5 erreurs courantes en entretien d’embauche et les solutions


5 types d’erreurs courantes en entrevue d’embauche

courrir à un rendez-vousÀ moins d’être un spécialiste, un entretien d’embauche est relativement rare dans une vie professionnelle.

La vertu d’une simulation d’entretien est de se rendre compte des erreurs qui vous pouvez facilement éviter avec un minimum de préparation.

Parmi les erreurs les plus courantes des candidats, en voici 5 :

1 Arriver en retard

Prévoyez l’imprévu, c’est-à-dire

  • le retard des transports en commun,
  • les correspondances manquées,
  • le contrôle imprévu qui dure,
  • les pannes,
  • les travaux sur la route,
  • les accidents,
  • la panne de carburant,
  • le blocage par une manifestation,
  • etc.

Bref ! Le minimum est d’ajouter une heure à la durée prévue de trajet, notamment dans les grandes agglomérations, quitte à attendre, hors de vue de l’immeuble du rendez-vous.

2 Se tromper d’adresse du lieu de l’entretien

Plus souvent que certains le pensent, il est facile de se tromper ou même d’oublier l’adresse du rendez-vous.

Il est peut-être différent du futur lieu de travail, au siège de l’entreprise ou dans un cabinet de recrutement.

3 Vouloir un travail, n’importe lequel

Être dans une situation personnelle difficile, à cause du chômage, est légitime.
Cependant, cela a tellement peu de valeur pour le futur employeur.

Ce qu’il veut, c’est quelqu’un qui soit apte à prendre le poste proposé, en premier.

Un (e) candidat (e) qui parle uniquement de lui (d’elle) sans s’intéresser au poste, à l’entreprise, à l’équipe au sein de laquelle se trouve le poste, a peu de chance de retenir l’attention du recruteur.

4 Être mal habillé (e), fatigué (e)

Votre image est loin de celle de la photo sur votre CV.
Prévoyez d’expliquer votre changement de coiffure, au cas où la question est posée et uniquement dans ce cas-là.

Dormez tout votre saoul, reposez-vous.

Habillez-vous « comme il faut », propre sans excès et avec le code vestimentaire de l’entreprise.

Asseyez-vous au fond du siège durant l’entretien, en vous penchant légèrement vers l’avant, dans une posture de conquête.

Regardez votre interlocuteur sans le fixer intensément, ce qui pourrait le gêner.

Parlez d’une voix sereine, claire et audible.

5 Manquer de confiance en vous

Faire trembler la table ou le siège, en agitant les jambes ou les bras est une très mauvaise attitude.
Restez serein (e). Faites des gestes mesurés qui accompagnent vos propos.

Éliminez tout objet pour vous occuper les mains et qui agacent votre interlocuteur.

Bannissez les tics gestuels ou verbaux.

Cessez de couper la parole et écoutez ce que l’autre vous dit. Prenez le temps de noter, d’enregistrer, de comprendre les informations qu’il (elle) vous donne.

C’est normal que vous soyez stressé (e). L’autre aussi ! Pensez-y !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Manque de repose : Causes, erreurs et risques
Difficultés de transports : Témoignage d’un candidat heureux
Mobilité : Oser déménager pour retrouver du travail

Tempes grises : Soigner son apparence
Devise 047 : ne fais jamais confiance à un homme qui porte un meilleur costume que toi
Recrutement : Les sources de stress du recruteur

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Lettre de motivation et entretien : Mots et expressions à éviter


Le bon choix des mots et expressions à l’écrit et à l’oral

je m'excuse excusez-moi je vous prie de m'excuser

Que dites-vous ?

Les tics de langage font partie de notre langue.
Il y a des expressions typiquement régionales ou locales, des mots que l’on utilise tous les jours sans y prêter une attention particulière.

Cependant, durant un entretien d’embauche ou à l’écrit dans une lettre de motivation, utiliser certaines expressions ou mots peuvent nuire à votre candidature.

Examinons cela de plus près.

Pas assez sûr (e) de vous ?

L’incertitude et l’hésitation se transmettent par des expressions comme :

  • Je crois que
  • Je pense
  • J’ai entendu que
  • Peut-être
  • Je sens que
  • J’ai l’impression que
  • J’espère que
  • etc.

Comment voulez-vous convaincre le recruteur que ce que vous exprimez est crédible ?
C’est le contraire que se passe.
Tous les mots qui suivent ces expressions seront considérés comme inexistants.

Des phrases courtes

Sujet, verbe, complément. Voilà ce qui compose une phrase.

Une idée tient dans une seule phrase.
Une phrase contient une seule idée.

Un inconvénient, dans une lettre de motivation, est de rédiger des phrases trop longues, donc tellement compliquées que toutes les idées qu’elles contiennent sont trop nombreuses pour être retenues.

Pire, une longue phrase rebute et le lecteur risque de la passer.

Mieux vaut mettre un point et commencer une nouvelle phrase plutôt que de créer une ou des propositions subordonnées.

Des mots inutiles ou banals

« Faire des choses » est la pire des expressions.

Faire, être, avoir sont des verbes qui doivent être remplacés par des verbes qui décrivent l’action ou la situation.

Il en est de même de « chose », « machin », « truc », qui sont des mots passe-partout que l’on utilise quand on a la paresse de trouver le mot ou l’expression exacte, celle qui sera mouche auprès du recruteur.

Faites la chasse aux adverbes. Si, vous savez ces mots qui sont censés renforcer un verbe, un adjectif ou un autre adverbe.
Il s’agit, généralement, des mots qui se terminent en « -ment ». Ainsi que d’autres mots, comme « beaucoup », « très », « vraiment ».

Certains adjectifs aussi allongent les phrases sans « vraiment » en changer le sens, tel que « petit » ou « environ ».

« Un petit peu » ou « un peu » signifient la même chose –  Oups, pardon ! – ont la même signification.

Des phrases simples

Même s’il y a peu de chance que vous utilisiez la phrase : « Excusez-moi de vous demander pardon », vous risquez de compliquer inutilement la compréhension de la phrase.

Ce genre de phrases compliquées apparaît, le plus souvent, dans les formules de politesse, désuètes, telles que :

  • L’expression de ma haute considération
  • L’assurance de ma considération distinguée
  • Je vous prie de bien vouloir agréer
  • Veuillez croire à mes sentiments respectueux
  • etc.

Et vous, quelles sont vos formules de politesse préférées ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mettre de motivation : 3 conseils de base
CV, lettre de motivation, entretien : La part des choses en pourcentage
Pour une image positive : Abandonnez vos tics de langage

Comment donner confiance à son interlocuteur
Des mots pour se définir
Les petites phrases à Noël qu’on aimerait ne pas entendre

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 19 Communication
Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

12 signes qui agacent le recruteur en entretien d’embauche


Agacer le recruteur = échec assuré

agacé irritéS’il y a bien une chose qui vous met hors course dans la recherche d’emploi, c’est agacer le recruteur.

Celui-ci ou celle-ci a l’habitude d’avoir, devant lui, un (e) candidat(e)s, qui cherche un emploi et qui est prêt (e) à « presque » tout pour le (la) « séduire » et le convaincre qu’il (elle) est le (la) meilleur (e) pour le poste.

Seulement voilà ! Même avec les meilleures qualités possibles et les capacités suffisantes pour obtenir le poste, vous le voyez vous passer sous le nez, sans comprendre pourquoi.

Ce ne sont ni vos savoir-faire ni vos savoir-être qui en sont responsables mais vous avez déçu par votre comportement durant l’entrevue d’embauche.

Vous l’avez agacé parce que

  1. Vous êtes arrivé en retard, sans prendre la peine de vous en excuser ni d’avoir prévenu
  2. Vous avez les mains moites ou avez une poignée de main molle
  3. Votre voix est trop haute ou trop basse
  4. Vous utilisez des mots qui se répètent ou d’autres tics de langage
  5. Vous zozotez ou balbutiez ou avez un fort accent
  6. Vous avez déballé vos affaires sur le bureau du recruteur sans autorisation
  7. Vous êtes mal assis (e)
  8. Vous avez votre smartphone qui sonne ou, pire, vous téléphonez
  9. Vous mâchez quelque chose : gomme ou autre
  10. Vous avez croisé les bras, signe de refus
  11. Vous avez occupé vos mains avec un objet ou un tapotement
  12. Vous avez fait la tête (presque) tout le temps

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour allonger la liste, n’hésitez pas et contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment rater son entretien d’embauche
Entrevue d’embauche : Trac et patatras
Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi

30 minutes en entretien d’embauche : Suffisant ?
Comment interrompre poliment un entretien d’embauche ?
Communication : Convention et référentiel commun indispensables

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 19 Communication
Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage


Séduire pour se faire apprécier

positivez

Qui parle ?

Entretien d’embauche, devant ses collègues, en bonne compagnie, les moments où il faut plaire sont nombreux. Les circonstances nous obligent parfois à surmonter sa timidité naturelle pour se montrer sous son meilleur jour.

Abandonner les tics de langage

Les tics de langage sont des mots ou des expressions, ayant un sens parfois détourné du sens réel qui énervent votre ou vos interlocuteurs.

Ils sont souvent répétés tellement souvent, qu’ils pénalisent le message que l’on veut transmettre. L’autre retiendra ses mots parasites au lieu de retenir les autres propos, les plus importants pour vous.

Parmi ces tics de langage, on trouve :

  • « Euh »
  • « Au jour d’aujourd’hui »
  • « Petit » et « petit peu »
  • « Oui, mais » et « non, mais »
  • « C’est c’la, ouiii »
  • etc.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Supprimer les mots et expressions négatives

Là encore, les expressions ou les mots négatifs ont un impact négatif sur son interlocuteur. Pour se faire apprécier de l’autre, mieux vaut tourner la phrase à l’envers en utilisant des expressions ou des mots positifs.

Quelques exemples :

  • « Je n’avais pas le temps de … » devient « je prenais mon temps pour … »
  • « Je ne sais pas faire » devient « Avec une formation, je saurais faire »
  • « Ne pensez-vous pas que … » devient « Pensez-vous que … »
  • etc.

Remplacez « mais » par « et ». Ce ne sont pas les expressions qui manquent, mais …. Oups, pardon : il y a beaucoup d’occasions pour cela, et … . Pas mal, heiiinnnn ?

Réfléchir et s’entrainer

Perdre ses tics de langage et prendre de nouvelles habitudes se heurtent à ceux qui prédisent l’échec en pointant sur doigt le « chasser le naturel, il revient au galop ». Sauf, qu’un langage s’apprend, la notion d’instinct laisse la place à la notion d’apprentissage.

Pour qu’une nouvelle habitude, surtout de langage, soit prise, il faut s’y préparer, en cherchant ses tics de langage et ses expressions négatives, et en trouvant des mots et expressions de remplacement.

Il faut aussi répéter, répéter, répéter, jusqu’à ce que ce qui est un effort important au départ devienne « naturel », donc une habitude.
Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour un accompagnement positif, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Les 3 types de Management
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
TMS : Des chiffres et des accessoires (Troubles musculo-squelettiques)

Stratégie à l’usage d’un dirigeant d’entreprise
Psychologie du travail dans l’organisation du bureau
Pratiquez-vous le management participatif : Sondage

Autres Communication et Emploi:

Récapitulatif 14 Communication
Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter