Sécurité informatique : Les scénarii de risques


Risques informatiques : Les scénarii de risques

Risque de blocage par la neige

blocage par la neige

Dans un processus d’analyse des risques informatiques, il est bien aisé de trouver une méthode qui permette de les évaluer au travers des événements possibles susceptibles de les révéler.

Pour cela, voici une liste de risques qui peuvent toucher un système d’information et son environnement.

L’évaluation des risques se fait en appliquant une échelle selon leur gravité (voir plus bas).

Les risques

Indisponibilité passagère de ressources

  • Absence de personnel
  • Accident ou panne mettant hors service une ou plusieurs ressources matérielles
  • Bug logiciel
  • Impossibilité de maintenance
  • Vandalisme depuis l’extérieur
  • Vandalisme intérieur.
  • Indisponibilité totale des locaux

Destruction d’équipements

  • Catastrophe naturelle ou accidentelle
  • Incendie
  • Inondation
  • Terrorisme ou sabotage depuis l’extérieur

Performances dégradées

  • modification du logiciel
  • modification du matériel
  • Surutilisation accidentelle de ressources informatiques ou réseau
  • Surutilisation malveillante de ressources informatiques ou réseau

Destruction de software

  • Effacement de code exécutable ou de configurations
  • Écrasement accidentel d’un disque fixe
  • Effacement accidentel de logiciel
  • Vol ou effacement d’un support amovible
  • Effacement ou destruction de configurations logicielles utilisateurs

Altération de logiciel

  • Altération malveillante des fonctionnalités prévues d’une application via une bombe logique ou une porte dérobée,…
  • Modification volontaire des fonctionnalités prévues d’une application informatique
  • Modification volontaire ou accidentelle des fonctionnalités prévues d’une fonction bureautique (macro-instruction, feuille de calcul, etc.)

Altération de données

  • Accident de traitement
  • Erreur de saisie

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Manipulation de données

  • Données applicatives faussées pendant la transmission
  • Rejeu de transaction (doublement de la transaction)
  • Saisie faussée de données
  • Substitution volontaire de supports
  • Manipulation de fichiers
  • Falsification de message

Divulgation de données ou d’informations

  • Accès au système et consultation
  • Captation d’informations fugitives
  • Vol de documents écrits ou imprimés
  • Détournement d’informations en transit
  • Détournement d’informations temporaires générées par les systèmes

Détournement de fichiers de données

  • Accès au système et copie de fichiers de données applicatives
  • Vol de supports de données applicatives
  • Accès aux serveurs et copie de fichiers bureautiques
  • Détournement de code source

Perte de fichiers de données ou de documents

  • Effacement par bombe logique
  • Effacement de supports par virus
  • Effacement malveillant direct de supports
  • Perte accidentelle de fichiers
  • Vol de supports
  • Perte accidentelle de documents

Sinistre immatériel total

  • Effacement de fichiers par bombe logique
  • Effacement malveillant des supports

Non-conformité à la législation et à la réglementation

  • Attaque d’une tierce société
  • Violation des droits de propriété industrielle
  • Chaque scénario de risque est associé à :
    • un ou plusieurs éléments d’infrastructure dotés de besoins DIC,
    • une ou plusieurs menaces affectées d’une probabilité d’exposition,
    • une ou plusieurs mesures de sécurité plus ou moins matures.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’évaluation des risques

Un risque est plus ou moins grave pour l’entreprise.

L’échelle à appliquer pour chaque ligne de la liste précédente des risques va de 1, non significatif, à 4, insupportable.

Par exemple, une panne qui empêche l’accès à distance à votre serveur, alors qu’il contient votre site de e-commerce, a pour impact une perte sèche des commandes qui n’auront pas été passées ainsi que la perte de clients qui ne reviendront pas à cause de l’indisponibilité du site, sans compter la mauvaise réputation qui repoussera tout nouveau prospect. C’est insupportable car très grave.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour mieux protéger vos données et vos équipements informatiques, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Iphone Blackberry et autres smartphones : Sources de danger pour la sécurité de vos informations
Sécurité des données en entreprises : Les 12 bons réflexes

Keylogger : Espionnage facile de votre PC
Sécurité informatique : 1 milliard de dollars volé
Smartphone : Autodestruction dans 5 secondes

Autres Informatique, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Organisation
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi : Pourquoi être sur les réseaux sociaux


En poste ou en recherche d’un emploi, être sur les réseaux sociaux

L’incontournable Internet

http://wwwLa technologie Internet a été créée en 1973 au cours d’un projet du ministère américain de la défense.
En 1984, l’Internet a été transmise à la recherche d’État et au secteur privé.

Depuis cette date, les entreprises d’abord, puis les particuliers se sont emparés de la Toile pour échanger, s’informer, se distraire.

Rapidement, la technologie numérique est devenue incontournable. De plus en plus de services publics sont accessibles ou même deviennent obligatoirement et uniquement possibles par Internet.

A titre expérimental dans certains départements en ce début de 2016, il est obligatoire de s’inscrire à Pôle emploi par Internet, devenu seul moyen de le faire.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les offres d’emploi

La recherche d’un emploi sans utiliser Internet est une gageure et synonyme de galère. Déjà, les difficultés sont grandes avec alors sans est très compliqué. Des centaines de milliers d’offres d’emploi sont proposés tous les jours… uniquement sur la Toile.

Les annonces d’offres d’emploi se trouvent dans des sites d’entreprises ou d’organisations diverses, la Presse en ligne ou dans des sites spécialisés, les fameux sites d’emploi ou jobboards ou job boards ET les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux quand on est en poste

Quand on est en poste et que tout va bien, les réseaux sociaux servent à :

  • Trouver des informations sur les entreprises, fournisseurs, clients, partenaires d’affaires
  • Communiquer et échanger sur des produits et des services
  • Rechercher des solutions à des problèmes professionnels ou dans sa vie privée
  • Créer des liens avec des personnes sur les sujets de son choix et partager des informations et des émotions
  • Faire part de son savoir-faire, de ses centres d’intérêts, de ses loisirs

Recherche d’emploi et réseaux sociaux

Quand la situation professionnelle va moins bien, que l’on envisage de changer d’entreprise, ou que l’on soit au chômage et plus généralement à la recherche d’un nouvel emploi, les réseaux sociaux servent, en plus, à :

  • Trouver des offres d’emploi et y répondre
  • S’informer sur le marché caché de l’emploi, c’est-à-dire les entreprises susceptibles de créer des emplois sans avoir passé d’annonces en ce sens
  • Échanger sur les pratiques managériales et l’organisation interne avec des employés ou d’anciens salariés des entreprises pour lesquelles on envisage de travailler
  • Montrer son CV et se faire repérer par les chasseurs de têtes, ceux qui recherchent des candidats potentiels, pour occuper des postes à pourvoir
  • Se faire connaître, car pour trouver un emploi, il faut démontrer que l’on a le savoir-être qui convient, c’est-à-dire sa personnalité, facteur souvent absent des CV et des lettres de motivation, et qui permet de faire la différence lorsque, à expériences égales, un employeur hésite entre plusieurs candidats

Et vous

Comment vous servez-vous des réseaux sociaux ?

Merci de partager en commentant cet article ou/et en me contactant phgarin@gmail.com

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour en savoir plus :

En complément :

Licenciement, Rupture conventionnelle, Démission, Jurisprudence
Démission : SurenchèreS au départ du salarié
Période d’essai interrompue : Faire son deuil

Déclaration préalable à l’embauche : Mode d’emploi
Entretien de départ : Vous quittez votre poste ?
Comment annuler un licenciement ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi : Avoir un beau profil sur les réseaux sociaux


Un beau profil sur les réseaux sociaux

Logos de quelques réseaux sociauxQue ce soit sur LinkedIn, Viadeo ou un autre réseau social, un demandeur d’emploi en recherche active, ou simplement à l’écoute du marché, se doit d’avoir un profil attirant.

Plusieurs ingrédients, communs à tous les réseaux, entrent en ligne de compte, pour avoir un beau profil.

La photo

La photo sera souriante, en couleur, correcte, dans une attitude décontractée tout en étant professionnelle.

Les photos de vacances sont à bannir ainsi que toute photo où le chercheur d’emploi sera indiscernable.

Mieux vaut que la photo soit suffisamment récente pour qu’un recruteur puisse le reconnaître le jour où il le rencontrera.

Le résumé

Les chasseurs de têtes sont comme tout le monde : pressés ou fainéants. Ils ne prendront la peine de contacter le profil que s’ils y trouvent un intérêt. Pour cela le résumé est là.

C’est « l’offre de service », une sorte de carte de visite, avec l’accroche pour inciter à, justement, aller plus loin, regarder le profil plus en détail et prendre ce fameux contact tant attendu.

Au minimum, le numéro de téléphone et l’adresse mail pour être contacté doivent y figurer.

Le parcours

Le parcours professionnel peut être réduit. Les derniers postes occupés seront plus détaillés que les premiers, surtout si la personne est passé par plus de 4 ou 5 entreprises.

Les règles de construction du CV s’appliquent alors. La présentation étant standardisée, inutile de s’en préoccuper, seul le contenu est important.

Les formations

Comme pour le parcours professionnel, la liste des formations peut être raccourcie. Seules les formations ayant un intérêt pour leur niveau de qualification sont à y faire figurer.

Toujours pareil, un débutant y inscrira plus d’informations qu’une personne expérimentée dont les formations de base sont plutôt lointaines ; son expérience ayant compensée depuis longtemps les lacunes des diplômes absents ou obsolètes.

Les compétences, connaissances et autre centres d’intérêt

Les mots-clés qu’un profil doit contenir sont ceux que le chasseur de tête utilise pour trouver le profil. Ils sont répartis tout au long de la description du profil, du résumé à la dernière rubrique du profil sur le réseau social.

Ce sont les points forts que l’on doit y retrouver ainsi que les domaines d’activités ou services pour lesquels on a ou on souhaite travailler.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Emploi : CV papier vs Profil sur des réseaux sociaux
Quels réseaux sociaux sur Internet
Préparation à un entretien de Réseau Social

Sécurité des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable
CV : Le chasseur de têtes
Le sourcing dans le recrutement 2.0

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : Cinq méthodes pour trouver un emploi


Cinq méthodes pour se faire recruter et leurs inconvénients

Répondez d’abord au sondage, svp

1. Offre d’emploi

L’offre d’emploi est une des sources d’emploi.

C’est le marché ouvert du recrutement. Environ 30% seulement des emplois sont trouvés par cet intermédiaire.

Du papier, l’offre est passée sur Internet.

Elles sont proposées par les entreprises, les cabinets de recrutement et les sites d’offres d’emploi, appelés aussi job bord. Retrouvez-les sur notre site.

Le gros inconvénient de ce recrutement vient de la concurrence d’autres candidats, plus compétents ou plus habiles à convaincre le recruteur. Pour chaque offre, des dizaines, voire des centaines de candidatures !

2. Le réseau personnel

Rarement, il s’agit du piston, où un employeur embauche pour faire plaisir à quelqu’un qu’il connaît.

Plus généralement, il s’agit d’une personne de son entourage ou de l’entourage de son entourage, qui a entendu qu’il existe une opportunité d’emploi dans votre future entreprise.

L’inconvénient majeur est l’étendue de son réseau. À moins d’être très populaire, plus on a de contacts et plus les chances augmentent, cependant cela suppose d’avoir un tempérament extraverti et un carnet d’adresse très fourni.

3. Les réseaux sociaux

Être sur les réseaux sociaux est devenu banal. C’est le contenu de vos écrits, l’image que vous donnez de vous, votre professionnalisme qui attireront les recruteurs, traditionnels ou chasseurs de tête.

L’inconvénient est de supprimer toutes les images et messages laissés dans le passé qui portent atteinte à votre image.

La séparation du profil personnel, protégé suffisamment, et du profil professionnel, qui sert de carte de visite et de CV en ligne, est obligatoire.

4. La candidature spontanée

Toujours un classique et toujours valable, la candidature spontanée permet d’atteindre les entreprises sur le point de débuter un processus de recrutement.

Pour cela, la recherche d’informations sur l’entreprise est indispensable, ainsi qu’une bonne préparation avant de rédiger une lettre attrayante pour le décideur des recrutements.

La réussite est liée étroitement au fait de d’atteindre la bonne personne, au bon moment pour parvenir à décrocher un entretien d’embauche avant l’emploi.

5. Son propre emploi

Créer son propre emploi signifie devenir soi-même entrepreneur. L’auto-entreprise ou la micro-entreprise sont des statuts qui permettent de démarrer sa propre entreprise, entre autres formes juridiques.

Le portage salarial en est une autre. Il s’agit de se faire enregistrer comme salarié dans une entreprise de portage salarial et de lui rétrocéder une partie du chiffre d’affaires que l’on reçoit de ses clients, qu’il faut donc trouver soi-même.

L’inconvénient vient principalement des multiples compétences à acquérir, d’avoir une connaissance du marché et de bien s’entourer pour démarrer. Les meilleures idées ne rapportent rien, s’il n’y a pas de client à facturer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : Pourquoi remercier
Recherche d’emploi : Pourquoi le poste vous a échappé
Emploi : CV papier vs Profil sur des réseaux sociaux

Candidature spontanée : 6 pièges à éviter
Le sourcing dans le recrutement 2.0
Recrutement : Attirer des candidats par la RSE

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sécurité informatique : L’audit des vulnérabilités


L’audit des vulnérabilités

épée de Damoclès

L’épée de Damoclès

Dans le cadre de la sécurité informatique et des mesures à prendre pour pallier aux défauts, pannes, malveillance, etc., il convient de faire le point sur les mesures déjà existantes avant d’envisager d’étendre la protection du système d’information.

La vulnérabilité

La vulnérabilité est le caractère, qui, par ses insuffisances, ses imperfections, peut donner prise à des attaques (Petit Larousse).

C’est au travers d’un audit des vulnérabilités d’un système d’information, que l’on va évaluer son degré de maturité en termes de protection.

Moins il y a de vulnérabilités et mieux le SI sera protégé

Comme l’informatique et les systèmes d’information évoluent en permanence et à une vitesse toujours de plus en plus croissante, l’audit des vulnérabilités est donc à reconduire régulièrement.
Dans l’idéal, ce sera à chaque changement d’un des composants physiques ou logiciels.

Cependant, dans la réalité et pour tenir compte de l’établissement des budgets dans une organisation, c’est une fois par an que cet audit devrait avoir lieu.

Les domaines de l’audit

Le systématisme est nécessaire pour éviter d’oublier l’un ou l’autre des domaines d’un système d’information dans l’audit des vulnérabilités.

Voici les domaines de cette analyse :

  1. Organisation de la sécurité
  2. Sécurité des sites et des bâtiments
  3. Sécurité des locaux
     
  4. Réseau étendu (intersites)
  5. Réseau local (LAN)
  6. Exploitation des réseaux
     
  7. Sécurité des systèmes et de leur architecture
  8. Production informatique
  9. Sécurité applicative
     
  10. Sécurité des projets et développements applicatifs
  11. Protection de l’environnement de travail
  12. Juridique et réglementaire

Les questions à se poser

Pour analyser ces 12 domaines, il convient de se poser les questions appropriées à chacun d’eux :

  1. Qui s’occupe de la sécurité ? Avec quels moyens et quel mode de fonctionnement ?
  2. Comment les sites et les bâtiments sont-ils surveillés et protégés : gardien de nuit, caméras, etc. ?
  3. Quels systèmes sont en place : alarme, détecteur de présence, anti-incendie, identification des visiteurs, etc. ?
     
  4. Quels moyens ont été déployés pour protéger l’accès à distance des informations : identification, chiffrement, etc. ?
  5. Comment et par quoi le réseau local est-il protégé : parafoudre, pare-feu, armoires de brassage fermées, etc. ?
  6. Quels sont les moyens de pallier aux défauts de l’exploitation du réseau : maintenance des serveurs, enregistrements des mouvements des personnels (arrivants et partants), etc. ?
     
  7. Comment les systèmes et architectures sont-ils protégés : sauvegardes, virtualisation, etc. ?
  8. Par quels moyens la production informatique, c’est-à-dire les données sortantes du système d’information sous forme de papier ou à l’écran, est-elle protégée ?
  9. Comment les applications, progiciels ou logiciels sont-elles sécurisées : autorisations d’accès, archivage des versions, etc. ?
     
  10. De quelles manières sont protégés les projets informatiques, de l’idée à leur réalisation : fuite d’information, erreurs de programmation, paramétrages, etc. ?
  11. Quelles sont les protections de l’environnement de travail en place : démultiplication des prises, fermeture des écrans inutilisés pendant quelques minutes, etc.
  12. Quelles mesures de bons comportements sont-elles en place : déclarations CNIL, charte informatique et d’Internet, etc. ?

Cette liste de questions et les quelques exemples associés montrent l’étendu, non exhaustif, des questionnaires à mettre en place pour déterminer le degré de maturité des mesures de protection contre les vulnérabilités détectées.

Vigilance

Il faut être particulièrement vigilant en matière de sécurité informatique.

Par exemple, pour le point 1, il faut que le responsable de la sécurité informatique soit une personne indépendante de la hiérarchie des informaticiens. Son indépendance vis-à-vis de cette hiérarchie va permettre de surveiller et d’agir contre tout informaticien indélicat, responsable du service inclus.

Pour cela,

  • soit un service séparé doit être défini et rattaché, par exemple, directement au responsable de l’établissement, pour une entreprise importante,
  • soit à un collaborateur d’un autre service qui en sache suffisamment en matière informatique, pour des organisations plus petites.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour mieux protéger votre système d’informations, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Menace – Vulnérabilité – Risque
Parefeu : Utilité et risques

Liste des risques de sécurité informatique
Plan d’un rapport d’audit en entreprise
RCO, LCC et MTBF expliqués pour les nuls

Autres Informatique, Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 15 Informatique
Récapitulatif 15 Management
Récapitulatif 15 Organisation
Récapitulatif 15 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Description des besoins : La Méthode DIC


Méthode DIC de description des besoins

Méthode DICPour tout projet informatique, il est indispensable de bien décrire les besoins afin de trouver la solution, achat, développement ou un mixte des deux, qui va répondre aux besoins.

Encore faut-il que les besoins soient bien décris et compris.

La méthode DIC est une aide à la rédaction des besoins informatiques :

DIC = Disponibilité, Intégrité, Confidentialité

Disponibilité

C’est la qualité d’une ressource informatique à être utilisable à la demande.

La disponibilité permet aux utilisateurs, selon leur niveau d’autorisation, d’accéder aux ressources du système d’information, tant informatiques (réseau, imprimante, etc.) que des informations (fichiers, programmes, etc.) et aux moments qu’ils ont choisis.

La disponibilité suppose la suppression de toute panne ou la mise en place de relais en cas de panne : PCA et PRA

Intégrité

C’est la qualité d’une ressource informatique à résister à l’altération, à la destruction par accident ou malveillance. C’est l’assurance que les données sont inchangées durant le transport ou dans le fichier d’origine.

Exemples : L’intégrité des données permet de s’assurer que les données d’un tableau de bord de pilotage sont correctes et bien issues des bases de données que l’on souhaite.

Confidentialité

C’est la qualité d’une ressource informatique à être connue uniquement par les personnes autorisées

Seules les personnes autorisées ont accès à l’information d’origine ou transmise au destinataire.

Les deux techniques les plus utilisées sont l’accès par mot de passe et le chiffrement des données avec clé de décryptage connue seulement de l’émetteur et du récepteur (messagerie, accès à distance, etc.)

Finalité de la méthode DIC

Le principe de la méthode DIC est de poser les questions relatives à la disponibilité, à l’intégrité et à la confidentialité d’un point de vue purement informatique.

Le champ d’application de cette méthode est large.

D’un côté, la description des besoins fonctionnels est indépendante de la description des besoins DIC. Tous les projets qui touchent à l’informatique ou/et au système d’information sont concernés, quel que soit de domaine fonctionnel de l’entreprise.

De l’autre, la description des besoins par la méthode DIC permet de rédiger des cahiers des charges pour des logiciels ou progiciels, des études de risques et de sécurité informatique (physique) et de systèmes d’information (immatériel).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Identification Exigence de conservation des données
Choix par évaluation de projet

Vérification des comptabilités informatisées (code des impôts)
Open space : des solutions matérielles
Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique, Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Management
Récapitulatif 14 Organisation
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les étapes du recrutement côté entrepreneur


Le recrutement vu par l’employeurl'entretien d'embauche

Lorsqu’un entrepreneur décide de déclencher un recrutement, il va passer par différentes étapes.

L’entrepreneur va …

1. Consulter sa propre CVthèque

Il s’agit essentiellement des candidatures spontanées, ou non, qu’il a reçues dans les 6 derniers mois, c’est-à-dire les CV qu’il a conservés. Le nombre en est très variable selon la taille et l’attraction de l’entreprise.

2. Demander à son entourage

Il s’agit essentiellement de ses collègues entrepreneurs. Peut-être ont-ils, eux, des CV à lui passer, c’est-à-dire des profils qui correspondent à son besoin, à lui.

Ce peut être aussi des clients, des fournisseurs, des concurrents, son club de gym, son association professionnelle, son banquier, son coiffeur, etc. Bref, il s’agit de son premier cercle personnel et professionnel.

3. Consulter Pôle emploi

Pour la majorité des entreprises, qui sont les PME, Petites et Moyennes Entreprises et les TPE, Très Petites Entreprises, Pôle emploi met sa base de données de CV et des spécialistes à leur disposition.

Cette étape est souvent oubliée alors qu’il est obligatoire de signaler à Pôle emploi tout besoin de recrutement.

4. Passer une annonce

Selon le cas, l’entrepreneur va rédiger une offre d’emploi ou la faire rédiger par un cabinet de recrutement. Soit il la publie lui-même dans la presse locale, ou/et sur Internet, soit c’est le cabinet de recrutement qui s’en charge.

Il peut aussi participer à un salon de l’emploi.

Dans l’un ou l’autre cas, l’objectif est, comme dans l’étape 3, de recueillir des candidatures, dans un minimum de temps.

5. Sélectionner les candidats

Lorsque le CV a attiré son regard et lorsque la lettre de motivation qui l’accompagne lui démontrent un intérêt pour son entreprise, l’entrepreneur retient le candidat pour la prochaine étape.

S’il passe par un cabinet, c’est celui-ci qui effectue une première sélection avant de lui présenter des candidats qui correspondent au cahier des charges de l’entrepreneur.

6. Recevoir les candidats en entretien d’embauche

Recevoir en face-à-face, au téléphone ou en visioconférence : Peu importe la méthode, il y a un contact de personne à personne.

Cet entretien est nécessaire pour:

  • confirmer les indications du CV et de la lettre de motivation,
  • se faire une idée sur la personne professionnellement et en tant que personne,
  • vérifiez la facilité à laquelle le candidat pourrait s’intégrer dans l’entreprise
  • et y être le plus rapidement possible opérationnel.

Après l’entretien, le futur employeur peut vérifier la véracité des diplômes et procéder à un contrôle de référence auprès des anciens employeurs du candidat.

A la fin de cette étape, l’entrepreneur choisit son futur salarié.

7. Remercier les candidats non retenus

Là, comme l’étape 3, cette étape est souvent omise par l’entrepreneur ou son cabinet de recrutement. La raison est simple : la peur de devoir justifier le refus de la candidature et de se retrouver accusé de discrimination.

Par ailleurs, répondre non à tous les candidats éliminés prend du temps qui manquera pour d’autres actions.

C’est pourquoi de nombreux candidats attendent en vain une réponse ou sont avertis, dès l’envoi de leurs candidatures par Internet, par un message automatique qui leur signale la durée au-delà de laquelle il n’est plus utile d’attendre une réponse positive.

8. Proposer un contrat de travail

Contrat de travail ou promesse d’embauche, les deux documents sont également valables et lient l’employeur et le salarié.

Certaines règles et démarches administratives sont indispensables et réglementées.

Par exemple, la visite médicale d’embauche obligatoire.

9. Observer le nouveau salarié

Dès la date convenue du premier jour de travail, l’entrepreneur va recevoir le nouveau salarié et l’observer attentivement jusqu’à la fin de sa période d’essai.

« C’est au pied du mur que l’on voit le maçon ». Avant le terme prévu de la période d’essai, l’employeur a la possibilité de prolonger celle-ci, une fois, de la même durée, s’il estime qu’il a besoin de plus de temps pour confirmer les capacités du salarié à occuper le poste.

Cette prolongation peut avoir été préalablement intégrée dans le contrat de travail ou la promesse d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

7 conseils pour évaluer les candidats
La présélection des candidats
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

Candidature : Réponse automatique du recruteur
6 faiblesses positives pour l’entretien d’embauche
Plus de 1500 articles dans mon blog

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PCA Plan de continuité d’activité : des besoins très différents


Le PCA est unique et personnalisé

des besoins différentsLe Plan de Continuité d’Activité pour une entreprise ou une organisation est obligatoirement unique et personnalisé.
Même les entreprises d’un même secteur professionnel, avec un établissement dans la même zone géographique, de même taille et avec des produits similaires ont chacune des PCA différents.

Chaque entreprise a ses priorités, ce qui est important pour une entreprise peut être différent de ce qui est important pour une autre entreprise.

Exemple, pour une entreprise de distribution

C’est le client qui passe à la caisse, dépose ses produits, ses produits sont enregistrés, figurent sur la facture et le client part après avoir payé sa facture.

Dans un tel cas de figure, le plan de continuité, comme le PRA ou Plan de Reprise d’Activité, doivent répondre immédiatement en cas de sinistre,

  • soit par une solution informatique de secours qui prend le relais immédiatement et automatiquement,
  • soit par une procédure dégradée, c’est-à-dire que la facture est faite manuellement, quitte à créer une procédure pour saisir manuellement (au lieu de la caisse enregistreuse) la sortie de stock, le prix de chaque produit, le montant de la facture, le mode de paiement, etc.

Exemple, pour une entreprise qui fabrique des produits sur mesure

Lorsque les produits sont de très haute technicité, l’entreprise a besoin impérativement de pouvoir établir des devis avec tous les documents techniques en pièces jointes issus de calculs mathématiques compliqués et longs, et de dessins techniques de CAO (Conception assistée par ordinateur).

Il est évident que, dans un tel environnement, la sécurité par des disques en RAID 1 doit être mis en place sur les machines de calcul, qu’un SAN soit mis en place pour les sauvegardes et qu’au moins une machine de même puissance soit disponible en permanence en guise de machine de remplacement.

RAID 1

Le RAID 1 est la duplication immédiate et automatique d’un disque interne d’un ordinateur sur un autre disque, de telle façon qu’il existe toujours une version non endommagée des données en cas de problème physique sur l’un des deux disques. Il s’agit d’une solution de sécurité du poste de travail.

SAN

Le SAN est un système qui permet aussi une duplication du disque dur d’un PC, sur un disque externe, placé généralement dans une salle informatique. Le SAN permet la duplication de disques durs de plusieurs PC d’un réseau informatique local.

Les mesures propres à chacun

Selon les priorités que l’entreprise définit et le budget que la Direction accorde, les mesures de protection et de continuité de l’activité sont différentes.

Elles seront différentes aussi en raison de l’évaluation des risques auxquels l’organisation est soumise.

Si la rigueur et la fermeté manquent dans l’application des mesures préventives de sécurité, alors le risque de pannes, de casses, de vol augmentera d’autant.

  • Sans charte informatique, tous les abus sont possibles.
  • Sans contrat d’assurance, les coûts seront augmentés.
  • Sans réunion d’information pour le personnel, les consignes seront moins prises au sérieux.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sauvegarde : Premiers pas vers la Reprise d’Activité (PRA)
Pare-feu : Documenter les responsabilités et les procédures
Sécurité informatique : 1 milliard de dollars volé

Liste de mesures de sécurité informatique
Menace – Vulnérabilité – Risque
Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées

Autres Sécurité et Informatique :

Récapitulatif 12 Informatique
Récapitulatif 12 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quand une candidature spontanée n’est pas vraiment spontanée


Candidature spontanée ou pas spontanée ?

Déposer une candidature spontanéeParmi les méthodes utilisées par les employeurs pour trouver des collaborateurs, vient en tête leurs réseaux. Ils s’adressent à des confrères, des clients, des fournisseurs ou des connaissances pour savoir si ceux-ci disposent de CV susceptibles de correspondre aux critères du poste à pourvoir.

En deuxième rang des méthodes préférées des patrons : la candidature spontanée.

Un besoin se fait sentir dans l’entreprise et, coup de chance (?) une lettre ou un mail de candidature spontanée arrive juste au bon moment. Pas de concurrence ou presque pour le candidat ou la candidate, le processus de recrutement est raccourci, les frais de recrutement sont réduits et tout le monde est content.

Au bon moment ?

En dehors de ceux qui croient à la coïncidence, la spontanéité d’une candidature arrivant juste au bon moment pour l’entreprise, peut être mise en doute.

En effet, de nombreuses candidatures spontanées proviennent de personnes que l’entreprise connaît directement ou indirectement via :

  • une recommandation de son réseau, ce qui rejoint la première méthode de recrutement, sauf que c’est le candidat qui fait le premier pas
  • une recommandation d’un employé, qui connaît le candidat ou qui connaît quelqu’un qui connaît le candidat
  • un ancien employé, qui cherche à revenir après un CDD ou une mission d’intérim, plus rarement après un premier CDI
  • un candidat rencontré dans un salon professionnel ou un salon de l’emploi, ou à l’occasion d’une rencontre hors contexte comme un club sportif ou une association

Si vous croyez que c’est rare, sachez que les statistiques de la Dares montrent que 40% des personnes recrutées sont déjà connues par leur futur employeur.

Pourtant, seuls 60% des candidats font la démarche d’envoyer des candidatures spontanées. A croire que la peur de se ridiculiser ou d’être déçu est plus forte que le besoin de prendre contact pour décrocher un rendez-vous pour un entretien d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Emploi : 22 millions de DPAE, et moi, et moi, et moi ?
Candidature spontanée : 6 pièges à éviter
Préparation à un entretien de Réseau Social

Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi
Quiz sur la recherche d’emploi
Job dating ou speed recruiting : Faire une bonne impression

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi : 22 millions de DPAE, et moi, et moi, et moi ?


4 sur 22 ?

La DPAE ou Déclaration préalable à l’embauche et l’acte qui officialise l’embauche un salarié dans une entreprise. Cette déclaration est à produire par l’entreprise auprès de l’URSSAF et de la MSA.

Chaque année, ce sont environ 22 millions de DPAE qui sont ainsi enregistrées. (1)

Sur le site de Pôle emploi, ce sont environ 3 millions d’offres qui paraissent, chaque année. (2) À cela, il faut ajouter les offres des autres sites d’emploi. Les estimations varient car certaines offres sont publiées sur plusieurs sites d’emploi ou/et ont plus d’un an. Soyons généreux, considérons que le nombre total d’offres est d’environ 4 millions.

Contrats de travail

Déclarations préalables à l’embauche

Comment sont donc recrutés les 75 à 80 % de nouveaux salariés ?

Réponse : ils ne passent pas par les petites annonces.

Réseaux et Candidatures spontanées

Vos réseaux sont toutes les personnes que vous connaissez, que vous avez rencontrées, (on parle alors de contacts de premier niveau) ou qui font partie des personnes qui vous connaissent ou qui connaissent des personnes qui vous connaissent (on parle alors de contacts de niveau 2, 3 ou 4 selon le nombre d’intermédiaires).

Tous vos contacts de réseau sont sources d’informations pour vous amener à rencontrer celle ou celui qui sera votre futur employeur.

Les candidatures spontanées passent par un courrier ou une rencontre directement avec un futur employeur. Le porte-à-porte dans une zone d’activité ou les informations dans la Presse délivrent des informations susceptibles de vous faire penser à la création de poste ou le remplacement d’un (e) salarié (e).

Pourquoi se contenter des offres d’emploi ?

Exploitez toutes les informations. Les offres d’emploi représentent moins d’un quart des embauches, alors allez à la pêche aux informations plutôt que d’aller à la pêche aux poissons.

Sources :1 Acoss, 2 Ministère de l’Emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Chômage : Relancez votre recherche d’emploi
Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas
Recherche d’emploi : Sérendipité ou Aider la chance

Marre du chômage !
8 embauches sur 10 se font en CDD
Emploi ou Business : 10 Conseils pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Premier emploi : Méthode de recherche d’emploi


La saison des examens est terminée

Trouver son premier emploiAvec ou sans le diplôme, vous vous lancez à la recherche de votre premier emploi.

Premières pistes

Votre école vous a, peut-être, fourni une liste d’entreprises, dans lesquelles vous avez effectué des stages. Elles sont intéressées par des stagiaires, uniquement des stagiaires. Néanmoins, contactez-les : Qu’elles vous permettent de vous faire la main, en matière de présentation et d’entretien d’embauche. Et puis, on ne sait jamais.

Une fois, ce filon de postes potentiels épuisé, vous vous retrouvez seul(e) dans votre recherche du premier emploi. C’est un moment désagréable de surprise et de prise de conscience que la vie est plus dure que celle que vous avez vécue jusque-là.

Comme toute personne en recherche d’emploi, vous allez sentir une période de découragement, tout en ayant conscience de votre potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer.

Bienvenue dans le monde des adultes

Les pistes d’emploi sont les mêmes pour tout le monde. Ah, évidemment, les offres d’emploi demandent toujours des personnes ayant une première expérience. Or, c’est justement ce qu’il vous manque.

Qu’à cela ne tienne, comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.

Rassemblez toutes vos expériences, si minimes soient elles. Rappelez-vous vos vacances, les rencontres dans des clubs sportifs ou culturels, les personnes de votre famille et les amis de vos parents ou grands-parents. Toutes les personnes que vous connaissez directement ou indirectement forment votre réseau personnel.

Sélectionnez et renseignez-vous

Sélectionnez toutes les connaissances que vous avez acquises durant toutes les années passées sur les bancs de l’école et à côté et retenez celles qui vous parait les plus intéressantes pour un futur patron.

Renseignez-vous pour combler vos lacunes et définir les connaissances qui vous manquent, auprès de personnes qui exercent le métier que vous souhaitez exercer, même si elles n’ont pas de poste à vous proposer

Multipliez les contacts

Visitez des salons professionnels, pas seulement les salons d’emploi. Rencontrez le maximum de personnes. Écoutez-les et apprenez comment elles présentent leur métier, leur projet, leur produit.

Plus vous multipliez vos contacts, et plus vous aurez la chance de tomber sur LA personne qui vous indiquera où vous pouvez postuler.

Très important : Jeunes ou pas jeunes, premier emploi ou reconversion, ces quelques conseils sont valables pour tous.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour bien démarrer votre recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas
Premier poste de manager : L’angoisse du premier jour
Pré-embauche : LES périodes d’essai, mode d’emploi

Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises
La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité
Les étapes et les principes de la Méthode d’Analyse de problème

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Génération Y : l’ouverture, la sincérité, le partage


Caractéristiques de la génération Y : l’ouverture, la sincérité, le partage

partage digitalLa génération Y étale son savoir et ses états d’âmes, parfois avec beaucoup de naïveté et sans penser que d’autres peuvent avoir des pensées mal intentionnées à leur égard.

Sommaire :

Ces jeunes, fréquemment,

  • partagent leurs savoir-faire,
  • partagent leurs intérêts sur tous les sujets personnels ou professionnels,
  • ont un réseau qui leur permet
    • de se soutenir les uns les autres, et aussi
    • de se lancer dans des actions communes pour demander de l’aide ou soutenir une cause ou une personne.

Vers la perte de l’orthographe et du vouvoiementexemple de phrase en langage sms ou texto

Faire partie de la génération Y c’est avoir été confronté à diverses réformes de l’orthographe et de l’enseignement qui privilégie les idées plus que l’écriture et la grammaire.

C’est ainsi que beaucoup de ces jeunes font des fautes et parfois ont tellement l’habitude d’écrire en « texto », qu’il faut lire à haute voix ce qu’ils écrivent pour pouvoir les comprendre.

Souvent, leurs seules lectures sont les pages Web qu’ils parcourent à toute vitesse.

Ils tapent plus vite sur un clavier qu’ils écrivent avec un stylo.

Bien sûr, pour gagner du temps et pour montrer qu’ils ne sont pas « hypocrites », quand le courant passe entre eux, ils se tutoient très rapidement et même tout de suite.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises
L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?
Composition d’une équipe de projet : juniors et seniors

Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles
Quitter la France pour partager ses compétences : Le Volontariat de Solidarité Internationale (VSI)
Sécurité des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Autres Management :

Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Marre du chômage !


Vous en avez assez du chômage ?

Facile à comprendre !

L’INSEE (Institut National des Statistiques et des Études Économiques) nous apprend que, sur les environ 3 millions de chômeurs, près de 46 % des personnes inscrites à Pôle emploi y sont depuis plus d’un an.

Ce chiffre est quasi constant depuis 2003

Rechercher un emploi est un job à temps plein

Quand vous étiez en poste, vous passiez 35 heures à 50 heures par semaine à travailler.

D’un seul coup, vous vous retrouvez libre de planifier votre semaine comme vous le souhaitez.

Aucune contrainte, sauf celles que vous vous fixez.

Certaines obligations sociales et familiales sont devenues les seuls événements qui vous poussent à bouger.

Désormais, à vous la liberté !

Votre emploi du temps maintenant va vous occuper de lever au coucher, 12 heures par jour, 7 jours par semaine. Bon ! Attention quand même à l’overdose !Statue de la liberté

Vous allez :

  • Récupérer physiquement, vous occupez de votre bien-être et des vôtres
     
  • Tourner la page sur le passé. Ne vous présentez plus comme avant par le titre de votre ancien poste, mais par votre métier
     
  • Faire le bilan de vos actions passées, de vos savoir-faire. Imaginez votre nouveau plan de carrière
     
  • Préparer vos outils de recherche d’emploi : CV, lettre de candidature, petites annonces, blog ou/et site
     
  • Participer à des événements : salons de l’emploi, forum de discussion, entretiens d’embauche
     
  • Traquer la moindre information touchant à l’ouverture d’un poste, au remplacement d’un départ ou la création d’une nouvelle entreprise près de chez vous
     
  • Vous faire plaisir en choisissant l’emploi qui vous convient : une formation, une reconversion, la poursuite de votre plan de carrière, un déménagement

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Motifs de départ : papillon ou pas de bol
Chômage : Sortez de votre indécision
Démission, réorientation professionnelle : la problématique du choix

3 métiers dans sa vie ?
Cerveau droit ou cerveau gauche : trouver vos points faibles et vos points forts
Fiche pour le suivi de l’action

Autres Emploi et Organisation :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

50 ans et plus : Agir pour avancer


A V A N C E R = A G I R

Qui n'avance pas, recule

Sommaire :

50 ans et toujours dans la course : 10 astuces pour booster votre recherche d’emploi
Senior: Être présent(e)
Quinqua : Forcer le respect

Baby boomer : Afficher sa force tranquille
50 ans et plus : Rester en forme
Tempes grises : Soigner son apparence

Seniors : Exprimez-vous correctement !
Expérimenté(e) : Dire ce qu’il faut

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Qui n’avance pas, recule

Cela, un(e) quinquagénaire ne peut se le permettre

  • Cherchez toutes les sources d’informations possibles.
  • Lisez les journaux locaux, les journaux en ligne.
  • Utilisez Internet pour vous renseigner sur les entreprises.
     
  • Prenez contact avec un maximum de personnes pour leur faire part de votre offre de service.
  • Dites bien que vous proposez votre expérience contre une rémunération, pas un job.
     
  • Investissez-vous dans des démarches actives de recherche d’emploi.
  • Cherchez toutes les pistes des emplois qui ne font pas l’objet d’une annonce.
     
  • Tenez un agenda et prenez des notes durant vos entretiens.
  • Tirez le maximum des rencontres, même celles qui ne débouchent pas par un emploi.
  • Demandez des noms et les coordonnées d’autres personnes susceptibles de vous aider.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Choix de carrière : Suivre sa passion
Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »
Entretien d’embauche : importance du lieu

Senior Les entreprises qui vous recrutent
L’indemnité chômage : Les durées
Senior Les entreprises qui vous recrutent

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quinqua : Forcer le respect


Les quinquagénaires ont une carrière qui force le respect

respectDes diplômes, des éloges, des prix pour le travail que vous avez rendu.

Tous ces éléments sont à mettre en avant dans votre CV, dans votre communication pour convaincre que vous valez plus que votre âge.

Demandez des recommandations, par courrier ou par courriel (email), à tous vos contacts directs, votre réseau, vos anciens collègues, chefs.

Sommaire :

50 ans et toujours dans la course : 10 astuces pour booster votre recherche d’emploi
Senior : Être présent(e)
Baby boomer : Afficher sa force tranquille

50 ans et plus : Rester en forme
Tempes grises : Soigner son apparence
Seniors : Exprimez-vous correctement

Expérimenté(e) : Dire ce qu’il faut
50 ans et plus : Agir pour avancer
Choix de carrière : Suivre sa passion

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Plus vous accumulerez les preuves de satisfaction de votre travail, mieux vous aurez de chance d’en retrouver.

Si vous faites partie de la majorité, qui a fait sa carrière, sans panache ni éclat, alors ce sont votre sérieux, votre conscience du travail bien fait.

Vos chefs ont compté sur vous pour effectuer un travail digne d’éloges, même s’ils ne l’ont pas exprimés vraiment

Utilisez la copie du compte-rendu de vos entretiens annuels individuels et autres listes de tâches effectuées avec satisfaction pour vos chefs

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour investir dans un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Senior Arguments contre le « Pas assez diplômé »
Critiqué(e) en public : Comment réagir
Entretien de seconde partie de carrière : Senior à partir de 45 ans ?

Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Un trou dans le CV fait-il disparaître les compétences ?
Chômage : Les idées reçues ont la vie dure – Sondage

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter