Recruteur : Que faire après la publication d’une offre d’emploi


3 conseils pour agir après avoir publié son offre d’emploi

Les recruteurs occasionnels, que sont les chefs d’entreprise, ont déjà peiné sur la rédaction de leur offre d’emploi.
Ils l’ont rédigé seuls ou accompagnés, par exemple par un conseiller de Pôle emploi ou de l’APEC.

Enfin, l’annonce est publiée.

dans l'attente d'une réponseSe croiser les bras et attendre les candidatures est une mauvaise attitude.

Voyons que faire !

1 Patienter

Durant la première semaine de diffusion de l’offre, il faut commencer par patienter.

Internet a besoin de temps pour reproduire l’annonce d’un serveur à un autre, tout au long de la « toile », web en anglais. Même si le phénomène est rapide, il peut prendre plusieurs heures, voire une journée complète.

Ensuite, les internautes doivent prendre le temps de trouver l’annonce.
Si ces chercheurs d’emploi ont, préalablement, créé une alerte sur le site qui diffuse l’annonce alors elle leur sera transmis le jour-même, sinon c’est le contenu de l’annonce et son titre qui attirera les candidats potentiels.

prendre son tempsPuis, chaque candidat intéressé a besoin de temps pour

  • décortiquer l’annonce
  • en voir les points de convergence avec son profil,
  • décider de postuler,
  • prendre des renseignements sur la structure qui l’a rédigée,
  • rédiger sa lettre de motivation,
  • adapter son CV à l’offre,
  • envoyer sa candidature

Il faut compter une semaine, avant d’avoir plusieurs candidatures et commencer la prochaine phase du processus

2 Les autres moyens

La diffusion d’une offre d’emploi implique de permettre à quiconque de postuler.

Les candidatures reçues sont de tout ordre : de celles qui correspondent aux spécifications données dans l’offre, jusqu’à des candidatures totalement hors de propos, fantaisistes ou incompréhensibles.

moteurs de recherche les plus utilisésC’est pourquoi, la recherche de CV qui correspondent aux critères indispensables pour le poste à pourvoir est à lancer sans attendre.

De nombreuses bases de données existent. Celles de Pôle emploi et de l’APEC sont gratuites pour toute organisation disposant d’un code SIREN en cours de validité et du nom d’un de ses représentants enregistrés.

Néanmoins, la plupart de ces bases impliquent un investissement qui limite le nombre de bases.
Il convient donc de bien choisir celles qui convient le mieux à l’entreprise.

3 Réseauter

Le bouche-à-oreilles, son réseau personnel et de partenaires, y compris les chambres consulaires et les organisations syndicales patronales sont aussi de très bons canaux d’information pour trouver le (la) candidat (e)idéal (e)

réseauter pour élargir son réseauA côté de ce réseautage physique, se trouvent les réseaux sociaux, autres sources, gratuites, de profils de candidats.
C’est la chasse de têtes.

Un bon moteur de recherche à critères multiples ou un logiciel ATS spécialisé sont des outils à considérer pour trouver un profil rare ou pour des recherches répétitives.

Ces outils donnent pour résultat des profils variés et des CV plus ou moins récents. Il convient donc de prendre le temps de faire le tri avant de contacter les candidats potentiels, surtout s’ils sont retournés à l’emploi.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

TPE, PME : Comment préparer votre prochain recrutement
Le ghosting ou quand le candidat est aux abonnés absents
5 méthodes pour optimiser son recrutement

Sélectionner les candidats : IA et Vidéo
Entreprise : 14 motifs légaux pour proposer un CDD
Recrutement d’un salarié étranger en France : Les règles

CLIQUEZ ICI POUR VISITER NOS ANNUAIRES DE L’EMPLOI

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sécurité des données en entreprise : Les 12 bons réflexes


Les 12 bons réflexes pour protéger les données

armoire ignifuge de stockage informatiqueUne erreur commune que commettent les chefs d’entreprise est de confier la sécurité des données uniquement aux informaticiens. Ceux-ci sont évidemment responsables de l’aspect informatique de la sécurité des données.
Par contre, c’est à chaque collaborateur de se comporter de telle façon que ses données soient protégées.

Il est nettement plus facile d’espionner un collaborateur de son concurrent que de tenter de forcer l’accès à son système d’information pour pirater ses données.
La sécurité passe toujours par son maillon le plus faible : l’utilisateur.

En priorité, ce sont les chefs d’entreprise eux-mêmes qui livrent des informations à l’extérieur de leurs organisations : Conférences, journalistes, rencontres sont les occasions privilégiées pour cela.

Ce peut aussi être un proche, qui va rapporter, en toute bonne foi, ce que le patron ou le salarié lui a raconté.

12 bons réflexes de tout bon collaborateur

  1. Verrouillez votre ordinateur, lorsque vous partez en réunion et que vous le laissez dans votre bureau.
  2. Saisissez votre mot de passe d’activation de votre ordinateur en le cachant à la vue de tous.
  3. Changez régulièrement votre mot de passe, au moins une fois par mois
  4. Apprenez votre mot de passe par cœur plutôt que de l’écrire et de le laisser à la portée de tous.
  5. Protégez vos fichiers sensibles à l’aide d’un mot de passe spécifique, c’est-à-dire différent de tous vos autres mots de passe.
  6. Si votre mémoire défaille ou risque de défaillir alors créez et mettez à jour un fichier qui contiendra vos mots de passe et qui sera lui-même protégé par un mot de passe appris par cœur, lui.
  7. Utilisez un ou des antivirus pour tout fichier venant de l’extérieur (sur support externe de stockage ou téléchargé) et sur vos messages reçus. Cela évite de contaminer le réseau de l’entreprise.
  8. Utilisez un logiciel de compression pour tout fichier supérieur à 1 Mo pour éviter de ralentir le réseau interne.
  9. Rangez systématiquement tous vos supports de stockage de données
  10. Enchaînez votre ordinateur portable par un câble à un objet que l’on ne peut pas emporter, par exemple à un radiateur ou une canalisation ou un trou dans le plateau de son bureau.
  11. Préférez une connexion par câble plutôt qu’une connexion par Wifi, dans vos bureaux pour évitez la diffusion d’informations sur les ondes.
  12. Utilisez uniquement les logiciels fournis par votre organisation car ils ont été éprouvés par le service informatique et ils sont compatibles entre eux, donc n’installez aucun autre logiciel.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Keylogger : Espionnage facile de votre PC
Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique

Internet : Les femmes ne surfent pas comme les hommes
Conditions pour restaurer ses données
Crise : pistes pour une réduction des coûts informatiques

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le POUVOIR en entreprise : oui, mais lequel


Parmi les 7 pouvoirs en entreprise : lequel exercez-vous ?

oiseaux qui mangent dans la main

Pour qu’on vous mange dans la main

1. Le pouvoir légitime ou pouvoir hiérarchique

Vous êtes le supérieur hiérarchique : vous êtes le chef.

Inutile d’en rajouter pour montrer votre pouvoir. Il est là, vous avez la responsabilité des actions de vos subordonné (e)s hiérarchiques

2. Le pouvoir coercitif ou menaçant

Souvent hiérarchique, et c’est le chef qui aboie des ordres, il menace parfois jusqu’au harcèlement moral

Parfois venant  une pression autre, grâce à la connaissance d’une information qui l’on souhaiterait ne pas voir divulgué, sans que ce soit un vrai chantage.

3. Le pouvoir d’expertise

Celui ou celle qui « sait », qui est expert (e), est la personne qui est écouté (e). Ses jugements sont considérés comme exacts et influencent le décideur.

4. Le pouvoir de l’information

Il se rapproche du pouvoir d’expertise. Le détenteur de l’information peut ne pas être un expert. Il peut même être extérieur à l’organisation ou à l’entreprise. Son pouvoir vient de l’information qu’il détient. S’il s’en va l’information disparaît avec lui, ce qui risque de nuire à l’entreprise.

5. Le pouvoir de récompense

Quand on est à même de récompenser les autres, ses collaborateurs en particulier, peu importe la forme de la récompense. Le pouvoir d’accorder est là. C’est aussi le pouvoir de refuser une récompense.

Que la récompense soit juste ou injuste, celui ou celle qui le possède influence nécessairement le comportement des personnes qui sont dans l’attente d’une récompense.

6. Le pouvoir de réseautage

Il suffit de savoir qu’une personne appartient à un réseau, un club, une association, une loge maçonnique, un syndicat quelconque, pour que cette personne ait du pouvoir et de l’influence sur les autres.

7. Le pouvoir du charisme

Plus une personne a du charisme et plus elle détient le pouvoir, car les autres l’écoutent. Sa « présence », ses propos font que sa parole et son comportement influencent ceux des autres, d’une manière tellement naturelle que personne n’en prend ombrage ou la contredit.

Source : The 7 Types Of Power That Shape The Workplace

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Déléguer : Pourquoi faire ? ou Neuf fausses bonnes raisons pour ne pas déléguer
Senior : Le pouvoir de vos tempes grises
Créativité : Le pouvoir du « Ou bien »

La Miviludes : Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires
Changement : Dix conseils pratiques pour en gérer la conduite
Définition des critères d’exigence dans le domaine du Comportement de manager

Autres Management :

Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter