Tolérance de pannes : En plus du RAID


Tolérance de pannes : En plus du RAID

disque dur endommagé

en panne

Avec les types de RAID décrits précédemment, RAID par duplication et RAID par parité, le risque de perte d’informations est réduit, bien qu’il existe toujours.

En effet, un disque défectueux doit toujours être remplacé.

Le RAID 1 et le RAID 5 ont le gros avantage de permettre la continuité du fonctionnement de l’ordinateur en cas de panne d’un disque dur.

Ils sont cependant suspendus jusqu’au remplacement du disque inutilisable.

C’est pourquoi, il existe une possibilité supplémentaire dans les ordinateurs à tolérance de pannes qui s’appelle disque de rechange, ou spare ou hotspare en anglais.

Disque en spare

Il s’agit d’avoir déjà un disque de remplacement dans l’ordinateur.

Il attend une défaillance sans être utilisé, ni par le fonctionnement ordinaire ni par le stockage par un type de RAID.

C’est du matériel qui va servir uniquement dans le cas où l’un des disques durs tombe en panne.

À ce moment-là, le RAID reconstitue le disque défaillant en utilisant les informations issues du ou des autres disques et les place dans le disque de rechange.

De cette manière, aucune perte de temps. Le RAID continue de fonctionner avec très peu d’interruption, ce qui accorde une plus grande fiabilité de l’ordinateur.

Bien entendu, le disque défectueux reste à remplacer quand même.

Les autres RAID

Malgré toutes les précautions et les avantages qu’apportent les types de RAID 0, 1 ou 5, la sécurité du stockage des informations reste liée au nombre de disques durs qui tombent en panne en même temps.

Cela arrive lorsque les disques durs ont été installés en même temps, car ils s’oxydent à la même vitesse, bien qu’il existe d’autres causes de pannes.

C’est pourquoi, plusieurs autres types de RAID ont été mis en place.

Les articles de ce blog se veulent une vulgarisation pour comprendre le fonctionnement de la tolérance de pannes par les systèmes RAID, la description des autres types de RAID est laissée aux spécialistes.

De toute façon, la tolérance de panne est différente de panne zéro.

Sauvegarde

Il existe toujours la nécessité d’effectuer des sauvegardes des systèmes d’informations sur des supports informatiques qui seront éloignés de l’ordinateur.

La sauvegarde permet de minimiser l’impact d’une surtension électrique ou magnétique, de la présence d’un virus ou des malversations d’un être humain.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Protection de la salle informatique : Les mesures
PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Point de restauration sur votre PC

Le Petit Chaperon Rouge raconté par un informaticien
Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites
Démission d’un salarié : Fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’analyse de décision orientée objectifs (ADOO)


L’analyse de décision orientée objectifs (ADOO)

Un peu de mal à se décider ?

Vous avez des objectifs et plusieurs voies pour y mener, laquelle est la meilleure ?

Voici une méthode pour vous aider à faire le « bon » choix.

Phase de conception:

  • Définir les CONDITIONS DES OBJECTIFS et en déterminer le classement
  • Définition et présentation des ALTERNATIVES
  • Définition et évaluation des CRITÈRES DE CHOIX
  • La formulation et l’évaluation DES RÉSULTATS et de l’examen de la STABILITÉ
  • ANALYSE DES CONSÉQUENCES
  • Élaboration et exposition d’une PRÉSENTATION justifiée, compréhensible et convaincante

Tableaux de classement de l’ADOO

Quatre tableaux de classement de l’Analyse de Décision Orientée Objectifs (ADDO) forment les quatre étapes de la méthode :

  1. Les pondérations des critères de décision
  2. L’évaluation de solutions de rechange
  3. L’analyse de conséquences
  4. Le modèle de décision

dont voici les descriptions :

1) Les pondérations des critères de décision

Question

  • Quelle contribution apporte le critère de décision à la réalisation de chaque objectif ?

Échelle de notation

  • 0 = pas de contribution
  • 1 – 3 = contribution faible,
  • 4 = contribution remarquable
  • 5 – 6 = contribution étendue
  • 7 – 8 = contribution décisive
  • 9 = contribution potentiellement maximale

Prémisses

  • Numéro du classement / valeur du classement des conditions pour atteindre l’objectif, qui remplissent, c’est-à-dire qui couvrent entièrement les attentes

Résultat 1

  • Somme des produits individuels (numéro du classement X valeur du classement); par critère de décision

Résultat 2

  • Si l’on met la valeur de résultat la plus élevée = 1, il en ressort la valeur de chaque critère de décision

2) Évaluation de solutions de rechange

  • Définition et documentation des solutions de rechange
  • Formulation de valeurs de l’événement en fonction du critère de décision
  • Évaluation des valeurs de l’événement

Tableau

  • 0 – 2 = tout à fait insuffisant
  • 3 – 4 = insuffisant
  • 5 – 6 = assez bonne valeur
  • 7 – 8 = très bonne valeur
  • 9 = valeur de l’évènement optimale

Test de stabilité

  • Même opération que la précédente en omettant, successivement, l’un des critères d’évaluation.
  • Des corrections avec justification sont recevables.

Résultat

  • Valeur du critère de décision X valeur de l’évènement, additionnée par alternative, donne un total de points pour chaque alternative (=analyse de l’utilité)

3) Analyse des conséquences

    Question

    1. Que se passe-t-il, avec quelle probabilité, si l’alternative X est réalisée ?

    Table des « conséquences positives »

    • 0 – 2 = pas d’avantage notable,
    • 3 – 4 = avantage utile
    • 5 – 6 = avantageux
    • 7 = bonne chance
    • 8 = très avantageux
    • 9 = énorme chance

    Table des « conséquences négatives »

    • 0 – 2 = légère diminution
    • 3 – 4 = légère réduction
    • 5 = inconvénient supportable
    • 6 = inconvénient important
    • 7 – 8 = perte
    • 9 = lourde perte

    Table des « probabilités »

    • 1 – 2 = possible à 10 – 30%
    • 3 = dans le domaine du possible
    • 4 – 5 = probable à 40 – 60%
    • 6 – 8 = sûr à 70 – 90%
    • 9 = 100% sûr

    Résultats

    • Évaluation des + / –  X probabilité  = + / – correction de valeur de l’analyse de la valeur (par alternative)

    4) Modèle de décision

      A – Mauvaise alternative

      Avantages faibles

      +

      Inconvénients menaçants

      – – –

      B – Alternative(s) insuffisante(s)

      Avantages utiles

      + +

      Inconvénients importants

      – –

      C –Alternative pleine de perspectives

      Avantages décisifs

      + + +

      Inconvénients supportables

      Bien sûr, cette méthode est un peu longue. Elle permet de se fixer les idées.
      N’est-ce pas justement le but recherché ?

      Philippe Garin

      Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

      abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

       
       

      Voir aussi :

      Méthode de choix de progiciel
      Choix de projets Méthode de la moyenne pondérée
      Choix de projets Méthode de la rentabilité
      Prise de décision 10 méthodes

      Autres Organisation, Informatique et Management :

      Récapitulatif 3 Organisation
      Récapitulatif 5 Management
      Récapitulatif 5 Informatique

      %d blogueurs aiment cette page :