Devise 097 : Assez n’est jamais suffisant


Devise 097 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« Devise 097 : Assez… n’est jamais suffisant »

« Enough … is never enough »

source : Légende des Ferengi

Littéralementpas assez d'or

Assez… n’est jamais assez

Interprétation

Pour augmenter leurs revenus, les Ferengi respectent leur Devises de l’Acquisition, ensemble de règles qui leur permet à peu près tout ce que les autres refusent de respecter.

Pour les Ferengi, accumuler le plus de richesse possible est le but ultime.

Comme ils sont perpétuellement en compétition pour devenir le plus riche de tous, ils n’en ont jamais assez.
Ils leur en faut toujours plus.

Commentaires

Depuis le début de l’être pensant du genre homo, le besoin d’accumuler est l’un des plus vieux moteurs qui font avancer l’humanité.
D’abord, il y a les besoins vitaux, à commencer par la nourriture, première richesse.

L’abondance de nourriture attire les convoitises, les représentants du genre opposé, les flatteurs et profiteurs.

La guerre, la servitude, le pouvoir sont les enfants de l’avidité, du besoin d’en avoir toujours plus, de domination par le surplus.

Une fois, l’appétit de nourriture satisfait, l’être humain s’est tourné vers d’autres sources de richesses.

La pyramide de Maslow explique qu’une fois un besoin satisfait, le besoin évolue vers un niveau supérieur.

La richesse matérielle satisfaite, le summum est la réalisation de soi.

Une poignée de femmes et d’hommes au Monde possède autant de richesses que l’ensemble de tout le reste de l’Humanité.

L’égoïsme, transmis avec la richesse des parents aux enfants, les pousse à en vouloir toujours plus.
Certains pensent oeuvrer pour l’humanité, en créant des fonds destinés à être distribués aux plus pauvres ou à soutenir des projets de développements de ceux qui ont eu moins de chance.
Pour autant, rares, très rares sont ceux qui ont renoncé à leur fortune.

Cependant, au niveau individuel, avons-nous vraiment cesser d’avoir faim ?
Il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que l’obésité est fortement présente dans nos pays « riches » pour en douter.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 095 : Grandir (expansion) ou mourir
Devise 098 : Chaque homme a son prix

30 minutes en entretien d’embauche : Suffisant ?
Choisir son métier en fonction de ses valeurs
Demandez à votre Némésis : La compétition motive

Comprendre le « bon » et le « mauvais » cholestérol
Les 20 pays les plus riches en 2014
Les seuls gens riches sont ceux

Autres Science-Fiction :

Récapitulatif 20 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Zone de confort et Chômage : Évolution obligatoire


Le chômage provoque une sortie de sa zone de confort

zone de confort

Chacun la sienne

La zone de confort est un état psychologique où l’on se sent bien, à tout point de vue.

C’est une sorte de Nirvana où tout ce que l’on vit est contrôlé par soi et où rien de fâcheux se passe.

En fait, c’est même tellement bien qu’on n’a pas envie d’en sortir.
Mais, c’est aussi très ennuyeux car c’est la stagnation à tous points de vue.

Pourquoi on souhaite y rester

Par définition, la zone de confort est un état où le niveau de stress est faible.
Tout est familier.

La vie est une succession de routines et d’habitudes.

Les piliers de cette situation sont les connaissances et les expériences que l’on a et que l’on utilise.

Chacun a donc sa propre zone de confort !

En fait, la pyramide de Maslow nous montre qu’il existe plusieurs zones de confort qui s’empilent les unes sur les autres, sous la forme de paliers.

Changer de zones de confort

Changer de zone de confort, c’est, d’une part, passer d’un niveau de confort à un autre, de l’autre, remettre en question le niveau atteint de confort.

Parmi les effets d’un changement de zone de confort, on trouve :

  • La peur : de l’inconnu, de se tromper, d’être jugé par les autres, d’avoir honte
  • La perte de ses savoir-faire
  • La perte de confiance en soi
  • la nécessité de faire des choix

C’est aussi :

Et le chômage, alors ?

Sortir de sa zone de confort, quand tout va bien est différent que de sortir de sa zone de confort quand on y est obligé.

Quand tout va bien, c’est l’ennui ou une baisse de performance qui poussent à se poser des questions sur sa situation en cours.

Quand le stress est trop important au travail ou dans sa vie privée, c’est déjà plus pressant de changer.
Certains y parviennent, par un déménagement, un mariage ou un divorce, en démissionnant après une recherche tranquille.

D’autres se trouvent dans l’obligation de sortir de leurs zones de confort parce qu’ils se retrouvent en dehors sans l’avoir demandé :
Une démission ratée, la création de sa propre entreprise et son dépôt de bilan, un licenciement collectif ou individuel sont autant de situations professionnelles qui interrompent le train-train quotidien et brisent la zone de confort.

Réagir

L’affectif et les émotions conduisent au stress, à la nécessité de faire le deuil de son ancienne zone de confort.

Le changement de situation oblige aussi à réagir pour trouver une nouvelle zone de confort.
Il est possible que le changement ait conduit à une dégringolade dans les paliers de la pyramide de Maslow.

Plus vite on s’y met, plus vite on retrouve une nouvelle zone de confort, avec les côtés positifs, malgré les craintes imaginaires ou réelles.

Dans le principe de l’évolution des espèces, des primates sont devenus des êtres humains par la contrainte du climat.
Le chômage est la contrainte qui oblige à changer, à évoluer, à grandir, à progresser vers une nouvelle zone de confort.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Période d’essai : Quand le nouveau collaborateur est déçu
Réflexions pour une orientation professionnelle
Peur de ne pas réussir : Comment réagir

Le bore-out : Quel ennui !
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
Liste 6 d’atouts en tant que point fort ou point faible à dire en entretien d’embauche

Autres Bien-être et Emploi :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Je peux le faire ! ou motivation personnelle en 8 étapes


Se motiver est un mécanisme qui fonctionne par étapes

mouvement du yo-yoSelon l’étape dans laquelle on se trouve, on peut progresser et franchir l’étape suivante. On peut aussi régresser et retomber à l’étape précédente.

Ce mécanisme de yo-yo est assez courant, dans la vie.

On peut passer d’une étape à une autre avec une vitesse fulgurante qui ne mesure en une fraction de secondes ou avec une lenteur extrême qui prend des années.

Il s’agit du mécanisme qui déclenche l’action.

Ce n’est pas une question de but à atteindre, d’objectifs que l’on se serait fixés et qui nécessitent de se lancer dans l’action après une analyse, une formation, un stage, etc., jusqu’à l’obtention de sa satisfaction d’avoir atteint son but.

Vous pouvez vous lancer dans une action, aussi simple soit-elle que de décrocher le téléphone et d’appeler des prospects, sans y réfléchir, sans a-priori, et sans penser ni au succès ni à l’échec.

Vous pouvez aussi vous trouver bloquer avant l’action, être incapable de décrocher le téléphone, sans savoir pourquoi, faire une analyse thérapeutique auprès d’un psy ou de ses ami(e)s, chercher toutes sortes de raison et ne rien trouver de satisfaisant.

Se motiver est à la frontière entre le conscient et le subconscient

Vous savez que vous devez vous lancer dans l’action (par ex. téléphoner), parce que… des tas de raisons à commencer par apporter une réponse à ses besoins primaires (voir la pyramide de Maslow) et pourtant vous « sentez inconsciemment » que… pour tout un tas de raisons plus ou moins valables, vous tergiversez et vous ne faites rien.

La peur aussi paralyse

Si la motivation est partagée entre l’inconscient et le conscient, la peur a le même effet.

Sous l’emprise de la peur, certains vont agir, par exemple en fuyant ou en combattant alors que d’autres vont rester sur place, sans bouger, complètement paralysés.

Les étapes de la motivation personnelle

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Tous les Sondages

Fiche pour le suivi de l’action
Comment reconnaître mon propre comportement de fuite au travail
Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer

Critères de planification de ma situation personnelle
Objectifs et Priorités Modes d’emploi
Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant

Autres Bien-être et Organisation :

Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 9 Bien-être
Récapitulatif 2 Organisation
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Organisation et dans la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

C’est difficile, osons ! Sénèque


C’est difficile, osons

Sénèque Musée du Prado
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles
que nous n’osons pas,
 
c’est parce que nous n’osons pas
qu’elles semblent difficiles. »

 

Sénèque

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

100 mots pour OSER
La pyramide de Maslow
Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron

Les actes héroïques de nos ancêtres
Ce que vous devez atteindre
Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La pyramide de Maslow


La pyramide de Maslow

Le psychologue Abraham Maslow, après étude sur le comportement humain de 1939 à 1943, définit une hiérarchisation des besoins humains, dans le but de définir les leviers de la motivation.
Son raisonnement est qu’un besoin supérieur ne peut apparaitre que quand les besoins inférieurs sont comblés.

La pyramide de Maslow

  1. Sa pyramide part des besoins physiologiques, primaires voire « animaux » de survie, tels que nourriture, eau, air, sommeil…
  2. Vient ensuite le besoin de sécurité physique; vêtements, toit, foyer…
  3. Les besoins sociaux ou de reconnaissance; l’humain au sein de ses semblables a besoin d’échanges et de savoir qu’il est utile, qu’il compte pour les autres.
  4. Le besoin d’estime est le besoin de signes d’appréciations positifs que les autres émettent vers lui.
  5. Finalement la réalisation de soi est l’affirmation de son individualité, la touche tout à fait personnelle ou ce qui identifie l’individu de manière « unique » au sein des autres.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron
Ne passe pas de temps à la recherche d’un obstacle
Règles pour être un humain

Les 10 principes du Pacte Mondial des Nations-Unies
Paix Mondiale : Les 23 indices
Les 7 systèmes de valeurs personnelles

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 5 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter