Bien préparer une réunion de travail


Réunion de travail : Une bonne préparation

bien préparer une réunion de travailSommaire :

À quoi sert une réunion de travail

Bien préparer une réunion de travail

Réussir l’animation d’une réunion de travail

Le rapport ou compte-rendu de réunion

La préparation des participants

Lorsque l’on est invité ou convoqué à une réunion, surtout une réunion de travail, il est préférable d’être prêt afin de rester concentré sur son sujet, sans se disperser en évoquant d’autres sujets que ceux de l’ordre du jour. Ceux-ci feront l’objet d’une ou d’autres réunions.

Si le participant a reçu un document de l’organisateur, il en prendra connaissance avant la réunion.

S’il doit, lui, produire un ou des documents, il le préparera, également avant la réunion. Idem pour des réponses à un questionnaire reçu.

Si, au contraire, la réunion de travail doit être une réunion de créativité commune, alors ce sont les interactions entre les idées émises des uns et des autres au cours de la réunion qui donneront un résultat, impossible à prévoir à l’avance.

Le lieu et le moment

Avant de choisir le lieu et de planifier la réunion, l’animateur choisira la langue de travail durant la réunion, dans le cas où les participants pratiqueraient des langues différents, par exemple à l’international ou en Suisse.

Le lieu sera choisi en fonction :

  • du nombre des participants,
  • des moyens techniques de communication, tels que projecteur, écran, caméra, vitesse de la connexion Internet, tableau blanc, etc.
  • de l’accessibilité : proximité de la salle de réunion, parking, etc.
  • de la durée de la réunion : debout pour une réunion de quelques minutes ou fauteuils confortables pour une réunion de plus d’une heure

Le moment sera choisi :

  • en fonction des disponibilités des participants, dans la mesure où la présence de chacun est impérative,
  • en évitant les périodes de moindre attention, entre 14:00 et 16:00
  • en évitant les moments difficiles dans les déplacements lorsque la réunion a lieu à l’extérieur
  • suffisamment à l’avance pour permettre aux participants de se préparer, surtout s’il leur ait demandé de produire un document

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Efficacité : N’allez pas à des réunions, si vous pouvez l’éviter
Messagerie professionnelle : 20 conseils pour un meilleur usage
Pour bien parler : Respirez correctement

La première mission du dirigeant : Planifier
9 conseil pour atteindre et tenir ses objectifs
Surmenage au travail, comment s’organiser pour déléguer

Autres Organisations :

Récapitulatif 19 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Installer une nouvelle version du système d’exploitation : Le lotissement


Quels lots dans la migration du système d’exploitation informatique ?

exemple de services en entrepriseCet article est la suite de cet article.

La granularité est la décomposition du parc d’une manière géographique, telle que l’inventaire du parc la définit.

Les lots sont plus difficiles à définir, car il s’agit de migrer sans interrompre le fonctionnement ou en l’interrompant le plus brièvement possible.
Par exemple, en effectuant la migration durant les périodes de non-utilisation des serveurs, comme la nuit ou les samedis.

Attention, le travail du dimanche est réglementé et souvent impossible sans autorisation.

Décomposition par lots

Pour les lots, vous avez le choix :

  • soit décomposer le parc local de telle façon que le service soit toujours possible, selon le principe de migrer une partie du parc puis une autre, etc. jusqu’à la migration complète du lieu,
  • soit de procéder plutôt par service et de migrer, par exemple, tous les serveurs de messagerie, puis tous les serveurs d’impression, etc.

Vraisemblablement, ce sera un mixte des deux, car certains serveurs sont centralisés alors que d’autres sont locaux.

Ordre de migration

Le lotissement consiste aussi à définir l’ordre de migration.

  • Messagerie, impression, serveurs de données, etc. ou
  • service juridique, service client, service logistique, etc. et
  • un mixte de tout ça avec un mélange de géographie.

La continuité de service

L’important est d’assurer ses arrières, c’est-à-dire en l’occurrence d’avoir toujours un service qui fonctionne.

Est-ce que pour cela, vous avez besoin de passer par du matériel transitoire, l’ajout provisoire ou définitive de solution de continuité, localement ou à distance ?

Si votre organisation a une solution de repli en cas de sinistre, c’est peut-être l’occasion de vérifier son bon fonctionnement.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique
Service en informatique pas dans la restauration
Conduire le changement

Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes : Second critère de choix après le TCO ou coût total de possession
Différences entre PRA et PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Autres Informatique et Management :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Contrat de travail : Les clauses obligatoires … et les autres


Le contrat de travail

signature du contrat de travailDu travail contre une rémunération, c’est la règle universelle, sur toute la planète.

Deux exceptions de taille : L’esclavage et le bénévolat.
Dans ces deux cas, le travail est effectué sans rémunération. Dans le premier, c’est un travail forcé, dans le second il est volontaire.

Une troisième exception est la condamnation, par la Justice, à un travail. Parfois, rémunéré, parfois seulement en compensation d’un crime ou d’un délit.

Dans l’immense majorité de l’exercice d’un travail, il faut un contrat.
Dans nos pays, le contrat de travail est la preuve juridique de l’exercice du droit à travailler, pour le salarié, et à faire travailler, pour l’employeur.

Pour qu’un contrat de travail soit valide, il doit comporter plusieurs mentions écrites, appelées clauses.

Les principales clauses du contrat de travail

En France, un contrat de travail peut être de plusieurs types : CDI ou contrat à durée illimitée, CDD ou contrat à durée déterminée, ou autres, tels que le contrat de professionnalisation, par exemple.

Les clauses indispensables dans un contrat de travail sont les suivantes :

1. L’engagement du salarié dans la société et le lien de subordination

C’est ce qui permet à l’employeur d’indiquer le nom du salarié et le titre de son poste dans l’organigramme de son entreprise.

Pour le salarié, cela lui permet d’inscrire ce poste dans son CV, entre autres.

2. La nature du poste à pourvoir et les missions principales attachées

Chaque poste de travail est décrit. Cette description donne les limites d’actions et de responsabilité attachées au poste.

Le salarié doit agir dans ce cadre et interagir avec les autres salariés et personnes extérieures à l’entreprise selon ces limites.

3. Le lieu de travail

Le lieu de travail est l’établissement de rattachement juridique du salarié.

Le lieu de travail effectif peut être différent selon les missions confiées au salarié.
C’est le cas de commerciaux itinérants ou de salariés détachés chez un client de l’entreprise.

4. Le nombre d’heures

Le nombre d’heures de travail est indiqué par semaine, par mois ou par an, selon le poste.

Il permet de limiter les abus dans un sens ou dans l’autre, ainsi que de déterminer la limite au-delà de laquelle les heures supplémentaires sont comptées, lorsque cette notion est appliquée.

5. La rémunération

Toute peine mérite salaire. La rémunération est une somme forfaitaire ou composée d’un ou de plusieurs éléments variables.

Si le salaire est soumis à cotisations salariales et patronales, d’autres éléments variables peuvent être ôtés du calcul des cotisations. C’est le cas des primes.

6. La présence de congés payés

Depuis 1936 en France, les contrats de travail contiennent la clause de congés payés, qui permet au salarié de cesser toute activité sans interruption du contrat de travail et sans rupture de sa rémunération.

7. La durée de la période d’essai

La durée de la période d’essai varie en fonction de la nature du poste.
Elle peut être exceptionnellement nulle ou atteindre le maximum légal, ce qui est le cas général.

Les règles de rupture anticipée de la période d’essai ou de rupture du contrat de travail après la période d’essai sont différentes.

Les clauses optionnelles

Plusieurs clauses légales peuvent être ajoutées au travail de travail.
Les plus fréquentes sont la clause de non-concurrence et la clause de mobilité.

La clause de non-concurrence

L’employeur limite par cette clause de non-concurrence le droit du salarié à aller travailler chez un concurrent de l’employeur, à l’issue du contrat de travail le reliant à son employeur.

La savoir-faire acquis par le salarié partant profiterait sans cette clause à l’entreprise concurrente, ce qui pourrait mettre à mal la première entreprise.

Cette interdiction est également valable si l’ex-salarié créé lui-même une entreprise en concurrence directe avec son ancien employeur.

La clause de mobilité

L’employeur mentionne cette clause de mobilité dans le contrat de travail, lorsque le lieu de travail du salarié est amené à changer au cours du contrat.

Le salarié est alors obligé d’accepter tous les changements de lieu de travail décidés par l’entreprise.

Les droits et obligations

Les droits et obligations induits par le contrat de travail sont décrits dans cet autre article.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Auto-entrepreneur : Lien de subordination pour requalifier un contrat de travail
Contrat de travail : Définition
Nouvel emploi : A chacun son intégration

Entreprise : 14 motifs légaux pour proposer un CDD
10 obligations de l’entreprise à partir de 50 salariés
Emploi : 22 millions de DPAE, et moi, et moi, et moi ?

Autres Emploi, Juridique et Management :

Récapitulatif 18 Emploi
Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

10 conseils pour gérer les premiers jours de manager 1/2


Chef pour la première fois

Auguste premier empereur romainTout d’abord, félicitations pour votre nouveau poste !

Suite de mon premier article sur la première prise de poste de manager, voici 10 conseils, en deux articles, pour gérer vos premiers jours.

Avant de rentrer dans l’arène aux lions, commencez par rassembler vos forces et vos faiblesses dans votre tête.
Vous allez avoir plusieurs défis à surmonter en même temps.

1. L’entreprise

Si vous avez l’avantage d’y avoir déjà travaillé, même si c’est dans un lieu différent, vous connaissez les habitudes de la maison, les attentes du groupe.
Vous connaissez le milieu professionnel, les habitudes de la clientèle, les trucs et astuces du métier.

Sinon, il est absolument indispensable de prendre tous les renseignements possibles et imaginables sur l’entreprise, son secteur et ses habitudes, AVANT même d’y mettre les pieds.

2. Les collaborateurs

Dès les premières heures, vous devez apprendre et retenir le nom de vos collaborateurs et les traiter de la même façon. Certains seront plus enclins à se faire bien voir, d’autres seront plus en retrait.

C’est à la fois une période de lune de miel, où vous pouvez demander tout et n’importe quoi,vos collaborateurs vous pardonnerons vos exigences et vos questions, et une période brouillonne, dans la mesure où vous devez prendre des décisions sans avoir obligatoirement toutes les connaissances pour les prendre.

C’est parfois aussi une période de gaffes.

3. Le lieu

Indispensable, la visite des lieux, le repérage des améliorations à apporter dans la propreté, le rangement, les risques, la qualité des installations techniques, etc.

Et aussi, l’affichage pour la clientèle dans le magasin et les installations pour le personnel, y compris panneaux d’affichage ou toilettes.

Vous devez aller partout, ouvrir les placards de l’entreprise, sauf là où se trouvent les affaires privées de vos collaborateurs.

4. Votre coin à vous

Comme tout manager, vous allez avoir votre bureau et vos endroits favoris.

Mettez-y votre empreinte, de telle façon que lorsque vous recevrez collaborateurs ou fournisseurs, les gens « sentent » votre touche personnelle. Ce peut être un simple poster sur un mur où la façon dont vous rangez votre bureau.

Le but est que vous vous sentiez à l’aise et que l’ombre de votre prédécesseur soit remplacée par la vôtre.

Ces conseils sont aussi valables pour votre tenue vestimentaire, très important dans votre entreprise et dans votre position.

5. Les fournisseurs et autres contacts externes

Durant les premiers jours, vous allez avoir affaire à un défilé de solliciteurs : fournisseurs ou commerciaux qui vous prospecteront. Là, rien de particulier à vous conseiller, si ce n’est d’agir à votre façon.

Vous avez toute liberté d’attitudes et d’actions vis-à-vis des solliciteurs en tout genre.

Dans la mesure du possible, fixez des rendez-vous à partir de votre seconde semaine de présence pour vous donner le temps de vous installer.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères
Être manager de nos jours : Entre sa hiérarchie et ses collaborateurs
Stratégies à l’usage d’un dirigeant d’entreprise

Prise de décision : L’heure du doute et de la remise en question
Actions d’amélioration au sein d’une entreprise
Quels sont les éléments qui composent un bureau bien conçu ?

Autres Management, Emploi et Organisation :

Récapitulatif 15 Management
Récapitulatif 15 Emploi
Récapitulatif 15 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : 5 conseils pour le préparer


5 conseils pour préparer son entretien d’embauche

entretien d'embaucheEnfin, l’entretien que vous attendez depuis, plus ou moins, longtemps, est planifié.

Le recruteur vous a interrogé sur vos disponibilités et a fixé un rendez-vous. C’est pour bientôt.

Êtes-vous prêt (e) ?

Voici quelques questions à (se) poser et les moyens d’avoir la réponse :

1. La durée de l’entretien

La date et l’heure de début sont connues. Quelle est la durée prévue de l’entretien ?

=> si le recruteur a omis de vous la signaler alors posez-lui la question. Pour une question d’organisation de votre déplacement et du reste de la journée, vous avez besoin d’avoir cette information.

2. L’accessibilité au lieu de rendez-vous

Transport en commun ou véhicule personnel ?

=> Avec l’adresse exacte, vous trouvez l’aspect de la rue sur quelques sites spécialisés sur Internet. Vous y verrez s’il y a de la place pour garer sa voiture, sa moto ou son vélo. Attention à date du cliché car les rues et les bâtiments changent.

=> Si cela est insuffisant, renseignez-vous auprès du recruteur ou du site de la commune pour connaître les lieux d’arrêts, gare, station de bus, de tram ou de métro, les plus proches du lieu du rendez-vous
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

3. Le ou les interlocuteurs, présents côté recruteur ?

=> Généralement, c’est le recruteur qui prend le rendez-vous. Parfois, c’est une assistante, notamment lorsque le recruteur est le futur employeur. Le plus simple est de demander le nom et/ou la fonction de la personne ou des personnes avec qui vous allez avoir votre entretien.

Mieux vaut savoir à qui on a affaire pour adapter son discours aux attentes de votre ou vos interlocuteurs

4. Comment allez-vous vous habiller ?

La tenue vestimentaire dépend de plusieurs critères :

  1. le domaine professionnel implique-t-il le respect de normes vestimentaires ?
  2. le type de société est-il classique ou indifférent à la façon de se vêtir ?
  3. vos goûts personnels sont-ils compatibles avec celui de l’entreprise ?

=>En cas de doute, choisissez des vêtements qui vous conviennent, propres et plutôt classiques sans paraître trop rigides

5. Comment allez-vous vous exprimer ?

La façon de s’exprimer sera celle que vous utilisez le plus facilement en face d’une personne inconnue, qui est susceptible de décider de votre avenir professionnel.

=> Cherchez sur internet le profil de votre interlocuteur, de la société qui embauche pour trouver quelques mots de vocabulaire utilisés dans l’entreprise et que vous replacerez durant l’entretien, au bon moment

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour préparer votre entretien d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Loi de Fraisse (Paul) : La perception du temps est subjective
Entretien d’embauche : importance du lieu
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

S’habiller « Comme il faut » pour un entretien d’embauche
Parler anglais dans un entretien d’embauche : How goude is ior english ?
Menu à préparer chaque matin pour un bon jour

Autres Emploi :

Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Types de sites d’emploi spécialisés sur www.boosteremploi.com


Types de sites d’emploi spécialisés sur http://www.boosteremploi.com

types de sites d'emploi sur boosteremploi.comLe site www.boosteremploi.com vous propose plus de 800 sites d’emploi, regroupés dans plusieurs listes, dont une liste de sites spécialisés

Cette liste vient de s’enrichir d’une colonne supplémentaire dont le but est de vous permettre de trouver plus rapidement des sites spécialisés en fonction du type de spécialisation, grâce au tri de la liste par ce critère

La colonne « Type spécialité » indique si la spécialité est liée :

  • Contrat : au type de contrat ou statut, ex: Freelance, cadre
  • Domaine : au domaine ou secteur professionnel, ex: BTP, Informatique
  • Lieu : à la zone géographique, ex: Région lilloise, postes surtout à l’International
  • Métier : au métier, ex: Commerciaux, Artisanat
  • Personne : à la personne, ex: Jeunes diplômés, Handicap

Le site www.boosteremploi.com contient aussi de nombreuses informations sur la recherche d’emploi

NB : Le site a subit une seconde refonte depuis cet article

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Bouton +1 ajouté dans le site www.boosteremploi.com
La communication rubrique de www.boosteremploi.com
S’y mettre nouvelle rubrique de www.boosteremploi.com

S’organiser nouvelle rubrique sur www.boosteremploi.com
A savoir sur l’entretien d’embauche sur www.boosteremploi.com
Définition Points faibles Points forts

Autres Emploi :

Récapitulatif 4 Emploi
Récapitulatif 7 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Nouvel emploi : Bien s’intégrer pour réussir sa période d’essai


15 conseils pour bien s’intégrer et réussir sa période d’essai

Bien s'intégrerL’un des facteurs qui permettent à un employeur de choisir LA personne qui convient au poste à pourvoir est sa capacité de celle-ci à s’intégrer à l’équipe en place.

Une personne très compétente, qui éprouve des difficultés relationnelles avec ses collègues, ses responsables hiérarchiques ou ses collaborateurs, risque de voir sa période d’essai se terminer prématurément.

Les stagiaires sont autant concernés que les personnes en contrat temporaire, intérimaire ou CDD, ou en CDI. Un stagiaire ou une personne en contrat temporaire se verra signifier d’aller voir ailleurs.
Quant à la personne en CDI, cela risque de lui arriver aussi, même au-delà de sa période d’essai, bien que les conditions de la séparation soient légalement différentes.

Pour éviter ça

Les premiers temps sont ceux de la découverte de l’entreprise, ses employés, son système de valeur et aussi ses habitudes, ses locaux et, bien entendu, son travail

  1. Observez et faites-vous une opinion sur l’entreprise et ses pratiques
  2. Rappelez-vous que, vous aussi, vous pouvez interrompre la période d’essai si vous êtes mal à l’aise et vous stresserez moins

Avant le premier jour de travail

  1. Relaxez-vous, reposez-vous ou/et faites une balade, un peu de « décrassage » musculaire, piscine, sauna, et pourquoi pas massage, coiffeur, manucure et autres soins corporels
  2. Évitez le sport qui pourrait vous mettre à mal physiquement et vous faire rater votre entrée
  3. Évitez aussi une exposition au vent, au froid ou à une trop forte chaleur, c’est-à-dire à tout ce qui peut vous rendre malade, physiquement
  4. Choisissez bien vos habits, « l’uniforme de l’emploi », en respectant les règles non dites des habitudes vestimentaires de l’entreprise. Vos habits seront différents selon l’entreprise et selon le job : Une épicerie ou un bijoutier demandent des tenues différentes, par exemple
  5. Choisissez bien aussi vos chaussures. Mieux vaut des chaussures confortables, propres, que celles achetées la veille et qui vous blesseraient

Dès le premier jour

  1. Présentez-vous ou faites-vous présenter aux autres. Généralement, c’est le rôle du responsable hiérarchique. Il devrait aussi vous montrer les locaux et particulièrement votre lieu de travail au quotidien, accompagnés de recommandations sur les pratiques et habitudes de la maison
  2. Prenez des notes. A moins d’avoir une mémoire phénoménale, mieux vaut écrire ce que vous entendez, noms des collègues et responsables, façons de faire, croquis des lieux
    Évitez, néanmoins d’écrire pendant que votre chef vous parle, faites-le durant les trajets d’un lieu à l’autre et seulement si vous en avez matériellement le temps
  3. Posez des questions aux autres. Il est habituel que les nouveaux se renseignent. Plus tard, les autres risquent de vous demander pourquoi vous n’avez pas posé des questions plus tôt
  4. Restez cependant non intrusif (ve) ni lourd(e), les personnes en face doivent avoir une impression de curiosité bien placée de votre part et non de subir un interrogatoire en règle, même dans la police
  5. Repérez les lieux et horaires des pauses, les collègues les plus volubiles, les plus blasés ou les plus anciens
  6. Écoutez sans donner votre opinion. Et, si les autres vous y poussent, restez dans le vague, vous pouvez d’autant plus facilement le faire que vous pouvez leur rappelez qu’en tant que dernier(ère) collègue arrivé(e) vous découvrez les choses.
    Si le sujet est d’ordre non professionnel, alors gardez votre opinion pour vous encore plus et répondez par un sourire, un haussement d’épaules ou par une autre question
  7. Soyez poli (e), aimable, ferme selon le cas. Vous démarrez, donc gagnez d’abord la confiance des autres, leurs opinions comptent pour beaucoup dans la décision du responsable de vous conserver au sein de l’entreprise. Le manager en tiendra compte

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Être manager de nos jours : Entre sa hiérarchie et ses collaborateurs
Manager une équipe : L’équipe est composée de…
Manager une équipe, c’est en être le coordinateur

Nouveaux sur le marché du travail
La prise du nouveau poste, du nouvel emploi
Le nouvel emploi

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 5 Emploi
Récapitulatif 7 Emploi
Récapitulatif 3 Management
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :