La génération Y au travail


Quel est le comportement de la génération Y au travail ?

génération Y au travailDans le monde du travail, une intégration d’un jeune de la génération Y peut s’avérer plus compliquée que pour un senior ou une personne entre les deux (génération X).

Pour que cela se passe au mieux, une compréhension mutuelle des moteurs et des besoins du salarié et de son chef sont nécessaires.

Sommaire :

Les relations sont faciles à établir, et le respect mutuel doit être acquis.
Ce qui est évident pour le manager, à savoir le respect de ses subordonnés, la prédominance de ses idées, est bien moins évident pour un jeune de la génération Y, pour qui parler avec ses collègues, son chef direct ou le grand patron est mis au même niveau.

De plus, si le chef ne plaît pas, il le dit ou il le fait savoir.

Pour autant, le travail est fait et la qualité dépend du sérieux et de l’intérêt au travail que montre la génération Y.

C’est donc au manager de reconnaître tous les avantages qu’apportent les jeunes avec eux, et d’utiliser leur potentiel en les aidant à développer leurs qualités et leur enthousiasme.

Un manager autoritaire et dictatorial n’a aucune chance de parvenir à motiver un collaborateur de cette génération. Il y parviendra pendant un certain temps, puis verra partir le jeune rapidement, car il cherchera un travail avec une ambiance plus sympathique.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage
Management : 8 différences entre la France et l’Allemagne

Dégradation de la relation personnelle avec le responsable hiérarchique
Influence et charisme personnel vs autorité liée au poste
3 conseils pour faire cesser les critiques

Autres Management :

Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Menu à préparer chaque matin pour un bon jour


Menu à préparer chaque matin pour passer une bonne journée

le chef propose le menu du jour

20 décilitres de patience

1 tasse de bonté

40 cuillerées de bonne volonté

10 pincées d’espoir

10 doses de bonne foi

.

Ajoutez :

20 poignées de tolérance

10 paquets de prudence

.

Et quelques brins de sympathie

10 poignées de mesure

De bonne humeur

.

Assaisonnée de beaucoup

de bon sens

.

Laissez mijoter

Et vous obtiendrez

Une bonne journée !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

L’empathie, c’est…
La pyramide de Maslow
Facteurs perturbants dans un bureau

Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant
Ce que vous devez atteindre
Lâcher-prise vs relaxation

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 9 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Approche pour la construction d’une atmosphère de sympathie dans le cadre d’un entretien


20 Conseils pour une atmosphère de sympathie dans un entretien

sympathie autour d'un ballonSi, de base, vous avez la volonté de créer une image de vous qui resplendit de bienveillance et de sympathie envers votre interlocuteur, celui-ci se sentira plus à l’aise, il s’ouvrira au dialogue et vous obtiendrez de meilleurs résultats.

Par contre, si vous vous forcez, en croyant que la simple technique suffira à obtenir le même résultat, votre instinct prendra le dessus, votre interlocuteur « sentira » le côté artificiel et les résultats escomptés seront absents du rendez-vous ou seront moindres.

Cependant, que cela soit naturel ou que vous ayez des progrès à faire, voici une approche pour construire une atmosphère de sympathie dans le cadre d’un entretien, en management ou en entretien d’embauche

  1. Se mettre au niveau de son interlocuteur
  2. Être habillé (e) selon les circonstances
  3. Montrer son intérêt à la personne en plus du sujet traité
  4. Aller vers l’autre
     
  5. Engagement et Identification
  6. Donner la possibilité à l’autre de se présenter et de se décrire
  7. Mettre en avant les points communs, sans lourdeur
  8. Mettre de côté son propre système de valeurs
     
  9. Avoir suffisamment d’informations préalables
  10. Parler ouvertement des positions divergentes
  11. Prendre du recul dans son approche et avoir du tact
  12. Se retenir
     
  13. Reprendre les arguments de l’autre, en exposer les points forts
  14. Renforcer l’autre
  15. Écouter
  16. Faire ressortir les côtés positifs du point de vue (demander son aide)
     
  17. Faire part de ses craintes d’avant l’entretien et de leurs disparitions
  18. Appeler l’interlocuteur par son nom
  19. Sourire (humour)
  20. Reprendre son interlocuteur à l’endroit où il s’est arrêté

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les cinq clés de la communication
Comment présenter un avantage ou un inconvénient
Règles d’interactions pour bien mener une réunion de groupe

La quantité d’informations transmises par un message
Ces phrases qui tuent le dialogue
Psychologie positive, Pensée positive, Parler positif

Autres Communication :

Récapitulatif 2 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal


Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal

En raison de la personnalité des individus, leur position sociale, la communication intervient dans un contexte général ou préexiste des relations de sympathie hostilité et de domination soumission.

La combinaison de ces tendances permet de déterminer huit types de rôles auxquels correspondent des réactions spécifiques
Les rôles dans la communication

 

Le rôle

Ses caractéristiques

Les réactions provoquées

Le père

Il est de, du secours, il aime, mais sans renoncer à son autorité.

Sentiment de sécurité, confiance, adhésion, docilité

Le patron

Il dirige, commande, impose avec fermeté, sans perdre de vue les aspects humains de la communication.

Respect, admiration, obéissance

L’exploiteur

Il se sert de façon péremptoire et autoritaire de tous les moyens à disposition pour tirer profit de sa situation.

Antipathies, méfiance, complexe d’infériorité, soumission, blocages

Le tyran

Il exerce son pouvoir de façon autoritaire et contraignante, considérant a priori les autres comme des ennemis.

Haine, hostilité, opposition, révolte

Le rebelle

Il se révolte contre l’autorité, parfois non ouvertement ; ses intentions sont malveillantes.

À version, sanctions, recherche d’élimination

Le timoré

Timide et méfiant, il reste très dépendant d’une autorité qui lui pèse malgré tout

Mépris, arrogance, autoritarisme

L’enfant

Il respecte sans réserve l’autorité, admire son « père » et lui fait toute confiance.

Attachements, affection, reconnaissance

L’assistant

C’est un collaborateur dévoué, qui apporte toute son aide à son interlocuteur

Estime, affection, reconnaissance

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron
Das Kind – L’enfant
La pyramide de Maslow

Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Règles pour un manager pour des phases difficiles de communication

Autres Communication :

Récapitulatif 1 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :