Période d’essai : Fin prématurée, les risques


Mettre fin à sa période d’essai comporte des risques

Les modalités de la rupturefind e la période d'essai

Deux cas de rupture se présentent :

  1. Le salarié prend l’initiative d’interrompre la période d’essai
  2. L’employeur prend l’initiative d’interrompre la période d’essai

Dans le premier cas, le salarié a 48 h de délai entre la remise de sa lettre et le jour de son départ

Dans le second cas, l’employeur doit signifier son congé au salarié 14 jours avant la séparation

1er risque : Le Pôle emploi

Depuis 2012, le Pôle emploi considère que lorsque le salarié est l’initiative de la rupture anticipée de la période d’essai comme une démission.

Or démission => indemnités chômage = 0

Eh oui ! Si c’est le salarié qui décide de partir, aucune indemnité chômage ne sera versée

2ème risque : La résiliation du bail

Quand vous avez un logement en location et que vous le quittez, vous devez 3 mois au propriétaire, article 12 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989.

Ce préavis de 3 mois est réduit à 1 mois, en vertu de l’Article 15-1 du 6 juillet 1989, revu le 21 juillet 1994, en cas

  • de mutation professionnelle,
  • de perte d’emploi,
  • de non-renouvellement de CDD
  • ou encore si le locataire trouve un nouveau poste après avoir perdu le précédent,
  • pour les personnes de plus de 60 ans dont l’état de santé nécessite un changement de logement
  • et pour les personnes bénéficiant du RSA.

MAIS

Si la rupture du contrat de travail a lieu pendant la période d’essai à l’initiative du salarié alors le délai reste de 3 mois !

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Boosteremploi : la barre des 700 sites d’emploi atteinte pour démarrer la nouvelle année 2012 et plus de 1000 maintenant
La période d’essai : Pour faire ses preuves
La promesse d’embauche : un engagement mutuel ?

Insubordination = Faute grave. Pas toujours !
Surveillance en entreprise
Les déclarations des entreprises doivent se faire en ligne à partir du 01 janvier 2012

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 7 Emploi
Récapitulatif 8 Emploi
Récapitulatif 6 Juridique
Récapitulatif 8 Juridique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et la page Juridique de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Management participatif : comment ça marche, points forts, points faibles


Caractéristiques du management participatif : ses points forts et ses points faibles

Dans le management participatif, le manager va assumer son rôle de décideur, tout en restant conscient qu’il a des lacunes dans ses connaissances

Par définition, personne ne dispose d’une compétence telle que l’on peut se passer de l’avis des autres.

management_participatif_mixite

La recherche d’informations

Le manager participatif consulte, s’informe. Il le fait auprès de toutes les sources d’information possibles. L’une d’elle est à la portée de sa main : sa, son ou ses collaborateurs

Premier effet positif : Gain de temps

De pouvoir solliciter ses collaborateurs sur un sujet qu’ils connaissent, voire qu’ils maîtrisent, permet de gagner du temps en ayant un avis compétent et intéressé des collaborateurs.

Le manager aura fait acte de délégation, pour la partie recherche d’informations, ce qui, une fois encore, est un gain de temps pour lui.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Deuxième effet positif : La montée en puissance du collaborateur

Si le (la) collaborateur (trice) ne possède pas les informations recherchées au moment où le manager les demande, il (elle) va s’y mettre, acquérir ainsi des connaissances et ainsi progresser.

Troisième effet positif : Amélioration des images réciproques

Quand un manager trouve des connaissances, des compétences chez un collaborateur, l’image que donne ce dernier est bonne. Lorsque le collaborateur présente des informations qu’il est parvenu à trouver et les présente clairement, en détail ou d’une manière synthétique selon la demande du manager, son image grandit aussi.

De l’autre côté, le collaborateur apprécie d’être sollicité et d’avoir la possibilité de montrer son savoir-faire, ce qui renforce la bonne image qu’il a de son manager.


La décision et l’action

Une fois que toutes les informations nécessaires sont mises à sa disposition, le manager prend sa décision, lui et lui seul ou en participation avec sa propre hiérarchie.

Dans le management participatif, et dans d’autres formes de management, le manager informe son (sa) (ses) collaborateur (trice) (s) (trices) de la décision qu’il a prise.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Premier effet positif : Pas de surprise à l’annonce de la décision

Les collaborateurs, ayant été consultés préalablement à la prise de décision, sont déjà au courant, puisqu’ils y ont contribué par l’apport d’informations. Pas d’effet de surprise, sauf, peut-être si radio moquette ou radio machine à café a mal fonctionné, pour les autres collaborateurs.

L’effet de surprise est aussi atténué si la décision prise s’avère différente de celle attendue

Le gain de temps tient aussi dans le fait que l’annonce de la décision est courte, puisque tout le monde sait de quoi il s’agit.

Deuxième effet positif : L’action qui suit la décision s’engage rapidement

Le management participatif permet de lancer l’action qui suit la décision sans perte de temps.

Le manager sait déjà qui va mener l’action : sa ressource va être la personne qui l’a aidé à prendre sa décision, dans la plupart des cas.

Le (la) collaborateur (trice) sollicitée dans la recherche d’informations dispose donc des informations nécessaires pour mener l’action. Elle aussi va gagner ainsi du temps.


plus et moins


Les côtés négatifs du management participatif

Premier écueil possible : La grosse tête du collaborateur

De savoir que son manager le (la) consulte, peut laisser penser au (à la) collaborateur (trice) que rien ne se décide sans lui (elle).

C’est au manager de bien faire comprendre quel est le rôle de chacun et de faire participer ses collaborateurs au bon moment et non pas en permanence.

Être en mesure de prendre la décision sans en avoir l’autorité peut laisser penser au collaborateur, qu’il pourrait être le manager, qu’il pourrait faire mieux que le manager, surtout si la décision prise par le manager est différente de celle qu’il aurait prise.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Deuxième conséquence potentielle : La frustration et/ou la rancoeur

La frustration du collaborateur peut se transformer en guerre larvée entre le (la) collaborateur (trice) et son manager. L’ambiance au sein du service peut se dégrader. Les personnes non sollicitées vont se mettre à jalouser « les chouchous du chef ».

Au manager de faire en sorte que tous ses collaborateurs soient sollicités dans le management participatif, en fonction des sujets à traiter et de la connaissance qu’il a des compétences et connaissances de ses collaborateurs.

Dans la répartition des tâches suite à la décision du manager, la rancoeur d’un collaborateur envers un autre peut se présenter, surtout lorsque la décision prise avec la collaboration d’une personne implique qu’une autre personne va s’attacher à mener l’action qui suit la décision.
D’une part, la personne qui a participé aurait peut-être aimé être choisie pour l’action, de l’autre celle qui doit mener l’action aurait peut-être aimé s’en passer surtout lorsqu’elle sait que la décision est la suite de l’apport d’informations par un (e) collègue qu’elle n’apprécie pas.

Troisième point à surveiller : L’image du manager

Le manager peut se prendre au jeu au point que certains n’hésitent pas à le critiquer sur son manque de charisme, ce qui n’a aucun rapport.

Selon le cas, l’image du manager peut aussi se dégrader auprès de collaborateur, moins performant et qui rechigne à montrer incompétence ou lacune.

Quatrième effet négatif : La perte de compétences du manager

Le manager peut se trouver démuni en cas d’absence ou de perte d’un collaborateur, surtout si celui-ci (celle-ci) est la personne qu’il faisait participer.

Sa propre hiérarchie s’attend à trouver en lui des compétences, qui, de fait, se trouvent chez les collaborateurs et non pas chez le manager.

C’est ce qu’on appelle aussi : atteindre son degré d’incompétence.

De là à dire que, plus le manager est haut dans la hiérarchie et plus il est incompétent…

Heureusement, chaque poste demande des compétences différentes et celle de faire participer ses collaborateurs en est une, n’est-ce pas ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Points forts points faibles : les connaître, pourquoi ?
L’entretien individuel : un exercice difficile pour le manager
Manager une équipe, c’est en être le coordinateur

Pratiquez-vous le management participatif ? Sondage

Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Être manager de nos jours : Entre sa hiérarchie et ses collaborateurs
Les rôles du manager Que fait un manager
Ce que doit faire un responsable hiérarchique, tâches du manager

Autres Management :

Récapitulatif 2 Management
Récapitulatif 3 Management
Récapitulatif 8 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Efficacité : N’allez pas à des réunions, si vous pouvez l’éviter


Efficacité : N’allez pas à des réunions, si vous pouvez l’éviter

salle_de_reunionLa réunionite qui sert à se réunir quand il n’y a rien d’intéressant à dire, la pause qui s’allonge parce qu’un bavard ou une bavarde n’en fini pas de raconter sa vie ou les derniers ragots, sont des facteurs de perte de temps ou/et de perte de concentration qui vous perturbent et vous soustrait aux tâches que vous avez à accomplir.

Sommaire :

Isolez-vous phoniquement

7 règles pour rester concentrer sur son travail

Fermer sa messagerie
Laissez le téléphone sonner
Efficacité : Ne surfez plus avec votre smartphone, tablette ou PC

Efficacité : « Laissez-moi tranquille » ou « Fichez-moi la paix »
Abandonnez votre vie privée au vestiaire de votre entreprise

Pour éviter tout ça :

  • Déclinez les invitations sans ordre du jour précis, et sans heure de fin indiquée. Faites-vous indiquer les horaires et l’objet de la réunion
  • Vérifiez que vous êtes disponible pour éviter d’entamer une tâche qui demande de la concentration juste avant l’heure de la réunion
  • Demandez à recevoir les documents préparatoires à la réunion, lorsque cela est possible, afin de les examiner et permettre ainsi de diminuer la durée de la réunion et, même, d’éviter d’y aller
  • Prévenez, au début de la réunion, que vous êtes susceptible de la quitter avant la fin, en raison d’autres tâches à effectuer sans attendre, sauf, bien sûr si c’est vous qui avez organisé la réunion
  • Arrivez à l’heure et exigez que la réunion débute à l’heure, sinon reportez-là ou demandez à être prévenu de la « vraie » heure de début de la réunion

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Problèmes fréquemment rencontrés au cours de réunions
Que doit contenir un rapport d’activité ?
Conseils pour Bien parler

Une bonne méthode de conduite de réunion
Règles d’interactions pour bien mener une réunion de groupe
Les 4 facteurs influençant les comportements

Autre Organisation :

Récapitulatif 1 Organisation
Récapitulatif 5 Organisation
Récapitulatif 7 Organisation

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Organisation de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées


Le plan de reprise d’activité est inexistant ou inefficace pour 74% des entreprises européennes

redémarrer après une panne

redémarrer

C’est ce que révèle une étude d‘EMC, portant sur 1750 entreprises. Les sociétés européennes ne sont pas prêtes à redémarrer en cas de panne. Certains peuvent même disparaître à la suite d’une défaillance, faute de s’y être préparé, ou même d’y avoir sérieusement envisagé.

Les 3/4 des entreprises interrogées pensent être en mesure de redémarrer leurs activités facilement après une panne informatique.

Les pannes les plus fréquentes sont

  • Les pannes matérielles (61%)
  • Les coupures de courant (42%)
  • La corruption de données (35%)

A cause des pannes déjà intervenus, plus de 50% des entreprises sondées déclarent avoir perdu des données.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sauvegarde : Premiers pas vers la Reprise d’Activité (PRA)
Sauvegarde : Comment les données sont-elles sauvegardées ?
Conditions pour restaurer ses données

Les paramètres de la maturité des systèmes d’information
Menace – Vulnérabilité – Risque
Différences entre PRA et PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 4-1 Informatique
Récapitulatif 7 Informatique
Récapitulatif 7 Sécurité

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les raisons de l’échec à l’embauche


Les raisons de l’échec à l’embauche

se_battre_en_familleLes raisons pour lesquelles une embauche a abouti à un départ du nouvel employé sont multiples.

Un sondage effectué par le cabinet de recrutement Robert Half, présent avec 350 bureaux dans le Monde entier, auprès de 270 directeurs, donne les causes suivantes de l’échec à l’embauche :

Inadéquation des compétences 29 %
Attentes imprécises en matière de rendement 23 %
Conflits de personnalité 22 %
Échec de l’intégration dans la culture d’entreprise       14 %
Autre   8 %
Ne sait pas   4 %

Les conséquences de l’échec à l’embauche

  • Il faut recruter à nouveau, pertes de temps et d’argent
  • Prolongation de la vacance du poste à pourvoir
  • Discrédit de toutes les personnes impliquées dans le recrutement, responsables collectivement
  • Analyse indispensable des causes de l’échec de l’intégration et révision des critères de sélections
  • Perturbations au sein du service concerné, pouvant aller jusqu’au départ d’autres collaborateurs

Philippe Garin

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les acteurs d’un entretien d’embauche et leurs objectifs
Risques et moyens dans un entretien d’embauche
Employeur : Recrutement difficile en 2011 ?

Au travail : Motivation et Démotivation vues par les employés
Règles pour un manager pour des phases difficiles de communication
Les trois temps d’une structuration interne

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 3 Emploi
Récapitulatif 7 Emploi

Récapitulatif 4 Management
Récapitulatif 5 Management
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites


Un pirate détruit 4800 sites

Windows XP édition pirateEn Australie, un pirate a détruit tous les 4800 sites hébergés par l’intermédiaire de Distribut.IT

Or, cette société n’effectuait aucune sauvegarde de ces données :

  • Aucune duplication en ligne sur d’autres serveurs
  • Aucune duplication hors ligne sur des supports magnétiques quelconques

Tout est perdu !

Si vous voulez éviter la perte de votre site Web

  • Vérifier si votre fournisseur de la prestation d’hébergement assure une sauvegarde de votre site, ainsi que la protection contre toute attaque d’un pirate.
    Si non, penser à changer de fournisseur au plus vite.
  • Vérifier votre contrat d’hébergement et votre contrat de création de votre site, pour savoir qui est le propriétaire du site.
    Si vous en êtes le propriétaire alors faites une sauvegarde de votre site au plus vite.

La sauvegarde d’un site Web consiste non seulement à sauvegarder le code de toutes les pages du site, et aussi la base de données qui est alimentée par votre site Web, dès que vous enregistrez, au travers du site, des informations saisies, qui peuvent être les noms et mots de passe de vos visiteurs, toutes leurs données personnelles (rappel : votre site Web doit préalablement avoir fait d’objet d’une déclaration à la CNIL), toutes vos données, c’est-à-dire vos articles, tarifs, photos, vidéos, etc.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les règles d’or de la sauvegarde
Liste des risques de sécurité informatique
Les risques du téléchargement et quelques principes utiles

Sécurité sur Internet : Les 10 commandements
Comment se protéger sur Facebook
Sauvegarde : Comment les données sont-elles sauvegardées ?

Autres Sécurité :

Récapitulatif 6 Sécurité

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Schéma de la déperdition de l’information


Schéma de la déperdition de l’information

Dans une communication entre deux personnes, il se passe un phénomène que l’on constate sans pouvoir l’expliquer : la déperdition de l’information.

Entre le moment où la première personne veut dire quelque chose et le moment où son interlocuteur va répercuter ce qu’il a retenu, le message perd sa substance.
déperdition de l'information

Philippe Garin, plus de 20 ans management en entreprise

Pour plus de conseils, Contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
Les bruits qui courent ou pourquoi parvient-on à autant de rumeurs
L’écoute active, ça s’apprend

Compréhension dans la Communication
Entendre n’est pas comprendre
Les cinq clés de la communication

Autres Communication :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

40 pièges pour perdre du temps


Voici une liste de 40 pièges pour perdre du temps

perdre du temps à regarder par la fenêtreDans la vie courante, à la maison, au travail ou entre les deux, nombreuses sont les occasions de passer du temps à des futilités, à effectuer des tâches imprévues ou à subir des perte de temps occasionnées par les autres, en plus d’être sa propre source de perte de temps.

A vous de voir quels pièges vous pouvez éviter !

  1. Aucun objectif, priorité ou planning
  2. Management de crise
  3. Tentative d’en faire trop à la fois
  4. Temps d’attente : avion, rendez-vous
  5. Voyages
  6. Rapidité, impatience
  7. Désorganisation personnelle, plateau du bureau recouvert
  8. Manque de clarté des pouvoirs de direction et de contrôle
  9. Faire les choses en double
  10. Plusieurs responsables hiérarchiques
  1. Correspondances et lectures
  2. Mauvais système d’archivage
  3. Mauvais outils et espaces de travail
  4. Collaborateurs incompétents ou insuffisamment compétents
  5. Trop peu, trop de collaborateurs
  6. Congés maladie et lambiner, fluctuation du personnel
  7. Collaborateur avec des problèmes personnels
  8. Collaborateur incapable de se débrouiller seul
  9. Trop peu de délégation
  10. Motivation faible, comportement d’indifférence
  1. Faible coordination, travail en équipe
  2. Interruptions par le téléphone
  3. Visiteur arrivant à l’improviste
  4. Incapacité à dire non
  5. Informations incomplètes ou arrivant trop tard
  6. Discipline personnelle insuffisante
  7. Tâches non réalisées entièrement
  8. Pas de normes, aucun contrôle
  9. Dérangement, bruits
  10. Trop de contrôles
  1. Pas au courant
  2. Interlocuteur indisponible
  3. Réunion, entretiens
  4. Pas de communication ou communication imprécise
  5. Discussion sur la vie privée
  6. Trop de communication ou trop de notices
  7. Incapacité d’écoute
  8. Indécision, lenteur
  9. Vouloir tout savoir
  10. Décision improvisée

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le cercle des règles de la gestion du temps
Le principe d’Eisenhower
Analyse journalière de mon emploi du temps et de mes activités

De combien de temps est-ce que je dispose ?
Comment faire pour ne pas être dérangé au travail et gagner du temps
Comment je me facilite le travail de routine au moyen de listes de contrôle ou check-lists

Autres Organisations :

Récapitulatif 1 Organisation
Récapitulatif 2 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La quantité d’informations transmises par un message


Les causes de la déperdition d’informations transmises par un message

perte d'informationsEntre deux interlocuteurs, il existe de multiples causes de déperdition ou de déformation du message.

Entre le Message initial et le Message final, la quantité d’informations transmises diminue à chaque étape.

C’est ce qu’on appelle la déperdition d’information

Ce que l’émetteur veut dire,

C’est le message initial qu’il formule dans sa tête.

Ce que l’émetteur dit réellement

perd déjà de son sens à cause

  • d’un vocabulaire insuffisant,
  • d’idées confuses,
  • de l’émotivité ou/et
  • du trac.

Ce que le récepteur entend

est déformé par

  • du bruit ambiant,
  • une mauvaise audition ou/et
  • un support inadapté.

Ce qu’il écoute

est moindre à cause

  • d’un manque d’intérêt,
  • la fatigue,
  • une émotivité,
  • une projection personnelle ou/et
  • un message trop long.

Ce qu’il retient

est encore moins d’information car la mémoire est peu fidèle.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
Les cinq clés de la communication
Compréhension dans la communication

Schéma de la déperdition de l’information
Information
Communiquer correctement pendant un entretien d’embauche

Autres Communication :

Récapitulatif 1 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Liste des risques de sécurité informatique


Liste des risques de sécurité informatique

La liste des risques de sécurité informatique ci-après, bien que non-exhaustive reflète un spectre important de risques, contre lesquels des mesures de sécurité sont à mettre en place.

foudre

foudre

Physiques

Incendie : Destruction totale ou partielle d’équipements
Dégât des eaux, crue : Destruction totale ou partielle des locaux ou équipements (ex : foudre)
Pollution : Présence de vapeur, de gaz corrosifs ou toxiques
Accidents majeurs : Explosion de sites industriels, accident d’avion

Naturels

Phénomène climatique : Conditions extrêmes de chaleur et de froid
Phénomène sismique, volcanique : Zone à risque
Phénomène météorologique : Foudre, tempêtes, ouragans, pluies de grêle

Perte de services essentiels

Défaillance de la climatisation : Son arrêt peut provoquer le dysfonctionnement ou l’arrêt du SI
Perte d’alimentation énergétique : Fermeture du fournisseur d’électricité, coupure accidentelle, eau (climatisation)
Perte des moyens de télécommunication : Absence de réseau téléphonique

Rayonnements

Rayonnements électromagnétiques, thermiques : Radar, antenne radio,rayonnements etc… (micro coupures)

Compromission des informations et des fonctions

Interception de signaux parasites compromettants : Possibilité de se connecter aux câblages, tuyauteries etc…
Espionnage à distance / Ecoute passive : Surveillance de l’activité (câble, réseau…
Vol de supports ou de documents : Vol de supports magnétiques ou papier
Vol de matériels : Micro ordinateurs, modems, etc.
Divulgation interne / externe : Accidentelle ou intentionnelle (téléphone télécopie, messagerie..)
Informations sans garantie d’origine : Faux ou contrefaçons (atteinte fiabilité des informations)
Piégeage du matériel : Pour permettre l’interception et la transmission d’informations
Utilisation illicite du matériel : Pour bénéficier des services rendus par le système
Piégeage du logiciel : Fonctions cachées (virus, cheval de Troie, trappe, canal caché..)
Abus de droit : Ex-administrateur réseau qui modifie les caractéristiques d’exploitation
Usurpation de droit : Usurpation d’identité / substitution (interception//connexion)
Fraude : Monétaire / Ex : utilisation codes carte bleue
Altération du logiciel : Action visant à altérer ou détruire les programmes (ex: bombe logique)
Copie frauduleuse du logiciel : Copies pirate par le personnel
Utilisation de logiciels contrefaits ou copiés sans le savoir  Rattrapage de licences dues
Altération des données : Interception avec modification, balayage (numéros d’accès), virus
Atteinte à la disponibilité du personnel : Maladie ou tout empêchement, volontaire (absentéisme…)

Défaillance technique

Panne matériel : Usure, vieillissement, défaut de maintenance, mauvais emploi
Dysfonctionnement matériel : Dégradations, erreurs de programmation…
Saturation du matériel : Engorgement, dépassement calcul, stockage, requêtes…
Dysfonctionnement logiciel : Mauvaise conception, installation, modifications du logiciel
Atteinte à la maintenabilité du SI : Pb fournisseurs, pb administratif (séquestre des programmes source)

Agression Physique, Erreur

Destruction des matériels : Ex : sabotage des supports de données
Reniement d’actions : Id répudiation = négation de participation à un échange d’informations
Erreur de saisie : Ex : données fausses
Erreur d’utilisation : Manipulation, utilisation matériels, virus

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Services de lutte contre la cybercriminalité
Liste de mesures de sécurité informatique
Menace – Vulnérabilité – Risque

Schéma général d’un Plan de Reprise d’Activité (PRA)
Parefeu : Utilité et risques
Devise 008 : Petits caractères entraînent grand risque

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 1 Sécurité
Récapitulatif 3 Sécurité
Récapitulatif 3 Informatique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter