Les 8 bons comportements en cas de pluies intenses


En cas de pluie intense ou d’inondation

plue inondation les bons comportementsDe nombreux cas de décès et de blessures sont signalés à chaque pluie très intense, telle qu’on les trouve dans le sud de la France, près des côtes ou dans les départements d’outre-mer.

En métropole, la vigilance est signalée dans les médias dès que le vent souffle à 70 km/h, alors avec des vents de plus de 100 ou 200 km/h, il y a de quoi s’inquiéter.

Que dire lorsque la météo nationale annonce autant de pluie en une seule journée que dans un mois ordinaire ?

Les 8 bons comportements

Des drames pourraient être évités en respectant les 8 bons comportements suivants :

  1. Je m’informe
    et je reste à l’écoute des consignes des autorités dans les médias et sur les réseaux sociaux en suivant les comptes officiels
     
  2. Je ne prends pas ma voiture et je reporte mes déplacements
     
  3. Je me soucie des personnes proches
    de mes voisins et des personnes vulnérables
     
  4. Je m’éloigne des cours d’eau et de la mer
    et je ne stationne pas sur les berges des ponts ou les digues des ports
     
  5. Je ne sors pas.
    Je m’abrite dans un bâtiment et surtout pas sous un arbre pour éviter un risque de foudre
     
  6. Je ne descends pas dans les sous-sols et je me réfugie en hauteur, en étage
     
  7. Je ne m’engage ni en voiture, ni à pied.
    Pont submersible, gué, passage souterrain… Moins de 30 cm d’eau suffisent pour emporter une voiture
     
  8. Je ne vais pas chercher mes enfants à l’école,
    ils sont en sécurité

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Philippe Garin,

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 002 : Le sage entend le profit dans le vent
Origine et Prévention des risques sur un site industriel
IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles

Échelle de Beaufort et tailles des vagues
Le parapluie de Jean exercice de logique
Les 4 facteurs influençant les comportements

Autres Bien-être, Sécurité et Voyage :

Récapitulatif 19 Bien-être
Récapitulatif 19 Sécurité
Récapitulatif 19 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Origine et Prévention des risques sur un site industriel


Origine et prévention des risques sur un site industriel

Les risques domestiques sont ceux que l’on a chez soi. Ils sont plus importants dans la cuisine et la salle de bain que dans une chambre, par exemple.

Les risques pour les personnes sur un site industriel entrent dans le cadre de la législation du travail.

Il faut les connaître pour les prévenir et agir quand l’accident arrive.

Mieux vaut prévenir que guérir

1. Électrique

danger électrique

Le risque est inhérent à la présence de l’énergie électrique partout dans l’établissement. L’électrisation par contact avec un organe ou un conducteur sous tension peut laisser à l’organisme des séquelles internes et dans les cas les plus graves aboutir à une issue fatale par électrocution.

  • Ne touchez pas, même indirectement, un câble ou un conducteur ni une installation susceptibles d’être sous tension ;
  • N’utilisez pour raccorder vos appareils électriques que les prises qui vous auront été désignées à cet effet ;
  • Vérifier le bon état de vos prolongateurs électriques ;
  • Ne manœuvrez que les interrupteurs prévus pour l’éclairage ;
  • Ne prenez pas l’initiative de débrancher un appareil ;
  • Ne déplacez pas les perches de mise à la terre ;
  • Ne travaillez jamais sans chaussures aux pieds et mettez des chaussures isolantes si vous utilisez un appareil électrique sur sol mouillé ;
  • N’utilisez que des appareils électriques conformes aux normes en vigueur.
2. Chimique

danger chimique
 

  • Ne touchez ni ne bousculez aucun récipient (boîte, bidon, flacon, etc.) quelle que soit sa taille et surtout s’il est fragile ;
  • N’intervenez pas dans les hottes, sur les paillasses et sur les tables de manipulation si elles ne sont pas vides de tout produit ;
  • Ne ramassez pas, même avec une serpillière, les substances (liquides, en pâtes ou en poudres) répandues sur le sol sans l’autorisation du responsable du local ;
  • Ne jetez pas de produits inconnus dans les poubelles ;
  • Respectez partout les interdictions de fumer et n’allumez jamais aucune flamme (sauf pour nécessité de travail et à la condition d’avoir obtenu un permis de feu) ;
  • Il est interdit de manger sur les lieux de travail.
3. Rayonnement Ionisant
danger rayonnement ionisant
L’accès aux sources scellées, telles que « TRITIUM HTO ou 3H2O » est interdit
La zone est signalée par un trèfle noir sur fond jaune.
4. GAZ

danger gaz
 

Certains gaz présents sur le site sont dangereux parce que toxiques et inflammables.

  • Appliquez la législation en tenue d’indications et de repérages conventionnels ;
  • Limitez les stocks et conservez-les dans un parc spécialement aménagé ;
  • Limitez les quantités dispersées sur le site aux besoins des utilisateurs ;
  • Ne fumez pas ;
  • Si travail à proximité : permis de feu obligatoire & consignation du réseau.

Avec ces consignes, vous devriez réduire le taux d’accident du travail, et surtout, améliorer la sécurité des personnes travaillant sur le site.

Chaque nouveau collaborateur et chaque intervenant extérieur soit impérativement respecter les consignes de sécurité dès le début de son intervention.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Poste de travail vacant : Les besoins de transition des causes Imprévisibles
La pénibilité au travail : Mode d’emploi
Décès : Les formalités bancaires

Êtes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions
Les événements susceptibles de faire augmenter le stress durant une urgence
Extincteurs : Comment les distinguer ?

Autres Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 18 Management
Récapitulatif 18 Organisation
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Plan de prévention ; Les 21 travaux dangereux


Prévenir les 21 travaux dangereux

Arrêté du 19 mars 1993 fixant, en application de l’article R. 237-8 du code du Travail, la liste des travaux dangereux pour lesquels il est établi par un plan de prévention.

dans coupure

Article 1er. -Un plan de prévention est établi par écrit dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article R. 237-8 du code du Travail pour les travaux dangereux ci-après énumérés :

  1. Travaux exposant à des rayonnements ionisants.
  2. Travaux exposant à des substances et préparations explosives, comburantes, extrêmement inflammables, facilement inflammables, très toxiques, toxiques, nocives, cancérogènes, mutagènes, toxiques vis-à-vis de la reproduction, au sens de l’article R. 231-51 du code du Travail.
  3. Travaux exposant à des agents biologiques pathogènes.
     
  4. Travaux effectués sur une installation classée faisant l’objet d’un plan d’opération interne en application de l’article 17 du décret n° 77-1133 du 21 septembre 1977 modifié.
  5. Travaux de maintenance sur les équipements de travail, autres que les appareils et accessoires de levage, qui doivent faire l’objet des vérifications périodiques prévues à l’article R. 233-11 du code du Travail, ainsi que les équipements suivants :
    • véhicules à benne basculante ou cabine basculante ;
    • machines à cylindre ;
    • machines présentant les risques définis aux deuxième et troisième alinéas de l’article R. 233-29 du code du Travail.
  6. Travaux de transformation au sens de la norme NF P 82-212 sur les ascenseurs, monte-charge, escaliers mécaniques, trottoirs roulants et installations de parcage automatique de voitures.
     
  7. Travaux de maintenance sur installations à très haute ou très basse température.
  8. Travaux comportant le recours à des ponts roulants ou des grues ou transstockeurs.
  9. Travaux comportant le recours aux treuils et appareils assimilés mus à la main, installés temporairement au-dessus d’une zone de travail ou de circulation.
     
  10. Travaux exposant au contact avec des pièces nues sous tension supérieure à la T.B.T.
  11. Travaux nécessitant l’utilisation d’équipements de travail auxquels est applicable l’article R. 233.9 du code du Travail.
  12. Travaux du bâtiment et des travaux publics exposant les travailleurs à des risques de chute de hauteur de plus de 3 mètres, au sens de l’article 5 du décret n° 65-48 du 8 janvier 1965.
  13. Travaux exposant à un niveau d’exposition sonore quotidienne supérieure à 90 dB (A) ou à un niveau de pression acoustique de crête supérieure à 140 dB.
  14. Travaux exposant à des risques de noyade.
  15. Travaux exposant à un risque d’ensevelissement.
     
  16. Travaux de montage, démontage d’éléments préfabriqués lourds, visés à l’article 170 du décret n° 65-48 du 8 janvier 1965.
     
  17. Travaux de démolition.
  18. Travaux dans ou sur des cuves et accumulateurs de matière ou en atmosphère confinée.
     
  19. Travaux en milieu hyperbare.
  20. Travaux nécessitant l’utilisation d’un appareil à laser d’une classe supérieure à la classe 3 A selon la norme NF EN 60825.
  21. Travaux de soudage oxyacéthylénique exigeant le recours à un «permis de feu».

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Activités dangereuses et prévention associée
La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité
Produits chimiques : Les 9 symboles de danger

TMS : Des chiffres et des accessoires (troubles musculo-squelettiques)
Le Compte Prévention Pénibilité ou CPP sert aussi pour se former
Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Autres Juridique, Management, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Management
Récapitulatif 18 organisation
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles


La prévention contre les IST

préservatif fémininL’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie Sexuellement Transmissible.

Le meilleur moyen de protection contre le VIH/SIDA et les autres IST est l’utilisation du préservatif :

  • simple, pour la fellation,
  • avec gel à base d’eau, pour la pénétration.

Attention : Les spermicides locaux : spray, gelées, ovules, ne protègent pas des IST.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Le préservatif masculin

Avant toute pénétration ou fellation, dérouler le préservatif sur la verge en érection.

En cas l’absence d’un réservoir, pincer l’extrémité du préservatif pour créer une petite poche qui recevra le sperme.

Il est impératif de se retirer immédiatement après l’éjaculation tout en maintenant le préservatif à la base.

Une fois retiré, le préservatif doit être jeté à la poubelle.

Le gel

Le gel à base d’eau est le complément indispensable du préservatif en latex en cas de pénétration anale.

Attention : Les corps gras ; beurre, huile, crème solaire, vaseline, etc., rendent les préservatifs poreux, donc inutilisables.

Le préservatif féminin

A usage unique, le préservatif féminin s’adapte aux parois du vagin.
Il peut être placé longtemps avant le rapport ou juste avant la pénétration.

Après le rapport le retirer en respectant les instructions du monde d’emploi, pour éviter une contamination.

Pour plus d’informations : www.lepreservatif-feminin.fr

Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Enlèvement d’enfant : Confiance et méfiance
Quelles normes pour les équipements de sécurité des deux-roues motorisés ?
Les 4 classes de feux

Produits chimiques : Les 9 symboles de danger
Apnée du sommeil : Masquez vos ronflements
MMS en Amour

Autres Bien-être:

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone


Que faire en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

comment agir contre une intoxication au monoxyde de carboneMaux de tête, nausées, malaises et vomissements peuvent être le signe de la présence de monoxyde de carbone dans votre logement.

Sommaire :

Le monoxyde de carbone : Quoi, où, les dangers
Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Dans ce cas :

  1. Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  2. Arrêtez si possible les appareils à combustion
  3. Évacuez au plus vite les locaux et bâtiments
  4. Appeler les secours :
    • 112 : Numéro unique d’urgence européen
    • 18 : Sapeurs-pompiers
    • 15 : SAMU
  5. Ne réintégrez pas les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des sapeurs-pompiers

Comment obtenir des renseignements ?

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :

  • L’Agence Régionale de Santé (ARS) de votre région
  • Le Service Communal d’Hygiène et de Santé (SCHS) de votre mairie
  • Le centre antipoison et de toxicovigilance (CAP-TV) relevant de votre région
  • Un professionnel qualifié : Plombier chauffagiste, ramoneur

Sites d’informations :

Source : inpes, institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Décès : Les formalités bancaires
Comment réclamer en Europe : un même formulaire pour tous les Européens
RTE : arnaque au branchement électrique ?

Les cartes du bruit
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Les événements susceptibles de faire augmenter le stress durant une urgence

Autres Bien-être et Sécurité :

Récapitulatif 14 Bien-être
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone


éviter les intoxications au monoxyde de carboneLes intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde

Contrôle des installations

Avant l’hiver, faites systématiquement intervenir un professionnel qualifié pour contrôler vos installations  :

  • Faites vérifier et entretien chaudières, chauffe-eau, chauffe-bains, inserts et poêles ;
  • Faites vérifier et entretenir vos conduits de fumée (par ramonage mécanique)

Sommaire :

Le monoxyde de carbone : Quoi, où, les dangers
Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Bonne ventilation

Veillez toute l’année à une bonne ventilation de votre logement, tout particulièrement pendant la période de chauffage :

  • Aérez votre logement tous les jours pendant au moins 10 minutes, même quand il fait froid
  • N’obstruez jamais les entrées et sorties d’air (grilles d’aération dans cuisines, salles d’eau et chaufferies principalement)

Utilisation correct des appareils

Veillez à une utilisation appropriée des appareils à combustion :

  • Ne faites jamais fonctionner les chauffages d’appoint en continu : ils sont conçus pour une utilisation pour une utilisation brève et par intermittence uniquement.
  • Respectez scrupuleusement les consignes d’utilisation des appareils à combustion (se référer au mode d’emploi du fabricant), en particulier les utilisations proscrites en lieux fermés (barbecues, ponceuses, …)
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, etc.

 Les nouveaux appareils à combustion

Si vous devez installer de nouveaux appareils à combustion (groupes électrogènes et appareils à gaz notamment) :

  • Ne placez jamais des groupes électrogènes dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : ils doivent impérativement être installés à l’extérieur des bâtiments.
  • Assurez-vous de la bonne installation et du bon fonctionnement de tout nouvel appareil avant sa mise en service, et, pour les appareils à gaz, exigez un certificat de conformité auprès de votre installateur.

Les détecteurs de monoxyde de carbone

Il existe sur le marché des détecteurs de monoxyde de carbone, pour lesquelles des procédures d’évaluation sont en cours.

Ces détecteurs ne suffisent pas pour éviter les intoxications.

La prévention des intoxications passe donc prioritairement par l’entretien et la vérification réguliers des appareils à combustion est conduit de fumée, une bonne ventilation, l’utilisation appropriée des groupes électrogènes et chauffage d’appoint, etc.

Source : inpes, institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Pause cigarette encadrée
Europe : Liste d’associations de consommateurs
TMS troubles musculo-squelettiques comment les éviter

Menace – Vulnérabilité – Risque
Parefeu ou firewall : Définition
Faux courriels de Hadopi

Autres Bien-être et Sécurité :

Récapitulatif 14 Bien-être
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Activités dangereuses et prévention associée (Code du Travail Art. R.237-7 AL.1)


Activités dangereuses & prévention associée (Code du Travail Art. R.237-7 AL.1)

panneau dangerLa loi définie les activités considérées comme dangereuses.
Les voici, avec les mesures de prévention à prendre pour éviter tout accident.

Que cette liste vous serve de check-list !

Selon les entreprises, certaines activités sont sans objet.

EPI = équipements individuels de protection

Phases d’activités dangereuses Mesures de prévention
Accès au chantier & circulation Sans objet
Parcours Plan de circulation
Issues de secours Consignes et plans d’évacuation
Stationnement Accès au parking du site
Chargement/déchargement Accès au quai de déchargement du site
Autre (préciser) :

 

Outillage portatif : Sans objet
Perceuses, meuleuses, scies circulaires, … Conformité du matériel
Chalumeau Permis de feu
Extincteur, RIA
Vérification visuelle générale du matériel avant utilisation
Autre (préciser) :

 

Ambiance physique : Sans objet
Bruit, poussière, éclairage, … EPI : Masque, casque auditif, lunettes, …
Chaleur, froid, … EPI : Vêtements de protection
Chocs, écrasement, coupures EPI : Casque, chaussures de sécurité, gants de manutention, …
Humide, glissante EPI : Chaussures antidérapantes
Risque sanitaire (hygiène) EPI : Gants,, lunettes, blouse, local aéré
Risque d’asphyxie et/ou d’explosion Dégazage, ARI, Travail en équipe, contrôle atmosphère
Travaux en hauteur Échafaudage, plateforme élévatrice, …
Accès aux toitures, combles, … EPI : Chaussures antidérapantes
Accès aux ateliers Balisage
Garde corps (filets, barrières, ligne d vie, harnais, …)
Autre (préciser) :

 

Utilisation de produits chimiques et/ou gaz Sans objet
Inflammables Interdiction de fumer
Permis de feu
Extincteurs
Nocifs, toxiques, irritants EPI : Gants, lunettes, vêtements spéciaux
Étiquetage des produits
Risque d’anoxie Stockage adapté (rétentions, armoires spécifiques, quantité limitée au poste, …)
Système de détection du taux d’ O2 ambiant
Autre (préciser) :
Manutention : Sans objet
Palan, table élévatrice, monte-charge, … Autorisation d’utilisation nominative
Permis pontier
Chariot élévateur Autorisation de conduite
Manuelle (charges lourdes) EPI : Ceinture des maintiens des lombaires
Chaussures de sécurité, gants, …
Autre (préciser) :

 

Raccordement ou intervention sur le réseau : Sans objet
Gaz Consignation
Permis de feu
Dégazage & Contrôle atmosphère
Autre (préciser) :
Électricité : Ligne enterrée Consignation
Électricité : Ligne apparente Habilitation électrique
Symbole d’habilitation : hiv, B2, BR, BC
Électricité : Armoire électrique Outillage adapté
Électricité : Sous tension Schéma des installations électriques
EPI : Lunettes, gants, chaussures, casque avec vision, … Le tout : isolants
Autre (préciser) :

 

Autres risques constatés lors de l’inspection préalable Sans objet

De façon permanente, chaque entreprise se doit d’assurer :

  • la conformité du matériel utilisé ;
  • la formation et sensibilisation aux risques du personnel (et donc les habilitations requises).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Travail du dimanche : que dit la loi
Faute grave : Définition juridique
Friday Wear ou Le vendredi relax

Kompetenz : la compétence allemande
Menace – Vulnérabilité – Risque
Smartphone : Autodestruction dans 5 secondes

Autres Juridique, Management et Sécurité :

Récapitulatif 14 Juridique
Récapitulatif 14 Management
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La pénibilité au travail : Les facteurs de pénibilité


Les facteurs de pénibilité

facteur de pénibilitéEn 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité sera opérationnel en France. Il s’agit d’un dispositif ayant pour but de tenir compte des facteurs de pénibilité auxquels sont soumis les salariés dans le but de partir en retraite avant les autres.

L’idée est que les salariés soumis à un travail pénible sont plus rapidement « usés » et donc ont le droit à une retraite anticipée.

Les facteurs de pénibilité permettent un calcul du nombre de trimestres auquel chacun salarié aura droit au moment de son départ anticipé, sans perte sur le montant de sa retraite.

Les 10 facteurs de pénibilité

  1. Manutention manuelle de charges
  2. Postures pénibles
  3. Vibrations mécaniques
  4. Agents chimiques dangereux, dont fumées et poussières
  5. Milieu hyperbare
  6. Températures extrêmes
  7. Bruit
  8. Travail de nuit
  9. Travail en équipes alternantes
  10. Travail répétitif

Les seuils de pénibilité

Il ne suffit pas d’avoir un travail qui réponde à l’un ou l’autre des facteurs de pénibilité. Encore faut-il en dépasser un seuil propre à chacun.

  1. Manutention manuelle de charges : 15 kilos en levé/porté et 250 kilos en poussé/tiré pendant 600 heures par an ou 7,5 tonnes par jour pendant 120 jours sur une année
  2. Postures pénibles : Accroupi, à genoux, bras au-dessus des épaules, torsion du torse (à 30 degrés) et torse fléchi (à 45 degrés) pendant 900 heures par an
  3. Vibrations mécaniques : 2,5 m/s2 pour les mains et les bras et 0,5 m/s2 pour le corps entier pendant 450 heures par an
  4. Agents chimiques dangereux, dont fumées et poussières : Le type de produit et les moyens de protection déterminent le seuil de pénibilité
  5. Milieu hyperbare : Plus de 1 200 hectopascals lors de 60 interventions ou travaux par an
  6. Températures extrêmes : ou = 30 °C pendant 900 heures par an
  7. Bruit : 2 seuils : 80 décibels et 135 décibels pendant 600 heures par an
  8. Travail de nuit : 1 heure de travail entre minuit et 5 heures du matin pendant 120 jours par an
  9. Travail en équipes alternantes : Horaires alternants avec travail de nuit, en équipes et horaires irréguliers et atypiques de nuit pendant 50 jours par an
  10. Travail répétitif : Un cycle inférieur ou égal à 1 minute par an ou, s’il le cycle est supérieur à 1 minute alors un cycle comprenant 30 actions techniques par minute en moyenne, pendant 900 heures par an

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Poste de travail vacant : Les besoins PRÉVISIBLES de transition
Méthode : ACP ou Approche centrée sur la personne
Workaholic ou Bourreau de travail : du burnout au karōshi mortel

Génération W ou babyboomers
Quelles sont les pauses raisonnables qui m’aident dans mon travail
Analyse de mes habitudes de travail

Autres Bien-être, Juridique et Management :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Juridique
Récapitulatif 12 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir


Les entreprises font-elles trop confiance dans leurs employés ?

Pour travailler, le salarié a besoin d’accéder, de manipuler et d’enrichir les données de l’entreprise.

fuite d'information

Information copiée

Dans chaque service, à chaque poste de travail, chacun a besoin d’une partie des informations sur les produits et les services, les chiffres et les perspectives, les formules et autres recettes ou plans de fabrication, les données sur les employés, les clients et les fournisseurs, les partenaires et sous-traitants, etc.

La fuite d’information est une copie, totale ou partielle, des informations qu’un salarié effectue en dehors de l’entreprise à des fins personnelles. Lorsque ces informations sont transmises à un concurrent ou à un état, c’est de l’espionnage industriel, scientifique, économique.

Lorsque ces informations sont conservées par le salarié pour s’en servir lui-même, cela peut créer de la concurrence directe, une violation de brevet ou une alerte sur les pratiques et les personnes à l’intérieur de l’entreprise.

Il se peut aussi que les informations retenues par le salarié aient un impact mineur ou aucun impact sur l’entreprise elle-même, et qu’elles ne servent qu’à fournir des connaissances indirectes au salarié.
Par exemple, des méthodes de travail personnel, des formulaires vierges, l’art de faire de bonnes présentations, un lexique professionnel, un mode d’emploi de logiciels du marché, etc.

Ces informations forment une base de connaissances à partir d’informations issues de l’entreprise. Elles aident le salarié à progresser, sans compromettre la confidentialité et le respect dus à l’entreprise.

Comment empêcher une fuite d’information ?

De grosses sommes sont investies chaque année dans des systèmes de protection des données informatisées dans les entreprises.
Dans le meilleur des cas, l’accès aux données est contrôlé par des dispositifs physiques ou logiciels, qui identifie la personne ou la machine qui tente d’accéder aux données et en refuse ou en accorde l’accès.

Là où un intrus est repoussé, un salarié est autorisé. Il convient alors de restreindre son accès aux données dont il a besoin dans le cadre de son travail et uniquement ces informations-là.
Une alerte devrait retentir en cas de tentative d’accéder à des données autres que celles auxquelles il a droit.

Quant aux données mises à la disposition du salarié, les moyens de copies peuvent restreindre le risque de fuite : interdiction ou contrôle de l’usage de copieurs et d’imprimantes, traces de toutes les manipulations des données informatisées, interdiction ou contrôle de toutes les copies informatiques des données, sur disque dur, clés, Internet, etc.

Néanmoins, il reste toujours la possibilité au salarié d’effectuer des copies, dans le cadre de son travail.
De plus, il existe des informations de l’entreprise qui ne sont pas informatisées. Par exemple, les idées, les échanges verbaux, les réflexions sur un sujet précis.

La surveillance en entreprise est limitée. Les contrôles sont souvent inexistants ou mis en place au moment de la démission du salarié. Or celui-ci a tout le temps d’effectuer des copies d’information les jours ou les semaines qui ont précédé sa démission.

L’efficacité de tous les systèmes de protection des données est peu testée et mise en pratique.

Sensibilisation et engagement du salarié

La prévention du risque de fuite d’information passe par une sensibilisation du salarié, de son entretien d’embauche au jour de son départ. Régulièrement, une à deux fois par an, des rappels au respect des règles doivent avoir lieu.

Le salarié doit savoir ce qui encourt en cas de fuite. Il doit les connaître pour l’entreprise et pour lui-même. Il doit également participer activement à la prévention des fuites par d’autres salariés de son entourage professionnel à l’intérieur de l’entreprise.

L’entreprise doit disposer et mettre en place des règles de bon usage des informations.
La charte qui contient ces règles est à joindre au règlement intérieur de l’établissement. Ces règles font préalablement l’objet d’une information auprès des représentants du personnel et du personnel lui-même.

Toutes les règles doivent être lues et transmises aux salariés, directement ou par l’intermédiaire de panneaux d’affichage.

Le salarié doit s’engager, par écrit, avec date et signature, à respecter les règles de la charte du bon usage des informations, appelée souvent charte informatique lorsqu’elle ne contient que des règles concernant l’usage des données informatisées et des moyens informatiques.

Si un salarié refuse de signer, c’est comme s’il refusait d’appliquer le règlement intérieur de l’entreprise et peut alors être soumis aux mêmes sanctions.

Rappel : le règlement intérieur est déposé à l’inspection du travail, la charte l’est donc aussi. Chaque modification de l’un ou de l’autre implique de déposer la nouvelle version à l’inspection du travail.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Vol de documents légalisé ? Non, sauf
Évolution de l’informatique dans l’entreprise
Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique
Télétravail : La Loi Warsmann adoptée le 29 février 2012

Licencié pour avoir cherché à effacer ses connexions sur des sites porno
Sauvegarde : Comment les données sont-elles sauvegardées ?
Filtrage Internet : Pas de brimade des salariés
Quelles sont les menaces qui pèsent sur une entreprise

Autres Informatique, Juridique, Management et Sécurité :

Récapitulatif 12 Informatique
Récapitulatif 12 Juridique
Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Vaccination : Le calendrier de 10 vaccins


Vaccination : Le calendrier optimal

Inpes institut national de prévention et d'éducation pour la santéLe Ministère de la Santé est l’autorité française responsable du calendrier des vaccinations.

Il recommande de se faire vacciner et de faire vacciner les enfants et les adultes, en fonction de l’âge et de la maladie dont il faut se protéger.

Le corps humain, surtout quand il est jeune, a besoin qu’on lui rappelle à quoi ressemble un virus au cours du temps, car, lorsqu’il n’est pas exposé à la maladie, il « oublie » certains virus.

D’autres vaccins n’ont besoin d’être inoculé qu’une seule fois pour toute la vie.

De même, plusieurs maladies sont contrées par un seul vaccin.


01. BCG

Calendrier

À la naissance

La vaccination contre la tuberculose est recommandée dès la naissance et jusqu’à l’âge de 15 ans chez certains enfants exposés à un risque élevé de tuberculose.

Maladie

Le BCG ou vaccin bilié de Calmette et Guérin prévient de la tuberculose.

Cette maladie prend plusieurs formes, la principale est pulmonaire. Elle tue chaque année entre 1.4 et 2 millions de personnes au Monde, d’après l’organisation mondiale de la santé (OMS).


02. Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite

Calendrier

À 2 mois, 4 mois 11 mois, 6 ans, 11à 13 ans, 25 ans, 45 ans, 65 ans puis tous les 10 ans.

Les rappels de l’adulte sont désormais recommandés à âges fixes soit 75 ans, 85 ans, etc.

Maladies

La diphtérie est une angine peut provoquer l’asphyxie par l’obstruction du conduit aérien. Faute d’un diagnostic précoce, cela peut entraîner la paralysie lorsque la diphtérie atteint le système nerveux central ou la mort, lorsqu’elle atteint le cœur ou provoque des troubles du rythme cardiaque.

Le tétanos attaque les systèmes nerveux central et sympathique, entraînant des contractions et spasmes musculaires incontrôlés. Le tétanos cause environ 500 000 morts par an, dans le Monde, soit 30% des cas de contamination.

Attention : Il est possible d’être infecté plusieurs fois par le tétanos

La poliomyélite provoque, dans 1% des cas une infection du système nerveux central. Cette maladie attaque la moelle épinière qui entraîne, le plus souvent, une paralysie des membres inférieurs.


03. Coqueluche

Calendrier

À 2 mois, 4 mois 11 mois, 6 ans, 11à 13 ans, 25 ans

Le rappel de la coqueluche se fait à 25 ans. Les futurs parents sont particulièrement concernés, car la vaccination protège les nourrissons de moins de 3 mois que l’on ne peut pas encore vacciner ; la vaccination sera à nouveau recommandée à l’entourage des nourrissons à l’occasion d’une nouvelle grossesse, si le dernier rappel coqueluche date de plus de 10 ans.

Maladie

La coqueluche est une infection respiratoire, longue et douloureuse, appelée parfois « la toux des 100 jours ». Les quintes de toux peuvent également provoquer des crises de suffocation, des vomissements, une apnée, et chez les jeunes enfants une cyanose, bleue ou violette .


04. Haemoplilus Influenzae de type b (HIB)

Calendrier

À 2 mois, 4 mois 11 mois

Maladies

Haemophilus influenzae de type B peut être responsable d’otites, de méningites, survenant presque exclusivement chez les enfants jusqu’à l’âge de six ans, de l’épiglottite aiguë qui peut entraîner la mort par asphyxie, de septicémies, de pneumonies, de certaines ostéites et arthrites.


05. Hépatite B

Calendrier

À 2 mois, 4 mois 11 mois

La vaccination des nourrissons débute à l’âge de 2 mois. Si la vaccination n’a pas été effectuée au cours de la première année de vie, elle peut être réalisée jusqu’à 15 ans inclus. À partir de 16 ans, elle est recommandée uniquement chez les personnes exposées au risque d’hépatite B.

Maladies

L’hépatite B entraîne une inflammation du foie.

Les symptômes de la maladie aiguë sont essentiellement une inflammation du foie, et des troubles digestifs avec nausées, vomissements et douleurs abdominales, une fièvre modérée, une grande fatigue, une jaunisse, des urines foncées ou des selles décolorées.

L’hépatite chronique B peut se compliquer par une cirrhose ou un cancer du foie.


06. Pneumocoque

Calendrier

À 2 mois, 4 mois 11 mois

La vaccination des nourrissons débute à l’âge de 2 mois. Au-delà de 24 mois, cette vaccination est recommandée dans des situations particulières.

Maladies

Le pneumocoque est la cause la plus commune de pneumonies, méningites, otites, épilepsie, surdité, parésie (réduction de l’utilisation des muscles))


07. Méningocoque C

Calendrier

À 12 mois

La vaccination est recommandée aux enfants âgés de 12 mois avec un rattrapage jusqu’à l’âge de 24 ans inclus.

Maladies

Le méningocoque provoque des méninges dont 5 à 10% se terminent par la mort du malade.


08. Rougeole – Oreillons – Rubéole

Calendrier

À 12 mois, 16 à 18 mois

La vaccination est recommandée pour tous les enfants à l’âge de 12 mois avec une deuxième dose entre 16 et 18 mois. Pour les personnes nées à partir de 1980, être à jour signifie avoir eu deux doses du vaccin.

Maladies

Les oreillons atteignent principalement les glandes salivaires situées en avant des oreilles ainsi que le tissu nerveux. Chez l’homme adulte, les oreillons peuvent provoquer la stérilité car ils atteignent les testicules.

La rougeole provoque une forte fièvre, un écoulement nasal, une toux, des yeux rouges voire larmoyants, des douleurs abdominales, de la diarrhée ainsi que les vomissements. Les complications de la rougeole sont des pneumonies, des diarrhées sévères, des encéphalites, des conjonctivites.

La rubéole est généralement bénigne pour les enfants atteints mais qui peut provoquer de graves malformations congénitales lorsque les femmes sont infectées au début de leur grossesse.


09. Papillomavirus humain (HPV)

Calendrier

À 11 à 13 ans, 14 ans

La vaccination est recommandée chez les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans avec un rattrapage jusqu’à 19 ans révolus.

Maladies

Les plus de 200 types de virus du papillome humain sont responsables d’infections sexuellement transmissibles. Certains génotypes déclenchent le cancer du col de l’utérus ou de l’œsophage.


10. Grippe

Calendrier

À 65 ans puis tous les ans. Cependant, se faire vacciner contre la grippe avant 65 ans permet d’éviter des arrêts de ses activités professionnelles et privées durant le temps de la maladie, lorsque celle-ci se déclenche.

La vaccination est recommandée chaque année pour les personnes à risque y compris les enfants à partir de 6 mois, les femmes enceintes et pour toutes les personnes âgées de 65 ans et plus.

Maladies

La grippe provoque de la fièvre, des céphalées, de la toux, des pharyngites, des myalgies, de l’asthénie et de l’anorexie. Les complications de la grippe peuvent atteindre des pneumonies bactériennes et de la déshydratation qui mènent parfois à la mort.

La grippe est responsable du décès de 250 000 à 500 000 personnes au Monde dont 1 000 en France, chaque année.


Sources : INPES, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé et Wikipedia


Prévention par les vaccins

Les vaccins sont l’aboutissement d’une série de découvertes commencée au Moyen-Âge et qui continue tous les jours.

Des millions de morts, de personnes handicapées, des malformations, de souffrance sont évités chaque année, grâce à la vaccination.

Un seul mot d’ordre pour lutter contre la maladie et la contamination des autres :

Faites-vous vacciner et faites vacciner vos enfants

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Vaccination : de l’origine à aujourd’hui
25 excuses pour une absence au travail
La carte Européenne d’Assurance Maladie : Mode d’emploi

Maria Veen Reken en Allemagne : le village pour handicapés
Visite médicale obligatoire pour le permis de conduire
IST, VIH, SIDA

Autres Bien-être, Emploi et Management :

Récapitulatif 11 Bien-être
Récapitulatif 11 Emploi
Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pôle emploi a les yeux sur vos comptes bancaires


Un droit nouveau pour chasser les fraudeurs à Pôle emploi

fichier des comptes bancairesParu au Journal Officiel du 30 octobre 2013, un arrêté du 17 octobre 2013 ajoute Pôle emploi aux organismes publics autorisés à consulter le Fichier national des comptes bancaires et assimilés, appelé aussi FICOBA.

Tous les comptes bancaires ouverts dans un établissement français sont listés au sein du Ficoba.

Pôle emploi s’ajoute aux Douanes, aux agents du fisc, de la Répression des fraudes, la Caisse d’allocations familiales ou CAF et les Caisses de retraites.

Pôle emploi précise que seuls les auditeurs de la prévention des fraude pourront y accéder et seulement en cas de suspicion de fraude. C’est l’existence des comptes qui sera ainsi vérifié.

Par ailleurs, l’article L1582 du Livre de procédures fiscales autorise Pôle emploi à consulter le Ficoba pour :

  • Apprécier les conditions d’ouverture et de maintien de droits de demandeurs d’emploi
  • Calculer les indemnités
  • Recouvrer les prestations indûment versées

Source : Journal Officiel

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pôle emploi : Surveillez votre messagerie
Le sourcing dans le recrutement 2.0
Emploi : Des sites d’annonces gratuites irresponsables ?

Embauche : Les employeurs étaient des tueurs de candidats
Faillite personnelle, faillite civile ou procédure de rétablissement personnel
Investigations ou la preuve électronique

Autres Emploi et Juridique:

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter