour les Associations

C’est à la fois simple et compliqué :

  • Les Associations Gouvernementales ou Internationales, genre ONU, UNESCO, etc.
  • Les associations non gouvernementales sont les plus nombreuses. Elles sont créées en France, soit sous la Loi de 1901 (la plus connue), soit de 1905.

Il existe des associations pour tous les sujets : de l’association de quartier, au comité d’organisation d’un vide-grenier, un club sportif ou culturel, et des associations caritatives, telle que Les Restos du Coeur ou Les Petits Frères des Pauvres.

Certaines associations font payer leurs services, par exemple La Croix-Rouge, à condition que ce ne soit pas leur source de revenus principales et des services soient proposés gratuitement en plus des services payants.
Par exemple, Emmaüs est gratuit si vous déposez de vieux meubles, mais vous fait payer s’ils viennent les chercher chez vous. Et la vente de ces meubles reconditionnés est facturés.

La plupart des associations demandent une participation sous la forme d’une licence ou d’une inscription.
D’autres sont entièrement gratuites.

Attention :
Bénéficier des services d’une association caritative implique souvent de renoncer à bénéficier des services d’une l’autre.
En quelque sorte, il y a une répartition des pauvres entre les associations.

Il existe des associations qui bénéficient l’aides sous la forme de subventions. Par exemple, les Établissements de Réinsertion par l’activité économique (IAE) qui embauche pour 6 mois renouvelables jusqu’à 2 ans, des personnes en détresse sociale et financière.
A contacter si vous êtes à la recherche d’un emploi et dans une situation précaire

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le Compte d’Engagement Citoyen ou CEC : C’est quoi ?
Volontaire dans l’Administration française à l’International : Le VIA
Créer son propre emploi : oui, non, peut-être

Les secteurs professionnels officiels : Code NAF
Europe : Liste d’associations de consommateurs
VAE : Qu’est-ce que la Validation des Acquis de l’Expérience ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 18 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST, VIH, SIDA


VIH/SIDA est une IST (Infection Sexuellement Transmissible)

répartition des malades du sida dans le mondeL’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie Sexuellement Transmissible.
Le VIA/SIDA est une autre infection sexuellement transmissible.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Le SIDA est une maladie mortelle.

Les traitements retardent l’échéance sans la guérir.

Description

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Fièvre,
  • éruption,
  • fatigue,
  • diarrhée.

Apparition des signes

à partir de 15 jours après la contamination.

Diagnostic

Par un prélèvement sanguin

Complications graves si non traitées

  • Évolution possible vers le sida
  • atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

VIH et TPE (Traitement Post-Exposition)

En cas de prise de risque (rapport sexuel non protégé avec un partenaire au statut sérologique inconnu  ou séropositif) ou de rupture de préservatif, le traitement post-exposition permet de réduire le risque de contamination par le VIH

Stop 48 h

Rendez-vous le plus vite possible (au mieux dans les 4 heures) et au plus tard dans les 48 heures, aux urgences de l’hôpital le plus proche, si possible avec le ou la partenaire.

Un médecin évaluera l’intérêt de prescrire un traitement, au regard des recommandations en vigueur.

Le traitement associe 2 ou 3 antirétroviraux et dure 4 semaines.

Il peut provoquer des effets secondaires importants.

Le TPE réduit le risque de contamination sans l’éliminer complètement.

Les IST et le SIDA

Les IST, Infections Sexuellement Transmissibles, fragilisent les muqueuses et augmentent considérablement le risque de contamination par le virus du sida.

Inversement, si on est atteint par le virus du sida, les IST peuvent être plus graves et compliquer le traitement.

Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Décès : Démarches à effectuer
Workaholic ou Bourreau de travail : du burnout au karōshi mortel
Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Licenciement pour insuffisance professionnelle
Activités dangereuses et prévention associée
Critiqué (e) en public : Comment réagir

Autres Bien-être :

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les étapes du recrutement côté entrepreneur


Le recrutement vu par l’employeurl'entretien d'embauche

Lorsqu’un entrepreneur décide de déclencher un recrutement, il va passer par différentes étapes.

L’entrepreneur va …

1. Consulter sa propre CVthèque

Il s’agit essentiellement des candidatures spontanées, ou non, qu’il a reçues dans les 6 derniers mois, c’est-à-dire les CV qu’il a conservés. Le nombre en est très variable selon la taille et l’attraction de l’entreprise.

2. Demander à son entourage

Il s’agit essentiellement de ses collègues entrepreneurs. Peut-être ont-ils, eux, des CV à lui passer, c’est-à-dire des profils qui correspondent à son besoin, à lui.

Ce peut être aussi des clients, des fournisseurs, des concurrents, son club de gym, son association professionnelle, son banquier, son coiffeur, etc. Bref, il s’agit de son premier cercle personnel et professionnel.

3. Consulter Pôle emploi

Pour la majorité des entreprises, qui sont les PME, Petites et Moyennes Entreprises et les TPE, Très Petites Entreprises, Pôle emploi met sa base de données de CV et des spécialistes à leur disposition.

Cette étape est souvent oubliée alors qu’il est obligatoire de signaler à Pôle emploi tout besoin de recrutement.

4. Passer une annonce

Selon le cas, l’entrepreneur va rédiger une offre d’emploi ou la faire rédiger par un cabinet de recrutement. Soit il la publie lui-même dans la presse locale, ou/et sur Internet, soit c’est le cabinet de recrutement qui s’en charge.

Il peut aussi participer à un salon de l’emploi.

Dans l’un ou l’autre cas, l’objectif est, comme dans l’étape 3, de recueillir des candidatures, dans un minimum de temps.

5. Sélectionner les candidats

Lorsque le CV a attiré son regard et lorsque la lettre de motivation qui l’accompagne lui démontrent un intérêt pour son entreprise, l’entrepreneur retient le candidat pour la prochaine étape.

S’il passe par un cabinet, c’est celui-ci qui effectue une première sélection avant de lui présenter des candidats qui correspondent au cahier des charges de l’entrepreneur.

6. Recevoir les candidats en entretien d’embauche

Recevoir en face-à-face, au téléphone ou en visioconférence : Peu importe la méthode, il y a un contact de personne à personne.

Cet entretien est nécessaire pour:

  • confirmer les indications du CV et de la lettre de motivation,
  • se faire une idée sur la personne professionnellement et en tant que personne,
  • vérifiez la facilité à laquelle le candidat pourrait s’intégrer dans l’entreprise
  • et y être le plus rapidement possible opérationnel.

Après l’entretien, le futur employeur peut vérifier la véracité des diplômes et procéder à un contrôle de référence auprès des anciens employeurs du candidat.

A la fin de cette étape, l’entrepreneur choisit son futur salarié.

7. Remercier les candidats non retenus

Là, comme l’étape 3, cette étape est souvent omise par l’entrepreneur ou son cabinet de recrutement. La raison est simple : la peur de devoir justifier le refus de la candidature et de se retrouver accusé de discrimination.

Par ailleurs, répondre non à tous les candidats éliminés prend du temps qui manquera pour d’autres actions.

C’est pourquoi de nombreux candidats attendent en vain une réponse ou sont avertis, dès l’envoi de leurs candidatures par Internet, par un message automatique qui leur signale la durée au-delà de laquelle il n’est plus utile d’attendre une réponse positive.

8. Proposer un contrat de travail

Contrat de travail ou promesse d’embauche, les deux documents sont également valables et lient l’employeur et le salarié.

Certaines règles et démarches administratives sont indispensables et réglementées.

Par exemple, la visite médicale d’embauche obligatoire.

9. Observer le nouveau salarié

Dès la date convenue du premier jour de travail, l’entrepreneur va recevoir le nouveau salarié et l’observer attentivement jusqu’à la fin de sa période d’essai.

« C’est au pied du mur que l’on voit le maçon ». Avant le terme prévu de la période d’essai, l’employeur a la possibilité de prolonger celle-ci, une fois, de la même durée, s’il estime qu’il a besoin de plus de temps pour confirmer les capacités du salarié à occuper le poste.

Cette prolongation peut avoir été préalablement intégrée dans le contrat de travail ou la promesse d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

7 conseils pour évaluer les candidats
La présélection des candidats
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

Candidature : Réponse automatique du recruteur
6 faiblesses positives pour l’entretien d’embauche
Plus de 1500 articles dans mon blog

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Handicap et Emploi : Comment trouver 1/2


Comment trouver un emploi quand on est handicapé

Qui est concerné ?

cap emploiCap emploi est l’organisme qui s’occupe des demandeurs d’emploi de Pôle emploi, en situation de handicap. Cep emploi travail directement avec l’Agefiph, Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Un peu moins de 400 000 personnes ayant le statut de travailleurs handicapés sont inscrites à Pôle emploi en 2013.

Handicap et diplôme

Si l’immense majorité des offres d’emploi, dits « réservés aux handicapés » ou « compatibles handicapés », c’est-à-dire que le poste peut être exercé « aussi » par une personne en situation de handicap, est une série de postes sans grande qualification, c’est que 80% des travailleurs handicapés ont, dans 80% des cas, un niveau d’étude inférieur au baccalauréat, BEP, CAP ou aucun diplôme.

Obligation des entreprises

Pas facile de faire des études, pas facile de concurrencer les personnes dites valides.

Donc, pas facile de trouver un emploi, à fortiori un emploi qualifié, malgré à loi qui oblige les entreprises de 20 salariés et plus à un quota de 6 % de personnes handicapées dans leurs effectifs ou dans ceux de leurs sous-traitants.

Grandes boîtes ou petites entreprises ?

Les grandes entreprises, les groupes les plus importants ont à la fois la capacité financière et l’envie de respecter cette loi.

De multiples offres sont ouvertes aux travailleurs handicapés.
Généralement, leurs offres d’emploi signalent cette particularité, sans pour autant privilégier les valides ou les handicapés, c’est à chaque candidat de prouver qu’il a les capacités, la motivation, et l’envie de s’intégrer à sa future entreprise.

Les très petites (TPE), et les entreprises à taille moyenne (PME) de moins de 300 employés, éprouvent plus de difficultés à se décider.

Soit elles ne sont pas soumises à l’obligation légale, soit elles préfèrent payer l’Agefiph, qui récolte les amendes qu’elles préfèrent payer.

La « rentabilité » de la personne en situation de handicap

Plus l’entreprise est petite est plus ses collaborateurs doivent être « rentables », mot difficile à entendre mais qui représente la réalité de la survie de la petite entreprise.

Le salaire d’un employé, quel qu’il soit, pèse lourdement sur les charges de l’entreprise.

Ses marges doivent lui permettre de payer les salaires et les charges, soit environ 1,5 salaire par salarié.
Il faut donc que le salarié permette à l’entreprise de développer un chiffre d’affaire supérieur à ce qu’il coûte à l’entreprise. Le « rendement » est donc le rapport entre l’apport supplémentaire de marge par rapport au coût du salarié pour l’entreprise.

Une personne handicapée peut le faire, sous réserve que son handicap se situe dans un domaine différent de ses activités, que son poste de travail soit adapté à son handicap, etc.

Les aménagements dans l’entreprise et dans l’éventuel véhicule du salarié font alors l’objet d’un dossier de demande d’aide auprès de l’Agefiph qui les financent.

Lire la suite : Handicap et Emploi : Comment trouver 2/2

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Chômage et handicap : L’ADAPT
Embauche des handicapés : Les aides depuis le 01 janvier 2012
La loi oblige à embaucher des personnes en situation de handicap

Les aides à l’embauche d’une personne en situation de handicap
Chômeurs, un traitement inégal par Pôle emploi
Arche de Noé ou Titanic où sont les compétences

Autres Emploi :

Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

CFE pour les autoentrepreneurs à payer même sans CA


Les autoentrepreneurs doivent payer la cotisation foncière des entreprises ou CFE, même sans CA

La CFE, Cotisation Foncière des Entreprises, a été instaurée sous la pression de certains lobbies d’artisans et autres professionnels, afin d’établir moins de discrimination dans leurs charges et celles des autoentrepreneurs.

Au départ, les autoentrepreneurs n’avaient aucune dépense particulière tant que leur chiffre d’affaires restait à zéro.
Depuis le remplacement de la Taxe Professionnelle par la CFE, les autoentrepreneurs doivent aussi payer.

Toutes les entreprises sont donc concernées par la CFE, y compris les autoentrepreneurs.

En décembre 2012, le mode de calcul de la contribution foncière aux entreprises a été modifié de telle façon que les municipalités pourront modifier le montant de base.

Avis d'imposition de la CFE

Il existe trois tranches d’imposition en fonction du chiffre d’affaires :

  1. Mois de 100 000 euros de CA => Forfait, sauf exonération à demander si le CA = 0
  2. Entre 100 000 et 250 000 euros
  3. Plus de 250 000 euros

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Vérification des comptabilités informatisées
Autoentrepreneur et indemnités chômage : mode d’emploi
Auto-entrepreneur : Lien de subordination pour requalifier un contrat de travail

Auto entreprise : sanction en cas de retard de déclaration en 2012
Frais kilométriques 2012 : auto moto et deux-roues
CSG et CRDS : calcul changé au 01 01 2012

Autres Juridique et Management :

Récapitulatif 9 Juridique
Récapitulatif 9 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management et dans la page Juridique de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sauvegarde : Premiers pas vers la Reprise d’Activité (PRA)


Le Plan de Reprise d’Activité commence par la sauvegarde

Un constat : beaucoup de données ne sont pas sauvegardées

sauvegarde par duplicationLes particuliers sont les plus mauvais élèves.
Les entreprises sont guère meilleures : plus elles sont petites et plus elles sont mal à l’aise avec la sauvegarde.

A part ceux qui ont déjà eu une perte partielle ou totale de leurs données et qui se sont procurés un disque dur externe pour effectuer leurs sauvegardes, les particuliers sont extraordinairement mal équipés, mal informés et souvent très négligents.

Ils s’imaginent que les données étant présentes sur le disque dur de leur PC, elles seront toujours accessibles, puisqu’ils ont mis, du moins les plus avertis, un antivirus qui protège donc leurs données.

Jusqu’au jour où ils se rendent compte qu’ils ne peuvent plus ouvrir un fichier, puis deux, puis une application et quand il s’agit d’un fichier ou d’un programme de leur système, Windows, Internet ou Lecteur de musique, alors et seulement alors, ils se préoccupent des sauvegardes, mais un peu tard.

Une TPE, une PME, se donnent un peu plus de mal, car leur entreprise utilise des logiciels de gestion qu’un particulier n’utilise pas.
Comme la disparition ou un dysfonctionnement d’un ordinateur ou d’un logiciel, ou l’indisponibilité d’une donnée, alors ils s’équipent de logiciels de sauvegarde et d’un système physique de sauvegarde, disque dur externe ou second ordinateur en réseau avec le premier.

La tentation est de gagner du temps, alors seule une partie des données est sauvegardée : les fichiers, et parfois aussi les programmes.

Cela est insuffisant !

A quoi cela vous sert d’avoir sauvegarder toutes vos données, si pour y accéder il faut un mot de passe et que vous avez omis de le sauvegarder tous les mots de passe de votre système ?

Et vos mails ? Sont-ils aussi sauvegardés ?

Et votre site web, il est sur un serveur dédié. Très bien, et si l’hébergeur subissait un sinistre ? Il a sa sauvegarde.
Combien de temps lui faut-il pour restaurer et remettre votre site en ligne ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sauvegarde : Comment les données sont-elles sauvegardées ?
Conditions pour restaurer ses données
Schéma général d’un Plan de Reprise d’Activité

Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites
Indicateurs de sécurité Exemples
Parefeu ou firewall : Définition

Autres Sécurité :

Récapitulatif 5 Sécurité
Récapitulatif 7 Sécurité

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Senior : Le pouvoir de vos tempes grises


Senior : Le pouvoir de vos tempes grises

tempes grisesIl paraît peut-être bizarre de faire l’éloge des tempes grises pour un senior, mais réfléchissons un instant sur ce qui est un point fort des quinqua et plus.

Lorsqu’un jeune entrepreneur créé son entreprise et qu’il commence à réfléchir sur un moyen de développer ses activités, il va naturellement penser à lier des partenariats, puis il lui viendra l’idée d’embaucher un ou plusieurs collaborateurs.

Sa tendance naturelle sera de se tourner vers de futurs collaborateurs compétents, qui ont fait leurs preuves, et qui sont plus jeunes ou de la même tranche d’âge que lui, pour des raisons d’affinité.

L’image des tempes grises

A l’intention de cet employeur, nous lui signalons que lorsqu’il embauche des « tempes grises« , il va introduire dans son entreprise une image de stabilité qui va rassurer ses clients et ses prospects.

En effet, peu de personne vont s’imaginer que le senior s’engage dans une entreprise, jeune, avec l’idée qu’elle disparaisse peu après. L’entreprise paraît, du coup, beaucoup plus crédible et pérenne.

La sagesse est représentée par les tempes grises (et blanches).

Expertise des « tempes grises« 

Dans une entreprise, surtout une PME ou une TPE, embaucher un(e) senior, c’est acquérir des compétences d’expert dans le domaine maîtrisé par ces « tempes grises« .

Dans le cadre de mission d’intérim ou de contrat à durée déterminée (CDD), l’apport d’un senior est quasi immédiat. Pas de nécessité de former les « tempes grises » sur les tâches à accomplir. Un minimum d’informations est à fournir au senior qui, grâce à son expérience est opérationnel plus rapidement de bon nombre de plus jeunes.

Une mission des « tempes grises » : le transfert de compétences

Dès que l’entreprise prend du poids sur son marché et qu’elle se soit développée au point d’avoir un nombre suffisant d’employés, l’entrepreneur peut confier à ses « tempes grises » des missions de transfert de compétences.

Les seniors servent alors à former les plus jeunes, à leur apprendre tous les trucs et astuces appris durant leur carrière et qui sont toujours d’actualité, toujours profitables pour l’entreprise

Senior ou « tempes grises » en recherche d’emploi

Que vos tempes soient grises, blanches, blondes ou autres, rappelez aux recruteurs tous les avantages qu’il y a à vous embaucher. Vous avez tellement à apporter à une entreprise.

Visitez notre site dédié à la recherche d’emploi, www.boosteremploi.com,

vous y trouverez plus de 1000 liens vers des sites d’emploi.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Ne restez pas isolé (e) dans votre recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Seniors Vos points forts auprès des recruteurs
Senior, Trop vieux, trop cher : Luttez contre les préjugés
Senior Arguments contre le « Pas assez diplômé »

Senior Les entreprises qui vous recrutent
Seniors : Exprimez=vous correctement
Composition d’une équipe de projet : Juniors et seniors

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 6 Emploi

Tous les articles de la catégorie se trouvent regroupés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :