Harcèlement au travail : Définitions


Le code du travail définit 2 types de harcèlement

Le harcèlement MORALharcèlement moral mise à l'écart

Article L1152-1 du Code du travail : Le harcèlement moral est défini par des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible :

  • de porter atteinte aux droits et à la dignité du salarié ;
  • d’altérer sa santé physique ou mentale ;
  • ou de compromettre son avenir professionnel.

Le harcèlement SEXUEL

Article L1153-1 du Code du travail : Le harcèlement sexuel quant à lui est constitué par des propos et comportements à connotation sexuelle répétés qui :

  • soit portent atteinte à la dignité du salarié en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit ;
  • créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

Il peut aussi s’agir de pressions graves, mêmes non répétées, exercées dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que cet acte soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand la critique devient harcèlement
Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Le POUVOIR en entreprise : oui, mais lequel

Grooming : Attention les jeunes !
Faute grave : Définition juridique
Propos déplacés sur votre site web : Que faire ?

Autres Juridique et Management :

Récapitulatif 17 Juridique
Récapitulatif 17 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Météo : Les modèles de prévision Arpège et Arome


Les secrets des prévisions météorologiques

grille de prévisions météoVous vous êtes peut-être demandé comment les prévisionnistes pouvaient annoncer le temps qu’il allait faire.

Soulevons un coin du voile de ce métier compliqué et pourtant tellement utile à tous.

De très nombreuses professions dépendent des meilleures prévisions : l’agriculture,  la pêche, le tourisme, la sécurité civile, l’aviation, etc.

Les 4 étapes d’une prévision météorologique

Une prévision se déroule en 4 étapes :

  1. L’observation,
  2. L’assimilation des données observées,
  3. La simulation de l’évolution de l’atmosphère au moyen de modèles numériques,
  4. L’analyse des résultats par les prévisionnistes.

Outils et données

De multiples méthodes et instruments sont utilisés

  • ballons-sondes,
  • mesures des avions, des bateaux, des bouées, des stations terrestres, etc.
  • sondeurs infra-rouges à milliers de canaux sur satellites,
  • sondeurs et imageurs micro-ondes sur satellites,
  • températures et humidités déduites du signal GPS satellite-satellite,
  • vents de surface depuis satellites,
  • humidités déduites du signal GPS satellite-sol,
  • vents déduits d’images satellites,
  • radars-vents à tir vertical,
  • etc.

pour recueillir les données d’observation :

Pour les enregistrer d’une façon cohérente et compréhensible par tous, elles sont placées dans une grille en 3D qui découpe la Terre entière.

Au sol, d’une manière horizontale en carrés de tailles identiques, à l’intérieur d’un même modèle, appelés « mailles« .

L’atmosphère est découpée d’une manière verticale en niveaux, en fonction des lois physiques que l’on rencontre : changements d’état de l’eau (condensation, évaporation, formation des précipitations), de turbulence, de rayonnement ou encore les lois décrivant les nombreuses interactions avec la surface terrestre et même l’espace.

Le modèle de prévision Arpège

Le système Arpège est utilisé mondialement pour les prévisions jusqu’à 4 jours.

La résolution horizontale du modèle Arpège est de 7.5 km environ sur la France et de 35 km aux antipodes.
Le modèle découpe l’atmosphère en 105 niveaux verticaux, avec un premier niveau à 10 mètres au dessus de la surface et un niveau supérieur à 70 km environ.
Le pas de temps est de 360 secondes.

Les données traitées par ce modèle sont, entre autres :

  • le vent,
  • la température,
  • les humidités : vapeur d’eau, eau liquide, cristaux de glace, pluie, neige,
  • l’ozone et les aérosols,
  • les processus physiques : rayonnement, microphysique, processus de surface,
  • les phénomènes sous-mailles : turbulence, convection, ondes de gravité

Le modèle de prévision Arome

Les mailles sont de 1,3 km et il y a 90 niveaux verticaux avec un premier niveau à 5 m au-dessus de la surface.
Le pas de temps est de 50 secondes.

Arome fournit des prévisions très détaillées sur la France et les pays limitrophes, dont :

  • les fortes pluies méditerranéennes (épisodes Cévenols),
  • les orages violents,
  • le brouillard,
  • la chaleur en période de canicule,
  • la température,
  • l’humidité,
  • l’état du ciel.

Chaque maille est caractérisée par un type de surface avec environ 250 écosystèmes : lacs, mers et océans, surfaces urbanisées (villes, aéroports) et surfaces naturelles (végétation).
12 classes de végétation sont également définies : sol nu, rochers, neige permanente, arbres à feuilles caduques, forêt de conifères, parcs et jardins …

Source : Météo France

Philippe Garin, plus 6 ans de vie dans un autre pays

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 002 : Le sage entend le profit dans le vent
Pays et territoires : 10 questions pour les « forts » en géographie
Les réponses aux 10 questions pour les « forts » en géographie

Échelle de Beaufort et tailles des vagues
Poissons, coquillages et crustacés : Les tailles à respecter
Les académies françaises

Autres Voyage :

Récapitulatif 17 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

4 autres raisons pour quitter prématurément l’entretien d’embauche


Vous avez envie d’écourter l’entretien d’embauche

désintérêt du recruteur

désintérêt du recruteur

Un premier article vous donne 4 premières raisons pour quitter prématurément l’entrevue d’embauche.

Ecourter un entretien d’embauche est une décision importante, parfois indispensable.

Voici 4 autres motifs qui vous donnent envie d’interrompre le recrutement.

Indice 5 : Le recruteur semble désintéressé

Essayez de faire la part des choses et de comprendre pourquoi le recruteur vous donne l’impression d’être démotivé durant votre entretien d’embauche.

Il est possible qu’il en soit à son 10ème entretien de la journée et qu’il manque de concentration.

Sinon, il manque peut-être de préparation, vous confond avec quelqu’un d’autre ou se mélange avec un cv qu’il a juste parcouru.

Le manque d’intérêt du chargé de recrutement à votre égard est un manque de respect de sa part.

Vous méritez qu’il vous écoute, qu’il vous donne des informations fiables et qu’il note vos réponses.
Sinon, son appréciation sera faussée, à moins qu’il ait déjà choisi un autre candidat, du moins dans sa tête.

Si l’attitude du recruteur vous dérange, surtout s’il appartient à l’entreprise ou à l’organisation au sein de laquelle vous souhaitez travailler, dites « non » et montrez que vous, au moins, respectez votre interlocuteur.

Indice 6 : Les réponses à vos questions sont insatisfaisantes

Il est irritant de poser des questions précises et d’obtenir des réponses floues ou incomplètes.

Soit le recruteur ignore les réponses qu’il doit vous donner, ce qui arrive avec les recruteurs extérieurs à l’entreprise,
soit il cherche à vous cacher des informations qui iraient dans un sens négatif pour vous.

Dites « non » en cachant votre frustration tout en signalant que cette décision est prise sur la base des informations obtenues durant l’entretien.

Indice 7 : Votre interlocuteur vous semble antipathique

Avant de quitter prématurément l’entretien, posez-vous la question de savoir

  1. Pourquoi votre interlocuteur est aussi antipathique, et
  2. Si cela a un sens en cas d’autres éventuels entretiens futurs

Essayez de savoir ce qui dérange l’autre.
Est-ce un élément de votre CV, de votre personnalité ou de votre entourage ?
Ressemblez-vous à la personne qui partageait sa vie et qui vient de le quitter ?

Les raisons viennent peut-être de préjugés à votre encontre.
Il peut montrer de l’arrogance, un comportement déplacé, une attitude colérique ou narcissique.

S’il s’agit d’un futur collègue, d’un futur chef, la question se pose de savoir comment il gère le stress dans l’organisation ou bien s’il cherche à vous provoquer pour vous faire réagir émotionnellement.

En tout cas, voilà des raisons pour dire « non » et partir avant la fin de l’entrevue.

Indice 8 : Le recruteur vous pose des questions interdites

Certains entretiens semblent se dérouler dans une ambiance si sympathique que le recruteur se permet de poser des questions interdites.

D’autres, au contraire, mettent une pression telle, dès le départ, que vous en perdez vos moyens.
Votre stress monte et brusquement vous restez bloqué (e) sur une question interdite.

Vous avez le droit et même le devoir de rappeler à l’ordre votre interlocuteur en lui signalant que la réponse à sa question est sans rapport direct avec le poste à pourvoir et que sa question est hors la loi. Alors vous pouvez dire « non » et prendre congé.

Sommaire :

Interrompre l’entretien d’embauche : Oui, mais quand ?
4 premières raisons pour quitter prématurément l’entretien d’embauche
4 autres raisons pour quitter prématurément l’entretien d’embauche

Comment interrompre poliment un entretien d’embauche ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment reconnaître mon propre comportement de fuite au travail
Les 4 facteurs influençant les comportements
Les rôles dans a communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal

Entretien d’embauche : L’écoute pour se mettre au diapason
Préparation à l’entretien d’embauche
Chômage : Les idées reçues ont la vie dure – Sondage

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Productivité : Fixez-vous des objectifs physiques


Faites ce qu’il faut pour rester en forme

obèse sur un tapis de courseAméliorer sa productivité passe aussi par se sentir en bonne forme.

Avoir une bonne santé, être au mieux de sa forme physique renforce la force physique, la résistance à l’environnement physique et aux pressions de toutes sortes.

Un esprit sain dans un corps sain.
Les deux vont ensemble.

Préservez son hygiène de vie et rester en forme tout au long de sa vie et de sa carrière est un rêve pour beaucoup. Les agressions de la pollution, les repas pris trop vite ou/et mal équilibrés sont nuisibles à la santé. L’âge rend le corps plus sensible aux maladies à commencer par les petits bobos.

Se fixer des objectifs physiques

Pour garder la forme, l’idéal est d’entretenir son corps autant que sa santé mentale. Pour cela, fixez-vous des objectifs atteignables. Il est inutile de chercher la performance du moment que vous vous sentez à l’aise.

Un sommeil réparateur, des repas équilibrés, un peu d’exercice physique suffisent.

Selon l’âge et l’envie, les exercices physiques auront une meilleure influence lorsqu’ils sont pratiqués tous les jours plutôt que s’ils le sont à des périodes espacées.

Trente minutes de marche d’un bon pas, quelques escaliers à monter et à descendre, sortir son chien, laisser la voiture pour de courtes distances sont plus efficaces que de parcourir 5 kms à pied tous les congés de fin de semaine (alias weekends). L’un n’empêche pas l’autre, heureusement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour une meilleure organisation dans votre travail, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Monoxyde de carbone : quoi, où, les dangers
Burn out : Les symptômes pour le repérer
Carrière : Plus on vieilli et moins on fait de concession

Devise 023 : Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent
Emploi des seniors : Et pourtant, ils sont si bons !
Les 7 systèmes de valeurs personnelles

Autres Bien-être et Organisation :

Récapitulatif 17 Bien-être
Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Les sources de stress du recruteur


Le recruteur stresse aussi !

le stress fait transpirerS’il est facile de comprendre que les candidats éprouvent un stress certain à l’idée de rencontrer en entretien d’embauche le chargé de recrutement, il est moins connu que ce dernier aussi est soumis à une pression certaine.

Lorsqu’un poste se libère, ou pire, se créé, l’employeur défini le profil-type de candidat amené à l’occuper.

C’est plus facile lorsqu’il s’agit du remplacement d’une personne qui est partie, car les tâches à accomplir sont déjà définies, et l’employeur peut enrichir cette liste par de nouvelles tâches ou modifier la liste précédente par des changements et des suppressions.

Il connaît les écueils rencontrés avec l’ancien titulaire du poste et reconnaît donc les traits de caractères, c’est-à-dire le savoir-être nécessaires pour la bonne exécution des tâches à remplir par celui ou celle qui va remplacer le partant ou la partante.

Dans le cas d’une création de poste, c’est l’imagination de l’employeur qui fonctionne. Il s’inspire de descriptions de poste existante dans son entreprise ou chez celle de ses connaissances et les adapte à ses propres besoins.

Plus le chargé de recrutement est inexpérimenté, ce qui est souvent le cas lorsqu’il est lui-même le chef d’entreprise ou s’il s’agit d’une personne du service des ressources humaines qui effectue rarement cet exercice, et plus son stress est important.

Se tromper

La crainte de se tromper dans le choix du candidat en est la première cause. C’est aussi la peur de se faire avoir par un candidat qui présente bien, qui sait communiquer et qui donne une bonne impression alors que ses connaissances, compétences sont d’un niveau inférieur à celui exigé pour le poste.

A cela s’ajoute la crainte de mal juger les qualités personnelles du candidat et de mal cerner sa personnalité, au risque d’amener le loup dans la bergerie.

C’est insuffisant de croire qu’une personne est compétence, encore faut-il qu’elle puisse s’intégrer à l’entreprise et qu’elle soit capable de s’adapter, c’est-à-dire d’accepter, les façons de faire de l’entreprise. Une exception : quand la personne à recruter doit apporter du changement dans les méthodes, ou compléter les savoir-faire déjà présentes dans la société.

L’impasse

Une autre cause de stress est celle de l’image que le chargé de recrutement va donner de l’entreprise, et de lui-même.

Selon le poste à pouvoir, la notoriété de l’entreprise, le lieu ou/et les conditions de travail, le recrutement peut conduire à une impasse. Aucun candidat de convient au poste ou, le summum de l’échec, aucun candidat ne postule.

Ce peut être une mauvaise définition du poste ou un salaire peu attractif, ou toute autre raison. Peu importe le poste reste à pourvoir et il faut attirer des candidats.

Si certains recruteurs doivent faire un choix parmi des centaines de candidatures, d’autres peinent à trouver suffisamment de candidats, ou de candidats suffisamment compétents, pour répondre au besoin.

La sanction

Le stress vient aussi de la crainte de ternir l’image du recruteur. Si la personne embauchée ne convient pas, c’est qu’il a mal fait son travail. C’est ainsi que l’on retrouve sur le marché du travail, nombre de candidats pour des postes devenus vacants dans les services RH.

Hé oui, les membres du service du personnel aussi se retrouvent candidats. Être taxé d’incompétence est encore plus difficile pour eux que pour la plupart des autres candidats.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour réussir votre recrutement, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Recrutement : Diminuer le stress du recruteur
Recruteur : La présélection des candidats
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

CV : Le chasseur de têtes
Salon Emploi : Tout l’intérêt pour l’employeur
Contrôle de référence : mode d’emploi

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 14 Emploi
Récapitulatif 14 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Démission : SurenchèreS au départ du salarié


Quand le (la) salarié (e) a décidé de démissionner

démissionLorsqu’un salarié a pris la décision de quitter son poste et son entreprise, c’est qu’il a, généralement, un autre poste dans une autre entreprise en vue.
Rare sont ceux qui partent sur un coup de tête, sauf après un fait violent ou délictueux.

Deux cas de figure se présentent :

  • La surenchère du salarié
  • La surenchère de l’employeur

La surenchère du salarié

On peut l’appeler aussi le chantage au départ ou « combien vous me donnez pour que je reste ? ».

Le salarié est plus ou moins décidé à partir ou, du moins, il voudrait savoir si, en annonçant son départ, son employeur envisage de le retenir.

Ceux qui croient que c’est un moyen de demander une augmentation de salaire, se trompent lourdement. Le chantage est très mal vu dans l’entreprise. Le candidat au départ va se trouver avec un refus catégorique ou déclenche la surenchère de l’employeur.

La demande déclenche automatiquement un entretien individuel. L’employeur a besoin de connaître les motifs de départ. Pour comprendre d’abord, ensuite pour décider de la suite à donner à cette demande.

La surenchère de l’employeur

Le (la) salarié (e) vient d’annoncer son départ, oralement ou/et par l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception.

Lorsque l’employeur s’y attendait, le salarié part. « Bonne route » dans le meilleur des cas.

Par contre, lorsque la surprise est là, l’employeur peut décider de tenter de retenir le salarié sur le départ. Bien qu’il ait toute la période de préavis pour le faire. Il sait qu’il faut faire vite pour convaincre le salarié de changer d’avis et de rester.

Un entretien individuel est alors indispensable pour comprendre les motivations du salarié. Souvent, ces motivations sont incontournables et l’employeur doit se résoudre à accepter le départ.

Sinon, plusieurs arguments sont alors à sa disposition :

  • Convaincre le démissionnaire que le poste et/ou l’entreprise qu’il va prendre sont pires que le poste et l’entreprise actuelle : CA en baisse, doute sur la pérennité de l’entreprise, rumeurs négatives, style de management, description insuffisante du poste
  • Mettre en balance l’inconnu du nouveau poste avec le confort de connaître le poste en cours
  • Proposer une augmentation de salaire, davantage de responsabilité, des tâches plus intéressantes pour le salarié

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La victoire a de petits bras

Lors que le (la) salarié (e) décide de rester, après avoir obtenu satisfaction sur les points demandés ou proposés par sa direction, il estime se sentir bien. Encore faut-il que les motifs de son départ n’existent plus ou ont été compensés.

Par contre, s’il existe encore des motifs de départ, comme les relations difficiles avec les autres, alors le départ est seulement repoussé. L’offre du nouveau poste était insuffisante. A la première nouvelle offre mieux en adéquation avec ses critères, le salarié partira sans état d’âme et sans envisager de rester une fois de plus.

Rester signifie aussi se retrouver avec les mêmes collègues, méprisants ou envieux, avec qui les relations seront plus compliquées, surtout si un avantage obtenu est une promotion.

De plus, l’employeur en voudra pour son argent. Il attend du salarié qu’il justifie par ses résultats l’augmentation de salaire, la promotion ou les avantages divers qu’il vient de lui accorder.

L’employeur attend aussi que l’employé reste sans tentative de nouveau départ dans un avenir proche.

Vigilance

Il est fort probable que la décision de rester enclenche un processus du recrutement du futur remplaçant. La tentative de convaincre le salarié de rester a pour but d’éviter une vacance du poste de travail.

Quant au salarié qui ne démissionne pas après un chantage au départ, il se verra mis à l’écart, voire au placard, en tout cas les relations seront très refroidies et seules les tâches les plus ingrates lui seront confiées. Là encore, le motif d’un licenciement est tout trouvé : tentative d’intimidation, de chantage, de pression sur la hiérarchie, ou tout autre motif valable comme une erreur dans l’exécution des tâches, etc.

Plus l’entreprise est grande et plus il est facile de réussir à rester ou à faire rester le salarié, sous réserve de le faire changer d’établissement ou de services, ou, au minimum de réduire fortement ses relations avec ses anciens collègues.

Dans 9 cas sur 10, la surenchère est sans suite ou conduit à une suite provisoire.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un accompagnement au départ et à la prise de poste, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Licenciement, Rupture conventionnelle, Démission, Jurisprudence : Définitions
Jurisprudence : Rupture conventionnelle et licenciement
Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Entretien de départ : Vous quittez votre poste ?
Chômeur : Comment ne pas perdre en cas de travail
Poste de travail vacant : Les besoins de transition des causes IMPREVISIBLES

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Salon Emploi : Tout l’intérêt pour le chercheur d’emploi


A quoi sert un salon pour le chercheur d’emploi ?

salon emploiUn salon de l’emploi est la possibilité offerte pour un chercheur d’emploi au chômage ou encore en poste, de rencontrer, en un seul endroit et sur une demi- ou une journée seulement, plusieurs entreprises.

Un salon, ça se prépare

Généralement, un salon de l’emploi s’annonce par voie de presse et par Internet. En scrutant les actualités de votre région, vous devez trouver facilement les salons. De plus, ils sont annoncés par Pôle emploi.

Sur le site de l‘organisateur du salon, vous allez retrouver la liste des entreprises qui participent au salon. Vous y trouvez aussi la description des postes à pourvoir.

Faites votre marché. Analyser les offres et comparez-les à votre profil, votre expérience, vos formations et vos envies.

Préparez votre CV.

Vous savez que vous allez avoir de la concurrence, en fait tous les visiteurs qui vont s’arrêter aux mêmes stands que vous. La concurrence est ni plus ni moins intense que si vous répondez à une offre d’emploi par courrier ou courriel.

Il est donc important de préparer un CV adapté à chacun des postes envisagés. Ne vous trompez pas lorsque vous allez donner votre CV aux différents recruteurs. Si votre CV reste inchangé pour la majorité des cas, vous pouvez adapter le titre de votre CV et l’accroche en fonction de chaque poste et de chaque entreprise. Évitez seulement de donner des CV différents à la même entreprise, dans le cas où plusieurs postes vous intéressent chez elle.

Prévoyez plus de CV que de postes envisagés. Il est toujours possible que vous fassiez plus de rencontres que prévues. En effet, certaines entreprises proposent plus de postes que ce qu’elles ont annoncé au départ.

D’un autre côté, ne faites pas non plus trop de copies, car elles vont vous rester sur les bras

Préparez-vous

Repérez votre trajet et le temps nécessaire pour vous y rendre. Le meilleur moment est à l’ouverture du salon. Là, vous commencerez par le poste qui vous intéresse le plus, et vous poursuivez dans l’ordre décroissant de votre intérêt.

Les recruteurs que vous allez rencontrer sont des membres du personnel de l’entreprise. Pas toujours des professionnels du recrutement ou même des Ressources humaines. Ils peuvent être de futurs collègues qui exercent le même métier que vous. En fait, comme vous n’en savez rien, il faut vous attendre à tout : soit à des spécialistes du recrutement, soit à des spécialistes de votre métier. Donc, préparez quelques questions très rapides pour découvrir, dès le départ de la conversation, à quelle catégorie d’interlocuteur vous avez à faire et utilisez alors le registre de vocabulaire adapté à votre interlocuteur. À une personne des RH, un vocabulaire simple, avec un spécialiste, vous pourrez utiliser le langage métier. Ne vous trompez donc pas.

Soyez propre et bien habillé (e). Toutes les règles vestimentaires, de langage corporel et parlé, sont les mêmes pour un entretien dans un salon que dans un entretien en face-à-face lors d’une convocation par un recruteur.

Prenez votre mal en patience.

Après le premier entretien, vous allez faire la queue. Il faut le savoir, être patient et avoir de bonnes chaussures dans lesquelles vous allez vous sentir bien durant tout le salon.

Vous aurez plusieurs personnes devant vous et d’autres seront dans votre dos. Faites abstraction de la pression que cela génère.

Devant le recruteur

Quand c’est votre tour, vous aurez de deux à cinq minutes pour discuter. Si votre interlocuteur est très intéressé, il aura alors le choix, soit de vous prendre en entretien dans un coin réservé à cet effet par lui, où il vous écoutera un peu plus longtemps, sans dépasser le quart d’heure, soit il mettra votre CV dans une pile des personnes à convoquer après le salon.

Il est exceptionnel qu’un candidat soit recruté immédiatement durant un salon. Le but du salon pour un employeur est de rassembler un maximum de CV en un minimum de temps et de (se) faire une première impression sur les candidats, pas de choisir qui va occuper le poste.

Notez bien le nom de la personne que vous avez rencontrée, soit son nom se trouve sur son badge, soit vous le lui demandez tout simplement, ainsi que ces coordonnées, mail ou/et téléphone.

Après le salon

Faites un bilan à chaud, le jour même.

Récapitulez les rencontres, les personnes et les postes pour lesquels vous avez déposé votre CV. Estimez vos chances d’avoir attiré favorablement l’écoute du recruteur.

Envoyez un courriel au recruteur rencontré pour lui faire part de votre compréhension du poste et pour le remercier de vous avoir accueilli. Inutile d’en faire des tonnes. Le but est simplement qu’il se rappelle de vous parmi les dizaines de personnes qu’il a rencontrées durant tout le salon.
NB : Une photo sur le CV fixe votre image dans l’esprit du recruteur, le salon est l’exception à la règle.

Et patientez. S’il est fréquent d’attendre en vain une réponse à une candidature suite à annonce, et il est plus rare que l’employeur rencontré oublie de vous écrire, en positif par une convocation à un entretien plus classique, ou en négatif pour vous conseiller d’aller postuler ailleurs. Malheureusement ou heureusement, chaque entreprise a sa manière de faire.

Pôle emploi et les salons

Lorsque c’est Pôle emploi qui vous a fait part directement de l’existence du salon, allez-y, même si aucun poste ne vous attire. En effet, Pôle emploi recense, souvent, les demandeurs d’emploi qui ont fait l’effort de s’y rendre. À l’entrée du salon, ses représentants sont là et vérifie votre présence grâce à leurs listes.

Qu’ils soient présent ou pas, notez bien les postes et les entreprises avec qui vous avez eu un contact. De cette manière, vous pourrez donner ces informations à votre conseiller Pôle emploi, chargé de vérifier que vous avez une démarche active de retour à l’emploi, condition incontournable pour continuer à toucher vos indemnités chômage.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Salon emploi : Tout l’intérêt pour l’employeur
Premier emploi : Méthode de recherche d’emploi
Senior: Être présent(e)

Cadremploi : Speed recruiting pour décrocher un job en 7 minutes
Job dating ou speed recruiting : Faire une bonne impression
Emploi : Mais pourquoi le recruteur avait dit oui ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :