Coupez tous vos appareils électroniques


Coupez tous vos appareils électroniques

sans électricitéDrame. Catastrophe. Imaginez une coupure de courant durable qui fait qu’aucun de vos appareils électriques et électroniques ne fonctionnent.

Pire ! Des interférences bloquent vos communications téléphoniques fixes ou smartphones.

Et maintenant, travaillez !

Outre ce scénario apocalyptique, que se passerait-il si vous faites une pause, libre de tous appareils électroniques.

  • Fermez votre ordinateur,
  • éteignez votre smartphone,
  • Pas de montre ou autre objet connecté.

Le monde continuerait de tourner.

Combien de temps allez-vous tenir ? Comment allez-vous travailler ?

Il était une fois, au vingtième siècle et jusque dans le milieu des années 80, un monde sans téléphone portable, sans Internet grand public, dans lequel l’information passait par la télévision, quelques chaînes, la radio et la Presse écrite sur du papier journal.

On prenait ses rendez-vous avec un téléphone fixe. On se rendait chez son client ou son fournisseurs, son partenaire commercial, en voiture, pour apprendre que le rendez-vous était annulé.

Par contre, on faisait le trajet dans le calme et la tranquillité.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment structurer une entreprise ou une organisation
Les paramètres de la maturité des systèmes d’information
Évolution de l’informatique dans l’entreprise

Comment favoriser le renouvellement et le dynamisme des organisations
Principaux éléments des structures d’une organisation
Actions d’amélioration au sein d’une entreprise

Autres Organisation:

Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Visualisez votre raisonnement pour être au plus performant


Visualisez votre raisonnement ou alors oubliez-le

Visualisez le but et le chemin

visualiser le coloriage

Un des principes de l’efficacité est de prendre quelques instants pour visualiser son raisonnement.

Imaginez le résultat que vous souhaitez obtenir. Voyez-le dans votre esprit.

Faites de même avec les différentes alternatives qui vous permettraient d’atteindre votre but.

Que ce soit par une image, un film ou un écrit, le fait de visualiser sa réflexion permet de graver dans son esprit le but, le chemin pour l’atteindre et les différentes conséquences, positives et négatives des alternatives.

Cela vous permet de choisir le moyen le plus approprié pour parvenir au résultat que vous attendez.

Ces quelques instants de réflexion, avec une image précise de ce que vous avez à faire, va vous gagner du temps et va améliorer la qualité de votre action.

C’est comme si vous étiez dans un labyrinthe et que vous réfléchissiez avant de vous lancer tête baissée dans l’action. Si vous prenez le premier chemin qui vous vient à l’esprit, il est possible qu’il soit le bon, bien qu’en général, il y ait un meilleur chemin.

Et quand on connait le chemin

À part une action répétitive, déjà issue d’une réflexion précédente, prenez le temps de vous posez des questions, de visualiser ce que vous avez à faire et vous gagnerez en efficacité.

C’est ce que font les sportifs; Par exemple, un sauteur à la perche, un skieur d’un slalom géant ou un participant à un rallye automobile, sans parler des joueurs d’échecs.

Nombreux sont les exemples dans le domaine sportif de haut niveau. Cela s’applique aussi au quotidien, au travail ou même à la maison.

Avant de se mettre à cuisiner, mieux vaut visualiser le plat à réaliser et tous les gestes qui sont nécessaire. Cela permet d’éviter d’oublier un ingrédient ou une partie de la recette.

Bon appétit, bon exercice physique et intellectuel et bon efficacité. Soyez les meilleurs dans votre domaine et vous obtiendrez satisfaction et reconnaissance.

Et quand on n’y parvient pas

Quand vous ne parvenez pas à visualiser votre raisonnement, soit il est trop abstrait, soit vos efforts se perdent dans la multitude des alternatives, alors appuyez-vous sur des méthodes de résolution de problèmes.
Ou alors oubliez tout car vous êtes un robot.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Carences dans une organisation décelées par son informatisation
Organisations de son travail personnel
La mémoire pour une meilleure efficacité personnelle

Efficacité : Laissez le téléphone sonner
Demandez à votre Némésis : La compétition motive
La Qualité sur par Juran et Crosby

Autres Organisation:

Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le Compte Prévention Pénibilité ou CPP sert aussi pour se former


Le Compte Prévention Pénibilité

travail pénibleCertains métiers soumettent ceux qui les pratiquent a des efforts physiques plus pénibles que d’autres. C’est un fait que tout le monde reconnaît.

La loi du 20 janvier 2014, modifiée par la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social, définit les facteurs de pénibilité considérés comme faisant partie de la reconnaissance de ces efforts pénibles qui pèsent sur la santé.

L’idée maîtresse est de permettre aux salariés, hormis les salariés des particuliers employeurs, de partir plus tôt à la retraite, dans la mesure où les efforts physiques consentis durant leurs vies professionnelles les contraignent à cesser leurs activités salariés plus tôt que les autres.

C’est l’employeur qui déclare le dépassement éventuel des seuils d’exposition aux facteurs de pénibilité et permet au salarié d’accumuler des points.

Ces points seront transformés en durée de travail pris en compte pour le calcul de la retraite, ce qui permet de partir en retraite plus tôt.

Les points du Compte de Pénibilité peuvent aussi servir au salarié à se former, à raison de 25 heures de formation par point de pénibilité. Ce dispositif a pour objectif de faciliter la reconversion vers d’autres métiers moins pénibles, par exemple.

Le Compte de Pénibilité fonctionne jusqu’au départ à la retraite de son bénéficiaire ou jusqu’à son décès. Les points non utilisés sont alors perdus.

Source : Ministère du travail

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour une meilleure vie professionnelle, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité
Comment valider ses stages pour la retraite
Évolution professionnelle : Reconversion et réorientation

Productivité : Fixez-vous des objectifs physiques
Les cartes du bruit
Secourir 4/5 : Le défibrillateur

Autres Bien-être, Emploi, Juridique et Management :

Récapitulatif 17 Bien-être
Récapitulatif 17 Emploi
Récapitulatif 17 Juridique
Récapitulatif 17 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères


Avoir un travail et s’y sentir bien

J'aime mon travailLes critères qui permettent de savoir si l’on se sent bien dans son entreprise ou sa future entreprise sont propres à chacun. Si l’un va privilégier la rémunération, un autre préférera les perspectives d’évolution de sa carrière ou la proximité et sa vie de famille.

Dans son classement des 400 meilleurs employeurs, le magazine Capital, nous fourni les critères retenus par leurs employés pour déterminer ce qui leur tient le plus à coeur. Cette liste est basée sur un sondage à grande échelle de 30 000 employés.

Appropriez-vous ces critères. Retenez ceux qui correspondent à votre situation, votre ambition. Que vous soyez en poste ou au chômage, que vous soyez satisfait de votre travail ou que vous en cherchiez un dans lequel vous allez vous sentir mieux, classez ces critères selon l’importance que vous leur donnez.

Utilisez une échelle

Mettez un degré d’importance sur chacun des critères pour pouvoir les comparer les uns aux autres. Par exemple, la rémunération sera « très importante » et la « formation continue » sera « accessoire ».

Voici une échelle pour vous permettre d’apprécier ces critères selon votre goût :

  1. Très important
  2. Important
  3. Moins important
  4. Accessoire

Ces critères pour la recherche d’un poste

Une fois établi le classement des critères :

  • analysez les offres d’emploi, pour les candidatures en réponse à une annonce, et les entreprises, pour, aussi, les candidatures spontanées,
  • postulez à celles qui remplissent les critères que VOUS avez retenus

Votre motivation en sera d’autant plus forte qu’un maximum de ces critères seront remplis par l’entreprise envisagée.

Pour ceux qui sont en poste

Faites l’exercice par rapport à votre société actuelle et vous pourrez ainsi décider d’y rester ou d’envisager d’en changer.

Pour les employeurs, les 7 critères

Pour faire partie des meilleures entreprises, la taille de votre entreprise est sans importance. Pour conserver les meilleurs éléments et attirer vos futurs employés, satisfaits de travailler pour vous, au point qu’ils voudront rester longtemps chez vous, mettez en place sur les 7 critères suivants :

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.
Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour choisir votre plan de carrière, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter
Voir aussi :

Stress : maladie contagieuse ou faute du management ?
Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Quels Points faibles mettre dans une lettre de motivation ?

Réflexions pour une orientation professionnelle
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Psychologie du travail dans l’organisation du bureau

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Management

Votre commentaire :

En poste ET en recherche d’emploi : Les risques


Vous êtes en poste ET vous recherchez un autre emploi

Votre job ne vous convient plus

lettre de démission à l'écran

  • Trop de stress, pas assez de reconnaissance.
  • Pas assez d’argent et trop de boulot,
  • Trajet trop long, satisfactions trop courtes,
  • Pas ou peu de perspective d’évolution,
  • Relations difficiles,
  • etc.

Vous avez décidé de quitter l’entreprise pour laquelle vous travaillez.

La tentation est forte

  • de lever le pied, d’en faire moins
  • de venir plus tard ou/et de partir plus tôt,
  • d’être moins attentif (ve) dans ses tâches quotidiennes,
  • de se refermer sur soi ou de dire tout haut ce que vous pensez tout bas,
  • etc

C’est là que vous risquez de provoquer votre licenciement.

Chouette ! C’est ce que vous vouliez !
Oups ! Pas au moment où vous le vouliez et avec un motif désagréable ! Au pire, sans indemnité de licenciement ou de chômage.

Vous est plus prudent (e) que cela

Vous gardez votre décision pour vous. Même votre meilleur (e) collègue attendra avant de l’apprendre.

Vous commencez à préparer ou à mettre à jour votre CV : changement de l’âge si écrit dans le CV, éventuellement des coordonnées pour vous joindre, adresse, mail, téléphone, ajout de votre emploi actuel et des nouvelles réalisations depuis la dernière version de votre CV.

Vous commencez à surfer sur Internet, à la recherche d’offres d’emploi.

Vous rédigez votre lettre de candidature que vous envoyez par courriel.

Vous répondez aux appels téléphoniques des recruteurs, éventuels futurs employeurs ou chasseurs de têtes.

Prudence si vous faites tout cela de votre bureau

D’abord, évitez de vous faire prendre en plein flagrant délit d’utilisation des outils informatiques mis à votre disposition par votre employeur pour votre travail. Mieux vaut s’interrompre que de se faire prendre.

Sachez que, même si la charte informatique vous l’interdit, la jurisprudence vous donne le droit d’utiliser l’informatique de votre travail à des fins privées et personnelles, avec mesure et de préférence hors des heures de travail.

Pour tout écrit en préparation sur votre écran, faites en sorte que personne ne puisse voir ou lire votre écran, que ce soit directement ou dans le reflet d’une vitre. Si vous êtes en Open space, abandonner l’idée et faites tout de chez vous. Ouvrez une nouvelle fenêtre uniquement pour votre traitement de texte ou votre messagerie, séparée des fenêtres que vous utilisez pour le travail. Dès que quelqu’un s’approche de votre écran, basculez vers les fenêtres du travail.

Quant aux conversations téléphoniques, mieux vaut que personne ne vous entende, même à travers une cloison. Certaines laissent passer le son. Indiquez à votre interlocuteur l’heure à partie de laquelle, vous serez disponible pour répondre à ses questions et interrompez rapidement la conservation.

Et si vous vous faites prendre, réagissez correctement

Malgré votre attention, vos réflexes vous ont lâché juste avant de changer de fenêtre à l’écran ou de faire une pause au téléphone. Quelqu’un vous a vu ou vous a entendu.

Évitez de regarder l’autre. Vous risquez de rougir ou de vous énerver, selon votre tempérament.

Un collègue, bien intentionné ou neutre, aura tendance à se taire pour, éventuellement vous en parler à une pause ou à tout autre moment où vous serez entre vous. Restez évasif (ve) ou confirmez en réclamant un engagement de silence de la part de l’autre

Un collègue mal intentionné ou un chef aura, lui aussi, un moment de surprise. Il est alors rare de pouvoir éviter de répondre à ses questions. Si votre chef ne dit rien, faites-en autant.

Si son attitude envers vous change ou s’il souhaite vous parler, immédiatement ou plus tard, demandez, si nécessaire, à ce que la conversation se fasse à l’abri d’autres oreilles indiscrètes. Exposez alors la situation telle qu’elle est, c’est-à-dire indiquez à quel stade de votre recherche d’emploi vous êtes : de la simple prise de renseignements sans conséquence immédiate à un entretien téléphonique avec un recruteur.

Faites part des motifs qui vous conduisent à penser quitter l’entreprise. Souvent, cet entretien individuel non planifié permet d’aplanir des malentendus, d’obtenir une reconnaissance du travail effectué, ou une correction de l’appréciation de votre responsable sur votre travail.

Selon que votre responsable envisage de vous garder ou de vous libérer, il sera enclin à faire des efforts ou tout l’inverse. De toute façon, le risque qu’il vous licencie est quasi nul, dans la mesure où il préférera, de très loin, une démission. En attendant, il est probable que vos tâches seront insipides et peu valorisantes, sans parler des placards dorés pour certains d’entre vous.

Selon votre degré d’envie de quitter l’entreprise dans laquelle vous êtes, vous vous sentirez plus ou moins à l’aise pour continuer de préparer votre départ.

Philippe Garin

Il est humain lors de périodes de changement majeur d’avoir besoin d’aide pour garder votre sérénité et efficacité.
Faites-vous épauler, que ce soit par un professionnel, des amis, de la famille et voyez comment bénéficier de leur soutien

Pour votre évolution professionnelle, contactez-nous : boosteremploi@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 
 

Voir aussi :

En poste ET en recherche d’emploi : Bien réagir
En poste ET en recherche d’emploi : Prudence

Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Quitter la France pour trouver un emploi ?
Critères pour quitter son emploi

Poste de travail vacant : Les besoins de transition des causes IMPRÉVISIBLES
Chômage : Les motifs d’inscription à Pôle emploi
Stress : maladie contagieuse ou faute du management ?

Démission : Les cas où des indemnités chômage sont versées
Promesse d’embauche et pré-embauche : Ne pas confondre
Le recrutement conversationnel ou social : Mode d’emploi pour les entreprises

Autres Emploi :

Récapitulatif 11 Emploi

Protection renforcée des données personnelles des employés au Canada


La Cour Suprême canadienne vient de rendre un jugement

qui a un impact très important sur les données privées des employés dans tous les secteurs.

Cour suprême canadienneLa situation actuelle

Jusqu’ici les chartes informatiques des entreprises se devaient de contenir l’information selon laquelle toutes les données présentes sur du matériel fourni par l’entreprise, voire utilisé par ses employés, faisait partie du patrimoine de l’entreprise.

En conséquence de quoi, l’employeur pouvait accéder sans restriction à l’ensemble de ces informations et pouvait les utiliser à l’encontre d’un(e) employé(e) qui n’aurait pas respecté cette règle.

Le nouveau droit

La Cour Suprême a décidé d’accorder la reconnaissance du caractère privé de données, présentes dans un ordinateur personnel, confié par son employeur, dans un jugement d’audience criminelle.

Désormais, toute preuve contre un(e) employé(e), obtenue par la lecture de données privées dans un matériel informatique confié par un employeur, sera exclue en violation de ce nouveau droit

Les conséquences

A partir de maintenant, les chartes informatiques devront être modifiées pour indiquer les circonstances et les moyens qui permettront d’accéder aux données à caractère privé sur du matériel confié par l’employeur.

De plus, l’accès par l’employé(e) à ces données devra avoir lieu par des procédés privés et non pas mis à disposition à l’employeur, ce qui exclue l’utilisation des réseaux de l’employeur

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi: phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Courriels échangés entre collègues : Attention au licenciement
La mention « personnel » ne suffit plus
Présumé professionnel est l’usage d’Internet sur le lieu de travail

Licencié pour avoir cherché à effacer ses connexions sur des sites porno
Filtrage Internet : Pas de brimade des salariés
Charte informatique

Autres Juridique et Informatique :

Récapitulatif 6 Juridique
Récapitulatif 9 Juridique
Récapitulatif 7 Informatique
Récapitulatif 8 Informatique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et dans la page Juridique de la page Autres catégories

Management participatif : Votre plus grande satisfaction


Vous avez la plus grande satisfaction lorsque…

C’est la seconde question du sondage sur le management participatif.

a) Vous réunissez des personnalités différentes

Si vous souhaitez ne voir qu’une seule tête, vous faîtes fausse route.

Plus les membres d’une équipe sont hétéroclites et plus vous augmentez votre panel de compétences dans une équipe.

Cela impose en conséquence de passer un certain temps à expliquer à tous que chacun a sa place, aura droit au même temps d’écoute et de participation.

Sans cela, les réunions de travail risquent de se transformer en épreuve de force, entre eux et avec vous.

b) Vous faites travailler les autres à votre place

Déléguer implique de contrôler le travail effectué. Votre rôle de manager implique ces deux responsabilités.

Si les tâches distribuées sont accessibles par vos collaborateurs, parce qu’ils en ont la capacité, ils n’en ont pas la responsabilité.

A trop déléguer, vous risquez d’aiguiser les appétits des subordonnés qui veulent devenir chef à la place du chef.

Si vous laissez penser au collaborateur qu’il effectue votre travail, à quoi servez-vous ?

c) Vous obtenez les résultats obtenus

L’efficacité d’un manager passe, certes, par sa capacité à déléguer et à contrôler.

Elle passe aussi par le résultat obtenu en temps et dans la qualité attendue par sa hiérarchie ou son client.

Quand un client est satisfait, qu’il a obtenu les résultats attendus, le travail en équipe est valorisé.

Transmettre les félicitations de votre client, interne ou externe, à toute votre équipe.

Chacun y a contribué et ils vous en seront reconnaissants.

Et puis, cela peut éviter ou provoquer des demandes de reconnaissance du travail effectué sous une autre forme.

Par contre, quand c’est votre mode de fonctionnement habituel alors de telles réclamations deviennent, de fait, obsolètes et inutiles.

La meilleure réponse est

c) Vous obtenez les résultats obtenus

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Tous les sondages de ce blog
Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage
Pratiquez-vous le management participatif ? Les réponses

Management participatif : Nouveau projet, que faites-vous ?

Votre style de management provoque des critiques parce que…
Je délègue à bon escient
Indicateurs d’efficacité
Devise 019 : Satisfaction n’est pas garantie

Autres Organisation et Management :

Récapitulatif 9 Management
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Management et Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :