Origine et Prévention des risques sur un site industriel


Origine et prévention des risques sur un site industriel

Les risques domestiques sont ceux que l’on a chez soi. Ils sont plus importants dans la cuisine et la salle de bain que dans une chambre, par exemple.

Les risques pour les personnes sur un site industriel entrent dans le cadre de la législation du travail.

Il faut les connaître pour les prévenir et agir quand l’accident arrive.

Mieux vaut prévenir que guérir

1. Électrique

danger électrique

Le risque est inhérent à la présence de l’énergie électrique partout dans l’établissement. L’électrisation par contact avec un organe ou un conducteur sous tension peut laisser à l’organisme des séquelles internes et dans les cas les plus graves aboutir à une issue fatale par électrocution.

  • Ne touchez pas, même indirectement, un câble ou un conducteur ni une installation susceptibles d’être sous tension ;
  • N’utilisez pour raccorder vos appareils électriques que les prises qui vous auront été désignées à cet effet ;
  • Vérifier le bon état de vos prolongateurs électriques ;
  • Ne manœuvrez que les interrupteurs prévus pour l’éclairage ;
  • Ne prenez pas l’initiative de débrancher un appareil ;
  • Ne déplacez pas les perches de mise à la terre ;
  • Ne travaillez jamais sans chaussures aux pieds et mettez des chaussures isolantes si vous utilisez un appareil électrique sur sol mouillé ;
  • N’utilisez que des appareils électriques conformes aux normes en vigueur.
2. Chimique

danger chimique
 

  • Ne touchez ni ne bousculez aucun récipient (boîte, bidon, flacon, etc.) quelle que soit sa taille et surtout s’il est fragile ;
  • N’intervenez pas dans les hottes, sur les paillasses et sur les tables de manipulation si elles ne sont pas vides de tout produit ;
  • Ne ramassez pas, même avec une serpillière, les substances (liquides, en pâtes ou en poudres) répandues sur le sol sans l’autorisation du responsable du local ;
  • Ne jetez pas de produits inconnus dans les poubelles ;
  • Respectez partout les interdictions de fumer et n’allumez jamais aucune flamme (sauf pour nécessité de travail et à la condition d’avoir obtenu un permis de feu) ;
  • Il est interdit de manger sur les lieux de travail.
3. Rayonnement Ionisant
danger rayonnement ionisant
L’accès aux sources scellées, telles que « TRITIUM HTO ou 3H2O » est interdit
La zone est signalée par un trèfle noir sur fond jaune.
4. GAZ

danger gaz
 

Certains gaz présents sur le site sont dangereux parce que toxiques et inflammables.

  • Appliquez la législation en tenue d’indications et de repérages conventionnels ;
  • Limitez les stocks et conservez-les dans un parc spécialement aménagé ;
  • Limitez les quantités dispersées sur le site aux besoins des utilisateurs ;
  • Ne fumez pas ;
  • Si travail à proximité : permis de feu obligatoire & consignation du réseau.

Avec ces consignes, vous devriez réduire le taux d’accident du travail, et surtout, améliorer la sécurité des personnes travaillant sur le site.

Chaque nouveau collaborateur et chaque intervenant extérieur soit impérativement respecter les consignes de sécurité dès le début de son intervention.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Poste de travail vacant : Les besoins de transition des causes Imprévisibles
La pénibilité au travail : Mode d’emploi
Décès : Les formalités bancaires

Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Les événements susceptibles de faire augmenter le stress durant une urgence
Extincteurs : Comment les distinguer ?

Autres Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 18 Management
Récapitulatif 18 Organisation
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les différents types de trimestres pour la retraite


La durée d’assurance pour le droit à la retraite

vieillir ensemble main dans la mainPour avoir le droit de partir à la retraite, il faut avoir l’âge minimum requis, généralement 62 ans, bien qu’on oublie facilement que l’âge légal est 67 ans.

Il faut aussi avoir un certain nombre de trimestres, qui dépend des évènements tout au long de sa carrière et de certaines circonstances de sa vie.

C’est ainsi que différents types de trimestres sont pris en compte pour l’assurance retraite.

Les trimestres cotisés

Chaque durée de trois mois consécutifs d’activité professionnelle et soumise à la cotisation vieillesse est comptée comme trimestre.
Donc 4 par année d’activité professionnelle sans interruption

Les périodes assimilées

Les périodes sans activité professionnelle suivantes donnent droit à un trimestre lors des évènements suivants :

  • maladie, accident du travail, maladie professionnelle reconnue
  • maternité
  • service national
  • chômage indemnisé et, dans certains cas non indemnisé
  • invalidité, etc.

Les périodes rachetées

Certains évènements durant sa carrière autorisent le rachat des périodes, c’est-à-dire le paiement des cotisations retraite pour les périodes concernées, limitées à 24 trimestres.

Par exemple :

  • les périodes de stages, à racheter dans les 2 ans qui suivent la fin du stage
  • les périodes d’expatriation, sous réserve que la France a un accord de sécurité sociale avec le ou les pays où vous avez vécu
  • certaines périodes de formation
  • etc.

Les majorations de durée d’assurance

Des évènements de la vie peuvent avoir provoqué une interruption dans sa carrière.

Ils donnent le droit à des trimestres supplémentaires :

  • avoir eu ou élevé un enfant
  • avoir élevé un enfant handicapé
  • avoir eu un adulte handicapé à sa charge
  • avoir pris un congé parental
  • avoir été exposé à un ou plusieurs facteurs de risque professionnel

source : www.lassuranceretraite.fr

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La retraite du Régime Général
Retraite : Il faut la demander
Bientôt retraité (e) : Bien préparer sa retraite

ATS ou Allocation transitoire de solidarité pour les chômeurs touchés par le recul de l’âge de la retraite
Retraite : Avant de s’expatrier
Ehpad : nouveau nom pour les maisons de retraite médicalisées

Autres Bien-être et Juridique :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Juridique
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Récapitulatif 18 Sécurité


Récapitulatif 18 Sécurité

Sécurité

Depuis le dernier récapitulatif, au 1er janvier 2017, j’ai écrit 129 nouveaux articles, toutes catégories confondues.

Si vous souhaitez me faire part de sujets à traiter, que vous désirez voir développer, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Tous les liens sont regroupés dans la page : Sécurité

Voir :

Mot de passe : en changer tous les combien ?
Facilitez-vous la vie avec vos Mots de passe
10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique

Et aussi :

Écoute, écoute, écoute la route Bien-être
Cap des 1 250 000 visites de mon blog https://phgarin.wordpress.com Blog
Fausses offres d’emploi Emploi
La compatibilité en informatique, c’est quoi ? Informatique
Emploi chauffeur ou une belle arnaque Juridique

Pour en savoir plus :


Autres Sécurité :

Récapitulatifs Sécurité :

  1      3      5      6      7      8      10      12      14      16      17  

Tous les billets de cette catégorie sont listés dans la page Sécurité de la page Autres catégories

Sans oublier les sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique


Quels risques d’installer une baie de serveurs dans une salle non prévue pour cela ?

incendie d'un bâtimentAttention aux fausses économies !

Il est tentant pour une entreprise, surtout une start-up, de faire des économies sur les installations et l’équipement informatique.
Un des moyens est d’installer la baie qui contient les serveurs et les équipements qui les relient au reste des bureaux dans une pièce non conforme aux règles de sécurité.

Les principaux risques et les parades

Voici quelques-uns des risques les plus courants d’une telle installation, n’importe où sauf dans une salle informatique :

1. Le para-foudre

L’absence de para-foudre fait qu’en cas de court-circuit ou de foudre, les matériels les plus importants grillent.

2. Le plancher technique

Une baie ne doit pas reposer directement sur le sol de la pièce, mais sur un plancher technique ou être suspendue au mur pour les petites baies.

Dessous ce plancher, on trouve les câbles, les prises électriques qui relient la baie et/ou les matériels contenus dans la baie, au réseau électrique.

On y trouve aussi les détecteurs de fumée et parfois des détecteurs d’eau, en cas de début d’inondation. Cela arrive lorsqu’il y a des radiateurs à proximité.

Attention, il faut que le plancher supporte le poids de la baie toute équipée, contenu inclus, sinon il y a un risque de déformation du plancher de la salle.

3. La température

Un risque important est celui de la température car le matériel informatique dégage toujours un bon nombre de calories.

C’est pourquoi, une climatisation est nécessaire, pour garder une température constante, en sachant que les limites pour les serveurs, entre 10 et 50°C.
Au-delà, le matériel risque fortement d’être endommagé, notamment les disques durs. Des composants électroniques peuvent fondre et le feu peut prendre.

A l’inverse, si la pièce à une fenêtre et qu’il gèle à l’extérieur, le contraste thermique peut endommager le matériel.

4. L’hygrométrie

Le degré d’hygrométrie doit être le plus constant possible pour préserver le matériel.
C’est pourquoi, il y a moins de risques, dans une salle dédiée et protégée.

5. La protection incendie

Généralement, la protection incendie est assurée par un déclenchement automatique d’une alarme, qui laisse le temps aux personnes présentes de quitter rapidement le local, avant l’ouverture des bombonnes de gaz qui vont absorber l’oxygène de l’air.

C’est pourquoi, la salle doit être entièrement fermée, sans aucune ouverture comme une fenêtre ou le trou d’une serrure, sans compter mur, plafond et passage de câbles.

De plus, il vaut mieux prévoir des extincteurs spécifiques manuels d’une capacité suffisante pour éteindre un départ de feu sur du matériel électrique.
Pas question d’avoir de l’eau pulvérisée ni de poudre par exemple.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

6. L’accès aux matériels et aux données

Autre risque très important dans le fait d’avoir une baie de serveurs dans un local non prévu à cet effet est l’accès aux données.

Seuls les techniciens sont habilités à manipuler ces matériels et à en contrôler l’usage.
Une personne extérieure, comme un visiteur, un vigile de nuit, un animal, un enfant, ou un employé en froid avec l’entreprise et la destruction des serveurs, de la baie, ou des données, etc. peut être volontaire ou involontaire.

7. La poussière

Le matériel informatique attire la poussière. Les saletés s’accumulent rapidement et vont boucher les systèmes de ventilation tant de la baie que des serveurs.

Poussières + chaleur = risque accru de dysfonctionnement et augmentation de la chaleur donc risque d’embrasement.

8. L’emplacement dans la salle

Une salle trop petite empêche l’accès sur tous les côtés de la baie, or il est indispensable de pouvoir accéder à toutes les faces d’une baie et donc d’avoir au moins 50 cm de libre sur chaque côté.

Outre l’utilité de cet espace pour les installations et les dépannages, il sert aussi à la dispersion de la chaleur à condition de ne pas l’occuper avec des produits inflammables, comme du papier, carton ou polystyrène.

9. La qualité de l’électricité

Une baie ou un serveur relié directement au réseau électrique sans la protection intermédiaire par un onduleur subit des micro-coupures et des variations dans le flux électrique.

10. L’assurance et le droit

Il est probable qu’en cas de sinistre, la compagnie d’assurance refuse d’intervenir si la salle où se trouve est non conforme aux normes de sécurité, et pire encore si sa présence est la cause du sinistre.

De plus, il est probable que le règlement intérieur du bâtiment où se trouve la baie avec les serveurs interdise une installation inappropriée, ce qui implique une responsabilité pleine et entière de l’entreprise fautive et déjà pénalisée par un sinistre.

Résumé

Les principaux risques sont :

  • des risques mécaniques : plancher, faux plancher, détecteurs de fumée ou/et d’eau, sécheresse ou humidité, température trop froide, trop élevé ou trop changeante, poussières, encombrement
  • des risques électriques et donc d’incendie ou d’électrocution (il faut intervenir avec un bracelet relié à la masse pour éviter les châtaignes et pire), de conduite de la foudre le long des câbles, de destruction totale ou partielle des équipements intermédiaires (switchs, etc.), d’étouffement par le gaz anti-incendie
  • des risques humains : destruction, vol, mauvaise manipulation, perte de données (la reconstitution des données informatisés passe par l’utilisation du papier, mais si c’est dans la même pièce, tout est détruit en même temps).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Conditions pour restaurer ses données
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Sécurité informatique : L’audit des vulnérabilités
Protection de la salle informatique : Les mesures
Crise : pistes pour une réduction des coûts informatiques

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 17 Informatique
Récapitulatif 17 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Greffe : De la mort à la vie


Le parcours du greffon en 8 étapes

prélèvement d'organes en Europe en 2004Lorsqu’une personne décède, la loi française autorise le prélèvement d’organes et de tissus, sauf indication contraire enregistrée dans le Registre des refus auprès de l’Agence de biomédecine.

Voici les différentes étapes qui permettent de suivre le greffon de la mort du donneur à l’amélioration de la vie du ou des receveurs.

1/ La mort

Dans 90% des cas, les prélèvements d’organes ont lieu suite à un décès.

La première étape est donc le certificat de décès rédigé par un médecin qui a constaté la mort, malgré tous les efforts produits pour conserver la personne en vie, dans le respect du serment d’Hippocrate.

2/ La préservation

Préserver le plus longtemps possible les organes et tissus en bon état est l’étape suivante. Seuls les greffons potentiels sains sont retenus pour un éventuel prélèvement.

3/ La volonté du défunt

La Coordination hospitalière interroge le Registre des refus pour apprendre si la personne décédée a exprimé son opposition aux dons d’organes.

En cas d’absence de l’expression de la volonté de s’opposer, la coordination consulte les proches du défunt et, dans la mesure du possible, sa volonté est respectée.

En cas de doute, la loi s’applique et le processus se poursuit.

4/ L’analyse médicale

Les organes et les tissus préservés sont soumis à analyse.

Il pourrait y avoir eu, malgré les efforts, une dégradation durant la période de recherche de la volonté de la personne décédée.
C’est pourquoi une analyse médicale permet de sélectionner uniquement les organes sains.

5/ Le prélèvement

Le prélèvement d’organes s’effectue lors d’une opération chirurgicale, avec le même soin que s’il s’agissait d’une personne encore vivante.
En fait, ce sont les organes qui doivent rester en vie.

Le corps est préparé pour être rendu à sa famille et proches.

6/ Le conditionnement et le transport

Les organes sont déposés dans des conteneurs à +4°C et transportés par les moyens les plus rapides vers les lieux de greffe des receveurs.

Les tissus sont conservés dans des banques de tissus qui en assurent également la distribution .

7/ Les greffes

Le patient receveur est préparé. L’organe ou les tissus sont aussi préparés pour la greffe.

Selon l’organe à greffer et la complexité de la greffe, l’opération d’échange de l’organe malade du receveur par l’organe sain du donneur peut prendre jusqu’à une douzaine d’heures.

8/ La vie ou les vies

Bien souvent, plus d’un greffon est prélevé. C’est pourquoi, une seule personne décédée peut rendre la vie plus agréable à autant de receveurs différents que d’organes prélevés.

57 000 personnes en France vivent grâce à un organe greffé.

21 500 malades sont en attente de greffons. Chiffre de 2015.

source : dondorganes.fr

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Don d’organes : Lesquels ?
Don d’organes : Que dit la loi en France
Devise 023 : Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent

Vaccination : De l’origine à aujourd’hui
Secourir 2/5 ; La perte de connaissance
Risques cardiovasculaires : Les facteurs du risque

Autres Bien-être :

Récapitulatif 17 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Devise 062 : Plus le chemin est risqué, plus grand est le profit


Devise 062 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« Plus le chemin est risqué, plus grand est le profit« 

« The riskier the road, the greater the profit »

source : Épisode « Les Devises de l’acquisition » (DS9)

Littéralementchemin risqué pour raccourci

Plus risquée la route, plus grand le profit

Interprétation

Les biens les plus précieux se trouvent toujours au bout d’un chemin difficile. Que ce soit une princesse au bois dormant ou le Graal, le trésor d’un pirate ou une cité d’or, si le chemin était facile, il y a longtemps que l’objet de la convoitise aurait été trouvé.

Du côté de son détenteur actuel, pour conserver le plus longtemps son trésor, mieux vaut mettre le plus d’obstacles possibles sur le chemin qui y mène. C’est le principe de la banque qui garde les choses les plus précieuses dans des coffres aux parois épaisses. Quant au simple particulier, il ferme sa porte à clé quand il est absent, au minimum, pour empêcher qu’un voleur s’en prenne à ses affaires.

C’est aussi le principe utilisé par les jeux d’argent. Que ce soit un pari sur une course ou un évènement sportif, un jeu de cartes ou un bandit manchot, de temps en temps le joueur gagne. Son gain doit être au moins à la hauteur de sa mise pour qu’il s’arrête, sauf s’il est devenu accro et ne sache plus faire la part des choses

100% des gagnants ont tenté leur chance.

Tel est un slogan publicitaire plein de bon sens et facile à retenir.

Le but d’un Ferengi est de gagner le plus de profit et d’y parvenir en respectant les devises de l’acquisition. Par conséquent, tous les moyens sont bons pour atteindre ce but. Pingres par nature, quand l’enjeu promet un rapport financier important, les Ferengi n’hésitent pas à investir dans les moyens pour parvenir à la réussite.

Commentaires

L’investissement et la préparation sont les deux moyens de parvenir à atteindre ses objectifs. Les circonstances ou la chance vont aussi intervenir dans la réussite. C’est pourquoi, même la meilleure préparation ou le plus grand investissement possible sont insuffisants pour garantir que le résultat sera à la hauteur de ses attentes.

Par contre, choisir la voie de la facilité, c’est renoncer à parvenir au bout du chemin rapidement. L’effort implique une plus grande satisfaction que le manque d’effort qui implique d’être désabusé.

Les gens riches sans avoir eu d’effort à faire, par exemple par leur naissance, sont-ils plus heureux, que les gens devenus riches par leur travail, leur intelligence et leur sens de l’opportunité ?

N’étant pas riche, je cherche toujours la réponse à cette question. Et vous,quel est votre avis ?

Un chef d’entreprise peut dégager des fonds imprévus au budget si le retour sur investissement est court, voire immédiat.

Un amoureux va payer le restaurant ou le cinéma, ou un bijou, pour plaire à sa belle. Et réciproquement, elle se fera belle, cosmétique et beaux vêtements à l’appui pour le séduire, n’est-ce pas ?

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi la Science Fiction dans ce blog
La philosophie Star Trek
Les Ferengi

Devise 060 : Garde tes mensonges cohérents

Gagner ou perdre, il y a toujours du cafard huypérien à priser

Prime sur objectif : Mode d’emploi et jurisprudence
Parefeu : Utilité er risques
Les seuls gens riches sont ceux…

Autres Science-Fiction :

Récapitulatif 16 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature : Comment choisir entre deux réponses positives


Deux candidatures et deux propositions

fromage ou dessertParfois, il arrive que le candidat ait de la chance, ou un super profil qui intéresse deux entreprises différentes en même temps ou presque.

Durant votre recherche d’emploi, vous avez postulé pour différents postes auprès de différentes entreprises.
Les réponses arrivent, les entretiens d’embauche se passent très bien.
Vous recevez deux propositions fermes.

C’est là que le dilemme arrive. Laquelle choisir ?

Quand les propositions sont simultanées

Quand elles arrivent en même temps ou presque, il est plus facile de faire son choix.

Il y a ceux qui prennent une décision sur un coup de tête, un sentiment, un détail ou une intuition et qui décideront immédiatement, au risque de se tromper ou … de faire le « bon » choix.

Ce choix sera le bon car l’entreprise répondra à leurs attentes et ils s’y sentiront bien.

Et puis, il y a ceux qui vont avoir besoin de plus de temps, parce qu’ils préfèrent se décider à partir d’une analyse de leur carrière, des perspectives, des conditions de travail, et de tous les critères qu’ils vont passer en revue avant de se décider pour la « bonne entreprise ».

Dans l’un et l’autre cas, la décision est basée sur les éléments rassemblés durant la période de recherche d’informations sur l’entreprise et au travers des informations obtenues pendant le ou les entretiens d’embauche.

Dans tous les cas, ces renseignements s’avéreront incomplets. Il faut être dans l’entreprise pour se rendre compte si les idées que l’on s’est fait de son poste, de ses actions et de ses responsabilités correspondent bien à la réalité.

Quand les propositions sont décalées

Il est possible que le candidat reçoive une réponse positive de la part d’une entreprise, alors qu’il attend une réponse pour une autre candidature qui lui plairait beaucoup mieux.

C’est embêtant d’avoir une réponse pour le plan B sans savoir si le plan A fonctionne. Seulement voilà, faire attendre la première entreprise peut conduire à perdre le poste sans pour autant obtenir le second.

De même, dire oui à la première proposition puis recevoir une réponse positive pour le poste favori, c’est mettre en cause son premier choix, lorsqu’il est possible de le faire.

La période d’essai permet effectivement de partir sans avoir d’explication à donner. Cependant, vous avez peut-être déjà pris des dispositions sur un logement, des engagements financiers sur le transport, etc.

Sans compter que la seconde entreprise risque d’apprendre que vous avez lâché la première et votre employeur peut ne pas apprécier votre façon de faire.

Lâcher la proie pour l’ombre et miser sur l’arrivée prochaine de la seconde proposition est un quitte ou double. Soit vous pouvez vous le permettre, financièrement ou dans votre plan de carrière, soit vous ne le pouvez pas et vous risquez de laisser passer le poste idéal dans l’entreprise idéale.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Réflexions pour une orientation professionnelle
Management : L’entretien d’intégration
Entrevue d’embauche : Parlez-moi de vos erreurs

Cinq conseils pour booster votre carrière
Prise de décision : Incertitude quand tu nous tiens !
Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :