Alerte au piratage 2/2


Être vigilant pour se protéger des pirates

mise en garde contre le piratageAprès la première partie de l’alerte au piratage, voici la deuxième partie de cette mise en garde sur les comportements à risque de l’utilisateur en matière de sécurité informatique.

Elle est plus axée sur ce qu’il faudrait faire et qui est rarement mise en oeuvre par l’utilisateur, même professionnel.

5 Mises à jour et ménage

Un système d’exploitation, Windows ou Apple, est fabriqué par des centaines de programmeurs.
Des milliers de tests sont passés pour vérifier que tout va bien.
Des centaines de millions sont investis dans ces développements et ces vérifications.

Cependant, comme l’être humain est imparfait, il existe des failles de sécurité, que les pirates s’ingénient à détecter.

Quand une faille 0-day est celle qui vient d’être découverte, les anti-virus ont besoin de quelques heures, au mieux, pour contrer la faille.

Quand Microsoft ou Apple a corrigé le système, et bouché la faille, sur un nombre suffisamment important de failles alors une mise à jour est poussée vers les ordinateurs.

Reporter l’installation d’une mise à jour, c’est laisser la porte ouverte aux pirates.

Les réseaux sociaux se sont développés.
Les téléchargements d’applications, de fichiers se sont aussi développés.

Ces habitudes génèrent un nombre important de connexion et de sources d’accès pour des pirates.

En faisant du ménage, c’est-à-dire en supprimant ce qui est ancien, programmes ou données, et dont vous avez oublié l’utilité, est un bon moyen de fermer des portes au nez des pirates.
Tant pis si ça prend du temps. La sécurité est à ce prix.

6 La divulgation volontaire ou presque

Au téléphone, lors d’un repas, dans une discussion de groupe au cours d’un cocktail, l’utilisateur est amené à parler de ce qu’il fait, de ce qu’il sait.

Une rencontre avec un collègue extérieur, un échange d’amabilités orienté et voilà que des informations confidentielles atteignent l’oreille de tous ceux qui veulent bien écouter et regarder.

C’est le cas si l’espion se trouve à la table d’à-côté.
À moins qu’il soit derrière l’utilisateur dans le train pendant que ce dernier travaille tranquillement assis.

Il peut aussi dérober le matériel et craquer les codes d’accès pour avoir tout le contenu du PC ou du smartphone à sa disposition.

Un filtre physique d’écran fait varier l’angle de lecture peut interdire la vue sur le matériel.

Hélas, la discrétion est l’apanage de l’être humain.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Liste des risques de sécurité informatique
Liste de mesures de sécurité informatique
Salle informatique ou salle serveur : Quels risques sanitaires ?

Gestion des risques : Le tableau ROAM
Charte informatique : Le Garant ou Officier de sécurité
4 acteurs de la sécurité informatique

Autres Informatique et Sécurité  :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Alerte au piratage 1/2


Se protéger des pirates

protection informatiqueDans tout système de protection des données informatiques, il y a un facteur à prendre en compte, car c’est celui qui offre la plus grande faille de sécurité :

L’être humain.

L’accès illégal à l’information se fait par l’une ou l’autre des deux grandes catégories de piratage :

  1. Par des moyens techniques
  2. Par des moyens humains

Les plus efficaces sont la ruse et la tromperie.

C’est pourquoi, la protection des systèmes d’informations en mettant en place toute une batterie de logiciels est coûteuse, fastidieuse à mettre en place, et souvent inutile devant les erreurs humaines que commet l’utilisateur.

1 Le virus

Un virus informatique est un code qui se cache à l’intérieur d’un autre code informatique, d’un programme ou d’une photo.

Pourtant, le plus souvent, il est facile d’introduire un virus à l’intérieur d’un lien.
Le pirate envoie un message dans la boite-aux-lettres d’un utilisateur.

Celui-ci clique dessus, souvent en pensant ouvrir un fichier ou accéder à un site.
Sauf qu’il déclenche ainsi le code qui va transférer ses codes d’accès à son ordinateur.

Ainsi, les meilleurs pare-feu vont laisser passer le faux utilisateur qui aura laissé le pirate usurper son identité.

2 Le phishing ou le jeu

Le pire est quand, abusé, l’utilisateur va donner, de lui-même, ses codes et ses informations confidentielles au pirate. C’est le phishing ou hameçonnage.

Le faux site va collecter les informations. Il ressemble au vrai site, avec une URL proche.
Le vice va même jusqu’à envoyer le malheureux utilisateur vers le vrai site, juste après avoir recueilli ses informations.
Ni vu, ni connu.

Plus encore sur les smartphones que sur les ordinateurs, l’attrait du jeu est piégeant.

Un clic pour lancer un jeu, un quiz, un diaporama, etc. et voilà le piège se refermer et le pirate satisfait.

3 La clé USB ou Le câble

C’est devenu un classique de l’erreur humaine.

Un pirate met un logiciel espion ou un virus sur une clé USB.
Puis, il la dépose dans la rue ou sur un parking, de préférence là où il sait qu’il va pouvoir disposer d’informations souvent confidentielles.

L’utilisateur ainsi visé, trouve la clé, et, par curiosité, va l’introduire dans son ordinateur.
Ni une, ni deux, le programme pirate se déclenche dès cette introduction, sans aucune autre intervention manuelle de l’utilisateur.
Adieu les données confidentielles.

Moins commun, et tout aussi efficace est le câble de connexion piégé.

On se fait prêter un câble pour se connecter au réseau, souvent à l’extérieur de son organisation ou de chez soi, et voilà le travail : Le câble contient un dispositif ou un logiciel, qui va enregistrer et transmettre au pirate les touches sur lesquels vous appuyer.

Le plus solide mot de passe est fourni en clair.

4 Le piratage par Wifi

La borne Wifi est facteur de piratage.

Contrairement aux indications du mode d’emploi, les ondes diffusées par la borne sont captées à plusieurs centaines de mètres de distance.

Un pirate avec le matériel adéquat voit, en temps réel, tout ce que l’utilisateur voit sur son écran.
Un classique de l’espionnage.

La suite dans ce second article.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mot de passe : En changer tous les combien ?
Sécurité informatique : Supprimer les  » faux positifs « 
Investigations ou la preuve électronique

Compétences numériques : Sécurité informatique
Sécurité informatique : Les scénarii de risques
Sécurité des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Autres Informatique et Sécurité  :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Arnaque à l’emploi : Recevoir des loyers


Recevoir des loyers = Une arnaque dangereuse

Arbre à louer ou une arnaquePlusieurs fois, j’ai dénoncé des  arnaques à l’emploi
(voir les articles en complément, à la fin de cet article).

Voici un message reçu directement dans ma boîte mail :

andrejean.pierucci@laposte.net

17:06 (Il y a 34 minutes)
À andrejean.pier.

Bonjour

J’ai eu à lire votre CV sur le site pole-emploi.fr et en basant sur vos compétences et vos atouts, je crois que vous êtes la personne idéale pour mon travail. En effet, je suis à la recherche d’une personne sérieuse et digne de confiance qui pourra me recevoir les loyers auprès de mes locataires pendant mon absence en attendant que je sois de retour de mon voyage contre une rémunération de 150 euros.
Si vous êtes intéressé veuillez bien me le dire.

Merci pour la lecture et en attente d’une réponse de votre part cordialement.

Piratage de l’adresse mail

Si certains se demandent ce qu’ils risquent dans le cas où leur adresse mail est piratée, voici un exemple typique d’une utilisation frauduleuse.

En effet, il y a une vraie adresse mail utilisée pour émettre le courriel ci-dessus. Toutefois, ce pauvre André-Jean s’est fait dérobé son adresse mail, vraisemblablement au travers d’un virus qui a enregistré les adresses mails d’un de ses correspondants.

A lui-même

Intéressant à remarquer est que le destinataire de ce message porte le même nom que l’émetteur.

Cela signifie que mon adresse mail a été utilisée en copie cachée, CCi dans la messagerie.
Là encore, de multiples destinataires ont reçu le même message en même temps que moi.

L’escroc compte bien que l’un d’eux soit suffisamment crédule pour croire ce qui est écrit.

Recevoir des loyers

Comment payez-vous vos loyers ?

Par virement ? Alors en cas d’absence de votre bailleur, il recevra son argent de tout façon

Par chèque ? Si vous avez l’habitude de déposer votre chèque à votre bailleur, en cas d’absence vous le mettez dans sa boîte-aux-lettres.
Et si vous l’envoyez par la Poste, il n’y a aucune raison pour que l’enveloppe ne parvienne pas à destination

En monnaie ? De la main à la main ? Eh bien, en cas d’absence, le propriétaire attendra de revenir.

Alors pourquoi faudrait-il faire la collecte des loyers ?

C’est parce qu’il s’agit d’une coutume répandue dans les Amériques où le loyer est perçu par chèque remis au bailleur par le locataire, chaque semaine de surcroit.

Pourquoi vous ?

à la place d’une personne totalement inconnue, qui vous ferait soi-disant confiance, sans même vous avoir rencontré ou vous avoir téléphoné pour se renseigner sur vous ?

Quand on sait à quel point les employeurs sont frileux, réclament des CV et des lettres de motivation, puis un ou plusieurs entretiens d’embauche avant de recruter, comment croire que l’on ait été choisi uniquement à la lecture de son CV sur le site de Pôle emploi ?

Argent facile

L’argent viendrait-il de loyers ou serait-ce de l’argent « sale », de la drogue, de vols, ou de tout autre affaire contraire à la loi ?
Comment le savoir ?

Pas de contrat de travail

Ce que propose l’arnaqueur est du travail au noir, du travail non déclaré.
Accepter de répondre, c’est le premier pas vers l’illégalité, en dehors du fait qu’il s’agit d’une arnaque à l’emploi.

Convaincu (e) ?

Si tous ces indices ne vous ont pas convaincu, alors attendez-vous à une surprise désagréable.

Quant aux autres, je vous rappelle le site pour déposer plainte : internet-signalement.gouv.fr

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Arnaques téléphoniques ou par SMS
Dénonciation d’une fraude : Injustice ou Abus
Danger : fausse annonce, vraie boite-aux-lettres = complice

Internet-signalement.gouv.fr : Mode d’emploi en images
Emploi chauffeur ou une belle arnaque
Des offres d’emploi trop belles

Autres Juridique:

Récapitulatif 18 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Blacklistage : C’est quoi et que faire ?


Qu’est-ce que le blacklistage ?

blacklistBlacklistage est un mot franglais, qui vient de « black », noir en français, et « list », liste en français.

Le blacklistage est le fait de mettre sur une liste noire, c’est-à-dire sur une liste d’indésirables.

Ces indésirables sont :

  • Un nom de personne, ou/et
  • Un nom de programme, ou/et
  • Un nom de domaine, ou/et
  • Une adresse mail, ou/et
  • Une adresse IP

La messagerie ou boîte mail

La conséquence principale d’une messagerie blacklistée est qu’elle ne peut plus émettre de messages.

Les serveurs qui devraient transmettre vos mails à vos destinataires vérifient systématiquement que votre boite-aux-lettres électronique est absente d’une blacklist.

Quand l’une des données indésirables de la liste ci-dessus est présente dans une blacklist alors le serveur refuse de transmettre le mail à son destinataire.

Un blocage, pourquoi ?

La principale raison d’un blocage est l’envoi de spams.

Pour être déclarée spammeur, votre messagerie doit envoyer des mails non sollicités en masse, c’est-à-dire plus de 500 mails par jour sur la plupart des messageries.

Ces messages sont déclarés non sollicité, quand la personne à qui le message est destiné, n’a rien demandé, voire même a refusé précédemment de recevoir des mails en provenance de votre messagerie, votre serveur, votre adresse IP, etc.

Pas ma faute !

Figurer dans une blacklist peut être la conséquence d’une faille de sécurité de votre messagerie.

Des spammeurs peuvent avoir piraté votre messagerie ou votre serveur et ainsi usurpé votre nom, votre adresse IP, etc.

Vous vous rendez compte d’un blacklistage quand brusquement plus aucun de vos courriels n’est reçu par vos destinataires.

Que faire en cas de blacklistage ?

En premier, appelez votre fournisseur de messagerie pour lui demander conseil.

Votre FAI, ou fournisseur d’accès à internet, est aussi à mettre dans le coup car l’effacement de votre blacklistage passera par lui.

Ensuite, il faut trouver les raisons qui ont poussé les serveurs à vous mettre sur une blacklist ou liste noire.

  • Détection d’un virus sur votre réseau ou votre ordinateur ou votre smartphone ou tablette
  • Usurpation d’identité par un spammeur, par exemple dans un réseau fantôme
  • Absence ou authentification lacunaire de l’utilisateur de votre serveur de messagerie
  • Votre hébergeur a été blacklisté et vous en subissez les conséquences sans jamais avoir été vous-même blacklisté

Pour découvrir ce qui s’est passé, vous utiliserez un ou plusieurs logiciels sur le marché ou les services d’une société spécialisée en informatique ou en sécurité informatique.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sécurité informatique : Supprimer les « faux positifs »
Messagerie professionnelle : Gagner de la place
Botnet et machines zombies

RGPD : Le registre des activités de traitement
Astuces pour que vos mails soient lus
Sécurité informatique : L’audit des vulnérabilités

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Fausses offres d’emploi


Fausses offres d’emploi

fausse offre d'emploi : dégagePuisque Internet est le média principal pour trouver des offres d’emploi, certains arnaqueurs utilisent de fausses annonces pour vous voler.

L’offre d’emploi est même publiée sur des sites les plus consultés, comme celui de Pôle emploi, les réseaux sociaux, les sites d’annonces ou les sites d’emploi (jobboards).

Ces fausses offres sont aussi envoyées directement par mail dans les boîtes-aux-lettres de leurs futures victimes.

Les chômeurs sont les plus vulnérables, notamment ceux qui sont inscrits depuis longtemps comme demandeurs d’emploi à Pôle emploi.

D’un côté, une offre propose un emploi, sans qualification particulière, généralement un travail à domicile, avec des revenus assez élevés pour attirer.

De l’autre, une personne qui cherche un emploi et prête à tomber dans le panneau.

Où commence la vigilance ?

Elle commence avec du bon sens. Si toute peine mérite salaire, est-ce ne rien faire ou presque, sans qualification ni diplôme, mérite un bon salaire ? La puce vous vient-elle à l’oreille ?

Pas encore ?

Si, après avoir cliqué sur le lien, votre ordinateur commence à être ralenti, ou à ouvrir des pages sans votre avis, ou vous annonce un bogue ou encore la mise en place d’un logiciel, cela n’attire toujours pas votre méfiance ?

Toujours pas ?

Et si, on vous demande de remplir un formulaire dans lequel vous allez devoir renseigner, sans même avoir rencontré un représentant de l’entreprise, vos coordonnées bancaires, votre numéro de Sécurité sociale ou/et de carte de séjour, vos codes d’accès à Internet, etc., est-ce suffisant pour vous méfier ?

Et si

On vous demande de l’argent, soi-disant pour des frais de dossiers ou toute autre justification, avant même de signer un contrat, vous êtes toujours aussi crédule, alors méritez-vous ce qui vous arrive ?

Le bon sens nous titille de vous dire que vous avez vraiment besoin que l’on vous mette les points sur les i.

Dans ce cas, il vous reste vos yeux pour pleurer.

Quand vous aurez constaté :

  • un piratage de votre compte,
  • l’utilisation illégale de votre identité,
  • la disparition de sommes d’argent de votre compte,
  • l’absence de contrat de travail,
  • l’inexistence de l’entreprise qui a publié cette offre frauduleuse,

alors signalez votre mésaventure dans le portail officiel de signalement des contenus illicites sur internet !

Philippe Garin

Pour être accompagné (e) dans votre recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Arnaques, fraude, virus : Pôle emploi met en garde
Carte bancaire au téléphone : prenez vos précautions
Sécurité des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Devise 048 : Plus grand est le sourire, plus aiguisé est le couteau
Des offres d’emploi trop belles
Stagnation dans sa recherche d’emploi : se remettre en question

Autres Emploi,Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 17 Emploi
Récapitulatif 17 Juridique
Récapitulatif 17 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Internet : Naviguer en toute sécurité


Conseils pour surfer sur le net

le bon sens par DescartesUn peu de bon sens

L’envie de cliquer sur une page, une publicité, un courriel, qui propose monts et merveilles, un héritage ou un gain à un jeu mirifique, un emploi très rémunérateur sans rien faire ou presque, de maigrir de 10 kg en 3 jours ou une semaine, etc. est parfois tellement fort que cette technique de pirates, est très répandue.

Avec un peu de bon sens, posez-vous la question de savoir si cela a un sens, si le message ne cache pas une mauvaise intention

Signe d’alerte : langue et orthographe

Quand vous recevez un message en anglais, alors que vous ne parlez pas cette langue, est déjà un premier signe d’alerte. Pourquoi un tel message vous parvient-il alors que vous n’avez rien demandé ?

Un message ou une page avec des fautes d’orthographe flagrantes doit vous sauter aux yeux et vous faire réagir : s’agit-il d’une mauvaise traduction pour imiter un site officiel ou d’une incompétence du rédacteur.

URL et demande de renseignements

De nombreux courriels vous incitent à cliquer sur une pièce jointe ou à répondre à une demande de renseignements sous peine de perdre d’accès à un site. Ce sont des pièges.

Vous risquez de télécharger, involontaire de votre part, un virus avec toutes les conséquences graves pour vous et votre matériel.

Ne transmettez jamais de profil et mots de passe, par mail, en remplissant un formulaire ou par téléphone, surtout si c’est celui qui est dans la demande.

Vérifiez l’URL, « http… »,  du site ou l’adresse mail qui envoie le message. En cas d’incertitude, abstenez-vous. Les menaces d’interruption de service sont vides de sens, sans un courrier postal dans votre « vraie » boîte-aux-lettres.

Vos mots de passe

Trois consignes à respecter :

  1. Changez vos mots de passe régulièrement. Au moins trois fois par an
  2. Créez vos mots de passe avec majuscule, minuscule, chiffre, caractère spécial (surtout les lettres accentuées inexistantes sur les claviers qwerty)
  3. Jamais deux fois le même mot de passe : ne reprenez pas d’anciens mots de passe et utilisez un mot de passe pour un seul site ou compte pour éviter qu’en cas de piratage, vos autres comptes restent protégés

Mises à jour

Plus votre système, Microsoft, Linux ou Apple, est dans la dernière version et plus vous bénéficiez des protections les plus récentes contre les dangers d’Internet.

Privilégiez les mises à jour automatique de votre navigateur et de vos logiciels, même ceux que vous avez acheté sans les télécharger, surtout s’il s’agit de logiciels de sécurité, anti-virus, parefeu, etc.

Analyser votre matériel

Smartphone, tablette et PC ont besoin de protection. C’est pourquoi, lancer une analyse de votre système peut détecter des virus. En effet, il y a un certain temps entre le moment où un virus se propage et le moment où votre antivirus va pouvoir le détecter. Dans cette période, votre matériel peut être infecté et seule une analyse complète permet de détecter toute anomalie.

Philippe Garin

Pour une meilleure sécurité de votre informatique, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sécurité informatique : Les scénarii de risques
Charte informatique : Le Garant ou Officier de sécurité
Devise 048 : Plus grand est le sourire, plus aiguisé est le couteau

Keylogger : Espionnage facile de votre PC
Enlèvement d’enfant : Des mesures simples de protection
Moyens de protection d’accès à mon PC

Autres Informatique et Sécurité:

Récapitulatif 16 Informatique
Récapitulatif 16 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sécurité informatique : Les scénarii de risques


Risques informatiques : Les scénarii de risques

Risque de blocage par la neige

blocage par la neige

Dans un processus d’analyse des risques informatiques, il est bien aisé de trouver une méthode qui permette de les évaluer au travers des événements possibles susceptibles de les révéler.

Pour cela, voici une liste de risques qui peuvent toucher un système d’information et son environnement.

L’évaluation des risques se fait en appliquant une échelle selon leur gravité (voir plus bas).

Les risques

Indisponibilité passagère de ressources

  • Absence de personnel
  • Accident ou panne mettant hors service une ou plusieurs ressources matérielles
  • Bug logiciel
  • Impossibilité de maintenance
  • Vandalisme depuis l’extérieur
  • Vandalisme intérieur.
  • Indisponibilité totale des locaux

Destruction d’équipements

  • Catastrophe naturelle ou accidentelle
  • Incendie
  • Inondation
  • Terrorisme ou sabotage depuis l’extérieur

Performances dégradées

  • modification du logiciel
  • modification du matériel
  • Surutilisation accidentelle de ressources informatiques ou réseau
  • Surutilisation malveillante de ressources informatiques ou réseau

Destruction de software

  • Effacement de code exécutable ou de configurations
  • Écrasement accidentel d’un disque fixe
  • Effacement accidentel de logiciel
  • Vol ou effacement d’un support amovible
  • Effacement ou destruction de configurations logicielles utilisateurs

Altération de logiciel

  • Altération malveillante des fonctionnalités prévues d’une application via une bombe logique ou une porte dérobée,…
  • Modification volontaire des fonctionnalités prévues d’une application informatique
  • Modification volontaire ou accidentelle des fonctionnalités prévues d’une fonction bureautique (macro-instruction, feuille de calcul, etc.)

Altération de données

  • Accident de traitement
  • Erreur de saisie

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Manipulation de données

  • Données applicatives faussées pendant la transmission
  • Rejeu de transaction (doublement de la transaction)
  • Saisie faussée de données
  • Substitution volontaire de supports
  • Manipulation de fichiers
  • Falsification de message

Divulgation de données ou d’informations

  • Accès au système et consultation
  • Captation d’informations fugitives
  • Vol de documents écrits ou imprimés
  • Détournement d’informations en transit
  • Détournement d’informations temporaires générées par les systèmes

Détournement de fichiers de données

  • Accès au système et copie de fichiers de données applicatives
  • Vol de supports de données applicatives
  • Accès aux serveurs et copie de fichiers bureautiques
  • Détournement de code source

Perte de fichiers de données ou de documents

  • Effacement par bombe logique
  • Effacement de supports par virus
  • Effacement malveillant direct de supports
  • Perte accidentelle de fichiers
  • Vol de supports
  • Perte accidentelle de documents

Sinistre immatériel total

  • Effacement de fichiers par bombe logique
  • Effacement malveillant des supports

Non-conformité à la législation et à la réglementation

  • Attaque d’une tierce société
  • Violation des droits de propriété industrielle
  • Chaque scénario de risque est associé à :
    • un ou plusieurs éléments d’infrastructure dotés de besoins DIC,
    • une ou plusieurs menaces affectées d’une probabilité d’exposition,
    • une ou plusieurs mesures de sécurité plus ou moins matures.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’évaluation des risques

Un risque est plus ou moins grave pour l’entreprise.

L’échelle à appliquer pour chaque ligne de la liste précédente des risques va de 1, non significatif, à 4, insupportable.

Par exemple, une panne qui empêche l’accès à distance à votre serveur, alors qu’il contient votre site de e-commerce, a pour impact une perte sèche des commandes qui n’auront pas été passées ainsi que la perte de clients qui ne reviendront pas à cause de l’indisponibilité du site, sans compter la mauvaise réputation qui repoussera tout nouveau prospect. C’est insupportable car très grave.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour mieux protéger vos données et vos équipements informatiques, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Lexique informatique
Iphone Blackberry et autres smartphones : Sources de danger pour la sécurité de vos informations
Sécurité des données en entreprises : Les 12 bons réflexes

Keylogger : Espionnage facile de votre PC
Sécurité informatique : 1 milliard de dollars volé
Smartphone : Autodestruction dans 5 secondes

Autres Informatique, Organisation et Sécurité :

Récapitulatif 14 Informatique
Récapitulatif 14 Organisation
Récapitulatif 14 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :