Approche Top-down


Approche Top-down

approche top downL’approche top-down est une démarche fondamentale dans le traitement des tâches. La direction top-down se réfère à une approche du haut vers le bas ou du gros vers le plus fin, à l’inverse de l’approche Bottom-up.

Cette approche est un modèle classique pour se rapprocher du sujet.

Un exemple typique pour une approche top-down est l’optimisation du processus d’affaires, par lequel on considère le chemin de la stratégie jusqu’à la mise en œuvre des mesures locales de processus.

L’approche top-down a l’avantage d’une orientation claire de l’objectif, mais le problème, du haut du « Top » est de gagner l’adhésion du bas.
Les résultats sont souvent présentés comme s’ils avaient été élaborés top-down.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Analyse de flux un descriptif complémentaire indispensable
Plan d’un rapport d’audit en entreprise
Méthodes et outils de résolution de problèmes

Méthode d’Analyse de problème
Méthode Lean ou supprimez l’inutile : Gestion de la qualité
Affinement pas à pas ou effet de loupe

Autres Informatique :

Récapitulatif 3 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Approche Bottom-up


Approche Bottom-up

microscope de seibert

du petit vers le grand

L’approche bottom-up est une démarche fondamentale dans le traitement des tâches. La direction du bas vers le haut se réfère à la voie de bas en haut, c’est-à-dire du détail vers le général.

Un exemple typique d’une approche bottom-up est l’initiative populaire, à l’initiative d’individus au départ isolés puis en groupe, qui remonte vers le haut pour être prise en compte.

L’approche contraire est le «Top-down».

L’orientation de l’objectif dans une approche bottom-up est problématique. Il est impossible de satisfaire tout le monde, sauf accord à l’unanimité.
Dans l’analyse d’un problème, cette approche implique de faire la synthèse de tous les détails pour une compréhension globale.

L’avertissement prône un « contre-courant des procédures » en tant que combinaison de bottom-up et top-down.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Les paramètres de la maturité des systèmes d’information
Évolution de l’informatique dans l’entreprise
Méthode d’Analyse de problème

Questions clés à propos des quatre méthodes d’Analyse
Pratiquez-vous le management participatif ?
Que doit contenir un rapport d’activité ?

Autres Informatique :

Récapitulatif 3 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

A quoi sert un tableau de bord d’entreprise


A quoi sert un tableau de bord d’entreprise

exemple de tableau de bordUn tableau de bord d’entreprise sert à représenter, sous une forme simple, généralement sur une page, une situation réelle ou/et estimée.

Sous une forme structurée, un tableau de bord peut indiquer des écarts entre un état envisagé et la réalité.

Ces écarts ont pour objectif d’alerter et donc de permettre de prendre les mesures adéquates pour réviser l’état envisagé initialement.

Un tableau de bord est aussi une synthèse d’informations, essentielles ou intéressantes pour la compréhension de l’état des lieux et les possibilités d’actions ouvertes.

Un tableau de bord est adapté au niveau de la hiérarchie auquel il est destiné.

Le niveau de détail n’est pas le même, malgré qu’il s’agisse d’indicateurs communs, du niveau inférieur vers le niveau au-dessus dans la hiérarchie, au sens organigramme d’entreprise, sachant que chaque niveau a ses propres indicateurs.

Il y a donc un effet de zoom entre les tableaux de bord du haut vers le bas.

Une erreur très commune dans les entreprises, surtout au plus haut niveau, est la confusion entre un tableau de bord et une statistique.

Le tableau de bord est constitué d’indicateurs alors qu’une statistique fournit des listes d’informations plus ou moins longues.

Bien entendu, les indicateurs sont généralement issus des mêmes données que celles des statistiques.

Exemple

Un indicateur de vente peut être rouge si un commercial n’a pas atteint le chiffre d’affaire prévu alors que la statistique de ce commercial va donner la liste des clients, des commandes ou des factures, avec leurs totaux.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment construire un tableau de bord
Quels sont les bons critères pour des indicateurs de tableaux de bord
Modes de pilotage en entreprise

Tableau de Bord Questions à se poser pour construire son tableau de bord de pilotage stratégique
Quatrième loi de Murphy
Indicateurs de sécurité Exemples

Autres Management :

Récapitulatif 3 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :