Techniques d’animation : Comment redonner confiance en soi


Comment redonner confiance par l’animation à un public brisé

moral brisé

moral brisé

Il y a de nombreuses circonstances dans la vie qui brisent le moral.
La perte d’un emploi et une longue période de chômage en font partie.

C’est pourquoi, avant de former un tel public désabusé, il convient de leur redonner confiance.

Voici quelques techniques d’animation d’un atelier pour demandeurs d’emploi en détresse, dont le but est de les aider à découvrir leurs qualités.

1. Montrer l’exemple

Vous devez montrer votre confiance en vous pour inspirer les autres par mimétisme inconscient.

Soyez souriant, à l’écoute, laissez vos préjugés au vestiaire et démarrez votre atelier en demandant aux participants de faire de même.

Indiquez-leur ces règles de bienveillance pour qu’ils les mettent en oeuvre dès la première minute.

Par exemple, on laisse quelqu’un terminer sa phrase sans l’interrompre avant d’intervenir.

Si besoin, en cas d’indiscipline, demandez à ce qu’ils utilisent un signe pour réclamer la parole, par exemple, lever la main ou un petit carton.
C’est très scolaire, aussi vaut-il mieux suggérer qu’imposer.

2. La technique des post-its

Vous distribuez une dizaine de post-its à chacun.

Puis, vous leur demander d’écrire une idée par un ou deux mots-clés par feuille sur ce qu’ils pensent que sont, par exemple, les qualités demandées par un employeur, ou que l’on retrouve dans tel ou tel métier.

J’évoque là les qualités humaines ou traits de caractère, utiles dans l’exercice d’une profession.
Ce peut aussi être des qualités comme la dextérité, la politesse, la ponctualité, etc.

Après 5 minutes, où, en silence, chacun a écrit ce qu’il pense, vous demandez, à ce qu’ils lisent, l’un après l’autre, les idées à voix haute et en collant chaque post-it sur un mur, un tableau, ou ce que vous avez sous la main pour vous permettre de regrouper les idées tout en montrant à tous.

S’il existe des participants qui ne savent pas écrire, alors qu’ils dessinent sur le post-it.

Prévoyez des feutres en quantité suffisante en plus des post-its.

Quand toutes les idées sont collées sur le mur, après avoir fait en sorte de les regrouper au moment où ils les collaient, vous expliquez pourquoi vous les avez regroupées pour faire ressortir les idées principales, c’est-à-dire les qualités trouvées.

Cette technique d’animation, à utiliser au début de votre atelier, vous permet de faire participer les gens qui commencent à comprendre qu’ils sont écoutés et qu’ils ont des choses à dire. Ils se décoincent.

Cela les implique et donc ils sont plus actifs pour recevoir ensuite votre enseignement. Ils commencent à reprendre confiance.

De cette manière, ils perdent la crainte d’avoir devant eux une personne qui va leur faire un cours comme un prof devant des élèves.

La position d’animateur est renforcée quand les participants sentent qu’il est, certes un sachant, mais pas condescendant.
Rien de pire que d’avoir l’impression que l’animateur vous prend de haut, car le petit reste de confiance qu’ils gardent encore risquerait de disparaître.

3. Le positivisme

Il s’agit d’encourager par un langage qui exclu les mots négatifs.

C’est très difficile, car nous avons tous l’habitude de les utiliser en surabondance. Il faut vous entrainer.

Des petits mots, comme « bien » au lieu de « pas mal », par exemple, font monter la confiance en soi et surtout la bienveillance.

Faites l’exercice et recherchez ces mots positifs qui remplacent les mots négatifs, les négations sont à bannir.
Employez-les même au quotidien pour qu’ils vous viennent à l’esprit durant votre atelier.

Rassurez et félicitez à chaque occasion, à chaque fois qu’un participant parle ou réussi un exercice.
Déjà se lancer à parler est difficile pour eux, alors de savoir que ce qu’ils disent est bienvenu les encourage à poursuivre.

La confiance en soi se gagne avec l’accumulation de succès, aussi infimes soient-il. plus une personne est cabossée dans la vie et plus elle a besoin d’encouragement à aller plus loin.

Parlez clairement, lentement.
Écrivez grand.
Soyez dynamique, bougez pour montrer l’exemple de ce qu’il faut que les participants fassent.
Souriez.

Soyez vigilant dans votre gestuelle, vos mimiques et votre voix, pour garder toujours l’image positive qui rassure et encourage.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les nouveaux chômeurs vous font de l’ombre ? Comment vous motiver
Règles d’interactions pour bien mener une réunion de groupe
Réussir l’animation d’une réunion de travail

Trouver ses qualités personnelles : La méthode du jeu du bac
La communication non verbale : Le message total
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD

Autres Communication, Bien-être et Emploi :

Récapitulatif 20 Communication
Récapitulatif 20 Bien-être
Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

6 comportements des personnes mentalement fortes


6 choses que les personnes mentalement fortes font

fort mentalementDans votre entourage, vous connaissez sûrement quelqu’un que vous qualifiez de personne mentalement forte.

Vous aussi, faites partie des personnes mentalement fortes si vous avez les comportements suivants :

1. Vous évitez de vous apitoyez sur vous-même

L’herbe est toujours plus verte à côté. Quel dommage que votre pelouse soit moins belle ! Bof !

Se concentrer constamment sur le négatif vous empêche de voir les bons côtés de votre situation. Vous laissez échapper ce qu’il y a de bon et de beau.

L’apitoiement sur soi est une perte de temps, crée des émotions négatives et détruit les relations.

Ce qui semble négatif aujourd’hui s’avéra positif plus tard.

2. Vous voyez les changements comme des opportunités

Les changements dans la vie peuvent être effrayants. À titre personnel ou professionnel, les changements mènent à l’inconnu, aujourd’hui.

Cependant, s’y opposer repousse seulement la mise en place du changement à plus tard.

Plus vous attendez, plus il est difficile de changer quelque chose. Certaines occasions risquent de passer à tout jamais.

3. Vous n’essayez pas de plaire à tout le monde

Lorsque vous prêtez plus d’attention au jugement que les autres portent sur vous, vous réagissez, à votre manière.

C’est une ligne de conduite qui vous empêche de développer votre potentiel. C’est l’opposé de la force mentale.

Quelle importance quand les autres sont en colère contre vous ! Il est impossible de plaire à tout le monde.

4. Vous vivez tourné (e) vers le futur

Si vous regardez, sans cesse, vers le passé, vous le ressassez, au lieu de vous tourner vers le futur et de profiter de votre vie de maintenant.

Il est impossible de changer le passé – quoi que vous fassiez. Bon et moins bon.

La seule chose positive que vous pouvez tirer de mauvais souvenirs est d’apprendre de vos erreurs et de celles des autres pour éviter de les reproduire.

5. Vous persévérez après le premier échec

Après un échec, certains abandonnent. Vous êtes mentalement fort (e) quand vous, vous pensez que les défaites vous permettent de découvrir que vous pouvez être meilleur (e).

L’échec sert à acquérir des connaissances pour préparer le futur.

Le succès prend souvent du temps.

6. Vous savez avoir des moments rien que pour vous

Être seul (e) présente de nombreux avantages.

Vous pouvez réfléchir dans le calme, vous concentrez.

Vous êtes également plus productif (ve), plus créatif (ve) et vous pouvez vraiment vous détendre.

Les personnes mentalement fortes utilisent le potentiel de la solitude.

Elles se réjouissent des moments passés en société.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Prendre du recul : Une évolution positive
Efficacité personnelle : Savoir se concentrer, comment faire
Pour améliorer sa situation dans la durée

Les 10 premières choses sur les 20 qui arrivent quand tu viens d’avoir un bébé
Se connaître, trouver son mode de fonctionnement
Zone de confort et Chômage : Évolution obligatoire

Autres Bien-être :

Récapitulatif 20 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 14 règles de Jeff Bezos pour devenir un bon manager


Les 14 règles de Jeff Bezos pour devenir un bon manager

Jeff Bezos est le fondateur d’Amazon Jeff Bezos

Comme beaucoup de chefs d’entreprise américains, il partage ses « recettes » du succès.

14 principes pour être efficace au travail

  1. Ne penser qu’au client
  2. Inventer et simplifier
  3. Avoir souvent raison
  4. Apprendre et être curieux
  5. Recruter et développer les meilleurs
  6. Placer le niveau d’exigence toujours plus haut
  7. Voir grand
  8. Privilégier l’action
  9. Maîtriser et optimiser les coûts
  10. Gagner la confiance
  11. Analyser en profondeur
  12. Avoir du cran et s’engager
  13. S’investir personnellement
  14. Obtenir des résultats

Source : BFM Business

À méditer quand on est manager ou qu’on veut le devenir !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Jack Welch : « Mes conseils pour réussir »
Comment favoriser le renouvellement et le dynamisme des organisations
Organisation verticale : D’où provient la reconnaissance du manager par son équipe ?

Start-up : 10 clés du succès
Devise 028 : Ne crie pas ton succès (Star Trek)
Bien diriger : Les recettes de six grands patrons

Autres Management :

Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

5 conseils efficaces pour montrer sa motivation en entretien d’embauche


5 astuces pour montrer sa motivation en entrevue d’embauche

motivation pour un jobPréparer son entretien d’embauche est une nécessité pour mettre toutes les chances de son côté et faire la meilleure impression possible.

C’est un exercice de communication dont l’objectif est de convaincre l’autre, le recruteur spécialisé ou chef d’entreprise, que vous êtes le (la) candidat (e) idéal (e).

Un des moyens à votre disposition est de montrer sa motivation.

Certes ! Et comment ?

Votre intérêt pour l’entreprise

Plus vous exprimez votre intérêt pour le projet d’entreprise, ses valeurs, plus vous montrez que vous avez recherché des informations sur elle.

Ses produits, ses clients, son savoir-faire vous conviennent.

Vous partagez et vous êtes enthousiaste à l’idée de pouvoir œuvrer de l’intérieur pour le succès de l’organisation.

Dites-le, sans exagérer non plus. Trop d’enthousiasme est suspect !

Vos réalisations

Rien de tel pour un recruteur que d’entendre une anecdote, avec circonstances, actions et résultats, dans la bouche d’un (e) candidat (e), durant l’entrevue d’embauche.

Il obtient ainsi confirmation de vos capacités et votre savoir-faire, qui sont illustrés par un cas concret proche de ce qui vous attend dans l’organisation.

Votre expérience

Au cours de vos emplois, stages et formations précédents, vous avez acquis de l’expérience au travers de ce que vous avez fait, des projets menés, seul (e) et à plusieurs.

Vous avez aussi pris du recul et tiré parti de vos erreurs et des erreurs des autres.

Le retour d’expériences moins bien réussies est un élément favorable pour votre candidature, dans la mesure où vous relater ce que vous avez ainsi appris de positif.

Votre carrière

Ça parait tellement évident que souvent vous oubliez de dire que vous souhaitez faire carrière au sein d’une entreprise, qui se trouve, être celle que vous souhaitez rejoindre.

Les employeurs aiment entendre que son investissement dans le recrutement sera de longue durée.

Il a besoin d’être rassuré et cherche à éviter de se tromper dans le choix de son (sa) nouveau (elle) collaborateur (trice).

Ça va peut-être sans dire, mais ça va mieux en le disant, n’est-ce pas ?

Votre projection dans le poste

Montrer sa motivation pour le poste est aussi important que pour l’entreprise.

Annoncez ce que vous avez compris du poste et/ou comment vous souhaitez aborder les premières actions à mener.

Envisagez de travailler dans ce poste, c’est imaginer ce que vous y ferez, d’après les explications recueillies avant et pendant l’échange.

Vous pouvez compléter vos propos lors du mail de remerciement après l’entretien.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Faire une bonne impression en entretien d’embauche : Mode d’emploi
Entretien d’embauche :  » Pourquoi êtes-vous là ? « 
Entretien d’embauche par visio : Mode d’emploi

Se renseigner sur l’entreprise qui recrute
Recherche d’emploi :  » Avez-vous d’autres pistes ? « 
30 minutes en entretien d’embauche : Suffisant ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Se renseigner pour une candidature spontanée


Se renseigner pour le succès d’une candidature spontanée

se renseigner avant d'agirLa candidature spontanée consiste à écrire à une entreprise pour lui proposer une rencontre dont le but est d’obtenir un emploi dans cette entreprise.

Après avoir vu les avantages et les inconvénients de cette façon de trouver un emploi, voyons comment prendre des renseignements sur les entreprises pour mettre toutes les chances de son côté et rédiger la meilleure lettre de motivation possible, en l’absence d’indications que l’on trouve dans une offre d’emploi, puisque celle-ci n’existe pas.

Sommaire :

Avantages et inconvénients d’une candidature spontanée

Se renseigner

Postuler

Se renseigner

En fonction de son profil, de ses envies et de ses savoir-faire, il est intéressant de lister les entreprises, du secteur professionnel que l’on vise, ou, à défaut de savoir dans quel secteur, il y a le choix de la zone géographique.

Plusieurs sources d’informations existent, notamment les institutions, comme les chambres consulaires (chambre des métiers, chambre de commerce et d’industrie, chambre d’agriculture), ou, tout simplement, Internet.

Une fois que vous avez établi votre liste, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux et la Presse locale ou régionale, voire nationale, pour connaître le nom du dirigeant de l’entreprise ou du responsable fonctionnel qui sera votre interlocuteur.

Votre interlocuteur sera le dirigeant de l’organisation, celui qui décide de créer un poste, ou celui, ou celle, qui va lui parler en bien de votre profil.

L’actualité de l’entreprise, décrit dans son site ou dans les journaux en ligne, est une source d’inspiration.
Vous allez imaginer les besoins en personnel de l’organisation et qui correspondent à vos compétences ou/et votre expérience.

Si un site de production ou un nouvel établissement, ou encore un nouveau produit ou service, est annoncé, c’est que des embauches sont à la clé.

À l’inverse, si l’actualité fait état de perte financière ou de licenciement, vous éliminerez l’entreprise de votre liste, avant même de postuler.

Une entreprise, qui recrute souvent, est-elle une bonne cible ?
Elle peut l’être quand il s’agit de créations de postes, ou une mauvaise nouvelle, quand il s’agit de remplacement de personnes.
Sont-elles incompétentes ou le management est-il « désagréable » ?

Cela mérite d’approfondir l’information avant de postuler.

 

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Emploi : Se renseigner sur l’entreprise qui recrute
4 bonnes raisons d’utiliser les réseaux sociaux dans sa recherche d’emploi
Fausses offres d’emploi

Internet : Naviguer en toute sécurité
Entretien d’embauche : La curiosité est un bon défaut
En poste ET en recherche d’emploi : Bien réagir

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Plan de communication : Les 6 bonnes questions


Les 6 questions à se poser pour bien communiquer

Quel que soit le sujet sur lequel on souhaite communiquer, le processus de transmission de l’information commence par se poser les bonnes questions.

L’importance des éléments et le succès de la communication dépendent de l’importance que l’on donne aux réponses des questions de cette check-list.

Tout plan de communication contient les réponses aux questions suivantes :

communication écrite, visuelle verbale donc complète

1. Qui sont les destinataires ?

Plus précisément, la question est de savoir qui compose la cible du message.

La même information transmise, par exemple, à un particulier ou à un professionnel, le sera d’une manière différente.

Cela peut aller jusqu’à préciser, dans le message lui-même, qui est concerné, de façon à attirer l’attention des uns et laisser indifférents les autres.
L’un des meilleurs exemples est celui de promotions sur des véhicules où le message indique si elles excluent les professionnels ou leur sont réservées.

De même, le choix des mots sera différents selon que la cible est le grand public ou un parterre de thésards (Bac + + )

2. On parle de quoi ?

Il y a le sujet principal, l’objet du message à transmettre. On le retrouve, par exemple, dans l’entête d’une lettre ou dans l’objet d’un mail.

Il y a aussi le contenu du message. L’information peut être une consigne, une supplique ou demande, une invitation, une réponse, etc.

Les arguments, les exemples, les réflexions et les conseils, l’expression de ses sentiments, figurent parmi les éléments qui permet de déterminer le corps du message à communiquer.

3. Quand communiquer ?

L’impact de la communication sera différent selon le moment où la communication aura lieu.

Ce peut être le bon moment si l’information est instantanée ou presque, comme dans le journalisme.
Le bon moment est peut-être à une heure précise dans la journée, quand les personnes destinataires sont au travail ou chez eux.

La communication peut également avoir lieu à des moments différents dans l’année. Le marché des jouets a surtout lieu avant Noël, par exemple.

4. Avec quelle fréquence ?

La répétition d’un message est l’une des méthodes les plus concrètes pour s’assurer que le message touchera bien toutes les personnes cibles.

C’est le principe même de la publicité, et aussi celui de l’éducation des enfants. Ces derniers ont la capacité d’oublier très rapidement ce qui vient de leur être dit, surtout les plus jeunes et que le message les dérange.

Au travail, les consignes de sécurité doivent faire l’objet de communication régulièrement dans des milieux dangereux alors que dans un milieu tranquille et sans danger, la récurrence du message sera plus large.

Le message unique est souvent la seule fréquence, notamment dans le quotidien.

5. Comment communiquer ?

C’est la question du canal de communication.

Elle sera verbale, écrite ou visuelle.

La communication peut se faire en parlant en face-à-face, au travers d’un média comme le téléphone, la messagerie, la télévision, la radio ou les prospectus.
Elle peut aussi être indirecte, via le bouche-à-oreille.

6. Avec quels moyens ?

La communication professionnelle demande une organisation, un planning et un budget.

Il faut déterminer exactement les réponses aux questions précédentes et définir qui va s’occuper, avec quels moyens matériels et financiers et en combien de temps.

L’organisation implique une ou plusieurs personnes. Il est évident que le service marketing d’une entreprise international ou le maire d’un village ont des moyens de mise en oeuvre de leurs communication sans rapport avec la communication d’un coach sur un terrain de sport ou la mère de famille envers ses enfants.

Conclusion

Toutes ces questions clés sont importantes dans un plan de communication structuré ou dans une simple et banale, en apparence, communication sans grand enjeu.

Une lettre sera une lettre, pourtant elle sera différente si elle contient des injures ou une demande de rendez-vous, selon qu’elle s’adresse à un partenaire commercial ou une administration ou un ami.
Son impact sera différent si elle est envoyée par la poste, écrite à la main, ou publiée dans un blog ou envoyée dans une campagne de mailing.

Philippe Garin

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Compétences numériques : La Communication
La Process communication ; Les 6 personnalités
CNV Communication non violante : Les 4 étapes de l’OSBD

Danger : fausse annonce, vraie boite-aux-lettres = complice
Quand la critique devient harcèlement
6 facteurs de diminution de la déperdition d’un message

Autres Communication :

Récapitulatif 17 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Perte de poids : Premier succès


Ça commence enfin

succès plus léger légèreJe crois que mon régime
commence à faire son effet :

Mes cheveux commencent
à être plus légers

Source : Brigitte.de

Traduction par

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Maigrir à quelques cheveux près
Le succès c’est …
Aujourd’hui je cuisine

Une théorie à notre goût
Main chaude = Succès à l’entretien d’embauche, Recrutement assuré ?
L’inefficacité de Franz Schubert

Autres Humour :

Récapitulatif 17 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

3 régimes en même temps


3 d’un coup pour être sûr (e)

régime alimentaire

En ce moment,
je fais trois régimes.

Parce qu’avec un seul,
on a toujours faim.

Source : Brigitte.de

Traduction par Philippe Garin
phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

Voir aussi :

Aujourd’hui, je cuisine
Régime injuste : je suis un être humain frustré
Maigrir : Des promesses, toujours des promesses

Start-up : 10 clés du succès
Le succès, c’est…
MA règle des 80/20

Autres Humour :

Récapitulatif 17 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Penser positif génère des résultats positifs


Les pensées positives génèrent des résultats positifs

image positiveLe cercle vertueux de la productivité passe par un certain optimisme.

Lorsque l’on pense d’une manière positive, on envisage de réussir ce que l’on va entreprendre.

Puis, l’action débute et se poursuit, grâce à des étapes. Chacune d’elles représente un objectif intermédiaire atteint. Durant toute la durée de la tâche, les pensées sont orientées vers la mise en œuvre des actions qui conduisent au succès.

Les pensées parasites, la crainte d’échouer, l’anxiété du respect de la date butoir, la panique de rater, l’angoisse de la qualité perdue, sont autant d’émotions qui génèrent du mauvais stress. Ce mauvais stress paralyse, rend malade, fait perdre du temps, de la précision dont de la productivité.

À l’inverse, la pensée positive conduit à la sérénité, au calme, à l’estime de soi, génère des trucs et astuces qui, mis en œuvre, concurrent aux résultats positifs.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour une meilleure organisation dans votre travail, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Psychologie positive, Pensée positive, Parler positif
Soyez positif – Ne dites pas, dites
Critiquer sans blesser : Mode d’emploi

Paix Mondiale : Les 23 indices
Confiance en soi : Un indicateur pour la mesurer
Le cercle des règles de la gestion du temps

Autres Bien-être et Organisation :

Récapitulatif 17 Bien-être
Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Devise 058 : Rien ne vaut la réussite


Devise 058 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« Rien ne vaut la réussite« 

« There is no substitute for succes »

source : Légende des Ferengi (DS9)

yes signe de réussite

Littéralement

Il n’y a pas de substitut pour le succès.

Interprétation

La réussite d’une affaire est la récompense suprême. Il faut réussir tout ce que l’on entreprend. L’échec est inenvisageable.
Seuls les succès sont à conserver et les échecs à oublier.

Pire, l’échec est interdit.

Commentaires

Le dogme de la réussite à tout prix est enseigné, dès le plus jeune âge, aux enfants.
Nous « devons » parvenir à connaître par coeur toutes les informations détaillées que l’on nous transmet, être capable de réfléchir et de trouver les réponses à tous les problèmes ou questions que l’on nous pose, être capable d’initiative, d’interprétation et de créativité.

Il « faut » être le plus grand, le plus beau, le meilleur.
Plus fort, plus loin, plus haut.

Nos efforts sont récompensés uniquement si le succès est au rendez-vous et en pure perte dans le cas contraire.

La récompense est la satisfaction de la réussite atteinte, la fierté de son environnement, l’honneur.
L’échec est le déshonneur, la perte de son statut social, de ses repères.

Et avec tout ça, si vous vous sentez stressé par l’obligation de réussite, quoi de plus « normal », n’est-ce pas ?

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 057 : Les bons clients sont aussi rares que le latinum. Respecte-les
Devise 059 : Un conseil gratuit est rarement bon marché

Comment utiliser le succès d’un concurrent : démonstration par Microsoft
Le succès, c’est …
Défaite : Une question de point de vue

Répondre hors sujet dans un entretien d’embauche
Quand une entreprise en difficulté demande de l’aide au Médiateur du Crédit
Simulez l’inaptitude quand vous en avez besoin

Autres Science-Fiction :

Récapitulatif 16 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Connaître plus que sa langue maternelle


Plus d’une langue

carte des langues au mondeÀ l’heure de la mondialisation,connaître plus de langues que sa ou ses langue (s) maternelle (s) est devenu une réalité incontournable.

Nous visitons des pays étrangers ou recevons des étrangers dans notre pays. Nous communiquons par écrit, par oral, avec l’accès à des technologies qui mettent d’autres langues à porter d’un clic.

À l’école

À moins d’être parfaitement bilingue, au travers des langues de ses parents quand ils parlent entre d’eux des langues différentes ou quand les parents parlent une autre langue que celle du pays où ils vivent, le niveau des langues vient de l’apprentissage scolaire.

Le poids de la culture est important dans l’apprentissage d’une langue.

Dès que l’on sort du cadre d’une classe dans le système éducatif, la faculté d’apprendre une autre langue est renforcée par l’envie et la volonté de l’apprenant.

De plus, la crainte de se faire moquer de soi, parce qu’on montre son envie et son aisance en classe, ou, au contraire, parce qu’on manque de vocabulaire ou que l’on n’a pas le « bon » accent, disparaît.

Les premiers succès encouragent, les premières tentatives infructueuses donnent envie de tout laisser tomber.

À l’âge adulte, c’est autre chose

Plus de camarades moqueurs autour de soi, la sanction vient de ceux avec qui il est nécessaire d’échanger, professionnellement, dans une langue étrangère.

Les regrets de ne pas avoir été studieux sont inutiles, sauf pour avoir envie de combler ses lacunes.

Quel que soit le métier ou le poste que l’on vise, on retrouve toujours une autre langue que la sienne sur son chemin.

  • En France, c’est généralement l’anglais.
  • En Belgique, aussi, en plus du français ou du néerlandais, voire de l’allemand, selon l’endroit où l’on vit.
  • En Suisse, c’est aussi l’anglais, en plus d’une des trois autres langues selon son Canton parmi le français, l’allemand, l’italien et le romanche.
  • Aux États-Unis, c’est l’Espagnol.
  • etc.

Philippe Garin

Pour un CV efficace, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Loi de Jost pour mieux apprendre

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles
L’origine du français et de son orthographe

Autres Communication :

Récapitulatif 16 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pourquoi mon CV sur les Réseaux ne marche pas ?


Mon CV est beau et pourtant pas d’entretien d’embauche

Mon beau CVCV classique ou CV sur Internet

J’ai créé mon CV sur Internet, superbe. Je l’ai mis sur mon profil de réseaux sociaux. Personne ne me contacte

Avoir son CV sur les réseaux sociaux, c’est augmenter ses chances d’être repéré et vu pas les chasseurs de têtes et par les robots qui parcourent les réseaux sociaux à la recherche de profils contenant les mots-clés de la description de poste que l’entreprise a défini.

Le premier point est donc d’avoir un CV sur Internet, qui contienne ces mots-clés.

Par contre, le CV sur Internet s’adresse à tous ceux, cabinet de recrutement et employeurs de toutes tailles, de tous secteurs qui ont des besoins différents les uns des autres. Pas facile de répondre à leurs besoins quand on ne sait pas à qui on a à faire.

Le problème est le même pour le CV classique

Le CV classique n’est plus sur papier. Il est dématérialisé et est devenu un fichier en format pdf ou Word.

Cependant, il est toujours possible et même recommandé de l’aménager avant de l’envoyer en candidature spontanée ou en réponse à une annonce.

Cela passe par l’adaptation du titre du CV au poste à pourvoir et par l’ordre des compétences ou/et des réalisations pour mettre en avant celles qui sont le plus en adéquation avec le poste. Entre autres techniques.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Beau = succès ?

Un « beau » CV, contient une « belle » photo, un ou des polices de caractères différentes selon les mots, en taille et en couleur, une présentation en paysage ou en portrait, selon qu’il s’agisse d’un CV sur les réseaux sociaux ou envoyés avec sa lettre de candidature.

Seulement, voilà, le « beau » est très subjectif !

Les recruteurs sont beaucoup plus classiques que modernes. Des codes existent et qu’il faut appliquer pour qu’il s’y retrouvent tout de suite. Il faut jouer avec ces codes pour une optimisation très poussée des quelques secondes que le recruteur prend pour consulter un CV.
Cela passe par la forme et par le contenu.

Première règle : attirer l’oeil là où il faut.

C’est tout simple…  en théorie.

Quand on prend une photo, en amateur, l’oeil est attiré par le sujet que l’on photographie.
Quand on est un peu plus qu’amateur ou même pro, on tient compte de tous les éléments qui vont figurer ou participer à la plus belle photo possible : le cadrage, la lumière, l’arrière-plan, les effets, etc.

Et bien, c’est pareil avec le CV.

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder sérénité et efficacité.

Faites-vous épauler, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Réussir sa transition entre l’école et le monde du travail
Emploi : Pourquoi être sur les réseaux sociaux
Les secteurs d’activités dans les offres d’emploi

Offre d’emploi : Des secteurs falsifiés ou absents
Embauche : 5 méthodes pour trouver un emploi
Autopsie du discours d’un candidat malheureux

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Bonne année 2016 !


Excellente année 2016

Tous mes voeux de réussite et de bonne santé pour cette nouvelle année 2016 !
voeux bonne année 2016

Philippe Garin

Pour échanger, poser des questions, demander des conseils, élargir votre horizon et vos envies, trouver des solutions, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

2016 : Les jours fériés
Calendrier scolaire 2015 2016
Symboles des années de mariage

Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)
Le succès c’est …
Défaite : Une question de point de vue

Autres catégories :

Récapitulatif 14 Bien-être
Récapitulatif 14 Communication
Récapitulatif 14 Emploi
Récapitulatif 14 Humour
Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Juridique
Récapitulatif 14 Management
Récapitulatif 14 Organisation
Récapitulatif 14 Sécurité
Récapitulatif 14 Science-Fiction
Récapitulatif 14 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Extincteurs : Mode d’emploi


Consigne d’utilisation des extincteurs portatifs

extincteurDans les entreprises, les administrations, et tous les lieux recevant du public, des consignes incendie sont affichées et doivent être respectées. Chez soi, quand le détecteur de fumée obligatoire donne l’alerte, c’est le moment d’utiliser l’extincteur que vous vous êtes préalablement procuré.

Si vous apercevez un départ de feu, donnez l’alerte générale incendie en actionnant le bris de glace le plus proche de vous, si le bâtiment où vous vous trouvez en possède un.

Vous pouvez alors combattre le feu à l’aide de l’extincteur approprié en respectant les consignes suivantes :

  1. Prenez l’extincteur et dégoupillez-le, par un coup sec sur la goupille
  2. Décrochez le flexible, tenez-le dans le prolongement de votre bras tendu et de votre main
  3. Attaquez les flammes à leur base et commencez de préférence par les plus proches d’une issue libre.
  4. Si le feu monte le long d’une cloison ou d’un mur, éteignez d’abord le bas, puis suivez le feu en hauteur.
  5. Ménagez-vous toujours une sortie libre, ne vous laissez pas cerner, ni bloquer par le feu et repliez-vous toujours à temps.

En cas de succès (feu rapidement éteint) :

  1. regrouper les extincteurs utilisés (même partiellement. Un extincteur seulement dégoupillé en fait partie).
  2. les remettre au responsable désigné par le chef d’établissement pour leur rechargement. Pour le particulier, se procurer un autre extincteur, au moins.

En cas d’échec (feu non maîtrisé) :

  • évacuer vers le point de rassemblement désigné dans les consignes générales incendies affichées sur les panneaux d’affichage de votre établissement, en laissant tout votre matériel sur place (et de façon à ne pas perturber l’évacuation des autres salariés). Par le particulier, évacuez les lieux au plus vite, sans rien emporter.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Extincteurs : Comment les distinguer ?
Secourir 1/5 : Les bons gestes
Anti-incendie de la salle informatique

Différences entre PRA et PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités
Détecteurs de fumée : les obligations de la loi 210-238
Pièces à présenter pour déposer plainte

Autres Sécurité :

Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Point fort, Atout, Force, Talent, Entretien d’embauche


Mots-clé POSITIFS utilisés dans un entretien d’embauche

Avec le volet vos points faibles, voici les mots et expressions suivantes régulièrement utilisés au cours d’un entretien d’embauche. Il est bon d’en connaître la définition afin de les utiliser à bon escient.

Atout

Moyen de réussir, chance de succès

Synonymes : avantage, chance, ressource

point fort boosteremploi

Force

Capacité intellectuelle

Synonymes : capacité, détermination, faculté, potentiel

Talent

Disposition, aptitude, capacité naturelle ou acquise dans un domaine ou une activité

Synonymes : aptitude, capacité, disposition, don, prédisposition, savoir-faire

Point fort

  • Ce que je fais volontiers et bien
  • Ce qui me permet d’avoir des résultats et du succès
  • Ce qui m’assure les compliments et la reconnaissance des autres
  • Ce qui donne un sentiment d’aisance et de sécurité

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour trouvez vos points forts et vos points faibles, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les atouts du langage
Entretien d’embauche : 10 bons gestes = 10 bons atouts
Liste 6 d’atouts en tant que point fort ou point faible à dire en entretien d’embauche

Baby boomer : Afficher sa force tranquille
entrevue ou entretien d’embauche point fort point faible
Définition Points faibles Points forts

Autres Emploi :

Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter