Récapitulatif 17 Bien-être


Récapitulatif 17 Bien-être

Bien-être

Le Bien-être, c’est un peu de couleurs dans un ciel gris

Depuis le dernier récapitulatif, au 1er juillet 2016, j’ai écrit 129 nouveaux articles, toutes catégories confondues.

Si vous souhaitez me faire part de sujets à traiter, que vous désirez voir développer, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Tous les liens sont regroupés dans la page : Bien-être

Les articles :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST MST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH, SIDA
IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles

0,2 g/L = zéro verre d’alcool
Faire des économies chez soi : Facile !
Les petites phrases à Noël qu’on aimerait ne pas entendre
Calendrier 2017 : Les jours fériés

En complément :

4 heures de sommeil par jour

Pour en savoir plus :


Autres Bien-être :

Récapitulatifs Bien-être :

  1      2      3      4      5      6      7      8      9    
  10      11      12      14      15      16  

Tous les billets de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de la page Autres catégories

Sans oublier les sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles


La prévention contre les IST

préservatif fémininL’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie Sexuellement Transmissible.

Le meilleur moyen de protection contre le VIH/SIDA et les autres IST est l’utilisation du préservatif :

  • simple, pour la fellation,
  • avec gel à base d’eau, pour la pénétration.

Attention : Les spermicides locaux : spray, gelées, ovules, ne protègent pas des IST.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Le préservatif masculin

Avant toute pénétration ou fellation, dérouler le préservatif sur la verge en érection.

En cas l’absence d’un réservoir, pincer l’extrémité du préservatif pour créer une petite poche qui recevra le sperme.

Il est impératif de se retirer immédiatement après l’éjaculation tout en maintenant le préservatif à la base.

Une fois retiré, le préservatif doit être jeté à la poubelle.

Le gel

Le gel à base d’eau est le complément indispensable du préservatif en latex en cas de pénétration anale.

Attention : Les corps gras ; beurre, huile, crème solaire, vaseline, etc., rendent les préservatifs poreux, donc inutilisables.

Le préservatif féminin

A usage unique, le préservatif féminin s’adapte aux parois du vagin.
Il peut être placé longtemps avant le rapport ou juste avant la pénétration.

Après le rapport le retirer en respectant les instructions du monde d’emploi, pour éviter une contamination.

Pour plus d’informations : www.lepreservatif-feminin.fr

Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Enlèvement d’enfant : Confiance et méfiance
Quelles normes pour les équipements de sécurité des deux-roues motorisés ?
Les 4 classes de feux

Produits chimiques : Les 9 symboles de danger
Apnée du sommeil : Masquez vos ronflements
MMS en Amour

Autres Bien-être:

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST, VIH, SIDA


VIH/SIDA est une IST (Infection Sexuellement Transmissible)

répartition des malades du sida dans le mondeL’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie Sexuellement Transmissible.
Le VIA/SIDA est une autre infection sexuellement transmissible.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Le SIDA est une maladie mortelle.

Les traitements retardent l’échéance sans la guérir.

Description

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Fièvre,
  • éruption,
  • fatigue,
  • diarrhée.

Apparition des signes

à partir de 15 jours après la contamination.

Diagnostic

Par un prélèvement sanguin

Complications graves si non traitées

  • Évolution possible vers le sida
  • atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

VIH et TPE (Traitement Post-Exposition)

En cas de prise de risque (rapport sexuel non protégé avec un partenaire au statut sérologique inconnu  ou séropositif) ou de rupture de préservatif, le traitement post-exposition permet de réduire le risque de contamination par le VIH

Stop 48 h

Rendez-vous le plus vite possible (au mieux dans les 4 heures) et au plus tard dans les 48 heures, aux urgences de l’hôpital le plus proche, si possible avec le ou la partenaire.

Un médecin évaluera l’intérêt de prescrire un traitement, au regard des recommandations en vigueur.

Le traitement associe 2 ou 3 antirétroviraux et dure 4 semaines.

Il peut provoquer des effets secondaires importants.

Le TPE réduit le risque de contamination sans l’éliminer complètement.

Les IST et le SIDA

Les IST, Infections Sexuellement Transmissibles, fragilisent les muqueuses et augmentent considérablement le risque de contamination par le virus du sida.

Inversement, si on est atteint par le virus du sida, les IST peuvent être plus graves et compliquer le traitement.

Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Décès : Démarches à effectuer
Workaholic ou Bourreau de travail : du burnout au karōshi mortel
Agir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Licenciement pour insuffisance professionnelle
Activités dangereuses et prévention associée
Critiqué (e) en public : Comment réagir

Autres Bien-être :

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST MST : Signes, Risques, Complications


Descriptions des IST (Infections Sexuellement Transmissibles)

Chlamydia

source : wikipedia

L’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie Sexuellement Transmissible.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Nous décrivons ici les maladies suivantes :

  1. La Blennorragie gonococcique
  2. La Chlamydiose
  3. Les Condylomes
  4. L’hépatite B
  5. L’herpès génital
  6. Les Mycoplasmes et la Trichomonase
  7. La Syphilis
  8. Les papillomavirus (HPV)

N’oublions pas le VIH/SIDA, qui mérite un article pour lui tout seul.


1. La Blennorragie gonococcique

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Brûlures et/ou écoulement jaune par la verge, le vagin ou l’anus,
  • fièvre,
  • douleur au bas-ventre.

Apparition des signes

2 à 5 jours après la contamination.

Diagnostic

Par un prélèvement local

Complications graves si non traitées

  • Risques de stérilité surtout chez la femme,
  • atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

2. La Chlamydiose

PAS de VACCIN

Signes possibles

Le plus souvent aucun signe, sinon

  • Brûlures et/ou écoulement jaune par la verge, le vagin ou l’anus,
  • fièvre,
  • douleur au bas-ventre,
  • voire angine.

Apparition des signes

1 à 2 semaines après la contamination.

Diagnostic

Par un prélèvement local

Complications graves si non traitées

  • Risques de stérilité,
  • de grossesse extra-utérine,
  • atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

3. Les Condylomes

PAS de VACCIN

Signes possibles

Petites verrues sur les organes génitaux ou l’anus

Apparition des signes

1 à 8 semaines après la contamination.

Diagnostic

Par un examen médical

Complications graves si non traitées

  • Risque faible du cancer du col de l’utérus,
  • atteinte possible du nouveau-né si la mère est infectée.

4. L’hépatite B

VACCIN

Signes possibles

  • Fièvre,
  • fatigue,
  • hépatite (jaunisse).

Apparition des signes

2 à 8 semaines après la contamination.

Diagnostic

Par prise de sang

Complications graves si non traitées

  • Risque de cirrhose,
  • du cancer du foie,
  • atteinte possible du nouveau-né si la mère est infectée.

5. L’herpès génital

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Petits boutons douloureux en forme de bulles sur les organes génitaux, l’anus, ou la bouche
  • démangeaisons.

Apparition des signes

1 semaine ou plus après la contamination.

Diagnostic

  • Par un examen médical,
  • prise de sang ou
  • prélèvement local

Complications graves si non traitées

  • Risques de récidive
  • Atteinte grave du nouveau-né si la mère est infectée.

6. Les Mycoplasmes et la Trichomonase

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Écoulement par la verge , le vagin ou l’anus,
  • brûlures,
  • démangeaisons.

Apparition des signes

à partir de 1 semaine après la contamination.

Diagnostic

Par un prélèvement local

Complications graves si non traitées

Risques de récidive


7. La Syphilis

PAS de VACCIN

Signes possibles

  • Chancre (petite plaie indolore)
  • éruptions sans démangeaison sur la peau et les muqueuses.

Apparition des signes

2 à 4 semaines ou plus après la contamination.

Diagnostic

Par prise de sang

Complications graves si non traitées

  • Atteinte du cerveau, des nerfs, du coeur, des artères et des yeux,
  • atteinte possible du nouveau-né si la mère est infectée.

8. Les papillomavirus (HPV)

VACCIN pour les jeunes filles de 11 à 14 ans

Signes possibles

Petites verrues (condylomes) sur les organes génitaux ou l’anus.

Apparition des signes

1 à 8 semaines après la contamination.

Diagnostic

Par un examen médical :

  • Chez la femme, examen médical ou suite à un frottis du col de l’utérus.
  • Chez l’homme, par examen médical si des condylomes (verrues) sont visibles.

Complications graves si non traitées

Risque de cancer du col de l’utérus pour certains papilloma.


Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Secourir 2/5 : La perte de connaissance
Enlèvement d’enfant : Des mesures simples de protection
Monoxyde de carbone : quoi, où, les dangers

Crise cardiaque et seule (e) : 10 secondes pour survivre !
Extincteurs : Comment les distinguer ?
Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères

Autres Bien-être:

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IST ou MST : Dépistage et conseils


IST = Infection Sexuellement Transmissible

publicité pour le traitement contre la blennoragie ou gonorhée

1944 aux USA

L’acronyme IST remplace officiellement MST, Maladie sexuellement transmissible.

Il est plus approprié, car si l’infection mène souvent à la maladie, il est possible de dépister très tôt une IST sans attendre que la maladie soit déclarée.
Par exemple, être porteur du IST, VIH et Sida
VIH signifie être susceptible de développer le SIDA avant que celui-ci soit effectif.

Sommaire :

IST ou MST : Dépistage et conseils
IST : Signes, Risques, Complications
IST, VIH et Sida
IST : La prévention

Qu’est-ce qu’une IST ?

Les IST se transmettent principalement lors de relations sexuelles, c’est à dire lorsqu’il y a un contact entre la vulve, le vagin, le pénis, l’anus, les lèvres, la bouche et la main, ou une partie d’entre eux.

La plupart des IST se soignent facilement. Par contre, en l’absence de traitement, des complications très graves en sont la conséquence.

Le dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles

Les IST se transmettent très facilement. Les signes sont parfois très peu visibles.
En cas de doute, il est important de consulter un médecin pour effectuer un dépistage.

C’est souvent la honte ou la peur qui fait reculer le dépistage auprès de son médecin de famille.
C’est pourquoi des centres spécialisés ont été mis en place :

  • Les CDAG ou Consultations de dépistage anonyme et gratuit
  • Les CIDDIST ou Centres d’information, de dépistage et de diagnostic des IST
  • Les CPEF ou Centre de planification et d’éducation familiale

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les conseils

Il est impossible de guérir une IST sans l’aide de traitements efficaces, prescrits par un médecin.

Les traitements

  • luttent contre la maladie,
  • évitent la transmission des IST et
  • stoppent leur évolution

Jamais seul (e)

L’automédication sans avis médical est inefficace : pommade, désinfectant ou antibiotiques, doivent être prescrits après un vrai diagnostic par un médecin.

Jusqu’au bout

La dose et la durée du traitement prescrit sont impérativement à respecter.

Durant le traitement, le préservatif est systématiquement utilisé à chaque rapport.

En parler aux personnes concernées

Partenaires occasionnels, ou réguliers : tous doivent être prévenus.
Ils doivent

  • consulter,
  • se faire dépister et
  • prendre le traitement qui leur convient.

Cela permet de limiter la contagion et de diminuer les risques personnels, y compris de réinfection (s) mutuelle (s).

Lignes d’information et d’écoute

Sida Info Service : 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit
Hépatites Info Service : 0 800 845 800, appel anonyme et gratuit

source : www.protegetoi.org et www.sida-info-service.org

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Le calendrier de 10 vaccins
Devise 023 Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent
Indice de développement humain IDH

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone
Burnout : Symptômes, Causes et Conséquences
Décès : Les formalités bancaires

Autres Bien-être:

Récapitulatif 16 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :