Devise 095 : Grandir (expansion) ou mourir


Devise 095 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« Devise 095 : Grandir (expansion) ou mourir »

« Expand or die »

source : Faux profits (False Profits) (VGR), Règles de l’abordage (Acquisition) (ENT)

LittéralementExpansion Viking

Agrandir ou mourir

Interprétation

Les Ferengi sont des commerçants dont le seul but est d’acquérir plus de richesse.

Il leur faut donc étendre leur commerce à des territoires qu’ils vont conquérir par leur pouvoir de persuasion, leurs produits, plus ou moins indispensables, et par la force de leur monnaie ; le tout grâce à des contrats qui lient leurs clients à eux, dans lesquels toutes les clauses sont en leur faveur.

Comme ils ont une mauvaise réputation et des pratiques douteuses, en vertu de leurs principes, appelés Devises de l’Acquisition, ils sont portés à étendre de plus en plus loin leurs zones de chalandise, là où ils sont inconnus et où ils feront un profit maximum.

Dans le cas où ils refuseraient d’étendre leur influence sur de nouveaux territoires ou de nouveaux produits et services, alors ils verraient leurs clients leur refuser de nouveaux contrats et leurs affaires baisseraient à un tel point que seule la mort serait une porte de sortie à leur déchéance.

La ruine est le pire des châtiments pour les Ferengi. Ils seraient comme rayés de la carte des vivants.
Tous les autres leurs tourneraient le dos, clients abusés, prospects méfiants et autres Ferengi écœurés.

Commentaires

Le monde des affaires est impitoyable. La concurrence est rude et tout marché pris à un concurrent affaiblit ce dernier.
Faute de trésorerie suffisante, ce dernier sera dans l’incapacité de poursuivre et devra déposer son bilan, ce qui est la mort de son entreprise.

Avec la rapidité des moyens de communication actuels, la mauvaise réputation peut ruiner une affaire et détruire des personnes en un temps extrêmement court. Des dizaines d’années d’effort peuvent être mis à mal par une simple erreur ou une fausse nouvelle.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 094 : Ne mélanger jamais les femmes et les finances
Devise 097 : Assez… n’est jamais suffisant

Les entreprises pourront avoir leur propre suffixe dans leur nom de domaine
Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant
Portage salarial : Mode d’emploi

Les valeurs d’entreprise : Pourquoi ?
Quand une entreprise en difficulté demande de l’aide au Médiateur du Crédit
Comment calculer la rentabilité d’un site Internet

Autres Science-Fiction :

Récapitulatif 20 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le ghosting ou quand le candidat est aux abonnés absents


Où sont passés les candidats ?

ghosting dans le recrutementIl existe un phénomène qui entre dans le cadre des recrutements difficiles.

Il fait perdre du temps et de l’argent aux entreprises qui cherchent à recruter et qui peinent à pourvoir à leurs besoins.

Il s’agit de la disparition du candidat en cours du processus de recrutement.

C’est la loi du marché et quand le marché est inversé ce sont les entreprises qui payent les pots cassés.

Depuis des dizaines d’année, le nombre d’offres d’emploi est bien inférieur au nombre de candidats.
La conséquence à ce phénomène est qu’un nombre important de candidats postulent pour le même poste.

Tous sont loin de répondre aux critères demandés par le recruteur.
Cependant, le candidat tente sa chance, en espérant que, sur un malentendu ou sur sa force de conviction, il puisse être embauché.

Il y a tellement de candidats que les organisations font, parfois, appel à des cabinets spécialisés dans le recrutement pour éliminer la plupart des candidats et pour recevoir uniquement les trois derniers finalistes.

Le ghosting

Seulement voilà, quand le job est peu attrayant ou quand il est très spécialisé, les candidats sont peu nombreux, voire absents.

Il faut alors de gros efforts pour recruter et pour conserver les nouveaux embauchés.

Entre les deux, le candidat se sent comme une diva.

Ce phénomène est accru avec la génération des millénials, ceux qui arrivent sur le marché du travail.
Ils ont l’habitude de zapper à toute vitesse. Ils se font désirer.

Les candidats disparaissent comme des fantômes (ghost en anglais)

En plus du manque de candidats ou d’un nombre trop faible, l’entreprise se trouve confrontée aux candidats qui :

  • décrochent le téléphone, confirment leur intérêt et s’arrêtent là ;
  • envoient un CV et s’arrêtent là ;
  • sont convoqués à un rendez-vous pour un entretien d’embauche et s’arrêtent là ;
  • reçoivent une proposition d’embauche et s’arrêtent là ;
  • ont signés un contrat de travail et sont absents dès le premier jour de travail

Sans compter ceux qui démarrent puis disparaissent durant la période d’essai sans respecter le délai de prévenance.

De plus, après un, deux ou trois ans, ils quittent l’entreprise pour aller voir ailleurs.

À vous dégoûter de recruter, n’est-ce pas ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Employeur : Réussir Accueil et Intégration du nouvel embauché
Recrutement : Mensonges et réalité
Les valeurs d’entreprise : Pourquoi ?

Les 6 raisons principales des recrutements difficiles
Un trou dans le CV fait-il disparaître des compétences ?
Attirer des candidats par la RSE

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entreprise : Comment établir son budget prévisionnel


Son budget prévisionnel, étape par étape

budget prévisionnel équilibréÉtablir un budget prévisionnel, c’est mettre des chiffres en face de son business plan de l’année à venir, des 3 ans ou/et 5 ans.

Autant le business plan est indispensable lors de la création de l’entreprise, autant le budget prévisionnel est important pour la vie de l’entreprise.

Le chef d’entreprise doit savoir combien il peut dépenser et combien il veut gagner pour financer ses revenus, son personnel, ses investissements ; en bref sa croissance et la survie de l’entreprise.

Inutile de faire des plans sur la comète, une entreprise est différente de l’État : elle DOIT être rentable.
Faute de trésorerie ou trop de dettes et elle doit fermer.

Les étapes

Pour établir le budget prévisionnel, voici les étapes à suivre :

  1. Analyse du marché et de la concurrence, son évolution, son tableau de bord de pilotage
  2. Prévisions des ventes : Segment par segment, jusqu’au prix de chaque produit
  3. Prévisions du personnel : Recrutement, formation, etc.
  4. Investissements : Modernisation et Ajouts, amortissement, etc.
  5. Dépenses courantes : Honoraires, énergie, Internet, Stock, etc.
  6. Trésorerie et frais financiers : Besoin en Fonds de Roulement, Taxes et impôts, etc.
  7. Synthèse des recettes et des dépenses, Équilibre financier
  8. Ajustement selon des variantes optimistes ou pessimistes
  9. Choix du budget prévisionnel final

La mise en œuvre suit le budget.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour en savoir plus, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La relation commerciale : Source d’insatisfactions
Pourquoi une entreprise recrute
Comment utiliser le succès d’un concurrent : Démonstration par Microsoft

Évolution de l’informatique dans l’entreprise
Productivité : Un résultat rapidement
Quand une entreprise en difficulté demande de l’aide au Médiateur du Crédit

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 19 Management
Récapitulatif 19 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Devise 082 : À produit fragile, prix élevé


Devise 082 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« Devise 082 : À produit fragile, prix élevé »

« The flimsier the product, the higher the price »

source : Légendes des Ferengi (DS9)

Littéralementfragile pissenlit en fleur

Plus le produit est fragile, plus élevé est le prix

Interprétation

Pour ceux qui veulent acheter un produit fragile, le prix annoncé par les Ferengi est proportionnel à la fragilité, même si le produit est en nombre important.

La marchandise fragile nécessite une protection plus poussée, donc des coûts plus élevés, donc un coût de revient plus élevé.
Comme la marge est proportionnel au prix de revient, le prix de vente devient donc aussi plus élevé.

En dehors de cette simple règle de calcul, les Ferengi en rajoutent : si le client souhaite acheter un produit fragile, son intérêt est donc plus élevé que pour un produit ordinaire, donc tout ce qui est extra-ordinaire se verra attribuer un prix de vente également extra donc plus élevé.

Commentaires

La loi du marché dit qu’un produit rare est cher et qu’un produit abondant est bon marché. L’échelle de valeur se trouve être la rareté du produit.

La notion de fragilité est prise en compte uniquement parce qu’un produit fragile est plus compliqué à mettre au point et à fabriquer donc les coûts de conception et de fabrication s’en trouvent également plus importants.

De plus, le temps passé est plus long, ce qui augment le prix de la main d’oeuvre nécessaire.
Dans la même durée, le nombre de produits fragiles est inférieur au nombre de produits plus résistants, ce qui en augmente la rareté donc le prix.

Cependant, un produit est plus ou moins fragile qu’un autre, car la notion de fragilité est liée à la capacité de détruire, plus ou moins facilement, le produit.
Un produit de mauvaise qualité sera plus fragile qu’un produit de mauvaise qualité car le temps où la première panne arrive sera plus court.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 079 : Méfie-toi de l’avidité de connaissances des vulcains
Devise 085 : Ne laisse pas la concurrence connaître tes pensées

Le langage des fleurs
Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade
Grain de beauté ou cancer de la peau ? : La méthode ABCDE

Devise 023 Rien n’est plus important que la santé… sauf l’argent
Enlèvement d’enfant : Des mesures simples de protection
IST MST : Signes, Risques, Complications

Autres Science-Fiction :

Récapitulatif 19 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recherche d’emploi : Méthodes classiques et nouvelles


Trouver un emploi avec des méthodes classiques et nouvelles

méthodes de recherche d'emploi

classique ou moderne ?

De 25% à 30% des emplois sont trouvés par le marché ouvert de l’emploi.
Les autres viennent du marché caché.
C’est ainsi que se trouvent répartis le remplacement et la création d’emplois.

Pour y parvenir, les méthodes classiques ont fait leurs preuves.

De nouvelles méthodes sont apparues depuis peu, avec un succès relatif, plus pour celles et ceux à l’aise avec les outils informatiques.

Méthodes classiques

Ce sont les classiques offres d’emploi, que l’on trouve sur le site de Pôle emploi et les sites d’emploi appelés aussi jobboards.

Les moteurs de recherche sur Internet et les portails d’offres regroupent les annonces des entreprises, soit pour un contact direct, soit au travers d’un cabinet de recrutement.

Les petites annonces de la Presse locale ou spécialisées donnent également des indications sur les sources potentielles d’emploi.
De même, l’affichette en vitrine de magasins pour certains types de postes.

Le bouche-à-oreille fonctionne aussi très bien, surtout lorsque l’information vient d’un (e) salarié (e) en interne.
C’est ce qu’on appelle le réseau personnel ou professionnel.

Une réponse à annonce ou une candidature spontanée permet de contacter le (la) chargé (e) du recrutement, interne ou mandaté (e) par l’entreprise qui cherche à embaucher.

Le porte-à-porte, la participation à des soirées, à des forums ou salons de l’emploi, sont d’autres méthodes classiques, avec distribution de CV ou de simples cartes de visite, permet de faire connaître sa disponibilité auprès d’un réseau que l’on cherche à étendre par un contact direct physique en face-à-face.

Méthodes nouvelles

Les réseaux sociaux

A mi-chemin entre les méthodes classiques et les nouvelles se trouvent les réseaux sociaux, qui sont de plus en plus classiques bien que récents.

Les réseaux sociaux sont une version modernisée d’étendre son réseau personnel et professionnel, donc d’augmenter les recommandations et les contacts avec des personnes qui ont ou qui donnent des indications sur des postes à pourvoir.

Plusieurs usages des réseaux sociaux aident à trouver un emploi :

Se présenter, montrer son CV et ses capacités est le premier usage.

Un second est de communiquer avec d’autres personnes, directement ou au travers de groupes, de forum, soit en posant des questions, soit en répondant aux autres, c’est-à-dire en utilisant ses savoir-faire et savoir-être pour se faire connaître.
Toute entreprise intéressée peut alors prendre contact avec le (la) candidat (e).

De plus en plus, les réseaux sociaux, Facebook en tête, proposent aux entreprises de poster des offres d’emploi.

Le matching

Le matching vient du mot match en anglais, qui signifie le rapprochement par affinité.

D’un côté, l’entreprise enregistre ses critères de sélection.
De l’autre, les candidats saisissent également leurs compétences, leurs formations, leurs centres d’intérêt, leur savoir-être.

Plus les critères sont les mêmes ou se rejoignent, plus de chances a le (la) candidat (e) à décrocher en entretien d’embauche.

Les applications

Les fameuses Apps, abréviation du mot « application« , sont développées par des entreprises, souvent des start-ups, qui ont compris l’intérêt de la population pour Internet, notamment via les smartphones.

De plus en plus de ces applications mettent en relation entreprises qui recrutent et candidats à la recherche d’un emploi.
Ce sont des outils plus que des méthodes car les apps utilisent l’ensemble des méthodes de recherche d’emploi.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Stagnation dans sa recherche d’emploi ; Se remettre en question
Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas
En poste ET en recherche d’emploi : Prudence

50 ans et toujours dans la course : 10 astuces pour booster votre recherche d’emploi
14 pistes pour trouver un emploi en ligne
Pourquoi mon CV sur les Réseaux ne marche pas ?

Autres Emploi :

Récapitulatif 18 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi : Internet pour se renseigner sur l’entreprise, mode d’emploi


Internet est votre ami

Article précédent : Se renseigner sur l’entreprise qui recrute

surfer sur internetPlus vous avez besoin de trouver des informations sur l’entreprise qui recrute et plus le temps de la recherche sera long, particulièrement pour une candidature spontanée.

Internet vous fait gagner beaucoup de temps, sous réserve de savoir où se trouvent les informations.
C’est ainsi que vous allez consulter les sites suivants :

Le site de l’entreprise

Qu’il s’agisse d’une TPE ou d’un grand Groupe, rares sont les entreprises qui n’ont pas leur site web.

Le site de l’entreprise regorge d’informations car elle s’y présente.
C’est la principale source qui délivre en quelques clics la quasi-totalité des informations dont vous avez besoin.

Les sites d’offres d’emploi

On les appelle aussi Jobboards. Le plus connu est celui de Pôle emploi.

On y trouve les entreprises en cours de recrutement et celle qui ont recruté avant votre intérêt pour elle.

Le rythme de ses recrutements, la façon dont elle décrit les postes et se décrit vous donnent des indications précieuses pour rédiger CV, lettre de motivation et même sur l’entretien d’embauche, voire sur le processus complet de recrutement.

Les sites financiers

On y trouve le dépôt légal des bilans annuels des entreprises au Greffe du Tribunal dont elle dépend.

Attention, cependant : Toutes les organisations n’ont pas obligation de le faire et certaines préfèrent payer une amende que de publier leurs chiffres.

Les sites de la Presse

Les sites de la Presse permettent de connaître les déboires, conflits, succès, projets de développement, publicité sur les produits et les services de l’entreprise, etc.

Mieux vaut postuler auprès d’une entreprise en plein essor que dans une entreprise avec des conflits sociaux répétitifs ou fortement concurrencée.

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont utiles de deux façons :

La première est que pour toucher ses clients, l’entreprise peut avoir une communication externe par une page qui permet des échanges directement.
Elle présente son activité, répond aux critiques des consommateurs, etc.

D’autre part, les réseaux sociaux contiennent les profils des employés ou anciens employés.
Ils s’expriment sur leur travail, l’ambiance ou/et sont disponibles pour échanger avec vous dans des conversations privées.
Vous pouvez même y trouver le profil des dirigeants, de votre futur chef ou de la personne en charge du recrutement.

Les moteurs de recherche

Les moteurs de recherche sont bien utiles pour trouver tous ces sites et aussi pour connaître

  • l’état du marché,
  • des statistiques sur le secteur d’activité et ses pratiques,
  • la concurrence et
  • la position de l’entreprise, que vous souhaitez intégrer, sur son marché

Les moteurs de recherche permettent de se faire une idée précise sur la réputation de l’entreprise ainsi que sur votre propre e-réputation.

En effet, quand vous aurez contacté l’entreprise ou l’organisation pour y prendre des renseignements ou envoyer votre candidature, le chargé de recrutement fera comme vous, il utilisera un moteur de recherche. Il voudra savoir ce que la toile connaît de vous.

Alors, vous aurez plus de chances de décrocher un entretien et même d’obtenir le poste convoité si votre réputation est irréprochable que si vous avez une vie privée étalée sur le web ou si vous avez laissé des commentaires qui heurtent la sensibilité du chargé de recrutement ou de l’employeur directement.

Philippe Garin

Pour vous faciliter l’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mauvaise réputation sur internet : C’est gênant quand on cherche un emploi
Recherche d’emploi : Les 5 premiers pas
Emploi ou Busines : 10 conseils pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi

Quiz sur la recherche d’emploi
En poste ET en recherche d’emploi : Prudence
Déroulement d’une cellule de mobilité ou cellule de reclassement

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Allocation chômage : Nouvelle convention, nouvelles règles


Au 1er juillet 2016

La Convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage a pris effet

Unédic logoUn règlement général, des règlements particuliers des accords complètent cette convention.

Elle a été signée conjointement par les organisations des employeurs et par les organisations syndicales des salariés.

Les nouvelles règles s’appliquent pour 2 ans pour tenir compte :

  • des évolutions du marché du travail et notamment la progression de l’emploi précaire
     
  • de faire comprendre les règles d’indemnisation, particulièrement pour les salariés qui cumulent salaire et indemnités chômage
     
  • de la crise économique qui pénalise l’Assurance chômage : Plus de chômeurs à indemniser et moins de salariés cotisants

Quelques nouvelles règles

  • Que ce soit pour vos droits à indemnisation initiaux ou pour le calcul des droits rechargeables, la règle « 1 jour travaillé = 1 jour indemnisé » est la référence de l’Assurance chômage. Par jour travaillé, on entend tous les jours sous contrat, y compris les week-end, jours fériés.
     
  • Pour ouvrir des droits initiaux à indemnisation, il faut avoir travaillé minimum 610 h (ou 4 mois). En revanche, chaque demandeur d’emploi peut recharger ses droits à partir de 150 heures travaillées pendant sa période d’indemnisation.
     
  • Pour les demandeurs d’emploi de 50 ans et plus, la durée maximale d’indemnisation peut durer jusqu’à 3 ans.
     
  • Les demandeurs d’emploi ont toujours un avantage à reprendre un emploi même de courte durée. Toute période de travail compte pour un rechargement des droits à indemnisation (à partir de 150 heures cumulées), et les règles de cumul salaire-allocation favorisent les reprises d’activité, quelle que soit la nature du contrat.
     
  • Le début de l’indemnisation est dépendant d’un délai tenant compte des indemnités de congés payés et/ou d’indemnités supra légales perçues. Pour tous, un délai d’attente de 7 jours s’applique.
     
  • Le cumul entre une activité salariée et l’allocation chômage est possible dès la première heure de travail, quelle que soit la nature du contrat, tant que le montant mensuel « salaire + allocation » ne dépasse pas le montant mensuel du salaire brut perdu qui avait servi au calcul de l’allocation.
     
  • Les partenaires sociaux ont écarté la dégressivité des allocations chômage dans le temps, et ont privilégié des dispositifs d’encouragement à la reprise d’activité.

source : Unédic

Philippe Garin

Contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quelles lois et règles juridiques sont à respecter
Retraite : il faut la demander
Management et Informatique on un lexique commun

La gestion stratégique du management
La rupture conventionnelle : Mode d’emploi
Nacre : Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise

Autres Emploi, Juridique, Management :

Récapitulatif 16 Emploi
Récapitulatif 16 Juridique
Récapitulatif 16 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le Conseil en Évolution Professionnelle : Les 8 questions fondamentales


Qu’est-ce que le Conseil en Évolution Professionnelle ?

Il s’agit des conseils pour favoriser sa mobilité professionnelle en développant ses compétences à s’orienter et à faire des choix pour sa carrière.
CéP Conseil en évolution professionnelle

Ses 3 composantes sont :

  1. L’élaboration du projet professionnel
  2. L’adaptation au marché du travail
  3. La recherche d’emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 8 questions à se poser :

1. Dans quels nouveaux métiers puis-je me projeter ?

Trouver des pistes de métier diversifiées.

2. Quel est le métier que je préfère ?

Prioriser des pistes de métier.

3. Suis-je en mesure d’exercer ce métier ?

Confronter ses caractéristiques personnelles à celles du métier.

4. Suis-je capable d’expliquer mon projet et d’argumenter mes choix ?

Expliciter son expérience, ses choix et son projet professionnel.

5. Mon entourage soutient-il mes choix ?

Identifier dans son environnement les soutiens à son projet.

6. Est-ce que je connais les débouchés dans le secteur qui m’intéresse ?

Chercher de l’information sur le marché du travail et de la formation

7. Est-ce que je connais les étapes pour réaliser mon projet ?

Mettre en oeuvre et adapter son plan d’action.

8. Comment faire jouer mes relations pour avancer dans mon projet ?

Activer et élargir son réseau.

Source : Pôle emploi

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Reconversion professionnelle ou évolution de carrière ?
Reconversion : Motivation et décision, le mode d’emploi
Mobilité : Oser déménager pour (re)-trouver du travail

Évolution professionnelle : Reconversion et réorientation
Prise de décision : Incertitude quand tu nous tiens !
Réflexions pour une orientation professionnelle

Autres Emploi :

Récapitulatif 16 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Évaluation de projet : L’échelle européenne


Échelle utilisée par la Commission Européenne pour évaluer les projets

Projet Union européenneDe nombreux projets sont soumis à la Commission Européenne dans le but d’obtenir des subventions.

L’intérêt est grand pour les PME qui souhaitent fortement valoriser ses compétences au niveau européen de demander ou de participer à des projets collaboratifs ou seule.

D’abord, parce qu’il s’agit de subventions et non de prêts. Elles concernent tout le projet, y compris la communication externe et les recrutements. Ensuite parce que celles dont le dossier est retenu voient la prise en charge de leurs coûts diminués de 70%, montant de la subvention, voire 100% si le projet est dans le domaine médical.

Beaucoup demandent, peu reçoivent

Les programmes de financement européens dépendent de l’avancement en cours du projet. Il y a 2 grandes catégories :

  1. Recherche : En amont du marché, c’est-à-dire R&D, Démonstration, Pilote => de l’idée à la maturité du projet
  2. Innovation : En aval par rapport au marché, c’est-à-dire Pré-série, entrée sur le marché, Diffusion

Pour chacune de ces catégories, un dossier est à déposer, en anglais parfait, technique, économique, etc.

Le taux de projets acceptés est d’environ 8% pour la Recherche et de 5% pour l’Innovation.

L’échelle d’évaluation TRL

Outre la maîtrise parfaite de la langue anglaise, tant à l’écrit qu’à l’oral, par les entreprises qui déposent des dossiers de demandes de subventions européennes, il faut que le projet soit au niveau 5 minimum pour la catégorie 1 et au niveau 6 minimum pour la catégorie 2 de l’échelle TRL.

TRL = Technology Readness Level

Les TRL indiquent le degré de maturité atteint par une technologie et le niveau de risque pour atteindre le marché.

TRL 1 – observation du principe de base
TRL 2 – formulation du concept technologique
TRL 3 – preuve expérimentale de conception
TRL 4 – validation de la technologie en laboratoire
TRL 5 – validation de la technologie en environnement réel
TRL 6 – démonstration de la technologie en environnement réel
TRL 7 – démonstration du système à l’échelle prototype en environnement opérationnel
TRL 8 – qualification d’un système complet
TRL 9 – système réel démontré en environnement opérationnel

Source : Commission Européenne

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment réclamer en Europe : un même formulaire pour tous les Européens
Taux de change dans les échanges intracommunautaires DEB, DES
Europe : Liste d’associations de consommateurs

Management de projet : 5 causes de l’échec
Règle 008 : Petits caractères entraînent grand risque
Échelle d’évaluation pour Aptitudes et comportements 1

Autres Management :

Récapitulatif 15 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Insatisfactions et suggestions des clients : Les objectifs


Insatisfactions et suggestions des clients : Les objectifs

objectifs individuelsLes objectifs qualitatifs et quantitatifs concernent tous les acteurs d’une entreprise et pas seulement les commerciaux, comme nous venons de le voir dans les articles Gérer l’insatisfaction client et Gérer les suggestions des clients.

Sommaire :

  1. Gérer les insatisfactions des clients
  2. La relation avec le commercial : source d’insatisfactions
  3. Insatisfaction client : Les causes financières
  4. La gestion de la réclamation
  5. Gérer les suggestions des clients
  6. Insatisfactions et suggestions des clients : Les objectifs

Il convient donc de donner de tels objectifs à chaque personne ou/et à chaque service.

Une partie de la rémunération des salariés peut être liée, partiellement, en fonction du degré d’attente de ces objectifs.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Exemples d’objectifs par service :

  • Pour le commercial, cela peut être, le nombre de commandes ou de lignes de commandes.
  • Pour le SAV, le délai entre l’enregistrement de la réclamation et son règlement.
  • Pour le service livraison : la capacité à fournir des livraisons totales et de diminuer le nombre de livraisons partielles.
  • Pour la fabrication, le respect des instructions de fabrications et la diminution du nombre de produits défectueux.
  • Pour les achats, la qualité des produits et services achetés, en conformité avec ses propres spécifications.

Parmi les critères qualitatifs, se trouve le respect des normes du marché ou définies par l’entreprise, la courtoisie, la ponctualité, la propreté, etc.

Si vous avez à partager vos réflexions, émettre des commentaires sur vos réflexions, je me ferais une joie de les publier ou simplement d’échanger entre nous. Ce serait ma satisfaction de prendre en compte vos suggestions.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :
Inventions grâce à la perception du temps
Méthode SBAM pour booster sa relation client
Comment retenir et valoriser ses propres idées

Pourquoi les propositions, recommandations, nouvelles idées sont-elles souvent refusées ?
Choix de projets : Méthode de la moyenne pondérée
Prise de décision : 10 méthodes

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 15 Management
Récapitulatif 15 Organisation
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Un CV ou des CV


Faut-il modifier son CV à chaque candidature ?

C’est une question récurrente et dérangeante.le plus long CV du monde : Mathusalem

UN seul CV

Vous avez votre « parcours de vie », vos expériences sont uniques puisque ce sont les vôtres. En théorie, vous devriez avoir un seul CV, puisque vous n’avez eu qu’une vie professionnelle : postes occupés et employeurs.

Écrire votre CV est un exercice, généralement, peu fréquent. Vous pensez qu’il est nécessaire de le mettre à jour à chaque changement d’emploi et inutile pendant que vous êtes en poste.

Ce que vous avez fait est écrit dans du marbre, votre passé est ce qu’il est, il ne peut être changé.

Vous mettez du temps à rédiger votre curriculum vitae et êtes satisfait (e) de sa présentation, quitte à la revoir de temps en temps selon les conseils des uns et des autres, lus ou entendus.

Et puis, vous vous lancez et envoyez votre CV à des recruteurs, cabinets de recrutement ou directement aux futurs employeurs.

Hélas ! Les retours sont rares et négatifs. Alors vous refaites votre CV, en insistant sur la forme puisque vous pensez que le fond est invariable.

Cette vision du CV est tournée vers vous. Quand vous rédigez votre CV, vous pensez à tout ce que vous avez fait et mettez l’ensemble de vos expériences et savoir-faire, vos diplômes et loisirs.

PLUSIEURS CV

Rédiger plusieurs CV, c’est se positionner vis-à-vis du marché de l’emploi, des offres d’emploi auxquelles vous allez postuler.

Qu’est-ce qui peut changer dans un CV ?

  • Le titre : il reprend les termes de l’annonce, à la condition que ce soit identique ou proche d’une des fonctions que vous avez exercées, de préférence la dernière
  • La phrase sous le titre : elle permet d’indiquer certains traits de caractère ou/et son projet professionnel. Il vaut mieux que cela corresponde le plus possible aux qualités demandées et au poste à pourvoir
  • Le choix des expériences professionnelles : choisissez jusqu’à 4 réalisations dans chaque poste qui soient le plus en adéquation avec ce que l’on vous demande dans la description du poste
  • Les mots dans le CV : la sélection pour un poste se fait d’abord par les mots présents dans les CV, il faut donc retrouver les mots de l’annonce en remplacement de ceux que vous avez utilisés, sous réserve qu’ils signifient la même chose ou presque.

Tous ces changements sont des modifications mineures. Ils vous permettent d’avoir un CV tourné vers l’entreprise et le poste à pourvoir. Chaque CV ainsi créé est une variante de votre CV de base, celui qui est tourné d’abord vers vous.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

CV : Que mettre dans l’entête ?
Le CV : l’obsession?
CV astuces 2/2 pour Internet

Mon aide directe : Votre participation

Le parcours professionnel dans un CV est plein d’embûches
Les mots dans le CV
CV « arrangé » : Même aux postes les plus importants, ils se font prendre

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi ou Business : 10 Conseils pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi


Emploi ou Business : 10 Conseils pour chercher

marché caché de l'emploi ou du businessQue vous soyez à l’écoute du marché caché de l’emploi pour dénicher une opportunité de poste avant que l’entreprise passe une petite annonce, ou pour obtenir des renseignements qui vont vous permettre d’écrire une lettre de candidature,

Que vous soyez en recherche d’idées pour votre offre de services ou pour créer de nouveaux produits, pour garder un oeil sur vos concurrents et anticiper les évolutions de votre affaire,

Vous êtes confronté à la nécessité d’assurer une veille, d’écouter ce qui se passe autour de vous, de cibler les entreprises et de rassembler un maximum d’informations pertinentes avant de déclencher une action.

Pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi

Voici 10 conseils pour votre veille concurrentielle ou pour votre recherche du marché caché de l’emploi

  1. Sélectionner les entreprises de votre domaine d’activités
     
  2. Chercher les personnes qui travaillent à des postes de responsabilité dans ces entreprises : patrons, directeurs ou collaborateurs, dans les réseaux sociaux, Viadeo, Facebook, LinkedIn et sur Twitter
     
  3. Mettez en place des alertes sur l’actualité de ces entreprises et de ses personnes au travers de Google Alerts
     
  4. Abonnez-vous aux Newsletters de ces entreprises pour déceler un indice vous permettant d’écrire une lettre de motivation spontanée ou vous en inspirez pour déclencher des idées de business
     
  5. Vérifier la bonne santé financière des entreprises sélectionnées
     
  6. Visitez les sites Web et les blogs des sociétés et des personnes qui y travaillent ou qui y ont travaillé
     
  7. Renseignez-vous sur la fréquentation des sites Web de ces entreprises, grâce aux services d’outils comme Dataopedia
     
  8. Fréquentez les salons où exposent les entreprises sélectionnées et récupérez leurs plaquettes commerciales, la présentation de leurs produits et services
     
  9. Allez les voir à l’occasion d’évènements qu’ils organisent : journée portes ouvertes, séminaires, etc.
     
  10. Prenez contact avec eux

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pôle emploi : Surveillez votre messagerie
Comment utiliser le succès d’un concurrent : démonstration par Microsoft
Le Titre Emploi Service Entreprise ou Tese pour simplifier les formalités d’embauche et de gestion

Carrière : Cinq conseils pour booster votre carrière
Offre d’emploi et petites annonces ne pas confondre
Les 6 défis de la modernité

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 7 Emploi
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans la page Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Risques cardiovasculaires : les facteurs du risque


Les facteurs du risque cardiovasculaire

douleur infarctus du myocardeCet article a pour but d’attirer votre attention sur les facteurs de risques dans les maladies cardiovasculaires et en particulier l’infarctus du myocarde.
Si vous vous sentez concerné(e) alors seule une consultation chez un médecin vous donnera le diagnostic de votre état de santé.

Les facteurs historiques

Les facteurs de risque connus depuis longtemps sont :

  • Le tabagisme, car le tabac rétrécit le diamètre des artères
  • L’hypertension artérielle, car la pression abîme plus rapidement les parois internes des vaisseaux sanguins
  • L’hypercholestérolémie, car le cholestérol se dépose sur les parois internes des artères jusqu’à les boucher, ce qui provoque une attaque cardiaque, si le rétrécissement est proche du coeur ou une autre attaque dans d’autres régions du corps
  • Le diabète, car le sucre favorise aussi le rétrécissement des vaisseaux sanguins
  • L’hérédité, hélas ! Merci papa, merci maman !

Un facteur de risque « moderne »

La sédentarité, et plus généralement, le manque d’activité sportive, est un facteur aggravant. Les graisses ne sont plus brûlées par l’organisme qui les stocke où il peut, dans les muscles et donne ainsi l’obésité, et dans les vaisseaux sanguins.

Le corps se fatigue plus qu’avec une pratique modérée d’un sport, ne serait-ce qu’une demi-heure de marche active par jour (pas le piétinement dans les magasins).

La multiplication des facteurs

Le risque de développer une maladie cardiovasculaire lorsque l’on présente plusieurs facteurs de risques est la multiplication et non pas l’addition des risques.

Par exemple, une personne sédentaire, fumeuse et diabétique présente un

risque = sédentarité x tabagisme x diabète

et non pas sédentarité + tabagisme + diabète.

Donc plus, vous avez de facteurs de risque et plus la probabilité du développement d’une maladie cardiovasculaire est forte.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Que faire ?

Si vous ne pouvez rien contre l’hérédité, il y a des moyens pour lutter contre les autres facteurs de risques.

La tabagisme : faut-il vraiment le dire ? Il semble que oui, donc : arrêter de fumer. De multiples techniques et produits peuvent vous aider à y parvenir, sous la seule réserve que vous le souhaitez vraiment, évidemment

L’hypertension : cool ou stressé(e), essayez de garder votre calme en toute circonstance, tenter d’éviter les situations stressantes. Bon, d’accord, le plus simple est d’en parler à son médecin et de se faire prescrire, si nécessaire, le médicament pour atteindre un niveau d’hypertension ne présentant plus de risque pour votre santé

L’hypercholestérolémie : manger moins gras, moins de gras d’origine animale. Changer d’habitudes alimentaires est souvent difficile, mais répétez-vous que les produits dont vous devez réduire fortement la consommation sont du poison pour votre organisme, cela peut vous faciliter les choses. Les pharmaciens, les médecins, les nutritionnistes ont des pages pleines de listes de produits à éviter. Le mode de cuisson aussi est important : vous pouvez consommer des pommes de terre à la vapeur sans soucis, mais pas les frites !!

Le diabète : de nouvelles habitudes alimentaires peuvent vous prémunir contre le diabète ou améliorer votre situation face à certaine forme de diabète. Rien que pour éviter de se piquer aussi souvent, cela vaut la peine de regarder à manger moins sucré, n’est-ce pas ?

La sédentarité : promener son chien, descendre et monter les escaliers sans prendre l’ascenseur, faire le tour de son pâté de maison et aller faire ses courses à pied, sont des moyens simples de joindre l’utile à l’agréable ou du moins l’utile à des mesures qui peuvent sauver votre vie.

Sinon ?

Quand une maladie cardiovasculaire se développe, elle prend des années ou elle frappe immédiatement. Les conséquence sont claires :

  • soit vous mourrez, et auquel cas, les problèmes sont pour vos proches qui vous ont perdu
  • soit vous vivez, tout le reste de votre vie avec des médicaments à prendre, des séquelles plus ou moins importantes sur votre santé avec un changement de vie, personnelle et professionnelle, important.

C’est tout simple ! A vous de choisir d’allonger, ou non, votre espérance de vie.

Bonne santé à tous, quand même !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Don de moelle osseuse
TMS troubles musculo squelettiques comment les éviter
Les événements susceptibles de faire augmenter le stress durant une urgence

Stress technologique : comment le maîtriser
Décès : Démarches à effectuer
Devise 008 : Petits caractères entraînent grand risque

Autres Bien-être :

Récapitulatif 6 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Nouveaux sur le marché du travail


Nouveaux sur le marché du travail ?

taux d'activité par tranche d'âgeVos études viennent de se terminer

Que vous faites partie de ceux qui sortent sans diplôme ou que vous ayez le prestigieux papier en poche, vous allez être nouveau sur le marché du travail.

Comme dit la chanson : « Et maintenant, que vais-je faire ? »

Pour certains, ce sera des vacances méritées, on verra plus tard.

Pour d’autres, ce sera l’angoisse de l’avenir immédiat.

Pour les premiers, il faudra bien s’y mettre à un moment donné ou un autre, pour les seconds, c’est maintenant qu’il faut chercher un emploi.

Avant toutes choses, il est important :

  • De savoir où aller
  • De savoir comment y parvenir
  • De vouloir y parvenir

Ce sont les réponses à ces questions qui détermineront votre premier choix de carrière.

Il est évident que :

  • Votre choix de carrière ne dépend aucunement de votre diplôme
  • Votre carrière va évoluer dans le temps, vous allez exercer plusieurs métiers d’ici votre retraite
  • Vous allez tirer profit de vos échecs et de l’échec des autres, c’est-à-dire vous basez sur le passé et le présent pour votre avenir
  • Vous souhaitez un travail idéal, motivant par son contenu et sa rémunération
  • Vous savez que le job idéal est exercé par un trop petit nombre de personnes

Savoir où aller

signifie répondre aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que je sais faire ou crois savoir faire ?
  • On sait toujours quelque chose, même si on a l’impression du contraire
  • Quelle branche professionnelle vais-je choisir pour débuter ?
  • Une branche précise ou peu importe, vous trouverez une liste des branches en recherchant les « accords de branches » ou en allant voir le Pôle emploi
  • Vais-je me diriger vers une grande, une moyenne ou une petite société ?
  • Grand groupe, Administration ou Organisation, PME-PMI, TPE ou Créateur d’entreprise ?

Bienvenue sur le marché du travail et Bon Courage !

et rappelez-vous :

Que le chemin soit long ou court,
il commence toujours par le premier pas !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La prise du nouveau poste, du nouvel emploi
Livret d’entretiens avec un nouveau collaborateur
Méthode d’aide à la conception des nouveaux métiers informatiques ou pas

Période d’essai : Fin prématurée, les risques
Les nouveaux chômeurs vous font de l’ombre ? Comment vous motiver
Emploi : apprenez l’allemand ou le néerlandais plutôt que l’espagnol

Autres Emploi :

Récapitulatif 5 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter