Que doit contenir un rapport d’activité ?


Le contenu d’un rapport d’activité en entreprise

rapport d'activité du coeur

source : Wikipedia

Que l’auteur du rapport d’activité soit nouveau dans l’entreprise ou est un « ancien » dans la « boîte », il doit appliquer les règles rédactionnelles en cours.

Clair, concis doit être le contenu, pour que le rapport soit lu et compris.

Dans un rapport d’activité, il faut trouver

Des faits

Les faits sont identifiables, mesurables, sans ambiguïté, irréfutables.

Des opinions et des recommandations

Les opinions et les recommandations sont subjectives, en complément des faits, donc dans des phrases à part et argumentées.

Des noms

Des noms de personnes ou de groupes de personnes ou services.
Ce sont les acteurs, les responsables, les décideurs.

À notifier d’une manière neutre. les critiques sur les personnes passent plus facilement et laissent moins de traces lorsqu’elles sont exprimées oralement que par écrit, car cela peut se retourner contre son auteur.

Des dates, délais, chiffres

Les nombres et les dates servent d’illustrations aux faits et aux opinions. Ils facilitent la mémorisation du contenu.

abonnez_vous_ICI_a_la_NewsletterDes éléments communs

Les éléments suivants sont communs à tous les rapports :

  1. Le nom de l’auteur, sa fonction ou/et son service
  2. La date, voire l’heure du rapport
  3. S’il s’agit d’un rapport après des entretiens ou réunions, la liste des participants ou des personnes interrogées, y compris les personnes absentes à la réunion si le cas s’est présenté
  4. La liste du ou des destinataires du rapport, c’est-à-dire la personne qui l’a demandé et celles qui vont en recevoir une copie
  5. L’objet du rapport
  6. Un rappel des circonstances du rapport, par exemple si ce rapport fait suite à un autre rapport, ou la demande qui a conduit à la rédaction du présent rapport

Optionnels :

  1. Si nécessaire une liste d’actions à mener suite à ce rapport.
  2. Si nécessaire la date du prochain rapport, ou/et de la prochaine réunion.
    Cette notion de date a un sens pour les rapports réguliers.
    Pour un rapport à une demande ponctuelle ou une initiative ponctuelle, aucune date de prochain rapport n’est à mettre.

Selon la taille du contenu du rapport, il est préférable de rédiger avec des titres et des sous-titres. Cela permet la création d’un sommaire à placer au début du rapport

De même, un résumé peut s’avérer efficace. Il peut se placer juste après le sommaire ou en tout début si aucun sommaire ou en fin du rapport en guise de conclusion.
Ce résumé a pour objectif de fournir une information rapide et d’éviter à son lecteur de lire l’ensemble du rapport ou l’inciter à le faire s’il veut des détails.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Dégradation de la relation personnelle avec le responsable hiérarchique
L’origine du français et son orthographe
Astuces pour que vos mails soient lus

Comment construire un tableau de bord
Indicateurs d’activité exemples
Plan compte rendu Comité de projet

Autres Organisation :

Récapitulatif 15 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : Cinq méthodes pour trouver un emploi


Cinq méthodes pour se faire recruter et leurs inconvénients

Répondez d’abord au sondage, svp

1. Offre d’emploi

L’offre d’emploi est une des sources d’emploi.

C’est le marché ouvert du recrutement. Environ 30% seulement des emplois sont trouvés par cet intermédiaire.

Du papier, l’offre est passée sur Internet.

Elles sont proposées par les entreprises, les cabinets de recrutement et les sites d’offres d’emploi, appelés aussi job bord. Retrouvez-les sur notre site.

Le gros inconvénient de ce recrutement vient de la concurrence d’autres candidats, plus compétents ou plus habiles à convaincre le recruteur. Pour chaque offre, des dizaines, voire des centaines de candidatures !

2. Le réseau personnel

Rarement, il s’agit du piston, où un employeur embauche pour faire plaisir à quelqu’un qu’il connaît.

Plus généralement, il s’agit d’une personne de son entourage ou de l’entourage de son entourage, qui a entendu qu’il existe une opportunité d’emploi dans votre future entreprise.

L’inconvénient majeur est l’étendue de son réseau. À moins d’être très populaire, plus on a de contacts et plus les chances augmentent, cependant cela suppose d’avoir un tempérament extraverti et un carnet d’adresse très fourni.

3. Les réseaux sociaux

Être sur les réseaux sociaux est devenu banal. C’est le contenu de vos écrits, l’image que vous donnez de vous, votre professionnalisme qui attireront les recruteurs, traditionnels ou chasseurs de tête.

L’inconvénient est de supprimer toutes les images et messages laissés dans le passé qui portent atteinte à votre image.

La séparation du profil personnel, protégé suffisamment, et du profil professionnel, qui sert de carte de visite et de CV en ligne, est obligatoire.

4. La candidature spontanée

Toujours un classique et toujours valable, la candidature spontanée permet d’atteindre les entreprises sur le point de débuter un processus de recrutement.

Pour cela, la recherche d’informations sur l’entreprise est indispensable, ainsi qu’une bonne préparation avant de rédiger une lettre attrayante pour le décideur des recrutements.

La réussite est liée étroitement au fait de d’atteindre la bonne personne, au bon moment pour parvenir à décrocher un entretien d’embauche avant l’emploi.

5. Son propre emploi

Créer son propre emploi signifie devenir soi-même entrepreneur. L’auto-entreprise ou la micro-entreprise sont des statuts qui permettent de démarrer sa propre entreprise, entre autres formes juridiques.

Le portage salarial en est une autre. Il s’agit de se faire enregistrer comme salarié dans une entreprise de portage salarial et de lui rétrocéder une partie du chiffre d’affaires que l’on reçoit de ses clients, qu’il faut donc trouver soi-même.

L’inconvénient vient principalement des multiples compétences à acquérir, d’avoir une connaissance du marché et de bien s’entourer pour démarrer. Les meilleures idées ne rapportent rien, s’il n’y a pas de client à facturer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : Pourquoi remercier
Recherche d’emploi : Pourquoi le poste vous a échappé
Emploi : CV papier vs Profil sur des réseaux sociaux

Candidature spontanée : 6 pièges à éviter
Le sourcing dans le recrutement 2.0
Recrutement : Attirer des candidats par la RSE

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : avant de partir au rendez-vous


Partir en entretien d’embauche

prêt(e) à partir en entretien d'embauche ?

prêt(e) à partir en entretien d’embauche ?

Vous y êtes. Vous avez un rendez-vous pour un entretien d’embauche.

Que ce soit chez un recruteur professionnel d’un cabinet extérieur, d’un représentant des Ressources Humaines de l’entreprise ou même le chef d’entreprise, vous avez certaines règles à respecter pour mettre tous vos atouts en avant.

La veille de l’entrevue de recrutement

  1. Vérifier et mettre en état son véhicule : propreté, niveaux de carburant, d’eau et liquide de dégivrage (en hiver), pression des pneus, etc.
  2. Repérer son trajet : reconnaissance du trajet physiquement ou via Internet, repérage des travaux et autres difficultés, s’assurer des horaires des transports en commun et des éventuelles grèves pour ceux qui n’utiliseront pas la voiture. Prévoir une demi-heure en Province et une heure en Région parisienne en plus pour le trajet que les indications des logiciels de trajets.
     
  3. Repérer le bâtiment et les alentours du lieu du rendez-vous : Google maps ou autre Mappy vous permet de visualiser les photos de très nombreuses rues. Vérifier la présence de parking.
  4. Éviter tout excès : alimentaire, boisson alcoolisée, sport intensif, excitant chimique ou naturel, somnifères
     
  5. Regrouper ses documents : CV, lettres de recommandation, notes diverses sur l’entreprise, l’annonce (si annonce)
  6. Rassembler son paquetage : selon la durée et le mode de trajet, cartes routières ou/et billets de train ou de bus, monnaie, petite bouteille d’eau, carnet de notes, crayon et stylo, mouchoir, pastilles contre la mauvaise haleine, etc.
     
  7. Préparer sa tenue vestimentaire : sortir les vêtements que vous prévoyez de mettre le lendemain
  8. Se coucher dans de bonnes conditions pour bien se reposer : ni trop tôt, ni trop tard par rapport à votre rythme et par rapport à l’heure du lever, surtout si votre rendez-vous est le matin.

Le jour de l’entretien

  1. Se préparer physiquement : se laver, se raser (attention aux coupures) si vous êtes concerné (e), s’habiller, aller aux toilettes, manger, se coiffer, mettre des chaussures propres, vérifiez sa tenue dans un miroir avant de quitter son logement.
     
  2. Partir à temps pour éviter de stresser sur le trajet en cas d’imprévu, et éviter d’arriver en retard ou en nage.
  3. Se poser avant d’arriver en vue des locaux du rendez-vous : S’assoir, boire une gorgée d’eau, se calmer et se rendez au rendez-vous pour arriver à l’heure ou juste avant l’heure.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Conseils pour un deuxième entretien d’embauche
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche
Approche pour la construction d’une atmosphère de sympathie dans le cadre d’un entretien

Main chaude = Succès à l’entretien d’embauche, Recrutement assuré ?
Quelques conseils avant un entretien d’embauche
A relire la veille de l’entretien d‘embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quand une candidature spontanée n’est pas vraiment spontanée


Candidature spontanée ou pas spontanée ?

Déposer une candidature spontanéeParmi les méthodes utilisées par les employeurs pour trouver des collaborateurs, vient en tête leurs réseaux. Ils s’adressent à des confrères, des clients, des fournisseurs ou des connaissances pour savoir si ceux-ci disposent de CV susceptibles de correspondre aux critères du poste à pourvoir.

En deuxième rang des méthodes préférées des patrons : la candidature spontanée.

Un besoin se fait sentir dans l’entreprise et, coup de chance (?) une lettre ou un mail de candidature spontanée arrive juste au bon moment. Pas de concurrence ou presque pour le candidat ou la candidate, le processus de recrutement est raccourci, les frais de recrutement sont réduits et tout le monde est content.

Au bon moment ?

En dehors de ceux qui croient à la coïncidence, la spontanéité d’une candidature arrivant juste au bon moment pour l’entreprise, peut être mise en doute.

En effet, de nombreuses candidatures spontanées proviennent de personnes que l’entreprise connaît directement ou indirectement via :

  • une recommandation de son réseau, ce qui rejoint la première méthode de recrutement, sauf que c’est le candidat qui fait le premier pas
  • une recommandation d’un employé, qui connaît le candidat ou qui connaît quelqu’un qui connaît le candidat
  • un ancien employé, qui cherche à revenir après un CDD ou une mission d’intérim, plus rarement après un premier CDI
  • un candidat rencontré dans un salon professionnel ou un salon de l’emploi, ou à l’occasion d’une rencontre hors contexte comme un club sportif ou une association

Si vous croyez que c’est rare, sachez que les statistiques de la Dares montrent que 40% des personnes recrutées sont déjà connues par leur futur employeur.

Pourtant, seuls 60% des candidats font la démarche d’envoyer des candidatures spontanées. A croire que la peur de se ridiculiser ou d’être déçu est plus forte que le besoin de prendre contact pour décrocher un rendez-vous pour un entretien d’embauche.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Emploi : 22 millions de DPAE, et moi, et moi, et moi ?
Candidature spontanée : 6 pièges à éviter
Préparation à un entretien de Réseau Social

Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi
Quiz sur la recherche d’emploi
Job dating ou speed recruiting : Faire une bonne impression

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien de départ : Vous quittez votre poste ?


Quitter son poste est une décision motivée

Que ce soit à l’occasion d’une démission, une fin anticipée d’une période d’essai, une fin de contrat à durée limitée ou un licenciement, il est important pour l’entreprise d’avoir le point de vue de la personne qui s’en va.démission

Le départ d’un (e) ancien (ne) salarié (e) est l’occasion pour l’employeur ou son responsable des ressources humaines de connaître les motifs de son départ. Selon les motifs, une réorganisation interne ou d’autres conditions de travail, une meilleure définition de poste ou un changement de personnes, peuvent en être les conséquences.

Pour le (la) partant (e)

Il est important que la séparation se passe au mieux. L’objectif est de laisser la meilleure impression possible pour obtenir la meilleure recommandation possible ou le meilleur témoignage lors d’un contrôle de références auprès de cette entreprise.

Ne perdez pas votre temps

Inutile de perdre du temps à rappeler ce que l’employeur sait déjà ou quand vous savez que ce que vous pourriez dire serait inutile.

Parlez pour faire bouger les choses pour ceux qui restent ou qui vont venir, sinon abstenez-vous.

Retenez-vous

Il est très tentant et certains franchissent le pas, de se lâcher et de dire (enfin) tout ce que vous avez gardé pour vous jusque ce jour-là. En dehors de vous époumoner et de vous énerver pour rien, les reproches que vous pourriez faire resteront sans conséquence pour la ou les personnes contre qui vous avez des griefs.

Par contre, vous allez vous descendre en flèche votre image et dites adieu à une recommandation ou à un contrôle de référence positif.

Gare aux conséquences juridiques

Pire, comme dit la formule juridique américaine :

« Tout ce que vous pourrez dire pourra être utilisé contre vous »

Surtout si vous avez l’intention de déposer plainte auprès des Prud’hommes. Réservez vos critiques et informations à votre avocat.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Poste de travail vacant : Les causes
Motifs de départ : papillon ou pas de bol
En poste ET en recherche d’emploi : Prudence

Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Démission, réorientation professionnelle : la problématique du choix
La rupture conventionnelle : Mode d’emploi

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Manager : Augmentation, Prime, Promotion, 4 astuces pour dire Non


Comment refuser une demande individuelle d’augmentation de salaire, une prime ou une promotion

dire nonTous les chefs sont confrontés à l’exercice de dire non à une demande d’augmentation individuelle de salaire

En général, elle est seule, il arrive aussi qu’elle s’accompagne d’une demande de promotion ou, même d’une prime.

En tant que manager,

  • que vous soyez cadre, chef d’une équipe,
  • cadre supérieur ou
  • patron,
  • que vous soyez décideur ou
  • que vous devez en référer à votre propre hiérarchie,
  • que ce soit une fois par an, après le bilan de l’année
  • ou individuellement par un (e) collaborateur (trice),

vous êtes confronté à sa sollicitation de la reconnaissance du travail effectué par une demande d’augmentation de salaire, voire d’une demande de promotion ou d’une prime.

Seulement voilà, votre budget ne vous le permet pas.

Votre attitude de manager, tout au long de l’année, conditionne l’impulsion de vos collaborateurs (trices).


Astuce 1 : Des objectifs élevés

Pour éviter de devoir reconnaître un travail bien fait, très bien fait, exceptionnel, mettez la barre des objectifs très haute.

De cette façon, peu de collaborateurs atteindront la limite haute que vous aurez fixée, ce qui entraîne moins de sollicitations et permet de dire non plus facilement sur le critère d’objectifs non atteints

Ce peut être une marge brute minimum à atteindre pour le collaborateur, le service ou l’entreprise entière. Ou/et des économies de temps et donc d’argent.

Avantages :

  • L’une ou l’autre des solutions vous permettra d’utiliser le surplus de trésorerie pour les augmentations éventuelles, que vous auriez néanmoins accordées.
  • Le degré de qualité et un objectif ambitieux génère une activité plus importante du (de la) collaborateur (trice) tout au long de l’année

Inconvénient :

  • A trop tirer sur la corde, elle se casse. Le (la) collaborateur (trice) va chercher ailleurs, si pour le même salaire ou plus, le travail, qui sera plus facile ou plus simple, moins stressant.

Astuce 2 : Des objectifs multiples

Plus vous fixez d’objectifs à chaque collaborateur, et plus vous multipliez les efforts qu’il doit produire pour atteindre chacun d’eux.

Avantage :

  • Qu’un seul ne soit pas atteint vous donne une excuse supplémentaire pour refuser augmentation, prime ou promotion.

Inconvénient :

  • Un trop grand nombre d’objectifs peut décourager le (la) collaborateur (trice) plus enclin (e) à se contenter de son salaire et de son poste plutôt qu’à ne plus savoir où donner de la tête et concentrer ses efforts

Astuce 3 : Des objectifs variés

  • Reprenez les objectifs fixés pour l’année, lors de l’entretien individuel annuel
  • Éliminez de la liste de l’année suivante, les objectifs atteints
  • Remettez les objectifs non atteints, quitte à les augmenter s’ils ont été presque atteints
  • Fixez des objectifs nouveaux, qualitatifs ou quantitatifs

Avantage :

  • Les objectifs qualitatifs induisent une notion d’arbitraire dans l’estimation que vous en ferez. Cela vous donne une marge de manœuvre pour refuser une prime ou une augmentation

Inconvénients :

  • Votre imagination va se tarir car il faut renouveler  et inventer de nouveaux objectifs. A long termes cela se complique chaque année
  • Le (la) collaborateur (trice) « sent » le piège, et reste avec un sentiment d’injustice puisque son appréciation va forcément lui être plus favorable que votre appréciation

Astuce 4 : Des éloges rapprochés

Plus souvent vous félicitez vos collaborateurs, moins l’éloge sera rare. Tous les jours, encouragez-les à faire du bon travail pour qu’ils voient, entendent, sentent que vous appréciez, au quotidien, leur travail.

Avantage :

  • Quand le travail sera au-dessus de la norme que vous vous êtes fixé, exceptionnel, félicitez le (la) collaborateur (trice) fait déjà partie de votre panel d’encouragement. Une prime, une augmentation ou une promotion ne se justifie plus, puisque c’est « normal »
  • L’ambiance au travail sera plus sympathique et les collaborateurs mettront plus facilement du coeur à l’ouvrage

Inconvénient :

  • Sachez aussi réprimander quand le travail est au-dessous de la norme que vous avez fixée. Ce n’est pas parce que vous félicitez votre collaborateur (trice) que celui-ci (celle-ci) doit relâcher ses efforts

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour des conseils adaptés à votre vas, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Définition des critères d’exigence
Les cinq clés de la Communication pour un manager
Manager à distance : Mode d’emploi en 10 points

Être manager de nos jours : Entre sa hiérarchie et ses collaborateurs
Motiver un individu, une équipe
Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage

Autres Management :

Récapitulatif 4 Management
Récapitulatif 8 Management
Récapitulatif 10 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quinqua : Forcer le respect


Les quinquagénaires ont une carrière qui force le respect

respectDes diplômes, des éloges, des prix pour le travail que vous avez rendu.

Tous ces éléments sont à mettre en avant dans votre CV, dans votre communication pour convaincre que vous valez plus que votre âge.

Demandez des recommandations, par courrier ou par courriel (email), à tous vos contacts directs, votre réseau, vos anciens collègues, chefs.

Sommaire :

50 ans et toujours dans la course : 10 astuces pour booster votre recherche d’emploi
Senior : Être présent(e)
Baby boomer : Afficher sa force tranquille

50 ans et plus : Rester en forme
Tempes grises : Soigner son apparence
Seniors : Exprimez-vous correctement

Expérimenté(e) : Dire ce qu’il faut
50 ans et plus : Agir pour avancer
Choix de carrière : Suivre sa passion

Plus de 50 ans : Comment souhaitez-vous être appelé ?

Plus vous accumulerez les preuves de satisfaction de votre travail, mieux vous aurez de chance d’en retrouver.

Si vous faites partie de la majorité, qui a fait sa carrière, sans panache ni éclat, alors ce sont votre sérieux, votre conscience du travail bien fait.

Vos chefs ont compté sur vous pour effectuer un travail digne d’éloges, même s’ils ne l’ont pas exprimés vraiment

Utilisez la copie du compte-rendu de vos entretiens annuels individuels et autres listes de tâches effectuées avec satisfaction pour vos chefs

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour investir dans un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Senior Arguments contre le « Pas assez diplômé »
Critiqué(e) en public : Comment réagir
Entretien de seconde partie de carrière : Senior à partir de 45 ans ?

Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Un trou dans le CV fait-il disparaître les compétences ?
Chômage : Les idées reçues ont la vie dure – Sondage

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :