Comment réagir en cas de sonneries des sirènes d’alerte


1 minute et 41 secondes

sirène d'alerte de la population en cas de danger ou de sinistreC’est la durée de la sonnerie des sirènes d’alerte, tous les premiers mercredis midi, chaque mois, sur tout le territoire français.
Depuis la seconde guerre mondiale, le bon fonctionnement des 4300 sirènes est ainsi testé.

Si, initialement, ces sirènes avaient pour but d’alerter la population de l’approche de bombardiers, le Réseau National d’Alerte, RNA, utilise ses sirènes, plus généralement, en cas pour prévenir la population d’un sinistre de sécurité civile, d’origine naturelle ou technologique.

Que faut-il faire si les sirènes se mettent à retentir un autre jour ou à une autre heure ?

Certes, la population pense à un danger. Elle ignore ce qu’il faut faire.

Tous aux abris !

Oui, sauf qu’il n’y a plus de lieu désignés pour s’abriter.

Voici un rappel des consignes officielles lorsque les sirènes couvrent tous les sons de la rue, en cas d’alerte à la population.

  • Rejoindre sans délai un local clos
  • Choisir un endroit sans fenêtre
  • Couper le chauffage, la climatisation et la ventilation
  • Se mettre à l’écoute d’une radio publique : France Inter, France Info ou des radios locales.

Certains comportements sont interdits :

  • Téléphoner pour éviter de saturer les réseaux et laisser la priorité aux autorités compétentes et aux secours
  • Rester dans son véhicule
  • Aller chercher ses enfants à l’école car ils sont pris en charge par l’établissement
  • Prendre l’ascenseur
  • Allumer une quelconque flamme
  • Rester près des vitres
  • Quitter son abri sans consigne des autorités

Source : ministère de l’Intérieur

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

7 astuces pour rentrer seule dans le noir
La rage : Les mesures en cas de contact avec un animal enragé
Cybercriminalité : 5 règles de protection

Les 8 bons comportements en cas de pluies intenses
Vignette Crit’Air Mode d’emploi
Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade

Autres Sécurité :

Récapitulatif 20 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

10 conseils pour réussir son entretien d’embauche par vidéo


Un entretien d’embauche par vidéo : Mode d’emploi en 10 conseils

entretien vidéo recrutement par internetCoronavirus, grippe ou tout simplement pour gagner du temps en évitant un déplacement, l’entretien vidéo pour le recrutement se pratique de plus en plus.

Devant la caméra de son téléphone portable, ou son ordinateur, il y a tout pour rater son entretien.

La communication audiovisuelle a ceci de particulier : Elle fait ressortir tous les défauts, ceux que l’on ne voit pas quand on est en rendez-vous en face-à-face.

Voici quelques conseils pour bien réussir son entretien vidéo.

1 Bien se positionner devant la caméra

Ni trop loin, sinon vous êtes inaudible, ni trop près pour éviter la déformation de votre visage à l’écran.

Ni trop bas, ni trop haut, vous devez avoir la caméra à hauteur de vos yeux, quand vous vous tenez bien droit sur votre siège.

2 Regarder la caméra

Par manque d’habitude ou, plutôt, parce que vous avez l’habitude de regarder notre interlocuteur dans les yeux, vous regardez l’image de votre interlocuteur sur votre écran.

Or, c’est la caméra qu’il faut regarder.

Placez un post-it à côté de votre webcam pour vous rappeler l’endroit où vous devez regarder.
Ajoutez-y un smiley pour vous rappeler de sourire.

3 Être bien vu

Sur la route, vous allumez vos feux pour être vu plus que pour voir.
C’est pareil devant son écran.

Pensez à l’éclairage qui doit être de face, ajoutez une lampe de chevet, par exemple, qui vous envoie de la lumière sur le visage, si la lumière naturelle est insuffisante.

Attention, vos yeux sont plus perfectionnés que votre caméra et vous voyez avec peu de lumière alors que la webcam a besoin de beaucoup de lumière pour vous montrer.

4 Être bien assis (e)

Le dynamisme se montre avec une posture qui le prouve.

Bien assis sur son siège, sans glisser le bassin vers l’avant, sans se tenir trop droit non plus, la meilleure posture est d’avoir les épaules légèrement en avant.

5 Derrière vous

L’arrière-plan peut gâcher votre prestation.

Un fond qui soit un mur uni est le meilleur arrière-plan possible.

Évitez une fenêtre ou une porte, le contre-jour, un reflet sur les lunettes.
Pire un décor qui montre un désordre ou une accumulation de bibelots.

6 Derrière votre écran

Devant vous et derrière votre écran, installez vos pense-bêtes, vos documents,
écrits en lettres suffisamment grandes pour pouvoir les lire sans avoir besoin de plisser les yeux ou de vous approcher de la caméra.

Vous aurez placé, par exemple, sur un panneau, les informations essentielles dont vous pensez avoir besoin pour le contenu de la conversation.

Comme un prompteur pour un journaliste, vous le placez de façon à avoir le regard le plus dans l’axe de la caméra.

7 Tester l’équipement

Pour que la conversation se déroule correctement, mieux vaut prendre ses précautions et tester son équipement.

La connexion doit fonctionner. Mettez en marche votre logiciel de communication avant l’heure prévue pour s’assurer que la connexion se fait correctement.

8 Silence, on tourne !

En face-à-face, dans un bureau, votre entretien se déroule sans dérangement parce que les téléphones sont coupés et les autres vous laisseront tranquille.

C’est la même chose devant sa caméra et son microphone.

Prévenez votre entourage que vous êtes indisponible, injoignable et occupé (e).

Éloignez animaux et enfant. Fermez les fenêtres aux bruits extérieurs.

9 La bonne tenue, de haut en bas

Il est parfois tentant de se contenter de s’habiller de telle sorte que le bas de votre corps soit invisible pour votre interlocuteur.

Seulement voilà, il peut y avoir un moment où vous vous levez ou, tout au moins, que vous montrez que vous portez un pantalon de pyjama ou autre.

Soyez sérieux (se) jusqu’au bout, il s’agit bien d’une entrevue de recrutement

10 Parler lentement

De votre côté, le matériel fonctionne correctement et votre liaison Internet est parfaite.

Votre correspondant a peut-être, de son côté, des difficultés.

Entrainez-vous à bien articuler, à parler d’une voix suffisamment forte pour être audible.

Prenez le temps de parler, pour conserver la synchronisation entre vos paroles et l’image reçue par votre interlocuteur.

Un décalage entre image et paroles est d’un bien mauvais effet.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Visioconférence, Vidéoconférence, Web conférence, Webinar : S’y retrouver
Entretien d’embauche par visio : Mode d’emploi
5 conseils efficaces pour montrer sa motivation en entretien d’embauche

Déperdition de l’information : Pourquoi
Réseau LAN ou WAN ralenti : Causes et parades 2/2
Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 20 Communication
Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Difficultés de transports : Témoignage d’un candidat heureux


Quand la faculté d’adaptation est prouvée

candidat heureuxDans l’Informatique comme dans les Ressources humaines, il est rare d’avoir de bonnes nouvelles.

Généralement, ce sont des postes où l’on entend plus de plaintes et de questions que de la reconnaissance ou des félicitations.

C’est pourquoi, je vous présente le témoignage d’un ex-candidat qui a mis en oeuvre sa faculté d’adaptation face à la grève dans les transports.

De plus, ce témoignage apporte aussi la preuve que le mois de décembre est, habituellement un bon mois pour les demandeurs d’emploi, nonobstant les difficultés de circulation.

Témoignage

j’étais en recherche de mission, devant les difficultés de transport; pour moi même et pour les recruteurs; j’ai décidé de favoriser les entretiens à distance.
J’ai ouvert un identifiant sur Skype, installé l’application (sous Linux, cela fonctionne aussi) et effectué quelques tests :

– webcam de qualité suffisante,

– fond du champ de la scène correct, uni et neutre

– cadrage correct,

– éclairage correct

– tenue adaptée.

Sur mon CV, j’ai mentionné en tête l’identifiant Skype (mon mail en fait) et je l’ai diffusé ainsi.

Lors des appels téléphoniques, j’ai évoqué la possibilité d’effectuer des entretiens à distance avec une disponibilité quasi immédiate.

Résultat : à mi décembre, un entretien par Skype qui s’est très bien passé.

Le recruteur; qui avait des difficultés de transport ; a trouvé l’occasion très intéressante pour tous et nous avons fait un entretien d’une bonne heure à 5 personnes.

Il m’a promis une réponse dans la demi-journée après s’être concerté avec les autres interlocuteurs.
Réponse positive, je commence lundi prochain !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche par visio : Mode d’emploi
Recrutement : La place du numérique
Vidéoconférence ; Entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication

L’importance du lieu d’un entretien d’embauche
CV, lettre de motivation, entretien : La part des choses en pourcentage
Entretien téléphonique non planifié

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 20 Communication
Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche par visio : Mode d’emploi


Comment s’y prendre pour réussir son entretien d’embauche par visio

la visioconférence dans un recrutementLa visioconférence est très intéressante, à la fois pour le (la) chargé (e) de recrutement et pour le (la) candidat (e) : Elle évite d’avoir à se déplacer.

À part ce gros avantage, il s’agit bien d’un entretien d’embauche, presque comme n’importe lequel.

Il nécessite d’appliquer certaines règles pour le réussir.

Tester son matériel

Vous pouvez utiliser la caméra et le micro de votre ordinateur portable ou de votre smartphone, ou encore un casque et un microphone devant votre ordinateur fixe.

Peu importe, dans tous les cas, vous devez vous assurer que votre matériel fonctionne bien avant le démarrage de l’entretien.

Un test, au plus tard, une heure avant la connexion, vous permet d’être serein (e) et de gagner du temps.

Si le son est trop faible, prévoyez d’utiliser votre téléphone.
Il servira de microphone à la place de celui trop faible et vous permettra d’entendre et de vous faire entendre sans devoir forcer la voix.

Lumière et arrière-plan

Puisque c’est vous qui décidez de l’emplacement de votre matériel, faites en sorte que ce soit vous qui soyez éclairé (e), de face, comme n’importe quel professionnel de la télévision.

Ce peut être la lumière naturelle, quand elle est suffisante, pour cela, mettez-vous face à une fenêtre, ou/et renforcez l’éclairage par une lumière d’une lampe qui sera braquer sur votre visage.

Regardez derrière vous : ce que vous voyez est ce que votre interlocuteur voit.

Alors, faites attention à supprimer tout ce qui peut vous déconsidérer aux yeux du recruteur.
Préférez un arrière-plan, neutre de préférence, par exemple un mur propre sans décoration ni poster.

L’arrière-plan, c’est aussi celui du son.

Tout son parasite est à bannir.
Alors évitez un environnement bruyant : La rue, les voisins, le téléphone qui sonne en pleine conversation, le chien qui aboie, etc.

Le regard et la distance

Évitez de plissez les yeux et de faire la grimace.

Si la lumière dans la figure vous dérange, c’est qu’elle est trop forte.
Pour autant, il faut bien que votre interlocuteur vous voit.

Mettez un post-it juste à côté de la webcam, avec une flèche en direction de l’objectif, afin de vous rappeler, en permanence, que c’est là que vous devez concentrer votre regard tout au long de la conversation.

Rien de plus désagréable pour l’autre que de vous voir toujours la tête penchée au point de ne pas rencontrer votre regard.

C’est ce qui risque d’arriver lorsque vous lisez vos notes pour répondre à une question ou pour écrire.
L’idéal est de vous entraîner à jeter un rapide coup d’œil sur les documents que vous avez étalés devant vous et à écrire tout en continuant de regarder la caméra.

Si vous êtes trop loin, votre interlocuteur vous voit mal et vous entendra mal.

Si vous êtes trop près, il ou elle vous voit en gros plan, effet désagréable surtout si vous êtes mal coiffé (e), mal maquillé ou mal rasé, ou si vous avez un défaut quelconque sur votre visage (coupure, boutons, etc.)

La « bonne » distance est celle qui vous permet de vous faire voir et entendre sans que votre visage prenne tout l’écran. À tester donc avant l’interview !

La tenue

C’est la même tenue vestimentaire que si vous aviez eu un rendez-vous en face-à-face.

Elle doit être impeccable et complète. Professionnelle du haut en bas.
Si vous devez vous lever durant l’échange, quel mauvais effet serait d’avoir un pantalon de pyjama, par exemple !

Bien entendu, vous êtes aussi bien coiffé (e) que bien habillé (e).

Souriez, vous êtes filmé (e) !

L’échange

C’est un entretien de recrutement. Il y a une embauche à la clé.
L’échange doit être professionnel.

Évitez tics de langage et gestuel déplacée. Laissez donc votre stylo tranquille.

Gardez vos jambes calmes. Vous risqueriez de faire bouger la caméra et donneriez un effet de tremblement de terre ou de mal de mer à votre interlocuteur.

Si vous étiez en face-à face dans le bureau du recruteur, vous seriez dérangé (e) par personne.
Ce doit être pareil.

Prévenez votre entourage que vous êtes indisponible durant l’entretien.

Faites en sorte que votre ordinateur ne fasse aucun bruit lorsqu’il vous annonce un nouveau mail, par exemple.
Toutes les autres applications doivent être fermées pour éviter les interférences qui dérangent et qui vous distrairaient.

Pas de poignée de main ni de raccompagnement vers la sortie.

Lorsque la conversation est terminée, arrêtez le logiciel utilisé, Skype, Hangouts ou autre.
Vérifiez que le son et l’image sont bien coupés.

Respirez, l’entretien est terminé.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Checklist pour la préparation d’un entretien réussi
Trac : Conseils pour lutter contre
Vidéoconférence ; Entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication

La notion de filtre dans la déperdition d’information
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche
Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 19 Communication
Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Communication : La notion de filtre dans la déperdition d’information


Un filtre ? C’est quoi ?

La notion de filtre dans la communication et dans la perte d’information lors d’une transmission d’une personne à une autre, est une vue de l’esprit.

C’est un moyen de faire comprendre que nos sens, principalement l’ouïe et la vue sont des capteurs d’informations et que l’organe principal est le cerveau.

La restitution des informations transmise, appelée aussi feedback ou souvenir, utilise les sens de la parole et du toucher (quand on tape sur un clavier, par exemple ou quand on dessine). Là encore l’organe principal est le cerveau.

information filtrée

Compte tenu de ce constat, et en attendant des questions précises, je vous recommande la lecture de mes articles suivants :

La déperdition d’information

Déperdition de l’information : Pourquoi
Communication : convention et référentiel commun indispensables
Schéma de la déperdition de l’information

Dans ces 3 premiers articles, vous trouverez des explications sur le phénomène.

Il y a perte d’information, par exemple, quand l’un des filtres, celui des conventions s’applique avec des conventions différentes, par exemple lors d’une traduction le même mot peut supporter une idée qui est compris différemment par son interlocuteur, tant à l’oral qu’à l’écrit.
Des quiproquos peuvent en être la conséquence.

Exemple : « les fils de la dentelière ». S’agit de laine ou de coton, ou des frères de ses filles ?

Diminuer la perte d’information

La langue française est difficile parce que pour la comprendre, il faut connaître le contexte. Donc, plus il y a de mots et mieux on comprend. Mais, s’il y a trop de mots alors on ne comprend plus ou pas bien.

Il s’agit principalement de mémoire et d’attention.

Le feedback, un moyen de tester la réalité
6 Facteurs de diminution de la déperdition d’un message
L’écoute active : mode d’emploi

Renforcer la transmission

Ces trois derniers articles contiennent aussi des indications pour renforcer l’échange par la concentration et des techniques d’écoute et d’émission du message.

Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
La communication non verbale : le message total

Dans chacun de mes articles, vous trouverez des liens vers d’autres articles.
Faites votre moisson d’informations.

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à m’en faire part pour approfondir un point ou un autre.

Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Entendre n’est pas comprendre
Compétences numériques : Le traitement de l’information

Les sons ou phonèmes français en langage phonétique
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs

Autres Communication :

Récapitulatif 19 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les sons ou phonèmes français en langage phonétique


Les sons ou phonèmes français en langage phonétique

phonétique en phonétique et en françaisOn ne prononce pas le français comme on l’écrit et réciproquement.

La phonétique a été inventée pour représenter graphiquement les sons.
C’est un système représentatif universel car il permet de représenter les sons de toutes les langues sur Terre.

Le français fait partie de ces langues qui ont beaucoup de voyelles.

Or il existe de nombreuses façons de représenter les sons français.

Si l’alphabet français possède 6 voyelles : a, e, i, o, u, y, il faut combiner certaines d’entre elles pour former des sons, comme « ou », « on » ou « eu ».

Chacun de ses 3 sons sont représentés en phonétique respectivement par /u/, /ɔ̃/ et /ø/

Les voyelles

/i/ : Son naturel de « i »

/e/ : « é »

/ɛ/ : « è »

/a/ : « a », « à »

/ɑ/ : « â »

/ɔ/ : « o », comme dans « album »

/o/ : « au », « eau »

/u/ : « ou »

/y/ : « u »

/ø/ : « eux », « œu »

/œ/ : « eu »(ouvert) comme dans « œil »

/ə/ : « e »

/ɛ̃/ : « ain »

/ɑ̃/ : « an »

/ɔ̃/ : « on »

/œ̃/ : « un »

Semi-consonnes

/j/ : « ill » comme dans « éveillé »

/w/ : « oua » comme dans « oie », « noyau », « whisky »

/ɥ/ : « hu » comme dans « huit »

Consonnes

/p/ : « p »

/t/ : « t »

/k/ : « k », « c »

/b/ : « b »

/d/ : « d »

/g/ : « g »

/f/ : « f »

/s/ : « s »

/ʃ/ : « ch » comme dans « chat »

/v/ : « v »

/z/ : « z »

/ʒ/ : « j » comme dans « gibier »

/l/ : « l »

/ʁ/ : « r » comme dans « rue »

/m/ : « m »

/n/ : « n »

/ɲ/ : « gn » comme dans « gnôle »

/h/ : « h » comme dans « hop »

/ŋ/ : « ng » comme dans « camping »

/x/ : « r » comme dans le mot espagnol « jota »

Vous vous y retrouvez ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
L’origine du français et de son orthographe
Comment avoir une bonne élocution pour devenir un bon orateur ?

Ponctuation : Les règles
Allographe : Définition et exemples
Fautes de français : dur dur, pas glop, nase, grave !

Autres Communication :

Récapitulatif 19 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Salle informatique ou salle serveur : Quel risques sanitaires ?


La salle serveurs, source de maladies

Comme tous lieux fermés hermétiquement et accessibles uniquement par une porte étanche, la salle informatique qui contient les serveurs et autres matériels informatiques est protégée pour mettre à l’abri des données de l’entreprise ou de l’organisation.

Ces équipements de sécurité, à commencer par la salle elle-même, contient à la fois la protection et l’origine de plusieurs symptômes qui conduisent au développement de maladies.
Cela arrive peu souvent. Toutefois, lors d’un séjour prolongé dans la salle, la santé peut être mise à rude épreuve.

salle serveurs à risque

Les risques sanitaires dans un travail prolongé dans une salle informatique sont principalement liés aux éléments suivants :

La climatisation

La climatisation a pour objet de maintenir une température constante malgré ou à cause du dégagement de chaleur important des matériels électriques et électroniques que se trouvent dans la salle.

La température est ainsi maintenue à un niveau relativement bas, en dessous de 20°C le plus souvent.

Le premier risque sanitaire vient des écarts de températures entre l’intérieur et l’extérieur de la salle.
Chaque entrée et sortie provoque un chaud et froid brutal pour la personne qui pénètre et qui sort de la salle.

Le second risque vient tout simplement de l’exposition au froid.

Moins de 20°C est souvent 18°C. Rien de grave en soi, sauf en cas de mauvaise adaptation des vêtements à cette température.
Venant de l’extérieur, surtout en période chaude comme l’été, la personne qui travaille dans la salle est habillée pour une température plus élevée que celle de la salle.
Si elle reste trop longtemps exposée à la température de la salle sans pull, alors gare au rhume.

La sécheresse

Contrairement à ce que certains peuvent croire, il faut un apport d’eau dans une salle informatique.

Le degré d’hygrométrie soit être aussi permanent que la température.
Si cet apport d’eau est insuffisant, alors l’air devient trop sec.

C’est mauvais pour la respiration. La gorge devient irritée et les poumons fonctionnent mal.
Sans humidité, nous ne pouvons respirer.

La poussière

Attirée par les ventilateurs des appareils, notamment des serveurs, la poussière ambiante se colle sur les ventilations, faisant augmenter la température avec les risques sanitaires expliqué plus haut.

La respiration devient difficile si la poussière reste dans la salle informatique, qu’elle soit collée sur les ventilateurs ou présente dans l’air.

La poussière irrite les yeux et la gorge.

Plus une personne est sensible et plus vite elle s’expose à ces irritations.

L’électricité

Pas d’informatique sans électricité.

Les risques sanitaires proviennent de l’installation électrique à l’intérieur de la salle informatique ainsi que de la négligence des personnes.

Tous les équipements doivent être reliés à la terre. C’est un principe de base des installations électriques.
Le risque est faible car les électriciens font bien leur travail.

Cependant, si vous touchez une surface métallique sans bracelet de sécurité (prise de terre), vous risquez une bonne châtaigne et même pire.

Par ailleurs, en cas d’orage, sans parafoudre, les appareils peuvent être endommagés ou détruits.
Si vous êtes trop prêt à ce moment-là, vous risquez de graves brûlures, au minimum.

Le son

Plus insidieux est le son.

On s’habitue vite à ne plus faire assez attention du bruit continu produit par les divers appareils présents dans la salle informatique.
Ce ronronnement est plus ou moins fort selon la taille de la salle et des matériels.

Ce son provient notamment des ventilateurs et de la climatisation.

Gare donc à votre système auditif, sans vous en rendre compte, vous pouvez perdre en audition.

De plus, si la salle contient des appareils bruyants, par exemple une imprimante à marteaux, la perte d’audition est un risque sanitaire à prendre en compte.

Les câbles

Les câbles apparents sont inoffensifs quand ils sont bien posés.
Par contre, se prendre les pieds ou les mains dedans et c’est le risque de faire tomber des équipements qui peuvent vous blesser.

C’est un risque sanitaire faible, sauf pour les négligent(e)s.

Conclusion

J’espère que vous ne souffrez d’aucune pathologie.

Les risques sanitaires dans une entreprise sont à rapporter au CHSCT et/ou au médecin du travail.
Les deux sont habilités à vous fournir la liste plus exhaustive des risques, spécifiques à votre environnement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique
Protection de la salle informatique : Les mesures
Salle informatique : Quelle surface faut-il prévoir ?

Les prémices d’un plan stratégique informatique
Sécurité informatique : Supprimer les « faux positifs »
La compatibilité en informatique, c’est quoi ?

Autres Bien-être et Informatique :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Communication : convention et référentiel commun indispensables


Pour communiquer, il faut se comprendre

paix et amour

un symbole de référence

La communication permet à un émetteur de transmettre un message à un récepteur.

Outre la déperdition d’information lors de la communication, le message sera compris uniquement grâce à des conventions et des référentiels communs.

Le premier référentiel est la langue. Cependant, cela est insuffisant, car même en parlant la même langue, deux interlocuteurs peuvent ne pas se comprendre. Il est indispensable que l’émetteur et le récepteur disposent d’une codification commune.

Des référentiels indispensables

Pour la communication écrite, il existe plus d’une forme d’écriture : caractères arabes, latins, cyrilliques, thaï, etc. Ce sont des conventions de représentation de sons appelés graphèmes.

Pour la communication sous forme d’images. C’est plus un référentiel commun qui est nécessaire.

Par exemple, des symboles religieux : La Lune représente la mort et la renaissance dans certaines cultures.
De plus, elle sera représentée par une personne de genre masculin (en allemand) ou féminin (en français), selon la langue utilisée.

La communication passe aussi par le son, comme les musiques, des chansons

cloche de tableDans une certaine entreprise, à chaque fois qu’un nouveau contrat était conclu, son directeur faisait sonner une cloche. De cette façon, l’ensemble du personnel présent dans les bureaux était immédiatement mis au courant.

Les conventions

La communication fait aussi appel à des références géographiques ou historiques, à la culture.

« Juliette sur son balcon » est une phrase incompréhensible par qui ignore qui est Juliette et ce qu’elle fait sur son balcon.
Elle attend son amoureux, Roméo, pour ceux qui ne le savaient pas.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Référentiel sans convention

Le pire, c’est une communication où l’incompréhension arrive à cause de référentiels différents, c’est-à-dire lorsque des symboles ou des mots ont des significations différentes. Les interprétations des deux interlocuteurs sont basées l’absence d’une convention entre eux.

Croix rouge Croissant rouge

source: Wikipedia

Par exemple, le symbole de la Croix Rouge, universellement connu pour représenter une aide médicale, surtout lors de conflit, implique le respect et la neutralité de tous. Cependant, il a fallu ajouter un autre symbole le Croissant Rouge, car la croix a été considérée comme un symbole religieux.

En fait, il s’agit de l’inversion des couleurs du drapeau de la Confédération Helvétique, d’où est issu Henry Dunant, fondateur suisse de cette organisation.

Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Entendre n’est pas comprendre
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
Sémaphore : des signes pour se parler
Congruent Définition Communication verbale et non verbale

Autres Communication :

Récapitulatif 14 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Open space : Des solutions humaines


Des solutions contre les nuisances dues aux personnes

open space : trop pleinPlus le nombre de personnes qui travaillent dans un open space est important, plus ils sont entassés sur quelques mètres carrés, et plus ils sont soumis au stress de la présence des autres.
L’activité de chacun a un impact sur son propre travail.

Sommaire :

Les bruits

Tout ce qui est générateur de bruit est facteur de perturbation.

Cela commence par les bruits parasites : le crayon qui sert de baguette de tambour, les ongles sur le clavier, les bijoux qui se cognent entre eux ou contre la table, le fredonnement de la dernière chanson à la mode, etc.
Autant de bruits que l’on peut facilement éliminer.

La voix

La voix est un instrument indispensable pour son travail, à condition qu’elle soit faible pour ne pas déranger les autres tout en restant audible lors des échanges de vive-voix ou au téléphone.
De même, les échanges doivent être professionnels, courts si possible. Les bavards se verront regardés d’un mauvais œil par les autres ou subiront les conséquences négatives dans leurs rapports aux autres.

Lors d’une conversation téléphonique, la voix monte avec l’énervement face à un interlocuteur qui ne comprend pas les explications qu’on lui donne, qui lui-même hausse le ton, qui est de mauvaise foi, etc. Cela se fait involontairement.

Dans de tels cas, mieux vaut basculer sur un téléphone portable, si ce n’est pas déjà fait, et s’éloigner de l’open-space pour se rendre, par exemple, dans un bureau ou une salle de réunion vide.

Pour se concentrer

Lorsque le travail nécessite une forte concentration, il est préférable de signifier aux autres ce besoin.
Un petit écriteau mentionnant ce besoin, sur le coin du bureau, un casque anti-bruit sur les oreilles permettent de prévenir les autres de ne pas vous déranger, à condition de ne pas en abuser au risque de laisser penser que vous souhaitez un isolement total et permanent.

L’utilisation des plages horaires où les autres sont absents, moments de pause ou de réunion, pour effectuer le travail demandant le plus de concentration est aussi un moyen d’améliorer son efficacité au travail.

Soi et les autres

Si l’aménagement de l’open space peut minimiser les bruits et la vue des autres, il est parfois indispensable de se créer sa propre espace personnel.
L’open space est partagé, son poste de travail est SON espace à soi.

La spontanéité et la présence des autres provoquent l’envie de partager des informations sans s’éloigner de son poste de travail.
Que ce soit des échanges de propos professionnels ou plus personnels, le mieux est de les éviter dans l’open space.

Partagez vos trucs et astuces pour vous sentir bien en open space et pour y travailler efficacement, contactez-moi.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 007 : Garde toujours les oreilles ouvertes
Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères
Friday Wear ou Le vendredi relax

Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Tests de réaction au stress et aux tensions
Comment faire pour ne pas être déranger au travail et gagner du temps

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Open space : Des solutions matérielles


Des solutions contre les nuisances dues à l’aménagement

Open space des années 2010

Open space des années 2010

L’éclairage et les matériaux

Dans l’idéal, un open space dispose d’un éclairage naturel, avec des puits de lumière au-dessus des bureaux individuels.

Or, l’un des avantages d’un open space est la capacité de l’employeur de pouvoir bouger les meubles, par exemple, pour inclure un nouveau collaborateur dans cet espace.

Sommaire :

Les puits de lumière ne changent pas de place, les collaborateurs si. Dans ce cas, pour chaque bureau, une lampe permet d’éclairer le plateau du bureau de telle façon que le collaborateur puisse travailler sans avoir d’ombre générée par sa lampe.

Il existe plusieurs matériaux qui permettent de diminuer le bruit, que ce soit pour le sol ou le plafond.

La disposition des meubles

L’emplacement des armoires de rangement permet un cloisonnement entre les bureaux, de même que des panneaux séparateurs. Les choisir de préférence, suffisamment haut pour créer l’illusion d’avoir un pseudo bureau individuel et surtout d’empêcher les collaborateurs de se voir ou même de s’entendre. Ce dernier point est l’une des causes de stress et donc de mauvais rendement et de mauvaise qualité du travail.

Quand la surface le permet et quand l’organisation du travail le permet, il est préférable que les bureaux soient disposés de telle façon que les collaborateurs ne soient pas face-à-face, lorsqu’ils sont assis à leur place. La nature est telle que nous avons toujours l’œil attiré par le mouvement autant que par le son, si minimes soient-ils.

De même, il est préférable d’organiser les chemins de passage entre les bureaux, pour éviter que le trajet de la porte au poste de travail ressemble à un déplacement dans un labyrinthe, à une course d’obstacles, parsemé de dérangements des autres collaborateurs à chaque pas.

L’espace individuel

Pour plus de confidentialité, le travail en commun et les échanges entre collègues se font à l’extérieur de l’open space dans une salle de réunion proche et séparée.

Installer des plantes entre deux bureaux permet de délimiter un espace personnel, de cacher l’autre et d’agrémenter la décoration de l’open space par des éléments de décor apaisants.

Plus l’espace individuel au milieu de l’open space est réduit et plus le collaborateur se sentira mieux et sera efficace dans son travail.

Autre point à mi-chemin entre des solutions physiques et des solutions liées aux personnes, les sonneries des téléphones et de tous autres équipements sonores, comme une cafetière ou un copieur, l’alarme des agendas ou de l’arrivée d’un mail, soient choisies comme produisant un son faible, voire aucun son, sauf le téléphone bien évidemment, qu’il est néanmoins préférable de mettre sur vibreur.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Efficacité : Isolez-vous phoniquement
Pause cigarette encadrée
Actions d’amélioration au sein d’une entreprise

Mieux téléphoner c’est possible : Des tuyaux pour m’aider
La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité
L’impact des couleurs sur le subconscient

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles


Point fort ou point faible

b-a-baParmi les points forts ou les points faibles d’une personne, sa maîtrise d’une langue est souvent citée.

Si vous parlez 2, 3 ou plus de langues, votre valeur sur le marché du travail et l’intérêt que l’on vous porte dans votre vie privée seront d’autant plus importants que vous savez lire, écrire, parler ces langues.

La première langue qu’il est impératif de bien connaître est sa propre langue maternelle.

Un débutant sur le marché du travail se verra pénaliser dans sa recherche d’emploi, s’il fait trop de fautes dans son CV, sa lettre de motivation ou ses comptes-rendus d’activité.

Un senior, qui a subi une perte de 4 points par faute dans une dictée, apportera un meilleur atout à l’entreprise qui l’embauche

Voici le vocabulaire à connaître pour savoir de quoi on parle.

Langue

Une langue est un système de signes linguistiques, vocaux (sons), graphique (écriture) ou gestuels, qui permet la communication entre les individus.

Linguistique

La linguistique est l’étude du langage. À la différence de la grammaire, elle est descriptive.

Grammaire

La grammaire est l’étude systématique des éléments constitutifs d’une langue.

La grammaire étudie les règles qui composent une langue. Entre autres :

  • La phonétique, qui étudie les sons
  • L’orthographe, qui étudie l’écrit
  • La syntaxe, c’est-à-dire les phrases

Phonétique

La phonétique d’une langue désigne l’ensemble des sons et des traits qui caractérisent la prononciation naturelle des mots et des énoncés dans une langue, c’est-à-dire les sons utilisés dans la communication verbale.

Orthographe

L’orthographe désigne les normes qui règlent la façon d’écrire dans une langue.

L’orthographe grammaticale définit la façon d’écrire les éléments variables des mots, par exemple les marques du pluriel, du féminin et la conjugaison des verbes. L’écriture représentant les sons et les éléments variables dépend des autres éléments de la phrase et du contexte de l’expression.

Conjugaison

La conjugaison décrit les variations du son et de l’orthographe des verbes.

Ces variations sont dues à :

  • La personne : je, tu, …
  • Le nombre : singulier, pluriel
  • Le genre : masculin, féminin
  • Le temps : passé, présent, futur
  • La voix : active, passive, pronominale
  • Le mode : affirmatif, impératif, interrogatif

Syntaxe

La syntaxe est la branche de la linguistique qui étudie les combinaisons des mots pour former des phrases.

Sémantique

La sémantique est la branche de la linguistique qui étudie le sens des mots contenus dans les phrases.

Lexique

Le lexique d’une langue est l’ensemble des mots d’une langue.

C’est aussi le nom que l’on donne à un recueil de termes et de mots pour lesquels le sens est expliqué.

Dictionnaire

Un dictionnaire est un recueil de mots et d’expressions, généralement présentés par ordre alphabétique.

Un dictionnaire comprend une partie du lexique d’une langue. Il est impossible de lister tous les mots d’une langue dans un temps suffisamment court pour en faire l’inventaire complet. Outre cette impossibilité, de nouveaux mots et expressions sont créés en permanence.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
L’allemand est presque devenue la langue officielle des États-Unis ou la légende de Mühlenberg
Règles et axiomes d’un chef de projet en trois langues

Le lexique informatique de Philippe Garin
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler
L’origine du français et de son orthographe

Autres Communication :

Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pour bien parler : respirez correctement


Manquez-vous de souffle ?

soufflet de forge

soufflet de forge

Lorsque vous êtes amené à parler, au milieu d’une réunion de réseau, parmi des amis ou des inconnus, devant une salle pleine d’élèves, dans un entretien de recrutement ou devant un auditoire dans un symposium, votre voix est un des éléments essentiels pour vous faire entendre.

Outre la modulation de la voix, il faut aussi bien respirer. Ce que nous faisons, souvent sans nous en rendre compte, lorsque nous chantons, nous devrions le faire aussi lorsque nous parlons.

Avec une poitrine rentrée, les poumons ne peuvent expulser suffisamment d’air pour faire vibrer les cordes vocales.
Le son qu’elles produisent est faible, la voix est étouffée par le bruit ambiant ou forcée pour compenser.
Vos auditeurs vous comprennent alors mal, ou pas du temps, surtout s’ils sont un peu éloignés de vous.

Avec le remplissage correct des poumons par une inspiration lente par le nez, il est alors possible d’expulser l’air comme une soufflerie dans une forge, avec suffisamment de force pour terminer votre phrase, sans être à court d’oxygène.

Entraînez-vous à respirer

Inspirez lentement par le nez, bloquez votre respiration un bref instant, puis expirez par la bouche, tout aussi lentement, ce qui, par ailleurs, vous évite une hyperventilation. Recommencez autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que cette respiration réfléchie devienne naturelle et sans effort.

Faites des pauses quand vous parlez, en rythme avec votre respiration. Imaginez que vous prononcez vos paroles comme s’il s’agissait d’une lecture d’un texte avec des points et des virgules, et autres signes de ponctuation.

Vous baissez le ton à la fin d’une phrase, sauf pour les phrases interrogatives. Et surtout, vous inspirez rapidement à chaque virgule avec une très courte pause.

Essayez et vous parviendrez à retenir l’attention de votre ou vos interlocuteurs avec succès.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
La monotonie du débit de la voix
Quelles sont les pauses raisonnables qui m’aident dans mon travail

Comment se libérer une ancre négative
Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

Autres Communication :

Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile


Parler et écrire le français est compliqué pour les non francophones

lettre A

graphèmes du phonème A

Les non francophones qui font l’effort de tenter d’apprendre la langue de Molière sont confrontés à des difficultés liées au manque de correspondance entre phonèmes et graphèmes.

Le phonème

Le phonème est ce que l’on prononce. C’est le son qui a une signification. Il est produit par le passage de la respiration dans les cordes vocales, et la bouche, en passant par le palais, les dents et la langue qui bouge dans la bouche. On parle.

Le graphème

Le graphème est la façon dont le son est représenté graphiquement. Un ou plusieurs signes servent à représenter un son, qu’elle que soit la langue. L’ensemble des graphèmes existants dans une langue est l’alphabet. C’est l’écriture.

Le rapport phonème / graphème est particulièrement difficile en français

Ce n’est certes pas la seule langue dans ce cas, mais la langue française s’écrit différemment qu’elle se prononce. Pire un même son ou phonème va s’écrire différemment selon le mot prononcé.

A part les apprendre chacun par cœur, comment croire qu’il est facile pour un non francophone, et même pour eux, de savoir quel graphème utiliser.

Exemple : le phonème « k » a plusieurs graphèmes dans les mots suivants :

  • cloaque
  • accent
  • kilo
  • stock
  • quoi
  • charisme

Dans l’autre sens, le rapport graphème / phonème est aussi compliqué

Les lettres muettes

Les lettres muettes sont appelées ainsi car ce sont des graphèmes sans son. On les voit et on ne les prononce pas.

Exemples :

  • Fusil
  • Banc
  • Hôpital
  • Plomb
  • Vert

Des exceptions existent en grand nombre

Des mots de la même famille ont parfois des graphèmes identiques ou différents.

Exemple de graphèmes différents :

Abri et abriter ; on aurait pu penser que entretien possède un « t » à la fin du mot

Exemple de graphèmes identiques :

Lait et laiterie ; les deux mots possèdent un « t », bien que celui de lait soit une lettre muette.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
L’origine du français et de son orthographe
Leçon de français aux francophiles

Comment interpréter la phrase :  » Qu’est-ce que tu bois ? « 
Pausez vous ! Faute de français ou évolution de la langue ?
Un sot porte un sceau dans un seau

Autres Communication et Humour:

Récapitulatif 11 Communication
Récapitulatif 10 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Vidéoconférence : entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication


Vidéoconférence : entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication

vidéo conférenceDe plus en plus d’entretiens d’embauche ont lieu via une vidéoconférence. C’est un moyen sûr et pratique, qui permet de converser avec son ou ses interlocuteurs sans avoir à se déplacer, si ce n’est pour se rendre dans la salle où est installé le système de vidéoconférence.

Un système de vidéoconférence est plus perfectionné et plus coûteux qu’une simple webcam et d’un casque muni d’un microphone, c’est pourquoi plusieurs règles de communication sont à respecter.

1/ Arriver à l’heure et terminer à l’heure

Cela paraît tout simple, mais si la salle de vidéoconférence est louée, mieux vaut ne pas faire attendre son ou ses interlocuteurs et ne pas dépasser, non plus, l’heure limite indiquée préalablement par celui-ci (ceux-ci).

Ceci est d’autant plus important qu’elle démontre le respect de l’autre et l’intérêt du sujet de la conversation. Si ce dernier est un entretien d’embauche, alors l’enjeu est suffisamment important pour être à l’heure !

2/ S’asseoir correctement

La vidéoconférence est comme un miroir grossissant : tout est amplifié. Il est donc important de bien s’asseoir, c’est-à-dire ni trop guindé, le dos droit, ni trop détendu, avachi(e) sur son siège.

Préférez une chaise à un fauteuil, qui, s’il est trop confortable, va vous entraîner imperceptiblement à vous faire glisser le bassin vers l’avant et les épaules vers l’arrière, donnant ainsi une mauvaise image de vous. La hauteur du siège doit être appropriée, comme lorsque vous êtes assis(e) pour prendre une photo d’identité dans un automate.

Prenez garde à vous positionnez le plus possible au centre de l’image de votre interlocuteur.

Prêtez une attention particulière à la position de la lumière qui doit vous éclairer sans vous aveugler ni produire des ombres vous cachant ainsi une partie du visage.

3/ Régler l’image et le son

Prenez quelques minutes, avant la connexion avec votre interlocuteur pour régler votre image sur le moniteur.
Comme avec un prompteur dans un studio de télévision, regardez-vous comme votre interlocuteur va vous voir et régler l’image pour qu’elle soit nette.

Utilisez le zoom pour la taille de l’image, en prenant pour principe qu’il vaut mieux que votre interlocuteur vous voit de la ceinture au sommet de la tête et qu’il évite de voir vos jambes, qui pourraient montrer votre nervosité éventuelle.

Le son est généralement préréglé de façon à ce que vous puissiez parler normalement. Ce n’est pas parce que votre interlocuteur est loin que vous devez élever la VOIX !

4/ Maîtriser sa communication non verbale

L’effet de loupe de la caméra augmentera la lecture de votre langage corporel tout au long de la conversation d’une manière plus intensive de la part de votre interlocuteur que si vous étiez ensemble dans la même pièce. C’est pourquoi, tous vos gestes, vos mimiques, les postures de vos bras, de vos mains, de votre tête, de vos yeux, etc. donneront de vous une bonne ou une mauvaise impression selon que vous soyez à l’aise, sans être trop relâché(e).

5/ Maîtriser sa communication verbale

Le vocabulaire utilisé, votre éloquence naturelle, le débit et la hauteur de votre voix, contribuent à donner une bonne impression de vous à votre interlocuteur.

Plus vous serez en phase avec lui ou elle, mieux votre communication passera.

6/ Souriez, vous êtes filmé(e)

Bien que l’angle de prise de vue soit bien plus large que celui d’une webcam, vous n’avez pas la possibilité de voir la totalité de la salle où se trouve votre interlocuteur.

De fait, non seulement votre conversation sera, peut-être enregistrée et donc vue et entendue par une ou plusieurs autres personnes, mais celle(s)-ci sont peut-être déjà dans la salle, hors champ de caméra et vous écoutera sans intervenir.

Imaginez que dans un entretien d’embauche, vous ayez à faire avec le ou la DRH et que le chef se trouve, silencieux, présent, caché…

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Critiqué(e) en public : Comment réagir
Comment faire passer mes idées en 8 étapes
Approche pour la construction d’une atmosphère de sympathie dans le cadre d’un entretien

Fautes de français : dur dur, pas glop, nase, grave !
Congruent Définition Communication verbale et non verbale
Sentir son auditoire pour être un bon orateur

Checklist pour la préparation d’un entretien réussi
Trac : Conseils pour lutter contre
Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal

Entretien d’embauche : importance du lieu
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche
Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 2 Communication
Récapitulatif 5 Communication

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Un peu de détente et buvons un coup


Un peu de détente avec cet exercice de diction

Le français utilise des sons à partir de voyelles et de nasales

serpette corquete
Bava za ca ma sarpatta parda ma la macha ma la macha
Bava za ca ma sarpatta parda ma la mache a ravana

Beve ze ce me serpette perde me le meche me le meche
Beve ze ce me serpette perde me le meche e revene

Bévé zé cé mé sérpétté pérdé mé lé méché mé lé méché
Bévé zé cé mé sérpétté pérdé mé lé méché é révéné

Bèvè zè cè mè sèrpèttè pèrdè mè lè mèchè mè lè mèchè
Bèvè zè cè mè sèrpèttè pèrdè mè lè mèchè è rèvènè

Bivi zi ci mi sirpitti pirdi mi li michi mi li michi
Bivi zi ci mi sirpitti pirdi mi li michi i rivini

Bovo zo co mo sorpotto pordo mo lo mocho mo lo mocho
Bovo zo co mo sorpotto pordo mo lo mocho o rovono

Buvu zu cu mu surputtu purdu mu lu muchu mu lu muchu
Buvu zu cu mu surputtu purdu mu lu muchu u ruvunu

Banvan zan can man sanrpanttan panrdan man lan manchan man lan manchan
Banvan zan can man sanrpanttan panrdan man lan manchan an ranvannan

Binvin zin cin min sinrpinttin pinrdin min lin minchin min lin minchin
Binvin zin cin min sinrpinttin pinrdin min lin minchin in rinvinnin

Bonvon zon con mon sonrpontton ponrdon mon lon monchon mon lon monchon
Bonvon zon con mon sonrpontton ponrdon mon lon monchon on ronvonnon

Boivoi zoi coi moi soirpoittoi poirdoi moi loi moichoi moi loi moichoi
Boivoi zoi coi moi soirpoittoi poirdoi moi loi moichoi oi roivoinoi

Bouvou zou cou mou sourpouttou pourdou mou lou mouchou mou lou mouchou
Bouvou zou cou mou sourpouttou pourdou mou lou mouchou ou rouvounou

Décryptage

En utilisant la technique Force brute, pratiquée par les pirates informatiques, on obtient la phrase d’origine :

Buvons un coup, ma serpette est perdue, mais le manche, mais le manche,
Buvons un coup, ma serpette est perdue, mais le manche est revenu

Ne cherchez de sens à cette phrase. Il n’y en a pas.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

My boss and I, mon chef et moi, mein Chef und ich
Le succès c’est …
Chez les papous

L’inefficacité de Franz Schubert
Principes humoristiques du travail Thèse de l’Institut de gestion de Nuremberg
Faire attention à ce que l’on mange

Autres Humour :

Récapitulatif 5 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter