Directives anticipées : Nom officiel pour les souhaits sur sa fin de vie


Rédigez vos Directives anticipées pour exprimer vos souhaits sur votre fin de vie

carte personne de confiance et directives anticipéesÉcrire ses souhaits

Seule une personne majeure et ayant toutes ses capacités mentales est habilitée à officialiser ses dernières volontés en matière de fin de vie, en cas d’accident grave ou de maladie.

Les personnes majeures sous tutelle doivent préalablement demander l’autorisation au juge ou au conseil de famille, s’il en existe un.

Pour cela, un modèle de document des Directives anticipées existe. Il tient compte de la législation en cours en France.
Il est disponible sur le site du ministère de la santé :

Accéder au modèle de document (pdf – 148.6 Ko)

La fin de vie est définie ainsi :

« Une personne est en fin de vie, quand elle est atteinte d’une affection
grave et incurable, en phase avancée ou terminale »

Pour être valables, les Directives anticipées doivent être écrites à la main, datées et signées.

Une procédure a été définie pour les personnes qui ne savent pas écrire.

Confiez vos souhaits

Une fois écrit, confiez votre document à votre médecin ou/et à une personne de confiance.

Aucune limite de temps pour la validité du document.
Toutefois, vous pouvez modifier vos directives anticipées à votre guise.

C’est la dernière version qui sera prise en compte, en cas de nécessité.
Il suffit de demander à supprimer les versions précédentes aux personnes à qui vous les avez confiées.

En cas d’absence de ces directives, c’est l’avis de la personne de confiance, ou, à défaut, celui de la famille ou des proches qui sera pris en considération par les médecins.

2 cas d’exception ou ces directives ne sont pas appliquées :

  • Urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation
  • Lorsque les directives anticipées apparaissent manifestement inappropriées ou non conforme à la situation médicale

En cas d’accident, mieux vaut avoir sur soi la carte qui désigne la personne de confiance et qui indique qui possède vos directives anticipées.

Accéder au modèle de la carte (pdf – 487 Ko)

Source : Ministère de la Santé

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Activité physique adaptée à son état de santé
Rapatriement sanitaire : Comment ça marche et qui paie ?
Décret 2019-253 : Retrait des jeunes travailleurs en danger

Décès : Démarche à effectuer
Décès : Les formalités bancaires
Don d’organes : Que dit la loi en France ?

Autres Bien-être et Juridique :

Récapitulatif 19 Bien-être
Récapitulatif 19 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Rapatriement sanitaire : Comment ça marche et qui paie ?


Rapatriement sanitaire : C’est quoi ?

frais transport médicalisé

source : ameli.fr

Lorsque vous êtes à l’étranger, vous pouvez tomber malade ou avoir un accident avec blessure.

En règle générale, la trousse à pharmacie suffit.
C’est pourquoi, dans la voiture, elle doit être présente, la plus complète possible et contenir des produits en cours de validité.

Pour des voyages sans voiture, par exemple en avion, vous êtes limité dans vos bagages.
De toute façon, il n’est pas évident de se soigner soi-même, à part si vous êtes médecin.

Un médecin, c’est ce dont vous avez besoin lorsque vous êtes blessé ou si vous attrapez une maladie.
Le diagnostic établi, les premiers soins donnés, il arrive que cela soit insuffisant pour vous rétablir.

Certains pays ont une bonne médecine, de nombreux autres ont un niveau médical et pharmaceutique moins développé.
Il est possible qu’il faille vous rapatrier, c’est-à-dire vous transporter dans votre pays d’origine, par avion.

Deux cas de rapatriement

  • Le rapatriement médicalisé
  • Le rapatriement non-médicalisé

Dans le premier cas, un médecin ou un infirmier vous accompagne, car votre état de santé est à risque.
Dans le second, vous pouvez voyager seul (e).

Dans la quasi-totalité des cas, c’est le médecin local qui prend la décision du rapatriement, surtout si celui-ci est médicalisé.

Qui paye ?

Assurance + Sécu est la formule habituelle.

Selon le pays, un accord sanitaire existe pour la prise en charge des soins dans le pays.
Quand il n’y a pas d’accord entre les pays, les frais sont à la charge du malade ou de l’accidenté.

Pour un rapatriement, l’assurance santé de votre pays, en France c’est généralement la Sécurité Sociale, peut rembourser une partie des frais.
Là encore, cela dépend du pays.

Sinon, c’est votre assurance personnelle, votre mutuelle, une assurance spéciale prise par vous pour le trajet ou le séjour.
Mieux vaut se renseigner avant de partir à l’étranger !

Moins connue et pourtant bien utile, l’assurance que vous payez dans vos frais de carte bancaire.
Quand votre banque vous donne une carte, elle contracte une assurance pour vous qui prend en charge les frais de santé et de rapatriement, pour compléter ce que la Sécurité sociale ne remboursera pas.

Pour réussir votre séjour à l’étranger, soyez prudent (e) en toute circonstance !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Activité physique adaptée à son état de santé
Les 10 premières choses sur les 20 qui arrivent quand tu viens d’avoir un bébé
Vaccination : De l’origine à aujourd’hui

Don d’organes : Lesquels ?
Employeur : Votre salarié (e) décède, que faire ?
Secourir 1/5 : Les bons gestes

Autres Bien-être, Juridique et Voyage :

Récapitulatif 19 Bien-être
Récapitulatif 19 Juridique
Récapitulatif 19 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Activité physique adaptée à son état de santé


Pratiquer une activité physique régulière adaptée

marcher avec un bâton de marcheAvec l’âge, la sédentarisation, le stress, la nourriture, de nombreuses personnes prennent du poids et diminuent l’activité physique au maximum.

C’est une erreur !

Par exemple, 40% des femmes de 50 ans et 50% des femmes de 60 ans sont touchées par l’ostéoporose.

Les fractures dues à cette perte de calcium dans les os se répartissent en :

  • 44 % de tassements vertébraux,
  • 19 % de fractures du col du fémur,
  • 19 % de fractures du poignet et
  • 23 % pour les autres membres.

L’activité physique adaptée

Un avis médical est toujours nécessaire avant de commencer ou recommencer une activité physique.
Cette visite médicale permet au médecin de vous fixer sur votre état général et les efforts que votre corps peut supporter.

Les règles à respecter :

  1. Effectuer votre activité physique en bon état de forme.
    La fatigue favorise les faux mouvements
     
  2. Éviter les mouvements brutaux car ils peuvent être dangereux
     
  3. Protéger votre colonne vertébrale en limitant les mouvements en flexion et en rotation nocifs pour les vertèbres.
    De plus, il est très important de ne pas effectuer flexion et rotation en même temps
     
  4. Penser à respirer au moment de l’effort au lieu de bloquer la respiration
     
  5. Maintenir une activité physique régulière.
    Son arrêt conduit à la perte rapide des bénéfices osseux et musculaires

Exemples de sports adaptés

Pour prévenir la perte osseuse : Marche, course à pied, danse, tennis, gymnastique

Pour favoriser l’équilibre : Thai-Chi, yoga, danse

Pour l’ensemble de l’organisme : Vélo, natation, ski de fond, aquagym

Source : Grio, Groupe de recherche et d’Information sur l’ostéoporose

Quel que soit le sport, ayez un équipement adapté à vous.
Faites bien la différence entre s’entretenir par le sport et se préparer à des compétitions sportives.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade
Grain de beauté ou cancer de la peau ? : La méthode ABCDE
Le dossier pharmaceutique : C’est quoi ?

Greffe : De la mort à la vie
IMC Indice de masse corporelle : C’est quoi ?
IST ou MST : Dépistage et conseils

Autres Bien-être :

Récapitulatif 18 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Grain de beauté ou cancer de la peau ? : La méthode ABCDE


A quoi ressemble un mélanome ?

grain de beauté ou mélanomeLes grains de beauté apparaissent sur la peau, dès la naissance.
Ils sont totalement inoffensifs.

Cependant, si votre attention est attirée par un grain de beauté, c’est que quelque chose est différent.

C’est là qu’il faut s’interroger.

Se poser les bonnes questions

  • Ce « grain de beauté » est-il récent ?
  • A-t-il changé récemment ?
  • A-t-il saigné sans cause apparente ?

En cas de réponse positive, il convient d’observer de près ce qui ressemble à un grain de beauté et qui pourrait être un cancer de la peau, ou mélanome, débutant.

La méthode d’observation ABCDE

Les 5 lettres donnent la méthode d’observation d’une lésion cutanée qui pourrait se révéler un cancer :

A = Asymétrie : un grain de beauté est de forme arrondie ou ovale, alors qu’un mélanome a une forme irrégulière

B = Bord : les bords d’un grain de beauté sont réguliers, alors que des bords irréguliers laissent à penser à une lésion maligne

C = Couleur : La couleur d’un grain de beauté est toujours la même, celle d’un mélanome change et peut même avoir plusieurs couleurs à la fois

D = Dimension : La taille d’un grain de beauté est petite ou grande, elle reste invariable, tandis qu’un changement de taille est un mauvais signe

E = Extension ou Évolution : Une lésion qui évolue est potentiellement autre chose qu’un banal grain de beauté

Conclusion

Si vous avez répondu oui à ces questions et que votre observation de près vous fait douter, alors consultez un médecin au plus vite.

Si, en plus, vous avez des antécédents familiaux, qu’un membre de votre famille a déjà été diagnostiqué comme porteur d’un cancer, il faut demander une consultation à un médecin.

Un mélanome pris dans son stade le plus précoce peut facilement être opéré et supprimé, avant qu’il ne se diffuse en métastases dans le reste du corps.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Greffe : De la mort à la vie
Le Compte Prévention Pénibilité ou CPP sert aussi pour se former
Les commandements du bon conducteur

Devise 023 : Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent
Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone
IST ou MST ; Signes, Risques, Complications

Autres Bien-être :

Récapitulatif 18 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le dossier pharmaceutique : C’est quoi ?


Qu’est-ce que le dossier pharmaceutique ?

dossier pharmaceutiqueLe dossier pharmaceutique liste tous les médicaments délivrés pendant les 4 derniers mois dans n’importe laquelle des pharmacies équipées pour ce service, qu’ils soient remboursés ou non, prescrits par un médecin ou conseillés par un pharmacien.

Quand vous vous rendez dans une autre pharmacie, par exemple lors d’un voyage dans une autre ville, le pharmacien peut ainsi connaître précisément ce dont vous avez besoin, vérifier que vous avez les doses prescrites et que ce que vous demandez est bien compatible avec les médicaments délivrés récemment.

Le dossier pharmaceutique contient les noms, quantités et dates d’achat de chaque médicament. C’est tout.

C’est un outil très pratique, notamment pour les malades chroniques où il faut régulièrement s’approvisionner en médicament.

Pour tous ceux qui le veulent

Chacun peut décider pour soi et pour chacun de ses enfants mineurs.

Purement facultatif, le dossier pharmaceutique ou DP dans le jargon des pharmaciens est totalement indépendant des droits à remboursement et de la procédure du tiers-payant.

Il est possible de refuser l’inscription de certains médicaments ou la consultation par un pharmacien.

Source : Ordre national des pharmaciens

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Insomnies ! Quoi faire ?
Risques cardiovasculaires : Les facteurs du risque
Devise 023 : Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent

Greffe : De la mort à la vie
IST MST : Signes, Risques, Complications
Mais docteur, faire du sport ?

Autres Bien-être :

Récapitulatif 17 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Greffe : De la mort à la vie


Le parcours du greffon en 8 étapes

prélèvement d'organes en Europe en 2004Lorsqu’une personne décède, la loi française autorise le prélèvement d’organes et de tissus, sauf indication contraire enregistrée dans le Registre des refus auprès de l’Agence de biomédecine.

Voici les différentes étapes qui permettent de suivre le greffon de la mort du donneur à l’amélioration de la vie du ou des receveurs.

1/ La mort

Dans 90% des cas, les prélèvements d’organes ont lieu suite à un décès.

La première étape est donc le certificat de décès rédigé par un médecin qui a constaté la mort, malgré tous les efforts produits pour conserver la personne en vie, dans le respect du serment d’Hippocrate.

2/ La préservation

Préserver le plus longtemps possible les organes et tissus en bon état est l’étape suivante. Seuls les greffons potentiels sains sont retenus pour un éventuel prélèvement.

3/ La volonté du défunt

La Coordination hospitalière interroge le Registre des refus pour apprendre si la personne décédée a exprimé son opposition aux dons d’organes.

En cas d’absence de l’expression de la volonté de s’opposer, la coordination consulte les proches du défunt et, dans la mesure du possible, sa volonté est respectée.

En cas de doute, la loi s’applique et le processus se poursuit.

4/ L’analyse médicale

Les organes et les tissus préservés sont soumis à analyse.

Il pourrait y avoir eu, malgré les efforts, une dégradation durant la période de recherche de la volonté de la personne décédée.
C’est pourquoi une analyse médicale permet de sélectionner uniquement les organes sains.

5/ Le prélèvement

Le prélèvement d’organes s’effectue lors d’une opération chirurgicale, avec le même soin que s’il s’agissait d’une personne encore vivante.
En fait, ce sont les organes qui doivent rester en vie.

Le corps est préparé pour être rendu à sa famille et proches.

6/ Le conditionnement et le transport

Les organes sont déposés dans des conteneurs à +4°C et transportés par les moyens les plus rapides vers les lieux de greffe des receveurs.

Les tissus sont conservés dans des banques de tissus qui en assurent également la distribution .

7/ Les greffes

Le patient receveur est préparé. L’organe ou les tissus sont aussi préparés pour la greffe.

Selon l’organe à greffer et la complexité de la greffe, l’opération d’échange de l’organe malade du receveur par l’organe sain du donneur peut prendre jusqu’à une douzaine d’heures.

8/ La vie ou les vies

Bien souvent, plus d’un greffon est prélevé. C’est pourquoi, une seule personne décédée peut rendre la vie plus agréable à autant de receveurs différents que d’organes prélevés.

57 000 personnes en France vivent grâce à un organe greffé.

21 500 malades sont en attente de greffons. Chiffre de 2015.

source : dondorganes.fr

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Don d’organes : Lesquels ?
Don d’organes : Que dit la loi en France
Devise 023 : Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent

Vaccination : De l’origine à aujourd’hui
Secourir 2/5 ; La perte de connaissance
Risques cardiovasculaires : Les facteurs du risque

Autres Bien-être :

Récapitulatif 17 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Burn out : Les symptômes pour le repérer


Repérer les symptômes du burn-out avant le drame

Le burn out est comme un volcan : le feu intérieur couve puis explose en une belle irruption.volcan en irruption

Le résultat est un arrêt de travail, dans le meilleur des cas, ou la mort, dans le pire des cas. Mort par épuisement, par suicide, par infarctus, au choix !

C’est dangereux pour sa santé et son entourage. C’est pourquoi, il est bon de connaître les signes qui permettent de reconnaître que le feu intérieur est en train de vous consumer.

Vous les trouverez dans ce sondage

Peu importe le nombre de réponses que vous avez cochées dans ce questionnaire. Il suffit que les symptômes soient fréquents, permanents ou chroniques pour prendre dare-dare un rendez-vous chez votre médecin.

Faites une pause, une vraie, avant qu’il ne soit trop tard.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Risques cardiovasculaires : les facteurs du risque
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Les cartes du bruit

Le bore-out : « Quel ennui ! »
Lâcher-prise vs relaxation
Insomnies ! Quoi faire ?

Autres Bien-être et Management :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Management
Les autres sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :