Développement personnel : Le bonheur en 7 règles


Atteindre le bonheur, c’est-à-dire ?

atteindre le bonheurÊtre zen est insuffisant pour atteindre le bonheur.

Le bonheur est une notion abstraite, difficile à décrire et qui, pourtant, est un objectif commun à chacun d’entre nous.

Certains se le disent ouvertement. D’autres préfèrent se le cacher ou l’ignorer.

Les règles pour être heureux ou heureuse

Point de départ de cet article,  une image apparue sur mon profil Facebook et des échanges avec un de mes correspondants sur le sujet du développement personnel.

Le développement personnel est une réflexion sur soi-même pour parvenir, à terme, à atteindre le bonheur.

Le bonheur est fait de petits riens, de moments où tous les soucis, les préoccupations sont oubliées pour se concentrer sur un plaisir intense que l’on appelle bonheur.

Ce qui manque souvent, c’est l’expérience, ou, à défaut d’expérience, des exemples.

1. Fais la paix avec ton passé

Il s’agit de pardonner, de se dire que c’est le passé, donc terminé et que la vie est devant soi.

Ressasser le passé est important seulement pour éviter de reproduire les mêmes erreurs.

C’est une notion abstraite
Plus on est jeune et moins on a de passé, donc moins d’expérience, c’est pourquoi les adolescents et les jeunes adultes éprouvent malaises et difficultés à trouver leur place.

2. Fous-toi de ce que les gens pensent de toi

Plus compliqué car cela dépend beaucoup de son éducation.

Certaines choses ont plus d’importance que d’autres, cependant ce qui est important pour les uns est moins important pour d’autres et réciproquement.

De plus, l’importance que l’on accorde dépend de son âge.
Par exemple, avoir une mauvaise note à un devoir est très important quand tu es à l’école et est absolument d’aucune importance quand tu pars à la retraite.

C’est plus concret, tout en étant toujours abstrait, car faire abstraction du regard des autres sur soi, demande une discipline mentale qui se développe avec la multiplicité des expériences.

3. Arrête de trop penser

Rester pragmatique plus que rêveur.
Même un rêveur doit revenir sur terre de temps en temps.

Se prendre la tête avec des idées irréalisables est une perte d’énergie qui peut nuire à la santé.

L’inverse aussi est vrai, nous sommes des humains et avons besoin de réfléchir avant d’agir, il faut aussi agir pour avancer et réagir quand le temps de la réflexion est passé.

Plus facile à dire qu’à faire, car il est quasi-impossible de s’arrêter de penser.

Par contre, on peut penser à ce qui nous sert ou servira à atteindre des objectifs, même les plus petits, même les plus répétitifs, que l’on appelle aussi des habitudes.

4. Le temps arrange à peu près tout

La sagesse se développe par accumulation des expériences, bonnes et mauvaises.

Souvent une situation se développe, un problème se résout tout seul sans devoir systématiquement intervenir.

Le cerveau est sélectif et certains souvenirs s’estompent ou disparaissent avec le temps.
Seuls les traumatismes et les temps forts de sa vie restent au-devant de son esprit.

Encore une notion théorique et subjective.
Difficile de s’en rendre compte quand on est jeune, plus facile à comprendre quand on a atteint un âge qui permet de confirmer cette notion par l’expérience.

5. Personne n’est responsable de ton bonheur sauf toi

Si tu attends trop des autres, tu risques d’être déçu (e).

Quand tu agis pour toi, tu prends le risque d’être responsable de ce qui t’arrive, en bon ou en mauvais.

Si tu veux être heureux (se), fais en sorte de te trouver dans des circonstances qui te le permettent, même si c’est pour un court moment.
Le bonheur est éphémère alors il faut en profiter quand il arrive.

Là encore, tant que tu en es au niveau de la réflexion, tu vois cela comme quelque chose de flou parce que tu es incapable de te représenter ce que cela signifie vraiment.

6. Ne compare pas ta vie à celle des autres

C’est le meilleur moyen de se sentir mieux.

A se comparer aux autres, on se trouve des défauts car on juge les autres meilleurs que soi.
Or, nous sommes tous différents.
« Meilleur » est une signification uniquement pour soi.

Les éléments que l’on compare sont parfois superficiels.
Chacun d’entre nous a ses qualités et ses défauts.
Même dans un magasin avec une réputation d’être moins cher, il y a des produits plus chers que dans un autre magasin. Et alors ?

Là, c’est plus concret, cependant pour y parvenir, il faut que tu saches où tu en es toi-même, que tu découvres tout ton potentiel et que tu sois à même de présenter des résultats concrets aux autres.
Cela peut être un résultat scolaire, l’obtention du permis de conduire ou le fait de s’installer chez toi et d’être indépendant (e), d’avoir un travail,etc.

Plus tu avanceras dans le temps et moins tu passeras du temps à te comparer parce qu’il y aura de moins en moins de possibilité de le faire ou parce que les critères seront différents.

7. Souris

  • Quand tu souris, les autres te souris par imitation inconsciente.
  • Quand tu donnes une image positive, tu reçois une image positive de la part des autres.
  • Quand tu es généreux (se), les autres le sont avec toi.
  • Quand tu aides, tu reçois de l’aide.

Tout cela grâce à un simple sourire.

C’est la notion la plus concrète de toutes. Tu sais ce que ça veut dire, tu l’as vu concrètement et tu sais même l’appliquer.

La plupart des notions sont des notions abstraites

Tant que les notions, en l’occurrence les 6 premières règles restent des mots sur un écran ou du papier, et que tu cherches une représentation plus concrète, tu te heurtes à des difficultés d’assimilation.
Comment assimiler, en effet, quelque chose de théorique ?

Il est tout à fait normal que tu éprouves des difficultés à assimiler et à appliquer ces recommandations.
C’est absolument naturel que tu en comprennent certaines et tu sois capable de les appliquer, alors que, pour d’autres, il faut les comprendre, les traduire dans ton système de référence, avant de les mettre en pratique.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Prendre du recul : Une évolution positive
Efficacité personnelle : Savoir se concentrer, comment faire
Pour améliorer sa situation dans la durée

Les 10 premières choses sur les 20 qui arrivent quand tu viens d’avoir un bébé
Se connaître, trouver son mode de fonctionnement
Zone de confort et Chômage : Evolution obligatoire

Autres bien-être :

Récapitulatif 19 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La blonde et la souris


Les débuts de la bureautique

La blonde et sa sourisIl est difficile de se l’imaginer pour une certaine génération, c’était l’époque où les tous premiers ordinateurs de bureau sont arrivés dans les entreprises.

Cette histoire, vraie, est arrivée en 1992 ou 1993. Quatre machines à écrire, dernier modèle, venaient d’être commandées. Je l’ai appris, presque par hasard.

J’ai, tout de suite, signalé qu’il existait des ordinateurs de bureau, encore excessivement chers, qui pouvaient faire beaucoup plus que de simples machines à écrire, aussi perfectionnées soient-elles. La commande a été immédiatement annulée et des ordinateurs commandés.

Voici ces étranges machines qui arrivent. Oh ! Seulement 4 pour commencer et uniquement pour les trois secrétaires de direction et la petite blonde à l’accueil, chargée aussi de travaux de secrétariat. Jusque là, tout va bien.

Vient la question d’apprendre à s’en servir. Taper sur clavier d’un ordinateur est peu différent de taper sur celui d’une machine à écrire. Très bien. Utiliser le traitement de texte est autre chose. Une formation est donc organisée avec un intervenant extérieur.

La formation douloureuse

La formation débute. Le formateur, très pédagogue et compétent, a préparé des exercices simples de saisie de textes, qui permettent d’apprendre les différentes fonctionnalités du logiciel.

Vient la pause de la première matinée. Les secrétaires échangent leurs impressions sur ce nouvel outil.

La petite blonde, commence à se plaindre :

Je trouve qu’il est difficile d’utiliser la souris. J’ai mal au poignet

Ah bon ! Comment ça se fait ?

Je l’ignore. Et vous, pas de difficulté ?

Non !

Je décide de rassurer les secrétaires, très influentes sur leurs chefs respectifs, et de lever les doutes sur une éventuelle torsion des poignets. Je m’assois et prend la souris en main. Je démarre le traitement de texte et commence à taper au clavier.

Arrivé au bout de la ligne, je fais un geste, banal, qui fait sursauter la petite blonde qui s’exclame tout fort et toute étonnée :

Ah ! Mais, on peut soulever la souris ! ?

CQFD (Ce qu’il fallait dire)

D’accord, cette histoire a été un peu arrangée : elle est brune, pas blonde. Le reste, par contre, est authentique.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mot d’enfant : Les guerres mondiales
Heureusement qu’elle s’est mariée
Windows propre ou le nettoyage physique se confond avec le virtuel

Secrétaire une vocation
My boss and I, mon chef et moi, mein Chef und ich
Lois de programmation des ordinateurs

Autres Humour et Informatique :

Récapitulatif 11 Humour
Récapitulatif 12 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Keylogger : Espionnage facile de votre PC


Qu’est-ce que c’est, un keylogger ?

enregistreur de touches

keylogger matériel (source: Wikipedia)

En français, un keylogger [prononcez ki-lo-gueur] s’appelle un enregistreur de touches.

C’est un dispositif, logiciel ou matériel, qui enregistre les touches frappées sur un clavier, à l’insu de l’utilisateur.

Le keylogger matériel ressemble à un bout de câble, discret, que l’espion pose entre le clavier et la prise où est branché le clavier. Les touches frappées sont enregistrées dans le dispositif. Quelques temps plus tard, l’espion récupère son dispositif et n’a plus qu’à regarder le résultat.

Le keylogger logiciel fait la même chose. La frappe des touches est enregistrée dans un fichier que l’espion récupère, généralement via Internet.

L’enregistreur de touches a évolué à tel point que les mouvements de la souris peuvent être enregistrés. De cette manière, l’enregistrement se traduit par une vidéo de tout ce qui se trouve à l’écran et des mouvements de la souris, en plus des touches du clavier.

Les risques

Si toutes les touches sont enregistrées, elles apparaissent les unes après les autres dans l’ordre dans lequel elles ont été frappées, espaces inclus. L’espion n’a plus qu’à redécouper les groupes de touche pour connaître :

  • Les mots de passe saisis, avant tout
  • Les pages visitées sur Internet
  • Le contenu des documents saisis ou modifiés durant la période d’espionnage
  • Les courriers électroniques, destinataires et courrier

En entreprise, ce système est peu utilisé car illégal et toutes les informations recueillies de cette façon par l’employeur seraient inutilisables légalement.

Par ailleurs, si les données de l’entreprise font l’objet d’une récupération au-dehors de l’entreprise, par l’intermédiaire d’un keylogger, c’est l’employé piraté qui peut être mis en cause, à tort, mais comment pourrait-il le prouver ?

Se prémunir

Dans un lieu public, cybercafé, association, école, etc., l’utilisateur doit être particulièrement vigilant. Un keylogger matériel se repère facilement puisqu’il suffit de regarder le câblage du clavier.

Pour se préserver d’un keylogger logiciel, le plus simple est de réserver l’accès à des sites importants pour vous, comme votre banque ou un site d’achat en ligne, à votre propre matériel et jamais d’un lieu public ou du lieu de travail.

Un keylogger logiciel est téléchargé à l’insu de l’utilisateur lorsqu’il télécharge une autre application à partir d’un site peu scrupuleux. Privilégiez les logiciels connus et les sites ayant une très bonne réputation.

L’installation d’un anti-spyware ou logiciel anti-espionnage, en plus de vos anti-virus, car un keylogger n’est pas un virus, vous protégera des keyloggers déjà connus. N’oubliez pas de les mettre à jour régulièrement.

Dans une entreprise, l’installation d’un pare-feu minimise le risque, sans pour autant le faire disparaître surtout en cas de keylogger matériel, installé directement sur un poste de travail.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Botnet et machines zombies
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide
iPhone Blackberry et autre smartphones sources de danger pour la sécurité de vos informations

Moyens mnémotechniques de création de mots de passe
Smartphone : Autodestruction dans 5 secondes
Surveillance en entreprise : caméra, micro et charte informatique

Autres informatique et Sécurité :

Récapitulatif 12 Informatique
Récapitulatif 12 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :