Efficacité personnelle : Savoir se concentrer, comment faire


Se concentrer est parfois difficile

se concentrerDans une période d’intenses réflexions comme les révisions avant de passer des épreuves pour un diplôme ou un concours, il est nécessaire de se concentrer pour être efficace.

Seulement voilà, l’esprit vagabonde, la procrastination est toute proche. La concentration vous fuit.

Vous vous endormez le soir, avec une idée précise sur votre programme du lendemain, et, le lendemain soir, vous avez la passé la journée sans avancer vraiment.

Comment se concentrer

La concentration signifie être capable de rester actif sur une action avec l’esprit et le corps qui pensent et qui agissent uniquement sur l’action en cours.

Pour cela, il faut plusieurs éléments, liés à nos différents sens.

1 La vue

Regardez l’objet, par exemple un texte ou une image, en « oubliant » tout ce qui est autour, donc en focalisant son attention sur cet objet ou cette pensée.
Pour la pensée, fermer les yeux est une solution.

2 L’ouïe

Il faut aussi se couper des sons parasites, c’est-à-dire tout ce qui peut perturber, par exemple, la musique, la télévision, les publicités sur Internet, les bruits de la rue ou de la maison, bref de l’endroit où l’on se trouve.

Le filtre de ses oreilles doit laisser passer uniquement le son « utile ».

Dans certains cas, une musique douce, par exemple, le bruit de la pluie, de la mer, nous conditionnent à nous concentrer sur le présent.

3. Le toucher

Le toucher implique que l’on fait abstraction de la façon dont se tient.

Debout, assis, allongé, peu importe, le contact avec le corps se fait uniquement par rapport à l’objet que l’on touche volontairement et sur lequel on veut se concentrer.

La chaleur ou le froid sont également des facteurs perturbants de la concentration. Il est plus facile de se concentrer quand l’environnement est à la bonne température.

4. L’odorat

L’odorat a un rôle puissant, car il est tourné vers le passé et les souvenirs, positifs ou négatifs, qui occupent alors l’esprit.

Évitez les parfums forts, si vous êtes sensibles aux odeurs, mieux vaut des senteurs printanières, par exemple, une légère odeur de muguet ou, mieux, pas d’odeur du tout

Cela permet au cerveau de désactiver la partie qui sert à l’identification des odeurs.

5. Le goût

Le rôle du goût est moindre, sauf si l’objet de ta concentration est une recette de cuisine.

Pour la concentration, évitez les moments où vous avez faim.

Calmer sa faim permet de faire abstraction de ce facteur perturbant.

6 Le cerveau

Le plus compliqué est le cerveau et les pensées.

Parfois, faire une pause et s’occuper à tout autre chose permet de chasser de son esprit, pendant un temps, ce qui nous préoccupe.

Par exemple, faire des mots-croisés, jouer au solitaire, faire un puzzle sont des activités qui nécessitent de la concentration et qui empêchent de penser à autre chose.

Une fois, la période de détente passée, vous êtes plus à même de vous concentrer.

6 Autres conseils :

Dormir. Quand on fait une sieste, au minimum de 10 minutes, on a « vidé » le cerveau.

Vient ensuite la respiration. Assis confortablement, les bras ballants, inspirez lentement par le nez, puis expirez profondément par la bouche.
Répétez une dizaine de fois l’exercice, tout en étant dans un environnement non parasité par les autres sens.

Parfois aussi, passer sous la douche ou prendre un bain permet de détendre son corps.
Cela permet la production d’endorphines qui calment. La concentration est plus facile par la suite.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Productivité : Relaxez-vous autant que vous travaillez
Regardez des informations visuelles plutôt que tu texte
Entretien d’embauche : L’écoute pour se mettre au diapason

Résolvez vos problèmes durant votre sommeil
Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
Maigrir Lueur d’espoir

Autres bien-être et Organisation :

Récapitulatif 19 Bien-être
Récapitulatif 19 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Burn out : Les symptômes pour le repérer


Repérer les symptômes du burn-out avant le drame

Le burn out est comme un volcan : le feu intérieur couve puis explose en une belle irruption.volcan en irruption

Le résultat est un arrêt de travail, dans le meilleur des cas, ou la mort, dans le pire des cas. Mort par épuisement, par suicide, par infarctus, au choix !

C’est dangereux pour sa santé et son entourage. C’est pourquoi, il est bon de connaître les signes qui permettent de reconnaître que le feu intérieur est en train de vous consumer.

Vous les trouverez dans ce sondage

Peu importe le nombre de réponses que vous avez cochées dans ce questionnaire. Il suffit que les symptômes soient fréquents, permanents ou chroniques pour prendre dare-dare un rendez-vous chez votre médecin.

Faites une pause, une vraie, avant qu’il ne soit trop tard.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Risques cardiovasculaires : les facteurs du risque
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Les cartes du bruit

Le bore-out : « Quel ennui ! »
Lâcher-prise vs relaxation
Insomnies ! Quoi faire ?

Autres Bien-être et Management :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Management
Les autres sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Efficacité : La lenteur est productive


Efficacité : Ralentissez quand vous pensez qu’il faut le faire

Raaalllennntiiiiissssseeeezzzz !

Thomas A. Edison

Thomas A. Edison

Le principe de « faire vite et bien » est inculqué, dès notre plus tendre enfance, dans nos esprits.

Être efficace passe par une bonne préparation et l’obtention rapide d’un premier résultat, toutefois, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

Sommaire :

  1. Principe de Pareto ou principe des 80-20
  2. Si être productif signifie être égoïste, alors soyez égoïste
  3. Ce n’est pas une question de temps, c’est une question d’énergie
  4. Démarrez seulement lorsque vous êtes vraiment prêt
  5. Laissez-vous guider par sa paresse permet de trouver le chemin le plus facile
  6. Faites ce qui permet d’avoir un résultat le plus rapidement
  7. Ralentissez quand vous pensez qu’il faut le faire
  8. Finissez rapidement, souvent, sans rechercher la perfection

Prendre du temps

La mise au point de l’ampoule à incandescence a pris du temps, car Edison a utilisé 6 000 substances différentes avant de trouver celle qui dure le plus longtemps pour un éclairage suffisant.

Un inventeur de cet acabit est une exception. Ses inventions ont été une combinaison d’un cheminement intellectuel et de séries d’expérimentations. De nos jours, Internet facilite l’accès à la connaissance. Toute la connaissance de l’humanité est la disposition de tous les inventeurs du monde entier, sous réserve d’avoir des connaissances linguistiques et techniques suffisantes ou un bon traducteur.

Rythme et pauses

Ralentir son rythme de travail, lever la tête de temps en temps, faire des pauses. Tout cela permet de réfléchir, tout en permettant de renouveler son énergie par l’alimentation et le repos. L’inventeur du radar a eu l’idée de son appareil durant son sommeil.

Ralentir permet aussi de vérifier le résultat partiel de son travail et d’ajuster ainsi le temps restant à prévoir ainsi que les coûts et les moyens nécessaires pour parvenir au résultat attendu.

Ce besoin de prendre du recul, de freiner son travail, permet aussi une meilleure rentabilité dans la mesure où la qualité de son travail augmente lorsque le rythme reste à la portée de l’exécutant. Certes, des machines et des outils facilitent le travail et augmente la productivité, cependant l’Homme doit continuer de les maîtriser. Produire plus que nécessaire est un gâchis, une perte d’argent et de temps donc de productivité.

Même Edison, détenteur de plus de 1 000 brevets, l’avait compris, puisqu’il est l’auteur de la maxime :

« Ne jamais inventer quelque chose dont les gens ne veulent pas »

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Loi de Fraisse (Paul) : La perception du temps est subjective
Pour bien parler : respirez correctement
La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement

Quelles sont les pauses raisonnables qui m’aident dans mon travail
Chronitron : une idée saugrenue pour son organisation personnelle ?
Pause cigarette encadrée

Autres Organisation :

Récapitulatif 12 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Productivité : Une question de temps ou d’énergie ?


Ce n’est pas une question de temps, c’est une question d’énergie

énergie Dans son activité professionnelle, chacun a des tâches à effectuer. Selon le métier, ces tâches sont très diverses. Cependant, elles ont toutes un point commun, elles produisent un résultat.

Sommaire :

  1. Principe de Pareto ou principe des 80-20
  2. Si être productif signifie être égoïste, alors soyez égoïste
  3. Ce n’est pas une question de temps, c’est une question d’énergie
  4. Démarrez seulement lorsque vous êtes vraiment prêt
  5. Laissez-vous guider par sa paresse permet de trouver le chemin le plus facile
  6. Faites ce qui permet d’avoir un résultat le plus rapidement
  7. Ralentissez quand vous pensez qu’il faut le faire
  8. Finissez rapidement, souvent, sans rechercher la perfection

Le temps passé à exécuter sa tâche est la mesure commune de nos sociétés pour la rémunération des salariés. Nos contrats de travail contiennent une durée légale et un montant fixe de salaire.

Certains ont des primes ou une partie variable de la rémunération basée sur les résultats obtenus.

Par contre, si les cadres ont aussi un contrat de travail avec des conditions de durée de travail et de rémunération, ils sont jugés en fonction de leur mission, peu importe le temps qu’il y passe, alors que les non-cadres sont payés en « heures supplémentaires » lorsqu’ils dépassent la durée prévue.

Les pauses

La question des pauses durant la journée de travail ou la semaine, pause-café, pause-pipi, pause repas, etc. est source de conflits sociaux ou de simples grognements lorsque le règlement intérieur de l’entreprise ou le chef est trop souple ou trop ferme.

Le point de vue de chaque salarié sur la pause des autres est toujours plus sévère que sur ses propres pauses. Celles des autres sont toujours trop longues ou trop fréquentes, à moins que l’on juge mal ceux qui n’en prennent presque jamais.

La productivité en est affectée

Pour un travail intellectuel comme pour un travail manuel, l’énergie dégagée pour produire le résultat de ses actions dépend de la concentration à son travail plus que du temps que l’on y passe.

Bien souvent, la fin de la journée arrive sans que l’on soit parvenue à faire tout ce qui était prévu : la liste des tâches effectuées, dans la qualité ou la quantité attendue, s’est moins réduite qu’envisagée. Le temps a été mal estimé ou des interruptions ont généré un décalage dans le temps.

Avec une concentration d’énergie sur son travail, sans distraction par les autres ou par des évènements extérieurs à la tâche, permet une meilleure productivité. Sa tâche sera exécutée, peut-être dans la durée prévue, sans dépassement de temps, et le résultat produit sera plus élevé que si la concentration avait manquée. Le nombre d’anomalies, d’erreurs ou d’idées, sera plus important.

Rechargez vos batteries

Faire des pauses, boire et s’alimenter légèrement, permet d’éliminer les facteurs de distraction en les concentrant sur certains moments de la journée. Une bonne gestion du temps permettra de séparer le temps réservé à des tâches qui demandent une forte concentration et du temps pour les autres tâches et les pauses.

Cela commence avant de se mettre au travail et même avant d’être sur le marché du travail. L’énergie et la concentration sont des valeurs indispensables dans l’apprentissage et la formation dès la maternelle, pour tous les enfants scolarisés.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Insomnies ! Quoi faire ?
Friday Wear ou Le vendredi relax
Urgences Réactions courantes au stress en situation d’urgence

Quelques Règles pour bien planifier ses actions dans le temps
Critères de planification de ma situation personnelle
Je peux le faire ! ou motivation personnelle en 8 étapes

Autres Organisation :

Récapitulatif 12 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Chômage : Relancez votre recherche d’emploi


Comment relancer sa recherche d’emploi

relancez-vous

relancez-vous ou restez coincé

Nombreux, très nombreux, sont les jeunes et les moins jeunes, qui, durant leur recherche d’emploi, se découragent et finissent par ne plus savoir comment relancer leur recherche.

Faites une pause de réflexion

Faites une pause pour réfléchir à votre recherche d’emploi.

Faites une pause détente

Chercher un emploi, c’est passé ses matinées, ses après-midis, ses soirées et ses weekends à traquer la moindre information qui peut déboucher, de fil en aiguille, à un emploi.

C’est pourquoi, il est important, pour le repos de l’esprit et pour le corps, de faire une pause dans sa recherche, sans culpabiliser. Essayez de passer une journée sans penser à votre recherche. Privilégiez un samedi ou un dimanche en famille, avec des amis, où le sujet sera tabou des conservations. Sortez, détendez-vous, promenez-vous, jouez.

Après ce break, vous vous sentirez mieux. Vous serez plus d’attaque pour relancer votre recherche d’emploi.

Abandonnez les méthodes qui vous ont déçues et appliquez-en d’autres.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quatre règles mnémotechniques de Communication
Comment donner confiance à son interlocuteur
Le feedback, un moyen de tester la réalité

Chômeurs, un traitement inégal par Pôle emploi
Le CV : l’obsession ?
Réflexions pour une orientation professionnelle

Autres Emploi et Communication :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pour bien parler : respirez correctement


Manquez-vous de souffle ?

soufflet de forge

soufflet de forge

Lorsque vous êtes amené à parler, au milieu d’une réunion de réseau, parmi des amis ou des inconnus, devant une salle pleine d’élèves, dans un entretien de recrutement ou devant un auditoire dans un symposium, votre voix est un des éléments essentiels pour vous faire entendre.

Outre la modulation de la voix, il faut aussi bien respirer. Ce que nous faisons, souvent sans nous en rendre compte, lorsque nous chantons, nous devrions le faire aussi lorsque nous parlons.

Avec une poitrine rentrée, les poumons ne peuvent expulser suffisamment d’air pour faire vibrer les cordes vocales.
Le son qu’elles produisent est faible, la voix est étouffée par le bruit ambiant ou forcée pour compenser.
Vos auditeurs vous comprennent alors mal, ou pas du temps, surtout s’ils sont un peu éloignés de vous.

Avec le remplissage correct des poumons par une inspiration lente par le nez, il est alors possible d’expulser l’air comme une soufflerie dans une forge, avec suffisamment de force pour terminer votre phrase, sans être à court d’oxygène.

Entraînez-vous à respirer

Inspirez lentement par le nez, bloquez votre respiration un bref instant, puis expirez par la bouche, tout aussi lentement, ce qui, par ailleurs, vous évite une hyperventilation. Recommencez autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que cette respiration réfléchie devienne naturelle et sans effort.

Faites des pauses quand vous parlez, en rythme avec votre respiration. Imaginez que vous prononcez vos paroles comme s’il s’agissait d’une lecture d’un texte avec des points et des virgules, et autres signes de ponctuation.

Vous baissez le ton à la fin d’une phrase, sauf pour les phrases interrogatives. Et surtout, vous inspirez rapidement à chaque virgule avec une très courte pause.

Essayez et vous parviendrez à retenir l’attention de votre ou vos interlocuteurs avec succès.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
La monotonie du débit de la voix
Quelles sont les pauses raisonnables qui m’aident dans mon travail

Comment se libérer une ancre négative
Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

Autres Communication :

Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La fatigue durant la période d’essai


Occuper un nouveau poste génère plus de fatigue

fatigue_chouetteQuel que soit le poste que vous allez nouvellement occuper, que ce soit pour un travail manuel ou un travail de bureau, ou encore lié à des déplacements, vous serez sujet à un surcroît de fatigue.

La fatigue est d’abord intellectuelle

Vous devez :

  • apprendre à connaître les lieux,
  • reconnaître les personnes et leurs rôles,
  • retenir les noms des personnes avec qui vous allez travailler,
  • apprendre de nouvelles techniques de travail,
  • vous renseignez sur les habitudes de la maison, du patron, du chef direct,
  • etc.

La fatigue est aussi physique

Vous devez :

  • apprendre un nouvel itinéraire pour vous rendre à votre travail,
  • prendre de nouvelles habitudes alimentaires : durant les pauses avec ou sans les collègues, y compris les repas,
  • partager les rencontres avec les collègues, lorsqu’il y en a. Cela fait partie de l’intégration,
  • faire travailler des muscles, marcher, courir, acquérir de nouvelles postures. Tous les sièges ne sont pas confortables !
  • etc.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Re-po-sez-vous !

  • Changez vos habitudes, si nécessaire, pour consacrer plus de temps au repos.
  • Ce peut être le sommeil, en se couchant plus tôt le soir.
  • Profitez de la pause de midi pour faire une micro-sieste de 5, 10 ou 20 minutes
  • Écrivez des informations à retenir, plutôt que de tenter de les conserver toutes et tout de suite dans votre mémoire
  • Utilisez la liste des numéros de téléphone internes pour apprendre les noms et les postes des personnes
  • Ingurgitez les informations au fur et à mesure, en commençant par les plus importantes. N’hésitez pas à demander à votre chef et à vos collègues ce que vous devez retenir en premier
  • Faites répéter les autres, sans heurter les autres, surtout ceux qui vont juger de la réussite de votre intégration
  • etc.

Philippe Garin

Besoin d’un accompagnement personnalisé ? Contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La période d’essai : Pour faire ses preuves
Nouvel emploi : Bien s’intégrer pour réussir sa période d’essai
Période d’essai : Fin prématurée, les risques

TMS troubles musculo squelettiques comment les éviter
TMS : Des chiffres et des accessoires (Troubles musculo-squelettiques)
Risques cardiovasculaires : les facteurs du risque

Autres Emploi, Bien-être et Juridique :

Récapitulatif 8 Emploi
Récapitulatif 9 Emploi
Récapitulatif 9 Bien-être
Récapitulatif 6 Juridique
Récapitulatif 9 Juridique

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans les pages Bien-être et Juridique de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :