Docteur, je suis allergique à ma femme


Diagnostic d’un allergique

acarien terrestreC’est l’histoire de ce jeune homme, qui, depuis sa tendre enfance, souffrait d‘allergies multiples.
Son allergologue le connaissait bien et réciproquement.

Ce jeune homme a grandi, fréquenté une jeune femme. Puis, ils se sont mariés.

Peu de temps après le mariage, le jeune homme s’est précipité chez son allergologue et s’est écrié tout perplexe :

« Docteur, je suis allergique à ma femme ! »

Inutile de préciser que le praticien a trouvé des plus bizarres l’affirmation de son patient.

Il a commencé à poser des questions pour son propre diagnostic.
Toutes les réponses de son patient tendaient à soutenir la version du jeune homme.

Chaque fois qu’il faisait l’amour avec sa femme, il avait une crise d’allergie.
Il avait beau faire, c’était toujours après une relation intime qu’il souffrait. Pas d’interférence extérieure.

Aucun changement apparemment n’était intervenu. Il avait même gardé son lit et sa literie, sa lessive.
Il continuait à fermer et à ouvrir sa fenêtre aux mêmes heures, etc.

Le seul changement était la présence de sa femme

Les tests sur cette dernière pour la recherche de substances allergisantes se sont avérés négatifs. Pas de parfum, pas de phéromones particulières. Rien.

Jusqu’à ce que le bon diagnostic fut découvert :

Tant qu’il était célibataire, le jeune homme était sage dans son lit.
Avec ses ébats amoureux, il agitait sa literie et respirait les acariens qui s’y trouvaient.

Au grand soulagement des jeunes époux, le mari n’était pas allergique à sa femme, mais aux acariens soulevés à chaque ébat.
En changement de lit et de literie a suffi à régler leurs problèmes.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pour faire durer le mariage
MMS en amour
Au bord de la folie

Comment on parle à une femme
Couple : Le droit à la parole
Lettre de Georges Sand à Alfred de Musset

Autres Humour :

Récapitulatif 18 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pour faire durer le mariage


L’amour passe par l’estomac

bien cuisinerMarie-toi avec quelqu’un, qui
sache bien cuisiner !

La beauté passe,
la faim reste !

Source : Brigitte.de (Magazine allemand)

Traduction par Philippe Garin
phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

3 régimes en même temps
Elle entend pour la première fois et il la demande en mariage : Sa réaction
Aujourd’hui je cuisine

Conversion Poids et Volumes dans les recettes de cuisine
MA règle des 80/20
Heureusement qu’elle s’est mariée

Autres Humour :

Récapitulatif 18 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Heureusement qu’elle s’est mariée


Histoire vraie : heureusement qu’elle s’est mariée

liseuse de microfichesCeci est une histoire vraie.

C’était dans les années 70, les ordinateurs étaient très chers, très lourds, très volumineux et réservés à des calculs qu’un banal ordinateur d’aujourd’hui dépasse de cent coudées.
Donc pas d’ordinateur dans cette histoire.

C’était le début des microfiches

Pour ceux qui ne saurait pas ce que c’est : Vous en apercevez parfois dans des films où il y a enquête.
Les micro-fiches ou microfiches permettent de stocker de l’information sous forme d’image. Les enquêteurs, dans les films, visionnent les microfiches sur lesquelles ils lisent, généralement, des articles de journaux anciens.
Les microfiches ont été à la mode jusqu’à la fin des années 90 dans certaines entreprises où les documents papiers, par exemple des factures ou des bulletins de salaire, étaient « microfilmés » pour faciliter la recherche et la lecture. On en trouve encore dans certaines médiathèques.

Pour microfilmer le papier, il fallait préparer les documents, les classer et leur attribuer des codes, des clés pour permettre l’identification et le classement des microfiches.
On parle de microfilm quand plusieurs microfiches sont regroupées sur un même support, une sorte de sommaire visuel des fiches.

Cette histoire se déroule

dans un bureau de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’une Région dont je tairais le nom. Le département était celui des retraites.
C’était un bureau paysager que l’on appelle parfois Open Space, à cette différence prêt, qu’aucune cloison ne séparait les employées. Le personnel était presque exclusivement féminin, comme dans beaucoup d’administration.
Là se trouvaient une demi-douzaine d’employées dont la tâche principale consistait à préparer des documents qui devaient être ensuite microfilmés dans un autre service.

Conditions de travail

Le travail était simple, en apparence. Il demandait cependant une concentration importante, car l’erreur n’était pas permise. Si, par inattention une fiche cartonnée ne se trouvait à sa place dans la pile alors c’est tout le paquet qui devait repasser.
Tout devait se faire manuellement.
Chaque fiche devait être minutieusement vérifiée.
Ces fiches provenaient des archives. Ces dizaines de milliers de fiches cartonnées contenaient toutes les informations sur les activités des salariés de la Région et servaient à établir le calcul des pensions à verser aux retraités.

L’incident

Le silence était nécessaire à la bonne marche du service car chacune était penché sur son paquet de fiches.
Soudain, un grand rire éclata dans ce silence pesant.

La curiosité n’étant pas le moindre défaut d’employées dont le travail, plutôt insipide et routinier, laissait peu de place à l’imagination, les têtes se levèrent. Le silence était interrompu. Enfin, un peu de distraction !

Le rire se prolongeait et la personne qui riait en était aux larmes, apportant ainsi le sourire sur le visage de ces collègues.
– Qu’est-ce qu’il y a ?
– Que se passe-t-il ?
– Qu’es-tu trouvé ?

Le rire se calma. Et la personne leva une fiche, d’un air triomphant, pour la montrer à l’ensemble du grand bureau.
– « Heureusement qu’elle s’est mariée ! »
– Comment cela ?
– Et bien, si elle ne s’était pas mariée, elle serait restée pieds-nus toute la vie !

L’incompréhension se lu sur le visage des collègues qui s’étaient rapprochées.
– Lisez la fiche et vous comprendrez

Que pouvait-on lire sur cette fameuse fiche ?

Sur cette fiche, en caractères majuscules, écrits avec délicatesse à l’encre violette par une plume Sergent major, figuraient ces quelques mots :
Nom : CHAUSSE
Nom de jeune fille : PIEDSNUDS

Effectivement, Mlle Piedsnuds avait épousé M. Chaussé.
En trouvant chaussure à son pied, elle a évité de rester « Piedsnuds » toute sa vie.

Heureusement qu’elle s’est mariée !

Ceci est une histoire vraie. Que les personnes qui se sont reconnues lui pardonnent !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La courte histoire d’amour de Nopécu
Du Coca Cola sur une disquette
Windows propre ou le nettoyage physique se confond avec le virtuel

Symboles des années de mariage
Symboles des pierres précieuses
Le langage des fleurs

Autres Humour et Bien-être:

Récapitulatif 7 Humour
Récapitulatif 6 Humour
Récapitulatif 3 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Humour de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le parapluie de Jean exercice de logique


Le parapluie de Jean

parapluie de jeanDans le club informatique que j’anime en donnant des cours d’informatique, un des adhérents m’a fait part de ses difficultés à maîtriser la logique et le raisonnement, alors voici le troisième et dernier des trois billets consacrés aux tables de vérité où par la logique, vous devrez pouvoir répondre à l’énigme posée.

Prudence !

Jean et Marie sont très prudents. Chacun d’eux se livre tous les matins à une série d’observations pour déterminer s’il est nécessaire ou non de prendre son parapluie.

Jean prend son parapluie si au moins un des cas suivants se produit :

  • Le ciel est clair mais les rhumatismes font souffrir Marie et le chat se toilette en passant la patte par-dessus l’oreille
  • Le baromètre n’est pas au beau et le chat passe sa patte par-dessus l’oreille alors que le ciel est clair et que les rhumatismes ne font pas souffrir Jean
  • Le baromètre est au beau, mais le ciel est chargé, les rhumatismes sont douloureux et le chat passe la patte par-dessus l’oreille
  • Le chat ne passe pas la patte par-dessus l’oreille alors que le baromètre n’est pas au beau, mais les rhumatismes font souffrir Jean
  • Le chat passe la patte par-dessus l’oreille mais le ciel est chargé et le baromètre n’est pas au beau

Marie prend son parapluie si au moins un des cas suivants se produit :

  • Le baromètre n’est pas au beau et Jean souffre de rhumatismes
  • Le baromètre n’est pas au beau et le chat se toilette en passant la patte par-dessus l’oreille
  • Le baromètre est au beau mais Jean souffre de rhumatismes et le chat passe la patte par-dessus l’oreille

A votre avis : Jean est-il plus prudent que Marie ?

Réponse : ezuod euq a ne’n eiram euq srola eiulparap nos erdnerp ed sétilibissop ezrotauq a naej

Le saviez-vous ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

A qui appartient le zèbre et qui boit de l’eau exercice de logique
L’orgue et l’encens exercice de logique
Mot d’enfant : La logique de la grossesse

Exercices de diction : Le crayon dans la bouche
Quiz sur la recherche d’emploi
Quiz Internet

Autres Informatique :

Récapitulatif 3 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :