Friday Wear ou Le vendredi relax


Un phénomène se développe de plus en plus : le Friday wear.

le vendredi relax

le vendredi relax

« Friday wear » est littéralement « ce que l’on porte le vendredi ». C’est aussi un jeu de mot anglais, puisque « wear » est aussi l’usure, l’érosion. Bref ! La fin de semaine approche.

Dans certaines entreprises où le port du costume cravate pour les hommes et du tailleur pour les femmes est de règle, l’arrivée du vendredi, veille du congé de fin de semaine, est l’occasion de relâcher, un peu, la discipline vestimentaire.

Chercheurs d’emploi, méfiez-vous des entretiens d’embauche fixés un vendredi !

Ce relâchement de la discipline est devenu, parfois, la règle. Gare à celle ou à celui qui ne jouent pas le jeu et qui arrive avec la même tenue que les autres jours de la semaine.

Arrivé des États-Unis, ce phénomène gagne toute la planète

Du lundi au jeudi

du lundi au jeudi

Au Japon, il est inconcevable d’aller au bureau autrement qu’en chemise blanche, cravate noire ou jupe ou robe noire. C’est ce que pense beaucoup d’occidentaux, victimes de préjugés.

Avec le réchauffement climatique et la nécessité de faire des économies d’énergie sur la climatisation à la belle saison, de plus en plus d’entreprises nippones demandent à leurs employé (e)s de relâcher la discipline et les traditions vestimentaires au travail.

Effet de mode ou changement d’habitude ? Seul le temps va nous le dire.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour réussir vos entretiens d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Tempes grises : Soigner son apparence
Entretien d’embauche : Erreurs de look flagrantes
S’habiller pour un entretien d’embauche : pas de bague, pas de blague

Comment s’habiller pour un entretien d’embauche
Guide d’observation d’une visite d’entreprise
Cadremploi : Speed recruiting pour décrocher un job en 7 minutes

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 11 Emploi
Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »


Choisir sa voie professionnelle est-il un choix pour toute sa vie ?choisir sa voie

« Informaticien ? Alors tu peux m’aider avec mon PC qui bogue ! »

« Désolé ! Je sais décliner les objectifs stratégiques d’une grosse PME en un plan d’actions d’informatisation complète et sécurisée de l’entreprise, pas dépanner un PC. Et pourtant, je suis informaticien »

« Ah ! Même pas un peu ? »

« Je sais diriger une équipe d’ingénieurs et de techniciens informatiques dans des projets de développements de programmes pour répondre aux besoins de croissance de l’entreprise »

« Dans ce cas, peux-tu m’aider à mieux utiliser sa messagerie sur Internet »

« Je sais planifier des projets de mise en place de progiciels de gestion intégrée qui couvre tout le processus du marketing à la comptabilité, en passant par les achats, le stockage, la vente, la fabrication, la logistique »

« Tu ne sais donc rien faire d’autre que de l’informatique ? »

« A ton avis, mes compétences de manager avec une vision stratégique et organisationnelle d’une entreprise peuvent-elles servir uniquement que pour chercher le meilleur PC connecté à Internet avec un progiciel de bureautique ? »

Ce dialogue est une fiction… avec un goût de déjà-vu !

De nombreuses professions sont soumises à des clichés, à des sous-entendus culturels.

En voici quelques-unes :

Juriste : « Ah, tu es avocat ? » … « Non, je rédige les contrats à l’international de mon entreprise avec ses clients ou ses fournisseurs »

Banquier : « Ah, tu proposes des prêts ? » … « Non, j’établis des statistiques sur le marché des biens immobiliers »

Chercheur : « Ah, tu travailles dans la médecine ? »  … « Non, je cherche de nouveaux algorithmes de calcul des prévisions météorologiques»

Et même des métiers moins connus

Tailleur de pierres : « Ah, tu travailles à la restauration des cathédrales ou des châteaux »

Eh ben non. Un tailleur de pierre travaille

  • pour les pierres tombales,
  • pour les dessus de plans de travail dans les cuisines,
  • pour la construction neuve ou la restauration de tous types de bâtiments,
  • pour tailler, polir, sculpter des pierres dures ou poreuse,
  • pour la décoration,
  • etc.

Revenons à l’informaticien, il est :

  • acheteur,
  • acteur de la sécurité,
  • communiquant,
  • concepteur,
  • développeur,
  • formateur,
  • gestionnaire,
  • installateur,
  • mainteneur,
  • manager,
  • organisateur,
  • réparateur,
  • représentant,
  • stratège,
  • vendeur,
N’y a-t-il que dans l’informatique que l’on retrouve ces métiers ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience
Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un
Définition des points forts et des points faibles

Critères de jugement du personnel
Le projet d’entreprise
Méthode d’aide à la conception des nouveaux métiers informatiques ou pas

Autres Emploi, Informatique, Management, Organisation :

Récapitulatif 8 Emploi
Récapitulatif 8 Informatique
Récapitulatif 8 Management
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi, Informatique, Management et Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :