Combien gagne un développeur web débutant


La rémunération d’un développeur web débutant

De qui parlons-nous ?

développeur webPour un développement web, il faut avoir deux grands types de compétences : Le design et la programmation.
Ce sont deux métiers différents et complémentaires.

Le premier va trouver la charte graphique, les enchaînements entre les différentes pages, le parcours utilisateur, les images, etc.
C’est un métier de cerveau droit.

Le second va tout traduire cela en code, de préférence compatible avec toutes les interfaces, du smartphone au PC, en passant par la tablette ou autre écran géant, etc.
C’est un métier de cerveau gauche.

Alors combien ?

Le revenu du métier de développeur web dépend de plusieurs éléments.

Le statut

D’abord s’il travaille en tant que salarié, il aura son salaire, identique tous les mois, quel que soit son activité.

Par contre, s’il se met à son compte, il aura, comme tout entrepreneur, à gérer le travail qui rapporte, le développement, et celui qui ne rapporte pas, comme la comptabilité et surtout la recherche de nouveaux clients pour éviter de se trouver avec une période sans mission et donc sans argent.

Le lieu

Autre facteur qui entre en jeu dans la rémunération, c’est la localisation.

Travailler à Paris signifie gagner plus et… dépenser plus.
De l’ordre de 15% minimum avec un travail en Région.

Travailler en Suisse et c’est le jackpot

OK ! Combien ?

Pour un développer web débutant, il faut compte entre 24 000 et 33 000 euros par an en tant que salarié.

Un indépendant peut facturer entre 400 et 600 euros par jour, dont la moité va partir en cotisations diverses, y compris sous le statut de portage salarial.

Pour se tester, il y a le statut de micro-entrepreneur (autoentrepreneur) mais les limites de revenus sont vite atteintes quand on parvient à soigner correctement sa propre publicité, ce qui coûte d’abord avant de rapporter.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La relation commerciale : Source d’insatisfactions
Le coût d’un recrutement et de l’intégration
Les prémices d’un plan stratégique informatique

Métiers Familles professionnelles
A qui appartient le chat et qui habite Strasbourg exercice de logique
Comment calculer la rentabilité d’un site Internet

Autres Informatique :

Récapitulatif 19 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : Cinq méthodes pour trouver un emploi


Cinq méthodes pour se faire recruter et leurs inconvénients

Répondez d’abord au sondage, svp

1. Offre d’emploi

L’offre d’emploi est une des sources d’emploi.

C’est le marché ouvert du recrutement. Environ 30% seulement des emplois sont trouvés par cet intermédiaire.

Du papier, l’offre est passée sur Internet.

Elles sont proposées par les entreprises, les cabinets de recrutement et les sites d’offres d’emploi, appelés aussi job bord. Retrouvez-les sur notre site.

Le gros inconvénient de ce recrutement vient de la concurrence d’autres candidats, plus compétents ou plus habiles à convaincre le recruteur. Pour chaque offre, des dizaines, voire des centaines de candidatures !

2. Le réseau personnel

Rarement, il s’agit du piston, où un employeur embauche pour faire plaisir à quelqu’un qu’il connaît.

Plus généralement, il s’agit d’une personne de son entourage ou de l’entourage de son entourage, qui a entendu qu’il existe une opportunité d’emploi dans votre future entreprise.

L’inconvénient majeur est l’étendue de son réseau. À moins d’être très populaire, plus on a de contacts et plus les chances augmentent, cependant cela suppose d’avoir un tempérament extraverti et un carnet d’adresse très fourni.

3. Les réseaux sociaux

Être sur les réseaux sociaux est devenu banal. C’est le contenu de vos écrits, l’image que vous donnez de vous, votre professionnalisme qui attireront les recruteurs, traditionnels ou chasseurs de tête.

L’inconvénient est de supprimer toutes les images et messages laissés dans le passé qui portent atteinte à votre image.

La séparation du profil personnel, protégé suffisamment, et du profil professionnel, qui sert de carte de visite et de CV en ligne, est obligatoire.

4. La candidature spontanée

Toujours un classique et toujours valable, la candidature spontanée permet d’atteindre les entreprises sur le point de débuter un processus de recrutement.

Pour cela, la recherche d’informations sur l’entreprise est indispensable, ainsi qu’une bonne préparation avant de rédiger une lettre attrayante pour le décideur des recrutements.

La réussite est liée étroitement au fait de d’atteindre la bonne personne, au bon moment pour parvenir à décrocher un entretien d’embauche avant l’emploi.

5. Son propre emploi

Créer son propre emploi signifie devenir soi-même entrepreneur. L’auto-entreprise ou la micro-entreprise sont des statuts qui permettent de démarrer sa propre entreprise, entre autres formes juridiques.

Le portage salarial en est une autre. Il s’agit de se faire enregistrer comme salarié dans une entreprise de portage salarial et de lui rétrocéder une partie du chiffre d’affaires que l’on reçoit de ses clients, qu’il faut donc trouver soi-même.

L’inconvénient vient principalement des multiples compétences à acquérir, d’avoir une connaissance du marché et de bien s’entourer pour démarrer. Les meilleures idées ne rapportent rien, s’il n’y a pas de client à facturer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : Pourquoi remercier
Recherche d’emploi : Pourquoi le poste vous a échappé
Emploi : CV papier vs Profil sur des réseaux sociaux

Candidature spontanée : 6 pièges à éviter
Le sourcing dans le recrutement 2.0
Recrutement : Attirer des candidats par la RSE

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Dépôt de bilan : rebondir


Créer sa propre entreprise est un rêve qui tourne parfois au cauchemar

dépôt de bilan poches videsEnviron 1 Français sur 100 rêve de créer son entreprise.

Environ 1% de ces « rêveurs » passe à l’acte et sont appelés des nouveaux entrepreneurs. La plupart sont des indépendants, auto-entrepreneurs, ou créateurs ou repreneurs d’une entreprise.

Source : CCI

La réalité est dure. Réussir est difficile.

dépôt de bilanPlus d’une entreprise sur 3, en métropole française, ont disparues avant les fameuses 3 premières années d’existence.

60 000 entreprises en France disparaissent chaque année.

Source : INSEE

Déposer le bilan est l’acte qui concrétise la fin de votre entreprise. Il marque l’échec de l’élan qui vous avait fait vous lancer.

Selon votre statut, vous pouvez avoir perdu vos économies, vos biens, et gagné des dettes. Tout cela, sans compter les déboires familiaux qui s’ajoutent pour certains.

Entrepreneurs : Vous ne figurez pas dans les statistiques du chômage !

En effet, en tant que chef d’entreprise, vous ne cotisez pas auprès de l’Assurance chômage, donc vous n’en bénéficiez pas.

Même si vous avez cotisé à titre personnel à un organisme qui assure le risque de perte de son entreprise, le montant sera à la hauteur de ce que vous aurez versé.

Le chômeur, ancien entrepreneur, est pénalisé une deuxième fois : Le fait d’avoir été entrepreneur peut s’avérer un point faible dans sa recherche d’emploi, car les éventuels employeurs veulent des salariés obéissants, pas des perdants.

Rebondir après un dépôt de bilan

L’ancien entrepreneur ayant déposé son bilan ou le « encore » entrepreneur qui envisage de déposer son bilan se prépare à son changement de statut.

Il consulte ses fournisseurs, ses clients et même ses concurrents.

Il cherche à revendre son entreprise ou à acquérir des fonds supplémentaires pour la sauver auprès de partenaires supplémentaires, quitte à leur en laisser la majorité. Mais, avec un bilan négatif, les investisseurs ne se bousculent pas pour reprendre une entreprise en déficit.

Faites-vous accompagner

L’ancien entrepreneur doit prévoir un investissement personnel pour retrouver une activité.

Que ce soit pour créer une nouvelle entreprise, ou pour trouver un emploi qui lui permettra de prendre le statut protégé de salarié et ainsi avoir droit à des indemnités chômage (après 6 six de travail en tant que salarié), ou via un portage salarial, l’ancien entrepreneur est seul.

Seul, comme il l’a été durant la période ou il était chef d’entreprise.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le sage et l’absurde
Kompetenz : la compétence allemande
Auto-entrepreneur : Lien de subordination pour requalifier un contrat de travail

Faillite personnelle, faillite civile ou procédure de rétablissement personnel
Les trois temps d’une structuration interne
Exonérations pour les Salariés créateurs d’une entreprise

Autres Emploi, Juridique et Management :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Juridique
Récapitulatif 10 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :