Le mystère des 30 secondes de lecture d’un CV dévoilé : Partie 2/2


30 secondes pour retenir ou éliminer un CV !

30 secondes chronoTrente malheureuses et pourtant longues trente secondes.
C’est le temps moyen suffisant pour décider de conserver ou d’éliminer le CV durant le processus de recrutement.

Par quoi commence le recruteur ?

Que fait-il pendant cette lecture rapide ?

Il néglige la seconde page, donc toutes les informations sont à mettre dans la première page.
Un CV sur une page est la solution idéale.

Les premières secondes de la lecture

Il est généralement admis qu’un recruteur passe environ 30 secondes à parcourir le CV de chaque candidat.

Plus précisément, ce court moment contient les 3 à 5 premières secondes, avant la seconde période qui mène à plus ou moins 30 secondes, en moyenne ;

Durant ces toutes premières secondes, le recruteur va voir l’aspect général du CV.

Si le CV est trop chargé ou trop long, ou s’il est écrit avec une police de caractère trop petite, ou encore s’il est d’une couleur qui fait mal aux yeux, alors l’envie de lire le CV lui passe tout de suite.

S’il a peu de candidature, il poursuivra la lecture.
S’il en a beaucoup, il passera au CV suivant.

Conclusion : L’apparence joue beaucoup.

Un CV clair, bien lisible, a plus de chances qu’un CV où le candidat a voulu mettre un maximum d’informations.

Durant les secondes qui suivent

Le recruteur va commencer par chercher ses critères de sélection, c’est-à-dire les mots du CV qui correspondent aux critères de sélection.

Certains robots, plus perfectionnés, utilisent des bases de données de synonymes, ce qui facilite la recherche des profils par comparaison du vocabulaire.
Par exemple, Production et Fabrication peuvent convenir car ils sont très proches l’un de l’autre.

L’être humain est capable de faire ces comparaisons intuitivement.

Conclusion : Le choix des mots, leur position dans le CV, sont à mettre en évidence pour accrocher le plus vite possible de regard du lecteur.

La multiplicité des synonymes permet d’augmenter ses chances.
De même, plus le mot-clé sera positionné en haut dans le CV et plus vite il sera lu.
Un mot présent dans une annonce et retrouvé dans le CV, à commencer par le titre, rapproche plus facilement l’offre et la demande, alors plus il y en a mieux c’est.

Bon à savoir

Comme le recruteur a peu de temps à passer à la lecture d’un CV, il va se concentrer sur le titre et l’accroche du CV.

Une accroche percutante, originale, qui décrit bien le projet professionnel ou/et l’offre de services du candidat, va donner envie d’approfondir la suite de la lecture.

À l’inverse, une accroche banale que peuvent écrire tous les candidats, affaiblira l’envie et raccourcira le temps de lecture.

Toujours par faciliter, la lecture se poursuivra par les premiers mots de la première phrase des premiers paragraphes.

Un CV bien conçu va contenir des espaces, des lignes blanches pour définir des paragraphes.
Chaque paragraphe va commencer par le plus important, le plus en adéquation avec le besoin découvert par le candidat, dans l’annonce ou lors de sa recherche d’informations sur l’entreprise, notamment pour les candidatures spontanées.

Voilà, le mystère de l’utilisation des 30 secondes de lecture d’un CV par un recruteur vous est maintenant connu.

À vos CV !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Présentation : La méthode du Pecha Kucha
Pourquoi mon CV sur les Réseaux ne marche pas ?
Critère d’embauche : L’orthographe

Un trou dans le CV fait-il disparaître des compétences ?
Un CV ou des CV
Sélectionner les candidats : IA et Vidéo

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le mystère des 30 secondes de lecture d’un CV dévoilé : Partie 1/2


Ce que cherche un recruteur dans un CV

check-list de sélection des candidatsLe CV, élément indispensable et primordial de la recherche d’emploi, est devenu un élément de marketing personnel, de communication pour le candidat.

C’est aussi une mine d’informations pour le recruteur, à la recherche du profil idéal pour le poste à pourvoir.

Recruteur professionnel dans un cabinet spécialisé, chargé (e) de recrutement dans un service RH, ou entrepreneur qui occasionnellement recrute, tous ont à cœur de réussir à trouver la personne qui aura le meilleur profil face aux besoins.

Deux méthodes, un résultat

Outre le degré très variable de familiarité du recruteur avec le processus de recrutement, le recruteur va :

  1. Rechercher un profil, ou
  2. Recevoir des réponses à son annonce

Dans le premier cas, il va effectuer des recherches sur Internet, lui-même ou par l’intermédiaire d’un logiciel spécialisé.
Son objectif : trouver des CV avec les mots-clés qu’il recherche

Dans le second cas, il va recueillir un maximum de candidatures, sous la forme d’un CV et d’une lettre de motivation.
Son objectif : éliminer les CV trop en dehors des critères demandés pour le poste.

Dans un cas comme dans l’autre, le CV est le centre des résultats de la recherche.

Le recruteur cherche, dans le CV, tous les éléments qui lui permettent de sélectionner les profils qui ont le plus de points communs avec les critères indispensables pour embaucher.

Par quoi commence le recruteur

L’analyse du poste à pourvoir permet au recrutement de dresser une liste de critères, c’est-à-dire de mots-clés.

Certaines caractéristiques sont faciles à déterminer, comme le diplôme ou les langues.

D’autres nécessitent une légère analyse, comme le nombre d’année d’expérience qui est le résultat du calcul entre la première année du parcours professionnel et l’année en cours ou l’année de fin du dernier emploi.

D’autres encore sont plus subtils et impliquent fortement le savoir-faire du recruteur, comme le dynamisme, la clarté du discours, la présentation des réalisations et des résultats choisis par le candidat pour figurer dans son CV.

Comment se répartissent ces mystérieuses 30 secondes ? À lire dans le prochain article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Emploi : CV papier vs Profil sur des réseaux sociaux
CV : Le chasseur de têtes
Le sourcing dans le recrutement 2.0

5 méthodes pour optimiser son recrutement
Les 4 étapes pour le recruteur AVANT la rédaction d’une offre d’emploi
Appliquer le RGPD dans le recrutement : Mode d’emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les secteurs d’activités dans les offres d’emploi


Les secteurs d’activités trouvés dans les offres d’emploi

les sectgerus d'activitéChaque entreprise, à sa création, doit définir son secteur d’activité, que l’on retrouve par les 732 codes NAF.

Outre l’inconvénient du choix, la diversité des activités et l’évolution des entreprises peuvent les amener à multiplier les activités et à s’étendre dans d’autres secteurs.

Sommaire :

Cependant, quelle que soit l’orientation qu’elle a prise, la société doit conserver le code NAF défini au moment de sa création.
C’est pourquoi, le code NAF ne peut être le seul indicateur de l’activité ou des activités d’une entreprise.

Pour le recruteur, le code NAF est exclu. De multiples désignations sont alors utilisées, selon ce que l’entreprise souhaite faire apparaître.

Quelques fois, le secteur est très détaillé, surtout quand l’entreprise recrute par elle-même. Parfois, il est très vague ou même absent.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les secteurs d’activités dans les offres d’emploi

Plusieurs listes de secteurs d’activités existent en fonction de celui ou celle qui l’établit. C’est pourquoi, les jobboards ou sites d’emploi proposent des regroupements selon leur clientèle.

Les secteurs sont regroupés selon le secteur ou le métier.

Par exemple, travailler dans l’informatique, signifie travailler dans

  • un service informatique d’une entreprise quelconque, c’est la notion de métier, ou
  • une entreprise de services numérique (ESN), appelée aussi SSII, qui est le secteur du numérique

De plus, des synonymes ou mots proches sont aussi utilisés.

Exemple : Extraction ou Mine, Négoce ou Import/export

De même, des qualificatifs permettent de donner des indications supplémentaire.

Exemple : Distribution spécialisée, grande distribution

Secteurs trouvés dans des offres d’emploi :

  1. Administratif / Assistanat / Secrétariat
  2. Agroalimentaire / Agriculture
  3. Associatif / Social / Humanitaire
  4. Audit / Études et conseils
  5. Banque / Assurance / Tertiaire
  6. Bois / Papier / Carton / Imprimerie
  7. BTP / Matériaux / Immobilier
  8. Chimie / Parachimie
  9. Commerce / Négoce / Distribution / Artisanat
  10. Commercial / Ventes
  11. Communication / Documentation / Journalisme
  12. Culture / Loisirs / Sport / Tourisme
  13. Direction générale / Management
  14. Électronique / Électricité
  15. Énergie / Développement durable / Environnement
  16. Entretien / Maintenance
  17. Établissements Public / Collectivités / Armées
  18. Finances / Gestion / Comptabilité
  19. Formation / Orientation / Service à la personne
  20. Hôtellerie / Restauration
  21. Informatique / Télécoms
  22. Ingénierie / Techniques / Méthodes
  23. Juridique
  24. Machines et équipements / Automobile
  25. Marketing / Publicité
  26. Média / Audiovisuel
  27. Métallurgie / Plastique / Caoutchouc / Autres industries
  28. Mode / Luxe / Beauté / Textile
  29. Production / Achat
  30. Qualité / Sécurité / Environnement
  31. Recherche / Études et laboratoire
  32. Relations clients / Service après-vente
  33. Ressources humaines
  34. Santé / Médical / Pharma
  35. Services aux entreprises
  36. Services généraux / Accueil
  37. Transports / Logistique
  38. -Autres Fonction / Secteur

Votre secteur ou votre métier manque dans cette liste, faites m’en part

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les sources du stress du recruteur
Recrutement : Les clichés sur les femmes et sur les hommes
Contrôle de référence : mode d’emploi

Recrutement en ligne : attention cheval de Troie
Questionnaire recrutement
Points faibles à citer en entretien d’embauche 1/6 : Mort de trac

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 15 Emploi
Récapitulatif 15 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’écoute active : mode d’emploi


La pratique de l’écoute active

je t'aime  - moi non plusParmi les techniques qui permettent de réussir un entretien, qu’il soit d’embauche, de promotion, pour demander une augmentation de salaire ou faire valoir ses atouts pour obtenir une mission, figure l’écoute active.

L’écoute active, c’est se concentrer sur les propos de l’autre sans perdre le fil ni de son discours ni du sien propre.

Inutile de déballer l’ensemble de vos arguments si votre interlocuteur montre des signes de lassitude, s’il veut en placer une et que votre débit l’empêche de le faire, sauf quand vous prenez une respiration.

Pour parvenir à convaincre l’autre que ce que vous dites est intéressant, il convient aussi de faire attention à ce qu’il dit, ainsi qu’à son langage non verbal.

C’est l’approche centrée sur la personne qui fera de vous un « bon » interlocuteur.

S’entraîner

Pour utiliser l’écoute active, il va falloir vous entraîner, car cette technique est loin d’être naturelle.

Le naturel est d’être concentré sur soi, de faire preuve d’égoïsme dans le discours et de le ramener à soi, de discourir en émettant ses idées et en utilisant son propre vocabulaire et tics de langage.

Il est très difficile au début de l’apprentissage de la méthode, d’écouter sans perdre le fil de la conversation, de répondre aux questions de l’autre et donner une réponse, tout en observant la réaction de son interlocuteur.

C’est comme une partie de ping-pong où vous devez à la fois suivre la balle des yeux pour la renvoyer sur la table sans faire de faute et de regarder son adversaire pour savoir où il se place, comment il tient sa raquette et quel est son prochain geste, de façon à envoyer la balle là où il faut pour gagner le point.

Trois outils pour la mise en pratique

Poser des questions

Un très bon moyen de savoir ce que l’autre pense et le faire parler et de lui poser des questions, tout simplement.

Il s’agit, bien sûr, de questions ouvertes, c’est-à-dire des questions qui nécessitent une réponse avec plusieurs phrases ou plusieurs mots. Il faut que l’autre puisse exprimer avec son propre vocabulaire suffisamment longtemps pour pouvoir l’observer et réagir.

Reformuler

Reformuler, c’est tout simplement répété ce que l’autre vient de dire, de préférence sous une autre forme, soit avec son propre vocabulaire soit en le mélangeant avec le sien. La langue française à ce gros avantage d’avoir à sa disposition un nombre important de synonymes.

En même temps reformuler permet de réfléchir la réponse que l’on va donner.

Résumé ou faire une synthèse

Reprendre les propos de l’autre, en utilisant moins de mots que lui, tout en conservant l’idée qu’il aimait, s’appelle faire une synthèse. C’est un résumé qui reprend l’idée maîtresse sans la dénaturer.

Comme dans la formulation, la synthèse permet de voir comment l’autre réagit, et en cas de désaccord sur un point détail, la réaction de votre interlocuteur permettra de savoir si vous allez dans le même sens que lui, ou si vous avez mal compris ses propos.

Se mettre au diapason

En combinant l’écoute active, la concentration sur l’autre, et la PNL, vous allez vous mettre au diapason, être en phase avec votre interlocuteur, et transmettre plus d’informations et de meilleure qualité au travers de ses filtres naturels et augmenter ainsi la qualité de votre discours et diminuer la déperdition de l’information.

Autre avantage, le choix de ce que vous allez dire, c’est-à-dire le fond de votre pensée correspondra aux attentes votre interlocuteur. Vous ne le lasserez pas avec de longs discours, avec des propos dont il n’a rien à faire. Ce conseil est particulièrement important lorsqu’il s’agit d’un entretien d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Comment bien mener un entretien efficace
Comment faire passer mes idées en 8 étapes
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

PNL visuel, auditif ou kinesthésique
Schéma de la déperdition de l’information
Ces phrases qui tuent le dialogue

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 12 Communication
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions


Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions 1/2

lexique de Philippe GarinPour améliorer la qualité d’un entretien, voici les deux premiers des quatre domaines linguistiques pour vous aider à comprendre votre interlocuteur et vous permettre de poser les questions appropriées

Les noms

Les noms définissent des personnes, des choses ou des situations.

Plus les noms utilisés sont imprécis, plus vous aurez de questions à poser, pour obtenir une information précise.

Trouver ces questions est assez facile, il suffit de reprendre les noms utilisés par votre interlocuteur et d’y ajouter un point d’interrogation, c’est-à-dire un ton interrogateur.

Les verbes

Les verbes indiquent une action. Comme les noms, les verbes peuvent être imprécis et plusieurs sens sont possibles.

La reformulation de la phrase en utilisant un synonyme du verbe utilisé par votre interlocuteur vous permettre de le faire réagir positivement ou négativement selon que le verbe employé ait le sens souhaité dans le verbe utilisé par votre interlocuteur.

Exemple : « Le sentez-vous ? » peut tout aussi bien signifier « quel est votre état d’âme en ce moment ? » que « Cette odeur arrive-t-elle jusqu’à vos narines ? »

Suite de l’article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Liste 4 des points faibles ou Comment positiver des points faibles Des exemples pour comprendre
Lire pour bien converser
Convaincre par les mots

Lire pour bien converser
Communication : Convention et référentiel commun indispensables
Une information précise est proche de l’expérience sensorielle

Autres Communication :

Récapitulatif 4 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :